488e groupe de bombardement

488e groupe de bombardement

488e groupe de bombardement

Histoire - Livres - Aéronefs - Chronologie - Commandants - Bases principales - Unités composantes - Affecté à

Histoire

Le 488th Bombardment Group était une unité d'entraînement basée à domicile qui était active d'octobre 1943 à mai 1944.

Le groupe a été activé le 1er octobre 1943 et a été affecté à la deuxième force aérienne, bien qu'un mois plus tard, il ait été transféré à la troisième force aérienne. Le groupe a servi d'unité de formation de remplacement, formant des équipes pour combler les lacunes dans les unités existantes. Il a été dissous le 1er mai 1944.

Livres

-

Avion

1943-44 : Forteresse volante Boeing B-17

Chronologie

14 septembre 1943Constitué en tant que 488e groupe de bombardement (lourd)
1er octobre 1943Activé et affecté à la Second Air Force
novembre 1943Vers la troisième armée de l'air
1er mai 1944Démantelé

Commandants (avec date de nomination)

Lieutenant-colonel Rudolph BRobeck : 1er octobre 1943
Maj George H Goody : 12 octobre 1943
Lieutenant-colonel Ansley Watson : 25 octobre 1943
Col Gerry L Mason : 11 décembre 1943
Lieutenant-colonel Ansley Watson : 11 février 1944
Lt Col Robert K Martin : 15 mars-1er mai 1944

Bases principales

Geiger Field, Washington : 1 octobre 1943
Champ MacDill : Floride, 1er novembre 1943-44

Unités composantes

818e (anciennement 840e) Escadron de bombardement : 1 mai 1944 :
841e Escadron de bombardement : 1943-1944
842e Escadron de bombardement : 1943-1944
843e Escadron de bombardement : 1943-1944

Assigné à

Octobre-novembre 1943 : Deuxième Armée de l'Air
Novembre 1943-mai 1944 : Troisième Armée de l'Air


488th BOMB GROUP US AIR FORCE Bullion PATCH Custom Made for WW2 USAAF VETERANS

Vendeur: battlefield.store ✉️ (106 025) 100% , Emplacement: Henderson, Nevada, Expédié à : À l'échelle mondiale, Article: 401253341911 488th BOMB GROUP US AIR FORCE Bullion PATCH Custom Made for WW2 USAAF VETERANS. ANNÉES 1980 - ANNÉES 1990 FABRIQUÉ UN PATCH DE Lingots de l'armée de l'air américaine, cousu à la main sur mesure pour les anciens combattants et les collectionneurs. CECI PROVENAIT DE LA DOMAINE D'UN ANCIENS COMBATTANT DE L'AIR FORCE QUI A COLLECTE DES PATCHS USAF POUR SES INSIGNES PENDANT LES REUNIONS D'ANCIENS COMBATTANTS DE LA WW2 ET DE LA GUERRE FROIDE, LES SPECTACLES AERIENS ET LES CONVENTIONS MILITAIRES. LE PATCH MONTRE L'ÂGE HONNÊTE, L'UTILISATION ET L'USURE, VOIR NOTRE PHOTO AVEC LA RÈGLE POUR LA MESURE DE LA TAILLE. NOUS COMBINONS L'EXPÉDITION POUR PLUSIEURS ARTICLES - VEUILLEZ VISITEZ NOS LISTES DE MAGASIN POUR VOIR NOTRE LARGE SÉLECTION DE LIVRES DE RÉFÉRENCE MILITAIRES ET COLLECTIONNEURS MILITAIRES DANS LE MONDE ENTIER. CECI FERA UN GRAND AJOUT À VOTRE COLLECTION. BIENVENUE DES SOUMISSIONNAIRES INTERNATIONAUX - Nous vendons et expédions dans le monde entier. Acheteurs internationaux Veuillez noter : les droits d'importation, les taxes et les frais ne sont pas inclus dans le prix de l'article ou les frais d'expédition. Ces charges sont sous la responsabilité de l'acheteur. Veuillez vérifier auprès du bureau de douane de votre pays pour déterminer quels seront ces coûts supplémentaires avant d'enchérir ou d'acheter. Nous ne sous-évaluerons pas la marchandise ou ne marquerons pas l'article sur le formulaire de douane comme un cadeau. Faire cela est contraire aux lois américaines et internationales. Le coût d'expédition des commandes internationales par le service postal américain est basé sur la valeur et le poids du ou des articles une fois emballés. Nous combinons l'expédition pour plusieurs articles. L'enchérisseur gagnant s'engage à payer cet article dans les 7 jours suivant la clôture des enchères. Nous acceptons les cartes Mastercard, Visa, Discover Card, American Express et Paypal. Résidents du Nevada, veuillez ajouter une taxe de vente de 8,15 %. Commandez en toute confiance, nous sommes en affaires depuis plus de 40 ans. Votre satisfaction est garantie ! État: Utilisé , Tous les retours acceptés : Retours acceptés , Le remboursement sera donné comme: Remboursé, L'article doit être retourné dans : 14 jours , Détails de la politique de retour : Commandez en toute confiance, notre magasin est en affaires depuis plus de 40 ans et nous soutenons notre service client. , Les frais de retour seront payés par : Acheteur , Frais de restockage: Non Voir plus


Sources primaires

(1) Russ Boulanger, Famille des secrets (2008)

Si Poppy Bush était occupé le 22 novembre 1963, son ami Jack Crichton l'était aussi. Le collègue candidat du GOP de Bush était une figure clé dans un réseau de personnalités du renseignement militaire ayant des liens étroits avec le département de police de Dallas et, comme indiqué précédemment, avec la voiture pilote du cortège de JFK.

Crichton est revenu sur le devant de la scène quelques heures après la mort de Kennedy et l'arrestation subséquente de Lee Harvey Oswald, lorsqu'un cordon sanitaire particulier a été mis en place autour de Marina Oswald. Le premier à ses côtés était le militant républicain et président de la circonscription Ilya Mamantov, un anticommuniste véhément qui donnait fréquemment des conférences à Dallas sur les dangers de la menace rouge. Lorsque les enquêteurs sont arrivés, Mamantov est intervenu en tant qu'interprète et a agrémenté les commentaires de Marina pour établir sans équivoque que le "gauchiste" Lee Harvey Oswald avait été le tireur - le seul tireur - qui a tué le président.

Il est bien sûr intéressant que la police de Dallas laisse un étranger, en particulier un émigré russe de droite, s'occuper de la délicate tâche d'interprétation. Interrogé par la Commission Warren sur la façon dont cela s'est produit, Mamantov a déclaré qu'il avait reçu un appel téléphonique du chef adjoint de la police George Lumpkin. Après un moment de réflexion, Mamantov se souvint alors que juste avant l'appel de Lumpkin, il avait entendu Jack Crichton. C'est Crichton qui avait réuni la police de Dallas avec Mamantov et assuré sa place aux côtés de Marina Oswald à ce moment crucial.

