Le Congrès crée le territoire du Colorado

Le Congrès crée le territoire du Colorado

Avec la croissance démographique de la région en raison de la ruée vers l'or de Pike's Peak, le Congrès crée le nouveau territoire du Colorado.

Lorsque les États-Unis l'ont acquis après la fin de la guerre du Mexique en 1848, la terre qui deviendrait un jour le Colorado était presque inhabitée par les colons anglo-saxons. Ute, Arapaho, Cheyenne et d'autres Amérindiens occupaient le territoire depuis des siècles, mais les Européens qui y avaient fait des apparitions sporadiques depuis le XVIIe siècle n'y sont jamais restés longtemps. Ce n'est qu'en 1851 que le premier établissement permanent non indien a été établi, dans la vallée de San Luis.

Comme dans de nombreuses autres régions occidentales, cependant, l'attrait de l'or a lancé la première grande invasion anglo. En juillet 1858, une bande de prospecteurs travaillant dans le lit des cours d'eau près de l'actuelle Denver a trouvé de minuscules taches d'or dans leurs casseroles. Étant donné que les ruisseaux aurifères étaient situés dans les contreforts non loin de la montagne massive du nom de l'explorateur Zebulon Pike, l'afflux ultérieur de mineurs pleins d'espoir a été appelé la ruée vers l'or de Pike's Peak. Au printemps 1859, environ 50 000 chercheurs d'or avaient atteint ce dernier d'une longue série d'Eldorados américains.

Alors que les premiers cours d'eau aurifères découverts se déroulaient, les prospecteurs se sont déplacés vers l'ouest dans les pentes accidentées des montagnes Rocheuses à la recherche de nouvelles découvertes. Partout où des gisements importants ont été découverts, des camps miniers délabrés comme Central City, Nevadaville et Black Hawk sont apparus, parfois presque du jour au lendemain. Pendant ce temps, sur les plaines plates au bord des montagnes, Denver est devenue la ville centrale d'approvisionnement des mineurs.

Bien que peu de mineurs soient venus au Colorado avec l'intention de rester longtemps, ils étaient désireux de protéger leurs droits de propriété et la poussière d'or. Loin des sièges du gouvernement oriental, les mineurs et les citadins ont bricolé leurs propres gouvernements simples, tournant généralement autour d'un tribunal des mineurs qui réglementait les revendications. Manquant techniquement de véritable fondement juridique, les tribunaux des mineurs maintinrent l'ordre minimal nécessaire à la poursuite de l'exploitation minière du territoire.

Les exploitations minières peu fiables ont rapidement cédé la place à des exploitations minières filoniennes plus importantes, hautement capitalisées et relativement permanentes. Les pionniers ont reconnu que les vastes ressources minérales des Rocheuses pouvaient constituer la base d'un nouvel État prospère, mais les personnes qui s'y installaient avaient besoin d'un système de lois et de gouvernement plus formel. La désignation par le Congrès de nouveaux États et territoires occidentaux s'était enlisée pendant plusieurs années alors que les politiciens du sud et du nord se disputaient pour savoir si l'esclavage serait autorisé dans les nouvelles régions de l'ouest. En 1861, le Sud avait fait sécession, ouvrant la voie aux politiciens du Nord pour commencer à créer des États de libre-travail.


La loi organique du National Park Service (16 U.S.C. l 2 3, et 4), telle qu'elle est énoncée ici, se compose de la loi du 25 août 1916 (39 Stat. 535) et de ses modifications.

Qu'il soit promulgué par le Sénat et la Chambre des représentants des États-Unis d'Amérique réunis en Congrès, Qu'il soit créé au ministère de l'Intérieur un service appelé National Park Service, qui sera sous la responsabilité d'un directeur , qui est nommé par le secrétaire et qui reçoit un salaire de 4 500 $ par année. Il sera également nommé par le secrétaire les assistants et autres employés suivants aux salaires désignés : et, en plus de cela, les autres employés que le Secrétaire de l'Intérieur jugera nécessaires : À condition que pas plus de 8 100 $ par an ne soient dépensés pour les salaires des experts, des assistants et des employés du District de Columbia non spécifiquement énumérés ici, à moins qu'auparavant autorisé par la loi. Le service ainsi créé promeut et réglemente l'utilisation des zones fédérales appelées parcs, monuments et réserves nationaux ci-après spécifiés par des moyens et mesures conformes aux objectifs fondamentaux desdits parcs, monuments et réserves, lesquels ont pour objet de conserver le paysage et les objets naturels et historiques et la vie sauvage qui s'y trouvent et en assurer la jouissance de la manière et par des moyens qui les laissent intacts pour le plaisir des générations futures.

SECONDE. 2. Que le directeur, sous la direction du secrétaire de l'intérieur, aura la surveillance, la gestion et le contrôle des plusieurs parcs nationaux et monuments nationaux qui sont maintenant sous la juridiction du ministère de l'intérieur, et du Hot Réserve de Springs dans l'État de l'Arkansas, et de tels autres parcs nationaux et réserves de même caractère qui pourraient être créés par la suite par le Congrès : à condition que, dans la supervision, la gestion et le contrôle des monuments nationaux contigus aux forêts nationales, le secrétaire à l'Agriculture puisse coopérer avec ledit National Park Service dans la mesure requise par le ministre de l'Intérieur.

SECONDE. 3. Que le Secrétaire de l'Intérieur établira et publiera les règles et règlements qu'il jugera nécessaires ou appropriés pour l'utilisation et la gestion des parcs, monuments et réserves sous la juridiction du National Park Service, et toute violation de toute des règles et règlements autorisés par la présente loi seront punis conformément à la section cinquante de la loi intitulée « Acte pour codifier et amender les lois pénales des États-Unis », approuvée le 4 mars mil neuf cent neuf, telle que modifiée par section six de la loi du vingt-cinq juin mil neuf cent dix (Trente-sixième Statuts des États-Unis en général, page huit cent cinquante-sept). Il peut également, selon des modalités qu'il fixe, vendre ou aliéner du bois dans les cas où, à son avis, la coupe de ce bois est requise pour lutter contre les attaques d'insectes ou de maladies ou conserver autrement le paysage ou le objets naturels ou historiques dans un tel parc, monument ou réserve. Il peut également prévoir à sa discrétion la destruction d'animaux et de plantes pouvant nuire à l'utilisation de l'un desdits parcs, monuments ou réserves. Il peut également accorder des privilèges, des baux et des permis d'utilisation de terrains pour l'hébergement de visiteurs dans les divers parcs, monuments ou autres réserves prévus aux présentes, mais pour des périodes n'excédant pas trente ans et sans curiosités naturelles, merveilles ou objets. d'intérêt seront loués, loués ou accordés à quiconque à des conditions telles qu'elles interfèrent avec le libre accès du public : À condition, toutefois, que le Secrétaire de l'Intérieur puisse, en vertu des règles et règlements et aux conditions qu'il peut prescrire, accorder le privilège de faire paître du bétail dans tout parc national, monument ou réserve auquel il est fait référence dans les présentes lorsque, à son avis, une telle utilisation ne nuit pas à l'objectif principal pour lequel ce parc, monument ou réserve a été créé, sauf que cette disposition ne s'applique pas au parc national de Yellowstone : et à condition en outre, que le secrétaire de l'intérieur peut accorder lesdits privilèges, baux et permis et conclure des contrats relatifs à la même wi les personnes, entreprises ou sociétés responsables sans publicité et sans obtenir d'offres concurrentielles : Et à condition en outre, qu'aucun contrat, bail, permis ou privilège accordé ne soit cédé ou transféré par de tels concessionnaires, titulaires de permis ou titulaires de licence, sans l'approbation du Le Secrétaire de l'Intérieur a d'abord obtenu par écrit : leurs droits, propriétés et franchises, aux fins d'installer, d'agrandir ou d'améliorer les installations et équipements et d'étendre les installations pour l'hébergement du public dans ces parcs et monuments nationaux.

