Sailfish I SS-192 - Histoire

Sailfish I SS-192 - Histoire

Voilier I

(SS-192 : dp. 1450 (surf.), 2 350 (subm.); 1. 310'6" b. 27'1", d. 13'8"; s. 20 k. (surf.), 8,75 k. (subm.) cpl. 55 ; a. 8 21" tt., 1 3", 2 .50 cal. mg.; cl. Sargo;

Le premier Sailfish (SS-192), un sous-marin d'attaque à moteur diesel, a été construit le 18 octobre 1937 sous le nom de Squalus par le Portsmouth Navy Yard, Portsmouth N.H.; lancé le 14 septembre 1938; parrainé par Mme Thomas C. Hart; et mis en service le 1er mars 1939, sous le commandement du lieutenant O. F. Naquin.

Le 12 mai, Squalus a commencé une série de plongées d'essai au large de Portsmouth. Après avoir réussi 18 plongées, il redescend au large de l'île de Shoals le matin du 23 mai. La défaillance de la soupape d'induction principale a causé l'inondation de son après la salle des machines, et le sous-marin a coulé la poupe d'abord au fond dans 60 brasses d'eau.

Son navire jumeau, le Sculpin (SS-191), localisa le navire sinistré et établit les communications. La nouvelle chambre de sauvetage McCann, une version révisée de la cloche de plongée Momsen, a été utilisée pour secourir les 33 survivants; mais 26 hommes ont été piégés et perdus dans la partie inondée du navire.

Le sous-marin a été renfloué à l'aide de câbles passés sous sa coque et attachés à des pontons de chaque côté. Après avoir surmonté d'énormes difficultés techniques dans l'une des opérations de sauvetage les plus épuisantes de l'histoire navale, Squalus a été élevé ; remorqué dans le chantier naval de Portsmouth le 13 septembre; et officiellement déclassé le 15 novembre. Le sous-marin a été rebaptisé Sailfish le 9 février 1940. Après reconditionnement, réparation et révision, il a été remis en service le 15 mai 1940, le Lt. Comdr. Morton C. Mumma aux commandes.

Le carénage terminé à la mi-septembre, le Sailfish quitta Portsmouth le 16 janvier 1941 et se dirigea vers le Pacifique. En transitant par le canal de Panama, il est arrivé à Pearl Harbor début mars, après avoir fait le plein à San Diego. Le sous-marin a ensuite navigué vers l'ouest jusqu'à Manille où il a opéré avec les sous-marins de la flotte asiatique jusqu'à l'attaque de Pearl Harbor.

Ce jour-là, Sailfish a quitté Manille pour sa première patrouille de guerre au large de la côte ouest de Luzon. Dans la nuit du 13 décembre, il entre en contact avec un convoi escorté par trois destroyers japonais. Après que deux de ses torpilles aient raté un transport de troupes, elle a tiré deux autres "poissons" sur l'un des trois destroyers. Elle a réclamé un coup, mais a été forcée de plonger pour échapper à la contre-attaque vigoureuse de grenade sous-marine. Elle est retournée à Manille le 17.

Sa deuxième patrouille a commencé le 21 décembre et a emmené le sous-marin dans les eaux au large de Taïwan. Le matin du 27 janvier 1942, il attaque un croiseur et signale que la cible est endommagée. Cependant, les dégâts n'ont pu être évalués puisque les deux escortes du lourd ont obligé le Sailfish à plonger profondément et à courir en silence. Courant à 260 pieds, le sous-marin a échappé aux destroyers et s'est dirigé vers le sud en direction de Java. Elle est arrivée à Tjilatjap, Java, le 14 février pour le ravitaillement et le réarmement.

En partant le 19 février pour sa troisième patrouille, elle s'est dirigée par le Détroit de Lombok à la Mer de Java. Après avoir aperçu le croiseur Houston (CA-30) et deux escortes se dirigeant vers le détroit de la Sonde après la défaite des Alliés lors de la bataille de la mer de Java, le Sailfish intercepta un destroyer ennemi le 2 mars. Après une attaque infructueuse sur le navire de guerre japonais, elle a été forcée de plonger profondément pour échapper à l'attaque de grenade sous-marine du destroyer et de l'avion de patrouille. Cette nuit-là, elle a contacté un navire de type porte-avions, escorté par quatre destroyers. Sailfish a torpillé et coulé le ferry pour avions, Kamogawa Maru, près de l'approche du détroit de Lombok. Laissant le navire en flammes et mort dans l'eau, Sailfish a plongé pour échapper à une vigoureuse attaque de grenades sous-marines. Après avoir échappé aux destroyers et aux avions japonais, il est arrivé à Fremantle, en Australie, le 19 mars.

Les mers de Java et de Célèbes étaient les zones de sa quatrième patrouille—du 22 mars au 21 mai. Elle n'a fait qu'un seul contact et n'a pas pu attaquer la cible avant de retourner à Fremantle.

La cinquième patrouille du sous-marin (du 13 juin au 1er août)
était au large des côtes de l'Indochine dans la mer de Chine méridionale. Le 4 juillet, elle a intercepté et suivi un grand navire de type cargo mais a découvert que la cible prévue était un navire-hôpital et a tenu son feu. Le 9 juillet, elle a intercepté et torpillé un cargo japonais. L'une d'une paire de torpilles a frappé à la maison et le navire a pris une gîte de quinze degrés. Alors que Sailfish s'enfonçait, une série d'explosions a été entendue et aucun autre bruit de vis n'a été détecté. Lorsque le sous-marin a fait surface dans la zone une heure et demie plus tard, aucun navire n'était en vue. Cependant, l'examen d'après-guerre des archives japonaises a confirmé qu'il n'y avait pas eu de naufrage dans la région à cette date. Sailfish n'a observé qu'un seul autre navire ennemi avant la fin de la patrouille.

En déplaçant sa base d'opérations à Brisbane, le SS-192 est devenu en route pour sa sixième patrouille le 13 septembre et s'est dirigé vers les Salomon occidentales. Dans la nuit du 17 au 18 septembre, il rencontre huit destroyers japonais escortant un croiseur, mais il est incapable d'attaquer. Le 19 septembre, elle attaque un poseur de mines. La propagation de trois torpilles a manqué, et Sailfish a été forcé de plonger profondément pour échapper à la contre-attaque de grenade sous-marine. Onze charges bien placées ont explosé près du sous-marin, causant de nombreux dommages mineurs. Sailfish est revenu à Brisbane le 1er novembre.

En route pour sa septième patrouille le 24 novembre, le Sailfish s'est rendu dans la région au sud de la Nouvelle-Bretagne. Suite à une attaque infructueuse sur un destroyer le 2 décembre, le sous-marin n'a fait aucun autre contact jusqu'au 25 décembre, quand il a marqué un coup sur un sous-marin japonais. L'analyse d'après-guerre des archives japonaises n'a pas pu confirmer un naufrage dans la région. Pendant le reste de la patrouille, elle a fait des attaques infructueuses sur un cargo et un destroyer avant de mettre fin à la patrouille à Pearl Harbor le 15 janvier 1943.

Après une révision au chantier naval de Mare Island du 27 janvier au 22 avril, le Sailfish est revenu à Pearl Harbor le 30 avril. En quittant Hawaï le 17 mai pour sa huitième patrouille, elle s'est arrêtée pour faire le plein à Midway et s'est rendue à sa station au large de la côte est de Honshu. Plusieurs contacts ont été pris mais n'ont pas été attaqués en raison du mauvais temps. Le 15 juin, il rencontre deux cargos au large de Todo Saki. Tirant une propagation de trois torpilles, elle a observé un coup qui a arrêté le Maru mort dans l'eau. Sailfish est allé en profondeur pour échapper à une attaque de grenade sous-marine qui a suivi et a écouté par-dessus l'équipement sonore alors que le cargo, Shinju Maru, s'est brisé et a coulé. Dix jours plus tard, elle torpilla et coula le cargo à passagers, Iburi Maru, dans la même zone générale. Au cours des douze heures qui ont suivi le naufrage de l'Iburi Maru, le Sailfish a été immobilisé par une recherche soutenue et une attaque à la grenade sous-marine au cours de laquelle plus de 97 charges ont été larguées. Elle n'a subi que des dommages mineurs et le Sailfish a mis le cap sur Midway le 26 juin, y arrivant le 3 juillet.

Sa neuvième patrouille—du 25 juillet au 16 septembre, dans le détroit de Formosa et au large d'Okinawa—n'a produit aucune cible valable et le Sailfish est revenu à Pearl Harbor.

