Harry Atkins

Harry Atkins


FRÈRES ATKIN (ORFÈRES) LTD

L'entreprise Atkin Brothers tire son origine de Thomas Law, un orfèvre actif à Sheffield depuis c. 1750 à 1775. Il est l'une des deux seules maisons combinant les métiers de coutelier et d'orfèvre général.
L'entreprise a été poursuivie par ses fils John et William, et plus tard par Joseph Law (probablement le fils de John, car dans un annuaire de 1830, il est cité comme "Joseph Law, feu John Law & Son").
En 1824 a été inscrit la marque de Jos. Law, Jn Oxley & Henry Atkin (étrangement la marque était "LL", peut-être pour Law & Law) et en 1829 Henry Atkin et John Oxley, opérant sous le nom d'Atkin, Oxley & Co, ont succédé à l'original solidifier. Ils ont dissous leur partenariat c. 1840.
Henry Atkin a continué le commerce sous le nom de Henry Atkin & Co au 32 Howard Street, Sheffield.
Il mourut en 1853 et ses fils Harry Wright Atkin, Edward Thomas Atkin et Frank Shaw Atkin continuèrent le commerce sous le style Atkin Brothers dans leur Truro Works, Matilda Street, Sheffield.
La société a ouvert des bureaux à Londres, dirigés par Harry Wright Atkin, et est devenue en 1925 une société à responsabilité limitée sous le nom d'Atkin Brothers (Silversmiths) Ltd.
Atkin Brothers a fabriqué une large gamme de couverts de galvanoplastie, Britannia Metal, argent et plaqués fournis à Thornhill & Co - Londres, Barraclough & Sons - Leeds, Ollivant & Botsford - Manchester, James Crichton & Co - Edinburgh, Hall & co - Manchester, Fairfax & Roberts - Sydney et de nombreuses autres entreprises au Royaume-Uni et dans les Colonies


Contenu

La société d'origine, Partenaires WS Atkins &, a été créé par feu Sir William Atkins en 1938. [5] [6] L'entreprise n'était pas la seule entreprise commerciale d'Atkin, ayant acquis Ferro-béton de Londres de ses employeurs précédents, il a continué à gérer activement les deux entreprises jusqu'en 1950. [7] Dans ses années de formation, la société a établi ses premiers bureaux à Westminster, Londres et s'est spécialisée dans la conception et le conseil en génie civil et structurel. [5] [6] Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, la société a développé une réputation pour l'exécution avec compétence des travaux d'ingénierie complexes qui lui ont été assignés malgré les pressions et les limitations inévitables du temps de guerre qui ont été imposées. Entre autres travaux, Akins a développé une tourelle anti-aérienne brevetée au cours de cette période. [5]

Au lendemain du conflit, l'entreprise s'est rapidement développée pour soutenir l'effort de reconstruction d'après-guerre, en fournissant des services spécialisés en urbanisme, sciences de l'ingénieur, architecture et gestion de projet. [7] [6] En 1945, Atkins a été invité à consulter sur l'expansion prévue des aciéries de Port Talbot et a agi par la suite en tant qu'ingénieur de conception civile et structurelle pour le projet. En 1950, Atkins a choisi d'arrêter les travaux de sous-traitance pour se concentrer sur les travaux d'ingénierie de conception et de gestion de projet. [5] Au cours des années 1950, l'entreprise s'est impliquée dans l'ingénierie de la centrale nucléaire de Berkeley, qui est devenue la première centrale nucléaire exclusivement civile au Royaume-Uni après son achèvement, la société a continué à être active dans le secteur nucléaire tant au pays qu'à l'étranger. . [5] Dans les années 1960, Atkins a fourni le tunnel conçu pour le réseau de métro de Toronto naissant. Au cours des années 1970, la société a soutenu la construction de la centrale électrique de Drax, la plus grande installation de production d'électricité du Royaume-Uni. [5]

Jusqu'en 1982, année de sa retraite, William Akins a été président de la société. [5] [6] En 1996, WS Atkins a été admis à la Bourse de Londres et a commencé à négocier en tant que WS Atkins plc. La même année, elle acquiert également Faithful+Gould, une société de conseil en gestion de coûts et de projets. [8] Tout au long des années 1980 et au début des années 1990, Atkins a joué un rôle clé dans l'ingénierie du tunnel sous la Manche achevé en 1994, il possède la plus longue section sous-marine de n'importe quel tunnel au monde. [9] [5] À la fin des années 1990, WS Atkins a effectué des travaux sur l'hôtel Burj al Arab, qui a été achevé en 1999. [10]

En 2002, la société a commencé à opérer sous le nom d'Atkins. La même année, elle rachète également Hanscomb, consultant en construction. [11] Au début des années 2000, la société a connu une période de difficultés financières, entraînant la chute du cours de l'action à 50p en 2020 et la démission du directeur général de la société, Robin Southwell, avec le directeur financier Ric Piper, à qui on a également confié son nouveau poste. à Trinity Mirror ne lui était plus ouvert. [12] Keith Clarke l'a remplacé, rejoignant de Skanska. [13]

Atkins était l'un des cinq actionnaires de Metronet, la société de maintenance du métro de Londres qui a fait faillite en 2007, après quoi Atkins a été contraint d'annuler son investissement dans l'entreprise. [14] En 2009, Atkins a été sélectionné comme fournisseur officiel de services de conception d'ingénierie pour les Jeux de Londres 2012. [15] [16]

En conséquence du ralentissement économique général subi pendant la Grande Récession, Atkins a réduit ses effectifs dans le cadre d'une mesure d'économie. Environ 3 000 employés ont quitté l'entreprise entre avril 2009 et février 2011, bien que l'effectif global soit resté relativement stable après l'acquisition de entreprise PBS&J en août 2010. [17] [18] L'achat de PBS&J, un fournisseur de services d'ingénierie, de planification, d'architecture, de construction, d'environnement et de gestion de programmes basé en Floride, a été considéré comme un achat majeur pour Atkins sur le marché nord-américain. [19]

Bien qu'Atkins ne s'était traditionnellement pas impliqué dans le secteur aérospatial, l'entreprise a décidé de renforcer sa présence sur le marché, nouant rapidement des liens avec le constructeur britannique de moteurs d'avion Rolls-Royce Holdings et la multinationale aérospatiale Airbus. [16] [20] Son premier grand projet aérospatial consistait à effectuer une analyse de contrôle des contraintes de l'aile proposée pour l'avion de ligne Airbus A380, puis s'agrandit pour effectuer des travaux sur les ailes des avions de ligne Airbus A320 et Airbus A350 XWB ainsi que sur le Avion de transport militaire Airbus A400M Atlas. Atkins aurait souhaité se développer dans la région nord-américaine, en particulier avec Boeing et sa chaîne d'approvisionnement. [16] En 2011, environ 500 employés dans le monde travaillaient dans le secteur aérospatial, le directeur général de la division Atkins, Neil Kirk, a noté les plans de l'entreprise pour étendre et doubler le chiffre d'affaires de ce secteur au cours des trois à quatre années suivantes. [16]

