Des scientifiques russes font des progrès sur le secret de la vie éternelle

Des scientifiques russes font des progrès sur le secret de la vie éternelle

Les scientifiques ont décodé l'ADN d'une bactérie qui prospérait dans l'ancien pergélisol et cherchent maintenant à comprendre les gènes qui assurent son extraordinaire longévité.

Des travaux sont également en cours pour étudier un impact positif jusqu'à présent inexpliqué sur les organismes vivants, notamment les cellules sanguines humaines, les souris, les mouches des fruits et les cultures. Le professeur Sergey Petrov, chercheur en chef du Centre scientifique de Tioumen, a déclaré : « Dans toutes ces expériences, Bacillus F a stimulé la croissance et a également renforcé le système immunitaire. Les expériences sur les érythrocytes et les leucocytes humains étaient également très optimistes. '

La bactérie a été découverte à l'origine sur Mamontova Gora - Mammoth Mountain - dans la République de Sakha en Sibérie, également connue sous le nom de Yakoutie, en 2009 par le Dr Anatoli Brouchkov, chef du département de géocryologie de l'Université d'État de Moscou. Des bactéries similaires ont été découvertes par le scientifique sibérien Vladimir Repin dans le cerveau d'un mammouth laineux éteint préservé par le pergélisol.

Dr Anatoli Brouchkov, chef du département de géocryologie, Université d'État de Moscou, sur Mamontova Gora. Photo : Anatoli Brouchkov

«Nous avons fait de nombreuses expériences sur des souris et des mouches des fruits et nous avons constaté l'impact durable de nos bactéries sur leur longévité et leur fertilité», a déclaré le Dr Brouchkov. «Mais nous ne savons pas encore exactement comment cela fonctionne. En fait, nous ne savons pas exactement comment fonctionne l'aspirine, par exemple, mais c'est le cas. Il en est de même ici : on ne comprend pas le mécanisme, mais on en voit l'impact.'

Décrivant les découvertes comme une " sensation scientifique " et un " élixir de vie ", l'épidémiologiste de Yakoutsk, le Dr Viktor Chernyavsky, a déclaré : " La bactérie libère des substances biologiquement actives tout au long de sa vie, ce qui active le statut immunitaire des animaux de laboratoire ". En conséquence, « les mamies souris ont non seulement commencé à danser, mais ont également produit une progéniture ».

Si la même substance devait être administrée aux gens, cela pourrait entraîner une amélioration significative de leur santé, conduisant à la découverte d'un "élixir de vie", a déclaré le Dr Chernyavsky.

Un certain nombre d'affirmations sont maintenant faites pour le potentiel de trois souches différentes de bactéries présentes dans le pergélisol, parmi lesquelles le rajeunissement de la vie des êtres vivants. Un autre est le développement potentiel d'organismes capables de détruire les molécules de pétrole, de les transformer en eau, avec le potentiel de créer un jour un nouveau système de nettoyage des déversements de pétrole. Une troisième souche de bactéries anciennes est capable d'éliminer les molécules de cellulose.

  • L'immortalité, l'élixir de vie et la nourriture des dieux
  • Les archéologues recréent la recette de l'élixir de longue vie à partir d'une bouteille déterrée
  • Lait d'ânesse : un ancien élixir de vie connaît une résurgence des temps modernes

"La question clé est de savoir ce qui assure la vitalité de cette bactérie, mais elle est aussi compliquée que de savoir quels gènes humains sont responsables du cancer et comment le guérir." Photos : Anatoli Brouchkov

Le Dr Brouchkov a déclaré au Siberian Times : « Nous avons terminé le déchiffrement de l'ADN de Bacillus et, plus important encore, nous avons complètement restauré une séquence de gènes qu'il contient. Ce travail a duré plusieurs années et s'est terminé à la fin de l'année dernière. Nous sommes maintenant confrontés à la tâche la plus compliquée - les tentatives pour découvrir quels gènes assurent la longévité des bactéries et quelles protéines protègent la structure de l'ADN des dommages.

«Nous voulons comprendre les mécanismes de protection du génome, le fonctionnement des gènes. La question clé est de savoir ce qui assure la vitalité de cette bactérie, mais c'est aussi compliqué que de savoir quels gènes humains sont responsables du cancer et comment le guérir. L'ampleur et la complicité de la question sont à peu près les mêmes. Cela implique des recherches techniquement difficiles, a-t-il déclaré.

Il a révélé que la bactérie a survécu pendant des millions d'années dans les profondeurs de la glace sibérienne. "Pour indiquer l'âge exact des bactéries, nous devons dater les roches du pergélisol et ce n'est pas si facile", a-t-il déclaré. «Il n'y a pas de méthodes exactes pour dater le pergélisol, mais nous avons de bonnes raisons de croire qu'il est plutôt ancien.

« La Sibérie orientale n'est pas encore un endroit chaud et il y a 3,5 millions d'années, il faisait aussi plutôt froid. Il avait déjà presque le même mode de température que maintenant. C'est-à-dire que nous pensons que ce pergélisol s'est formé il y a 3,5 millions d'années. Et nous pensons que les bactéries n'ont pas pu pénétrer dans la couche la plus ancienne à partir des premières à travers le pergélisol. Cette bactérie a été isolée du monde extérieur dans la glace, nous sommes donc tout à fait sûrs que cette bactérie a été conservée dans le pergélisol pendant si longtemps. Pourtant, nous travaillons toujours à le prouver.

  • Secrets de Vilcabamba, Aire de jeux de l'Inca et Vallée de la Longévité
  • Les peuples anciens avaient-ils vraiment une durée de vie supérieure à 200 ans ?
  • De rares jarres rituelles trouvées enterrées sous des ruines antiques au Japon destinées à purifier, apporter la jeunesse éternelle

«La bactérie libère des substances biologiquement actives tout au long de sa vie, ce qui active le statut immunitaire des animaux de laboratoire.» Photos: Vesti.ru

Les bactéries sont également conservées dans d'autres conditions extrêmes, a-t-il déclaré. « Certains d'entre eux ont été trouvés dans de l'ambre, d'autres même dans du sel gemme. Plus que cela, dans le sel gemme, une bactérie âgée d'un demi-milliard d'années a été trouvée.