Sac. 4. Que rien dans la présente loi n'affecte ou ne modifie les dispositions de la loi approuvée le quinze février mil neuf cent un, intitulée "Loi relative aux droits de passage dans certains parcs, réserves et autres terres publiques".


Le Congrès crée le territoire du Colorado - HISTOIRE

Il a fallu seize ans, quatre votes au Colorado, trois propositions de constitution d'État et de nombreuses tentatives au Congrès pour que le Colorado devienne ENFIN le 38e État le 1er août 1876, à la suite d'une proclamation du président Ulysses S. Grant.

Pourquoi cela a-t-il pris si longtemps ? Premièrement, il y a eu le conflit d'ego de trois éminents Coloradoens qui voulaient être sénateurs américains, deuxièmement, il y avait la philosophie serrée des premiers colons du Colorado et troisièmement, il y avait les batailles acharnées entre le président Andrew Johnson et les RRR (Radical Republican Reconstructionists).

L'histoire commence en 1860, lorsque les colons du Colorado ont voté pour savoir s'ils voulaient devenir un territoire ou un État. Le vote était de 2 007 pour le territoire et 1 649 pour l'État. Raison? En tant que territoire, les habitants du Colorado n'avaient pas à payer les frais d'administration du gouvernement. Les fonds fédéraux s'occuperaient de cela.

En 1864, le gouverneur territorial du Colorado, John Evans, a persuadé le Congrès d'adopter une loi d'habilitation, qui est la première étape vers l'indépendance. Le Congrès était en fait impatient d'obtenir deux autres sénateurs républicains et trois votes électoraux supplémentaires pour la candidature à la réélection du président Lincoln. Evans, bien sûr, voulait être sénateur américain.

Mais une majorité des 6 192 Coloradoans qui ont voté, sur une population d'environ 35 000 habitants, ont rejeté la première tentative de constitution d'État et la deuxième tentative de création d'État, approuvant toujours le concept d'avoir un gouvernement et de ne pas le payer.

Le président Lincoln a été abattu le 14 avril 1865 et est décédé le 15 avril. Trois heures plus tard, le vice-président Andrew Johnson est devenu président. Il avait été placé sur le ticket républicain en 1864 en tant que « démocrate de guerre » qui soutenait le syndicat, et dans la conviction des dirigeants républicains qu'il renforcerait le ticket.

Le vote des habitants du Colorado pour ne pas devenir un État convenait probablement très bien au président Johnson. Il voulait ramener les États du sud dans l'union avec tous leurs droits comme si la guerre n'avait pas eu lieu. Mais les républicains voulaient punir le sud et étendre les pleins droits des citoyens aux Afro-Américains. Les deux parties considéraient les territoires du Colorado et du Nebraska comme des sources pour plus de pouvoir républicain.

En 1865, les électeurs du territoire du Colorado ont approuvé le statut d'État et adopté une constitution. Ils ont été aidés, selon les démocrates du territoire qui s'opposaient à l'État, par des votes frauduleux que les républicains avaient arrondis.

La session du Congrès s'est déroulée de début mars 1865 à début mars 1867. Le 15 mai 1866, Johnson a opposé son veto à un projet de loi visant à admettre le Colorado en tant qu'État et a opposé son veto à un projet de loi similaire pour le Nebraska. Johnson a affirmé que le vote de 1864 avait rendu le vote de 1865 nul et qu'en outre, le Colorado n'avait même pas la population pour se qualifier pour un seul membre du Congrès, par rapport au reste du pays.

Pendant ce temps, le Congrès a adopté le Civil Rights Act de 1866, prévoyant essentiellement que chaque citoyen de sexe masculin était un homme libre sans distinction de race, et qu'aucun État ne pouvait le priver de droits fondamentaux tels que conclure des contrats, intenter des poursuites et profiter pleinement et équitablement de toutes les lois. Le 27 mars 1866, Johnson a opposé son veto au projet de loi sur les droits civiques, affirmant que la législation violait les droits de l'État et "opérait en faveur des personnes de couleur et contre la race blanche". Le Congrès a annulé son veto.

La loi sur les droits civils a été suivie à l'été 1866 en plaçant le 14e amendement à la constitution sur le bulletin de vote pour le début de la ratification lors des élections de 1866. Johnson s'y est opposé et a utilisé toute son influence sans succès pour empêcher sa ratification, à la fois en 1866 et en 1868. La ratification a eu lieu en 1868.

La philosophie clé du Civil Rights Act a été incorporée dans le 14e amendement : la citoyenneté aux États-Unis et l'État où elles résident pour toutes les personnes nées ou naturalisées aux États-Unis ne peuvent pas priver une personne de la vie, de la liberté ou de la propriété sans procédure régulière de la loi, ni refuser à quiconque une protection égale des lois. Si un habitant masculin (insérer un esclave affranchi) se voit refuser le droit de vote par un État, la représentation de cet État au Congrès sera réduite.

Pendant ce temps, les républicains insistaient toujours pour obtenir quatre autres sénateurs républicains. Le président de la commission des territoires du Sénat américain était Ben Wade, républicain radical de l'Ohio. En 1867, il a présenté des factures d'admission pour les deux territoires contenant une nouvelle langue qui n'avait été incluse dans aucune version constitutionnelle précédente du Colorado et du Nebraska : le suffrage pour les hommes afro-américains.

Johnson a de nouveau attaqué, affirmant que les populations du Nebraska et du Colorado étaient encore trop petites. La population du Colorado en 1860 était de 34 277 habitants.

Le Sénat a annulé le veto du Nebraska et le Nebraska est devenu le 37e État le 1er mars 1867. Mais le Sénat a estimé qu'il y avait encore une forte opposition au Colorado contre le statut d'État. Le vote du Colorado, le même jour que celui du Nebraska, était de 29 "oui" et 19 "non" et quatre "absents". Le Colorado n'a donc pas réussi à obtenir les deux tiers des voix nécessaires pour passer outre le veto.

Le 16 mai 1868, le Sénat vota le procès en destitution d'Andrew Johnson, l'acquittant par un vote de 35 "coupables" contre 19 "non coupables" (dix États rebelles du sud n'avaient toujours pas de représentation). Si l'un des 19 avait voté "coupable", Johnson aurait quitté ses fonctions.

Evans a réessayé en 1868, mais l'homme fort républicain Henry Teller (qui voulait également être sénateur américain) a déclaré au Congrès que le Colorado ne devrait pas devenir un État car il comptait moins de la moitié des 75 000 habitants qu'Evans avait revendiqués. Les deux places au Sénat avaient été réservées à Evans et Jerome Chaffee, leader républicain et multimillionnaire. Le recensement de 1870 de 39 864 a donné raison à Teller.

