Qui a inventé les toilettes à chasse d'eau ?

Qui a inventé les toilettes à chasse d'eau ?

Pièce maîtresse de la salle de bain moderne d'aujourd'hui, les toilettes à chasse d'eau ont des racines égales dans les anciennes pratiques d'assainissement, la politique élisabéthaine et le savoir-faire de la révolution industrielle.

Les latrines primitives qui utilisaient un flux d'eau constant pour évacuer les déchets remontent à au moins 5 000 ans, et les premiers systèmes de toilettes étaient utilisés par plusieurs civilisations anciennes, notamment les Romains et les Mohenjo-Dara et Harappa de la vallée de l'Indus.

La première toilette moderne à chasse d'eau a été décrite en 1596 par Sir John Harington, un courtisan anglais et filleul de la reine Elizabeth I. L'appareil de Harington prévoyait une cuvette ovale de 2 pieds de profondeur imperméabilisée avec de la poix, de la résine et de la cire et alimentée par l'eau d'un citerne à l'étage. Le rinçage du pot de Harington nécessitait 7,5 gallons d'eau, un véritable torrent à l'époque d'avant la plomberie intérieure. Harington a noté que lorsque l'eau était rare, jusqu'à 20 personnes pouvaient utiliser sa chaise percée entre les chasses d'eau.

Harington a décrit son appareil dans un pamphlet satirique intitulé "Un nouveau discours sur un sujet périmé, appelé la métamorphose d'Ajax" - un jeu de mots sur le terme "a jakes", qui était un terme d'argot populaire pour les toilettes. Bien que Harington ait installé un modèle fonctionnel pour la reine Elizabeth au palais de Richmond, il a fallu plusieurs siècles - et les améliorations de la révolution industrielle en matière de fabrication et d'élimination des déchets - pour que les toilettes à chasse d'eau se répandent.

En 1775, l'inventeur anglais Alexander Cumming a obtenu le premier brevet pour une toilette à chasse d'eau. Sa plus grande innovation était le tuyau en forme de S sous la cuvette qui utilisait de l'eau pour créer un joint empêchant les gaz d'égout d'entrer par les toilettes.

À la fin du XIXe siècle, un impresario londonien en plomberie nommé Thomas Crapper fabriqua l'une des premières gammes de toilettes à chasse d'eau à grand succès. Crapper n'a pas inventé les toilettes, mais il a développé le robinet à flotteur, un mécanisme de remplissage de réservoir amélioré encore utilisé dans les toilettes aujourd'hui.

Le nom de Crapper deviendrait synonyme des appareils qu'il vendait (bien que le mot anglais « merde » soit antérieur à lui de plusieurs siècles), en partie grâce aux militaires américains stationnés à l'étranger pendant la Première Guerre mondiale. aux toilettes en tant que « crappers » – en raison de l'omniprésence de la marque Crapper en Angleterre et en France – et a ramené le terme chez eux après la guerre.

LIRE LA SUITE: Toutes les façons dont nous avons essuyé: l'histoire du papier toilette et ce qui s'est passé avant


La légende de Thomas Crapper

Thomas Crapper (1836-1910) est connu comme « l'inventeur des toilettes à chasse d'eau ». Mais dans quelle mesure ce que nous pensons savoir sur Crapper est vrai ? Robert Hume examine cinq mythes persistants sur ce pionnier du XIXe siècle

Ce concours est maintenant terminé

Publié : 6 janvier 2010 à 13h05

Mythe 1

Thomas Crapper n'a même jamais existé

Il a été largement admis que l'histoire de Thomas Crapper est l'invention humoristique d'un écrivain satirique. Cela peut avoir résulté d'une fausse biographie, Rouge de fierté, de Wallace Reyburn (1969) qui regorge de blagues et de jeux de mots.

Réalité: Thomas Crapper existait. Un certificat aux archives de Doncaster (réf P4/1/A12) confirme qu'il a été baptisé le 28 septembre 1836 dans l'église St Nicholas, Thorne, South Yorkshire. Sa vie peut être retracée à partir des recensements, des registres paroissiaux et des répertoires des rues.

Crapper a installé ses installations sanitaires à Chelsea et a épousé sa cousine, Maria Green, en 1860. Dans le recensement de 1891, Thomas est appelé «ingénieur sanitaire», se rendant à Londres depuis son domicile de Brighton. En 1895, il retourna dans la banlieue de Londres, s'installant au No 12 Thornsett Road, Anerley, où une plaque bleue commémorative peut être vue sur le mur aujourd'hui. À cette époque, Crapper avait déposé neuf brevets liés aux appareils sanitaires, dont des exemplaires sont conservés à la bibliothèque de Kensington. Son acte de décès indique que le 27 janvier 1910, à l'âge de 73 ans, il est décédé d'un cancer de l'intestin.

Mythe 2

En 1848, à l'âge de 11 ans, « il marcha du Yorkshire à Londres à la recherche de travail »

Réalité: Non, il ne l'a pas fait. Le recensement montre qu'il était encore à l'école jusqu'en 1851 au moins, alors qu'il avait 14 ans. Il a probablement fréquenté la Brooke's Trust School de Thorne.

Il est très peu probable qu'il ait marché jusqu'à Londres. Pourquoi devrait-il? Sa famille n'était pas si pauvre. Son père était capitaine d'un bateau à vapeur et ses cousins ​​étaient également dans le commerce maritime, il aurait donc été facile pour lui de partir en bateau.

De plus, il n'avait pas besoin de « chercher » du travail. Son frère George était maître plombier à Londres. Il avait plusieurs hommes qui travaillaient pour lui et était heureux de prendre Thomas comme apprenti en 1853 et de lui donner une chambre mansardée dans sa maison de Robert Street, Chelsea.