Il a affirmé : « Je dirais qu'il existe (dans le monde) des bactéries immortelles, des êtres immortels. Ils ne peuvent pas mourir, pour être plus précis, ils peuvent se protéger. Nos cellules sont incapables de se protéger des dommages. Ces cellules bactériennes sont capables de se protéger. Ce serait formidable de trouver les mécanismes de protection contre le vieillissement, contre les dommages et de les utiliser pour lutter contre notre vieillissement. C'est la principale énigme de l'humanité et je crois que nous devons travailler pour la résoudre.

"Maintenant, nous avons une clé, une bactérie ancienne, que les scientifiques ont trouvée dans un environnement extrême et ancien." Il a admis que certaines personnes ont besoin d'être convaincues de l'importance des découvertes. «Bien sûr, les discussions sont en cours. Il y a beaucoup de sceptiques qui ne croient pas que les bactéries soient vraiment vieilles.

«Mais le principal est que nous avons enfin vu la lumière au bout d'un tunnel long et sans espoir. C'est une grande action. Je serais heureux si les gens sont intéressés par nos recherches. C'est bien mieux que de suivre le cours du dollar ou le prix du pétrole. Nos recherches à l'échelle mondiale viennent de commencer. Les premiers articles (scientifiques) sont parus il y a une dizaine d'années, c'est donc à la première étape de la recherche.

«Je crois que nous devons tous commencer à étudier ces êtres immortels, mais pour le moment, peu d'entre nous le font. Nous discutons, discutons, au lieu de (faire suffisamment) de recherches. Nous devons utiliser le fait que de telles bactéries ont été trouvées dans notre pergélisol. Nous avons de telles occasions d'étudier. Je crois que cette bactérie pourrait être très utile.

« En laboratoire, nous avons obtenu de très bons résultats. La bactérie stimule non seulement la croissance, mais augmente la résistance au gel. Les graines ont germé à une température de 5C.' Photos : SurgutInform TV

Un endroit où des recherches actives sont en cours est à Tymen, en Sibérie occidentale, sous la direction du professeur Petrov. «Nous menons diverses études sur l'impact des bactéries sur les organismes vivants», a-t-il déclaré. «Nous avons fait des expériences avec des copépodes, des souris, des cultures et des cellules sanguines humaines. Dans toutes ces expériences, Bacillus F a stimulé la croissance et a également renforcé le système immunitaire. Les expériences sur les érythrocytes et les leucocytes humains étaient également très optimistes.

«Maintenant, nous nous concentrons sur les expériences avec les cultures. La bactérie stimule la croissance des cultures, augmente la productivité. Cette année, nous avons terminé les études en laboratoire et sommes allés aux essais sur le terrain. Nous allons regarder les résultats. Avant de semer les graines, nous les mettons dans une solution contenant une culture de la bactérie. Nous avons récolté mais les résultats ne sont pas encore complètement traités.' Les résultats de ces essais seront annoncés ultérieurement.

« En laboratoire, nous avons obtenu de très bons résultats. Les graines ont germé à une température de 5C. C'est très important dans nos conditions difficiles sibériennes, quand un gel soudain peut arriver en mai et même en juin.'

Il a révélé : « Nous pouvons dire que la bactérie améliore la photosynthèse. C'est aussi très important pour nos régions nordiques avec une courte période de photo. Les plantes ont le temps de mûrir complètement.

«Nous menons des recherches biochimiques pour comprendre le mécanisme, comment exactement cette bactérie influence les plantes, quelles étapes exactes du métabolisme elle affecte. Pour le moment, nous ne pouvons pas le dire avec certitude. C'est-à-dire que nous voyons les effets, mais ne pouvons pas encore expliquer cela complètement.

La bactérie a été trouvée à l'origine sur Mamontova Gora - Mammoth Mountain - dans la République de Sakha en Sibérie, également connue sous le nom de Yakoutie, en 2009. Photos : Sergei Goltsov

«À l'heure actuelle, l'utilisation de bactéries favorisant la croissance des plantes est une voie très prometteuse. Il est clair que les bactéries sont beaucoup plus efficaces que les produits chimiques. Notre Bacillus F a un grand potentiel, car il a réussi à survivre dans le pergélisol. Je crois que son potentiel est beaucoup plus élevé que les autres bactéries favorisant la croissance. En outre, il peut aider à résister au gel, ce qui est si important pour nos conditions.

"Maintenant, nous avons demandé une subvention pour mener d'autres recherches, en particulier sur les cellules sanguines humaines, et nous espérons l'obtenir, car la recherche est extrêmement prometteuse."

Près du site où l'ancienne bactérie a été trouvée se trouvaient les restes de mammouths laineux et de rhinocéros. «Nous avons trouvé nos bactéries dans des couches de pergélisol plus profondes et plus anciennes, nettement inférieures aux couches où les mammouths ont été trouvés», a déclaré le Dr Brouchkov.

L'image sélectionnée: Des travaux sont également en cours pour étudier un impact positif jusqu'ici inexpliqué sur les organismes vivants, notamment les cellules sanguines humaines, les souris, les mouches des fruits et les cultures. Image : Vesti.ru

L'article « Les scientifiques russes font des progrès sur le secret de la vie éternelle » a été initialement publié sur The Siberian Times et a été republié avec autorisation.


Un scientifique russe dit qu'il est plus fort et en meilleure santé après s'être injecté des bactéries de la "vie éternelle"

Si vous injecter des bactéries vieilles de 3,5 millions d'années pouvait vous permettre de paraître et de vous sentir jeune et en bonne santé sans avoir à débourser pour un abonnement à une salle de sport, le feriez-vous ?