Johnson a purgé son mandat qui a pris fin le 4 mars 1869, et dans l'un de ses derniers actes, il a refusé d'assister à l'investiture de Grant, qui avait abandonné Johnson lors de la procédure de destitution.

Il y a eu plusieurs autres tentatives pour le statut d'État du Colorado après l'effort de 1868, mais aucune n'a été adoptée à la fois par le Sénat et la Chambre. Il n'y avait pas la même motivation politique chez les républicains du Sénat. Après tout, Grant était maintenant président.

En mars 1875, Chaffee terminait un mandat en tant que représentant territorial du Colorado au Congrès, et il a pu faire adopter une loi d'habilitation au cours de sa dernière semaine au pouvoir. Pour ce faire, il a dû convaincre le Congrès qu'en 1875, le Colorado comptait 150 000 habitants. (Les chiffres du recensement de 1880 sont difficiles à croire. Ils montraient 194 000 habitants du Colorado.)

Le 1er juillet 1876, la combinaison du Congrès, du président et des électeurs du Colorado a été rejointe alors que le Colorado a voté 15 443 contre 4 062 pour devenir le 38e État. Teller et Chaffee sont devenus sénateurs américains en novembre 1876 par vote de la législature dominée par les républicains du Colorado.

Grant a quitté ses fonctions en mars 1877. Quatre ans plus tard, son fils, Ulysses Grant Jr. a épousé Fannie Chaffee, la fille du sénateur Jerome Chaffee. La dot de Chaffee comprenait une maison de 13 000 pieds carrés à North Salem, N.Y., où il est réputé que Grant a écrit des parties de ses mémoires.

Jerry Kopel écrit une chronique pour le Statesman sur la base de 22 ans d'expérience en tant que législateur d'État.


Création du territoire du Mississippi

Moins d'un mois plus tard, le 7 avril 1798, le Congrès créait le territoire du Mississippi. Les limites originales du territoire se composaient de la région délimitée par les rivières Mississippi et Chattahoochee à l'ouest et à l'est, le 31e parallèle au sud et le point où la rivière Yazoo se déversait dans la rivière Mississippi au nord. Le territoire s'est agrandi deux fois au cours des deux décennies suivantes. En 1804, la frontière nord a été étendue à la limite de l'État du Tennessee et en 1812, le président James Madison a annexé des terres supplémentaires le long de la côte du golfe du Mexique. En 1813, le territoire du Mississippi englobait les frontières de l'Alabama et du Mississippi actuels.

Le gouvernement de ce nouveau territoire a été calqué sur l'ordonnance du Nord-Ouest de 1787 qui a établi un gouverneur, un secrétaire et trois juges pour servir de conseil au pouvoir. Une fois que la population du territoire a atteint 5 000 hommes adultes libres, une assemblée a pu être élue et un délégué envoyé au Congrès. Une différence significative par rapport aux lois des Territoires du Nord-Ouest était que l'esclavage était autorisé.

Le nouveau gouvernement fait face à une variété de problèmes difficiles : des revendications territoriales conflictuelles, des relations tendues avec les Amérindiens et l'ingérence continue des Espagnols. Tout d'abord, la France, l'Angleterre, l'Espagne et l'État de Géorgie avaient tous accordé des concessions foncières qui se chevauchaient dans la région et le nouveau gouvernement a dû régler ces différends. Deuxièmement, la majeure partie du territoire était habitée par des Indiens d'Amérique qui craignaient que leur allié l'Espagne les ait abandonnés aux États-Unis en constante expansion. Le nouveau gouvernement devra maintenir la paix entre ces peuples et les immigrés avides de terres. Enfin, les autorités espagnoles de l'ouest de la Floride et de la Louisiane représentaient une menace potentielle pour la sécurité de la région.


Chronologie de l'histoire du Colorado

Les premiers habitants du Colorado étaient connus sous le nom de Basket Makers. Ils sont arrivés dans la région vers 1500 avant JC et étaient principalement des chasseurs nomades. Le Colorado a été exploré pour la première fois par les Européens à la fin des années 1500 (les Espagnols appelaient la région "Colorado" pour sa terre de couleur rouge), la région a été cédée aux États-Unis en 1848 avec le traité de Guadalupe Hidalgo qui a mis fin à la guerre américano-mexicaine. (1846-1848). La découverte d'or dans le Colorado en 1858 a attiré de nouveaux colons. Pendant les guerres des Indiens des Plaines (années 1860-80), la frontière sauvage du Colorado a été le théâtre d'intenses combats entre les Amérindiens et les colons blancs.

Chronologie de l'histoire du Colorado au 16ème siècle

1500 - Les Indiens Ute habitent les zones montagneuses du sud des montagnes Rocheuses, faisant de ces Amérindiens les plus anciens résidents continus du Colorado.

1541 - Coronado, célèbre explorateur espagnol, a peut-être traversé le coin sud-est de l'actuel Colorado lors de sa marche de retour vers le Mexique après une vaine chasse aux sept villes dorées de Cibola.

Chronologie de l'histoire du Colorado au XVIIe siècle

1682 - L'explorateur La Salle s'approprie pour la France toute la zone aujourd'hui connue sous le nom de Colorado à l'est des Montagnes Rocheuses.

Chronologie de l'histoire du Colorado au XVIIIe siècle

1765 - Juan Maria Rivera mène une expédition espagnole dans les montagnes San Juan et Sangre de Cristo à la recherche d'or et d'argent.

1776 - Les frères Escalante et Dominguez cherchant un itinéraire de Santa Fe aux missions de Californie, traversent ce qui est maintenant l'ouest du Colorado jusqu'à la rivière White dans le comté de Rio Blanco.

Chronologie de l'histoire du Colorado au XIXe siècle

1803 - Grâce à l'achat de la Louisiane, signé par le président Thomas Jefferson, les États-Unis acquièrent un vaste territoire qui comprend ce qui est aujourd'hui la majeure partie de l'est du Colorado. Alors que les États-Unis revendiquent ce vaste territoire, les Amérindiens y résident depuis des centaines d'années.

1806 - Le lieutenant Zebulon M. Pike et un petit groupe de soldats américains envoyés pour explorer la frontière sud-ouest de la Louisiane Purchase découvrent un pic qui porte son nom, mais échoue dans ses efforts pour l'escalader, il atteint les sources de la rivière Arkansas près de Leadville.

1807 - Pike traverse les montagnes Sangre de Cristo jusqu'à la rivière Conejos dans la vallée de San Luis et construit la palissade de Pike placée en état d'arrestation nominale par les autorités espagnoles et emmenée à Santa Fe plus tard, lui et ses hommes sont libérés.

  • De nombreuses tribus amérindiennes vivent dans la région du Colorado. Les Utes vivent dans les montagnes, les Cheyenne et les Arapahoe résident dans les plaines de l'Arkansas aux rivières Platte, et les Kiowas et les Comanches vivent au sud de la rivière Arkansas. La tribu Pawnee chasse le bison le long de la rivière Republican et les Sioux chassent parfois à la périphérie des terres Cheyenne et Arapahoe.
  • Le major Stephen H. Long est envoyé par le président Monroe pour explorer la limite sud-ouest de l'achat de la Louisiane. Le groupe de Long a remonté la rivière South Platte. Long's Peak porte son nom. Le Dr Edwin James, historien de l'expédition de Long, dirige la première ascension enregistrée de Pike's Peak. James Peak, à l'ouest de Denver, porte son nom.