Malgré cette révélation, Crichton a presque complètement échappé à l'examen. La Commission Warren ne l'a jamais interviewé. Pourtant, autant que quiconque, Crichton incarnait une confluence d'intérêts au sein du lien pétrole-renseignement-militaire. Et il était étroitement lié à Poppy dans leurs efforts mutuels pour faire avancer le petit Parti républicain du Texas, aboutissant à leur acceptation des deux premières positions sur le ticket républicain de l'État en 1964.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Crichton avait servi dans le Bureau des services stratégiques, le prédécesseur de la CIA. Après-guerre, il commence à travailler pour l'entreprise du tsar du pétrole Everette DeGolyer et se lie rapidement aux cercles pétromilitaires au plus haut niveau. Un examen de centaines de documents d'entreprise et d'articles de journaux montre que lorsque Crichton a quitté l'entreprise de DeGolyer au début des années cinquante, il s'est retrouvé impliqué dans un réseau presque incompréhensible d'entreprises avec des conseils d'administration qui se chevauchent et des liens avec DeGolyer. Beaucoup d'entre eux étaient soutenus par certaines des familles les plus puissantes d'Amérique du Nord, notamment les Du Pont du Delaware et les Bronfman, propriétaires du géant de l'alcool Seagram.

Crichton était tellement connecté à la structure du pouvoir de Dallas que l'un de ses directeurs d'entreprise était Clint Murchison Sr., roi de l'allocation pour épuisement du pétrole, et un autre était D. Harold Byrd, propriétaire du bâtiment du Texas School Book Depository.

Un exemple typique de ce copinage corporatif est venu en 1952, lorsque Crichton faisait partie d'un syndicat - comprenant Murchison, DeGolyer et les Du Ponts - qui a utilisé des connexions dans le régime fasciste de Franco pour acquérir des droits de forage rares en Espagne. L'opération a été gérée par Delta Drilling, qui appartenait à Joe Zeppa de Tyler, Texas - l'homme qui a transporté Poppy Bush de Tyler à Dallas le 22 novembre 1963.

C'est en 1956 que le bayou Crichton a lancé sa propre unité d'espionnage, le 488th Military Intelligence Detachment. Il sera le seul commandant de l'unité de renseignement jusqu'au 22 novembre 1963, jusqu'à sa retraite du 488e en 1967, date à laquelle il reçoit la Légion du Mérite et est cité pour "service exceptionnellement exceptionnel".


Une bombe explose dans le Capitole

Une bombe explose dans le bâtiment du Capitole à Washington, D.C., causant environ 300 000 $ de dégâts mais ne blessant personne. Un groupe se faisant appeler Weather Underground a revendiqué le mérite du bombardement, qui a été fait pour protester contre l'invasion en cours du Laos soutenue par les États-Unis.

Les soi-disant Weathermen étaient une faction radicale des Students for a Democratic Society (SDS). Les Weathermen préconisaient des moyens violents pour transformer la société américaine. Les fondements philosophiques des Weathermen étaient de nature marxiste, ils croyaient que la lutte militante était la clé pour frapper contre l'État pour construire une conscience révolutionnaire parmi les jeunes, en particulier la classe ouvrière blanche. Leurs principaux outils pour atteindre ces objectifs étaient les incendies criminels. et bombardement. 

Parmi les autres cibles des attentats à la bombe des Weathermen figuraient le palais de justice de Long Island, le siège du département de police de New York, le Pentagone et le département d'État. Personne n'a été tué dans ces bombardements, car les bombardiers ont toujours donné un avertissement préalable. Cependant, trois membres du Weather Underground sont morts le 6 mars 1970, lorsque la maison dans laquelle ils construisaient les bombes a explosé.


Musée du 489e groupe de bombes

Les Amis du 489th assisteront au service au cimetière américain de Cambridge (Madingley) avec le vétéran Art Sensor du 489th (navigateur de l'équipage Rutherford) et sa famille.

2016 : Memorial Day, Cambridge American Cemetery, Madingley - Hommage au 489th Bomb Group

AILES PLIÉES – Roger Underwood

C'est avec une grande tristesse que nous devons vous informer que le 489th Bombardier/Navigator 1/Lt Roger Leslie Underwood est décédé le 20 octobre 2016 à l'âge de 91 ans. Roger a volé avec l'équipage de Jack McMullen et il a effectué 32 missions au-dessus de la France et de l'Allemagne. La fille de Roger, Susan, et son mari Ron ont visité le Halesworth Museum il y a deux ans. Roger a été enterré avec tous les honneurs militaires au cimetière national de Miramar.

489e : L-R Avant : Jack McMullen (P), Edward Beck (CP), Richard Caldwell (N), Roger Underwood (B). Arrière : Eugene Sokolowski (G), John Dominy (E), Sidney Abelson (RO), Philip Comerford (G), Philip Albarelli (G), Joseph Miedzybrocki (G).

AILES PLIÉES – Jack Gartenberg

Nous sommes tristes d'annoncer que le 489e opérateur radio, Jack Gartenberg, est décédé début juin 2016. Son fils Jon a écrit que Jack avait plus de � ans et a souvent parlé dans ses dernières années de son séjour à Halesworth. Il a même rappelé les membres d'équipage de son avion lorsque j'ai mentionné leurs noms. Je suis heureux d'avoir appris son héritage, luttant pour la liberté depuis cette base de l'armée de l'air, et j'apprécie tout le bon travail que vous et vos collègues avez fait pour vous souvenir des braves soldats du 489e.

Jack a volé avec l'équipage de Dale Coburn à bord du B-24 Buckshot Annie.

1944 : équipage du 489th Dale Coburn avec le B-24 Buckshot Annie

489th : L'équipage de Dale Coburn (photo du livre de Charles Freudenthal 'A History of the 489th Bomb Group')

DIMANCHE DU SOUVENIR 2016
AÉRODROME DE HALESWORTH

Dimanche du souvenir 2016 au 489th Memorial : Royal British Legion et personnel de la 48th Fighter Wing, RAF Lakenheath

NOUS NOUS RAPPELLERONS D'EUX

Cliquez sur la barre latérale ‘Jour du Souvenir’ pour voir plus de photos et un rapport de la journée (et faites défiler vers le bas pour 2016).