Le scientifique russe Anatoli Brouchkov, chef du département de géocryologie de l'Université d'État de Moscou, cherche la clé de la jeunesse éternelle.

Il est donc devenu un cobaye humain pour certaines bactéries qui pourraient peut-être détenir la clé de la longévité.

La bactérie, nommée Bacillus F, est étonnante car elle est restée vivante dans le pergélisol pendant des millions d'années.

Les scientifiques l'ont testé sur des souris et des cellules sanguines humaines, mais cela n'a pas suffi à M. Brouchkov, qui a décidé de s'en injecter.

"J'ai commencé à travailler plus longtemps, je n'ai jamais eu de grippe ces deux dernières années", a-t-il déclaré. "Après des expériences réussies sur des souris et des mouches des fruits, j'ai pensé qu'il serait intéressant d'essayer la culture bactérienne inactivée", a-t-il déclaré au Siberian Times.

Il ne pensait pas qu'il y aurait un danger, car la bactérie est en fait à l'état de traces dans l'eau de la région.

Le scientifique a déclaré : « En plus, le pergélisol est en train de dégeler, et je suppose que ces bactéries pénètrent dans l'environnement, dans l'eau, donc la population locale, les Yakoutes, en fait, reçoivent depuis longtemps ces cellules avec de l'eau, et semblent même vivre plus longtemps que d'autres nations. Il n'y avait donc aucun danger pour moi.

Ce n'est pas une véritable expérience scientifique, mais Anatoli Brouchkov dit que la bactérie semble avoir eu un effet positif sur lui.

Il a déclaré: "'Ce n'était pas tout à fait une expérience scientifique, donc je ne peux pas décrire professionnellement les effets. Mais il était assez clair pour moi que je n'ai pas attrapé la grippe pendant deux ans. Il y a peut-être eu des effets secondaires, mais il devrait être un équipement médical spécial pour les repérer. Bien sûr, de telles expériences doivent être menées en clinique, avec l'équipement spécial et les statistiques. Ensuite, nous pourrions dire clairement tous les effets. "

Les gens sont définitivement intéressés par la recherche de la clé de la santé et de la jeunesse éternelles - il suffit de regarder combien d'entre eux achètent des superaliments et font des choses étranges comme se faire injecter leur propre sang dans le visage.

Si la bactérie fonctionne, en fait, et que les scientifiques sont capables d'améliorer son pouvoir, cela pourrait rendre quelqu'un très riche.

M. Brouchkov a déclaré qu'ils expérimentaient toujours sur la bactérie. Il a précisé : « Nous devons déterminer comment cette bactérie prévient le vieillissement. Je pense que c'est ainsi que cette science devrait se développer. Qu'est-ce qui maintient ce mécanisme en vie ? Et comment pouvons-nous l'utiliser pour notre propre bénéfice ?

La bactérie peut également détenir la clé de la fertilité - elle permet aux souris femelles plus âgées de se reproduire après avoir cessé de le faire et guérit les plantes.


Une méduse peut-elle débloquer le secret de l'immortalité ?

Après plus de 4000 ans - presque depuis l'aube des temps enregistrés, quand Utnapishtim a dit à Gilgamesh que le secret de l'immortalité résidait dans un corail trouvé au fond de l'océan - l'homme a finalement découvert la vie éternelle en 1988. Il l'a trouvée, en fait, sur le fond de l'océan. La découverte a été faite à son insu par Christian Sommer, un étudiant allemand en biologie marine au début de la vingtaine. Il passait l'été à Rapallo, une petite ville de la Riviera italienne, où exactement un siècle plus tôt Friedrich Nietzsche imaginait « Ainsi parlait Zarathoustra » : « Tout va, tout revient éternellement roule la roue de l'être. Tout meurt, tout refleurit. . . . "

Sommer menait des recherches sur les hydrozoaires, de petits invertébrés qui, selon leur stade dans le cycle de vie, ressemblent soit à une méduse soit à un corail mou. Chaque matin, Sommer faisait de la plongée en apnée dans l'eau turquoise au large des falaises de Portofino. Il a scanné le fond de l'océan à la recherche d'hydrozoaires, les rassemblant avec des filets à plancton. Parmi les centaines d'organismes qu'il a collectés, il y avait une espèce minuscule et relativement obscure connue des biologistes sous le nom de Turritopsis dohrnii. Aujourd'hui, elle est plus communément connue sous le nom de méduse immortelle.

Sommer gardait ses hydrozoaires dans des boîtes de Pétri et observait leurs habitudes de reproduction. Après plusieurs jours, il remarqua que son Turritopsis dohrnii se comportait d'une manière très particulière, pour laquelle il ne pouvait émettre l'hypothèse d'aucune explication terrestre. En clair, il refusait de mourir. Il semblait vieillir à l'envers, devenant de plus en plus jeune jusqu'à ce qu'il atteigne son premier stade de développement, moment auquel il a recommencé son cycle de vie.

Sommer a été déconcerté par ce développement mais n'a pas immédiatement saisi sa signification. (Il s'est écoulé près d'une décennie avant que le mot « immortelle » ne soit utilisé pour la première fois pour décrire l'espèce.) Mais plusieurs biologistes de Gênes, fascinés par la découverte de Sommer, ont continué à étudier l'espèce et, en 1996, ils ont publié un article intitulé Cycle." Les scientifiques ont décrit comment l'espèce – à n'importe quel stade de son développement – ​​pouvait se transformer en polype, le premier stade de la vie de l'organisme, « échappant ainsi à la mort et atteignant l'immortalité potentielle ». Cette découverte a semblé démystifier la loi la plus fondamentale du monde naturel – vous êtes né, puis vous mourez…


Une sphère Dyson pourrait ramener des humains d'entre les morts, selon des chercheurs

Cette mégastructure cosmique peut être la clé de la résurrection et de l'immortalité.