1825 - Ouverture de l'ère des commerçants de fourrures, des trappeurs et des hommes de la montagne - les frères Bent, Ceran St.Vrain, Louis Vasquez, Kit Carson, Jim Baker, James Bridger, Thomas Fitzpatrick, "Uncle Dick" Wooten et Jim Beckworth - qui ont établi des postes dans les vallées de l'Arkansas et du sud de la Platte.

1832 - Le fort de Bent, l'un des postes de traite les plus importants de l'Ouest, est construit par les Bent et Saint-Vrain près de l'actuelle ville de La Junta.

1836 - Le Texas devient une république indépendante et revendique une étroite bande de territoire montagneux s'étendant vers le nord à travers le Colorado jusqu'au 42e parallèle.

Début des années 1840 - Le Mexique a accordé des terres aux riches, au sud de la vallée de l'Arkansas et dans la vallée de San Luis dans l'espoir de garantir des revendications contre le Texas ou l'Amérique.

1842 - Le lieutenant John C. Fremont entreprend le premier de ses cinq voyages d'exploration dans les montagnes Rocheuses. Sa dernière expédition, en 1853, l'a conduit à travers la vallée de San Luis et dans le pays de la rivière Gunnison.

1846 - Le général Stephen W. Kearney dirige l'Armée de l'Ouest le long du sentier de Santa Fe à travers le sud-est du Colorado en route vers la conquête du Nouveau-Mexique pendant la guerre du Mexique.

1848 - Par traité de Guadalupe Hidalgo, le Mexique cède aux États-Unis la majeure partie de la partie du Colorado non acquise par Louisiana Purchase.

1850 - Le gouvernement fédéral achète les claims du Texas au Colorado et établit les limites actuelles du Colorado.

1851 - La première colonie permanente non indienne du Colorado est fondée à Conejos dans la vallée de San Luis. L'irrigation est commencée. Fort Massachusetts établi dans la vallée de San Luis pour protéger les colons des Indiens qui croient que les non-Indiens empiètent sur leurs terres.

1853 - Le capitaine John W. Gunnison dirige une équipe d'exploration dans le sud et l'ouest du Colorado. Gunnison nommé pour lui. La dernière expédition de Fremont, à la recherche d'une voie ferrée réalisable à travers les montagnes, suit la route de Gunnison.

1854 - Les traités avec les groupes amérindiens s'avèrent insatisfaisants, ce qui entraîne un conflit car les Utes tuent quinze habitants de Fort Pueblo le jour de Noël.

1858 - La découverte par Green Russell de petits gisements d'or placérien près du confluent de la rivière South Platte et du ruisseau Cherry, précipite la ruée vers l'or de l'est et le slogan "Pikes Peak or Bust". Montana City, St. Charles, Auraria et Denver City sont fondées sur le site actuel de Denver. Le 6 novembre, deux cents hommes se réunissent ici pour organiser le comté d'Arapahoe, territoire du Kansas. Pueblo a été fondée sous le nom de Fountain City.

1859 - L'or est trouvé par George A. Jackson le long de Chicago Creek sur le site actuel d'Idaho Springs. Le 9 mars, la première diligence avec du courrier pour les colonies de Cherry Creek quitte Leavenworth, Kansas. 23 avril, premier journal de la région, le Nouvelles des Rocheuses, est publié par William N. Byers. Le 6 mai, John Gregory fait la célèbre grève des filons aurifères sur North Clear Creek, stimulant la ruée des prospecteurs, qui établissent les camps de Black Hawk, Central City et Nevadaville. 3 octobre, O.J. Goldrick ouvre sa première école, à Auraria. Le territoire de Jefferson est organisé sans l'approbation du Congrès pour régir les camps d'or. Les officiers sont élus. Les prospecteurs se sont répandus dans les montagnes et ont établi des camps à Boulder, Colorado City, Gold Hill, Hamilton, Tarryall et Pueblo.

1860 - De riches découvertes de placers provoquent une ruée des mineurs vers California Gulch sur le site actuel de Leadville. La première école est construite à Boulder. La région continue d'être administrée de diverses manières par les fonctionnaires du territoire de Jefferson et les tribunaux des mineurs et du peuple.

1861 - Le Congrès établit le territoire du Colorado avec les limites de l'état actuel Le président Lincoln nomme William Gilpin comme premier gouverneur territorial. Juillet, la Cour suprême est organisée et les délégués du Congrès sont choisis. Septembre, la première assemblée se réunit, crée 17 comtés, autorise l'université et choisit Colorado City comme capitale territoriale. Début de la fabrication de machines minières. La population du territoire du Colorado est de 25 371 habitants.

1862 - Les troupes du Colorado aident à vaincre l'armée du général confédéré Henry H. Sibley à La Glorieta Pass, Nouveau-Mexique. La deuxième législature territoriale se réunit pendant quelques jours à Colorado City, s'ajourne à Denver et choisit Golden comme nouvelle capitale. Les premières écoles financées par l'impôt sont créées. Premier puits de pétrole foré près de Florence.

1863 - La ligne télégraphique relie Denver à East dix mots à New York pour 9,10 $. Les Indiens des plaines tentent de chasser les intrus blancs de leurs terres de chasse sur les pentes orientales.

1864 - La tension entre les non-Indiens et les tribus amérindiennes s'intensifie. Le massacre (Sand Creek Massacre) d'hommes, de femmes et d'enfants amérindiens dans un campement indien de Cheyenne et d'Arapahoe par des soldats et des colons incite les Amérindiens à de nouvelles violences et les sentiers terrestres sont souvent fermés. Le fort Sedgwick est établi près de Julesburg. Camp Collins établi pour protéger les voyageurs sur Overland Trail. Plus tard est devenu Fort Collins. Le Colorado Seminary (maintenant l'Université de Denver) est l'académie ouverte des Sœurs de Loretto.

1865 - Les attaques indiennes le long des sentiers atteignent une intensité maximale. La nourriture est rare pour les colons et les prix élevés des pommes de terre rapportent 15 $ le boisseau et la farine coûte 40 $ pour 100 livres. Fort Morgan établi pour la protection contre les Indiens.

1867 - Denver établie comme siège permanent du gouvernement par la législature territoriale se réunissant à Golden. Transcription dorée établi par George West.

1868 - Nathaniel Hill érige la première fonderie au Colorado, à Blackhawk, inaugurant l'ère de l'exploitation minière des roches dures. Les Indiens Cheyennes sont désastreusement défaits à Beecher Island, près du site actuel de Wray. Le chef pueblo établi par le Dr M. Beshoar à Pueblo.

1869 - L'engagement militaire final entre les Blancs et les Indiens des plaines dans la partie orientale du territoire a eu lieu à Summit Springs.

1870 - Denver and Pacific Railroad est construit pour relier Denver à Union Pacific à Cheyenne, Wyoming, le Kansas Pacific entre dans le Colorado depuis la rivière Missouri. Union Colony est établie par Horace Greeley et Nathan C. Meeker à Greeley, et le premier canal d'irrigation y a été étudié. Création du Greeley Tribune. Population du territoire du Colorado 39 864.

