Edward Rutledge - Histoire

Edward Rutledge - Histoire

Rutledge, Edouard

Edward Rutledge est né en 1749 non loin de Charleston, en Caroline du Sud. Il étudia le droit en Angleterre puis retourna dans les colonies au début des années 1770 pour pratiquer le droit. En 1773, au cours de sa première année de pratique, il obtient le soutien du parti Whig lorsqu'il parvient à faire libérer Thomas Powell, un éditeur de journal emprisonné par la Couronne. L'année suivante, Rutledge était l'un des cinq délégués sélectionnés par les Whigs pour assister au premier congrès continental.

Initialement, Rutledge avait prévu de voter contre l'indépendance nationale. Le 7 juin 1776, il fait en effet partie des modérés qui parviennent à retarder le vote. Lorsque le vote pour l'indépendance est revenu le 1er juillet de la même année, il a été ferme dans sa décision de voter contre. Une fois que neuf des autres colonies se sont prononcées en faveur de l'indépendance, cependant, Rutledge s'est rendu compte que cette résolution passerait néanmoins. Il a suggéré qu'un autre vote ait lieu le lendemain et a utilisé le temps supplémentaire pour convaincre les autres délégués de la Caroline du Sud de soutenir l'indépendance afin de donner à la décision finale un sentiment d'unanimité.

En septembre 1776, Rutledge retourna à Charleston, en Caroline du Sud, afin de reprendre sa pratique juridique. Deux ans plus tard, il a siégé à la législature de l'État où il a servi jusqu'en 1798. En 1798, il a été choisi pour être gouverneur de la Caroline du Sud. Un an avant la fin de son mandat, cependant, il mourut à l'âge de cinquante ans. Il a été enterré à l'église épiscopale Saint-Philippe.


Edward Rutledge

Né dans une famille aristocratique en Caroline du Sud, Edward Rutledge était peut-être destiné à une vie de service public. Il a fait ses études de droit à Oxford et a étudié et a été admis au barreau anglais. Lui et son frère John étaient tous deux engagés dans la loi et tous deux ont assisté au congrès. Ils se sont soutenus sans vergogne, tant sur le terrain qu'en commission. Edward a assisté au Congrès à l'âge remarquable de 27 ans et était sans aucun doute assez excité de se retrouver en compagnie des hommes les plus éminents des colonies.

Il prit congé du Congrès en novembre 1776 pour se joindre à la défense de sa colonie. Il était membre du bataillon d'artillerie de Charleston, engagé dans plusieurs batailles importantes et a atteint le grade de capitaine. La législature coloniale le renvoya au Congrès en 1779 pour combler un poste vacant. Il prit à nouveau congé en 1780 lorsque les Britanniques menèrent une troisième invasion de la Caroline du Sud. Il reprit son poste de capitaine dans la défense de Charleston, fut capturé et retenu prisonnier jusqu'en juillet 1781.

En 1782, il retourna à l'Assemblée législative de son État natal, où il siégea jusqu'en 1796. Il était un membre très actif, déterminé à poursuivre les loyalistes britanniques. Parfois, il a siégé à dix-neuf comités. Il a également été électeur en 1788, 1792 et en 1796 lorsque, malgré son allégeance avouée au parti fédéraliste, il a voté pour Thomas Jefferson. Il a ensuite été élu au Sénat de l'État, à deux reprises, et en 1789 a été élu gouverneur. Ce serait son dernier bureau. Sa santé déclinant, il put à peine terminer son mandat de gouverneur. Il mourut en janvier 1800 à l'âge de 50 ans.


Contenu

La maison Edward Rutledge est située dans le quartier historique de Charleston, à l'angle sud-ouest des rues Broad et Orange. Il s'agit d'une grande maison double Charleston, de deux étages, avec un toit en croupe et un bardage à clin. Il est orienté comme de nombreuses maisons de Charleston, avec un porche à deux étages faisant face au côté droit. La façade donnant sur Broad Street a un pignon au centre du toit, qui est entièrement à fronton et a des modillons bordant son contour. Une entrée est située au centre des cinq travées principales, surmontée d'une imposte et d'un fronton à pignon, et flanquée de fenêtres latérales. L'intérieur, qui a subi de nombreuses modifications en raison des utilisations variées de la maison, conserve encore certaines de ses caractéristiques d'origine. [1]