  • Des chercheurs russes ont décrit plusieurs façons dont la résurrection technologique pourrait être possible à l'avenir, y compris une méthode appelée immortalité numérique : la restauration basée sur des enregistrements.
  • Dans cette méthode, une IA super-intelligente utilise la mégastructure cosmique Dyson Sphere pour exploiter l'énergie informatique du soleil.
  • Les humains peuvent construire une sphère Dyson, mais les chercheurs disent que les nanorobots pourraient un jour faire le travail.

Imaginez ceci : dans un futur très lointain, longtemps après votre mort, vous reviendrez finalement à la vie. Il en sera de même pour tous ceux qui ont déjà participé à l'histoire de la civilisation humaine. Mais dans ce scénario, le retour d'entre les morts est la partie relativement normale. Le voyage de retour sera bien plus étrange que la destination.

➡ Vous adorez la science bizarre. Nous aussi. Let&rsquos nerds sur ce genre de choses ensemble.

Voici comment cela se déroulera : une mégastructure appelée Dyson Sphere fournira à un agent artificiel (IA) superintelligent l'énorme puissance dont il a besoin pour collecter autant de données historiques et personnelles sur vous, afin qu'il puisse reconstruire votre copie numérique exacte. Une fois que c'est terminé, vous vivrez toute votre vie (à nouveau) dans une réalité simulée, et quand le moment sera venu pour vous de mourir (à nouveau), vous serez transporté dans un au-delà simulé, & aggrave la Miroir noir&rsquos &ldquoSan Junipero,&rdquo où vous pourrez passer du temps avec vos amis, votre famille et vos célébrités préférées pour toujours.

Oui, c'est ahurissant. Mais un jour, cela pourrait aussi être très réel.

Il s'agit du plan C de la &ldquoImmortality Roadmap,&rdquo un projet sur lequel le transhumaniste et vulgarisateur russe Alexey Turchin travaille depuis 2014. Turchin a récemment exposé les détails dans un article qu'il a publié avec son collègue transhumaniste Maxim Chernyakov appelé &ldquoClassification des approches de la résurrection technologique.&rdquo (Les plans A, B et D impliquent respectivement l'extension de la vie, la cryonie et l'immortalité quantique. Vous pouvez trouver des arguments justifiant comment chacun peut conduire à l'immortalité dans l'article.)

Quand Turchin avait 11 ans, une fille de sa classe est décédée. L'expérience a planté les premières graines de la possibilité de la vie éternelle dans son jeune esprit. &ldquoJ'ai commencé à réfléchir en termes de science-fiction à ce qui pouvait être fait,&rdquo Turchin raconte Pop Mecha.

En 2007, il devient membre du Mouvement transhumaniste russe, une communauté qui travaille à préparer les Russes à adopter les technologies qui les aideront à transcender leurs limitations physiques et mentales actuelles. Turchin a cofondé le premier parti politique transhumaniste de Russie en 2012, et au cours des dernières années, il a perfectionné sa feuille de route pour l'immortalité et enregistré de manière proactive chaque détail de sa vie.

Turchin enregistre et tient un journal de chaque rêve, conversation et expérience quotidienne qu'il a. Cette pratique de &ldquoubiquité de la surveillance&rdquo&mdashtout au long de laquelle Turchin dit qu'il enregistre même ses propres préjugés&mdashis est nécessaire parce que l'IA surintelligente doit soumettre les futurs ressuscités aux mêmes conditions de développement qu'ils ont vécues lorsqu'ils vivaient pour le bien de leur &ldquoaauthenticité,», dit-il.

Une fois que l'IA a créé votre copie numérique précise, tout est possible et même la restauration de la vie biologique, explique Turchin. L'IA cherchera obstinément votre ADN & mdashit creusera même votre tombe & mdash parce que ce n'est qu'alors qu'elle pourra créer un clone de votre corps physique, dans lequel votre copie numérique trouvera son temple.

Prenez maintenant l'exemple singulier de l'immortalité numérique et multipliez-le à l'échelle des milliards de personnes qui ont déjà vécu, représentant de nombreuses copies de la même simulation avec différentes variantes de la façon dont les choses pourraient se développer, qui augmenteront de façon exponentielle avec n'importe quel choix qu'ils feront. à la fois. Il n'y a aucun moyen que la puissance de sortie de la Terre puisse nous fournir les ressources de calcul pour cette entreprise. Nous avons besoin de soleil. Mieux encore, nous avons besoin d'une sphère de Dyson autour du soleil.

Le regretté physicien Freeman Dyson a proposé son concept de mégastructure dans un 1960 Science paper, &ldquoRechercher des sources stellaires artificielles de rayonnement infrarouge.&rdquo L'essentiel : C'est une hypothétique coquille encerclant le soleil pour exploiter une grande partie des majestueux 400 septillions de watts par seconde d'énergie que notre étoile émet chaque jour. C'est de l'ordre d'un billion de fois notre consommation énergétique mondiale actuelle.

Pensez à une sphère de Dyson comme autant de satellites séparés avec des orbites séparées, car une énorme structure serait gravitationnellement instable, explique Turchin. Il envisage la mégastructure comme une flotte de fermes solaires noires ou légèrement orange, liées ensemble dans une coquille stupéfiante de 300 millions de kilomètres autour du soleil. Ce sera le mégastructure extraterrestre ultime, celle qui marquera le passage de notre espèce d'une espèce planétaire à une espèce interstellaire.

Il y a juste un petit problème : nous pouvons réellement construire une telle chose.

&ldquoUne sphère réelle autour du soleil est totalement impraticable,&rdquo Stuart Armstrong, chercheur à l'Université d'Oxford&rsquos Future of Humanity Institute qui a étudié les concepts de mégastructure, a déclaré précédemment Pop Mecha.