1871 - Colorado Springs est fondée par le général William J. Palmer. Denver and Rio Grande Railroad est construit au sud de Denver par Palmer. Colorado School of Mines établie à Golden.

1872 - Blackhawk et Central City sont reliés à Denver par le chemin de fer Denver et Rio Grande atteint Pueblo. Établissements agricoles établis dans toute la vallée de South Platte. Out West, plus tard la Colorado Springs Gazette, a été créé. Cette année marque la fin de l'utilisation majeure du "Mountain Branch" du Santa Fe Trail.

1874 - Le Colorado College est fondé à Colorado Springs. La législature territoriale s'approprie 15,00 $ pour l'Université du Colorado à Boulder, à condition qu'une somme égale soit collectée par cette ville. W.H. Jackson, célèbre photographe du Hayden Geological Survey, note les ruines d'anciennes habitations rupestres le long du canyon de la rivière Mancos.

1875 - Des minerais de carbonate de plomb, riches en argent, se trouvent près du site actuel de Leadville. La convention constitutionnelle de 38 membres tient la première réunion.

1876 - Le Colorado est admis à l'Union en tant que 38e État John L. Routt est élu premier gouverneur. La première industrie de Greeley, le tannage des peaux de buffle, produit 12 robes par jour.

1877 - L'Université du Colorado ouvre des cours à Boulder, avec deux professeurs et 44 étudiants. Le Conseil d'État de l'agriculture est créé pour développer le Collège agricole de Fort Collins.

1878 - Leadville est constituée de riches gisements d'argent sur les collines de fer, de carbonate et de Fryer, ce qui en fait bientôt l'un des plus grands camps miniers au monde. Ouverture de l'opéra de Central City. Les premiers téléphones sont installés à Denver.

1879 - Le Colorado College of Agriculture and Mechanic Arts propose des cours à Fort Collins. Nathan C. Meeker, agent des Indiens à White River (près de Meeker) et plusieurs employés sont tués lors du soulèvement d'Ute. Le major Thornburg et la moitié de son commandement de 160 soldats tués dans l'effort de protéger Meeker. Utes vaincu.

1880 - Denver & Rio Grande trace des pistes à travers Royal Gorge et jusqu'à Leadville. Le grand chef Ute, Ouray, meurt. L'agriculture sur des terres sèches est pratiquée de manière extensive dans l'est du Colorado. Population du Colorado, 194 327.

1881 - Les tribus Ute sont retirées des réserves. Grand Junction est fondée. De petites quantités de carnotite se trouvent dans l'ouest du Colorado avec de l'or plus tard, ce minéral contient du radium. L'opéra Tabor ouvre à Denver, construit par H.A.W. Tabor, célèbre capitaliste de Leadville.

1882 - L'acier est broyé à Pueblo à partir des minerais du Colorado. La société devient plus tard la Colorado Fuel and Iron Company.

1883 - La ligne à voie étroite de Denver & Rio Grange est terminée de Gunnison à Grand Junction. Les premières lumières électriques sont installées à Denver.

1886 - Le pilote de bateau à vapeur établi à Steamboat Springs. Charles H.Leckenby devient propriétaire et éditeur, 1893. Les Denver Union Stockyards sont établis, devenant plus tard le plus grand marché de réception de moutons dans le pays. La ville de Lamar est fondée. La dernière pendaison publique à Denver a eu lieu lorsqu'Andrew Green a été exécuté pour le meurtre du conducteur de tramway, Joseph Whitnah.

1888 - La bande d'Utes de l'Utah sous Colorow fait le dernier raid indien dans le Colorado, ils sont vaincus et renvoyés dans la réserve. Union Colony à Greeley achève un projet d'irrigation de 900 000 acres. Ruines du Cliff Palace, dans l'actuel parc national de Mesa Verde, découvertes par deux cow-boys.

1890 - L'adoption de la Sherman Silver Purchase Act augmente le prix de l'argent à plus de 1,00 $ l'once. De nouvelles grèves d'argent riches sont faites le long du Rio Grande et Creede est fondée. Le 4 juillet, la pierre angulaire du State Capitol à Denver est posée. Le 3 octobre, le premier bâtiment de la State Normal School (maintenant University of Northern Colorado) à Greeley est occupé. Population de l'État, 413 249. Appareil photo quotidien Boulder établi par L.C. Paddock.

1891 - Les découvertes de Robert Womack ouvrent le grand champ aurifère de Cripple Creek. La première réserve forestière nationale du Colorado est mise de côté - White River Forest dans la région de Meeker. Le chemin de fer à crémaillère de Pike's Peak entre en service.

1892 - Le Denver Post établi. H. C. Brown ouvre le Brown Palace Hotel à Denver.

1893 - La panique nationale apporte une grande détresse au Colorado. L'abrogation de la loi Sherman porte un coup paralysant à l'extraction d'argent et aggrave les problèmes de chômage déjà aigus. Grand Junction Sentinel a été créé.

1894 - State Capitol est achevé au coût de 2 500 000 $. Le Colorado est le deuxième État du pays à étendre le droit de vote aux femmes, après le précédent créé par le Wyoming.

1899 - La première raffinerie de sucre de betterave est construite à Grand Junction.

Chronologie de l'histoire du Colorado au 20e siècle

1900 - La production d'or atteint un sommet de plus de 20 000 000 $ par année à Cripple Creek, le deuxième camp aurifère le plus riche au monde. Population de l'État, 539 700.

1902 - Un amendement constitutionnel permet aux villes de 2 000 habitants d'adopter le " Home Rule ". Denver devient la ville de Home Rule. Raffinerie de sucre de betterave construite à Fort Collins. David H. Moffat et ses associés commencent la construction du chemin de fer Moffat sur la Continental Divide. Completed to Steamboat Springs in 1980 and to Craig in 1913.

  • With Ben B. Lindsey as Judge, Denver Juvenile Court opens - the first such court in the United States.
  • Mine, mill and smelter workers strike in many camps for higher wages and better working conditions at Cripple Creek, strike results in much property damage and loss of life all strike objectives in gold field are lost. Uncompahgre irrigation project, first federal government reclamation project in Colorado, is authorized.

1905 - Colorado has 3 governors in one day in a political squabble. First, Alva Adams, then James H. Peabody, and finally Jesse F. McDonald. Construction of the six mile Gunnison water tunnel started by Bureau of Reclamation.

1906 - United States Mint, Denver, issues first coins. March 12, National Western Stock Show is born with chartering of Western Stock Show Association following successful showing of about 60 head of cattle and horses and a few sheep and hogs in makeshift tent at Stockyards. July 29, Mesa Verde national Park is created by Congress.

1908 - July 7, Denver municipal Auditorium, seating 12,500, is completed in time for the Democratic National Convention, when William Jennings Bryan was nominated the third time for President. August 1, Colorado Day is first celebrated, marking thirty-second anniversary of State's admittance to Union. Dome of the State Capitol is plated with gold leaf at a cost of $14,680.

1909 - Colorado attains first rank among states in irrigation area with 2,790,000 acres under irrigation. Gunnison water tunnel completed by Reclamation Service and opened, on September 23, by President William Howard Taft at the tunnel site. Western State Teachers College opens at Gunnison.