Mythe 3

Thomas Crapper a inventé les toilettes à chasse d'eau

Réalité: Faux. Dès 1449, à Londres, Thomas Brightfield avait conçu des toilettes à chasse d'eau provenant d'une citerne. En 1596, Sir John Harington a construit des toilettes à chasse d'eau dans sa maison près de Bath pour la visite de sa marraine, la reine Elizabeth I. Mais l'installation étant coûteuse, la plupart des gens ont continué à utiliser des pots de chambre.

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, les toilettes étaient souvent mal conçues. Les vannes ont fui et d'énormes quantités d'eau propre ont été gaspillées. Beaucoup de gens craignaient le risque pour leurs plafonds et leurs meubles en faisant couler de l'eau, sous pression, dans toute leur maison. D'autres considéraient l'idée de déféquer à la maison comme odieuse. Les pots de chambre et les commodes étaient principalement destinés à l'urine si vous aviez besoin de vider vos entrailles, vous utilisiez les toilettes, à l'extérieur.

Le Metropolis Water Act (1871) exigeait des fabricants qu'ils intègrent dans leurs citernes un mécanisme appelé "anti-gaspillage". Crapper n'était pas responsable des améliorations majeures apportées aux dispositifs anti-gaspillage, bien qu'il ait construit des silencieux pour réduire les sifflements et les gargouillis que les citernes faisaient lors du remplissage. Tous les systèmes de Crapper n'étaient pas non plus fiables. L'un d'eux, avec une chasse d'eau automatique et un siège auto-relevable, était si sujet aux accidents qu'il est devenu connu sous le nom de « botteur de fond » !

La véritable réussite de Thomas Crapper a été d'avoir contribué à un changement d'attitude du public en inventant le premier showroom de salle de bain au monde à Chelsea. Beaucoup de ses WC, lavabos et baignoires ont été installés, afin que les clients puissent même les essayer ! Auparavant, si vous souhaitiez commander des articles sanitaires, un vendeur se rendait chez vous avec un catalogue et des échantillons de quelques centimètres de haut. C'est en grande partie grâce à Crapper que les gens sont devenus moins gênés d'acheter des articles sanitaires en public.

Mythe 4

Il a été fait chevalier, devenant Sir Thomas Crapper

Un autre mythe populaire est que le travail de plomberie de Thomas Crapper a été tellement admiré par la famille royale qu'il a été fait chevalier par la reine Victoria. Il est même parfois appelé « Sir John Crapper ».

Réalité: Non, il ne l'était pas. Il a terminé ses jours en tant que simple « Mr » Crapper. Mais il est facile de voir comment le malentendu est né car il a eu de nombreux rapports avec la royauté. À la fin des années 1880, le prince de Galles (le futur roi Édouard VII) lui a demandé d'installer les toilettes et les drains à Sandringham House. Cette commission royale lui a donné le droit d'afficher dans ses œuvres de Marlboro à Chelsea un écusson royal accrocheur peint en bleu, rouge et or et les mots « sur rendez-vous ».

Crapper était également responsable de la fourniture de toilettes au palais de Buckingham et au château de Windsor. Il a posé les drains à la Royal Horticultural Society de Wisley et à l'abbaye de Westminster, où l'on peut voir à ce jour trois plaques d'égout en fonte portant son nom.

Quant à « Sir John » Crapper, il est très probablement confondu avec Sir John Harington, le filleul d'Elizabeth I (voir mythe 3).

Mythe 5

Le mot « merde » vient de son nom

Réponses Wiki : « Q : Quelle est l'histoire derrière le mot « merde » ? R : La plupart des gens l'associent à Thomas Crapper, qui a inventé les toilettes à chasse d'eau ».

Réalité: Faux. Le mot n'a aucun rapport avec Thomas Crapper. Il apparaît pour la première fois dans JC Hotten Un dictionnaire d'argot moderne, de dévers et de mots vulgaires (1859) : « CRAP, se soulager, évacuer ». Thomas Crapper n'a même pas créé son entreprise jusqu'en 1861, sans parler de devenir célèbre.

L'expression, un « crapping ken », signifiant une toilette ou des toilettes, a été utilisée en 1846 dans Le Swell's Night Guide de la vie sociale à Londres, alors que Thomas n'avait que dix ans. En fait, la recherche suggère que Thomas avait un nom traditionnel du Yorkshire qui était à l'origine « Cropper » - quelqu'un qui apporte les récoltes. Il est cependant possible que le mot américain « crapper », au sens de toilettes, soit dérivé de Thomas Crapper. Lorsque les soldats américains étaient basés en Angleterre en 1917, ils ont probablement vu des citernes estampillées «T Crapper» dans certaines toilettes publiques et ont peut-être emporté le mot «crapper» chez eux. Certainement, Dictionnaire d'argot de Cassell enregistre le mot « crapper » comme synonyme de toilettes, utilisé depuis les années 1920.

Thomas Crapper (1836-1910)

1836 Né à Thorne, dans le sud du Yorkshire

1853 Apprenti de son frère George, maître plombier à Chelsea

1860 A épousé sa cousine Maria Green

1861 A fondé sa propre entreprise de plomberie à Marlboro' Cottages à Chelsea

1862 Un fils, John Green Crapper, est né. Mort en 1863

1866 Construction de la première salle d'exposition de salles de bains au monde à Marlborough Road, Chelsea. Il a utilisé des « tactiques de choc » pour afficher ses cuvettes de toilettes blanches au public derrière de grandes baies vitrées. On dit que certaines dames qui ont passé les fenêtres se sont évanouies à la vue !