Atkins a également été très actif dans l'ingénierie des chemins de fer à grande vitesse. [21] La propre analyse de la compagnie a noté que le réseau ferroviaire à grande vitesse européen devait tripler entre 2008 et 2020, tandis que le transport ferroviaire de passagers au Royaume-Uni augmentait beaucoup plus rapidement que les prévisions officielles ne l'avaient prédit. [22] En 2001, la Strategic Rail Authority du Royaume-Uni a chargé Atkins de produire une étude de faisabilité sur l'analyse de rentabilisation et l'impact sur le transport des chemins de fer à grande vitesse. [23] En janvier 2011, un consortium dirigé par Atkins a été sélectionné pour concevoir une ligne à grande vitesse de 180 km entre la capitale danoise de Copenhague et la frontière allemande. [24] En avril 2019, l'entreprise a été désignée pour planifier la première ligne principale à grande vitesse de Suède. [25]

En juin 2011, Atkins a annoncé le rachat des activités pétrolières et gazières de la société de conseil mondiale finlandaise Pöyry pour 17,25 millions d'euros à la suite de cette acquisition, soit environ 130 employés des bureaux de Pöyry à Perth, Stavanger et Aberdeen intégrés à l'unité commerciale d'Atkins Energy. [26] En octobre 2014, l'entreprise d'ingénierie pétrolière et gazière offshore basée à Houston Ingénierie offshore de Houston a été acquise pour 45 millions de livres sterling, a ajouté 150 personnes supplémentaires à l'entreprise et a augmenté le nombre de spécialistes du pétrole et du gaz à plus de 1 000 au sein de ses opérations dans le monde entier. [27] Cette même année, Atkins avait fait une offre pour acheter Parsons Brinckerhoff de Balfour Beatty, mais a été surenchéri par WSP Global. [28] En avril 2016, la société a annoncé l'acquisition du segment Projets, produits et technologie (PP&T) d'EnergySolutions pour 206 millions de livres sterling, renforçant la capacité multidisciplinaire nucléaire d'Atkins à une équipe mondiale de 2 000 personnes. [29]

En avril 2017, Atkins a reçu une offre de 2,1 milliards de livres sterling de la société canadienne SNC-Lavalin. Le 21 avril, il a été annoncé que l'accord de reprise avait été conclu [30] le mouvement a été approuvé par les actionnaires en juin 2017. Cette étape a coïncidé avec l'annonce de 92 licenciements dans la division infrastructure de l'entreprise. [31] L'entente a été conclue le 3 juillet 2017, Atkins devenant le cinquième secteur d'activité de SNC-Lavalin. [32] Atkins a été radié de la Bourse de Londres avec effet au 4 juillet 2017. [33]

Pendant la pandémie de COVID-19 au Royaume-Uni, Atkins a annoncé la suppression d'environ 280 emplois dans sa division des infrastructures au Royaume-Uni, accusant "une incertitude sans précédent" dans le secteur dont il ne s'attendait pas à voir un rebond "à court et moyen terme". terme." [34]


Histoire de la bibliothèque Atkins

En 1946, le Charlotte Center de l'Université de Caroline du Nord a été fondé. Offrant initialement des cours du soir aux anciens combattants de retour de guerre, sa bibliothèque partageait ses installations, sa collection de livres et son personnel avec la Central High School, son institution hôte. Le site de Central High School est maintenant l'emplacement du Central Piedmont Community College.

Au moment où le Charlotte College a été accrédité en tant que collège junior de deux ans par la Southern Association of Colleges and Secondary Schools en décembre 1957, il avait commencé un programme de jour et embauché sa première bibliothécaire à temps plein, Mozelle S. Scherger, bien qu'il partageait toujours ses installations avec Central High School. Les plans d'expansion du collège junior en un collège de quatre ans exigeaient que la bibliothèque s'efforce d'élargir ses collections et son personnel pour répondre aux exigences de base minimales d'une bibliothèque universitaire. Des plans ont été élaborés pour trouver un nouvel emplacement pour le Collège qui répondrait à ses besoins croissants.

Alors que la collection initiale ne comprenait qu'une poignée de livres, la bibliothèque du Charlotte College gardait une trace de ses achats et acquisitions grâce à ce qu'on appelle un livre d'accession. Comme les titres ont été achetés et reçus par le personnel de la bibliothèque, chacun a été enregistré dans ce livre dans l'ordre où il a été reçu. Grâce à ces archives, nous savons que le premier volume acquis par la Bibliothèque était Preface to Philosophy: Book of Readings, de Ross Earle Hoople, Raymond Frank Piper et William Pearson Tolley. New York : Macmillan, 1946.

Lorsque l'Université, alors connue sous le nom de Charlotte College, a déménagé sur ce campus en 1961, la bibliothèque était logée dans le bâtiment W.J. Kennedy avec une collection d'environ 17 000 volumes. Deux ans plus tard, le Charlotte College est devenu un établissement de quatre ans soutenu par l'État, et le milieu du campus s'était déplacé vers l'ouest. Un nouveau bâtiment situé au centre uniquement dédié au logement de la bibliothèque a été ouvert, et juste un an plus tard, en 1964, James D. Ramer a été nommé bibliothécaire en chef.

En avril 1964, le conseil d'administration du Charlotte College a pris la décision de nommer la bibliothèque en l'honneur de J. Murrey Atkins, le premier président du conseil, décédé l'année précédente. En avril 1965, le bâtiment a été officiellement nommé d'après Atkins, un visionnaire qui, avec la fondatrice Bonnie Cone, a anticipé la demande croissante du public pour un établissement d'enseignement supérieur dans cette région métropolitaine. Bien que le rêve d'Atkins pour le Charlotte College ne se réalise qu'après sa mort, la bibliothèque qui porte son nom a été l'hôte de l'événement qui a finalisé cette réalisation convoitée d'obtenir le statut d'université.

En juillet 1965, des représentants de l'État et locaux, dont le gouverneur Dan Moore et les administrateurs du Charlotte College, se sont réunis à la bibliothèque Atkins pour signer des documents transférant le Charlotte College à l'Université de Caroline du Nord. Après ces signatures, le gouverneur Moore est sorti du bâtiment de la bibliothèque et a sonné la vieille cloche pour célébrer.

L'inscription à l'UNC Charlotte s'est accélérée et, en 1967, le campus a demandé le soutien de l'État pour étendre la bibliothèque Atkins. En 1971, ce soutien a donné lieu à une expansion du bâtiment Atkins et à une tour de 10 étages nommée en l'honneur de Harry Lee Dalton, un chef d'entreprise de Charlotte, mécène de l'université et collectionneur de livres, dont les dons ont enrichi les fonds de la bibliothèque Atkins et aidé à établir des collections spéciales. Cependant, avant que cette tour ne soit achevée, la bibliothèque a atteint une étape importante dans les collections.

En 1969, la bibliothèque Atkins a acquis son 100 000e volume. Offert par Mme Mary Myers Dwelle, le 100 000e volume de la bibliothèque Atkins a été L'histoire du monde : en cinq livres par Sir Walter Raleigh, imprimé en 1628. La célébration a eu lieu à la bibliothèque Atkins et a réuni des dignitaires tels que Mme Bonnie Cone, Harry Golden et Dean Colvard.