1910 - Population of State, 799,024. Number of farms, 46,170. Colorado voters adopt a constitutional amendment giving to the people the right of the initiative and referendum. May 8, first long distance phone call made from Denver to New York City. First airplane flight in Denver.

1911 - Colorado National Monument west of Grand Junction, created by Presidential order.

1913 - State Tax Commission created by Legislature. Assessed value of Colorado property for tax purposes set at $1,306,536,692. The "Big Snow of 1913" covers Colorado to a depth of 3 - 5 feet transportation paralyzed for weeks. State begins licensing autos for the first time.

1914 - Strike of coal miners in southern Colorado fields is climaxed by "Battle of Ludlow" near Trinidad several men, women and children killed during hostilities between miners and the State militia. August: WWI begins.

1915 - Worker's compensation measures are passsed: State Industrial Commission is created. Rocky Mountain National Park created by Congress. Toll road for auto travel to top of Pikes Peak built by Spencer Penrose. Construction of Broadmoor Hotel at Colorado Springs started.

1916 - Colorado adopts prohibition. Emily Griffith Opportunity School is opened in Denver. Mining of tungsten causes flurry in Boulder-Nederland area.

1917 - April 6: Congress declares war on Germany and many Coloradans volunteer for service. Colorado reaches maximum mineral production, more then $80,000,000. William F. "Buffalo Bill" Cody, Famous Indian scout, dies and is buried on Lookout Mountain, west of Denver.

1918 - Agricultural production increased sharply to aid war needs. Dry lands plowed up to produce wheat. Colorado citizens purchase Liberty Bonds by the millions of dollars to help finance war. More than 125,000 Colorado men register for the draft for army service. Fitzsimmons General Hospital established near Denver. Coal production of state reaches new high of 12,500,000 tons. Impetus of war stirs development of mining of molybdenum at Climax, near Leadville - the nation's greatest source of the metal. Denver Tourist Bureau establishes free auto camp ground for tourists at Overland Park, Denver. Other cities follow suit during the next few years. Federal Reserve branch bank established in Denver. Colorado voters approve constitutional amendment providing Civil Service for state employees. November, 11, 1918, Germany surrenders.

1919 - Post-war inflation brings higher prices to farmers and producers prices of farm land high wages high boom times everywhere. Colorado enacts tax of one cent per gallon on gasoline, for building of roads. Monte Vista stages first Ski-Hi Stampede.

1920 - Population of State, 939,629. Employees of Denver Tramway company go on strike. Aroused by editorials in Le poste de Denver, strikers raid Post building and do much damage to property.

1921 - General Assembly creates State Highway Department with seven man Advisory Board. Colorado begins building concrete highways on main traveled routes. Pueblo suffers disastrous flood in June scores drowned and property damage amounts to $20,000,000. Post war deflation sets in and decline in prices brings trouble in the rural areas. During the next several years, numerous banks serving farming areas close, price and farm lands decline sharply from levels reached in World War I, and farmers clamor for farm relief.

1922 - Coloradans vote $6,000,000 in bonds for highway construction. Moffat Tunnel Improvement District is created by General Assembly for construction of 6.4 mile bore under Continental Divide to provide better rail connections between Eastern and Western Slopes of the State. First commerical radio license in Colorado is issued, to station KLZ. Daring daylight hold-up of Federal Reserve bank truck is staged as it leaves US Mint in Denver and $200,000 stolen. Robbery never solved.

1923 - Oil discovered in Wellington field north of Fort Collins flurry of oil stock promotion follows.

1924 - April 26, Colorado is second state to ratify child labor amendment to federal Constitution. Celebration held in Greeley marking completion of concrete pavement between Denver and Greeley - first two major cities in State to be connected by paved highways. Ku Klux Klan secures domination of Republican party in Colorado and elects a pro-Klan Governor and US Senator.

1925 - Adams State Teachers College at Alamosa and junior colleges at Grand Junction and Trinidad are opened.

1931 - Population reaches over one million.

1941 - Denver recruiting offices swamped by over 2,000 enlistments during the month of December as United States enters World War II.

  • During World War II agriculture industry has greatest production in Colorado history.
  • Growth of military installations in Colorado mushroom.

1942 - Federal government established Amache, a camp for Japanese-Americans who were interned and relocated from their homes on the West Coast.

1945-1950 - Federal government presence in Colorado grows, military installations and scientific institutions continue to develop while many veterans relocate to Colorado. These changes cause a steady increase in population.

1958 - Air Force Academy is built near Colorado Springs and first class graduates in June, 1959.

1950's and 1960's -Numerous water storage and diversion projects are constructed in response to increased agricultural and municipal water demands. Tourist and ski industries blossom. Population continues to increase.

1960 - Colorado gets the Denver Broncos professional football team which eventually wins two Super Bowls.

1962-1965 - Disposition of poisonous wastes into a deep well at the Rocky Mountain Arsenal results in earthquakes and hundreds of tremors around the Denver area.

1967 - Denver Rockets become Colorado's professional American Basketball Association team. In 1974 they are renamed the Denver Nuggets.

1973 - Eisenhower Tunnel is built beneath the Continental Divide sixty miles west of Denver, making it easier to reach the ski slopes of western Colorado.

1974 - Desegregation of schools in Denver begins as busing attempts to achieve racial balance.

1970's and 1980's -Tremendous growth of Denver suburbs occurs.

1970's - The population swells, traffic problems grow, and the "brown cloud" develops over much of the Front Range. Coloradans become concerned over the consequences of pollution and overselling Colorado and reject hosting the 1976 Winter Olympics as a result.

July 31, 1976 - A cloudburst on the Big Thompson River results in a massive flood in Larimer County, killing more than 145 people.

1980 - Coal mining production in Colorado on the Western Slopes hits all time high as United States becomes more dependent on energy resources at home rather than overseas.

1982 - The state economic structure is shaken when the oil shale giant Exxon announces the closure of its oil shale development fields in Rio Blanco, Mesa and Garfield counties. Thousands are laid off and the economic stability of the western slope of the state is severely impacted.

1980's and 1990's Major growth of technological industries occurs in Colorado.

1992 - The voters of Colorado pass a citizens' initiative to limit the growth of state and local governments with the passage of the TABOR (Taxpayer Bill of Rights) amendment to the state constitution.

1993 - Colorado Rockies become first regional major league baseball team.

1995 - Quebec Nordiques National Hockey League team moves to Colorado to become the Colorado Avalanche.

1998 - Colorado voters elect the first Republican Governor (Bill Owens) to the statehouse in twenty-four years.

21st Century Colorado History Timeline

  • Hi Meadow fire ravaged 10,800 acres and destroyed 51 homes
  • Bobcat fire burned 10,600 acres and destroyed 22 structures
  • Bircher fire raged across 23,000 acres in Mesa Verde National Park

2001 - Colorado Avalanche won NHL Stanley Cup

2002 - Wildfire in Pike Natinal Forest burned at a rate of 500 acres per hour

2005 - Referendum C, a five year tax package which modified the Taxpayers Bill of Rights, passed by voters

2007 - Largest recorded avalanche struck at Berthoud Pass covered road, buried cars

2011 - Tainted cantaloupes from Colorado farm caused listeria outbreak, killed 16, over 70 sickened


Héritage

In the national context, the Ute Treaty of 1868 was one of many treaties between the United States and Native Americans that year, including those with the Navajo et Lakota. At the time, these significant treaties were hailed as milestones in US-Indigenous relations. President Andrew Johnson gave silver peace medals to each Ute at the 1868 meetings. Yet no matter what the government promised in treaties, leverage remained with the United States and its superior military force.

