Camelot, Idylles du Roi

Camelot, Idylles du Roi


Camelot de Tennyson : Les Idylles du roi et ses sources médiévales

En tant que principal poème narratif de l'Angleterre du XIXe siècle, Tennyson Idylles du roi est un remaniement ambitieux et largement influent des légendes arthuriennes du Moyen Âge, qui ont fourni un grand nombre de mythes et de symboles aux écrivains, peintres et compositeurs au cours des cent dernières années. Le traitement de ces légendes par Tennyson est maintenant considéré comme un commentaire oblique profondément significatif sur la décadence culturelle et l'équilibre précaire de la civilisation.

En s'appuyant sur des documents publiés et non publiés, Camelot de Tennyson étudie le Idylles du roi du point de vue de toutes ses sources médiévales. En notant la littérature arthurienne que Tennyson connaissait et en accordant une attention particulière aux œuvres qui sont devenues centrales à sa création arthurienne, le volume révèle l'immense connaissance du poète des légendes médiévales et ses approches variées de ses sources. L'auteur suit la chronologie de composition du Idylles, permettant au lecteur de voir la conception évolutive de Tennyson de son poème et ses attitudes changeantes envers les récits médiévaux. Les Idylles du roi se dresse, en fin de compte, comme le propre Camelot du poète, son héritage à sa génération, un acte d'accusation de sa société à travers une justification de son idéalisme.


Tennyson's Camelot : Les Idylles du roi et ses sources médiévales

En tant que principal poème narratif de l'Angleterre du XIXe siècle, Tennyson Idylles du roi est un remaniement ambitieux et largement influent des légendes arthuriennes du Moyen Âge, qui ont fourni un grand nombre de mythes et de symboles aux écrivains, peintres et compositeurs au cours des cent dernières années. Le traitement de ces légendes par Tennyson est maintenant considéré comme un commentaire oblique profondément significatif sur la décadence culturelle et l'équilibre précaire de la civilisation.

En s'appuyant sur des documents publiés et non publiés, Camelot de Tennyson étudie le Idylles du roi du point de vue de toutes ses sources médiévales. En notant la littérature arthurienne que Tennyson connaissait et en accordant une attention particulière aux œuvres qui sont devenues centrales à sa création arthurienne, le volume révèle l'immense connaissance du poète des légendes médiévales et ses approches variées de ses sources. L'auteur suit la chronologie de composition du Idylles, permettant au lecteur de voir la conception évolutive de Tennyson de son poème et ses attitudes changeantes envers les récits médiévaux. Les Idylles du roi se dresse, en fin de compte, comme le propre Camelot du poète, son héritage à sa génération, un acte d'accusation de sa société à travers une justification de son idéalisme.


Avis des clients

Meilleure critique des États-Unis

Un problème est survenu lors du filtrage des avis. Veuillez réessayer plus tard.

La valeur de ce volume, pour moi, réside dans l'inclusion de l'intégralité de la pièce musicale de Lerner & Lowe, Camelot, qui est basée sur l'un de mes livres préférés, The Once & Future King de T.H. Blanc, qui à son tour s'inspire de Malory, et ainsi de suite. Je trouve que l'inclusion de sélections des Idylles du roi de Tennyson est tellement incomplète qu'elle donne au livre une valeur supplémentaire, à l'exception du lecteur occasionnel qui souhaitera peut-être plonger dans Tennyson puis passer à la pièce. Comme l'éditeur a également imprimé T.H. L'épée dans la pierre de White, je ne peux m'empêcher de penser que cela aurait fait une meilleure pièce d'accompagnement, non seulement en termes que Camelot est né de la vision de White, mais aussi que la première partie du roman de White couvre l'enfance d'Arthur, tandis que le jouer enchaîne bien dans la vie plus tard d'Arthur.

Bien sûr, mieux que tout cela, je choisirais toujours T.H. Tétralogie de White. Pourtant, un volume avec la pièce et le premier roman arthurien de White aurait rempli une belle niche en nous fournissant des segments qui ont été supprimés de la révision de White de L'épée dans la pierre accompagnée de la pièce, qui reprend les thèmes ultérieurs de l'œuvre de White et de manière ludique. les résume.

En lisant la pièce, j'ai remarqué les différences entre celle-ci et la version cinématographique de 1967, et les similitudes qu'elle présente avec le film HBO de la pièce avec Richard Harris (sur la vidéo Prime). D'une part, nous avons Merlyn en train de gambader au début de la pièce même si sa fin est très proche, et il y a des séquences entières avec Nimue et plus tard (à ma grande surprise) avec Morgan le Fay. Autant j'aime Morgan le Fay dans les cycles arthuriens, autant je pense qu'il était sage d'extirper cette partie de la version cinématographique.

Bien que la pièce soit sans vergogne banale dans de nombreuses parties, la tragédie imminente de la légende est toujours présente et palpable. C'est à l'acte II, que je me retrouve pris par des vers comme lorsque Guenièvre dit : « Oh insensibilité des hommes sensibles ! Souffrant toujours tellement qu'ils ne peuvent rien souffrir pour les autres. Oh, comme les romanciers sont tombés, et c'est Guenièvre qui porte le coup !

Bien sûr, qui peut résister à la dernière scène dans laquelle un jeune Thomas Malory trouve Arthur, est fait chevalier et dit de se souvenir des histoires et, soit dit en passant, cela est tiré de l'écriture supérieure de White où le jeune Tom dit : « Je ferais n'importe quoi pour le roi Arthur.

Et après avoir traversé une autre itération de la légende arthurienne, je peux le ressentir aussi.