La maison est surtout connue comme la maison d'Edward Rutledge, un signataire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis. Rutledge, originaire de Caroline du Sud, avait été formé en droit en Angleterre et avait, au moment de la Révolution américaine, ouvert un cabinet d'avocats à Charleston. Il a servi dans les premier et deuxième congrès continentaux et a passé du temps pendant la guerre d'indépendance américaine en tant que prisonnier de guerre, après avoir été capturé lors du siège de Charleston en 1780. Il a été gouverneur de Caroline du Sud de 1798 à sa mort en 1800. [1]

La maison est maintenant une chambre d'hôtes. Des images des rénovations peuvent être vues sur son site Web. [5]


Famille : Edward Rutledge et Sarah Armstrong (1)

Rapport généalogique pour Edward Rutledge et Sarah Armstrong :


Descendants d'Edward Rutledge

1. EDWARD3 RUTLEDGE (THOMAS2, INCONNU1)1,2 est né en 1721 en Irlande du Nord3, et décédé le 18 février 1787 à Flagsprings, comté d'Augusta, Virginie4. Il épousa SARAH ARMSTRONG5,6 1750 à Augusta County, Virginie7,8, fille de THOMAS ARMSTRONG et UNKNOWN SPOUSE. Elle est née en 1735 dans la province d'Ulster, en Irlande9, et est décédée à l'arrière. 1799 dans le comté d'Augusta, Virginie.

Notes pour EDWARD RUTLEDGE : [wft15-881.FTW]

[Brøderbund WFT Vol. 15, éd. 1, arbre n° 0881, date d'importation : 1er octobre 1998]

1725 Fils, EDWARD RUTLEDGE, né en Irlande du Nord. Le père était le nom de la mère de THOMAS RUTLEDGE inconnu. 1725 EDWARD RUTLEDGE, né en Irlande du Nord. fils de THOMAS RUTLEDGE

Avant 1750, EDWARD RUTLEDGE est venu d'Irlande en Pennsylvanie, puis en Virginie.

1750 EDWARD RUTLEDGE épousa SARAH ARMSTRONG, Augusta Co, VA

FILLE (REMARQUE : ce n'est pas possible, Rebecca était trop jeune)

CA 1768 29 janvier Fils de James Enos Rutledge né, Augusta Co, VA. Plus tard épousé Ellenor "Ellen"

1770 20 mai Fils, GEORGE RUTLEDGE, né Augusta Co, VA. Plus tard marié 1787 18 février EDWARD RUTLEDGE est décédé, Flag Springs, Augusta Co, VA

1993 - Mme Gordon Turner, RR1, Box 162, Avon, IL 61415

De Chalkley's Augusta County, VA Jugements de la Cour :

Archer.--Dette. Bref, 2 septembre 1771. Obligation en date du 2 janvier 1768.

Page 551 - - 31 janvier 1787. Testament d'Edward Rutledge - - À sa femme, Sarah à sa fille, Rececka Rutledge à son fils, James à sa fille, Rosanna à son fils, George à son gendre, John Allison, pour ses fils John et James Allison à 5 enfants, à savoir : Lucy Allison (épouse de Jno. Allison, Jr.), Rebecca, James, Rosanna et George Rutledge aux enfants, à savoir : Mary Erwin (épouse de Wm. Erwin), Sarah McNeeley (épouse de George McNeeley). Exécuteurs : William Allison, John Allison, Jr., David Stephenson. Test : D. Stephenson, Gilbert Carr, Samuel Steel. Prouvé, le 20 février 1787, par Carr et Steele. D. Stephenson.

Fiche de groupe de famille FamilySearch® Ancestral File™ v4.19


Les enfants d'EDWARD RUTLEDGE et de SARAH ARMSTRONG sont :

Notes pour ROSANNA RUTLEDGE : Du comté d'Augusta de Chalkley, Virginia Court Records :

Page 37 - - 22 mai 1799. Testament de Rosanna Rutledge - - A sa mère, Sarah frère, George (exécuteur testamentaire). Test : D. Stephenson, Benj. Aigle. Prouvé le 28 octobre 1799 par Stephenson et le 23 décembre 1799 par Benjamin Eage.