Après la remise en état à Pearl Harbor, elle est partie le 17 novembre pour sa dixième patrouille, qui l'a emmenée au sud de Honshu. Avant d'arriver sur la station, après avoir fait le plein à Midway, elle a intercepté un convoi rapide de navires japonais dans la nuit du 3 décembre à environ 240 milles au sud-est de Yokosuka. Le groupe se composait d'un porte-avions, d'un croiseur et de deux destroyers. Malgré la haute mer agitée par les vents du typhon, peu après minuit le 4, le Sailfish a manœuvré en position de tir et a tiré une série de trois torpilles sur le porte-avions, marquant deux coups sûrs. Elle est allée profondément pour échapper aux destroyers d'escorte, mais a refait surface en quelques heures pour reprendre l'attaque. Avant l'aube, elle a tiré une autre série de trois "poissons", marquant deux autres coups sur le porteur frappé. Échappant à l'attaque ASW japonaise, qui a été entravée par la mer déchaînée, le Sailfish est arrivé à la profondeur du périscope à l'aube et a vu le porte-avions mort dans l'eau, avec une gîte à bâbord et à l'arrière. Les préparatifs pour abandonner le navire étaient en cours. Plus tard dans la matinée, Sailfish a tiré une autre série de trois torpilles, marquant deux coups finaux. De fortes explosions internes et des bruits de rupture ont été entendus, tandis que le sous-marin est allé tester la profondeur pour échapper à une attaque de grenades sous-marines. Peu de temps après, le transporteur, Chuyo, est allé au fond.

Après avoir échappé à une attaque de mitraillage par un chasseur japonais le 7 décembre, elle a pris contact et a commencé à suivre deux cargos avec des escortes le matin du 13 décembre au sud de Kyushu. Cette nuit-là, elle a tiré une série de quatre torpilles sur les deux cargos. Deux explosions solides ont été entendues, dont une explosion secondaire interne. Sailfish a entendu le Total Maru se briser et couler alors que les destroyers effectuaient une attaque de grenade sous-marine vigoureuse mais imprécise. Lorsque Sailfish a rattrapé l'autre cargo, il était mort dans l'eau, mais couvert par un écran de cinq destroyers. Plutôt que de faire face à des risques de suicide, le sous-marin a tranquillement nettoyé la zone. Dans la nuit du 20 décembre, elle a intercepté un navire-hôpital ennemi, qu'elle a laissé sans encombre.

Le 21 décembre, à l'approche de Bungo, Suido Sailfish a intercepté six cargos escortés par deux destroyers. Avec cinq torpilles à gauche, elle a tiré une propagation de trois, marquant deux coups sur la plus grande cible. Plongeant pour échapper aux destroyers qui approchaient, le sous-marin a détecté des bruits de rupture alors que Uyo Maru allait au fond. Sailfish a terminé sa dixième patrouille à Pearl Harbor le 5 janvier 1944.

Après une révision complète au chantier naval de Mare Island, du 15 janvier au 17 juin 1944, il est retourné à Hawaï et a navigué le 9 juillet en compagnie de Greenling (SS-213) et Billfish (SS 286) pour s'attaquer à la navigation dans le Luzon-Formosa Région. Dans l'après-midi du 7 août, le Sailfish entre en contact avec un convoi ennemi. Elle a manoeuvré dans une position de tir et a lancé une propagation de trois torpilles à un petit pétrolier. Un coup a causé la désintégration du pétrolier en une colonne d'eau, de fumée et de débris.

La prochaine cible qu'elle a contactée était un cuirassé escorté par quatre destroyers, qu'elle a détecté peu après minuit le 18 août. Sailfish a tiré une salve de quatre torpilles sur le lourd, mais l'une des escortes a heurté le chemin du poisson mortel et a été gravement endommagé ou coulé par une ou plusieurs des torpilles.

Le 24 août au sud de Formose, le SS-192 a établi un contact radar avec un convoi ennemi composé de quatre cargos escortés par deux petites embarcations de patrouille. Travaillant en position de tir, Sailfish a lancé une salve de quatre torpilles, marquant deux coups sûrs. Le cargo, Toan Maru, était enveloppé d'un nuage de fumée. Peu de temps après, le navire s'est brisé en deux et a coulé. Refaisant surface après avoir échappé à une attaque de grenades sous-marines, Sailfish s'est rapproché d'un deuxième cargo du convoi, marquant deux coups sûrs sur quatre torpilles tirées. L'équipage du sous-marin a estimé que le cargo avait été coulé ou gravement endommagé, mais le naufrage n'a pas été confirmé par l'examen d'après-guerre des archives japonaises. Sailfish a terminé sa onzième patrouille à Midway le 6 septembre 1944.

Sa douzième patrouille — du 26 septembre au 11 décembre — a été menée entre Luzon et Formosa, en compagnie de Pomfret (SS-391) et Parche (SS-384). Après avoir traversé le bord d'un typhon, Sailfish est arrivé en gare. Le 12 octobre, elle a sauvé onze aviateurs de marine qui avaient abandonné leur avion frappé après des grèves contre des bases japonaises sur Formosa. Elle a coulé un sampan et endommagé un remorqueur avec son canon de pont alors que l'engin ennemi tentait de capturer les aviateurs abattus. Le lendemain, elle a sauvé un autre aviateur. Les sous-marins sont arrivés à Saipan le 24 octobre pour déposer leurs passagers temporaires, faire le plein et effectuer des réparations mineures.

Après être revenu à la zone de patrouille avec le wolfpack, elle a fait une attaque infructueuse sur un transport le 3 novembre. Le lendemain, le Sailfish endommagea deux destroyers mais fut lui-même légèrement endommagé par une bombe d'un avion de patrouille. Avec des dégâts de combat sous contrôle, Sailfish a échappé à ses poursuivants et a nettoyé la zone. Après avoir surmonté un typhon les 9 et 10 novembre, elle a intercepté un convoi dans la soirée du 24 novembre en direction d'Itbayat, aux Philippines. Après avoir alerté Pomfret de l'emplacement et de la trajectoire du convoi, le Sailfish se dirigeait vers une position d'attaque lorsqu'un des destroyers d'escorte se dirigea droit sur elle. Le Sailfish a tiré une torpille à trois reprises "dans la gorge" et s'est dirigé vers le convoi principal. Au moins un coup a été marqué sur le destroyer et son pépin a disparu de l'écran radar. Soudain, le Sailfish reçut une mauvaise surprise lorsqu'il tomba sous le feu du destroyer qu'il croyait avoir coulé. SS-192 a couru profondément, après avoir vérifié qu'il n'y avait aucun dommage à la coque résultant d'un quasi-accident des canons de l'escorte. Pendant les quatre heures et demie qui ont suivi, le Sailfish a été contraint de courir en silence et en profondeur, alors que les Japonais maintenaient une attaque de grenade sous-marine inconfortablement précise. Finalement, le sous-marin réussit à échapper aux destroyers et à s'éclipser. Peu de temps après, le Sailfish se dirigea vers Hawaï via Midway et termina sa douzième et dernière patrouille de guerre en arrivant à Pearl Harbor le 11 décembre.

Après le radoub, elle a quitté Hawaï le 26 décembre 1944 et est arrivée à New London, Connecticut, via le Canal de Panama le 22 janvier 1945. Pendant les quatre mois et demi suivants, elle a fourni des services de formation de New London. Ensuite, elle a opéré comme navire-école de la Baie Guantanamo du 9 juin au 9 août. Après un séjour de six semaines au Philadelphia Navy Yard, elle est arrivée à Portsmouth, N.H., le 2 octobre et est entrée dans le Navy Yard pour la désactivation. Désarmé le 27 octobre 1945, il était initialement prévu pour être un navire cible dans les essais de bombes A ou pour être coulé par des munitions conventionnelles. Cependant, il a été mis en vente en mars 1948 et rayé de la liste de la Marine le 30 avril 1948. La carcasse a été vendue à Luria Brothers of Philadelphia pour la ferraille le 18 juin 1948.

Elle a reçu neuf étoiles de bataille pour son service dans le Pacifique et a reçu la Presidential Unit Citation pour ses performances exceptionnelles lors de sa dixième patrouille.


Voilier (SS-192)


USS Sailfish après un carénage au chantier naval de Mare Island le 13 avril 1943.

Commandé sous le nom d'USS Squalus le 1er mars 1939.
Coulé par une panne mécanique le 23 mai 1939 lors d'essais.
Renfloué le 13 septembre 1939.
Désarmé le 15 novembre 1939 au chantier naval de Portsmouth.
Recommandé sous le nom d'USS Sailfish le 15 mai 1940.
Désarmé le 27 octobre 1945.
Frappé le 30 avril 1948.
Vendu le 18 juin 1948 et démoli à la ferraille.

Commandes répertoriées pour l'USS Sailfish (192)

Veuillez noter que nous travaillons toujours sur cette section.