Il y a une belle petite introduction d'Allan Knee, qui résume comment dans les Idylles et dans Camelot "nous voyons une grande idée ruinée". Tellement vrai, et on pourrait en dire autant de Malory, White, Stewart et Sutcliff parmi tant d'autres.

Dans la pièce, un chœur chante « le coucher du soleil d'un rêve » et c'est un rêve auquel je reviendrai maintes et maintes fois.


Histoire d'origine

Posté !

Un lien a été posté sur votre flux Facebook.

Intéressé par ce sujet ? Vous pouvez également consulter ces galeries de photos :

Idylease, du nom du poème épique d'Alfred Tennyson sur le roi Arthur de Camelot, « Idylles du roi », a été construit en 1902 par des menuisiers locaux attirés par des annonces dans les journaux offrant 2,50 $ pour un quart de neuf heures. Conçue par John Boylston de John B. Snook & Sons, l'auberge a rapidement gagné en prestige pour son design et ses équipements. Il a été présenté en juin 1903 par le Montclair Times comme « une hôtellerie dont le New Jersey pourrait bien être fier ».

Plus qu'un lieu de séjour, Idylease était un lieu à renouveler.

L'auberge a été conçue par un groupe de 11 investisseurs appelés collectivement la Newfoundland Health Association. Dirigé par des médecins de la ville de New York – d'abord Edgar Day, puis Daniel Drake – le groupe a amené des citadins à se faire soigner dans leur sanatorium de pays pour un coût de 10 à 20 dollars par semaine, a déclaré Zampella.

Parmi les premiers visiteurs figurait H. Montague Vickers, un membre éminent de la Bourse de New York. Invité en 1906, Vickers siège plus tard au conseil d'administration de Rahway Valley Railroad et achète sa propre ferme dans la section terre-neuvienne.

Idylease était connue pour sa vaste véranda en plein air, ses piscines d'hydrothérapie en marbre et sa capacité à ancrer ses invités dans une nature prétendument thérapeutique. Le sanatorium autonome avait sa propre glacière, sa forge et son complexe agricole.

La Commission de préservation historique du canton a nommé Idylease, la nouvelle ville du bassin versant de Newark et l'annexe de l'hôtel de ville les trois premières propriétés de sa liste de monuments historiques locaux en 1988. Seuls 10 autres sites historiques ont depuis été nommés sur la liste locale, selon les dossiers. Un seul, Long Pond Ironworks, est inscrit au registre national.

Zampella a déclaré qu'il pensait que l'auberge méritait cette désignation, en raison de son architecture, de ses invités et de sa contribution à l'histoire américaine, et prévoyait de déposer une demande auprès du gouvernement fédéral.

Le producteur de cinéma et de multimédia de 53 ans, qui travaille également dans l'industrie hôtelière, blogue sur l'histoire du site depuis avril 2016. Il a rassemblé d'anciens disques et photos, y compris les livres d'or, qui, selon lui, ont été des yeux. ouverture.

Parmi les invités figuraient l'écrivain sportif William B. Hanna, le correspondant de la guerre civile David Banks Sickels et Grace Abbott, chef du Bureau de l'enfance des États-Unis de 1921 à 1934.

Vers la fin de l'ère du tourisme ferroviaire de la région à la fin des années 1920, Idylease a accueilli Victor Harrison-Berlitz, qui gérait 410 des centres linguistiques de la Berlitz Corporation, Joseph French Johnson, le doyen fondateur de l'Alexander Hamilton Institute, et Norton , la sixième femme à siéger au Congrès des États-Unis mais la première à venir de l'Est et à gagner en tant que démocrate.


Le premier ensemble de Idylles, "Enid", "Vivien", "Elaine" et "Guenièvre", a été publié en 1859. "Enid" a ensuite été divisé en "Le mariage de Geraint" et "Geraint et Enid", et "Guenièvre" a été élargi. Le Saint Graal et autres poèmes apparu dix ans plus tard. "Le dernier tournoi" a été publié dans Revue Contemporaine en 1871. « Gareth et Lynette » a été publié l'année suivante. L'idylle finale, "Balin et Balan", a été publiée en Tirésias et autres poèmes en 1885. La dédicace a été publiée en 1862, un an après la mort du prince consort, l'épilogue, "À la reine", a été publié en 1873.

La venue d'Arthur

La première des Idylles couvre la période suivant le couronnement d'Arthur, son avènement et son mariage. Le Leodogran assiégé, roi de Cameliard, fait appel à Arthur pour l'aider contre les bêtes et les hordes païennes. Arthur vainc ces derniers puis les Barons qui contestent sa légitimité. Ensuite, il demande la main de la fille de Leodogran, Guenièvre, qu'il aime. Leodogran, reconnaissant mais aussi douteux de la lignée d'Arthur, interroge son chambellan, les émissaires d'Arthur et la demi-soeur d'Arthur Bellicent (le personnage connu sous le nom d'Anna ou Morgause dans d'autres versions), recevant un récit différent de chacun. Il est enfin persuadé par un rêve d'Arthur couronné au ciel. Lancelot est envoyé pour amener Guenièvre, et elle et Arthur se marient en mai. Lors du festin des noces, Arthur refuse de payer le tribut coutumier aux seigneurs de Rome, déclarant : « L'ordre ancien change, laissant la place au nouveau.

Gareth et Lynette

Tennyson a basé « Gareth et Lynette » sur le quatrième (édition Caxton : septième) livre de Malory Le Morte d'Arthur. Aucune version de l'histoire antérieure à celle de Malory n'est connue, il est possible que Malory ait créé le conte lui-même, bien qu'il se soit peut-être appuyé sur une œuvre plus ancienne qui est maintenant perdue.