  • ii. MARIE RUTLEDGE, b. 1751, comté d'Augusta, Virginie9.
  • iii. LUCY RUTLEDGE, b. 1753, comté d'Augusta, Virginie9 m. JOHN ALLISON, JR., WFT Est. 1770-1775 b. env. 1754.

Notes pour JOHN ALLISON, JR. : CHRONIQUES DE L'Établissement Scotch-Irlandais EN VIRGINIE EXTRAIT DES REGISTRES ORIGINAUX DU COMTE D'AUGUSTA 1745-1800 REGISTRES DU COMTE D'AUGUSTA. CARNET DE COMMANDES N° XXIV. Page 406 - 1795 Commonwealth contre John Dixon.--Trespass pour abattre les arbres du coin de James Kerr le 31 mai 1794. John Allison était le petit-fils de John Kerr, décédé, 1794. Cette poursuite implique le titre foncier de James Kerr et John Dixon dans 1792.


Connexion possible depuis la publication Genfurum.com :

Re: John Allisons - Comté de Rockbridge, Virginie 1765

Publié par Allan H. Roberts ([email protected]) le 20 février 1999 à 10:35:54 :

En réponse à : Re : John Allisons - Augusta County, VA 1748 - posté par Lynn Allison Morgan McIntyre le 19 février 1999 à 06:07:13 :

J'ai un John ALLISON, b. 5 septembre 1765 dans le comté de Rockbridge, en Virginie. Il a servi dans la guerre d'indépendance, puis a déménagé dans le comté de Bourbon, KY (dont une partie, y compris l'endroit où il a vécu, est devenu plus tard le comté de Nicholas).

Il a épousé ANNA GRAY en 1785. A émigré dans le comté de Marion, IN en 1819, où il est décédé en septembre 1837.

Ce John Allison est-il lié d'une manière ou d'une autre aux Allisons que vous recherchez ?

  • iv. REBECKA RUTLEDGE, b. 1755, comté d'Augusta, Virginie9.
  • v. SARAH RUTLEDGE, b. 1757, comté d'Augusta, Virginie9.
  • vi. JAMES ENOS RUTLEDGE10,11, b. 29 janvier 176812 d. WFT Est. 1777-185313,14 m. WFT Est. 1767-181115,16.
  • vii. GEORGE B. RUTLEDGE17,18, b. 20 mai 1770, comté d'Augusta, Virginie19,20,21 d. 30 mars 1824, prob. Comté d'Augusta, Virginie22,23 m. MARY GALBRAITH24,25, 7 mai 1800 b. 4 octobre 1776, comté d'Augusta, Virginie26,27 d. 16 septembre 1845, comté de Fulton, Illinois28,29.

Notes pour GEORGE B. RUTLEDGE : [wft15-881.FTW]

[Brøderbund WFT Vol. 15, éd. 1, arbre n° 0881, date d'importation : 1er octobre 1998]

GEORGE RUTLEDGE ET MARY CALBRAITH (GALBRAITH)

1770 20 mai GEORGE RUTLEDGE est née à Augusta Co, VA 1776 4 oct. MARY GALBRAITH née à Augusta Co, VA, fille de THOMAS GALBRAITH 1800 7 mai GEORGE RUTLEDGE épousa MARY GALBRAITH à Augusta Co, VA. 1801 23 février Fils, Thomas Rutledge né, Augusta Co, VA il est décédé le 13 mai 1802 ?? 2 autres enfants sont morts dans l'enfance 1802 6 avril Fille, Rosanna Rutledge est née, Augusta Co, VA

(Elle a épousé plus tard le cousin Elijah Rutledge)

1807 28 février Fille, JANE (Joane) RUTLEDGE est née, Augusta Co, VA 1809 28 novembre Fille, Margaret J. Rutledge est née, Augusta Co. VA 1811 11 novembre Fils George Rutledge est né à Augusta Co, VA. Il est devenu un prédicateur méthodiste

1813 26 Jan Fille, Mary Ann Rutledge est née, Augusta Co, VA (non nommée dans le testament ?)