1887 Commission royale pour fournir la plomberie de Sandringham House. Une trentaine de WC avec sièges en cèdre ont été installés, ainsi que des urinoirs à chasse d'eau pour une pièce attenante à la salle de billard

1902 Sa femme est décédée

1904 Thomas a pris sa retraite, passant l'entreprise à son neveu George et à son partenaire commercial Robert Marr Wharam

1910 Thomas est décédé et a été enterré au cimetière d'Elmer's End, Beckenham

Le Dr Robert Hume est l'auteur de Thomas Crapper : Légende des toilettes (Stone Publishing, décembre 2009)


LES TOILETTES À CHASSE UN DISPOSITIF QUI A CHANGÉ L'HISTOIRE, PERMETTANT À LA SOCIÉTÉ DE VIVRE AVEC ELLE-MÊME

Les Anglais avaient une manière unique de montrer leur mépris pour Napoléon le lit.

Les ouvriers et les soldats à l'époque de l'empereur Hadrien avaient les "toilettes publiques" les plus publiques - une rangée de 20 latrines en pierre construites au sommet du mur qui porte son nom en Grande-Bretagne.

Les femmes françaises du début du XVIIIe siècle possédaient des récipients de forme presque identique aux saucières d'aujourd'hui - mais au lieu d'orner la table de la salle à manger, ils étaient glissés entre les jambes des dames pour soulager lors de longs concerts ou conférences.

Les informations ci-dessus, se concentrant sur ce que certains pourraient considérer comme un sujet "indélicat", ne sont qu'un petit échantillon des connaissances acquises par Henry Soltys en retraçant l'histoire complète du développement des installations sanitaires d'aujourd'hui. Le professeur de musique à la retraite d'Allentown High School a compressé cette histoire dans une présentation de diapositives légère mais factuelle intitulée "Latrinalia and Ecology: 3000 BC to the Present and Future", qui décrit la gamme d'hébergements utilisés depuis les premières ruines minoennes jusqu'à nos jours. salles de bains chez des amis.

Soltys souligne que si

L'Anglais Thomas Crapper est le nom le plus souvent associé aux toilettes à chasse d'eau, c'est Sir John Harington, un filleul de la reine Elizabeth I, qui l'a vraiment inventé vers 1596. Il en a même installé une pour la reine dans son palais de Richmond, dans le Surrey. Mais au lieu de le remercier, elle l'a expulsé du tribunal après qu'il eut lu à haute voix son traité, "La métamorphose d'Ajax", dans lequel il décrivait le fonctionnement des toilettes en des termes que la reine considérait comme totalement trop paillards pour les oreilles délicates de la royauté assemblée. Incidemment, Crapper n'a fait qu'améliorer ce que Harington avait commencé. Les deux, bien sûr, sont immortalisés dans les divers euphémismes employés pour décrire la réponse à un appel de la nature. Il y a "the jakes" (un dérivé d'Ajax), "the john" (le prénom de Harington) . . . vous avez eu l'idée.

Harington a nommé son invention un "Ajax" et le traité contenait un dessin explicite de ce qu'il a appelé "Un Privie en Perfection". laissez un demi-pied de profondeur dans de l'eau fayre, et ceci étant bien fait et bien entretenu, votre pire intimité peut être aussi douce que votre meilleure chambre, mais pour conclure tout cela en quelques mots, ce n'est qu'un outil debout près facilement vidé , et par la même raison (d'autres formes et proportions observées) tous les autres endroits de votre maison peuvent être gardés doux."

L'Encyclopedia Brittanica rapporte que des récipients ressemblant à des latrines avec des drains bruts ont été trouvés lors de l'excavation de huttes en pierre néolithiques construites il y a environ 10 000 ans dans les îles Orcades. Et les archéologues ont été étonnés de découvrir un appareil qui ressemble beaucoup aux toilettes à chasse d'eau d'aujourd'hui dans les ruines du palais royal de Minos en Crète, qui remonte à environ 2000 av. les années 1700 lorsque les Européens ont commencé de sérieux efforts pour développer des systèmes pour le gérer. Il s'est avéré qu'ils n'ont fait que faire des améliorations car l'équipement que l'on trouve aujourd'hui dans les salles de bains les plus modernes est dans un concept peu différent de la version minoenne. (Cela n'enlève rien à la contribution de Sir John Harington à un monde plus hygiénique. À cette époque, il n'avait aucun moyen de savoir que les Minoens l'avaient fait en premier.)

En parlant de premières, Soltys a noté que les premières toilettes payantes au monde (des latrines primitives, en fait) ont été installées dans le Colisée à Rome. L'empereur Vespasien, qui était responsable de la construction de l'arène vers 75-80 après J.-C., aurait répondu aux objections des critiques à l'idée avec le commentaire : " L'argent n'a pas d'odeur ! "

Dès 1704, ici aux États-Unis, les prisonniers de la prison de Williamsburg (Va.) disposaient de toilettes composées d'un "trône" - bien nommé parce que l'ouverture était située au sommet de trois marches - qui était reliée à un conduit à l'extérieur du mur . Le conduit se déversait dans une fosse d'aisance à une courte distance. Bien que cela puisse être classé comme une "installation intérieure", l'Encyclopedia Brittanica note que ce n'est qu'à la fin du 19ème siècle que les progrès de la pratique de la plomberie ont reçu une attention sérieuse en tant que partie intégrante du logement.