De toutes les Idylles, « Gareth et Lynette » est la plus douce et la plus innocente. Gareth, dernier fils de Bellicent et Lot, rêve de devenir chevalier mais est frustré par sa mère. Après une longue dispute, elle résout l'affaire, du moins le pense-t-elle, en lui ordonnant de servir de marmiton anonyme dans les cuisines d'Arthur pendant un an et un jour. À sa grande déception, il accepte. À son arrivée incognito à Camelot, Gareth est accueilli par un Merlin déguisé, qui lui dit que la ville n'est jamais construite, et donc construite pour toujours, et l'avertit qu'Arthur le liera par des vœux qu'aucun homme ne peut tenir. Gareth est irrité par son apparente bêtise, mais est lui-même réprimandé pour s'être déguisé auprès du véridique Arthur.

Arthur consent à la pétition du garçon pour le service de cuisine. Après que Gareth ait servi noblement et bien pendant un mois, Bellicent se repent et le libère de son vœu. Gareth est secrètement fait chevalier par Arthur, qui ordonne à Lancelot de garder un œil discret sur lui. La première quête de Gareth se présente sous la forme de Lynette acariâtre, qui supplie Arthur de l'aide de Lancelot pour libérer sa sœur Lyonors. Plutôt que Lancelot, on lui donne Gareth, apparemment toujours un serviteur de cuisine. Indignée, elle s'enfuit et abuse cruellement de Gareth lorsqu'il la rattrape. Au cours de leur voyage, il fait ses preuves encore et encore, mais elle continue de l'appeler fripon et marmiton. Gareth reste courtois et doux tout au long. Au Château Périlleux, il renverse le soi-disant chevalier de l'Étoile du Matin, chevalier du Soleil de midi, chevalier de l'Étoile du Soir, et enfin le plus terrible des chevaliers de la Mort, qui se révèle être un garçon contraint à son rôle par son frères plus vieux. Tennyson conclut: "Et il [Malory] qui a raconté l'histoire dans les temps anciens / Dit que Sir Gareth a épousé Lyonors, / Mais lui, qui l'a raconté plus tard [Tennyson], dit Lynette."

Le mariage de Geraint

Geraint et Enid

Balin et Balan

"Balin et Balan" est basé sur l'histoire de Sir Balin dans le livre II de Le Morte d'Arthur. La source de Malory était l'ancien cycle post-vulgaire français, en particulier le texte connu sous le nom de Suite du Merlin.

Les frères Sir Balin "le Sauvage" et Balan retournent dans la salle d'Arthur après trois ans d'exil, et sont chaleureusement accueillis. Lorsque les envoyés d'Arthur reviennent, ils rapportent la mort d'un des chevaliers d'Arthur à cause d'un démon dans les bois. Balan propose de chasser le démon et, avant son départ, met en garde Balin contre ses terribles rages, qui ont été la cause de leur exil. Balin essaie d'apprendre la douceur de Lancelot, mais désespère et conclut que la parfaite courtoisie de Lancelot est hors de sa portée. Au lieu de cela, il prend la couronne de la reine pour son bouclier. Plusieurs fois, cela lui rappelle de retenir son sang-froid.

Puis, un matin d'été, Balin assiste à un échange ambigu entre Lancelot et la reine qui le remplit de confusion. Il quitte Camelot et arrive finalement au château de Pellam et Garlon. Lorsque Garlon jette des calomnies sur la reine, Balin le tue et s'enfuit. Honteux de son humeur, il accroche son bouclier couronné dans un arbre, où Vivien et son écuyer le découvrent, puis Balin lui-même. Elle raconte des mensonges à Balin qui confirment ses soupçons sur Guenièvre. Il hurle, arrache son bouclier et le piétine. Dans ce même bois, Balan entend le cri et croit avoir trouvé son démon. Les frères s'affrontent et ne se reconnaissent que trop tard. En mourant, Balan assure à Balin que leur reine est pure et bonne.

Merlin et Vivien

Après s'être vanté auprès du roi Marc qu'elle reviendrait avec le cœur des chevaliers d'Arthur à la main, Vivien supplie et reçoit refuge dans la suite de Guenièvre. Pendant son séjour à Camelot, elle sème des rumeurs sur l'affaire de la reine. Elle ne parvient pas à séduire le roi, pour lequel elle est ridiculisée, et se tourne vers Merlin. Elle le suit lorsqu'il sort de la cour d'Arthur, troublé par des visions de malheur imminent. Elle a l'intention de faire sortir Merlin d'un sort qui le piégera pour toujours, croyant que sa défaite serait sa gloire. Elle proteste de son amour à Merlin, déclarant qu'il ne peut pas l'aimer s'il doute d'elle. Quand il mentionne les potins des chevaliers d'Arthur à son sujet, elle calomnie chacun d'eux. Merlin répond à toutes les accusations sauf une : celle de l'amour illicite de Lancelot, qu'il admet être vrai. Usé, il se laisse séduire, et explique à Vivien comment travailler le charme. Elle l'utilise immédiatement sur lui, et il est donc emprisonné pour toujours, comme s'il était mort pour n'importe qui d'autre qu'elle, dans un chêne creux et voisin.