1815 19 juillet Fille, Lydia Rutledge est née, Augusta Co, VA (non nommée dans le testament)

1818 11 mars Fils, Edward Rutledge est né, Augusta Co, VA Il a servi en tant que capitaine 3rd Reg. IL

(1) Léa HARRIS (2) Julia FERGUS

1820 24 juin Fils, William Johnson Rutledge est né, Augusta Co, VA

(1) Lois STRATTON (2) Emily SMITH

1822 29 juillet Fille, Rosanna Rutledge épouse Elijah RUTLEDGE, Augusta Co, VA.

1824 30 mars GEORGE RUTLEDGE est décédé, Augusta Co, VA sera écrit le 15 janvier 1824 prouvé le 28 juin 1824

1825 11 mars Fille, JANE RUTLEDGE (Joane) épouse AMAZIAH KERR à Augusta Co, VA 1833 11 septembre Fille, Mary Ann Rutledge épouse James Q.PALMER, August Co, VA

1836 4 mars Fille, Lydia Rutledge, épouse Hiram Horace HARRIS, Fulton Co, IL ( ? 4 août )

1836 1 juin Fils, George Rutledge épousa Mary Ann MATHERS, Augusta Co, VA

1840 May Fils, le révérend Edward Rutledge, épousa Leah HARRIS

1843 19 Jan Fille, Margaret J. Rutledge épousa George Sheets

1843 14 sept. Fils, le révérend William J. Rutledge épousa Lois STRATTON

1845 16 sept. MARY GALBRAITH RUTLEDGE est décédée à Fulton Co, Illinois, à l'âge de 68 ans et 11 m 12 j

SOURCES GEORGE RUTLEDGE ET MARY GALBRAITH

AUGUSTA CO, VA, MARIAGE RECORDS BOND 7 MAI 1800 - (Copie) "Savoir tous les hommes par ces présents, que nous GEORGE RUTLEDGE et THOMAS GALBRAITH tous deux d'AUGUSTA CO, sommes tenus et fermement liés à Son Excellence James . Esquire, gouverneur de la Commonwealth de Virginie, et ses successeurs, pour l'usage du Commonwealth, d'une somme de cent cinquante dollars, à laquelle le paiement doit être bel et bien fait, nous nous engageons, et chacun d'entre nous, notre, et chacun de nos héritiers, exécuteurs testamentaires et administrateurs, conjointement et solidairement par les présentes. En témoignent nos mains et nos sceaux, le septième jour de mai de l'année de notre Seigneur mille huit cents. La condition de l'obligation ci-dessus est telle, que tandis qu'un mariage est prochainement destiné à être célébré entre GEORGE RUTLEDGE, célibataire, lié ci-dessus, et MARY GALBRAITH fille célibataire de THOMAS GALBRAITH, fin décembre du comté d'Augusta, s'il n'y a donc aucune raison légitime d'empêcher ledit mariage, l'obligation ci-dessus d'être annuler, sinon rester pleinement en vigueur.

TESTAMENT DE GEORGE RUTLEDGE, AUGUSTA CO, VA RECORDS 15 janv. 1824 (copie) "Au nom de Dieu Amen. Ce testament est pour montrer que je GEORGE RUTLEDGE du comté d'Augusta et de l'État de Virginie étant actuellement dans un faible état de santé par dans mon bon sens et sachant que l'incertitude de la vie et la certitude de la mort font de ceci mon dernier testament. dans la maison et à la ferme ne doit pas être vendu, mais conservé pour l'usage de la famille pour les élever et les scolariser .. Article 2 Je donne et lègue à mes trois fils à savoir GEORGE, EDWARD et WILLIAM J. RUTLEDGE la plantation J'habite maintenant connu sous le nom de Flag Spring.(division décrite de la terre) KEERS (KERR) MILL est mentionné comme marqueur Item 3 - Mon fils aîné GEORGE RUTLEDGE est propriétaire de la division où je sais vivre le Flag Spring où le Les filles doivent avoir une maison et un cheval tant qu'elles restent célibataires Article 4 - EDWARD RUTLE DGE, mon deuxième fils est propriétaire de la division supérieure jouxtant la route de granit où vit maintenant ELIJAH RUTLEDGE Article 5 - Mon plus jeune fils WILLIAM J. RUTLEDGE doit avoir cinquante akers. Article 6 - Il s'agit d'un cimetière de la part de George à clôturer et à ne jamais vendre mais à Rester pour cet usage Article 7 à ma fille aînée ROSANNA RUTLEDGE cinquante acres de terrain. Article 8 à ma deuxième fille JOANE (Jane) RUTLEDGE quarante cinq ackers de terre Article 11 : mes trois plus jeunes filles MARGARET J. RUTLEDGE 45 ackers de terre. MARY ANN -Femme Mary Rutledge Exécutrice sans sécurité signée - GEORGE RUTLEDGE (sceau) Témoin Jacob Fisher, Absalom Fisher, THOMAS J. KEER (Kerr?)