JOYEUX ANNIVERSAIRE AU VETERAN JAMES T PACE qui a eu 96 ans le 15 septembre 2016

Le 489th Navigator Jim a piloté l'équipage principal avec le pilote Gus Gaczi. Ils ont volé ‘Pin Up Girl’ pour 14 de leurs 27 missions entre mai et novembre 1944. Jim nous a dit qu'ils n'étaient pas autorisés à écrire à la maison sur leurs missions ou combien. Il a écrit à sa sœur et à Mary Margaret, qui était sa petite amie à l'époque, disant qu'il collectionnait des "Pin Ups" car son nouvel avion s'appelait "Pin Up Girl". L'un d'eux m'a proposé de m'en envoyer, mais je leur ai dit que je devais récupérer les miens. Ils ont alors décidé que j'essayais de leur dire quelque chose et sont finalement arrivés à la bonne conclusion quant à ce que c'était « Une pin-up pour chaque mission ».

Avant la guerre, Jim était enseignant, mais après avoir enseigné pendant un an, il a ensuite rejoint le personnel d'une banque locale et s'est enrôlé dans la Garde nationale. Cette unité a été activée pendant la guerre de Corée et Jim a servi en Corée pendant huit mois.

James Trigg et Mary Margaret Pace à l'occasion de leur 70e anniversaire de mariage en février 2015 2015 : James Trigg et Mary Margaret Pace - 70e anniversaire de mariage

Le 489e retour à Halesworth

2015 : octobre - 489e Patch du groupe de bombes

Le personnel du 489e groupe de bombes réactivé, maintenant basé à la base aérienne de Dyess, au Texas, a visité Halesworth au début de septembre 2016. C'était une visite de retour pour Ricky Fugate et Don Johnson, mais pour le colonel Denis Heinz, Terence et Nick c'était leur première fois à Halesworth. Ricky a apporté quelques-uns de ses uniformes « modernes » à afficher aux côtés des uniformes de la Seconde Guerre mondiale portés par les aviateurs qui ont volé de cet aérodrome en 1944.

2016 : septembre - Nick et Paul à l'intérieur du musée de l'aérodrome de Halesworth lors de la visite du "nouveau personnel du 489th Bomb Group".

2016 : visite en septembre du « nouveau » personnel du 489th Bomb Group. L-R : Elaine, Marjorie, Ricky, Col Denis Heinz, Terence, Don et Sue

AILES PLIÉES – Robert Kirby

Nous avons reçu la triste nouvelle du décès de Robert Kirby le 17 août 2016. Bob a volé avec l'équipage de Gus Gaczi en tant que navigateur de pilotage et mitrailleur de tourelle avant. Un autre membre d'équipage, James T Pace (navigateur), nous a dit qu'ils étaient un équipage de tête et qu'ils ont donc transporté deux navigateurs. Ils ont effectué 14 missions dans le B-24 ‘Pin Up Girl’ et 13 autres missions dans divers autres avions. Bob est retourné à Halesworth en décembre 1997 avec sa fille Carolyn et son gendre Steve. L'équipage s'est réuni lors de la 489e réunion de Tampa en 2000, et plusieurs d'entre eux sont restés en contact.
Nos pensées et nos prières accompagnent la famille de Bob.

489e : 2000 Tampa Reunion - L-R Avant : Charles (Chuck) Taylor, Gus Gaczi, James T Pace. L-R Retour : Gaylon Royer, Robert Kirby, Charles Harkins, John Nemeth.

Une partie de l'équipage : L-R : Lt Bob Kirby, Capt A J Gaczi, ? , ? , Lt Chuck Taylor, Lt James T Pace

AILES PLIÉES – Lt Col Francis S Bodine (Ret.USAF)

Nous sommes très tristes d'annoncer que le 489e pilote Francis S Bodine est décédé le dimanche 14 août 2016 à l'âge de 96 ans. Frank était un pilote en chef volant dans le B-24 ‘Special Delivery’. Sa première mission de bombardement depuis Halesworth eut lieu le 31 mai 1944, le jour de la première mission opérationnelle du 489th BG. Il a effectué 23 missions depuis Halesworth et a été renvoyé aux États-Unis pour s'entraîner sur des B-29. Frank était présent lors de la réactivation du 489th Bomb Group en octobre 2015. Cette photographie montre Frank avec le colonel Denis Heinz du 489th Bomb Group nouvellement activé. Nos pensées et nos prières accompagnent la famille de Frank en ce moment.

2015 : octobre - Frank Bodine, pilote du 489th WWII, avec le colonel Denis Heinz lors de la réactivation du 489th Bomb Group, Dyess AFB, Texas. La cérémonie de réactivation a eu lieu 70 ans jour pour jour où le 489th BG d'origine a été démantelé.

1944 : 489th BG - Bodine Equipage : LR Avant : Henry Dellano (E), Carl Brown (G), Donald Jeffrey (G), Matthew Gasperich (G), Troy Warren (RO), John Lamar (G), Arrière : Gustave Payfer (DN), Francis Bodine (P), Julius Vanerwegen (CP), Franklin Newman (PB), Charles Weaver (RN), Joseph Girard (B).

AILES PLIÉES – Horace ‘Mickey’ Baskin

C'est avec la plus grande tristesse que nous devons annoncer que notre ami, Mickey Baskin est décédé le 15 juin 2016.

Mickey était opérateur radio avec l'équipage Morse dans le 844e. Leur dernière mission (32) a eu lieu le 11 septembre 1944. Mickey est revenu à Halesworth à plusieurs reprises, avec la 2nd Air Division, le 489th Reunions, avec sa femme Rita, et avec des amis. Sa dernière visite remonte à 2012 pour ce qu'il a appelé “mon dernier hourra !”

Il s'est fait de nombreux amis à Halesworth et nous pleurons tous son décès. Nos pensées et nos prières accompagnent sa fille Marcia.

489e Col Napier et Horace 'Mickey' Baskin 1944
489e Mickey Baskin, Halesworth 2012

JOURNÉE COMMÉMORATIVE 2016

Le service du Memorial Day a eu lieu au cimetière américain de Coton, Cambridge (Madingley) le lundi 30 mai 2016 à 11h. Cliquez sur ‘Memorial Day’ pour les photos et les détails. * Cimetière américain, Cambridge

2016 : Memorial Day, Cambridge American Cemetery, Madingley - Hommage au 489th Bomb Group

Bibliothèque commémorative de la deuxième division aérienne – nouvelles archives numériques !

Récemment, les Amis du 489th ont eu la chance d'être invités au lancement des nouvelles archives numériques de la bibliothèque commémorative de la deuxième division aérienne (événement organisé au Forum, Norwich, Norfolk). Ce projet a été réalisé pour offrir des “informations précises” aux chercheurs, et sera également un atout pour les familles à la recherche de photos/informations. De nombreuses félicitations doivent être adressées aux archivistes du comté et au personnel de la bibliothèque commémorative qui ont travaillé sans relâche pour mettre en place cette archive numérique si rapidement. Jetez un œil ici ….