La résistance à la traction nécessaire pour empêcher la sphère Dyson de se déchirer dépasse largement celle de tout matériau connu, a déclaré Armstrong. De plus, la sphère se lierait gravitationnellement à son étoile de manière stable. Si une partie de la sphère était rapprochée de l'étoile, par un impact de météore, alors cette partie serait attirée préférentiellement vers l'étoile, créant une instabilité.

➡ Gear We Love: Les meilleurs télescopes pour l'observation des étoiles

Ce n'est toujours pas vraiment bon marché, mais Orion SkyQuest XT8 est l'une des meilleures options si vous cherchez à obtenir la plus grande ouverture pour votre argent. Le XT8 est un télescope à réflecteur, ce qui signifie qu'il mesure plus de quatre pieds de long et pèse plus de 40 livres, il est grand et difficile à déplacer. Il est également informatisé, mais il devrait toujours être relativement facile à installer pour la plupart des gens avec un peu de pratique grâce à sa conception simple et à son support de haute qualité. Et comme Aimer le ciel nocturne explique dans son revoir, le télescope livre là où il compte le plus, avec une grande ouverture de 20 cm et des miroirs et des lentilles de haute qualité qui vous permettront de voir clairement les galaxies, les nébuleuses et les objets de l'espace lointain.

Avec plus de 7 000 critiques positives sur Amazon et une note de 4,4/5, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi le télescope Gskyer est un favori des fans. Cette option dispose d'une ouverture de 70 mm et d'objectifs optimaux entièrement revêtus pour offrir une vue nette et claire du ciel nocturne. Les astronomes avertis apprécieront l'adaptateur pour téléphone intelligent et la télécommande sans fil pour appareil photo, permettant de visualiser les constellations à partir de votre écran. Grâce à son trépied réglable en alliage d'aluminium, ce télescope convient à tous les membres de la famille.

Les astronomes débutants trouveront beaucoup à aimer dans le télescope d'Emarth. Son utilisation est simple : tout ce que vous avez à faire est de pointer le tube dans la direction de l'objet souhaité et de jeter un coup d'œil. Avec deux oculaires de haute qualité (70 mm et 360 mm) qui offrent des vues à faible et à haute puissance des objets célestes, vous pourrez facilement satisfaire vos souhaits d'observation des étoiles.

Considérez le télescope lunaire de la NASA comme l'option parfaite pour les aventuriers passionnés ou les enfants qui aspirent à observer spontanément les étoiles. Avec un peu plus de deux livres, cette option est suffisamment légère pour être rangée dans le coffre de votre voiture. Ce télescope est doté d'un verre optique multicouche à dispersion extra-faible pour vous garantir une vue claire et parfaitement contrastée du ciel nocturne.

Comme le prouve TELMU, il est possible de trouver un bon télescope à moindre coût. Cette option dispose d'une large ouverture de 70 millimètres qui fera apparaître les étoiles et les constellations lumineuses et claires. Avec deux oculaires et mdash dont le grossissement varie de 6 à 20 fois et convient à une gamme d'expériences d'observation des étoiles. Il dispose également d'un adaptateur pour smartphone afin que vous puissiez tout visualiser directement depuis votre écran. Pour couronner le tout, le télescope de TELMU est livré avec un trépied et un chercheur, vous pouvez donc acheter tout ce dont vous avez besoin pour un prix juste et abordable.

Si vous voulez faire passer votre jeu d'observation des étoiles de quelques crans, le télescope NexStar 4SE de Celestron est idéal pour les débutants comme pour les amateurs avancés. Avec un miroir primaire de quatre pouces, ce télescope est compact, mais laisse entrer beaucoup de lumière pour que vous puissiez voir tout ce que le système solaire a à offrir. Non seulement ce télescope est doté d'une monture à emporter informatisée qui suit les mouvements de votre cible, mais il est également livré avec l'application Celestron pour que vous puissiez en savoir plus sur ce que vous voyez. Si vous voulez apprendre quelque chose de nouveau, même en tant qu'astronome avancé, celui-ci est fait pour vous.

Ce télescope ToyerBee est une autre excellente option pour les enfants ou les débutants. Il est équipé d'une lentille de Barlow 3X et de deux oculaires, H20mm et H6mm, vous permettant ainsi d'obtenir un grossissement de 15X à 150X. Une ouverture de 70 mm et une distance focale de 300 mm offrent plus de lumière et une image plus claire. Le télescope est facile à assembler et peut être contrôlé sans fil (l'ensemble comprend un adaptateur pour smartphone et une télécommande pour appareil photo sans fil).

D'accord, les humains peuvent donc (encore) construire une sphère Dyson. &ldquoMais les nanorobots pourraient le faire,&rdquo Turchin dit. Les bébés robots pourraient commencer à extraire du fer et de l'oxygène sur une petite planète et utiliser ces ressources pour créer une surface d'hématite réfléchissante autour du soleil.

Même si les machines interviennent et résolvent le problème de savoir comment exploiter toute cette énergie, le concept de résurrection numérique ne semble toujours pas réalisable. Stephen Holler, professeur agrégé de physique à l'Université Fordham.

"Je ne pense pas que vous puissiez soumettre quelqu'un aux mêmes conditions de développement qu'il avait dans la vie, car cela présuppose que vous connaissiez toutes ses conditions de développement, depuis le gars qui a choisi cette personne ce jour-là alors qu'elle était très jeune jusqu'au jour où la personne a reçu ce prix ,» Holler raconte Pop Mecha.

&ldquoIl y a beaucoup de choses que nous ne savons pas qui ont historiquement façonné la façon dont la vie d'une personne s'est avérée,&rdquo dit Holler. &ldquoCeux-ci font&rsquot partie de n'importe quel disque, ce qui rend très difficile de ressusciter quelqu'un.&rdquo

Un jumeau numérique est donc probablement plus probable qu'un soi numérique. Mais votre jumeau numérique est-il vraiment vous ? Eh bien, en quelque sorte.