John Arthur Hammond -1980, Table Grove, Illinois

Remarque : George, Edward et William Rutledge étaient tous des prédicateurs méthodistes

JACKSONVILLE, IL. JOURNAL HEBDOMADAIRE Le 22 septembre 1915 dit : "Edward R. Rutledge, l'un des signataires de la déclaration d'indépendance était un grand-oncle de George Rutledge"


Edward Rutledge

Edward Rutledge, le premier de la délégation de Caroline du Sud, qui appose son nom sur la Déclaration d'indépendance, est né dans la ville de Charleston, en novembre 1749. Il était le plus jeune, fils du docteur John Rutledge, qui a émigré d'Irlande vers le sud Caroline, vers 1735. Sa mère était Sarah Hert, une dame de famille respectable et de grande fortune. A vingt-sept ans, elle devient veuve avec sept enfants. Son fils aîné était John Rutledge, distingué pour son zèle patriotique pendant la révolution. Son plus jeune fils était le sujet du présent mémoire.

Des premières années d'Edward Rutledge, nous avons peu à enregistrer. Il a été placé sous la garde de David Smith, du New-Jersey, par qui il a été instruit dans les langues savantes, mais il ne semble pas avoir fait des progrès aussi rapides que certains autres, bien que, en tant qu'érudit, il était respectable. Avant d'avoir consacré autant de temps qu'il aurait été souhaitable aux études universitaires, il commença l'étude du droit avec son frère aîné, qui, à cette époque, devenait le plus éminent avocat du barreau de Charleston. Quoiqu'à cette époque il fût encore jeune, il était capable d'apprécier les avantages dont il jouissait, et était fortement poussé à l'effort, par l'exemple brillant et réussi que son frère avait constamment devant lui.

En 1769, à l'âge de vingt ans, il s'embarqua pour l'Angleterre, pour terminer ses études juridiques. Il est devenu étudiant au Temple. Il a tiré le grand avantage d'une assistance sur les cours anglaises, et les chambres du parlement. A ce dernier endroit, on eut l'occasion d'écouter l'éloquence de quelques-uns des orateurs les plus distingués qui vécurent à cette époque.

En 1773, il retourna dans son pays natal et entra dans les devoirs de sa profession. Il se distinguait à cette époque par sa rapidité d'appréhension, sa fluidité de parole et son élocution gracieuse. Aussi excita-t-il de bonne heure l'admiration de ceux qui l'écoutaient-il et promit-il cette future éminence où il devait arriver.


Charité Edward Rutledge

Ce bâtiment a été construit en 1917 à la mémoire d'Edward Rutledge.

M. Rutledge est né en Irlande du Nord le 6 mars 1834. Enfant, il a déménagé avec ses parents à South Mountain, en Ontario, au Canada, où ils exploitaient une ferme. À 16 ans, Edward et ses deux frères, Robert et John, partent pour les États-Unis et les bois du Michigan pour apprendre le métier de bûcheron.

Rutledge est venu dans le Wisconsin en tant que croiseur de bois, ce qui signifie qu'il est allé dans les bois et a marqué les arbres à abattre. Il est rapidement devenu un ami intime du baron du bois Frederick Weyerhauser et, grâce à son investissement, il est devenu une figure de proue de l'industrie du bois.

M. Rutledge avait l'habitude de rester dans les bois tout l'hiver et en été, il descendait à Chippewa Falls et restait dans une pension dirigée par Hannah Gregg qui était une veuve avec deux enfants adultes. À 40 ans, Edward a épousé Hannah et a emménagé dans ce qui est maintenant le manoir Cook-Rutledge. Il a plus tard doté la construction de la maison Hannah M. Rutledge pour les personnes âgées en sa mémoire. Hannah est décédée le 1er octobre 1910 et Edward est décédé le 27 juillet 1911.