Pendant ce temps, la construction de la tour Dalton avait commencé et l'espace qu'elle fournirait était cruellement nécessaire. Lorsque le Charlotte College est devenu une partie du système UNC, la bibliothèque avait presque atteint sa capacité et la Dalton Tower a considérablement augmenté l'espace des collections. Lorsque ces nouvelles installations ont été achevées en 1971, les collections de la bibliothèque Atkins s'élevaient à un peu plus de 100 000 volumes et les inscriptions à l'UNC Charlotte totalisaient moins de 5 000 étudiants.

Au cours des 22 années suivantes, la collection de la bibliothèque Atkins atteignit plus d'un demi-million de volumes et la population étudiante atteignit 15 000. La Bibliothèque a atteint son prochain jalon de collections en 1991 avec l'acquisition de son 500 000e volume, Moby Dick, par Herman Melville. Le don, fait par Mary et Harry L. Dalton, était une rare première édition américaine de l'ouvrage et marquait le chemin parcouru par la bibliothèque Atkins en peu de temps. Au cours des 30 années qui ont suivi la première installation de la bibliothèque sur le campus, sa collection avait décuplé et disposait d'une installation robuste et dédiée à la fourniture de services de bibliothèque.

Le millionième tome

En 2007, la bibliothèque Atkins a ajouté son millionième volume : une première édition de 1922, premier pressage, copie de T.S. Eliot La terre des déchets, offert par le Dr Julian et Elsie Mason de leur collection personnelle.​La terre des déchets, un poème long et complexe, est une œuvre phare de la littérature moderne par l'un des écrivains les plus influents du vingtième siècle.

L'exemplaire de la bibliothèque Atkins est numéroté 22 sur 1000, ce qui en fait une première édition, premier pressage. Un autre trait distinctif le marquant comme tel est la lettre « a » dans le mot « montagne » à la page 41, qui était plus claire ou complètement absente lors du premier pressage de ce livre.

Le deux-millionième tome

En novembre 2016, la bibliothèque Atkins a célébré l'acquisition de son deux millionième volume, une rare sixième édition du livre d'Olaudah Equiano Récit intéressant de la vie d'Olaudah Equiano, publié en 1793. On estime qu'il y a moins de vingt éditions antérieures à 1800 conservées dans les bibliothèques du monde entier. Encore une fois, le Dr Julian et Elsie Mason ont généreusement fait don du livre de leur collection personnelle.

Le récit d'Equiano, chef-d'œuvre du genre narratif esclavagiste, est décrit par Le dictionnaire Oxford de la biographie nationale comme "la pierre angulaire du genre ultérieur d'écriture noire. la déclaration classique du souvenir africain dans les années de l'esclavage atlantique." La biographie nationale afro-américaine approuve ce point de vue en l'appelant "la seule description substantielle du Passage du Milieu écrite du point de vue d'un esclave."

Comme le Dr Akin Ogundiran, du département des études africaines de l'UNC Charlotte, l'a noté dans ses remarques lors de la célébration marquant l'acquisition du volume : « Equiano a posé les questions puissantes suivantes dans son autobiographie : ne suis-je pas un homme et un frère ? pas une personne ? La personne africaine, en tant qu'être créé par Dieu, ne mérite-t-elle pas des droits naturels et égaux ? Ses réponses à ces questions ont défié et confondu les penseurs des Lumières les plus sophistiqués de son temps.


ADKINS Généalogie

WikiTree est une communauté de généalogistes qui développe un arbre généalogique collaboratif de plus en plus précis et 100% gratuit pour tout le monde pour toujours. S'il vous plaît rejoignez-nous.

Veuillez vous joindre à nous pour collaborer sur les arbres généalogiques d'ADKINS. Nous avons besoin de l'aide de bons généalogistes pour développer une complètement libre arbre généalogique partagé pour nous connecter tous.

AVIS DE CONFIDENTIALITÉ IMPORTANT ET AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : VOUS AVEZ LA RESPONSABILITÉ D'UTILISER LA PRUDENCE LORS DE LA DISTRIBUTION D'INFORMATIONS PRIVÉES. WIKITREE PROTEGE LES INFORMATIONS LES PLUS SENSIBLES, MAIS UNIQUEMENT DANS LA MESURE INDIQUÉE DANS LA CONDITIONS D'UTILISATION ET POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ.


Atkin est né le 18 décembre 1942 à Toronto, en Ontario, de parents d'origine juive russe. [2] Il a développé son intérêt pour le théâtre alors qu'il était étudiant à l'école secondaire Northview Heights [3] en jouant dans une production de lycée de la pièce en un acte d'Eugene O'Neill La corde, pour lequel il a remporté un prix au Simpson's Drama Festival. [1] Atkin a d'abord travaillé dans l'entreprise de construction de son père. Il est ensuite devenu agent immobilier, avant de devenir acteur dans des publicités. [4]

Atkin a joué Morty Melnick dans le film comique Boulettes de viande (1979), pour laquelle il a remporté une nomination aux Génies. [5]

Atkin a joué un rôle dans le film d'horreur de William Fruet Maison funéraire (1980), ainsi que le rôle de Sam dans Les Aventures de Sam & amp Max : Police Indépendante, et a également joué l'ennemi juré de Mario et Luigi, le roi Koopa, dans la version cartoon de DiC Entertainment de Super Mario Bros. (notamment, il a été le premier acteur de voix anglais pour le personnage). Jouant Koopa dans les trois séries animées de Mario, il était le seul acteur vocal à apparaître dans les trois séries en tant que même personnage.

Il a exprimé M. Mushnik sur Petite boutique, vaguement basé sur le film Petite boutique des horreurs. Il a également joué des personnages dans d'autres séries telles que jus de scarabée, Mauvais chien et Lombre rubis. Atkin est apparu dans plus de 75 films et dans de nombreuses séries télévisées. Il a fait du doublage dans environ 3 000 publicités télévisées et radiophoniques, notamment pour la chaîne Leon's Furniture, pour laquelle il a remporté trois Clio Awards. [6] [1]

Il est apparu dans 95 épisodes de Cagney & Lacey comme le sergent Ronald Coleman. [4] Atkin a joué le juge Alan Ridenour dans un rôle récurrent dans le drame télévisé Law & Order : Unité spéciale d'aide aux victimes, un rôle qu'il a également joué dans Loi et ordonnance : intention criminelle et Loi et ordonnance, et était la voix off dans les publicités de Leon et « Buy Israel Bonds » au Canada. Il a également fait une apparition en jouant un chauffeur de bus dans le film classique Atlantic City (1980) avec Burt Lancaster, et était la voix de Morty dans la série télévisée Jacob deux-deux. Il a fait une apparition en 2010 en tant que rabbin dans la série télévisée CBC 18 à la vie.

Atkin a épousé Celia Tessler en 1963. [1] Ensemble, ils ont deux enfants. [2]

Atkin est décédé d'une tumeur au cerveau le 18 juillet 2017 à Toronto, en Ontario, à l'âge de 74 ans. [5] [1]

Héritage Modifier

Une version réanimée du Super Mario World L'épisode "Mama Luigi", commandé et réalisé par l'artiste d'animation Andrew Dickman en un an avec plus de 227 animateurs et artistes participants, était dédié à Atkin aux côtés de Tony Rosato (Luigi) décédé plus tôt cette année-là le 10 janvier. La vidéo a été publiée le 29 août 2017. [7]


Chet Atkins

Sans Chet Atkins, la musique country n'aurait peut-être jamais atteint les charts pop dans les années 50 et 60. Bien qu'il ait enregistré des centaines de disques en solo, la plus grande influence d'Atkins est venue en tant que musicien de session et producteur de disques. Au cours des années 50 et 60, il a contribué à créer le son de Nashville, un style de musique country qui devait presque autant à la pop qu'aux honky tonks.