Le commandantDeÀ
1Olivier François Naquin, USN1 mars 193924 mai 1939

2Lt.Cdr. Morton Claire Maman, Jr., USN15 mai 194018 décembre 1941
3Lt.Cdr. Richard Georges Vogé, USN18 décembre 19419 septembre 1942
4Lt. Jean Richard Moore, USN9 septembre 194217 juillet 1943
5T/Cdr. Guillaume Robert Lefavour, USN17 juillet 194321 octobre 1943
6T/Lt.Cdr. Robert Elwin McCraner Quartier, USN21 octobre 1943Déc 1944
7Lt.Cdr. Lincoln Marcy, USNDéc 194430 août 1945
8Berley Irving Freedman, USNR30 août 194527 octobre 1945

Vous pouvez aider à améliorer notre section de commandes
Cliquez ici pour soumettre des événements/commentaires/mises à jour pour ce navire.
Veuillez l'utiliser si vous repérez des erreurs ou si vous souhaitez améliorer cette page de navires.

Les événements notables impliquant Sailfish comprennent :

23 mai 1939
Au cours de sa croisière d'essai, l'USS Sculpin (SS 191) a été détourné pour aider à la recherche du bateau jumeau manquant, l'USS Squalus (SS 192). Le Squalus avait coulé en raison d'une défaillance mécanique le 23 mai 1939. Sculpin a trouvé le sous-marin coulé et a aidé le navire de sauvetage sous-marin Falcon à secourir les 33 hommes survivants des zones non inondées du Squalus. 26 hommes se sont noyés dans la section arrière inondée du naufrage.

9 février 1940
L'ancien USS Squalus (SS 192) a été rebaptisé USS Sailfish (SS 192) après une récupération et des réparations réussies après son naufrage.

8 décembre 1941
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. Morton Claire Mumma, Jr) a quitté Manille pour sa première patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller au large de la côte ouest de Luzon.

17 décembre 1941
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. M.C. Mumma, Jr) a terminé sa première patrouille de guerre à Manille.

21 décembre 1941
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. Richard George Voge) a quitté Manille pour sa deuxième patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller au sud de Formose.

14 février 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a terminé sa 2e patrouille de guerre à Tjilatjap, Java, Pays-Bas, Indes orientales.

19 février 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a quitté Tjilatjap pour sa 3e patrouille de guerre. elle a reçu l'ordre de patrouiller dans la mer de Java.

2 mars 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a torpillé et coulé l'avion de transport japonais Kamogawa Maru (6440 GRT, liaison hors site) au nord du détroit de Lombok en position 08°06'S, 115°57'E.

19 mars 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a terminé sa 3e patrouille de guerre à Fremantle, en Australie.

22 mars 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a quitté Fremantle pour sa 4e patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller dans la mer de Java et de Célèbes.

21 mai 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a terminé sa 4e patrouille de guerre à Fremantle.

13 juin 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a quitté Fremantle pour sa 5e patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller au large des côtes de l'Indochine dans la mer de Chine méridionale.

9 juillet 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a torpillé et endommagé le navire de transport japonais Aobasan Maru (8811 GRT) au large de l'Indochine en position 11°31'N, 109°21'E.

1er août 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a terminé sa 5e patrouille de guerre à Fremantle.

13 septembre 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a quitté Brisbane, Australie pour sa 6e patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller dans la région des îles Salomon.

1 novembre 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.G. Voge) a terminé sa 6e patrouille de guerre à Brisbane.

24 novembre 1942
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. John Richard Moore) a quitté Brisbane pour sa 7e patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller au sud de la Nouvelle-Bretagne.

15 janvier 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. John Richard Moore) a terminé sa 7e patrouille de guerre à Pearl Harbor. Il a été envoyé au Mare Island Navy Yard pour une révision.

17 mai 1943
Avec sa révision terminée, l'USS Sailfish (Lt.Cdr. John Richard Moore) a quitté Pearl Harbor pour sa 8e patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller dans les eaux nationales japonaises au large de la côte est de Honshu.

15 juin 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. John Richard Moore) a torpillé et coulé le marchand japonais Shinju Maru (3617 GRT) au sud de Todozaki, Honshu, Japon en position 39°00'N, 142°00'E.

25 juin 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. John Richard Moore) a torpillé et coulé le charbonnier japonais Iburi Maru (3291 GRT) au large de la côte nord-est de Honshu, Japon en position 39°00'N, 142°00'E.

3 juillet 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. John Richard Moore) a terminé sa 8e patrouille de guerre à Midway.

25 juillet 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. William R. Lefavour) a quitté Midway pour sa 9e patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller dans le détroit de Formosa et au large d'Okinawa.

16 septembre 1943
USS Sailfish (Lt.Cdr. William R.Lefavour) a terminé sa 9e patrouille de guerre à Pearl Harbor.

17 novembre 1943
USS Sailfish (Lt.Cdr. Robert Elwin McCraner Ward) quitte Pearl Harbor pour sa 10e patrouille de guerre. On lui a ordonné de patrouiller dans les eaux nationales japonaises au sud de Honshu.

4 décembre 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. Robert Elwin McCraner Ward) a torpillé et coulé le porte-avions d'escorte japonais Chuyo (lien hors site) au sud-est de Honshu, Japon en position 32°27'N, 143°49'E.

13 décembre 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a torpillé et coulé le navire de transport japonais Totai Maru (3195 GRT) au sud de Kyushu, Japon en position 30°15'N, 132°30'E.

21 décembre 1943
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a torpillé et coulé le transport de troupes japonais Uyo Maru (6376 GRT) au large de Miyazaki, Japon en position 32°38'N, 132°04'E.

5 janvier 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a terminé sa 10e patrouille de guerre à Pearl Harbor. Il a été envoyé au Mare Island Navy Yard pour une révision.

4 juillet 1944
USS Billfish (Cdr. VC Turner, USN) a effectué des exercices au large de Pearl Harbor avec l'USS Le Hardy (Lt.Cdr. EL Holtz, USNR), USS Charles R. Greer (Lt.Cdr. WT Denton, USNR), USS Lyman ( Lt.Cdr JW Wilson, USNR), USS Greenling (Cdr. JD Gerwick, USN) et USS Sailfish (Cdr. REM Ward, USN).

9 juillet 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a quitté Pearl Harbor pour sa 11e patrouille de guerre. Elle a reçu l'ordre de patrouiller dans la région de Luzon-Formosa.

7 août 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a torpillé et coulé les Japonais Kinshu Maru (238 GRT) dans le détroit de Luzon en position 20°09'N, 121°19'E.

24 août 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a torpillé et coulé le transport de troupes japonais Toan Maru (2110 GRT) dans le détroit de Luzon en position 21°23'N, 121°37'E.

8 septembre 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a terminé sa 11e patrouille de guerre à Midway.

26 septembre 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a quitté Midway pour sa 12e et dernière patrouille de guerre. Une fois de plus, elle a reçu l'ordre de patrouiller dans la région de Luzon-Formosa.

12 octobre 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a coulé un sampan japonais et endommagé un remorqueur japonais avec des tirs au sud de Formosa en position 22°16'N, 120°26'E. Elle a également ramassé 11 U.S.N. tracts.

24 octobre 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) s'est arrêté à Saipan pour débarquer ses passagers et effectuer quelques réparations mineures. Elle continue alors sa patrouille.

4 novembre 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a torpillé et endommagé le destroyer japonais Harukaze (lien externe) et navire de débarquement japonais T-111 (890 tonnes) dans le détroit de Luzon en position 20°08'N, 121°43'E. Bien que Sailfish soit endommagé par des bombes aériennes lors de l'attaque, elle reste en patrouille.

11 décembre 1944
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. R.E.M. Ward) a terminé sa 12e et dernière patrouille de guerre à Pearl Harbor. Il devait maintenant être utilisé pour des tâches d'entraînement sur la côte est des États-Unis.

12 janvier 1945
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. L. Marcy, USN) est arrivé dans la zone du canal de Panama.

13 janvier 1945
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. L. Marcy, USN) a quitté la zone du canal de Panama pour New London, Connecticut.

22 janvier 1945
USS Sailfish (Lt.Cdr. L. Marcy, USN) est arrivé à New London, Connecticut.

4 juin 1945
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. L. Marcy, USN) a quitté New London, Connecticut pour Guantanamo Bay, Cuba.

9 juin 1945
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. L. Marcy, USN) est arrivé à Guantanamo Bay, Cuba en provenance de New London, Connecticut.

9 août 1945
L'USS Sailfish (Lt.Cdr. L. Marcy, USN) a quitté Guantanamo Bay, Cuba pour le Philadelphia Navy Yard.

14 août 1945
USS Sailfish (Lt.Cdr. L. Marcy, USN) est arrivé au Philadelphia Navy Yard de Guantanamo Bay, Cuba.