Étant une personne très charitable, M. Rutledge a reconnu l'importance d'établir une organisation pour aider les personnes dans le besoin et aider les organismes de bienfaisance ou de bienfaisance. Dans son testament, il a mis de l'argent de côté pour établir cette fondation caritative.

Les statuts constitutifs ont été signés le 20 décembre 1911. Depuis lors, cette fondation poursuit les vœux de M. Rutledge.

Société historique du comté de Chippewa
Marqueur #26

Érigé par la Chippewa County Historical Society. (Numéro de marqueur 26.)

Les sujets. Ce marqueur historique est répertorié dans ces listes de sujets : Charity & Public Work &bull Horticulture & Forestry. Un mois historique important pour cette entrée est mars 1828.

Emplacement. 44° 56,267′ N, 91° 23,659′ W. Marker se trouve à Chippewa Falls, Wisconsin, dans le comté de Chippewa. Marker se trouve à l'intersection de North Bridge Street et de West Columbia Street, sur la droite lorsque vous vous dirigez vers le sud sur North Bridge Street. Touchez pour la carte. Marker se trouve à ou près de cette adresse postale : 404 North Bridge Street, Chippewa Falls WI 54729, États-Unis d'Amérique. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 8 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. The Federal Building & Early Mail Service (à distance de cri de ce marqueur) The Norway House et le lieu de naissance d'Alexander Wiley (à environ 500 pieds, mesurés en ligne directe) Site de la maison Hiram S. Allen (à environ 600 pieds) Site de l'usine de chaussures Mason (à environ 700 mètres) Marché de Sokup (à environ 0,2 km) Première église presbytérienne (à environ 0,2 km) Le Marsh Rainbow Arch Bridge

(à environ 0,2 miles) À la mémoire de tous les anciens combattants (à environ 0,2 miles). Touchez pour une liste et une carte de tous les marqueurs à Chippewa Falls.

Regarde aussi . . . Bûcherons dans l'Idaho. "Edward Rutledge, un associé de longue date de Frederick Weyerhaeuser dans le Middle West, a acheté des terres de pin blanc du Pacifique Nord sur la rivière Priest." (Soumis le 2 janvier 2011.)


Maison Edward Rutledge


Maison Edward Rutledge / Alan Eisen

La maison Edward Rutledge, également connue sous le nom de Maison Carter-May et maintenant The Governor&# 39s House Inn, est une maison historique située au 117 Broad Street à Charleston, en Caroline du Sud. Cette maison du XVIIIe siècle était la demeure d'Edward Rutledge (1749-1800), signataire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis et plus tard gouverneur de Caroline du Sud. Malgré de nombreux changements à la maison, il conserve son noyau du 18ème siècle datant d'environ 1760, et a été déclaré monument historique national en 1971.

Descriptif et historique

La maison Edward Rutledge est située dans le quartier historique de Charleston, à l'angle sud-ouest des rues Broad et Orange. Il s'agit d'une grande maison double de Charleston, de deux étages, avec un toit en croupe et un bardage à clins. Il est orienté comme de nombreuses maisons de Charleston, avec un porche à deux étages faisant face au côté droit. La façade donnant sur Broad Street a un pignon au centre du toit, qui est entièrement à fronton et a des modillons bordant son contour. Une entrée est située au centre des cinq travées principales, surmontée d'une imposte et d'un fronton à pignon, et flanquée de fenêtres latérales. L'intérieur, qui a subi de nombreuses modifications en raison des utilisations variées de la maison, conserve encore certaines de ses caractéristiques d'origine.

La maison est surtout connue comme la maison d'Edward Rutledge, un signataire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis. Rutledge, originaire de Caroline du Sud, a été formé en droit en Angleterre et avait, au moment de la Révolution américaine, ouvert un cabinet d'avocats à Charleston. Il a servi dans les premier et deuxième congrès continentaux et a passé du temps pendant la guerre d'indépendance américaine en tant que prisonnier de guerre, après avoir été capturé lors du siège de Charleston en 1780. Il a été gouverneur de Caroline du Sud de 1798 à sa mort en 1800."