Et en tant que guitariste, il était sans parallèle. Le style d'Atkins est né de son admiration pour Merle Travis, élargissant le pouce et les doigts syncopés de la signature de Travis vers un nouveau territoire. Fait intéressant, Atkins n'a pas commencé sa carrière musicale en jouant de la guitare. Sur la recommandation de son frère aîné, Lowell, il a commencé à jouer du violon à un enfant. Cependant, Chet était toujours attiré par la guitare et, à l'âge de neuf ans, il échangea un pistolet contre une guitare. Atkins a appris son instrument rapidement, devenant un joueur accompli au moment où il a quitté l'école secondaire en 1941. En utilisant une variété de contacts, il a fini par se produire sur le Bill Carlisle Show sur WNOX à Knoxville, TN, ainsi que de faire partie du Dixie Échangistes. Atkins a travaillé avec Homer & Jethro alors qu'il était à la station de radio. Après trois ans, il a déménagé dans une station de radio à Cincinnati.

En soutien à Red Foley, Atkins fait sa première apparition au Grand Ole Opry en 1946. La même année, il enregistre ses premiers disques pour Bullet. Atkins a également commencé à faire des performances régulières sur la station de radio WRVA à Richmond, en Virginie, mais il a été licencié à plusieurs reprises parce que ses arrangements musicaux différaient des attentes des dirigeants de la station. Il a finalement déménagé à Springfield, MO, travaillant pour la station KWTO. Une cassette d'une des performances d'Atkins a été envoyée au bureau de RCA Victor à Chicago. Finalement, cela a fait son chemin jusqu'à Steve Sholes, le responsable de la musique country chez RCA. Sholes avait déjà entendu Atkins et essayait de le retrouver depuis plusieurs années. Au moment où Sholes a entendu la cassette, Atkins avait déménagé à Denver et jouait avec Shorty Thompson & His Rangers. Après avoir reçu l'appel de RCA, il a déménagé à Nashville pour enregistrer.

Une fois arrivé à Nashville, Atkins a enregistré huit morceaux pour le label, dont cinq avec le guitariste chantant. Impressionné par son jeu, Sholes a fait d'Atkins le guitariste de studio pour toutes les sessions du studio RCA à Nashville en 1949. L'année suivante, Mother Maybelle et les Carter Sisters l'ont engagé comme un habitué du Grand Ole Opry, faisant sa place dans la communauté musicale de Nashville. sécurise. Alors qu'il travaillait pour RCA, il a joué sur de nombreux disques à succès et a contribué à façonner le son de Nashville. RCA a apprécié son travail et l'a nommé consultant pour la division Nashville de la société en 1953. Cette année-là, le label a commencé à publier un certain nombre d'albums instrumentaux qui mettaient en valeur les talents considérables d'Atkins. Deux ans plus tard, il a marqué son premier tube avec une version de "Mr. Sandman", suivi de "Silver Bell", un duo avec Hank Snow. À la fin des années 50, Atkins était connu dans l'ensemble de l'industrie musicale comme un joueur de premier ordre. Non seulement ses disques se sont bien vendus, mais il a conçu des guitares pour Gibson et Gretsch. La popularité de ces modèles se poursuit encore aujourd'hui.

Sholes est parti pour New York en 1957 pour agir en tant que chef de la pop A&R, laissant Atkins en tant que directeur de la division Nashville de RCA. Cependant, le guitariste n'a pas abandonné la scène et, au début des années 60, son étoile a continué à monter. Il a joué au Newport Jazz Festival en 1960 en 1961, il s'est produit à la Maison Blanche. Atkins a eu son premier succès dans le Top Five en 1965 avec une refonte de "Yakety Sax" de Boots Randolph, rebaptisé "Yakety Axe" en plus d'être un hit country important, la chanson est passée au palmarès pop. Le rôle d'Atkins dans les coulisses était également florissant. Il a produit des succès pour la majorité des groupes de RCA à Nashville, dont Elvis Presley et Eddy Arnold, et a découvert une multitude de talents, dont Don Gibson, Waylon Jennings, Floyd Cramer, Charley Pride, Bobby Bare et Connie Smith. En raison de ses antécédents constants, Atkins a été promu vice-président de la division country de RCA lorsque Sholes est décédé en 1968.

L'année suivante, Atkins avait son dernier single majeur, "Country Gentleman". À la fin des années 60 et au début des années 70, plusieurs succès mineurs ont suivi, mais une seule chanson, "Prissy" (1968), a été classée dans le Top 40. Au lieu de cela, la contribution musicale majeure du guitariste au début des années 70 a été avec Homer & Jethro. Sous le nom de Nashville String Band, le trio a sorti cinq albums entre 1970 et 1972. Après la mort d'Homer, Atkins a continué à travailler avec Jethro.

Atkins a continué à enregistrer pour RCA tout au long des années 70, bien qu'il ait été étouffé de manière créative par le label à la fin de la décennie. Le guitariste voulait enregistrer un album de jazz, mais il s'est heurté à la résistance du label. En 1982, il quitte le label et signe avec Columbia, sortant son premier album pour le label, Work It Out With Chet Atkins, en 1983. Pendant son séjour à Columbia, Atkins s'est éloigné de ses racines country traditionnelles, démontrant qu'il était un audacieux et guitariste de jazz de bon goût aussi. Il est revenu au pays à l'occasion, en particulier sur des albums en duo avec Mark Knopfler et Jerry Reed, mais dans l'ensemble, les disques Columbia d'Atkins ont démontré un guitariste plus aventureux que ce qui avait été précédemment capturé sur ses albums RCA.

Malheureusement, Atkins a reçu un diagnostic de cancer et, en 1997, les médecins ont retiré une tumeur de son cerveau. Dans ses derniers mois, le cancer avait rendu Atkins inactif, et il a finalement perdu la bataille le 30 juin 2001, à son domicile de Nashville. Tout au long de sa carrière, Chet Atkins a remporté de nombreux prix, dont 11 Grammy Awards et neuf CMA Instrumentalist of the Year, ainsi qu'un Lifetime Achievement Award de NARAS. Bien que son palmarès soit impressionnant, il ne fait que commencer à transmettre sa contribution à la musique country.


Histoires-Entreprises.com

Entreprise publique
Incorporé : 1938 en tant que WS Atkins & Partners
Employés : 12.800
Ventes : 674 millions de livres sterling (954,6 millions de dollars) (2000)
Bourses : Londres
Symbole boursier : ATK
NAIC : 541330 Services d'ingénierie


Perspectives de l'entreprise :
La vision de WS Atkins est d'être le premier fournisseur mondial de services techniques et de solutions intégrées.