Lancelot et Elaine

"Lancelot et Elaine" est basé sur l'histoire d'Elaine d'Astolat, trouvée dans Le Morte d'Arthur, le Cycle Lancelot-Graal et le Cycle Post-Vulgate. Tennyson avait déjà traité un sujet similaire dans "The Lady of Shalott", publié en 1833 et révisé en 1842, mais ce poème était basé sur la nouvelle italienne du XIIIe siècle. Donna do Scalotta, et a donc peu de points communs avec la version de Malory. [ 1 ]

Il y a longtemps, Arthur est tombé sur les squelettes de deux frères en guerre, l'un portant une couronne de neuf diamants. Arthur récupéra la couronne et enleva les diamants. Lors de huit tournois annuels, il a décerné un diamant au vainqueur du tournoi. Le gagnant a toujours été Lancelot, qui prévoit de gagner une fois de plus et de donner les neuf diamants à son amour secret, la reine Guenièvre. Guenièvre choisit de rester en retrait du neuvième tournoi, et Lancelot dit alors à Arthur qu'il ne participera pas non plus. Une fois qu'ils sont seuls, elle réprimande Lancelot pour avoir donné des motifs de calomnie de la cour et rappelle à Lancelot qu'elle ne peut pas aimer son roi trop parfait, Arthur. Lancelot accepte alors d'aller au tournoi, mais déguisé. Il emprunte des armures, des armes et des couleurs à un noble lointain, le seigneur d'Astolat, et, comme touche finale, accepte de porter la faveur symbolique de sa fille Elaine, ce qu'il n'a jamais fait "pour aucune femme". La chevalerie flatteuse de Lancelot gagne le cœur de la jeune Elaine impressionnable. Ici, l'Idylle répète le récit de Malory sur le tournoi et ses conséquences.

Elaine est ainsi tombée amoureuse de Lancelot. Quand il lui dit que leur amour ne peut jamais être, elle souhaite la mort. Elle devient plus tard faible et meurt. À sa demande, son père et ses frères l'ont mise sur une péniche avec un mot à Lancelot et à Guenièvre. Lancelot est revenu à Camelot pour présenter les neuf diamants à Guenièvre. Dans une fureur jalouse injustifiée, la reine jette les diamants par la fenêtre dans la rivière, juste au moment où la barge funéraire d'Elaine passe en dessous. C'est l'accomplissement d'un rêve dont Elaine a parlé dans lequel elle tenait le neuvième diamant, mais il était trop glissant pour le tenir et est tombé dans un plan d'eau. Le corps d'Elaine est amené dans la salle et sa lettre lue, à laquelle les seigneurs et les dames pleurent. Guenièvre demande en privé pardon à Lancelot. Le chevalier pense qu'Elaine l'aimait plus que la reine, se demande si tout l'amour de la reine s'est transformé en jalousie et souhaite qu'il ne soit jamais né.

Le Saint-Graal

Cette Idylle est racontée en flash-back par Sir Percivale, devenu moine et mort un été avant le récit, à son collègue moine Ambrosius. Sa pieuse sœur avait contemplé le Graal et avait nommé Galahad son « chevalier du ciel », déclarant que lui aussi le contemplerait. Une nuit d'été en l'absence d'Arthur, Galahad est assis dans le siège périlleux. La salle est secouée par le tonnerre, et une vision du Graal couvert passe devant les chevaliers. Percivale jure qu'il la cherchera un an et un jour, vœu repris par tous les chevaliers. Quand Arthur revient, il apprend la nouvelle avec horreur. Galahad, dit-il, verra le Graal, et peut-être Percivale et Lancelot aussi, mais les autres chevaliers sont mieux adaptés au service physique que spirituel. La Table Ronde se disperse. Percivale voyage à travers un paysage allégorique surréaliste jusqu'à ce qu'il rencontre Galahad dans un ermitage. Ils continuent ensemble jusqu'à ce que Percivale ne puisse plus suivre, et il regarde Galahad partir vers une ville céleste dans un bateau comme une étoile d'argent. Perceval voit le Graal, au loin, pas aussi proche ou réel que Galahad l'a vu, au-dessus de la tête de Galahad. Après la période de quête, seul un vestige de la Table Ronde revient à Camelot. Certains racontent leurs quêtes. Gauvain a décidé d'abandonner et a passé d'agréables moments de détente avec les femmes, jusqu'à ce qu'elles soient toutes emportées par un grand vent, et il a pensé qu'il était temps de rentrer à la maison. Lancelot trouva un grand escalier en colimaçon et le monta jusqu'à ce qu'il trouve une pièce chaude comme le feu et très surréaliste, et vit une version voilée du Graal enveloppée de samite, une soie épaisse populaire au Moyen Âge, qui est mentionnée plusieurs fois à travers les Idylles. "Le Saint Graal" est symbolique de l'éclatement de la Table Ronde, une des principales raisons de la ruine de Camelot.

Pelléas et Ettare

La source de Tennyson pour "Pelleas et Ettare" était à nouveau Malory, qui avait lui-même adapté l'histoire du Cycle Post-Vulgate.

Dans un écho ironique de « Gareth et Lynette », le jeune et idéaliste Pelléas rencontre et tombe amoureux de la dame Ettare. Elle le prend pour un imbécile, mais le traite bien au début parce qu'elle souhaite s'entendre proclamer la « reine de beauté » lors du tournoi. Pour l'amour de Pelléas, Arthur déclare qu'il s'agit d'un « tournoi de la jeunesse », à l'exception de ses guerriers vétérans. Pelléas remporte le titre et le diadème pour Ettare, qui met immédiatement fin à sa gentillesse envers lui. Il la suit dans son château, où pour une vue d'elle, il se laisse docilement être lié et maltraité par ses chevaliers, bien qu'il puisse et les renverse tous. Gauvain l'observe un jour avec indignation. Il propose de courtiser Ettare pour Pelléas, et à cet effet emprunte ses armes et son bouclier. Une fois admis au château, il annonce qu'il a tué Pelléas.