Edward Rutledge - Histoire

Les papiers d'Edward Rutledge contiennent une lettre de lui à Phineas Miller, écrite en 1790, concernant ses récoltes et l'extraction d'huile de graines de coton dans le but d'allumer les réverbères, et Edward Rutledge discute également des questions foncières, et d'un voyage proposé par le général Charles Cotesworth Pinckney de visiter George Washington et de décider de l'emplacement d'un fort. Les documents contiennent également des documents juridiques relatifs aux domaines de George Evans, 1794, de Henry Middleton, Edward Rutledge, 1802 et un acte, 1820, de Mary Rutledge, seconde épouse d'Edward Rutledge.

Dans la Collection de manuscrits divers, ca. 1788-1797, 2 éléments.

Lettres d'Edward Rutledge, 1788-1797.

Dans la collection Henry A. Willard II, ca. 1743-1888, 625 articles.

Les sujets incluent Edward Rutledge. Un instrument de recherche est disponible à la bibliothèque.

Dans les Hunter-Hitchcock-Coit Families Papers, 1765-1925. 0,9 pied cube.

D'autres auteurs incluent Edward Rutledge. Un inventaire est disponible dans le référentiel.

Une lettre d'Edward Rutledge à un destinataire non identifié écrite le 5 mai 1788.

Une lettre d'Edward Rutledge à un destinataire non identifié écrite le 28 décembre 1798.

Une lettre d'Edward Rutledge à un destinataire non identifié écrite le 30 novembre 1799. Un document signé par Edward Rutledge alors qu'elle était gouverneur de Caroline du Sud.

Dans la collection d'autographes de Mme James Lewis Hook, 1752-1810, 22 pièces.

D'autres auteurs incluent Edward Rutledge. Un instrument de recherche est disponible dans le référentiel.

Une plainte déposée auprès de la Cour des plaids communs de Caroline du Sud qui est remplie de la main d'Edward Rutledge et signée par lui en tant qu'avocat du plaignant. La plainte est datée du 4 janvier 1774 et déposée contre John Clayton. La plainte ordonne aux shérifs de traduire John Clayton en justice pour se défendre dans une action en justice pour une dette de huit mille livres. Le formulaire est également signé par Thomas Knox Gordon, juge en chef de Caroline du Sud.

Une lettre d'Edward Rutledge à Robert Morris écrite en août 1776. Dans la lettre, Edward Rutledge écrit concernant des questions de personnel militaire et le retard dans la rédaction des articles de la Confédération, pour lesquels Edward Rutledge est en faveur d'une convention distincte.

Une lettre d'Edward Rutledge à George Washington écrite vers 1789. Dans la lettre, Edward Rutledge félicite George Washington pour son élection à la présidence.

Une lettre d'Edward Rutledge à sa fille écrite le 18 mars 1795.

Un discours du gouverneur Edward Rutledge à l'Assemblée législative de la Caroline du Sud écrit en décembre 1798 après sa réélection en tant que gouverneur. Dans le discours, Edward Rutledge met en garde contre la situation dangereuse en Europe et la nécessité de se préparer à la guerre.

Dans la collection d'autographes des signataires de la déclaration d'indépendance, 1756-1818, 56 pièces.

D'autres auteurs incluent Edward Rutledge.

Dans les Huger Family Papers, 1795-1897, 0,25 pied linéaire.

Les correspondants incluent Edward Rutledge.

Une lettre de Thomas Jefferson à Edward Rutledge écrite le 27 décembre 1796. Dans la lettre, Thomas Jefferson demande à Edward Rutledge 20 boisseaux de niébé, donne des instructions sur l'expédition à Charles Johnston & Co., Richmond et le paiement par John Barnes de Philadelphie, et discute des améliorations qu'il a apportées à la machine Lieth pour le battage du blé en Virginie et du riz en Caroline du Sud. Thomas Jefferson poursuit avec une discussion sur les abus et les louanges immérités qu'il a subis dans la fonction publique, son souhait de retraite, le résultat des élections de 1796 qu'il sait que John Adams gagnera en ajoutant "Je sais bien qu'aucun homme n'apportera jamais hors de ce bureau, la réputation qui le porte à l'intérieur. la lune de miel serait aussi courte dans ce cas que dans n'importe quel autre, et son moment d'extase [sic] serait racheté par des années de tourments et de haine." Il prédit qu'il vivra en paix pendant que John Adams fera naufrage dans la tempête qui s'accumule, mais exhorte néanmoins Edward Rutledge à continuer dans la fonction publique nationale car "il n'y a pas de loi en faillite dans le ciel par laquelle vous pouvez vous en tirer avec des shillings dans la livre, en rendant à un seul État ce que vous deviez à toute la confédération."