AILES PLIÉES – Lt Charles H Freudenthal, USAF (Ret)

C'est avec une très grande tristesse que nous vous informons que notre cher ami Charlie Freudenthal est décédé le 19 avril 2016. Il est décédé paisiblement, à la maison avec sa famille présente.

En tant que Bombardier du 489e Groupe des années 80, Charlie a déclaré qu'il n'appartenait à aucun équipage en particulier du groupe. Au lieu de cela, il a effectué des missions avec différents équipages, « bombardier » et parfois « navigateur ». Charlie a écrit le livre ‘A History of the 489th’ et a été rédacteur en chef du 489th BG Newsletter pendant plus de 20 ans. Pendant de nombreuses années, il est retourné à Halesworth et à Norwich pour les réunions de la deuxième division aérienne et du 489e BG, se faisant de nombreux amis dans la région.

Charlie est né le 8 juin 1916 et aurait fêté ses 100 ans cette année. C'était un homme merveilleux, gentil, doux et un grand ami. Il nous manquera beaucoup. Nos pensées et nos prières accompagnent Helen et Don.

1944 - Capitaine Charles H Freudenthal, Groupe Bombardier

1996 - Lieutenant-colonel Charles H Freudenthal

RETOUR À HALESWORTH – 489th Navigator, Arthur Sensor

Le 489e vétéran Art Sensor avait 95 ans en janvier de cette année et il prévoit de revenir à Halesworth cet été (2016). La petite-fille d'Art, Ingrid, est venue rendre visite à Halesworth en mars et prévoit de revenir avec son grand-père Art et les membres de sa famille proche.

Art a servi dans le 489th avec l'équipage du pilote Harry Rutherford. Les photos sont d'Art en 1944 et à la maison en avril de cette année. Nous sommes impatients de l'accueillir à nouveau à Halesworth.

1944 - Arthur Sensor, 489e Navigateur

Avril 2016 : Arthur Sensor, 489e navigateur

LE 489ÈME RETOUR À HALESWORTH

Le 489th Bomb Group a été réactivé en octobre 2015 à Dyess AFB, au Texas, 70 ans jour pour jour après la désactivation du 489th d'origine. Le nouveau 489th Bomb Group est la première et la seule unité B-1B Lancer Air Force Reserve. Le groupe est composé de techniciens de la Réserve aérienne ( ART ) et de réservistes traditionnels dont la mission est d'appuyer la 7e Bomb Wing.

Nous avons été ravis d'accueillir trois membres du ‘new’ 489th Bomb Group qui ont visité Halesworth pour savoir où notre 489th Bomb Group d'origine a servi en 1944. Nous sommes impatients de nouer d'autres amitiés au cours des années à venir.

Avril 2016 : Personnel du 489th Bomb Group, Dyess AFB, Texas De gauche à droite : Lt Col Jimmy Jackson 345 BS MSgt Donald Johnston, 489BG CMSgt Ricky Fugate 489BG/CEM

Avril 2016 : Personnel du 489th Bomb Group, Dyess AFB, Texas De gauche à droite : Lt Col Jimmy Jackson 345 BS MSgt Donald Johnston, 489BG CMSgt Ricky Fugate 489BG/CEM

2016 Avril : Personnel du 489th Bomb Group, Dyess AFB, Texas De gauche à droite : Lt Col Jimmy Jackson 345 BS CMSgt Ricky Fugate 489BG/CEM MSgt Donald Johnston, 489BG

2016 Avril : CMSgt Ricky Fugate 489BG/CEM, St Peter's Church, Holton avec drapeau offert par le 489th Veterans et dédié à l'église en 1992 lors de la 489th Reunion

AILES PLIÉES – Bill Smith

Nous sommes très tristes d'annoncer que le 489th vétéran William (Bill) Smith, colonel de l'USAF, à la retraite, est décédé le 5 décembre 2015. Il était présent à la cérémonie de réactivation du 489th Bomb Group à Dyess AFB, Abilene, Texas en octobre 2015. Il était présent avec sa fille Cathy.

En 1944, Bill vola en tant que copilote avec l'équipage de Harry Rutherford. Dave Hillstrom nous a dit que “Bill a effectué les trois dernières missions avec l'équipage de mon père (le pilote Carl Hillstrom) après que le CP Lt Lee Baker ait eu son propre équipage.”

En 2011, Bill et sa famille ont organisé la 489e réunion à Dayton, Ohio. Voir photo en bas de cette page.

Bill est revenu à Halesworth avec sa femme Connie pour la 489e réunion en 1998. C'était un homme adorable et il nous manquera beaucoup. Nos pensées vont à sa famille.

489e vétéran Bill Smith - octobre 2015

AILES PLIÉES – Gus Gaczi

C'est avec une grande tristesse que nous vous informons que le vétéran du 489th August J Gaczi est décédé le 22 octobre 2015, à l'âge de 95 ans. Gus était pilote de B-24 avec le 844th Squadron.

August 'Gus' Gaczi, pilote, 844e Escadron - photo prise aux États-Unis

Sa famille a écrit : " Le nom de son avion était " Pin Up Girl ". Il a effectué 27 missions sans perdre un avion ni un homme. Gus et sa femme Edith sont revenus à Halesworth pour une 489e réunion et il était toujours ravi de rencontrer plusieurs de ses chers amis. Gus est retourné aux États-Unis pour s'entraîner en tant que pilote de B-29. Le jour où il devait s'envoler pour le Pacifique Sud, la bombe atomique a été larguée sur le Japon.”

Nos pensées et nos prières accompagnent sa famille en ce moment.

Cliquez sur ‘Veterans Stories’ pour plus de photos

AILES PLIÉES – John Lamar

C'est avec la plus grande tristesse que nous vous informons que notre ami, le 489e vétéran John Lamar est décédé le 24 octobre 2015.

Né le 29 mars 1924 à Dallas, au Texas, John n'avait que 20 ans lorsqu'il s'envola depuis cet aérodrome. Il était l'artilleur de la tourelle supérieure avec l'équipage de Bodine et a effectué 32 missions au total. Il a volé dans le B-24 ‘Special Delivery’ – présenté sur la page ‘History’ de ce site Web.

John est retourné à Halesworth avec Pat pour les 489e Réunions et pour des visites personnelles avec d'autres membres de sa famille. Lui et Pat se sont fait de nombreux amis ici à Halesworth et on se souviendra de lui pour sa gentillesse, son sens de l'amusement et son très grand cœur. Nos pensées et nos prières accompagnent Pat et sa famille.

489e - John Lamar (Photo d'évasion)

489e - Jean Lamar

489th - Bodine Crew :B-24 'Special Delivery'

AILES PLIÉES – Dick Dietrick

C'est avec tristesse que nous devons vous informer que le 489e vétéran, Richard Lloyd “Dick” Dietrick, Sr, est décédé le lundi 2 mars 2015. Dick et son épouse Josie ont visité Halesworth en 1990 dans le cadre de la réunion de la deuxième division aérienne. Dick était mitrailleur de queue avec le 489th et a effectué plus de 30 missions, y compris le jour J. Nous présentons nos condoléances à Josie et à sa famille.