Dates clés:
1938 : William Atkins fonde le bureau d'études WS Atkins & Partners.
1986 : WS Atkins Group décide de scinder ses activités de conseil, y compris WS Atkins & Partners en tant que WS Atkins Consultants. Les actifs restants de l'entreprise sont regroupés sous une société distincte, les employés d'Atkins Holdings Ltd. actions.
1990 : WS Atkins annule son premier appel public à l'épargne après le déclenchement de la guerre du golfe Persique, un certain nombre de ses employés sont bloqués au Koweït.
1996 : WS Atkins Plc entre en bourse à la Bourse de Londres. La société acquiert le métreur Faithful & Gould et crée une filiale ferroviaire Atmos Ltd.
1997 : la société rachète Opal Engineering à British Rail.
1998 : La société acquiert Silk & Frazier mais échoue à la tentative d'acquisition de Bovis Construction.
1999 : WS Atkins acquiert McCarthy's Consulting Engineers, Lambert Smith Hampton et The Benham Companies.
2000 : La société obtient un contrat de gestion d'installations d'un milliard de livres sterling sur dix ans avec Telekom South Africa, le plus gros contrat jamais réalisé par la société.
2001 : WS Atkins acquiert ScanRail auprès des chemins de fer nationaux danois et de Boward Computer Services.

WS Atkins Plc est l'un des principaux fournisseurs mondiaux de services de conseil et d'assistance associés, en mettant l'accent sur l'ingénierie et d'autres secteurs liés à la technologie. Les opérations de la société se concentrent sur quatre segments principaux : Immobilier, Transport, Gestion et Industrie, et International. Basée à Epsom, en Angleterre, WS Atkins s'est diversifiée au-delà de sa pratique traditionnelle de conseil en ingénierie pour inclure des services de gestion d'installations et de production d'électricité. WS Atkins exploite 125 bureaux au Royaume-Uni et 50 autres bureaux dans le monde, dont près de 20 aux États-Unis. Au total, WS Atkins fournit des services à plus de 50 pays en Europe, au Moyen-Orient, dans les Amériques et en Asie. Le Royaume-Uni, où la société est leader du marché, représente la plus grande partie des revenus de la société, près de 80 pour cent des 674 millions de livres sterling de ventes de la société. Depuis son introduction en bourse en 1996, WS Atkins s'est rapidement développée grâce à une série d'acquisitions, dont Faithful & Gould en 1996 Lambert Smith Hampton, acquis en 1999 The Benham Companies, rebaptisé par la suite Atkins Benham, en 2000, qui a considérablement élargi la présence américaine de l'entreprise et , en 2001, ScanRail, l'unité de conseil en transport et en ingénierie de l'Agence nationale danoise des chemins de fer. La société opère également par l'intermédiaire de ses filiales Atmos Ltd, qui fournit des services d'ingénierie et de conseil au secteur de la construction et de WS Atkins Rail Ltd, qui se concentre sur l'industrie ferroviaire britannique.

Consultants en ingénierie dans les années 1930

William Atkins a fondé la société d'ingénierie civile et structurelle William Atkins & Partners en 1938. Basée à Westminster, l'entreprise est devenue l'un des plus importants spécialistes de la région dans la conception civile et technique, avant de se diversifier dans un certain nombre de domaines connexes, notamment la planification et services de gestion de projet. La société a également développé un important composant architectural et, à la fin des années 1970, le bureau d'architecture de WS Atkins comptait plus de 150 employés.

WS Atkins lui-même est resté à la tête de l'entreprise qu'il avait fondée jusqu'au milieu des années 1980. À ce moment-là, l'entreprise profitait de la vague de privatisations et d'externalisations lancées par le gouvernement conservateur dirigé par Margaret Thatcher. L'entreprise a développé un solide réseau de liens avec plusieurs agences gouvernementales qui devait lui permettre de connaître une forte croissance dans les années à venir. Alors que le gouvernement britannique commençait à céder un certain nombre de services et de secteurs gérés par le gouvernement à l'industrie privée, tels que la construction et l'exploitation de prisons et la construction et la gestion de routes à péage, WS Atkins a reçu un nombre croissant de contrats.

L'entreprise est restée financièrement solide tout au long des années de récession du début des années 1980 et malgré la rechute économique de la construction et d'autres marchés à la fin de cette décennie. Une partie de la rentabilité continue de l'entreprise était due à ses politiques financières strictes, permettant à l'entreprise de sortir des années les plus difficiles de la récession avec une solide caisse de guerre. Un autre facteur qui a aidé l'entreprise a été sa décision de se restructurer au milieu des années 80 alors que William Atkins préparait sa propre succession. La société, alors appelée WS Atkins Group, s'est scindée en deux entités distinctes. WS Atkins Consultants a été créé pour englober les partenaires originaux WS Atkins & de la société et son travail de conseil en ingénierie. La deuxième société, Atkins Holdings Limited, contenait le reste des opérations du groupe. Au moment de la restructuration, les employés de WS Atkins ont reçu une participation majeure dans la propriété de l'entreprise. William Atkins et sa famille ont conservé une part de 20 pour cent, tandis que 20 pour cent ont été placés dans le fonds de pension de l'entreprise. L'option d'achat des 60 pour cent restants des actions a été transférée au personnel de la société.

William Atkins est décédé en 1989 alors que la société se préparait à lancer une offre publique. Cette décision a toutefois été suspendue en 1990, après que l'invasion irakienne du Koweït ait temporairement bloqué un certain nombre d'employés d'Atkins engagés comme ingénieurs routiers dans la région du golfe Persique. Comme l'a dit plus tard le président Michael Jeffries à l'Independent dimanche: "Il était inutile d'envisager même une introduction en bourse alors que la vie de nos employés était en jeu." Néanmoins, l'entreprise a pu poursuivre sa restructuration actionnariale, les salariés de l'entreprise devenant son actionnaire majoritaire en 1992.

Concevoir une entreprise mondiale au 21e siècle

Atkins a fait une nouvelle tentative d'introduction en bourse en 1994, mais cet effort a également été suspendu en raison de la faiblesse du marché des introductions en bourse. Atkins lui-même restait financièrement solide, mais au milieu des années 90, la trésorerie de l'entreprise atteignait environ 85 millions de livres sterling, permettant à l'entreprise non seulement de concourir pour des contrats de conseil, à la fois au Royaume-Uni et de plus en plus à l'étranger, mais aussi de concourir pour des contrats complets. contrats de services. Ce fut le cas de l'investissement de la société dans la Private Finance Initiative du gouvernement britannique, pour laquelle la société a obtenu le contrat de construction d'une prison au Pays de Galles avec les partenaires Securicor et Costain. Another important company project at the time was its participation as architect, engineering consultant, and construction manager for the $700 million, manmade Chicago Beach resort island in Dubai.

Atkins's strong reputation among British government agencies was meanwhile helping it expand its operations throughout a variety of public sector industries as well, including such key government-owned areas as the railway network, the steel industry, the electrical and nuclear power services, as well as the Ministry of Defense and the Property Service Agency.

Michael Jeffries was named CEO in 1995 and took the company public the following year. The largest part of the shares placed on sale came from the Atkins family and from the company pension fund. Yet by the end of the decade Atkins's shareholder base had shifted substantially, with the Atkins family retaining just 7 percent of shares, and the company's employees just over 30 percent. The majority of the company's shares were bought up by institutional shareholders.