Liens médias


Le naufrage de l'USS SQUALUS (SS-192)

Le 1er mars 1939, l'USS SQUALUS (SS-192) est mis en service au chantier naval de Portsmouth à Kittery, dans le Maine. En mai, le bateau était prêt à se dégourdir les jambes dans les eaux au large des côtes du New Hampshire. Ses dix-huit premières plongées, qui ont commencé le 12 mai, se sont déroulées sans incident, il n'y avait aucune raison de croire que la plongée numéro dix-neuf, qui a commencé juste après sept heures du matin le 23 mai, serait différente. Malheureusement pour les 56 membres d'équipage et les trois entrepreneurs civils à bord du bateau ce jour-là, la plongée serait tout sauf routinière. À 7 h 40, juste après l'immersion du SQUALUS, la soupape d'admission d'air de son moteur principal s'est rompue, permettant à l'eau de jaillir dans les compartiments arrière, noyant 26 hommes. En quelques instants, le bateau s'était immobilisé au fond de l'océan, à 60 brasses (240 pieds) sous les vagues.

Alors qu'elle coulait, SQUALUS a relâché une bouée de repère téléphonique qui a été rapidement localisée par un deuxième sous-marin américain, l'USS SCULPIN (SS-191). SCULPIN a pu s'assurer qu'il y avait des survivants à bord du sous-marin sinistré, mais peu de temps après, le câble de la bouée s'est séparé. La perte de la bouée a laissé SQUALUS sans aucun moyen de communiquer avec les sauveteurs potentiels à la surface, cela signifiait également que le seul marqueur indiquant l'emplacement exact du bateau avait disparu. Un remorqueur a passé le reste de la journée à traîner le fond avec un grappin, dans l'espoir de s'accrocher au sous-marin. L'hameçon a finalement accroché quelque chose, mais ce n'est que le lendemain matin, lorsque des plongeurs du navire de sauvetage sous-marin USS FALCON (AM-28) ont pu descendre au fond, qu'ils ont su avec certitude qu'ils avaient trouvé SQUALUS. Sous le commandement compétent de l'expert en sauvetage et sauvetage, le lieutenant-commandant suédois Momsen, les plongeurs, utilisant la nouvelle chambre de sauvetage McCann, ont pu ramener les 33 survivants à la surface. Quatre des plongeurs – le chef machiniste William Badders, le chef de manœuvre Orson Crandall, le chef métallurgiste James McDonald et le chef torpille John Mihalowski – se verraient décerner la médaille d'honneur pour leurs efforts lors du sauvetage et du sauvetage ultérieur du sous-marin.

Une fois les survivants secourus, la Marine s'est concentrée sur la décision de prendre le sous-marin coulé. Parce qu'il s'agissait d'un tout nouveau navire qui incorporait de nombreuses caractéristiques de conception uniques, et parce que la Marine espérait découvrir ce qui avait conduit à son naufrage, il a été déterminé que SQUALUS devrait être levé. Pendant plus de sept semaines, les plongeurs ont travaillé pour passer des câbles sous le bateau et attacher des pontons qui assureraient la flottabilité le moment venu, ce qu'ils ont finalement fait le 13 juillet. La poupe s'est relevée avec succès, mais la proue est restée coincée, et lorsque le bateau a basculé, il a glissé de tous les câbles qui avaient été si minutieusement lacés sous sa coque. Puis l'arc s'est libéré. Le bateau est monté presque à la verticale, avec 30 pieds de proue brisant la surface avant qu'elle ne coule à nouveau au fond. Après 20 jours de travail supplémentaires, une seconde levée, cette fois réussie, a été tentée. À ce stade, plus de 600 plongées au total avaient été effectuées en 70 jours pour préparer SQUALUS à son retour dans le monde au-dessus des vagues.

Le bateau a été remorqué jusqu'au rivage et mis en cale sèche à Portsmouth le 15 novembre, il a été désarmé. Moins d'un an plus tard, le 15 mai 1940, le bateau est remis en service sous le nom de USS SAILFISH (son numéro de coque reste le même). Cependant, le nom de SQUALUS a survécu, malgré les meilleurs efforts du commandant en temps de guerre. Il a émis des ordres permanents selon lesquels l'ancien nom du bateau ne devrait pas être prononcé. Tout homme qui désobéirait serait, a-t-il décrété, abandonné au prochain port d'escale. L'équipage a répondu en se référant à leur bateau comme "SQUAILFISH". Le capitaine, désormais bel et bien agacé, menaça la cour martiale pour quiconque entendrait utiliser ce terme.

SAILFISH a effectué 12 patrouilles de guerre dans le Pacifique entre décembre 1941 et décembre 1944. Pendant ce temps, elle a reçu neuf étoiles de bataille et, pour sa dixième patrouille de guerre, la Presidential Unit Citation.


Naufrage de Squalus et remise en service

Le 12 mai 1939, suite à une révision du chantier, Squalus a commencé une série de plongées d'essai au large de Portsmouth, New Hampshire. Après avoir réussi 18 plongées, il est redescendu au large des Isles of Shoals le matin du 23 mai à 42䓵′N 70䓥′W  /  42.883°N 70.617°W  / 42,883 -70,617 . La défaillance de la soupape d'admission principale (le moyen de laisser entrer de l'air frais en surface) [7] [8] a provoqué l'inondation de la salle des torpilles arrière, des deux salles des machines et des quartiers de l'équipage, noyant immédiatement 26 hommes. [9] L'action rapide de l'équipage a empêché l'inondation des autres compartiments. Squalus fond dans 243   ft (74   m) d'eau. [7]

Squalus était initialement localisé par son navire jumeau, le chabot. Les deux sous-marins ont pu communiquer à l'aide d'une bouée de repère téléphonique jusqu'à ce que le câble se sépare. Plongeurs du navire de sauvetage sous-marin Faucon a commencé les opérations de sauvetage sous la direction de l'expert en sauvetage et sauvetage, le lieutenant-commandant Charles B. « Swede » Momsen, en utilisant la nouvelle chambre de sauvetage McCann. Le médecin-chef pour les opérations était le Dr Charles Wesley Shilling. [10] Supervisés par le chercheur Albert R. Behnke, les plongeurs ont utilisé des programmes de plongée héliox récemment développés et ont réussi à éviter les symptômes de déficience cognitive associés à de telles plongées profondes, confirmant ainsi la théorie de Behnke sur la narcose à l'azote. [11] Les plongeurs ont pu sauver tous les 33 survivants à bord (32 membres d'équipage et un civil [12] ) le sous-marin coulé. Quatre plongeurs enrôlés, le chef machiniste William Badders, le chef de manœuvre Orson L. Crandall, le chef métallurgiste James H. McDonald et le chef torpilleur John Mihalowski, ont reçu la médaille d'honneur pour leur travail pendant le sauvetage et le sauvetage ultérieur. Le sauvetage réussi de la Squalus survivants contraste fortement avec la perte de Thétis à Liverpool Bay juste une semaine plus tard. [13]

Les autorités de la marine ont estimé qu'il était important de l'élever alors qu'elle incorporait une succession de nouvelles caractéristiques de conception. Avec une enquête approfondie sur les raisons de son naufrage, une plus grande confiance pourrait être placée dans la nouvelle construction, ou la modification des conceptions existantes pourrait être entreprise au moment le moins cher et le plus efficace pour le faire. De plus, étant donné des accidents antérieurs similaires survenus dans Esturgeon et vivaneau (en effet, dans S-5, dès 1920), il fallait déterminer une cause.

SS-192 en cale sèche après récupération.

Le sauvetage de Squalus était commandé par le contre-amiral Cyrus W. Cole, commandant du chantier naval de Portsmouth, qui supervisait l'officier de sauvetage, le lieutenant Floyd A. Tusler du Corps de construction. [14] Le plan de Tusler était de soulever le sous-marin en trois étapes pour l'empêcher de monter trop rapidement, hors de contrôle, avec une extrémité, auquel cas il y aurait une forte probabilité qu'il coule à nouveau. [15] Pendant 50 jours, les plongeurs ont travaillé pour passer des câbles sous le sous-marin et attacher des pontons pour la flottabilité. Le 13 juillet 1939, la poupe a été relevée avec succès, mais lorsque les hommes ont tenté de libérer la proue de l'argile bleue dure, le navire a commencé à monter beaucoup trop rapidement, faisant glisser ses câbles. S'élevant verticalement, le sous-marin a fait surface et 30 pieds (10 &# 160 m) de proue ont atteint les airs pendant pas plus de dix secondes avant de couler à nouveau jusqu'au fond. [16] Momsen a dit de l'incident, "les pontons ont été brisés, les tuyaux ont été coupés et je pourrais ajouter, les cœurs ont été brisés." [17] Après 20 jours de plus de préparation, avec un ponton et un arrangement de câble radicalement repensés, l'ascenseur suivant a réussi, de même que deux autres opérations. Squalus a été remorqué dans Portsmouth le 13 septembre et désarmé le 15 novembre. Au total, 628 plongées ont été effectuées dans le cadre d'opérations de sauvetage et de sauvetage. [17]


L'histoire de

Département de la Marine

Chantier naval de Portsmouth, Portsmouth, New Hampshire

Photo de courtoisie #19-N-43269, USS Sailfish (SS-192)
au large du Mare Island Navy Yard, le 13 avril 1943

La quille du malheureux SQUALUS (rebaptisé plus tard SAILFISH), a été posée le 18 octobre 1937 au chantier naval américain de Portsmouth, New Hampshire. Le sous-marin a glissé onze mois plus tard, le 14 septembre 1938, parrainé par Mme Thomas C. Hart, épouse du contre-amiral Hart, USN. Elle a été commissionnée USS SQUALUS (SS 192) le 1er mars 1939, avec le lieutenant Oliver F. Naquin, USN, comme son premier commandant.