&ldquoIl&rsquos vous jusqu'au moment où vous le téléchargez,&rdquo dit Holler. &ldquoAprès cela, il évolue en une personne différente. Il devient une nouvelle entité. La copie numérique sera toujours différente de la copie biologique.&rdquo

Kelly Smith, professeur de philosophie et de sciences biologiques à l'Université Clemson qui étudie les problèmes sociaux, conceptuels et éthiques entourant l'exploration spatiale, considère la fabrication d'une gigantesque sphère Dyson comme un problème politique plus qu'un défi d'ingénierie.

&ldquoToute l'humanité devrait y travailler pendant 100 ans,&rdquo Smith dit Pop Mecha. Mais les gens ont évolué pour être des penseurs à court terme, préoccupés par les questions de profit et de perte dans leur courte durée de vie. &ldquoQui&rsquos voudront consacrer toute leur vie à construire quelque chose qui ne profitera ni à eux ni à leurs enfants, ni à leurs enfants&rsquos enfants, ni à leurs enfants et rsquos des enfants, des enfants, mais des humains qui vivront dans 1 000 ans ? », se demande-t-il.

De plus, même si nous avons développé toutes sortes de technologies avancées et téléchargé notre personnalité sur un ordinateur alimenté par une sphère Dyson, nous parlons toujours d'une très grande extension de la durée de vie humaine et non de l'immortalité. La faute à l'entropie : & l'étoile qui alimente la sphère Dyson va devenir une supernova à un moment donné, alors voilà notre source d'alimentation & rdquo Smith.

Smith partage les inquiétudes de Holler sur les défis de reproduire les conditions de développement exactes pour la création d'un être humain. &ldquoIl n'y a aucun moyen pour nous de le faire maintenant, peu importe à quel point nous enregistrons notre vie de manière proactive,&rdquo dit-il.

Au cours des milliards d'années qu'une simulation peut s'exécuter, des erreurs peuvent sûrement s'infiltrer dans le code informatique. « Nous pouvons finir par dupliquer 90 % de quelqu'un, mais le résultat est-il le même ? », demande Smith. &ldquoJe ne sais pas à quel point je serais heureux de savoir qu'une copie de moi-même qui me ressemble à 80 % va survivre pour toujours.&rdquo


Secret de la vie éternelle, meilleur sexe trouvé dans le cimetière des mammouths

Préparez-vous pour une vie éternelle et une meilleure sexualité : des scientifiques russes travaillant sur un cimetière de mammouths sibériens ont trouvé l'ADN d'une bactérie inconnue qui, selon les résultats préliminaires du laboratoire, prolonge efficacement la vie des souris, ainsi que d'autres choses.

Selon le professeur Anatoli Broushkov, leur "ensemble de tests et les résultats prouvent que des organismes simples comme les mouches des fruits et les souris vivent plus longtemps après avoir été vaccinés avec l'ancien extrait de bactérie". les capacités physiques et l'activité sexuelle des souris mâles et femelles. Les femelles ont en fait eu des bébés à un âge plus avancé que d'habitude : "Certaines souris âgées ont montré une croissance de l'activité physique, mentale et sexuelle, tandis que certaines femelles ont même eu des bébés âgés de l'équivalent humain de 70 ans", a déclaré la scientifique Vera Samsonova.

La bactérie a été retrouvée encore vivante dans le pergélisol sibérien, à côté des mammouths et des rhinocéros laineux congelés, que les équipes scientifiques japonaises et russes explorent dans le but de les cloner à nouveau à la vie. La découverte d'une ancienne bactérie inconnue vivant encore dans le pergélisol a surpris les scientifiques russes, qui ont été époustouflés par l'analyse préliminaire de l'ADN et leurs expériences en laboratoire.

L'équipe, cependant, ne réclame pas encore de potion d'immortalité : elle vise à prolonger la vie d'au moins dix ans si tout se passe bien. Les résultats sont si bons qu'il suscite déjà l'intérêt des investisseurs.

La seule chose qui me fait penser ici, c'est que ces bactéries ont été trouvées à côté de disparu animaux préhistoriques. Mais bon, je suis tout à fait pour m'injecter de l'ADN ancien qui peut soit augmenter ma virilité et prolonger ma vie. Ou me faire pousser d'énormes défenses et beaucoup de cheveux. Dans les deux cas, c'est une victoire. [ Courrier quotidien ]


5 mythes et vérités sur Raspoutine

La vie et la mort de Grigori Efimovich Raspoutine sont entourées de mythologie, faisant de lui une figure presque plus grande que nature dans l'histoire russe. Déviant sexuel, guérisseur mystique, saboteur politique et moine renégat, le mystérieux Raspoutine a été à la fois honni et vénéré de son vivant, et est devenu un bouc émissaire pour divers groupes dissidents de l'époque. Vendredi marque le centenaire de sa mort controversée le 30 décembre 1916.

Ici, nous examinons cinq mythes et vérités sur le légendaire saint homme sibérien :

Mythe 1 : Il avait des pouvoirs mystiques

Né de paysans dans un petit village de Sibérie occidentale, le jeune Raspoutine s'est tourné très tôt vers la religion. Même enfant, les rumeurs parmi la population locale étaient que Raspoutine avait certains dons mystiques. Malgré le mariage et le père de plusieurs enfants, Raspoutine a abandonné la vie de famille à la recherche de la dévotion et de la piété religieuses chrétiennes orthodoxes. Après des années d'errance et d'enseignement religieux, Raspoutine s'est retrouvé à Saint-Pétersbourg, siège du pouvoir royal. Grâce à diverses connexions, Raspoutine est devenu connu du tsar Nicolas et de son épouse, la tsarine Alexandra.

Désespéré de trouver un remède à l'hémophilie de leur fils malade, une nuit, ils ont fait appel à Raspoutine. Après sa séance avec le jeune garçon, le saignement a semblé s'arrêter pendant un certain temps. Certains historiens, tels que Pierre Gilliard, ont émis l'hypothèse que l'hémorragie s'était probablement arrêtée à la suite de l'insistance de Raspoutine à interdire l'administration d'aspirine (un agent anticoagulant connu), et non à aucun des pouvoirs « quomystiques » qu'il aurait pu avoir. La tsarine fut stupéfaite et fit immédiatement appel aux services de Raspoutine comme proche conseiller.