Atkins's public status enabled it to go on a strong expansion program in the last years of the century. In 1996, the company picked up its first acquisition, that of Cleveland, England-based quantity surveyors Faithful & Gould. That purchase added F&G's 50 years of construction services experiences, including full-service project support, from initial design to completed facilities management. Atkins continued its expansion, setting up its subsidiary Atmos Ltd in 1996 after winning a contract to partner with the Somerset County Council for Highway Engineering, Transportation and Related Services. Atkins also built up its railroad engineering wing, notably through the acquisition of a number of British Rail assets, including Opal Engineering Ltd. By the end of that year, the company's revenues had risen to £328 million.

By 1998, Atkins's expansion encouraged it to restructure its operations, abandoning its former regional structure for one grouped around three core business areas, Transportation, Property, and Industry. The company's growing activities outside of the United Kingdom were later grouped under a fourth division, International. The company took on a prestigious overseas job with the construction of the Kowloon to Canton railway in Hong Kong. At the same time, the company was shifting from its reliance on government contracts to a stronger proportion of contracts from the private sector.

The company paid £5.1 million for another quantity surveyor, Silk & Frazier, in 1998. The year saw the company move in a new direction when it took over a disused power station located near the Aldershot military compound, and began power generation for the British national power grid. Atkins also announced plans to spend as much as £50 million on new acquisitions. The company's immediate takeover ambitions were thwarted, however, after talks to acquire the Bovis construction unit of Peninsular & Oriental Steam Navigation fell through at the end of 1998.

The next year proved more successful for Atkins's expanding ambitions. After acquiring Irish engineering consultants McCarthy & Partners, the company added U.K. commercial property specialist consultants Lambert Smith Hampton. The move, at a price of £50 million, gave Atkins a top-five position in the property sector. A month after acquiring Lambert Smith Hampton, the company was back on the buying trail, adding water industry consulting specialist Richard Long Associates. The company posted two smaller deals toward the end of the year, paying £2.3 million for process engineering firm Ventron Technology, and £1.3 million for the quantity surveying company Yeoman & Edwards.

Atkins had by then built up a small presence in the North American market. Faced with the entry of its larger U.S. rivals into the United Kingdom, the company decided to strike back on their home territory. As Jeffries told the Financial Times , "The U.S. is a key part of our strategy. If we do not go to the U.S. and they come over here and take out smaller competitors, we will lose globally." In December 1999, the company announced that it had agreed to pay £32 million to acquire Oklahoma-based The Benham Companies. Founded in 1909 as an engineering consultant, The Benham Companies had developed as a full-service multidisciplinary firm with expertise in some 25 different architectural and engineering sectors. Benham, subsequently renamed Atkins Benham, also provided its new parent with a strong international component, particularly in Mexico and Latin America, and also in Asia.

Atkins took a break from acquisitions in 2000 as it integrated its purchases from the year before. The company was also preparing its--successful--bid to take over facilities management services from Telekom South Africa, in a joint-venture deal worth £1.5 billion over ten years. That deal, Atkins's largest ever, also marked a turning point of sorts for the company, as the proportion of service contracts in the company's overall revenues climbed to 60 percent.

Atkins returned to its expansion through acquisition program in 2001. In June of that year, the company agreed to acquire ScanRail, the transport and engineering consultancy arm of the Danish National Railway system. Renamed Atkins Danmark, the new subsidiary gave Atkins an important position in the Scandinavian and northern European railway market. Soon after, the company's U.K. railway activities received a strong boost when it won two two-year contracts to assess some 38,000 stations, bridges, tunnels, and other components of the Railtrack railroad network. At the same time, Atkins continued to explore expansion into new market areas, such as systems engineering. This component received a boost in August 2001 when the company announced its purchase of systems integration and consulting company Boward Computer Services.

Jeffries stepped up to the position of company chairman in April 2001, replaced by Robin Southwell as CEO. Southwell led the company into a new reorganization at the middle of that year, designed to replace the company's country-focused operations with a more globally operating, entrepreneurial, and market-segment focused business. The restructuring, expected to cost the company some £10 million, was to enable the company to compete more strongly in its increasingly global core segments of rail, road, government services, and industry. Atkins's record at the turn of the new century--in just five years the company had more than doubled its sales--and growing international focus gave it a strong position in its increasingly global market.

Principal Subsidiaries: Atkins Benham Inc. (USA) Atkins China Ltd Atkins Danmark A/S Atmos Ltd Faithful & Gould Ltd. Lambert Smith Hampton Group Ltd WS Atkins (Services) Ltd WS Atkins (UK Holdings) Ltd WS Atkins Consultants Ltd WS Atkins Facilities Management Ltd WS Atkins International Ltd WS Atkins Investments Ltd WS Atkins Planning and Management Consultants Ltd WS Atkins Rail Ltd WS Atkins & Partners Overseas (Gibraltar) WS Atkins Insurance (Guernsey) Ltd.

Principal Competitors: AMEC Plc Amey Plc Babcock International Group Plc Bovis Lend Lease CH2M Hill Companies, Ltd. EMC Engineers, Inc. Hawtal Whiting Holdings Plc Henkels & McCoy Inc. Kvaerner ASA Oystertec Plc STS Consultants Ltd STV Group Inc. Widney Plc.

"Atkins Set for U.S. Expansion," Financial Times , December 3, 1999.
Felsted, Andrea, "Atkins Set for Schools Contract," Financial Times , September 10, 2001.
Litterick, David, "Atkins Surges on S. African Deal," Daily Telegraph , August 1, 2000.
Osborne, Alistair, "Atkins Poised to Spend Pounds 50m on Acquisitions," Daily Telegraph , June 12, 1998.
Phillips, Richard, "The Draughtsman's Contract," Independent on Sunday , June 9, 1996, p. 5.
Tyler, Richard, "Railway Deal Keeps Atkins on Fast Track," Birmingham Post, April 7, 2001, p. 17.

Source: International Directory of Company Histories , Vol. 45. St. James Press, 2002.


Atkins Surname Meaning, History & Origin

Atkins has been a less common surname in England than its cousin Atkinson. But Atkins spread across the country while Atkinson has been mainly a northern name. Atkins, Atkin and Adkins are the most common spellings today. Atkins is the most common in the UK, Adkins (by a small margin) in America.

Select Atkins Resources on The Internet

Atkins Ancestry

Angleterre. Spellings did not become fixed until the 17th century and the names Atkins/Atkyns, Adkins, and Atkin were readily to be found. Adkins has now pretty much disappeared while Atkin has only really cropped up in Yorkshire and Lincolnshire down the east coast of England.

West of England There were early Atkyns in the west country. Richard Atkyns, who lived in Gloucestershire in the early 1400’s, was the forebear of a long line of legal Atkyns that extended at one time into Wales and Carmarthenshire.

They culminated with Sir Robert Atkyns who was Chief Baron of the Exchequer at the time of Charles II. He wrote: “It is remarkable of this family that there has always been one of this name and family in some of the courts of judicature in this kingdom above three hundred years.”