Soltys a déclaré que son intérêt pour le sujet avait été piqué dès 1937 lorsque son beau-père lui avait donné une brochure, "Gems of American Architecture", un catalogue des différents modèles de dépendances alors disponibles. En effet, la collection de Soltys contient plusieurs diapositives présentant des dépendances qui parsèment encore la campagne de Lehigh Valley, du type commun "à deux sièges" en bois avec une découpe en demi-lune sur la porte à un enclos orné de briques qu'il a trouvé dans la région d'Alburtis. L'un des plus fascinants est présenté dans la brochure, un modèle "portable" qui a été monté sur des roues avec des poignées pour le ramasser pour un déplacement facile vers un nouvel endroit lorsque les trous d'origine sont pleins.

Beaucoup de ceux qui sont encore debout ont été adaptés par les propriétaires actuels pour servir à d'autres fins. Le plus souvent, ils deviennent des cabanes à outils. Mais Charles et Gretel Ruppert, le gendre et la fille des Solty qui vivent près d'eux dans le canton d'Upper Saucon, ont construit une annexe sur la leur et l'ont convertie en maison de jeu pour leur fille et en dressing pour les invités à la fête. .

De nombreuses variantes de toilettes à chasse d'eau sont apparues au fil des ans, et toutes n'ont pas utilisé de l'eau, a déclaré Soltys. Vers 1860, le révérend Henry Moule, un prédicateur anglais, inventa le « placard en terre » qui consistait en un siège en bois au-dessus d'un seau et d'une trémie remplie de terre sèche. L'utilisateur tirait sur une poignée pour libérer une couche de terre dans le seau qui pouvait être vidé quotidiennement. Plus tard, un dispositif a été ajouté pour libérer la terre automatiquement à chaque fois que l'utilisateur se levait du siège. Cette idée a également été incorporée dans le type de chasse d'eau il y a plusieurs années, mais a finalement été déclarée illégale. Cependant, le mot n'est pas parvenu à au moins un résident de la région - Soltys a une diapositive montrant une encore utilisée.

Il y a eu des "améliorations" qui ont été moins que réussies aussi. Un exemple est un design vendu en Norvège en 1975 qui n'utilisait ni terre, ni eau, ni produits chimiques. Au lieu de cela, il fonctionnait à l'électricité pour congeler les déchets qui étaient stockés dans un sac en plastique pour le compostage. Malheureusement, l'air réfrigéré a également refroidi le siège.

D'un autre côté, il y a eu quelques bonnes idées qui n'ont pas fait leur chemin. Au Japon, il existe un modèle avec un lavabo de salle de bain standard monté sur le réservoir des toilettes. L'eau de lavage est ensuite utilisée pour tirer la chasse d'eau des toilettes, une innovation qui permettrait évidemment d'économiser l'eau. Dans sa présentation, Soltys note que la famille américaine moyenne utilise 35 200 gallons d'eau par an juste pour tirer la chasse d'eau. À la lumière de cette statistique, la combinaison toilettes-lavabo ressemble à un rêve d'écologiste.

Alors que les toilettes aux États-Unis sont aujourd'hui construites à peu près de la même manière, avec le levier de chasse situé directement sur le réservoir, dans le reste du monde, c'est une aventure continue de trouver le mécanisme. Il n'y a pas de construction standard et les diapositives de Soltys montrent que les leviers à main, les pédales, les chaînes de traction et les boutons-poussoirs sont placés à des endroits assez improbables. Et qui n'a pas entendu l'histoire horrible du touriste qui a tiré sur la chaîne du char situé au-dessus de sa tête pour que tout s'écroule sur lui ?

Il y a plusieurs années, on parlait beaucoup du Clivus Multrum, "la toilette du futur". Sans eau, il transforme les déchets de cuisine et de toilette, déposés par gravité dans un composteur en sous-sol tapissé de tourbe, de terre de jardin et d'herbe ou de feuilles coupées, en engrais de jardin. En 1977, un a été installé au Centre d'éducation environnementale de Pocono à Stroudsburg et il est toujours en cours de fabrication bien qu'il n'ait pas été reçu avec autant d'enthousiasme par le public que les écologistes l'avaient espéré.

Mais les écologistes (ainsi que n'importe qui d'autre qui a déjà eu à gratter un désordre indescriptible de ses chaussures) ne peuvent s'empêcher d'approuver les toilettes que les pères de la ville de Tel-Aviv, en Israël, ont construites. Ici et là dans toute la ville, ils ont placé des "doggie johns" consistant en une zone clôturée contenant une grande quantité de sable et de terre. C'est une sorte de Clivus Multrum spécialement pour nos amis à quatre pattes.

Avec tous les discours d'autosatisfaction sur le chemin parcouru pour fournir le maximum d'installations sanitaires, il est intéressant de noter que quelques vestiges du passé existent encore et sont toujours utilisés pour leur objectif initial. Le plus intrigant est peut-être situé juste à l'extérieur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. À moins que l'on ne connaisse "la pissoir" à l'avance, il semble que les hommes rassemblés derrière ce mur regardant nonchalamment vers le haut observent les oiseaux. Peut-être qu'ils le sont - mais qui a dit que vous ne pouvez pas faire deux choses à la fois ?


Qui a inventé les toilettes à chasse d'eau ?

Si vous voulez un nom plus moderne à marquer comme "inventeur" :

Sir John Harington, en 1596 est crédité du premier compte rendu écrit de la création de toilettes à chasse d'eau.

Les informations suivantes sont basées sur les recherches du Dr Andy Gibbons, historien de l'International Thomas Crapper Society, et de Ken Grabowski, un auteur qui a écrit un livre sur la vie de Crapper.

Thomas Crapper n'a PAS inventé les toilettes.