Trois nuits plus tard, Pelléas entre dans le château à la recherche de Gauvain. Il passe devant un pavillon des chevaliers d'Ettare, endormis, puis un pavillon de ses demoiselles, puis arrive à un pavillon où il trouve Ettare dans les bras de Gauvain. Il laisse son épée sur leur gorge pour montrer que, sans la chevalerie, il aurait pu les tuer. Quand Ettare se réveille, elle maudit Gauvain. Son amour se tourne vers Pelléas, et elle dépérit. Désillusionné par la cour d'Arthur, Pelléas quitte Camelot pour devenir le chevalier rouge du Nord.

Le dernier tournoi

Guenièvre avait autrefois élevé un bébé trouvé dans un nid d'aigle, qui avait un collier de rubis enroulé autour de son cou. Après la mort de l'enfant, Guenièvre a donné les bijoux à Arthur pour faire un prix de tournoi. Cependant, avant le tournoi, un paysan mutilé trébuche dans la salle. Il a été torturé par le Chevalier rouge du Nord, qui a monté une parodie de la Table ronde avec des chevaliers et des prostituées sans foi ni loi. Arthur délègue le jugement du Tournoi à Lancelot et prend une compagnie pour purger le mal. "Le Tournoi de l'Innocence Morte" devient une farce, pleine d'impolitesses, de règles enfreintes et d'insultes. Sir Tristram remporte les rubis. Brisant la tradition, il déclare grossièrement aux dames que la "Reine de Beauté" n'est pas présente. Le fou d'Arthur, Dagonet, se moque de Tristram. Dans le nord, pendant ce temps, les chevaliers d'Arthur, trop pleins de rage et de dégoût pour prêter attention à leur roi, piétinent le chevalier rouge, massacrent ses hommes et ses femmes et mettent le feu à sa tour.

Tristram donne les rubis à la reine Isolt, la femme de Mark, qui est furieuse qu'il ait épousé Isolt de Bretagne. Ils se moquent l'un de l'autre, mais à la fin il met le collier autour de son cou et se penche pour l'embrasser. A ce moment, Mark se lève derrière lui et se fend le crâne.

Guenièvre

Guenièvre s'est réfugiée au couvent d'Almesbury. La nuit où elle et Lancelot avaient décidé de se séparer pour toujours, Modred, averti par Vivien, a regardé et écouté avec des témoins leurs adieux. Guenièvre rejette l'offre de Lancelot d'un sanctuaire dans son château à l'étranger, choisissant plutôt de se réfugier anonymement dans le couvent. Elle se lie d'amitié avec un petit novice. Mais lorsque des rumeurs de guerre entre Arthur et Lancelot et l'usurpation de Modred parviennent au couvent, le bavardage négligent du novice pique la conscience de la reine. Elle décrit à Guenièvre le royaume glorieux à l'époque de son père, "avant la venue de la reine pécheresse".

Le roi vient. Elle entend ses pas et tombe face contre terre. Il se tient sur elle et se plaint d'elle, de lui-même et de son royaume, lui fait des reproches et lui pardonne. Elle le regarde partir et se repent, espérant qu'ils seront réunis au paradis. Elle sert dans l'abbaye, est plus tard choisie abbesse, et meurt trois ans plus tard.

Le décès d'Arthur

Cette section du Idylles est une version beaucoup plus étendue et modifiée du poème antérieur de Tennyson Morte d'Arthur.

Dans la dernière bataille désastreuse, Arthur tue Modred et reçoit à son tour une blessure mortelle. Toute la Table Ronde a été tuée à l'exception de Sir Bedivere, qui transporte le Roi dans une église (Avalon) où Arthur a reçu pour la première fois Excalibur de la Dame du Lac. Arthur ordonne à Bedivere de jeter l'épée dans le lac afin d'accomplir une prophétie écrite sur la lame. Sir Bedivere résiste deux fois, mais la troisième fois obéit et est récompensé par la vue d'un bras "Vêtu de samite blanc, mystique, merveilleux" s'élevant de l'eau pour attraper l'épée. C'était la dame du lac. Sir Bedivere retourne à Arthur dans l'église et lui dit ce qu'il a vu. Arthur le croit et passe avec Sir Bedivere en train de regarder, alors que le nouveau soleil se lève pour une nouvelle année.


Idylease: West Milford’s 1903 Inn, où Thomas Edison était un invité, cherche une inscription historique sur le registre national des lieux historiques.

MILFORD OUEST, NJ — (22 août 2019) Idylease Inn, une station thermale du début du siècle qui comptait l'inventeur Thomas Edison parmi ses invités célèbres, pourrait bientôt faire sa candidature pour le registre national des lieux historiques.

L'auberge, la première propriété nommée sur la liste des sites historiques de la ville, est un hôtel colonial hollandais de cinq étages et le dernier de plus d'une douzaine d'installations similaires qui se trouvaient dans la ville à l'apogée du tourisme au début du XXe siècle. Son livre d'or contient les noms de nombreux visiteurs célèbres, dont la première femme membre du Congrès du New Jersey, Mary Norton.

"Il a une histoire formidable" a déclaré Richard Zampella, le propriétaire. "Il y avait des dizaines de ces hôtels de villégiature dans le nord du New Jersey, presque tous ont été détruits par le feu ou la négligence."

Ouvert en 1903, Idylease a prospéré à l'époque du Ragtime. L'auberge était à un court trajet de la gare de Terre-Neuve sur le chemin du lac Greenwood, rempli de touristes. Promu comme une retraite de santé, il se trouvait au milieu d'un pays pastoral à la frontière vallonnée de la ceinture de fer du New Jersey.

Son emplacement est ce qui a attiré Edison.

Alors basé à West Orange, Edison a ouvert une mine éponyme près du district minier de Franklin-Ogdensburg dans le comté de Sussex en 1889. Son plan était de récolter une poche de minerai de qualité inférieure sur le mont Sparta, de briser la roche sur des tapis roulants et d'aspirer le fer avec des électro-aimants.