SQUALUS a été complètement équipé le 12 mai, puis a commencé sa période d'essais au large de Portsmouth. Après avoir effectué dix-huit plongées réussies lors des tests précédents, alors qu'il opérait au large de l'île de Shoals, le sous-marin a effectué un essai routier à 7 h 40 le 23 mai, dont il ne s'est jamais remis. En raison d'une défaillance mécanique, qui a causé l'inondation de sa section après, SQUALUS est allé au fond, s'installant à 240 pieds sous la surface, puis a commencé à envoyer des bombes fumigènes à la surface, signalant sa détresse.

Son navire jumeau, le sous-marin SCULPIN, qui a été alerté pour rechercher le sous-marin manquant dans cette zone, a repéré l'une des bombes à 12 h 41 et a marqué l'endroit avec un grappin avec une bouée attachée.

Rapidement, toute la nation est alertée. Des plongeurs, des experts en sauvetage et sous-marins ont été immédiatement dépêchés sur les lieux de la catastrophe. Les observations préliminaires et les préparatifs ont été effectués par un plongeur de la Marine. À 11 h 30 le lendemain, la nouvelle chambre de sauvetage a été abaissée sur le côté de l'USS FALCON et à 12 h 47, le contact a été établi avec l'équipage piégé.

En quatre voyages, le dernier comportant un grand danger en raison de l'affaiblissement des câbles attachés à la chambre de sauvetage, les 33 hommes du sous-marin qui ont vécu après que le navire a fait sa plongée fatidique, ont été secourus. Le sort des 26 sous-mariniers restants a été déterminé par le cinquième et dernier voyage de la chambre vers le fond. La "cloche de plongée" était cette fois attachée à la section arrière du sous-marin, qui s'est avérée inondée, ne laissant aucun doute sur le fait que les 26 hommes restants avaient péri avec leur navire.

Les opérations de sauvetage ont été sécurisées à 21 h 07 le 25 mai 1939, puis les experts en sauvetage de sous-marins ont commencé la tâche difficile et ardue de relever SQUALUS d'une si grande profondeur.

La méthode utilisée dans les opérations de sauvetage impliquait l'utilisation de pontons cylindriques en acier gainé de bois qui devaient être attachés à des câbles passés sous la coque du sous-marin. Ces pontons ont été submergés puis "soufflés", fournissant ainsi à SQUALUS la flottabilité supplémentaire nécessaire pour la soulever du fond.

Les opérations de sauvetage étaient entachées de malheur et de nouvelles difficultés surgissaient chaque jour. Le 12 août, le sous-marin a été élevé à 80 pieds du fond, remorqué à deux milles, puis il a heurté un pinacle inexploré et s'est échoué. Enfin, le 13 septembre, SQUALUS s'éleva du fond, son étrave brisa l'eau, puis le malheur frappa, alors qu'elle plongeait à nouveau dans les profondeurs troubles. Cependant, le même jour, l'équipe de sauvetage déterminée a de nouveau soulevé le sous-marin et cette fois, ils ont rencontré le succès. Cette nuit-là, après avoir reposé sur le fond de l'océan pendant 113 jours, SQUALUS a été remorqué jusqu'au chantier naval de Portsmouth, atteignant ainsi le paroxysme de la tâche épuisante de sauvetage rarement (voire jamais) parallèle à l'histoire de la Marine.

Alors que les nuages ​​noirs de la guerre venaient d'éclater sur l'Europe, la Marine avait besoin de tous les navires, il a donc été décidé de reconditionner SQUALUS. Le sous-marin a été désarmé le 15 novembre 1939, et après six mois de révision approfondie, il a été remis en service le 15 mai 1940, sous le nom d'USS SAILFISH (SS 192) avec le capitaine de corvette M. C. Mumma, Jr., USN, comme commandant.

Son réaménagement complet, le SAILFISH a tenu des essais au large de Provencetown, Massachusetts, pendant trois jours (du 17 au 20 septembre 1940) et le 16 janvier 1941, il a navigué pour rejoindre la flotte du Pacifique.

SAILFISH a transité par le canal de Panama et, après une escale de ravitaillement sur la côte ouest, s'est rendu à Pearl Harbor. Le sous-marin a ensuite navigué vers Manille, aux Philippines, où il a opéré avec les sous-marins de la flotte asiatique, jusqu'à ce que les Japonais attaquent Pearl Harbor.

Au début de la guerre (7 décembre 1941), le SAILFISH était à Manille, et le lendemain, il a quitté Manille, en route vers sa patrouille de première guerre le long de la côte ouest de Luzon.

Cette nuit-là, elle a pris contact avec un cargo ennemi, et la nuit suivante, deux autres navires du même type ont été contactés, mais pas attaqués. À 02h30 le 13 décembre, le contact a été établi avec trois destroyers japonais, et SAILFISH a plongé et a commencé le suivi. À 0250, position de tir atteinte, elle a tiré une paire de torpilles sur l'un des navires ennemis et a marqué un coup. Immédiatement plongeant profondément, elle a gréé pour l'attaque de grenade sous-marine, qui était rapidement à venir.

Cependant, aucune des 20 charges abandonnées n'était suffisamment proche pour causer de graves dommages. De nombreux bruits de rupture ont été entendus, indiquant que sa cible coulait, puis le sous-marin a dégagé la zone.

Quatre jours plus tard, le 17 décembre, il est retourné à Manille, achevant ainsi sa patrouille de guerre initiale, après avoir coulé l'un des premiers navires de guerre ennemis à être pris en compte par la marine américaine.

Son carénage terminé, le SAILFISH est parti de Manille le 21 décembre lors de la patrouille de la Seconde Guerre. Le 22, après s'être frayé un chemin à travers les champs de mines, il entre en contact avec un grand sous-marin japonais au large de l'île de Cabre. Cependant, l'ennemi a rapidement disparu dans les profondeurs et aucune attaque n'a pu être menée. Apercevant deux cibles indésirables les jours précédents, ce n'est que le 2 janvier 1942 que SAILFISH entre en contact avec un navire de taille suffisante. Cependant, ce navire ennemi a été pisté puis visé, en raison de la trajectoire radicale en zigzag sur laquelle se trouvait la cible, les torpilles ont raté et la cible est passée hors de vue.

Elle a continué à patrouiller dans sa région de Taiwan et le 26 janvier en patrouillant de Cape St. Augustine, elle est entrée en contact avec un croiseur ennemi, qui était à une trop grande distance pour être attaqué. Cependant, SAILFISH s'est dirigé vers l'ouest pour intercepter tous les navires que les Japonais auraient pu escorter. Le lendemain à 7 h 21, trois navires de ravitaillement ennemis ont été aperçus, mais le sous-marin n'a pas pu réduire la distance.

Tout en suivant les navires de ravitaillement, un croiseur ennemi et deux destroyers ont été aperçus et suivis. En se rapprochant, SAILFISH s'est mis en position, la cible étant le croiseur japonais, et a tiré une série de quatre missiles sur elle. Le sous-marin chercha alors les profondeurs "réconfortantes" et gréa pour une attaque de grenades sous-marines. Une explosion de torpille fut entendue, mais les dommages subis par le navire ennemi n'étaient pas visibles, car les destroyers japonais étaient maintenant les chasseurs. L'un des destroyers savait évidemment où elle se trouvait, et a continué à « renifler » dans sa direction, mais pour une raison inconnue, aucune grenade sous-marine n'a été larguée.

SAILFISH a couru à 260 pieds pendant la recherche du destroyer ennemi, et après trois heures, il est arrivé à la profondeur du périscope pour trouver l'horizon dégagé.