Fait : Personne au courant de Thomas Crapper ne ferait jamais la déclaration que Thomas Crapper a inventé les toilettes. Dans ses recherches, Grabowski a créé une histoire détaillée de la vie professionnelle de Crapper. L'homme détient neuf brevets, quatre pour l'amélioration des drains, trois pour les toilettes, un pour les plaques d'égout et le dernier pour les joints de tuyaux. Chaque demande de brevet pour des produits liés à la plomberie déposée par Crapper a franchi le pas, et des brevets réels ont été accordés.

Le produit le plus célèbre attribué à Thomas Crapper n'a pas du tout été inventé par lui. Le "Silent Valveless Water Waste Preventer" (No. 814) était un système d'évacuation symphonique qui permettait à une toilette de se rincer efficacement lorsque la citerne n'était qu'à moitié pleine. Le brevet britannique 4990 pour 1898 a été délivré à M. Albert Giblin pour ce produit.

Il existe quelques théories sur la façon dont Thomas Crapper a été associé à cet appareil. Premièrement, Giblin a travaillé pour Crapper en tant qu'employé et a autorisé son utilisation du produit. Le deuxième scénario, et le plus probable, dit Grabowski, est que Crapper a acheté les droits de brevet de Giblin et a commercialisé l'appareil lui-même.

[ Cette question est une question fréquemment posée, et donc ce message a été choisi pour être mis à jour avec la bonne réponse et les détails. Il a été fortement modifié. ]


Brève histoire et faits des toilettes

Les toilettes dans les temps anciens étaient faites de briques et de sièges en bois, ils avaient des chutes qui transportaient les déchets vers les égouts de la rue. Les premières toilettes en Crète, en Égypte et en Perse étaient utilisées au 18 e siècle avant notre ère. Certaines toilettes reliées à un système de chasse d'eau étaient populaires dans les bains publics romains. Ils étaient majoritairement positionnés au-dessus des égouts.

Au Moyen Âge, de nombreux ménages appelés robes de jardin avaient un trou sur le sol au-dessus du tuyau qui transportait les déchets à éliminer. Les ouvriers nettoyaient les déchets pendant la nuit et les vendaient comme engrais. Dans les années 1800, les maisons anglaises privilégiaient l'utilisation d'un système sans eau de placard en terre sèche inventé en 1859 par le révérend Henry Moule de Fordington.

Les toilettes avaient un siège en bois, un seau et un récipient séparé, en terre sèche mélangée dont le but était de produire du composite pouvant être restitué au sol. C'est l'une des toilettes composites utilisées aujourd'hui dans les parcs et le long des routes au Canada, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Suède.

La première conception des toilettes à chasse d'eau modernes a été inventée en 1596 par Sir John Harington, connue sous le nom de Metamorphosis Ajax. En 1775, le premier brevet pour des toilettes à chasse d'eau pratiques a été délivré. Alexander Cummings a conçu une modification du S-trap.

Un piège en forme de S empêchait les odeurs odorantes de remonter vers le haut. En 1851, un plombier anglais du nom de George Jennings a installé les premières toilettes publiques payantes au Crystal Palace à Londres Hyde Park. En 1850, la plupart des foyers de la classe moyenne en Grande-Bretagne avaient des toilettes. Au milieu du 19 e siècle, les toilettes ont commencé à gagner du terrain parmi les masses.


L'inventeur afro-américain Thomas Elkins — Le brevet Commode (toilette)

Février est le Mois de l'histoire des Noirs, également connu sous le nom de Mois de l'histoire afro-américaine. Bien que février soit le mois le plus court de l'année, avec seulement 28 jours, 24/7 Headline souhaite fournir des informations sur les grandes choses que les Noirs américains ont inventées et/ou accomplies. Sans ordre particulier, nous fournirons des informations montrant les contributions, malgré des défis évidents, des Noirs américains dans l'histoire de notre nation.

Le Black History Month a été créé aux États-Unis en 1926 et a commencé comme une semaine, appelée Negro History Week. Cette semaine était la deuxième semaine de février et a été créée par l'historien Carter Godwin Woodson, un Noir américain qui était également auteur, journaliste et fondateur de l'Association pour l'étude de la vie et de l'histoire afro-américaines. À partir de 1976, avec le président Gerald Ford, tous les présidents américains ont désigné février comme le Mois de l'histoire des Noirs.

24/7 Headline News commencera par Thomas Elkins, l'inventeur noir américain qui a breveté la “Chamber Commode” ou les toilettes. Bien que des unités similaires aient été utilisées pendant des milliers d'années, la plupart étaient réservées à la royauté. Bien que peu de gens aient entendu parler dans les temps plus anciens, l'un des premiers connus était un dispositif de chasse d'eau créé par Sir John Harrington pour sa marraine, la reine Elizabeth. Cela a été cru par les historiens pour ouvrir la voie aux futures toilettes en Angleterre et aux États-Unis.

Les toilettes ont continué à évoluer, Thomas Elkins faisant breveter une commode de chambre améliorée le 9 janvier 1872. Son brevet comprenait un bureau, un miroir, un support à livres, un lavabo, une table, un fauteuil et un tabouret de chambre. Ceci et peut-être ceux qui ont précédé et suivi, ont inspiré l'invention en 1885 des toilettes en céramique monobloc, par Thomas William Twyford.


Légende des toilettes : la vraie histoire de Thomas Crapper

C'est un mythe largement répandu que Thomas Crapper a inventé les toilettes à chasse d'eau. Mais alors que Thomas Crapper lui-même n'était pas l'inventeur, il mérite beaucoup de crédit pour en avoir fait un succès mondial. Il était un humble compagnon plombier qui a lancé sa propre entreprise de plomberie à Londres en 1861 et est devenu un homme d'affaires et un commerçant avisé, popularisant les toilettes à chasse d'eau, la plomberie intérieure et les accessoires de salle de bain. Avec Le 6 mai étant “Lisez l'almanach de vos agriculteurs lors de la journée de la salle de bain, nous sommes ravis de partager son histoire !