Myth 2: He was a sexual deviant and the Queen&rsquos lover

Tales of Rasputin&rsquos sexual exploits began to spread early into his time with the royal court, as his eccentric behavior&mdashlike drinking heavily and visiting brothels&mdashwas seen to clash with his religious piety. According to some historians who believe Rasputin may have been a member of, or at least influenced by the Khlyst religious sect, such sinful behavior brought him closer to God. However, though he did frequently entertain in salons, there is no evidence to suggest Rasputin was a sex-crazed maniac who had a secret affair with Russia&rsquos queen. Much like the rest of his life, his behavior in this realm has been exaggerated, and&mdashfollowing the February Revolution of 1917&mdashembellished by his enemies in attempts to propagandize his life.

Myth 3: He was Russia&rsquos secret ruler

Because of his constant presence in the royal court, whispers grew that Rasputin was acting as a puppet master over the royal couple. Alexandra&rsquos growing dependence on Rasputin and his apparent healing abilities with her hemophilic son only exacerbated these rumors. Occasionally, the monk did offer military advice as well as medical help, but his ideas never proved beneficial for the Russian army or Tsar Nicholas personally. In fact, after Tsar Nicholas took personal control over his armies on Aug. 23, 1915, under the advice of Rasputin and the Tsarina Alexandra, the Tsar became the target of blame for Russia&rsquos battlefield defeats. Meanwhile, with the Tsar away fighting, a vacuum of leadership was filled by the Tsarina.

Here, the myth does approach the truth. Though the Tsarina was in charge, Rasputin did wield great power as her adviser. The mystic healer wasted no time in appointing his own church ministers and other public officials.

Myth 4: He was impossible to kill

Rasputin&rsquos behavior and influence came to symbolize everything negative in Russian politics and society at the time. Even prior to his final assassination, other attempts on his life were made. In June of 1914, a beggar woman stabbed the monk in the stomach, claiming he was seducing the innocent. Rasputin made a full recovery, even though he had lost a lot of blood and was close to death after the incident.

Two years later, a group of nobles led by a man named Felix Yusupov plotted to get rid of the holy man once and for all. On Dec. 30, 1916, Yusupov invited Rasputin to dine at his home. After a heavy meal, complete with wine and dessert, all supposedly heavily laced with poison, the men looked on, as amazingly, Rasputin showed no symptoms that the poison was having an effect on him. The men proceeded to shoot Rasputin, who, according to legend still drew breath after a barrage of bullets and only died after he was thrown into an ice-cold river to drown. However, while Rasputin&rsquos death was in fact plotted by Yusupov and other nobles, autopsy reports show that no poison was found in Rasputin&rsquos system and that he seems to have died from a single bullet to the head.

Myth 5: He rose from the dead

Much like the tale of his murder, the aftermath of Rasputin&rsquos death has been mythologized over the years. According to legend, after Rasputin&rsquos poisoned and shot body was thrown into the ice-cold river, he was fished out by a group of passersby, who found that he was still alive when they dragged his body to the shore of the river. However, the truth is that after Rasputin&rsquos already deceased corpse was thrown into the Malaya Nevka River, it took days for the police to find the body because the water had already frozen in the sub-zero Russian winter.

On March 15, 1917, Tsar Nicholas II abdicated the Russian throne as a result of the February Revolution. The following year, Bolsheviks eliminated the last vestiges of the Romanov dynasty. But myths about Rasputin endured&mdashand, underneath those myths, there does reside some truth. Several historians have speculated that Rasputin&rsquos influence did indeed play a role in the contempt for the royal household and everything it came to represent. The tale of Rasputin indeed shows that mythology can take a life of its own, and grow to become more important than the truth.


Who was the Count of Saint Germain?

The Count Saint Germain may have been more legend than man. Yes, we know that he lived and we know some of what he did. However, there have been so many claims made about this man that it is difficult to sort the truth from the embellishments.

An Embellishment of History

Of course, many would claim that there were no embellishments and that he really was all that people claimed him to be. If this were so, it would mean that the Count of St. Germain was the Wandering Jew, an alchemist with the secret to eternal life, a man that could turn various metals into gold, a man that could melt diamonds and form them however he wished, a proficient musician, artist and linguist and so much more.

A 1783 engraving of Count Saint Germain by Nicolas Thomas. Image: Public Domain.

Who was Count of Saint Germain?

The Count of Saint Germain was not a Saint and may not even have been a Count. The place and circumstances of his birth are completely unknown. However, there have been many theories presented over the past few centuries. Some believe that he was a man of noble birth whose family was disgraced somehow and he, therefore, had to hide his true identity. Others believe that he was born long before his presence was documented and that he was immortal. Theosophists believe him to be an Oriental Adept. Whoever he was, he never divulged any information regarding his birth to anyone during his (known) lifetime.

His Travels

It appears that the Count St. Germain may have arrived on the scene in Europe as early as 1710. At that time, he appeared to be in his mid-forties. The story goes that he always appeared this way. He seemed to never age. From 1737-1742, he was supposedly in Persia studying alchemy. He went to Versailles in 1742 and then in 1743 he was in England for the Jacobite Revolution. He then went to Vienna to visit Frederick the Great and then to Edinburgh in 1745.

In 1755, Count Saint Germain went to India. When he came back, he stayed in the Royal Chateau of Chambord in Touraine on King Louis XV’s invitation. There he rubbed elbows with Voltaire, who appeared to be impressed by the man. In fact, Voltaire described him as:

A man who knows everything and who never dies.