En février, alors qu'il transitait par le détroit de Peleng, un navire marchand ennemi a été aperçu, suivi et attaqué, mais aucun coup n'a été marqué. Au cours des derniers jours de la patrouille, il établit peu de contacts et, le 14 février, il prend rendez-vous avec un navire-station et entre à Tjilatjap, Java, achevant ainsi sa patrouille de Seconde Guerre.

Après un court carénage, le SAILFISH est devenu en route le 19 février pour sa troisième patrouille de guerre au nord de la barrière malaise et après avoir transité par le détroit de Lombok et le détroit d'Alas, il est entré dans sa zone de patrouille assignée.

Le 28 février à 03h30, le SAILFISH est entré en contact avec un croiseur et deux destroyers et a commencé à le suivre. Cependant, à l'approche, aucune attaque n'a été lancée car la silhouette du croiseur ressemblait à l'USS HOUSTON, et il a ensuite été supposé qu'il s'agissait de la force alliée de l'amiral Doorman, de la marine néerlandaise, partant de la bataille de la mer de Java, vers le détroit de Soenda d'où les navires jamais revenu.

Poursuivant sa patrouille, SAILFISH a aperçu un destroyer ennemi le 2 mars, a manœuvré en position et a envoyé une paire de missiles au DD. Aucun coup sûr n'a été marqué et les sous-marins ont cherché les profondeurs. Aucune charge de profondeur n'était à venir. Cependant, peu de temps après, elle a été soumise à un bombardement par un avion ennemi. Quatre heures plus tard, elle est arrivée à la profondeur du périscope et a constaté que le navire et les avions japonais avaient dégagé la zone.

Cette nuit-là, alors qu'il se dirigeait vers le sud-ouest, le SAILFISH est entré en contact avec un porte-avions japonais escorté par quatre destroyers et a commencé à le suivre. Le fait que l'ennemi était au courant de la présence du sous-marin a été prouvé lorsque l'ennemi a commencé à larguer des grenades sous-marines. Cependant, SAILFISH ne devait pas être effrayé loin d'une cible aussi lucrative. Il s'est mis en position à 20 h 59 et a tiré une série de quatre torpilles sur le porte-avions. Deux coups ont été marqués sur la cible et des flammes ont jailli à 150 pieds du navire en train de couler.

Le raider sous-marin a rapidement plongé profondément, a commencé à courir silencieusement et gréé pour une attaque de grenade sous-marine. Les destroyers japonais ont ensuite effectué une attaque de charge de département très précise, larguant huit charges extrêmement proches à bord (de 100 à 200 mètres), mais celles-ci ont causé peu de dégâts. Le SS 192 a dégagé la zone et a fait surface après ne pas avoir entendu l'escorte ennemie pendant trois heures.

SAILFISH, de toute évidence, faisait maintenant l'objet d'une recherche intense par les Japonais, car les jours suivants, il aperçut de nombreux destroyers ennemis "reniflant" autour d'elle, et fut soumis à une autre attaque féroce de grenades sous-marines trois jours plus tard.

Au cours de la dernière partie de sa patrouille, le SAILFISH est entré en contact avec les navires ennemis, mais n'a pas pu attaquer. Le sous-marin s'est rendu à Fremantle, en Australie, où il est arrivé le 19 mars, mettant ainsi fin à une patrouille très réussie.

Achevant son carénage, le SAILFISH quitte Fremantle le 13 juin, en route vers sa cinquième patrouille de guerre. Elle a procédé par le Détroit de Lombok, le Détroit de Macassar, le Passage de Sibutu et le Passage de Balabac, arrivant dans sa zone de patrouille assignée le 29 juin.

SAILFISH a continué à patrouiller dans sa région, et le 4 juillet, il a aperçu, suivi et pris position pour attaquer, seulement pour découvrir que la cible était un navire-hôpital ennemi. Le 9 juillet, alors qu'il patrouillait au large de la côte indochinoise, il est entré en contact avec un cargo ennemi (environ 7 000 tonnes) et a commencé à le pister. SAILFISH s'est mis en position et a tiré une série de torpilles sur la cible. Le premier missile a marqué un coup et immédiatement le cargo a pris une gîte de 1500 à tribord. Peu de temps après, SAILFISH a plongé alors qu'une série d'explosions a été entendue d'une origine inconnue (il n'y avait aucun autre navire ou avion à proximité). On pense que le cargo a coulé peu de temps après car aucun bruit de vis n'a été détecté après l'impact et après avoir fait surface une heure et demie après l'attaque, il n'était pas en vue.

SAILFISH dégage alors la zone et poursuit sa patrouille, prenant contact avec un seul navire ennemi, avant de s'arrêter à Fremantle le 1er août 1942, à la fin de sa patrouille.

Le sous-marin s'est déplacé de Fremantle à Albany, Australie, pour son radoub et le 28 août, avec son radoub terminé, elle a fumé d'Albany en route vers Brisbane. Le SS 192 y est arrivé le 7 septembre et le 13, il est parti pour la région de Buin-Faisi, aux Îles Salomon, pour sa sixième patrouille de guerre.

Le raider sous-marin a contacté deux destroyers japonais le 17 septembre et en faisant son approche, six autres destroyers ennemis ont été aperçus. Aucune attaque n'a été tentée. À 10 h 35 le lendemain matin, le contact a été établi avec huit destroyers et un croiseur, et encore une fois, aucune attaque n'a été tentée contre de telles probabilités suicidaires,

Le 19, le contact est établi avec un mouilleur de mines ennemi qui est traqué et attaqué. SAILFISH a tiré une série de trois torpilles, qui ont raté, puis le sous-marin a plongé profondément et gréé pour des grenades sous-marines. Onze charges précises ont été larguées par le mouilleur de mines ennemi, causant de nombreux dégâts mineurs.

SAILFISH a continué à patrouiller dans sa région, et au cours de cette patrouille, elle a noué de nombreux contacts. Cependant, en raison des probabilités écrasantes et du mauvais temps, aucune attaque n'a été possible. SAILFISH a amarré à Brisbane, Australie à 0900 le 1 novembre, accomplissant sa sixième patrouille.

Son carénage terminé, SAILFISH est devenu en route le 24 novembre en route vers la côte sud de la Nouvelle-Bretagne pour sa septième patrouille de guerre. Elle a fait sa première attaque le 2 décembre, tirant une propagation de torpilles sur un destroyer ennemi. Aucun coup n'a été marqué, et elle a ensuite été soumise à des grenades sous-marines qui n'ont fait aucun dommage.

Aucun contact avec l'ennemi n'a été établi jusqu'au 24 décembre, lorsqu'à 23 h 45, un sous-marin ennemi a été aperçu. Tôt le matin de Noël, le sous-marin ennemi a été approché, une paire de torpilles a tiré, marquant un coup direct. Le sous-marin ennemi a été coulé.

Le 30 décembre, le SAILFISH a mené deux attaques infructueuses contre (1) un cargo ennemi et (2) un destroyer, et après la dernière attaque, il a été soumis à des charges de profondeur intensives. Elle a continué sa patrouille, cependant et a navigué peu de temps après vers Pearl Harbor, en arrivant là à 1200 le 15 janvier 1943. Ainsi, en complétant sa septième patrouille.

Cinq jours plus tard, SAILFISH a mis le cap sur le chantier naval de Mare Island, où il est arrivé le 27. À l'île de Mare, elle a subi une révision majeure et le 22 avril 1943, elle est devenue en route, en arrière à Pearl Harbor. À son arrivée là-bas, le 30 avril, il est réaménagé et, après une période d'entraînement, il quitte le port, en direction de sa patrouille de guerre des huit, le 17 mai.

Elle est arrivée aux Îles Midway le 21 mai, pour le ravitaillement et les provisions. Elle est partie le même jour. Arrivé dans sa nouvelle zone, SAILFISH établit de nombreux contacts avec l'ennemi. Le 15 juin, au sud de Todo Saki, deux grands navires ennemis ont été aperçus et suivis.

Les cibles ennemies étaient alignées, SAILFISH a fait son approche sur le navire de tête, cependant, le navire a soudainement tourné, rendant une attaque impossible. SAILFISH a plongé, a traversé la voie du navire de tête, et est venu en position pour tirer sur le deuxième navire. Elle a marqué un coup direct. SAILFISH a ensuite plongé, gréé pour l'attaque de grenades sous-marines. 36 grenades sous-marines ont été larguées. SAILFISH a dégagé la zone en toute sécurité.