Alors, qui a inventé les toilettes à chasse d'eau ?

L'invention réelle des toilettes à chasse d'eau remonte à un Britannique du nom de Sir John Harrington qui, en 1596, a conçu un mécanisme avec un cordon qui, lorsqu'il est tiré, évacue les déchets avec un jet d'eau. Le travail manuel de Crapper est venu beaucoup plus tard - il a incorporé l'élégance au design et aux accessoires de salle de bain. Ses toilettes à chasse d'eau ont également permis d'économiser de l'eau. En fait, c'est Crapper qui a inventé le robinet à flotteur flottant qui empêche l'eau de s'écouler dans les toilettes lorsque le réservoir est plein.

Autres brevets détenus par Crapper

Alors que Crapper avait de nombreux brevets notables, certains n'étaient pas très réussis. Il a inventé le premier au monde automatique chasse d'eau - un mécanisme à ressort qui soulevait le siège lorsque quelqu'un se levait, ce qui déclenchait la chasse d'eau. Mais il était plein de défauts de conception : il était susceptible de coller et de gifler le malheureux utilisateur dans le siège. Donc, le projet était bien rincé.

Salle d'exposition de salle de bain « Scandalous » de Thomas Crapper

Crapper était peut-être plus connu pour avoir ouvert la première salle d'exposition d'accessoires de salle de bain au monde en 1907. La salle d'exposition Crapper & Co. a permis aux clients d'essayer les articles. Certains ont apprécié la nouveauté de pouvoir acheter des toilettes et d'autres accessoires de salle de bain, tandis que d'autres ont trouvé scandaleux d'être au courant de ces articles à porte fermée exposés dans les immenses baies vitrées.

Thomas Crapper est décédé le 27 janvier 1910 (que nous célébrons sous le nom de « Thomas Crapper Day » 8221), mais son magasin à succès avec ses toilettes de marque a survécu jusque dans les années 1950. Son partenaire, Robert G. Wharam, a finalement vendu l'entreprise, mais le nom a survécu. Selon Londonist.com, les toilettes de Crapper existent toujours autour de Londres et le site invite les gens à documenter les observations de Crapper.

Thomas Crapper est-il responsable de "Crap?"

Il serait logique que « merde » vienne du nom de famille d'un célèbre ingénieur de toilettes, mais ce n'est qu'une coïncidence chanceuse. C'est en fait un mot qui vient du moyen anglais. À l'origine, “crap” signifiait «refuser» ou «abats». C'était un mot autrefois couramment utilisé qui est tombé en disgrâce à la fin du 16ème siècle. Ce sont les premiers colons du Nouveau Monde qui ont apporté la parole avec eux. Tout au long des siècles, même si personne en Europe n'a trouvé d'usage pour le mot, les colons américains ont gardé ce bout d'argot vivant. En fait, parmi les Américains, le sens de « merde » est passé de la déjection générale à son sens actuel, plus populaire. Avance rapide jusqu'à la Première Guerre mondiale, lorsque de nombreux soldats américains étaient stationnés à Londres, ils ont trouvé très amusant de voir le logo «Crapper» gravé sur les toilettes en grosses lettres en gras. Au début, les Britanniques ne comprenaient pas de quoi il s'agissait, mais peu de temps après, ils ont réadopté la phrase, qui perdure.

Ainsi, bien que Thomas Crapper n'ait peut-être pas inventé les toilettes à chasse d'eau, il était certainement une grande partie de son histoire.


Le Trône de Sir John Harrington

Sir John Harrington (alias Harington) était un poète - un amateur et pas très réussi ! Mais sa poésie n'était pas la raison pour laquelle on se souviendrait de lui. Quelque chose de beaucoup plus terre-à-terre devait être son héritage.

Il était un filleul de la reine Elizabeth I, mais il avait été banni de la cour pour avoir raconté des histoires risquées et exilé à Kelston près de Bath.

Au cours de son ‘exil’, 1584-1591, il s'est construit une maison, et a conçu et installé le premier lavabo à chasse d'eau, qu'il a nommé Ajax.

Finalement, la reine Elizabeth lui a pardonné et a visité sa maison à Kelston en 1592.

Harrington a fièrement montré sa nouvelle invention, et la reine elle-même l'a essayée ! Elle a été tellement impressionnée, semble-t-il, qu'elle en a commandé un pour elle-même.

Son cabinet de toilette avait une casserole avec une ouverture au fond, scellée avec une valve en cuir. Un système de poignées, de leviers et de poids versait l'eau d'une citerne et ouvrait la vanne.

Malgré l'enthousiasme de la reine pour cette nouvelle invention, le public reste fidèle au pot de chambre.

Celles-ci étaient généralement vidées d'une fenêtre à l'étage dans la rue en dessous, et en France, le cri "gardez-l'eau" a averti les personnes en dessous de prendre des mesures d'évitement. Cette phrase ‘gardez-l’eau’ est peut-être à l'origine du surnom anglais des toilettes, le ‘loo’.

C'est presque deux cents ans plus tard, en 1775, qu'un WC à chasse d'eau a été breveté pour la première fois par un Alexander Cummings de Londres, un dispositif similaire à l'Ajax de Harrington.


Alors… qui a inventé les toilettes ?

Bien que cela donne une réponse agréable, ordonnée et humoristique, ce n'est pas vrai. Il n'a pas inventé les toilettes. Cependant, il a beaucoup fait pour augmenter la popularité des toilettes et a développé d'importantes inventions connexes. Il s'est fait remarquer pour la qualité de ses produits et a reçu plusieurs mandats royaux pour livrer des biens et des produits à la famille royale britannique.