The family later lived at Ketteringham Hall in Norfolk. Charlotte
Atkyns mortgaged the house in a vain attempt to rescue Marie Antoinette from the French revolutionaries. Charlotte herself died penniless in France in 1836.

Others from the west country were Richard Atkins from Ross in
Herefordshire, a Catholic martyr burnt at the stake in 1581, and an Adkins family in Gloucestershire whose records go back to Thomas Adkins in 1642. They were for a long time tenant farmers for the Duke of Dorset at the Weston Sands Farm.

London There were also Atkins from the home counties around London. Henry Atkins held the office of physician to King James I. He came from a gentry family in Berkhamsted, Hertfordshire.
His descendants were made baronets of Clapham and they later lived in Sparsholt, Berkshire. Another Atkins family in Hertfordshire has been traced back to the early 1700’s and farming roots in Abbots Langley.

Kent Meanwhile, the Atkins name in Kent dates back to the early 1500’s when Thomas Atkins and his son William briefly held Thanington Manor near Canterbury. These Atkins were later to be found in Sandwich, Kent. The late 19th century distribution of the Atkins name showed relatively few Atkins in the west and many more in central England and the southeast.

The best known Atkins is probably Tommy Atkins, the generic name for a common British soldier popularized in World War One.

Scotland. The first Scottish recording was that of a John of Akyne (in Lanarkshire) who in 1405 had his ships and goods seized by the English. John Ackyne served as a bailey in Stirling in 1520 and James Atkine from Orkney was a 17th century Scottish bishop. But the Scottish spelling, perhaps following pronunciation, has generally been Aitken since that time.

Irlande. The Atkins name came to county Cork in the 1620’s when Augustine Atkins, an English soldier from Somerset, was given lands there. His descendants held the Waterpark estate and were prominent in the commercial life of Cork.


Amérique. There are Atkins and Adkins in America. For both the early line invariably led through Virginia, such as:

  • John T. Atkins from Bedford in England to Henrico county, Virginia sometime in the 1680’s. His son is believed to be William V. Atkins who migrated westward in 1740 with his family to what is now Franklin county.
  • Robert Adkins from Cork in Ireland to Goochland county, Virginia also in the 1680’s. Here he started a small tobacco plantation.
  • and John Atkins from London to Lunenburg county, Virginia in the early 1700’s. These Atkins were also planters, first in Virginia and later in South Carolina and Alabama. One line of this family went to Abraham Atkins, an early settler in Maysville, Georgia.

The Atkins name has remained strong in Virginia and Tennessee while Adkins is to be found in particular in West Virginia and eastern Kentucky. Some headed west, such as James and Lucy Adkins to Missouri in 1819 and Adam and Grace Adkins to Indiana in the 1850’s. The descendants of Lewis Adkins of Surry county, Virginia moved south to Pulaski, Arkansas where his grandson Ulysses was a merchant and his great grandson Homer Governor of Arkansas in 1940.

Australia. Richard Atkins, the black sheep of the Clapham Atkins, had an eventful time in Australia. He had arrived there in 1792, fleeing his creditors in London. Using his connections he became a judge in the fledgling colony and received a grant of land near Liverpool, NSW.

“By 1802 Atkins and four convicts had cleared the land, grown wheat and maize, and were grazing sheep and pigs. The farm was named Denham farm after Denham Court, his family home in Buckinghamshire.”

Six years later, however, Atkins was embroiled in a court case and was suspended for his “want of professional education and practice.” He became indebted, lost his lands, and returned to England a broken man.

Atkins Miscellany

Atkins and Other “-kins” Names. The suffix “-kins” is generally attached to a personal name as a pet name, usually denoting “the little one.” The suffix was apparently a Flemish import which for some reason became popular in England. Some “-kins” surnames also became popular in Wales. The table below shows the main “kins” names and their degree of penetration into Wales (the numbers here are taken from the 1891 census):

Nom Pet form of: Numbers (000’s) Share in Wales (%) Found in England
Atkins Adam 10 4 diffuser
Dawkins David 2 4 Sud-ouest
Diable Dick 3 3 Ouest
Midlands
Hopkins Hobb (from Robert) 19 23 diffuser
Jenkins John 35 56 Sud-ouest
Perkins Peter 14 8 diffuser
Watkins Walter 16 38 West Midlands
Wilkins William 13 7 West Midlands

Atkins, Atkin, and Adkins. The table below shows the approximate number of Atkins, Atkin and Adkins in the UK and America today.

Numbers (000’s) Royaume-Uni Amérique
Atkins 20 14
Atkin 7 1
Adkins 3 17

The Atkin name is mainly to be found in Yorkshire and Lincolnshire and down the east coast of England the Adkins name in America mainly in West Virginia.

Edward and Robert Atkyns. In the south transept of Westminster Abbey there is a monument of red and white marble, erected in 1746, to the memory of Sir Edward Atkyns and members of his family (none of whom are buried in the Abbey). The inscription tablet reads as follows:

“To the memory of Sir Edward Atkyns, one of the Barons of the Exchequer in the reigns of King Charles the first and second. He was a person of such integrity that he resisted the many advantages and honours offered him by the chiefs of the grand Rebellion. He departed this life in 1669 aged 82 years.

Of Sir Robert Atkyns, his eldest son, created a Knight of the Bath at the coronation of King Charles the 2nd. Afterwards Lord Chief Baron of the Exchequer under King William and Speaker of the House of Lords in several parliaments which places he filled with distinguished abilities and dignity as his learned writings abundantly prove. He died 1709 aged 88 years.

Of Sir Edward Atkyns, his youngest son, Lord Chief Baron of the Exchequer which office he discharged with great honor and integrity, but retired upon the Revolution from public business to his seat in Norfolk, where he was revered for his piety to God and humanity to men. He employed himself in reconciling differences among his neighbors, in which he obtained so great a character that few would refuse the most difficult cause to his decision and the most litigious would not appeal from it. He died 1698 aged 68 years.

And of Sir Robert Atkyns, eldest son of Sir Robert abovementioned, a gentleman versed in polite literature and in the antiquities of this country, of which his History of Gloucestershire is a proof. He died 1711 aged 65 years.”

Abraham Atkins, Benefactor to Sparsholt. In 1788 Abraham Atkins of Kingston Lisle gave the Buckinghamshire village of Sparsholt a schoolhouse and endowed it with a moiety of the rents arising from a certain estate. The resulting annual income was about £63, for which the master should instruct all the children who apply. Eight others were taught for £2.

Tommy Atkins. Tommy Atkins has been used as a generic name for a common British soldier for many years. The precise origin is a subject of debate, but it is known to have been used as early as 1743. A letter at that time sent from Jamaica about a mutiny amongst the troops said the following:

“Except for those from North America (mostly Irish Papists) ye Marines and Tommy Atkins behaved splendidly.”

The surname Atkins means “little son of red earth,” a possible reference to the soldiers in their red tunics.

A common belief is that the name was chosen by the Duke of Wellington, having been inspired by the bravery of a soldier at the Battle of Boxtel in 1794 during the Flanders Campaign. After a fierce engagement, the Duke, in command of the 33rd Regiment of Foot, spotted the best man-at-arms in the regiment, Private Thomas Atkins, terribly wounded. The private said: “It’s all right, sir. It’s all in a day’s work,” and died shortly afterwards.