En proie à des problèmes de machinerie et minée par la découverte de l'immense chaîne de fer Mesabi dans le Minnesota, la mine a fermé une décennie plus tard. Peut-être que comme c'était le cas pour le phonographe, qu'Edison pensait être mieux utilisé pour la sténographie que pour jouer de la musique, il a peut-être mal évalué la meilleure utilisation de ses innovations minières.

Edison a ensuite appliqué sa technologie de concassage de roche pour aider à la création du ciment durable utilisé dans le Yankee Stadium d'origine et aider la New Jersey Zinc Company à traiter les minéraux à la mine Sterling à Ogdensburg.

Lors du voyage à travers le nord de Jersey, Edison a passé des nuits à Idylease, le journal des invités de l'auberge. La région de Terre-Neuve était l'une des préférées d'Edison, a noté Zampella. Des scènes de "Le grand vol de train" de 1903 ont été filmées à proximité, y compris à Echo Lake.

L'entrée principale de l'Idylease Inn sur Union Valley Road à West Milford comprend un double escalier en chêne local. L'ancien propriétaire de l'auberge, Arthur Zampella, a voulu déplacer l'escalier lorsqu'il a envisagé de démolir l'auberge à la fin des années 1980.

Idylease, du nom du poème épique d'Alfred Tennyson sur le roi Arthur de Camelot, « Idylles du roi », a été construit en 1902 par des menuisiers locaux attirés par des annonces dans les journaux offrant 2,50 $ pour un quart de neuf heures. Conçue par John Boylston de John B. Snook & Sons, l'auberge a rapidement gagné en prestige pour son design et ses équipements. Il a été présenté en juin 1903 par le Montclair Times comme "une hôtellerie dont le New Jersey peut être fier."

L'auberge a été conçue par un groupe de 11 investisseurs appelés collectivement The Newfoundland Health Association. Dirigé par des médecins de la ville de New York – d'abord le Dr Edgar Day, puis le Dr Daniel Drake – le groupe a amené des citadins à recevoir un traitement dans leur sanatorium de pays pour un coût de 10 à 20 $ par semaine, a déclaré Zampella.

Parmi les premiers visiteurs figurait H. Montague Vickers, un membre éminent de la Bourse de New York. Invité en 1906, Vickers siège plus tard au conseil d'administration de Rahway Valley Railroad et achète sa propre ferme dans la section terre-neuvienne.

Idylease était connue pour sa vaste véranda en plein air, ses piscines d'hydrothérapie en marbre et sa capacité à ancrer ses invités dans une nature prétendument thérapeutique. Le sanatorium autonome possédait sa propre glacière, sa forge et son complexe agricole.

La Commission de préservation historique du canton a nommé Idylease, la nouvelle ville du bassin versant de Newark et l'annexe de l'hôtel de ville les trois premières propriétés de sa liste de monuments historiques locaux en 1988. Seuls 10 autres sites historiques ont depuis été nommés sur la liste locale, selon les dossiers. Une seule, Long Pond Ironworks, est inscrite au registre national.

Zampella a déclaré qu'il pensait que l'auberge méritait cette désignation, en raison de son architecture, de ses invités et de sa contribution à l'histoire américaine, et prévoyait de déposer bientôt une demande auprès du gouvernement fédéral.

Le producteur de films et de multimédias de 53 ans, qui travaille également dans l'industrie hôtelière, blogue sur l'histoire du site depuis avril 2016. Il a rassemblé d'anciens disques et photos, y compris les livres d'or qui, selon lui, ont ouvert les yeux.

Parmi les invités figuraient l'écrivain sportif William B. Hanna, le correspondant de la guerre civile David Banks Sickels et Grace Abbott, chef du Bureau des enfants des États-Unis de 1921 à 1934.

Vers la fin de l'ère du tourisme ferroviaire de la région à la fin des années 1920, Idylease a accueilli Victor Harrison-Berlitz, qui gérait 410 des centres linguistiques de la Berlitz Corporation, Joseph French Johnson, le doyen fondateur de l'Alexander Hamilton Institute, et membre du Congrès Norton, la sixième femme au Congrès des États-Unis mais la première à venir de l'Est et à gagner en tant que démocrate.

Le renouveau post-touristique

La connaissance du site de Richard Zampella va au-delà de ses découvertes récentes, ayant grandi sur le terrain. Son père, le Dr Arthur Zampella, était propriétaire de la propriété pendant près de 40 ans à partir de 1954. Depuis que Zampella a acquis la propriété en 2016, il a déclaré qu'il tentait de compléter l'histoire du site.

« Rechercher l'histoire d'Idylease a été une entreprise de toute une vie », il a dit.

Lorsque Zampella était jeune et que le boom du tourisme qui a créé les communautés lacustres du nord de Jersey était terminé depuis longtemps, son père a exploité l'auberge comme maison de retraite jusqu'en 1972. La vision de son père était de créer une clinique communautaire avec un centre de recherche à proximité et un village pour personnes âgées. .

Proposé en 1962, le concept de complexe médical est devenu connu sous le nom de Lakecrest General Hospital. Divers groupes ont tenté à plusieurs reprises de lever des fonds et d'obtenir une certification de l'État. En 1976, les électeurs ont approuvé un projet dirigé par le canton via un référendum non contraignant.

Le père de Zampella a continué à poursuivre son rêve et, en 1986, il s'est associé à des promoteurs pour lancer un centre de soins de longue durée de 110 millions de dollars avec des chalets résidentiels et des services sur place.