Count St. Germain left France and went to Hague and London in 1760. In 1762 he supposedly went to Russia and was involved in the revolution there under the pseudonym Graf Saltikoff. He later traveled to Germany and Bavaria. All the while maintaining a middle-aged appearance. Count St. Germain died on February 27, 1784. There is a record of his death and burial.

A Man of Many Talents

During his time in Europe during the 1700s, the Count of St. Germain’s acquaintances had an awful lot to say about this strange man. He was said to have had a striking appearance, especially his eyes. He was reportedly a very talented musician and composer who shared his work with Tchaikovsky and Prince Ferdinand von Lobkowitz. Two of his compositions dwell in the British Museum. One of them was written in 1745 and the other in 1760. He even performed on the harpsichord for Frederick the Great.

Count St. Germain was said to have knowledge of Sanscrit, Chinese, and Arabic. He also spoke Swedish, Portuguese, French, Italian, German, Spanish and Russian flawlessly. He was a painter of some renown. It is said that he could make the jewels in his paintings appear strikingly realistic. He was also a collector of diamonds and wore many of them to social events. There were claims that he could also fix flawed diamonds.

Odd Behavior

The Count of St. Germain was also said to have some very strange habits. Some people claimed that he never ate in public, but that he would drink a special tea frequently. There were also claims that he often made strange comments about his age. He would speak of times long since past as if he had been there. He reportedly told an acquaintance who had made a comment that he must be more than one hundred years old that it was “not impossible.”

Many people have claimed to be the Count St. Germain in the centuries since his death was documented. Others have claimed to have seen him in various places. He has been referred to as “The man who does not die.” He has been credited with the gift of eternal life, or at least of extremely long life, but are any of these claims credible? It is hard to be certain because there are so many of them. However, it is extremely doubtful, for obvious reasons.

The Count of Saint Germain is credited with so many rare (and fictitious) abilities that it seems almost certain that his talents have been embellished over the years and during his lifetime. He may have encouraged this behavior, for all we know. It is quite possible that he was a very talented con man. Either that, or he was an exceptionally old, yet youthful man who was impossibly intelligent and talented. At this point, it is impossible to tell.

His story has been told so many times, in so many ways, that the truth is probably quite different from what has been said. That leaves us with the possibility that we may never know the truth about the Count St. Germain


Secret Police

From the beginning of their regime, the Bolsheviks relied on a strong secret, or political, police to buttress their rule. The first secret police, called the Cheka, was established in December 1917 as a temporary institution to be abolished once Vladimir Lenin and the Bolsheviks had consolidated their power. The original Cheka, headed by Feliks Dzerzhinskii, was empowered only to investigate &ldquocounterrevolutionary&rdquo crimes. But it soon acquired powers of summary justice and began a campaign of terror against the propertied classes and enemies of Bolshevism. Although many Bolsheviks viewed the Cheka with repugnance and spoke out against its excesses, its continued existence was seen as crucial to the survival of the new regime.

Once the Civil War (1918&ndash21) ended and the threat of domestic and foreign opposition had receded, the Cheka was disbanded. Its functions were transferred in 1922 to the State Political Directorate, or GPU, which was initially less powerful than its predecessor. Repression against the population lessened. But under party leader Joseph Stalin, the secret police again acquired vast punitive powers and in 1934 was renamed the People's Comissariat for Internal Affairs, or NKVD. No longer subject to party control or restricted by law, the NKVD became a direct instrument of Stalin for use against the party and the country during the Great Terror of the 1930s.

Lavrenti Beria

After Stalin's death in 1953 the loyal Beria was purged from the Communist Party and power and later executed. (The young girl in Beria's lap is Stalin's daughter Svetlana the man at right, rear, is unidentified.)

Joseph Stalin and Lavrenti Beria, a Soviet political leader and official in the secret police during the Stalin era of leadership, enjoying a rest at a dacha (a Russian country cottage).

Bookmark this item: //www.loc.gov/exhibits/archives/intn.html#obj3

The secret police remained the most powerful and feared Soviet institution throughout the Stalinist period. Although the post-Stalin secret police, the KGB, no longer inflicted such large-scale purges, terror, and forced depopulation on the peoples of the Soviet Union, it continued to be used by the Kremlin leadership to suppress political and religious dissent. The head of the KGB was a key figure in resisting the democratization of the late 1980s and in organizing the attempted putsch of August 1991.

Bookmark this item: //www.loc.gov/exhibits/archives/intn.html#obj4


Guatemala syphilis study

Many people erroneously believe that the government deliberately infected the Tuskegee participants with syphilis, which was not the case. But the work of Wellesley College professor Susan Reverby recently exposed a time when U.S. Public Health Service researchers did just that. Between 1946 and 1948, Reverby found, the U.S. and Guatemalan governments co-sponsored a study involving the deliberate infection of Guatemalan prisoners and mental asylum patients with syphilis.

The study was intended to test chemicals to prevent the spread of the disease. The researchers attempted to infect their subjects both by paying for them to have sex with infected prostitutes and by abrading the skin on their penises and pouring cultured syphilis bacteria on the wounds.

Those who got syphilis were given penicillin as a treatment, Reverby found, but the records she uncovered indicate no follow-up or informed consent by the participants. On Oct. 1, 2010, Secretary of State Hilary Clinton and Health and Human Services Secretary Kathleen Sebelius issued a joint statement apologizing for the experiments.


October 2009

Vaccination programmes begin in the US and Europe, but many healthcare workers are reluctant to have the vaccine, even though it is virtually identical to the seasonal vaccines used in previous years, which have a good safety record.

Production delays also continue to plague the deployment of vaccine. By 22 October, the US has only 27 million doses available, compared with the expected 45 million. Researchers show that this much vaccine will reduce the number of cases in the second wave by less than 6 per cent – but that is still enough to save 2000 lives.

Six months after swine flu first shot to world attention, US President Barack Obama declares the virus a national emergency.


Voir la vidéo: Envoyé spécial. Un mystérieux nuage - 18 janvier 2018 France 2