A further suggestion was given in 1900 by an army chaplain named Rev. E. J. Hardy. He wrote of an incident during the Sepoy Rebellion in 1857. When most of the Europeans in Lucknow were fleeing to the British Residency for protection, a private of the 32nd Regiment of Foot remained on duty at an outpost. Despite the pleas of his comrades he insisted that he must remain at his post. He was killed there and the the Rev. Hardy later wrote:

“His name happened to be Tommy Atkins and so, throughout the Mutiny Campaign when a daring deed was done, the doer was said to be ‘a regular Tommy Atkins.'”

It was also said that the name “Tommy Atkins” was the example
name on conscription sheets during the First World War and that teenagers who were underage often signed up as “Tommy Atkins.”

Robert Adkins – from Ireland to America. Robert Adkins, born in Ireland around 1650, was the son of Augustine Adkins, an English soldier from Somerset in Ireland who had been given lands taken from Irish Catholics. Robert was probably his second or third son who, with no inheritance, sought his fortune abroad. There was also the story that Robert had hung a prying priest on a tree in his dooryard and found it desirable to disappear.

It is not clear when he relocated to the Virginia colonies. By the age of thirty, however, he had established himself well enough to marry an English woman, Helena Parker. Speculation is that perhaps both William and Joseph Adkins of Virginia were his sons or grandsons.

Robert moved to Goochland county, Virginia where he established a small plantation on the James river to grow tobacco with slave labor. The beginning process for most non-aristocratic origin slave owners was to work as an overseer or hired man for a man who owned slaves and land (most immigrants did not start with capital but gained money by service to those who had it). This was probably the route that Robert took.

Abraham Atkins of Maysville, Georgia. Maysville’s first known merchant was Abraham Atkins, affectionately called ‘Uncle Abe.’ In the early 1850’s Abe Atkins erected two brick buildings – probably the first north of Athens – one a store, the other a residence. The former afterwards became well known from Athens to the mountains of North Carolina as “the Brick Store of North Georgia.”

Mountaineer B.H. Green, a correspondent for the Banks County Gazette, wrote on September 25, 1899:

“I am now 66 years of age. When in my 18th year (1851) I went to our nearest market, Maysville, there was only one store and a blacksmith shop. Old Uncle Abe Atkins was the merchant, a negro slave the blacksmith. My loading consisted of 4 dead hogs nicely dressed and salted whole, four sacks of dried peaches, a small kraut stand full of honey in the comb, a few bushels of long red potatoes, two 12 gallon kegs peach brandy, six bushels chestnuts, and some pop corn, and to my surprise and glory I found out that Uncle Abe Atkins was able and willing to buy me out, lock, stock, and barrel, which he did do. I swapped off the pale sorrel to a Simmons later and I hope that I may never see him again.”

Uncle Abe died in 1891 at the age of ninety four and was buried in a family cemetery on part of his former estate in Maysville. His son Hugh followed in his footsteps in commercial operations, once owning the Atkins mercantile and later the Atkins National Bank in Maysville.

According to a manuscript entitled Genealogical Record and History of the Descendants of Francis Atkins written by Mrs. George Buchanan, Abram (Abraham) was the son of Thomas Atkins of Virginia and Elizabeth Creed Atkins and grandson of Francis and Jane Yeldel Atkins.

Atkins Names
  • Henry Atkins was physician to King James I and president of the College of Physicians in England.
  • Tommy Atkins is a term for a common soldier in the British army. The term gained widespread currency during the First World War.
  • Chet Atkins was the American guitarist and record producer who popularized the smooth Nashville sound of country music.
  • Robert Atkins was the American physician best known for popularizing the Atkins diet.
  • Adele Adkins is an English singer known as Adele who made the breakthrough to worldwide stardom in 2008.
Atkins Numbers Today
  • 30,000 in the UK (most numerous in Cambridgeshire)
  • 42,000 in America (most numerous in West Virginia)
  • 17,000 elsewhere (most numerous in Australia).
Atkins and Like Surnames

Patronymic surnames can be with either the “-son” or the shorter “s” suffix to the first name. The “s” suffix is more common in southern England and in Wales. Here are some of these surnames that you can check out.


Research and general acceptance

Research results have varied over the years concerning the Atkins diet. The research has tended to support that Atkins followers have experienced comparable or higher weight loss than people on traditional low-fat diets with higher amounts of carbohydrates, but for only a six-month period. After 12 months, weight loss was about equal. Some research also has shown that the diet has not produced damaging cholesterol or heart effects, but these studies have not been large, long-term trials. For example, effects of increased fat consumption on diet followers’ hearts may take years to

QUESTIONS TO ASK YOUR DOCTOR

  • What aspects of the Atkins diet do you feel are appropriate for weight loss?
  • How often would I need to be seen by a physician or registered dietitian while following the atkins diet?

surface and in any medical research, large numbers of participants are needed to account for many variables.

In 2004, Jody Gorran, a 53-year-old businessman from Florida, sued the promoters of the Atkins diet, saying that the plan clogged his arteries and nearly killed him. Mr. Gorran claimed that he was seduced by the plan and that by eating the high levels of protein and fats touted by the plan, his cholesterol soared. His lawsuit was backed by the Washington-based advocacy group called Physicians Committee for Responsible Medicine. Mr. Gorran sought damages and to seek an injunction preventing the sale of Atkins’ books and products without fair and adequate warnings about the dangers of the diet. The lawsuit was dismissed late in 2006 by a judge, but an appeals continue.

Atkins’ company filed for Chapter 11 bankruptcy protection in July 2005. The company completed its Chapter 11 reorganization by January 2006, having streamlined some operations, and continued to operate early in 2007, making Dr. Atkins’ diet run more than 35 years long.

Controversy even surrounded Atkins’ death in 2003. Though he died when he slipped on the ice outside his office in February 2003. He spent eight days in a coma before dying, and a copy of the medical examiner’s report showed that his weight upon death was 258 pounds. Critics of Atkins’s diet said that this was considered obese for a man who was six feet tall. His allies said that most of the pounds were gained in Atkins’ time in a coma because of fluid retention. But even while Atkins was alive, he had reportedproblems with his heart, though his physician’s council said the trouble was from an enlarged heart, which had stemmed from a viral infection, not from his diet.

Though Dr. Atkins added that numerous studies pointed to the fact that carbohydrates were to blame for weight gain, an explanation for how his diet program worked was never really offered by researchers. Numerous studies continued throughout the 1990s and even after Dr. Atkins’ death. Though some studies showed that people on the Atkins diet often lost weight faster in six months than those on other weight loss programs, the long-term effectiveness and possible harmful effects of the Atkins diet required more study.

In 1992, Dr. Atkins updated his Diet Revolution and by 2004 Dr. Atkins’ New Diet Revolution had sold more than 45 million copies and been translated into 25 languages. The new plan was the same, but the maintenance portion of the diet was made a little more liberal. The diet was extremely popular, as were Atkins Nutritionals products, such as vitamin supplements and numerous food items. A later Web-based version called the Atkins Advantage emphasized the products of Atkins Nutritionals and offered additional books, software, and information on a company Website to support the program’s goals and products.