Dans les Gilmer Speed ​​Adams Papers, 1651-1879, 30 articles.

Les personnes représentées comprennent Edward Rutledge.

Dans la collection Albert H. Small Declaration of Independence, s.d. et 1776, 2 articles.

Une lettre d'Edward Rutledge à Nathanael Greene écrite le 22 octobre 1776. Dans la lettre, Edward Rutledge informe Nathanael Greene que le Board of War a commandé 200 000 cartouches qu'il a demandé de lui envoyer immédiatement. Il note que le Conseil a de nombreuses demandes de ce genre et souhaite que Washington puisse « s'approvisionner en munitions comme il le souhaite, des États de l'Est, il y en a très peu dans cette ville, d'où seule toute demande au sud de la rivière Hudson doit être répondu [sic]." Il ajoute que des ordres concernant les achats de sel ont été donnés et que Greene en entendra parler dès que possible, et conclut en souhaitant son « Success & Honor [sic] ». Une gravure non datée d'Edward Rutledge accompagne la lettre.


Rutledge, Edouard

RUTLEDGE, EDOUARD. (1749-1800). Membre du Congrès continental et de la Chambre des représentants des États-Unis, signataire, gouverneur de Caroline du Sud. Né à Christ Church Parish, Caroline du Sud le 23 novembre 1749, Rutledge étudia le droit avec son frère aîné, John Rutledge, entra au Middle Temple en 1767 et fut admis au barreau anglais en 1772. Il retourna à Charleston en janvier 1773 et quelques mois plus tard, il représenta l'imprimeur Thomas Powell dans une affaire qui établissait que le Conseil de Caroline du Sud ne pouvait pas ordonner d'envoyer quelqu'un en prison. Rutledge a participé aux premier et deuxième congrès provinciaux de Caroline du Sud. Élu avec son frère John aux premier et deuxième congrès continentaux, le jeune Edward a été caractérisé avec acuité par John Adams comme « un parfait Bob-o-Lincoln – une hirondelle, un moineau,… jejune, inepte et puéril ». Adams a tenu l'autre Rutledge avec le même mépris. Reprenant la direction de la délégation après le départ de son frère et de Gadsden, en 1776, Edward retarda l'action sur la résolution pour l'indépendance près d'un mois avant d'influencer finalement sa délégation à voter pour elle le 2 juillet. Bien qu'il ait estimé que la confédération aurait dû précéder l'indépendance, il avait peur d'un gouvernement central fort. Dans tout cela, il représentait les vues de l'oligarchie des planteurs de son état.

Après avoir accompagné John Adams et Benjamin Franklin à la conférence de la paix à Staten Island le 11 septembre 1776, Rutledge retourna en novembre 1776 en Caroline du Sud, où il fut membre de l'Assemblée jusqu'en 1780 ainsi que capitaine d'artillerie. Après avoir pris part à l'action de Beaufort (Port Royal) le 3 février 1779, il est fait prisonnier lors de la capitulation de Charleston le 12 mai 1780. Emprisonné à Saint-Augustin de septembre 1780 à juillet 1781, il réside à Philadelphie jusqu'à la plus grande partie du Sud. avait été libéré par Greene. Il revint à temps pour siéger à l'assemblée de Jacksonboro que son frère convoqua en janvier 1782.

Après la guerre, il prospéra dans la vie privée et publique. Il a conservé ses perspectives aristocratiques tout en représentant Charleston à la Chambre des représentants de 1782 à 1796 et dans les conventions de l'État de 1788 et 1790. Il était un fédéraliste influent, élu au sénat de l'État en 1796 et gouverneur en 1798. Il est mort à Charleston le 23 janvier 1800.


Voir la vidéo: Edward Rutledge