AILES PLIÉES – Bob Gast

Nous sommes très tristes de vous informer que le 489e vétéran, Robert H Gast (pilote de B-24), est décédé en octobre. Son fils Robert a écrit :

“Mon père, le major Robert H. Gast, qui a servi avec le 489th Bomb Group (Heavy) à Halesworth, en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale, est décédé le 10 octobre 2014 à l'âge de 94 ans. Il a fait une partie de son déploiement en tant que 845th Sq Ops Officier. Son enterrement comprenait une garde d'honneur militaire. Il a été enterré avec son fermoir de cravate B-24. … Si quelqu'un souhaite contacter notre famille, il peut me contacter.
Merci,
Robert H. Gast, Jr.
Lieutenant-colonel (à la retraite), USAF .”

(Pour contacter Robert Gast, veuillez cliquer sur le bouton ‘Contact’ et nous vous ferons suivre votre e-mail.)

489e - Robert Gast, Pilote, 845e

AILES PLIÉES – Jack McMullen

C'est avec une grande tristesse que nous vous informons que notre ami John K. (Jack) McMullen est décédé le 25 octobre 2014, à l'âge de 92 ans.

Son fils Scott a déclaré que Jack avait parlé de son tout dernier jour de ses jours fiers dans le 489e groupe et de son service pendant la Seconde Guerre mondiale. Jeune homme de 22 ans, Jack a piloté un B-24 et a effectué 32 missions. (Veuillez cliquer sur ‘Veterans Stories’ pour en savoir plus)

489e - Jack McMullen, pilote, 844e

ÉVÉNEMENTS 2014

2014 a marqué le 70e anniversaire du 489th Bomb Group à Halesworth
Cliquez sur �th History’ sur le côté gauche de l'écran pour les campagnes, la chronologie, etc.

Les vétérans de la deuxième division aérienne est retourné à Norfolk/Suffolk avec la 2AD Heritage League à la fin du mois de mai 2014. Nous avons eu le plaisir d'accueillir à nouveau le vétéran du 489e Robert Hall et sa famille, ainsi que Chris Clark neveu d'un aviateur du 489e qui a servi à la fois avec le 489e et le 44e Bomb Groupes. (cliquez sur ‘Veterans Return’ pour l'histoire complète)
.
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
.
VOIR L'EXPOSITION DE LA COLLECTION 489TH BOMB GROUP AU HALESWORTH AIRFIELD MEMORIAL MUSEUM

OUVERT tous les dimanches après-midi et jours fériés entre avril et octobre

La collection 489th Bomb Group est actuellement exposée au Halesworth Airfield Memorial Museum situé sur l'aérodrome de Halesworth à côté du site Holton Memorial. Cela a été rendu possible grâce à la générosité de Bernard Matthews PLC qui a mis plus d'espace à la disposition du musée Halesworth actuel, et de nos amis du musée Halesworth. Avec la 489e collection maintenant exposée sur son propre aérodrome ‘home’, il est plus facile pour la population locale de visiter la collection. La collection du 489th Bomb Group est administrée par les Amis du 489th, Halesworth.

Le Halesworth Airfield Memorial Museum est ouvert tous les dimanches après-midi et les jours fériés entre avril et octobre.

Venez voir la 489e collection aux côtés de toutes les expositions fascinantes existantes dans le musée, racontant l'histoire de l'aérodrome et des environs/des personnes pendant la Seconde Guerre mondiale. * Musée de l'aérodrome de Halesworth

VEUILLEZ NOTER : Le 489th Bomb Group Museum à Hardwick est maintenant fermé.

Sélection de photos montrant certaines des expositions du Halesworth Airfield Museum :

En septembre 1989, le 489e vétéran, Charles H Freudenthal publia son livre « A History of the 489th Bomb Group ». Il a dédié son livre « à tous ceux qui ont servi, quel que soit leur grade ou leur capacité, avec le 489th Bombardment Group et ses unités rattachées, en particulier à ceux qui ont donné leur vie pour la cause de la liberté et de la dignité humaine ». La 489th Bomb Group Collection est dédiée à ces braves gens.

Le 489th Bomb Group était stationné à Halesworth entre avril et novembre 1944. Le groupe est commémoré à Halesworth par une pierre commémorative en granit située au bord de l'aérodrome de Holton et également par une plaque commémorative à l'église St Peter, Holton. La collection d'artefacts personnels du 489e Bomb Group est actuellement exposée à l'intérieur du Halesworth Airfield Memorial Museum.

La collection du 489th Bomb Group se compose de souvenirs originaux de la Seconde Guerre mondiale, principalement donnés par les hommes du 489th et leurs familles. Cette Collection offre au visiteur l'opportunité de découvrir l'histoire du 489th Bomb Group, de voir les uniformes qu'ils portaient, les instruments qu'ils utilisaient, et d'en apprendre davantage sur les équipages et le personnel de ce groupe unique. La collection compte de nombreux livres et les enfants sont particulièrement les bienvenus. Ces artefacts originaux ont été confiés aux soins des Amis du 489e par nos anciens combattants ou leurs familles.

PHOTO VÉTÉRINAIRE DE LA 489E RÉUNION , SEPT 2011

2011 : 489e Réunion, Dayton Ohio. Rangée arrière : L-R Ed Brandt, Frank Bodine, Mickey Baskin, Bob Deasy, Charles Freudenthal. Première rangée : L-R Joe Modrich, Marlin Gherke, John Lamar, Bill Smith.


Bombardements souterrains météorologiques

Trois membres de Weather Underground ont été tués lorsqu'une bombe qu'ils avaient construite a explosé dans le sous-sol d'une maison de ville à Greenwich Village le 6 mars 1970. Dans les jours qui ont suivi l'explosion, la police a trouvé 57 bâtons de dynamite, quatre bombes terminées, des détonateurs, des dispositifs de chronométrage , et d'autres équipements de fabrication de bombes. Photo Bettmann/Corbis.

Le 29 janvier 1975, une explosion a secoué le siège du département d'État américain à Washington, D.C. Personne n'a été blessé, mais les dégâts ont été importants, affectant 20 bureaux sur trois étages distincts. Quelques heures plus tard, une autre bombe a été trouvée dans un centre d'induction militaire à Oakland, en Californie, et a explosé en toute sécurité.

Un groupe terroriste national appelé Weather Underground a revendiqué la responsabilité des deux bombes. Appelé à l'origine le Weatherman ou les Weathermen, un nom tiré d'une ligne d'une chanson de Bob Dylan, le Weather Underground était une petite émanation violente de Students for a Democratic Society, ou SDS, un groupe créé dans les années turbulentes pour promouvoir changement social.