À la fin des années 1850, l'entreprise qu'il a fondée Thomas Crapper & Company, possédait la première salle d'exposition au monde de baignoires, toilettes et lavabos, et est toujours en activité à ce jour. Ainsi, bien qu'il n'ait pas inventé les toilettes, il est généralement admis que le mot « crapper », signifiant les toilettes, trouve ses origines dans son nom.

Assez avec Crapper et le «crapper» maintenant revenons à qui l'a inventé.

En fait, il n'y a pas d'inventeur unique connu ou d'invention individuelle de ce que nous appelons maintenant les toilettes, et tous ses nombreux synonymes. Ce que nous avons, c'est une chronologie historique généralement connue et acceptée répertoriant les jalons de l'évolution des toilettes.

  • environ 26ème siècle avant JC : Les toilettes à chasse d'eau ont été utilisées pour la première fois dans la civilisation de la vallée de l'Indus. Dans quelques villes, on a découvert qu'il y avait des toilettes à chasse d'eau dans presque toutes les maisons, reliées à un système d'égouts sophistiqué.
  • Le roi Minos de Crète avait le premier WC à chasse d'eau enregistré dans l'histoire, il y a plus de 2800 ans.
  • Des toilettes ont été découvertes dans la tombe d'un roi chinois de la dynastie des Han occidentaux qui remonte à 206 avant JC à 24 après JC.
  • Les anciens Romains avaient un système d'égouts. Ils ont construit de simples toilettes extérieures ou des latrines directement au-dessus des eaux courantes des égouts qui se déversaient dans le Tibre.
  • 1206 : L'inventeur arabe ou persan Al-Jazari a inventé un dispositif de lavage des mains incorporant le mécanisme de chasse d'eau maintenant utilisé dans les toilettes à chasse d'eau modernes. Son appareil comportait un mécanisme pour remplir le bassin d'eau. Lorsque l'utilisateur tire sur le levier, l'eau s'écoule et le mécanisme remplit le bassin.
  • Chamber pots were used during the Middle Ages. A chamber pot is a metal or ceramic bowl that was used for relieving oneself and then the contents were disposed of (often out the window).
  • In 1596, a flush toilet was invented and built for Britain’s Queen Elizabeth I by her Godson, Sir John Harrington. It is said that she refused to use it because it was too noisy.
  • The first patent for the flushing toilet was issued to Alexander Cummings in 1775.
  • 1777: Samuel Prosser invented and patented the ‘plunger closet’.
  • Joseph Bramah of Yorkshire patented the first practical water closet in England in 1778.
  • During the 1800s, people realized that poor sanitary conditions caused diseases. Having toilets and sewer systems that could control human waste became a priority to lawmakers, medical experts, inventors, and the general public.
  • In 1829, the Tremont Hotel in Boston became the first hotel to have indoor plumbing it had eight water closets built by Isaiah Rogers. Until 1840, indoor plumbing could be found only in the homes of the rich and in better hotels.
  • 1851: The first popularized public water closets were exhibited at The Crystal Palace in London and these were considered the first public toilets. They had attendants dressed in white and customers were charged a penny for use.
  • Britain’s George Jennings in 1852 also took out a patent for the flush-out toilet.
  • 1857: The first American patent for a toilet, the ‘plunger closet’, was granted.
  • 1858: The first flush toilets on the European continent may have been installed in Christiania (now Oslo), Norway. The toilets were probably imported from Britain, as they were referred to by the English term “water closets”.
  • 1859: By the end of the 1850’s building codes suggested that most new middle-class homes in British cities were equipped with a water closet.
  • 1860: Another early water closet on the European continent was also imported from Britain. It was installed in the rooms of Queen Victoria in Ehrenburg Palace (Coburg, Germany). She was the only one who was allowed to use it.
  • 1880’s: Thomas Crapper’s plumbing company built flush toilets of Albert Giblin’s design. Although not the original inventor, Crapper popularized the siphon system for emptying the tank, replacing the earlier floating valve system which tended to leak. Some of Crapper’s designs were made by Thomas Twyford.
  • 1885: The first modern pedestal ‘flush-down’ toilet was demonstrated by Frederick Humpherson of the Beaufort Works, Chelsea, England.
  • 1885: British pottery manufacturer Thomas Twyford built the first one-piece ceramic toilet using the flush-out siphon design by J. G. Jennings.
  • 1898: Giblin received a British patent for the “Silent Valveless Water Waste Preventer”, a siphon discharge system.
  • 1906: William Elvis Sloan invented the Flushometer, which used pressurized water directly from the water supply line for faster recycle time between flushes. The Flushometer is still in use today in public restrooms worldwide.
  • 1907: Thomas MacAvity Stewart of Saint John, New Brunswick patented the vortex-flushing toilet bowl, which creates a self-cleansing effect.
  • Beginning in 1910, toilet designs started changing away from the elevated water tank into the modern toilet with a tank coupled to the bowl.
  • 1911: Philip Haas of Dayton, Ohio, developed and received a patent for the flush rim toilet, which depended on multiple jets of water from a ring with downward-pointing perforations to thoroughly wash every portion of the bowl.
  • 1924-1927: Haas also designed and improved a water closet flushing and recycling mechanism similar to those in use today.
  • 1980: Bruce Thompson, working for Caroma bathroom products of Australia, developed the Duoset commode tank with two buttons and two flush volumes as a water-saving measure. Modern versions of the Duoset are now available worldwide, and save the average household 67% of their normal water usage.
  • 2006: The NFL’s Calvin Johnson of the Detroit Lions (and at the time a student at Georgia Tech) developed a sophisticated waterless toilet to meet the sanitary needs of populations in South America who did not have access to clean water or sanitary plumbing.