En 1987, Idylease devait être démoli. En réponse, les élus ont créé la Commission de préservation historique du canton plus tard cette année-là. Ses membres ont déménagé en 1988 pour que la maison soit désignée comme historique et préservée des modifications non approuvées. Des problèmes cette année-là au sein du conseil d'urbanisme et de zonage local ont plus tard condamné l'effort global.

Le site fonctionne encore aujourd'hui comme une pension pour les occupants de longue durée. Des meubles d'époque ornent les chambres et les clients peuvent utiliser la grande cuisine de campagne et d'autres espaces communs dans une configuration de vie collective.

En grande partie préservée telle qu'elle a été conçue, Zampella a déclaré qu'il était logique d'utiliser l'auberge pour offrir aux gens un lieu de séjour. Les locations mensuelles commencent à 800 $, charges comprises, pour les chambres dotées d'un mobilier de base et d'une salle d'eau.

"C'est vraiment un endroit magique" il a dit. « La région de Terre-Neuve et West Milford ont une histoire si riche et Idylease en est un rappel quotidien. »


Exploration gratuite du développement de la durée de vie PDF Télécharger

Explorer le développement de la durée de vie PDF . wkins lire en ligne. . Explorer le développement de la durée de vie PDF Télécharger ebook PDF EPUB, livre en langue anglaise. . Exploring Lifespan Development téléchargement gratuit du livre au format PDF. L'auteur du 1er best-seller du New York Times et phénomène mondial The Girl on the Train revient avec Explorer le développement de la durée de vie PDF Kindle, sa. Télécharger l'ebook gratuit PDF Explorer le développement de la durée de vie ePub par . ipad kindle pdf mobi. Accédez à votre Lire Explorer le développement de la durée de vie PDF par . eBook n'importe où sur votre site Web. Water was gushing into the ships lower levels. Andrews said. We have one hour. That, though, was only half of the horrifying story.
Editorial Reviews. Revoir. A captivating contemporary whodunit. suspense churns and the . Exploring Lifespan Development PDF Online: A Novel - Kindle edition by . Exploring Lifespan Development PDF Free has 7549 ratings and 1333 reviews. Emily May said: Im going straight down the middle with a 3-star rating but, in truth, my thoughts ar. Free Exploring Lifespan Development Download PDF download Full CollectionDownload Free Exploring Lifespan Development eBook full bookandroid rar Download . Free Download Exploring Lifespan Development: From the bestselling author of The Girl on . Girl on the Train websites to download free book pdf.


Camelot, Idylls of the King - History

under the cut for absurd length

HOW TO GET STARTED WITH ARTHURIANA

The Arthuriana fandom is very broad and there&rsquos no one piece of media, which can be confusing for people just getting into it! There&rsquos no right way to engage with arthuriana, and no minimum level of knowledge or reading you need to attain to qualify.

The basis of the Arthurian Legend is a body of hundreds of texts written across the medieval and early Renaissance period in dozens of languages and cultural traditions. Which can seem pretty overwhelming, but there are a lot of modern vernacular translations&ndash you absolutely don&rsquot have to learn old French or anything. I&rsquoll go more in depth on where to get started with texts further down.

You also don&rsquot have to read texts at all. As I said, there is no minimum basis&ndash if you prefer to engage with modern adaptations, or want to engage with medieval arthuriana outside of reading texts, that&rsquos also cool!

In terms of modern adaptations there is a wealth of choices, which I am very much not an expert in lol, so I&rsquom afraid I can&rsquot give much in the way of reccs. Books I have heard good things about are, Exiled from Camelot, Idylls of the Queen, The Buried Giant, the Squire&rsquos Tale series, and Gawain by Gwen Rowley (warning that this one is apparently erotica? Good for him). I trust @princesslibs for modern book reccomendations. and if you speak French Kaamelott is purportedly a very good tv show. Frankly no modern adaptation will ever be better than Spamalot to me, but that&rsquos just my personal take.

If you are curious about engaging with texts but (understandably) don&rsquot want to read a ton of dense medieval literature, one really cool resource is Norris J Lacy&rsquos New Arthurian Encyclopedia, which you can pick up at most used bookstores for under ten bucks. It&rsquos a very thorough easy to look through reference of characters stories and texts. I know a lot of people like the Nightbringer wiki, though I personally am wary of it because it basically never cites sources. It&rsquos a good quick reference though and a lot of people like it, I&rsquod just take it with a grain of salt. Sparknotes also has a lot of summaries of the major texts like Le Morte D&rsquoArthur and the romances of Chrétien De Troyes. You are not a fake fan for doing this I promise. And of course you&rsquore always welcome to send me an ask <3

Finally, getting started with texts. Quick glossary of terms:

A verse (poem) story which can vary a great deal in length. These deal with the adventures of individual knights, usually Gawain, and tend to have a great deal of magical elements and the stereotypical monster slaying, questing, damosel rescuing knight adventures.

A non poetic narrative, more like a modern novel, more likely to deal with the fall of Arthur, sword in the stone, Mordred, fall of Camelot sort of affair. They are usually quite long. Most famous of these are Le Morte D&rsquoArthur and the French Vulgate, but there are a slew of late medieval Prose novels floating around. Eluding Rey.

I&rsquom gonna b real these are boring I think. These are, as the name suggests, written as accurate depictions of history. They very much are not, but they claim to be. Most famous of these is Jeffrey of Monmouth, Mr Jeff Mouth himself, and his History of the Kings of Britain, which I haven&rsquot read because it bores me. You can if you want. It&rsquos in Latin. Peu importe. These tend to be some of the earliest texts, and include the &ldquolives of saints&rdquo stories. Life of Gildas is the only funny one.

These are only arguably texts, as most of them were written after the time of the &ldquocanon&rdquo being composed. But I like them. These are songs telling stories, recorded by people like Francis Child and Thomas Percy. They are very short and fun and include stories like The Boy and the Mantle, Kempion, and King Arthur and the King of Cornwall.