Lorsque le SDS s'est effondré en 1969, le Weather Underground s'est avancé, inspiré par les idéologies communistes et embrassant la violence et le crime comme moyen de protester contre la guerre du Vietnam, le racisme et d'autres objectifs de gauche. “Notre intention est de perturber l'empire. pour l'immobiliser, pour faire pression sur les fissures, affirmait le manifeste du groupe en 1974, Feu de prairie.

L'année suivante, le groupe avait revendiqué 25 attentats à la bombe, dont le Capitole des États-Unis, le Pentagone, le bureau du procureur général de Californie et un poste de police de la ville de New York.

Le FBI a obstinément poursuivi ces terroristes alors que leurs attaques montaient. De nombreux membres ont été identifiés, mais leur petit nombre et leurs tactiques de guérilla les ont aidés à se cacher sous des identités supposées. En 1978, le Bureau a arrêté cinq membres qui complotaient pour bombarder le bureau d'un homme politique. D'autres ont été capturés après que deux policiers et un chauffeur de Brinks aient été assassinés lors d'un vol de voiture blindée raté à Nanuet, New York, en 1981.

La clé pour perturber le groupe pour de bon était le groupe de travail antiterroriste nouvellement créé du FBI-New York City Police. Il a réuni les forces des deux organisations et les a concentrés sur ces terroristes nationaux. Le groupe de travail et d'autres similaires ont ouvert la voie aux groupes de travail conjoints sur le terrorisme d'aujourd'hui créés par le Bureau dans chacun de ses bureaux extérieurs pour fusionner les ressources fédérales, étatiques et locales d'application de la loi et de renseignement pour lutter contre les menaces terroristes d'aujourd'hui.

Au milieu des années 80, le Weather Underground appartenait essentiellement à l'histoire. Pourtant, plusieurs de ces fugitifs ont réussi à se cacher pendant des décennies, n'émergeant que ces dernières années pour répondre de leurs crimes. Une fois de plus, cela montre que le courage et les partenariats peuvent et vont vaincre des groupes terroristes obscurs et résilients. 


Utiliser la science des données pour découvrir de nouvelles histoires sur la Seconde Guerre mondiale

75 ans après le jour de la victoire, tirer parti du Big Data, de l'analyse et de la visualisation des données pour éclairer le passé Le 8 mai 1945, la Seconde Guerre mondiale a pris fin en Europe après cinq longues années de bataille. Au cours des 75 années qui ont suivi, peu de choses sont passées sous silence la Seconde Guerre mondiale. Les grands traits de la guerre ont été hachés et rabâchés. Pourtant, à l'intersection &hellip Continuer la lecture Utiliser la science des données pour découvrir de nouvelles histoires de la Seconde Guerre mondiale


Revenge of the Red Raiders: The Illustrated History of the 22nd Bombardment Group during World War II Relié – 1 janvier 2006

Le deuxième livre des International Historical Research Associates couvre un groupe sur lequel vous ne savez peut-être pas grand-chose, même si vous avez lu pas mal de choses sur la 5th Air Force comme moi. Le 22e groupe de bombardement était l'un des premiers groupes affectés à la 5e AF et a combattu depuis les premiers jours sombres de la guerre jusqu'à la capitulation finale des Japonais.

Commençant par leurs humbles débuts aux États-Unis, le groupe a déménagé par morceaux en Australie peu de temps après Pearl Harbor. Pilotant des B-26 Marauders, le groupe a combattu les Japonais lorsque cela était possible et a aidé à endiguer la vague d'avancées japonaises en Nouvelle-Guinée. Alors que le B-26 n'a jamais été aussi populaire dans le Pacifique que le B-25 et l'A-20, le 22e a mis ses Maraudeurs à profit jusqu'au début de 1944, date à laquelle ils se sont convertis en B-24 Liberators. Alors que les Alliés avançaient à travers le Pacifique en direction du Japon, le 22e les accompagna, bombardant des cibles stratégiques et fournissant à la 5e AF un peu plus de puissance que les strafers B-25 et A-20. Ce livre relate en détail presque toutes les missions effectuées par le groupe, avec de nombreuses histoires sur des équipages et des avions individuels. À l'appui de la narration se trouvent une tonne d'images, dont beaucoup proviennent de collections personnelles, qui montrent non seulement les difficultés du combat, mais les conditions dans lesquelles cette unité a dû servir. Three of the book's authors served in the 22nd and provided photographs and information about the group, thus helping give the book a more personal feel. There's an excellent selection of color photographs, as well as some color profiles of various planes which served in the group. Also included is a history of each plane which has a color profile, as well as an extensive section on the history of the group's markings and nose art.

I'd say you can't get a much more comprehensive account of the 22nd BG's campaign anywhere. Having read plenty of books on the B-25 and A-20 bombers of the 5th AF, it was nice to read about the heavy bombers for a change. Definitely filled in some holes in my knowledge and it will yours as well.

This book is very highly recommended to students of aerial warfare in the South Pacific theater of WWII. I paid the expensive price for this book out of desperation. I hoped that it would provide information about Dr. Walter Krell, a friend of my father. Because of this, I have always been interested in Dr. Krell's experience in the early days of the 22nd Bomb Group, but there is very little published information on the 22nd Bomb Group, let alone Dr. Krell. In this book, Dr. Krell is mentioned about 15 times. His photograph appears in about 3 different settings, and even his plane, Kansas Comet 2, appears in a photograph.

So far, I have only read the first few chapters of this book. These chapters describe the chaos and lack of support experienced by the first U.S combat pilots to arrive in the theater. Along the way, the reader will learn things about the South Pacific Theater that are only briefly mentioned in other sources. One will see why the USAAF eventually rejected the A-24 as an effective aerial weapon. The reader will learn about RAAF endeavors that are seldom discussed such as the valiant but decimating efforts of 75 Squadron to defend Port Morseby. This is much more than I expected for an entire phase of the war that is usually covered superficially as a sideshow to the great carrier battle in the Coral Sea.

The book is a day-by-day description of living conditions, missions, and logistics. It reveals the chaos that ensued from unprepared allies finding their way to war in a far away place against a top-notch enemy. Though this day-bay-day account might bore most readers, it is very revealing to the Pacific Air War enthusiast. Some long standing questions are answered by little facts that occasionally pop out of the narrative. For example, learn how 4 of the 22nd's planes ended up at Midway by chance rather than joining the rest of the group in the South Pacific, or learn why anyone thought that a B-26 would make a good torpedo bomber in the first place. Discover the crazy commute between Australia and New Guinea that was necessary before every mission.

The maps are relevant and superb. No other book has maps that match the clarity or thoroughness of the maps that appear in the Revenge of the Red Raiders.