While Indigenous leaders often considered treaties to be binding agreements, the US government more or less considered them conditional arrangements, good only until the growing nation needed more land. For example, in 1871 Congress created a workaround to the 1868 Treaty by passing the Indian Appropriations Act. Invalidating an 1832 Supreme Court decision, the act declared that Indigenous people did not belong to “sovereign nations” and thus could not enter treaties. This development made it easier to negotiate more land away from the Utes, such as in the 1873 Brunot Agreement.

Still, without the 1868 treaty, white homesteaders and miners may have incited more violence against Ute people, and without leaders like Ouray, the Utes may have bled themselves out fighting a better-armed foe. In the end, the treaty might best be remembered as both a valiant attempt at peace on the part of Ute leaders and a pragmatic ploy by the US government to separate a people from their ancient homelands.


Introduction

The Northwest Ordinance, officially titled "An Ordinance for the Government of the Territory of the United States North West of the River Ohio," was adopted by the Confederation Congress on July 13, 1787. Also known as the Ordinance of 1787, the Northwest Ordinance established a government for the Northwest Territory, outlined the process for admitting a new state to the Union, and guaranteed that newly created states would be equal to the original thirteen states. Considered one of the most important legislative acts of the Confederation Congress, the Northwest Ordinance also protected civil liberties and outlawed slavery in the new territories


When Adding New States Helped the Republicans

Putting new stars on the U.S. flag has always been political. But D.C. statehood is a modest partisan ploy compared with the mass admission of underpopulated western territories—which boosts the GOP even 130 years later.

About the author: Heather Cox Richardson, a professor of history at Boston College, is the author of How the South Won the Civil War: Oligarchy, Democracy, and the Continuing Struggle for the Soul of America.

Today, the House Committee on Oversight and Reform is scheduled to hold the first hearing in a quarter century on whether to admit the District of Columbia as a state. Over the past year, Puerto Rico’s tribulations after a deadly hurricane have invigorated the statehood movement there, too. Adding the 51st and 52nd stars to the flag might seem like a dramatic change to Americans who haven’t seen a new one in nearly six decades—and Republicans have been quick to characterize the very notion as a radical move. In June, Senate Majority Leader Mitch McConnell warned that a House plan to admit the two jurisdictions to the union would give the Democrats four more senators, permitting them to impose “full-bore socialism” on America, and he pledged to stop it.

The number of states in the union has been fixed at 50 for so long, few Americans realize that throughout most of our history, the addition of new states from time to time was a normal part of political life. New states were supposed to join the union when they reached a certain population, but in the late 19th century, population mattered a great deal less than partisanship. While McConnell is right to suspect that admitting Puerto Rico and the District of Columbia now would shift the balance in Congress toward the Democrats, the Republican Party has historically taken far more effective advantage of the addition of new states.

In 1889 and 1890, Congress added North Dakota, South Dakota, Montana, Washington, Idaho, and Wyoming—the largest admission of states since the original 13. This addition of 12 new senators and 18 new electors to the Electoral College was a deliberate strategy of late-19th-century Republicans to stay in power after their swing toward Big Business cost them a popular majority. The strategy paid dividends deep into the future indeed, the admission of so many rural states back then helps to explain GOP control of the Senate today, 130 years later.

During the Civil War, the United States government had organized new territories in the West at a cracking pace, both to keep the Confederacy at bay and to bring the region’s mines and farmland under government control. The territories produced silver and gold, but didn’t attract the flood of settlers that would force immediate statehood, as the California gold strikes did in 1850. The war created a labor shortage, and there was work enough back East to give migrants pause before challenging the Apache, Comanche, Lakota, and Cheyenne, who controlled the West. Congress admitted Nevada in 1864, but by the end of the decade, the addition of new states had stalled. Then, after the 1870 readmission of Georgia, the last of the Confederate states, the drive to organize the West became entangled in the desperate struggle between Republicans and Democrats to control the nation.

The admission of Colorado, in 1876, showed the way. In the 1874 midterm elections, Republicans lost control of the House of Representatives for the first time since the Civil War. Just before Democrats took over, Congress struck a tentative agreement to admit two new states, Colorado and New Mexico, both controlled by Republican machines. Colorado had slightly fewer than 40,000 people in 1870, and New Mexico had more than 90,000. In March 1875, Congress let statehood for Colorado go forward before the upcoming election, but the admission of New Mexico stalled. A coalition of Democrats joined with eastern Republicans, who howled, according to an 1876 New York Times article, that New Mexico was inhabited by “ignorant, priest-ridden ‘Greasers’”—a slur for people of Mexican origin—and should not be given “the right to send two Senators to vote equally with those of New-York, Pennsylvania, and other great States of the Union.”

Colorado’s admission was momentous. In the 1876 election, the Republican Rutherford B. Hayes lost the popular vote, but the new state’s three electoral votes kept his candidacy alive long enough for a Republican-dominated temporary electoral commission to award him the presidency in one of the most hotly contested presidential elections in the nation’s history.

The Republicans had won every presidential election from 1860 to 1876, and controlled both houses of Congress for all but two years of that period, but their governing majority was evaporating. In 1880, after a major Democratic scandal, the Republican James A. Garfield won election by only slightly more than 8,000 votes out of almost 10 million cast, and in 1884, a Democrat, New York’s Grover Cleveland, won the presidency. For Republicans, Cleveland’s election signaled the apocalypse. They had come to believe that the key to American prosperity was the Republican tariff system, which protected American business. Democrats, in contrast, complained that tariffs drove up the price of consumer goods and enabled industrialists to collude to raise prices. Cleveland won by promising to reduce tariff rates. Worse for Republicans, the South had gone solidly Democratic after 1876, and by the time of Cleveland’s victory it was clear it would remain so for the foreseeable future. Not for the last time, Republicans protested that the nation was falling to socialism.

So they changed the political equation. Vowing to regain the White House, Republican leaders first flooded the country with pro-business literature, and then chose the nondescript Ohio Senator Benjamin Harrison, who would toe the line on the tariff, as their nominee for president. Next they tapped a Philadelphia department-store entrepreneur, John Wanamaker, to persuade wealthy industrialists to invest in the Republican war chest, constructing a modern system of campaign finance. Their advertisements and threats that Democrats would destroy the economy enabled Republicans to win control of Congress. Harrison lost the popular vote by about 100,000 votes, but he won the election in the Electoral College. (When Harrison piously declared that “Providence has given us this victory,” his campaign manager scoffed that “Providence hadn’t a damn thing to do with it. [A] number of men were compelled to approach the penitentiary to make him President.”)

In the face of an emerging Democratic majority, Republicans set out to cement their power. The parties had scuffled for years over admission of new states, with Democrats now demanding New Mexico and Montana, and Republicans hoping for Washington and Dakota (which had not yet been divided in two). Before the election, Congress had discussed bringing in all four states together, but as soon as the Republican victory was clear, Democrats realized they had to get the best deal they could or Republicans would simply admit the Republican states and ignore the Democratic ones, as they had done in 1876. So on February 22, 1889, outgoing President Cleveland signed an act dividing the Dakota Territory in half, and permitting the two new territories, along with Montana and Washington, to write constitutions before admission to the union the following year. They passed over New Mexico, which had twice the population of any of the proposed states.