Les 23 et 24 juin, des cibles ennemies ont été aperçues, mais aucune attaque n'a été portée aux manœuvres radicales des navires ennemis. Cependant, le 25 juin, trois cargos avec un avion et un navire d'escorte sont apparus et SAILFISH s'est approché. En position de tir, le sous-marin a tiré sur le navire de tête, un cargo ennemi souhaitable, marquant un coup direct. Elle a plongé immédiatement et a été attaquée par les escortes du convoi, et 26 grenades sous-marines ont été larguées. Une heure après que la dernière grenade sous-marine a été entendue, SAILFISH a fait surface au niveau du périscope et un seul navire d'escorte a été aperçu. Plongeant à nouveau, l'escorte ennemie largue 71 grenades sous-marines, ne causant que des dommages mineurs au sous-marin.

Elle est arrivée à Mi-chemin le 3 juillet, en concluant sa huitième patrouille. Complètement réaménagé, le sous-marin a quitté Midway le 25 juillet pour sa neuvième patrouille de guerre.

SAILFISH a traversé les îles de Bonins, Nansei Shoto, Tokumo Shima et entre Yoron Shima et Okinoyerabu, jusqu'à sa nouvelle zone de patrouille, au large du détroit de Formose. Elle a établi plusieurs contacts mineurs et s'est rendue dans la région d'Okinawa Gunto, puis à Nakagusu. Elle est revenue alors aux Îles de Milieu le 16 septembre, a transféré ses torpilles à USS SPERRY et a mis les voiles pour le Port de Perle. Elle est arrivée le 20 septembre, concluant sa neuvième patrouille de guerre. Tous les contacts qu'elle a établis lors de cette dernière patrouille étaient des escarmouches mineures sans conséquence majeure.

Une fois de plus réaménagé et prêt à partir, le SAILFISH a quitté Pearl Harbor le 17 novembre, entrant dans sa dixième patrouille de guerre. Elle est arrivée à Mi-chemin le 21 novembre, a ravitaillé et approvisionné et est partie le même jour. À 23 h 48 le 3 décembre, par temps de typhon, elle est entrée en contact avec un navire ennemi et a commencé à le suivre. SAILFISH, à la poursuite du navire ennemi, a rencontré plusieurs autres, et la méthode d'attaque originale a été abandonnée principalement en raison de conditions météorologiques difficiles et d'une mer agitée. Les navires ennemis, il a été déterminé, étaient un groupe rapide de monomanie composé d'un porte-avions, d'un croiseur et de destroyers.

À 0012, le 4 septembre, elle a choisi la plus grande cible, le transporteur et a tiré une propagation de quatre torpilles marquant deux coups directs. Immédiatement poursuivi par les escortes ennemies, SAILFISH a plongé et a compté 18 grenades sous-marines lancées sur elle. En raison des cibles lucratives, le sous-marin a plané près de la zone. Après le feu ennemi, se rapprochant inconfortablement de leur cible, les grenades sous-marines se sont calmées. A 07h48, à la profondeur du périscope, SAILFISH a aperçu la cible évasive. Il semble que l'équipage du porte-avions abandonne le navire. Le porte-avions gîtait à bâbord et descendait légèrement à l'arrière. À 9 h 40, trois autres torpilles ont été tirées sur le porte-avions à une distance de 1 700 mètres, marquant deux coups directs. Cette fois, il n'y avait aucune question sur les résultats - de forts bruits de rupture ont été entendus et des bruits d'explosions.

Encore une fois, SAILFISH a été soumis à une attaque anti-sous-marine intensifiée par l'escorte ennemie. Elle a repéré un croiseur de classe Takao, plusieurs destroyers, à la profondeur du périscope, et à nouveau SAILFISH a plongé profondément, gréé pour une autre attaque de grenades sous-marines. De 9 h 40 à 13 h 30, il subit une attaque anti-sous-marine. Enfin, SAILFISH a fait surface à la profondeur du périscope pour inspecter la zone, notant le départ des navires d'escorte. Elle a ensuite mis les voiles pour sa prochaine zone de patrouille assignée.

Le 7 décembre, SAILFISH a été soumis à un bombardement d'avions ennemis, ce qui a entraîné des dommages mineurs et superficiels. Elle a été prise par surprise, cependant, le sous-marin s'est dirigé vers son rendez-vous. À 11 h 54, le 13, il entre en contact avec deux cargos ennemis, avec escorte. SAILFISH a commencé le suivi.

Elle a tiré quatre torpilles sur les deux cargos qui se chevauchaient. Elle a plongé profondément et a entendu les explosions alors que les torpilles touchaient leurs cibles, et un son était un double rapport, ce qui signifiait une explosion intérieure du cargo ennemi.

À la poursuite de l'escorte ennemie, SAILFISH a échappé au martèlement des grenades sous-marines. Le lendemain matin à 01h25, le sous-marin a fait surface et a recommencé à se rapprocher du convoi japonais. À 02h45, le SS 192 a noté des escortes ennemies supplémentaires, et d'où elles venaient pour rejoindre le convoi d'origine est une question de spéculation. En raison des risques de suicide, le sous-marin a nettoyé la zone.

Plus tard dans la soirée du 20 décembre, le SAILFISH est entré en contact avec un autre convoi japonais, composé de six cargos lourdement chargés avec deux destroyers. Elle a commencé à suivre immédiatement. C'était déchirant d'avoir de telles cibles de choix, et ironiquement avec seulement cinq torpilles à bord. Cependant, SAILFISH a choisi la plus grande cible et, à 11 h 33, elle s'est mise en position de tir, tirant trois tubes, marquant une cible directe.

Les destroyers d'escorte ont poursuivi le sous-marin et, dans un effort futile pour "tuer" SAILFISH, ont échoué dans leur bombardement de grenades sous-marines. Le sous-marin a fait surface, a effectué une recherche, mais n'a pas réussi à trouver le convoi. Elle a continué sa patrouille jusqu'au 23 décembre 1943, puis a mis les voiles, une fois de plus, pour Pearl Harbor via Midway. Elle a terminé sa dixième, et la plus réussie, patrouille de guerre.

De Pearl Harbor, SAILFISH est retourné sur le continent, à San Francisco, et pendant la période entre le 15 janvier et le 17 juin, le navire a été complètement révisé. Ses cicatrices de bataille enlevées, elle était équipée de la tige à la poupe. Elle est revenue alors à Pearl Harbor le 9 juillet 1944. Elle a navigué avec USS BILLFISH et GREENLING. Elle a quitté Pearl Harbor pour entrer dans sa onzième patrouille de guerre dans la région au sud de Formosa et au nord de Luzon.

Elle a amarré à Midway le 13 juillet et la "meute de loups" de trois sous-marins est partie le lendemain. Après plusieurs rencontres improductives avec l'ennemi, n'apercevant qu'une seule petite embarcation ennemie, le contact est finalement établi avec un convoi à 14 h 30 le 7 août. Après avoir suivi le convoi pendant plus de trois heures, SAILFISH s'est mis en position de tir, envoyant une propagation de trois torpilles vers son objectif, un pétrolier à une seule pile. Les torpilles étaient sur la cible et ont coulé le navire. SAILFISH, intrépide par la mort, a poursuivi les navires restants du convoi. GREENLING, avait manifestement éliminé un autre navire du convoi. Cependant, le convoi a été perdu de vue.

À 00h29 le 18 août, un contact radar a été établi avec des navires ennemis, SAILFISH a poursuivi et a commencé le suivi. Le convoi ennemi était composé d'un cuirassé japonais et de trois navires d'escorte. SAILFISH s'est rapproché du cuirassé. À 0135, elle était en position de tir à une distance de 3 600 yards. Le sous-marin a tiré quatre torpilles. Un navire d'escorte s'est retrouvé sur la trajectoire des missiles et a reçu deux des torpilles - elle a coulé immédiatement. Le cuirassé est sorti indemne. Elle a immédiatement plongé pour la charge de profondeur - aucune n'a été disponible, cependant. Faisant surface, le sous-marin a été distancé par le navire de surface plus rapide. Le radar du SAILFISH a établi un contact radar avec un autre convoi et à 02h45 le 24 août, il s'est approché de sa cible. Ce convoi était composé de quatre navires ennemis, escortés par deux petites embarcations de patrouille. On pense que l'USS BILL-FISH a également participé à l'attaque.

De nouveau au niveau du périscope, SAILFISH s'est rapproché du deuxième cargo, et à 4 h 46, il a gagné sa position de tir, un écart de quatre torpilles. Elle a marqué deux coups directs. Le sous-marin a ensuite dégagé la zone d'attaque.

Le 6 septembre 1944, à 12 h 15, SAILFISH est retourné vers Midway, achevant ainsi sa onzième patrouille de guerre. Après son carénage, le 26 septembre, avec l'USS POMFRET et le PARCHE, ils ont navigué vers la région de Formosa et Luzon, sa douzième patrouille de guerre.