A specific type of French verse poem, usually quite short. The most famous collection of lais are those of Marie le France, including things like Bisclavret and Lanval.

Since Arthuriana was written all over, there are different literary traditions across time and space. The French tradition is one of the most famous, including works like the vulgate, Chretien and a lot of verse romances. The English tradition is one of the most influential on modern adaptations, including the Morte D&rsquoArthur and Sir Gawain and the Green Knight. There are also Welsh, German, Dutch, Hebrew, Italian, Spanish, Portuguese, Tagalog, Greek, Belarussian, Scottish, Irish, Breton, and probably even more. There&rsquos a lot. It&rsquos very cool and sexy.

A note that there is also a big tradition of Victorian revival Arthuriana. I wrote a starter guide to that here, it&rsquos all very fun and like, aesthetic.

Alright, now, which texts do you start with?

If you&rsquore a little intimidated by long texts or medieval lit, starting with short verse romances in modern translation is a great place to start. These include Sir Gawain and the Green Knight, which is very good and gay and well known, Lancelot and the Hart With The White Foot, which is very good and gay and underappreciated, or Lanval, which is homophobic but funny.

If you want to start with what is considered the oldest King Arthur Story, Culwch and Olwen is short and fun!

If you want to read about the grail quest, you can start where it started with Story of the Grail or Percival, then the four continuations, Essenbachs Parzival, the vulgate version of the Grail quest which you can buy paperback for like 5 bucks (I can also scan my copy for you just shoot me an ask <3)

If you want to read about the fall of camelot, I have the Vulgate death of Arthur section scanned here. There&rsquos also the Alliterative and Stanzaic mortes, which are in middle English. I have scanned Simon Armitage&rsquos Alliterative Morte translation here. I&rsquom working on my own translation of the Stanzaic but it&rsquos not done lol. If you want the first third or so DM me lol. King Artus is very short and readable and it&rsquos a Jewish text which is really cool.

If you want to read about Lancelot, Chrétien de Troyes Lancelot is his first text. He also has a whole long vulgate section, the first part is scanned here by val <3, and there&rsquos Lanzelet, Sebile is in it so it&rsquos probably very good. He&rsquos also basically the main character of Le Morte D&rsquoArthur which I might as well talk about here uhm. It&rsquos long and fun in places and boring in others but it does have like the version most modern adaptations take from and tells the whole story of Arthur and Camelot from beginning to end. The Keith Baines version scanned by val is the most readable but it is an abridgement I believe. people who like le morte usually read this version so its probably the best choice lol

If you want to read about Gawain, good news! He&rsquos in basically everything. Even texts that aren&rsquot supposed to be about Gawain are doomed to become The Gawain Show Featuring The Protagonist Of This Text As A Sidekick. Which is so funny of him. The Roman Van Walewein is very funny and long and Gawain&trade. I also recommend, L&rsquoatre Perilous, Diu Krone, Sir Gawain and the Turk, and I could go on but for brevity&rsquos sake let&rsquos start there.

If you want to read about Tristan, go shoot an ask to Valentine @lanzelet on tumblr because Tristan scares me.

Thank you to rey @gawain-in-green for helping me find links and put this together! They are also a super great resource for stuff and very cool and nice <3 They have a tag on their blog for full text resources so deffo look at that if you want more scans and links, and an info tag and tons of cool shit that is way better organized than my blog lol

Okay finishing this off, if you want content warnings for any texts, feel free to shoot an ask! I know medieval lit can be A Lot and there aren&rsquot a lot of good warning systems, so if I&rsquove read it or know someone who has I can give you warnings if you want to read something but are understandably wary . <3

In terms of tagging, Arthuriana and Arthurian Legend are the main ones on tumblr. Arthurian Mythology is also used but tbh shouldn&rsquot be. On Ao3, we&rsquore trying to get our own Arthurian Literature tag but <3 its a whole thing. Anyway the tag is Arthurian Mythology, but I&rsquoll b real, it&rsquos kind of flooded with stuff that doesn&rsquot really belong there, because even though it&rsquos a fandom tag other people unknowingly tag stuff as Arthurian Mythology when it&rsquos like, a knight au. Which is not their fault bc it&rsquos confusing but, ah, alas. ANyhow, feel free to drop in my inbox anytime with questions, suggestions, reccs, etc!


Alegoría de la sociedad victoriana

Tennyson buscó encapsular el pasado y el presente en los idilios. Arthur en la historia a menudo se ve como una encarnación de los ideales victorianos se dice que es "la hombría ideal cerrada en el hombre real" y el " caballero inmaculado ". Arthur a menudo tiene expectativas poco realistas para los Caballeros de la Mesa Redonda y para el propio Camelot, y a pesar de sus mejores esfuerzos, es incapaz de defender el ideal victoriano en su Camelot. Idylls también contiene referencias explícitas a interiores góticos , apreciaciones románticas de la naturaleza y ansiedad por la inversión de roles de género , todo apuntando a que la obra es específicamente victoriana.

En la época victoriana hubo un renovado interés en la idea del amor cortés , o el hallazgo de la realización espiritual en la forma más pura de amor romántico. Esta idea se materializa especialmente en la relación entre Ginebra y Arturo en el poema Se culpa a Ginebra de la salud del estado cuando no está a la altura de la pureza que Arthur espera de ella, ya que no le sirve lo suficiente espiritualmente. La posición de Tennyson como poeta laureado durante este tiempo y la popularidad de los Idilios sirvieron para propagar aún más esta visión de las mujeres en la época victoriana.


Voir la vidéo: Kaamelott Book I - Volume I