Republicans did not hide their intentions. In the popular Frank Leslie’s Illustrated Newspaper, President Harrison’s son crowed that the Republicans would win all the new states and gain eight more senators, while the states’ new electors meant that Cleveland’s New York would no longer dominate the Electoral College. When the Republicans’ popularity continued to fall nationally, in 1890 Congress added Wyoming and Idaho—whose populations in 1880 were fewer than 21,000 and 33,000 respectively—organizing them so quickly that they bypassed normal procedures and permitted volunteers instead of elected delegates to write Idaho’s constitution.

Democrats objected that Wyoming and Idaho would have four senators and two representatives even though there were fewer people in both together than in some of Massachusetts’s congressional districts, but Harrison’s men insisted that they were statesmen rather than partisans. They accused Democrats of refusing to admit any states that did not support their party—a reversal of the actual record—and claimed Republicans supported “the prosperous and growing communities of the great West.” But moderate Republicans sided with the Democrats, pointing out that the Harrison administration had badly undercut the political power of voters from populous regions, attacking America’s fundamental principle of equal representation.

Harrison’s men didn’t care. “The difference between the parties is as the difference between the light and darkness, day and night,” one supporter argued in Frank Leslie’s. The Republican Party, he insisted, must stay in power to protect Big Business. If that meant shutting more populous territories out of statehood and admitting a few underpopulated western states to enable a minority to exercise political control over the majority of Americans, so be it. Today, the District of Columbia has more residents than at least two other states Puerto Rico has more than 20. With numbers like that, admitting either or both to the union is less a political power play on the Democrats’ part than the late-19th-century partisan move that still warps American politics.


Why was the U.S. Department of the Interior created?

The idea of setting up a separate department to handle domestic matters was put forward on numerous occasions. It wasn't until March 3, 1849, the last day of the 30th Congress, that a bill was passed to create the Department of the Interior to take charge of the Nation's internal affairs:

The Interior Department had a wide range of responsibilities entrusted to it: the construction of the national capital's water system, the colonization of freed slaves in Haiti, exploration of western wilderness, oversight of the District of Columbia jail, regulation of territorial governments, management of hospitals and universities, management of public parks,and the basic responsibilities for Indians, public lands, patents, and pensions. In one way or another all of these had to do with the internal development of the Nation or the welfare of its people.

Portrait of Thomas Ewing, the first Secretary of the Interior, by John Mix Stanley, 1861. U.S. Department of the Interior Museum.


Creation of Washington Territory, 1853

On August 14, 1848, Congress created Oregon Territory, a vast stretch of western America that included all or portions of five present-day states, including Washington. Within less than a decade, though, Congress agreed to split the area by calving off a new territory—Washington. The creation of Washington Territory in 1853 and the earlier political history of the Oregon Country stretches back to the early nineteenth century.

After the War of 1812, British and American negotiators agreed to the Convention of 1818, which established a joint-occupied region that both nations had previously claimed, an area west of the Continental Divide, north of the 42nd parallel, and south of the 49th parallel. The treaty specified a ten-year period of common resettlement, with no prejudice toward one nation eventually securing legal claim. By 1826, however, Britain requested consultations over the treaty. A series of meetings were held that ended in 1846 with the Oregon Treaty, which outlined the region that became the Oregon Territory two years later.

The portion of the region that lay north of the Columbia River, Northern Oregon, included Hudson’s Bay Company posts on the Cowlitz River and on south Puget Sound near the Nisqually River. During the late 1840s and early 1850s, overland and maritime immigrants settled Olympia on Budd Inlet, an arm of Puget Sound at the mouth of the Deschutes River. Others settled near Fort Vancouver on the lower Columbia River, at Whatcom Creek on Bellingham Bay, at Steilacoom north of Olympia, on Whidbey Island in Puget Sound, at newly established lumber mills at Port Townsend and Port Madison in Puget Sound, and in Seattle. Inland settlements included those near Hudson’s Bay Company posts, including Walla Walla, Colville, and Cowlitz Landing.

The Oregon Territorial legislature created two huge counties out of Northern Oregon—Lewis and Clark—and added four more in 1851—Thurston, Pierce, King, and Jefferson. But the legislature paid little additional attention to the political aspirations of people in Northern Oregon, who numbered an estimated 4,000 in 1853.

In August 1851, demand for representation prompted a meeting of county officials and commercially minded citizens at Cowlitz Landing to request that Congress create a new territory north of the Columbia. Calling for the establishment of Columbia Territory to include all lands of Northern Oregon, including the present-day Idaho Panhandle, the leaders of the Cowlitz Convention sent a petition to Congress, but little came of the effort.

Undaunted and to further their agenda, in September 1852 separation advocates began a newspaper, the Columbian, in Olympia. They planned a second convention to meet at Monticello, a thriving community at the confluence of the Lewis and Columbia Rivers and county seat for Lewis County.

The November 1852 convention at Monticello brought more focused leadership and a stronger petition to Congress. The delegates voiced frustrations steeped in patriotic language about their right to legitimate representation. The territorial seat, Salem, was too far from Northern Oregon residents, and only a minor portion of federal largesse and patronage benefits found their way north of the Columbia.

Ironically, the man who made Washington Territory a reality was Joseph Lane, Oregon’s territorial delegate, who likely saw slicing off Northern Oregon as a benefit for achieving Oregon statehood and his own prospects for political advancement. Lane argued that the small population of the proposed territory should not be a deterrent and that the economic benefit from commerce at Puget Sound would easily justify the new territory.

Congress passed the bill creating Washington Territory on March 2, 1853, changing the proposed name of Columbia to Washington to avoid confusion with the federal District of Columbia. A friend of Lane’s, Democrat Isaac Stevens of Massachusetts, received President Franklin Pierce’s nod as Washington’s first territorial governor on March 17, 1853, and arrived in Olympia, the territorial seat, in November to take up his duties.

Zoom image

Oregon Territory, map of, 1848.

Map of Oregon Territory, 1848 Oreg. State Univ. Archives, Visual Instr. Dept. Lantern Slides, P217: set 38 no.31


States and Their Admission to the Union

The thirteen original colonies in North America could officially be admitted to the United States after the U.S. Constitution was written and signed by the delegates to the Constitutional Convention, on Sep. 17, 1787. Article IV, Section 3 of that document reads:

The main part of this article grants the U.S. Congress the right to admit new states. The process usually involves Congress passing an enabling act that authorizes a territory to convene a constitutional convention, draft a constitution, and formally apply for admission. Then, assuming they meet any conditions set forward in the enabling act, Congress accepts or denies their new status.

Between Dec. 7, 1787, and May 29, 1790, each of the colonies became states. Since that time, 37 additional states have been added. Not all states were territories before they became states, however. Three of the new states were independent sovereign states at the time they were admitted (Vermont, Texas, and California), and three were carved out of existing states (Kentucky, part of Virginia Maine part of Massachusetts West Virginia out of Virginia). Hawaii was a sovereign state between 1894 and 1898 before it became a territory.

Five states were added during the 20th century. The last states to be added to the US were Alaska and Hawaii in 1959. The following table lists each state with the date it entered the union, and its status before they were states.