The casual reader in search of a good adventure yarn might not like this book. On the other hand, some of the personal narratives are pretty hairy. The devoted amateur WII enthusiast/historian will love this book.


Debach Airfield History Formerly Home of the 8th USAAF 493rd Heavy Bomber Group 1944 to 1945

The land on which the airfield was built was farmed by the Taylor Family from as far back as 1913 and continued until the site was selected by the RAF as a proposed airfield and requisitioned by compulsory purchase.

During 1942-1944, the 820th & 829th Engineer Battalion (Aviation) of the US Army occupied the area and started construction work. It was built by the black Americans to AMDGW specification for a class A heavy bomber station, and followed the general pattern with a single 2000 yard runway and two intersecting 1400-yard runways. Two T2 hangars and fifty aircraft had hard standings in common with other stations built towards the end of the construction programme. The hard standings were of the so-called &ldquospectacle&rdquo type rather than the &ldquofrying pan&rdquo type.

Accommodation was provided for 2,900 personnel in dispersed nissen hut living sites to the south west of the field. Occupied by the 493rd Bomb Group in April 1944 (named &ldquoThe Fighting 493rd, latterly known as "Helton's Hellcats" after the groups first CO, Colonel Elbert Helton) Debach was the last Eighth Air Force heavy bomber station to become operational: the group flying its first mission on D-Day 6th June 1944.

The Group's planes first landed at Debach 10th May 1944 having flown from McCook Airfield Nebraska via Iceland and Ireland. Lt John Shipley of the 860th squadron who, in his eagerness to be the first to land at Debach, over-shot the runway and took out a petrol truck, which fortunately did not explode!

John Lindquist, bombardier in Paul Berry's crew recalls &ldquoSix crews landed that first day, before the airbase was actually finished. The control tower was not in operation and we picked our own runway, which turned out to be the longest but only 4500 feet. We had trained on 9-10,000 foot runways in the US and were a little surprised at such a short one".

Things did not improve much for Shipley's crew, as Rob Grandy, a gunner on the crew, explains: - &ldquoon our second mission we crashed at Woodbridge landing strip and the plane was a total wreck. However, we did have an excuse this time as we were badly shot up."

In common with most other groups on the 93rd Combat wing the 493rd converted from B-24 Liberators to B-17 Flying Fortresses, the change being made in late August 1944. The B-24 Liberators completed 46 missions, B-17 Flying Fortress, 111 missions bringing the total of the 493rd to 157, the last on the 20th April 1945. 41 aircraft went missing in action. 234 personnel lost their lives whilst serving at station 152 Debach during WW2.

After the US forces left, Debach was used first as a P O W camp and later for displaced persons, before being abandoned in about 1948. It was re-purchased in 1962 by the Taylor family, who returned the land to arable farming. Much of the concrete runways and taxi-ways were taken up, and crushed to use for road building. Both of the T2 hangars were removed before the sale.

In 1969 the Northern end of the main runway was sold to build a mushroom farm, this being disbanded in the mid seventies. The mushroom farm was later sold to be used for grain and general storage. Many of the buildings on the former Technical site fell into disrepair and some have now been restored. The site of the T2 hangar has now been replaced by a modern farm grain store.

Since 2000 the control tower and associated buildings are being gradually restored and now form the 493rd BG Debach Museum.

The Group’s planes first landed at Debach 10th May 1944 having flown from McCook Airfield Nebraska via Iceland and Ireland. Lt John Shipley of the 860th squadron who, in his eagerness to be the first to land at Debach, over-shot the runway and took out a petrol truck, which fortunately did not explode! John Lindquist, bombardier in Paul Berry’s crew recalls “Six crews landed that first day, before the airbase was actually finished. The control tower was not in operation and we picked our own runway, which turned out to be the longest but only 4500 feet. We had trained on 9-10,000 foot runways in the US and were a little surprised at such a short one”. Things did not improve much for Shipley’s crew, as Rob Grandy, a gunner on the crew, explains: - “on our second mission we crashed at Woodbridge landing strip and the plane was a total wreck. However, we did have an excuse this time as we were badly shot up.”

In common with most other groups on the 93rd Combat wing the 493rd converted from B-24 Liberators to B-17 Flying Fortresses, the change being made in late August 1944.

The B-24 Liberators completed 46 missions, B-17 Flying Fortress, 111 missions bringing the total of the 493rd to 157, the last on the 20th April 1945. 41 aircraft went missing in action. 234 personnel lost their lives whilst serving at station 152 Debach during WW2.
After the US forces left, Debach was used first as a P O W camp and later for displaced persons, before being abandoned in about 1948. It was re-purchased in 1962 by the Taylor family,who returned the land to arable farming. Much of the concrete runways and taxi-ways were taken up, and crushed to use for road building. Both of the T2 hangars were removed before the sale. In 1969 the Northern end of the main runway was sold to build a mushroom farm, this being disbanded in the mid seventies. The mushroom farm was later sold to be used for grain and general storage. Many of the buildings on the former Technical site fell into disrepair and some have now been restored. The site of the T2 hangar has now been replaced by a modern farm grain store.
Since 2000 the control tower and associated buildings are being gradually restored and now form the 493rd BG Debach Museum.


Who Were These Men?

While World War II was global in concept, it is the Southwest Pacific with which this book is primarily concerned, for it was there that the 345th Bomb Group served and it was there that it made its significant contribution to America's war in the skies. No theater of operation was so vast, none so hostile environmentally, as the Pacific, and the unique obstacles encountered there make the accomplishments of the 345th the more remarkable.

It doesn't seem possible that 40 years have passed since the beginning of this story, years that have seen startling advances in air technology which seem to make the B-25 bomber primitive by comparison. Unchanged, however, are the memories of the kinship, camaraderie and the determined spirit of the men who served together in this exceptional air unit known as the &ldquoAir Apaches.&rdquo More than 4300 men served in this proud Group at one time or another. Many of them have made major contributions to this book by providing photos and detailed accounts of their experiences. The photos lend graphic authenticity and reflect the very essence of life in combat as experienced during the 30 months the &ldquoAir Apaches&rdquo were in the Southwest Pacific theater.

Who were these men and what did they do? As detailed in my closing remarks as Master of Ceremonies at a recent &ldquoAir Apaches&rdquo reunion (repeated here at the request of the author), this is who they were and what they did:

They were the kids fresh from the backwoods and the farms and the tank towns of our land. young men from the business world of the skyscraper cities. from the mountains and plains, the Atlantic coastline and the Pacific slope and all the places in between. summoned up and thrown together to train in the South Carolina winter, and into spring. honed to a fine edge and thrust into combat on the far side of the world as a formidable fighting unit. They were the guys who did what had to be done, and what had to be done was just about anything you could think of or imagine.