So there you have it. Not one individual is known to history as the inventor of the toilet many have made their contribution to the single most significant product which helps promote and protect good health for people the world over.


When Did Indoor Showers Become Common?

Next time you step into your shower, you might consider that they are a fairly modern amenity to the bathroom. Before showers, people mainly used to bathe in tubs or public bathhouses. However, the shower was inspired by nature. In ancient times, people would travel to waterfalls to bathe. An indoor shower was having a personal waterfall, to some. In 1767, the first indoor shower was patented by William Feetham in the U.K and was generally used only by the wealthy. It started growing in popularity in the U.S. in the 1920s taking a few decades to become a common feature in the bathroom.

In our modern day, there is rarely a house you&rsquoll find without a shower, as it&rsquos a quick and easy way to wash and start the day!


Who invented the flushing toilet?

Which single invention saved the most lives? You might consider answering “penicillin” or “vaccines”, which are all worthy. However, it’s the toilet that can be credited for preventing the most deaths. Nearly 50 diseases that can spread through human feces — the most notable of which are dysentery, cholera, and typhoid — are averted thanks to the flushing toilet, an undeniable aspect of modernity which most of us take for granted. For the one-third of the world’s population which lacks access to toilets, however, these are considered a luxury. There are more cell phones than toilets, actually.

So what ingenious mind have we to thank for this wonderful invention?

A flushing toilet uses water to flush liquid and solid waste through a drain to a septic or sewer system. Some of the first civilizations that implemented crude toilet systems attached to flowing water sewage systems included those of ancient Crete, Greece, Egypt, and Rome. In the East, ancient civilizations such as Mohenjo-Daro and Harappa of the Indus Valley in India and Pakistan also implemented toilet systems, some as early as 5,000 years ago.

Despite latrines that utilized a constant stream of water to carry away waste can be tracked back to antiquity, the first flushing toilet whose design is familiar to this day was made by Sir John Harington, an English courtier and the godson of Queen Elizabeth I. Harington’s toilet, first described in 1596, consisted of a 2-foot-deep oval bowl waterproofed with pitch, resin and wax and fed by water from an upstairs cistern. There was also a flush valve which when actuated released the water, up to 7.5 gallons per flush. Up to 20 people could be served by his toilet between flushes. Granted, people were a bit less pretentious about sanitation in that age.

Sir John Harington. Credit: Wikimedia Commons.

Harrington’s device first described his invention, which he called Ajax, in a satirical pamphlet titled ‘A New Discourse on a Stale Subject, called the Metamorphosis of Ajax’. Ajax was a wordplay on the term “a jakes” which was back then slang for the latrine. One of the first of Harrington’s toilets was installed for his godmother, Queen Elizabeth I, at Richmond Palace.

It would take, however, a couple of centuries before the invention caught on with the lay folk as well. Flushing toilets required running water, sewer or septic systems, and could be themselves expensive to own. Thanks to the Industrial Revolution, the catalyst that introduced so many ‘luxury’ inventions into the homes of the common people, this changed.

The first patent for a flushing toilet was awarded to Alexander Cumming, also an English inventor, in 1775. His greatest improvement over previous designs was the S-shaped pipe below the bowl which, as we’ll learn, is essential to the flushing mechanism. The S-shape of the pipe allows standing water to seal off the toilet from the sewer. The layer of water prevents, for instance, nasty smells from the sewer creeping up through the toilet.

How a flushing toilet works

The toilet works by a simple mechanism and is based on gravity. Every toilet commode consists of a bowl, the flushing mechanism and, a refill mechanism. The most vital component is the bowl which can do all the functions a toilet needs to perform alone without the need for a tank, if required.

The bowl is attached to a pipe with an S-bend to the sewer. Activating the flush lever lifts a flapper valve to allow the designated amount of water to flow into the bowl to begin the flushing action. The weight of the water needs to pass a certain threshold to work. You can set up a simple experiment to convince yourself: first throw a glass of water in the toilet bowl. Nothing happens. Fill up a bucket with water and throw its content into the bowl and you’ll notice almost all of the water is sucked out of the bowl, and the bowl makes the recognizable “flush” sound.

So for the siphon to work you need to release a certain amount of water and fast enough. Once the level in the bowl is greater than that at the top of the S-bend, gravity begins the siphon. That gurgling sound at the end of the flush is caused by air entering the siphon tube.

The siphon is also the basic principle behind one of history’s most hilarious invention made for pranks — the Pythagorean cup, the anti-greedy vessel which empties its content if you pour too much drink inside.

Special mention: Thomas Crapper

Some erroneously credit Thomas Crapper (1837-1910) as the inventor of the flushing toilet. It would have been genuinely serendipitous but despite Crapper and his company being extremely successful and installing countless toilets and fixtures, that’s not your man.

“Thomas Crapper & Co Ltd” was one of the largest plumbing companies in England. During World War I, millions of American troops were stationed on the island before being deployed on the continent. It is here that many Americans saw a flushing toilet for the first time in their lives, most of which were made by Thomas Crapper & Co and had the brand labeled on them. The soldiers took to calling toilets “The Crapper” and brought that slang term for the toilet back with them to the United States.

To word ‘crap’ doesn’t come from ‘Crapper’, though. The origin of the word escapes many linguists but what seems certain is that it was commonly used in England to refer to rubbish or chaff during the 16th century. And that’s not all of Thomas Crapper’s legacy. Crapper and his company wrote many patents that improved toilet technology, including the “ballcock”, which is the float-triggered flushing mechanism in your toilet.


Voir la vidéo: Janna - Sä et ole hullu