They were the guys who had to learn to fire M-l rifles and carbines, 45s and machine guns and know when not to fire them who saw that everyone had shirts and pants and shoes, gas masks and bed rolls and mess kits, razors and barracks bags and ponchos who prescribed aspirin, atabrine and penicillin, and drove the ambulances, issued medicine and bandages, cared for the sick and wounded and patched the pieces back together. They were the guys who navigated the bombers, watched the instruments and their hack watches and the ocean currents and the air speed, and took the formations to the targets and back who kept the records straight, and wrote the official orders, and ran the mimeographs and typewriters, wrote regulation letters and maintained the official files who patched up the planes when they staggered home with bullet holes and shrapnel gouges and stone-dead shot-up systems and corked-out engines who painted and polished, inspected and replaced the rivets and wires and hoses and gauges, and improvised to keep the birds in the air.

They were the guys who set the fuses, mixed the napalm, loaded the big bombs and the parafrags and hung the racks of delayed-fuse clusters in the bomb bays who laced the strings of .50-caliber shells in the machine guns fore and aft and above and below who manned the radios and grabbed those .50-caliber guns and fired 12 million rounds at enemy ships and installations and at planes in the air and on the ground, at targets scattered across 10,000 miles of strange and violent landscape who drilled and filled and filed teeth and pulled them when they had to be who tuned the motors and changed the tires, nursed the balky vehicles in the motor pool and drove the trucks through dust and mud and jungle trails and over land that had never seen a truck before the guys who once even fashioned their own Group laundry to wash their clothes, and put together a lumber mill in the jungle to spit out rough boards for shacks and tent floors and storage shelves.&rdquo

They were the guys who strung the telephone and communication lines over coral landscapes, across brushy wastes and through coconut groves to connect the diverse, separated units with their strands of copper wire who peered down the sophisticated bombsights and at the precise moment squeezed the button that rained all hell down on the target below and the glamor guys up front who flew the birds. in tight formation to the pre-determined targets or targets of opportunity, and peeled off to take on enemy fighters, or send the payload down the pipe. or held the formation through screaming low-level runs across far-flung airstrips that threw up skies full of ack-ack. and, if they were lucky, they flew them home sometimes intact, sometimes damaged, and sometimes barely held together by the scantest of faith, hope and a prayer completely shattered flew them in whatever condition to safe landings or crash landings at their home base or to one of another friendly outfit as a last resort.

They were the guys who took what mediocre food was issued and prepared it under difficult conditions at any hour it was needed. in the pre-dawn hours for the flight crews scheduled for a mission or the flight line personnel who worked all night getting the planes ready to go with their bombs and fuel and ammunition. They did their job in makeshift tents or crude shacks that were called mess halls, and more often than not with the barely edible food they had to work with who laid the pipelines for water and strung wires for electricity, and monitored the generators that furnished flickering lights for tents and shacks and repair sheds who erected temporary buildings for Group and Squadron Headquarters, and for any other function necessary. then tore them down and moved them to the next location and set them up again, and tore them down and set them up as they moved a dozen or more times to new, advanced bases.

They were the guys who provided old movies on hastily built screens in an open clearing, found equipment for softball and volleyball and whatever recreation could be generated . and found the extra little amenities of candy bars and cigarettes and 3.2 beer who took the combat films and quickly processed them for intelligence purposes, for target evaluation, and kept the cameras operational for that all-important function who were God's representatives, who offered spiritual comfort and counsel, and put together little chapels and conducted services for men of every faith, and performed the last rites for those who slipped away to everlasting sleep who set up tents and tried to keep them dry inside during torrential tropical storms. or free of knee-deep mud, or just staked down and stationary in the blasts of devastating typhoons who held the briefings and planned the strikes and carried out the strategies before each mission who saw to it that there were showers, sometimes crude at best, and latrines, and did what they could to maintain such facilities.

They were the guys who censored the outgoing mail, and when the call went out, eagerly gathered for mail call when new sacks arrived from the States, hoping for word from that world that was so far away who made the best of a bad deal at times like Thanksgiving and Christmas. and who saw a different kind of fireworks on the 4th of July. and May. and October. and February and September who interpreted the strike photos and interrogated the crews after major missions and disseminated the information for use in future operations who inspected and packed the parachutes, hoping that they would never be used who suffered bouts with dysentery and dengue fever, hepatitis, malaria, diarrhea, skin rashes, jaundice, typhus, tetanus and ailments and infections the medics had never heard of before.

They were the guys who experienced the merciless tropical rainstorms, the mind-softening 130-degree heat of the mid-day sun at the equator, and who hung on through twisting typhoons that wrenched the entire landscape who felt the percussion of enemy bombs exploding nearer and nearer in an ever-increasing succession of sounds like no other. attacks which sent them scurrying into foxholes dug beside their tents or running for whatever cover was at hand. who knew the ghostly glow of incendiary and phosphorus bombs and the frightening scream of strafing guns that froze the heart of the bravest soldier. and, against all laws of averages, they were singled out as captive targets for direct hits by fanatical pilots of the Imperial Kamikaze Corps whose unbelievable strikes left a mind-shattering scene of injury, destruction and death beyond comprehension.

But they were also the guys who witnessed savagely beautiful sunsets and the full moon over seemingly tranquil southern hemisphere seas. cooled off in wide jungle rivers and swam, at times, in the warm waters breaking on distant island shores who spent endless lonely hours halfway around the world, thinking of pretty girls back home and of loved ones in their families, of baby sons and daughters they had never seen who stretched out on their cots at night and joked and bitched and swore and talked to tent mates about a thousand things. and sometimes sat alone in the darkness. and cried. wondering if they would ever see their homes again. They sent letters back to the States, letters that were smudged and ink-stained because the sweat ran off their wrists and fingers as they wrote under the yellow light of an atabrine dipped bulb in the humid heat of the tropic clime. and there were no ball-point pens in World War II.

Paradoxically, they were also the guys who found a way to laugh in the face of adversity and make the best of a lousy situation. They each carried their part of the load and maintained their poise in a proud organization. and, most of all, they clung to their sense of humor when their world had become a monotonous, constant struggle to stay alive. These were the men of the 345th and some of what they did. For the ones who remain to live again the events that were the threads of the 345th tapestry, it will be evident that Larry Hickey, who was not yet born when the &ldquoAir Apaches&rdquo went overseas and who has devoted half his lifetime to researching and compiling the factual material in Warpath Across the Pacific, has done a brilliant job of telling their story.

Maurice J. Eppstein, Colonel USAF Ret.
Former Adjutant, 345th Bomb Group

Special thanks to Lawrence J. Hickey, author of Warpath Across the Pacific , for his kind permission to print this and other excerpts from his book.


Voir la vidéo: Exclusif: des jihadistes touchés directement par des frappes aériennes sur une colline de Kobané