Traversant un typhon, SAILFISH a atteint sa destination. Tandis qu'au sud de Formosa, le 12 octobre, elle a sauvé onze Aviateurs de Marine qui, étant incapables d'atteindre leurs porte-avions, avaient abandonné leurs avions frappés après avoir fait des grèves sur Formosa. Ce jour-là, ses canons ont coulé un sampan et endommagé un remorqueur japonais, alors que les navires ennemis tentaient de le battre jusqu'à un radeau de sauvetage transportant des aviateurs survivants. Le lendemain, un autre pilote a été secouru et, peu de temps après, son émetteur radio est tombé en panne.

SAILFISH prend alors contact avec le sous-marin PARCHE et se dirige vers Saipan pour débarquer les aviateurs secourus, et effectuer des réparations, y s'amarrant le 24 octobre. Après un faux départ le 28, le raider sous-marin, réparations terminées, s'éloigna en compagnie des USS PARCHE et POMFRET, sortit de Saipan pour poursuivre sa patrouille le lendemain. Puis, à 0304 le 3 novembre, SAILFISH est entré en contact avec un convoi ennemi. Le convoi se composait d'un grand transport, d'un cargo et de quatre navires d'escorte. Le sous-marin s'est rapproché de la position de tir.

À 4 h 02, le SAILFISH a tiré une série de quatre torpilles depuis ses nids d'étrave sur le transport qui chevauchait l'une des escortes. À la dernière minute, cependant, le transport a fait demi-tour et les torpilles ont raté leur cible. SAILFISH a plongé profondément, poursuivi par les escortes. Ils ont largué sept grenades sous-marines. Une heure après la dernière charge, le sous-marin a fait surface pour trouver la zone dégagée. Elle s'est ensuite dirigée vers Sabtang Channel.

Le lendemain à 8 h 22, un contact a été établi avec un groupe de sept navires « tueur » de patrouilleurs ennemis, ce qui a été facilement évité. À 15 h 44, ce groupe a été recontacté et SAILFISH a tiré quatre torpilles sur l'un des destroyers ennemis qu'elle fermait, marquant deux coups qui ont fait sauter le destroyer hors de l'eau. Le sous-marin a ensuite déplacé son objectif vers le deuxième destroyer, qui filait au secours de sa cohorte sinistrée, et a tiré trois missiles depuis ses nids arrière.

Un coup a été entendu sur la deuxième cible, qui a semblé couler également. Peu de temps avant et après avoir tiré sur le deuxième navire, plusieurs bombes ont atterri à proximité. SAILFISH est allé en profondeur et en descendant l'inondation et un incendie a été découvert dans sa chambre après les torpilles, causé par les dommages causés par les bombardements de l'ennemi à un évent de torpille qui a refusé de se fermer. L'équipage travaillant comme une seule unité, l'incendie a été rapidement éteint, l'inondation s'est arrêtée et le navire a été ramené à la quille.

SAILFISH, avec le groupe « tueur » ennemi toujours à la recherche, a réussi à dégager la zone par de brillantes manœuvres. En faisant surface à 23 h 40, une inspection du dessus a révélé un « string » japonais sur son gaillard d'avant et une paire de pantalons japonais accrochés à son canon avant. Le SS 192 a ainsi prétendu être le premier sous-marin à non seulement attraper un « Jap » avec son pantalon baissé, mais aussi à le retirer.

Les 9 et 10 novembre, le sous-marin a traversé un typhon modéré, et à 18 h 05, le 24 novembre, il est entré en contact avec un convoi ennemi, composé de quatre cargos en colonne avec quatre escortes, se dirigeant vers l'abri au large d'Itbayat.

SAILFISH a contacté POMFRET par radio et lui a donné la position des cibles, et après plus de deux heures de poursuite, alors qu'il se rapprochait, l'une des escortes ennemies s'est soudainement éloignée de la colonne et s'est dirigée directement vers elle. Le sous-marin a tiré un coup de feu à trois torpilles sur l'escorte, et deux coups ont apparemment été marqués sur la cible alors que son pépin disparaissait de l'écran radar et que de la fumée était observée sur la cible. Cependant, le sous-marin a reçu une sacrée surprise, lorsqu'en se balançant pour attaquer les cargos, l'escorte dont le pépin avait disparu de l'écran, a commencé à lâcher avec ses canons de pont avant.

L'escorte a marqué un coup à proximité et l'immersion a été retardée jusqu'à ce qu'il soit établi que le sous-marin n'avait subi aucun dommage. SAILFISH est allé en profondeur, et peu de temps après, six grenades sous-marines assez proches l'ont forcé à s'enfoncer plus profondément, mais n'ont causé aucun dommage. Trois jeux de vis ont maintenant été ramassés sur l'équipement sonore - tous chassant le SAILFISH -, et bien que le sous-marin soit silencieux, l'ennemi est resté en contact avec lui. Au cours de cette attaque de grenade sous-marine de quatre heures et demie, 27 autres charges ont été larguées, inconfortablement proches, et ont causé des dommages mineurs au sous-marin, ce qui a légèrement entravé son opération.

Cependant, à 0135, l'ennemi a abandonné son attaque sauvage et implacable. SAILFISH put enfin quitter la zone. Peu de temps après, elle a navigué pour Pearl Harbor via les îles Midway. Elle est arrivée à Pearl Harbor le 11 décembre, achevant ainsi sa Douzième et dernière patrouille de guerre.

Après une brève remise en état, SAILFISH se démarque de Pearl Harbor le 26 décembre 1944, en route vers New London, Connecticut, via le canal de Panama, arrivant à New London le 22 janvier 1945. Pendant quatre mois et demi, le SS 192 a servi de sous-marin d'entraînement dans la région de New London.

SAILFISH est parti de New London le 4 juin en route vers Guantanamo Bay, Cuba, où il est arrivé le 9 juin.Le sous-marin a servi dans cette région jusqu'au 9 août, date à laquelle il est parti pour Philadelphie, Pennsylvanie. Elle a accosté à Philadelphie le 14 et est restée là jusqu'au 1er octobre, quand elle a fumé pour Portsmouth, New Hampshire, en arrivant là sur le 2ème.

SAILFISH a été mis hors service à Portsmouth, ironiquement commencé le jour de la Marine, le 27 octobre 1945. Il a été désarmé au milieu de cérémonies élaborées dans sa "cour d'accueil". Pendant 27 mois, elle a été utilisée comme cible et à d'autres fins d'entraînement et devait être utilisée comme cible dans les tests de la bombe atomique. Cependant, ce plan a été abandonné. Elle a été vendue pour démantèlement et mise au rebut le 12 mars 1948. Elle a été radiée du registre des navires de la marine américaine le 30 avril 1948.

SAILFISH a reçu la Presidential Unit Citation pour sa patrouille de la dixième guerre extrêmement réussie. La citation se lit comme suit :

"Pour ses performances exceptionnelles au combat contre des forces opérationnelles et des convois escortés fortement escortés dans les eaux sous contrôle japonais pendant la patrouille réussie de la dixième guerre. Malgré des conditions météorologiques extrêmement dangereuses, le SAILFISH frappant régulièrement les convois ennemis avec précision et avec une détermination agressive, a complètement détruit quatre importants ennemis navires et infligé de lourds dommages à un autre. La superbe efficacité au combat et la préparation au combat du SAILFISH tout au long de cette période vitale reflètent un grand honneur pour ses vaillants officiers et hommes et le service naval des États-Unis.

L'USS SAILFISH (SS 192) a remporté neuf étoiles de bataille sur le ruban de service de la zone Asie-Pacifique, pour avoir participé aux opérations suivantes :

Opération Star/Philippine Islands (y compris Guam et d'autres opérations simultanées de la flotte asiatique) - du 8 décembre 1941 au 6 mai 1942.

Évaluation des étoiles/sous-marins - 24 décembre 1942.

Opération Star/Leyte - 10 octobre au 16 décembre 1944.

Patrouille de guerre stellaire/sous-marine - Pacifique - 22 décembre 1941 au 14 février

1942. Star/Submarine War Patrol - Pacifique - 19 février au 19 mars

1942. Star/Submarine War Patrol - Pacifique - 13 juin au 1er août 1942.

Star/Submarine War Patrol - Pacifique - 17 mai au 3 juillet 1943.

Star/Submarine War Patrol - Pacifique - 17 novembre 1943 à janvier 1944.

Star/Submarine War Patrol - Pacifique - 9 juillet au 6 septembre 1944.

Déplacement : 1 475 tonnes
Armement : Une batterie de calibre .50 de 3 pouces et huit tubes lance-torpilles de 21 pouces.
Longueur (hors tout) : 310 pi
Faisceau : 27 pi
Complément : 82 Officiers et hommes.
Vitesse de surface : 20 nœuds


Contenu

Le 12 mai, suite à une révision du chantier, Squalus a commencé une série de plongées d'essai au large de Portsmouth, New Hampshire. Après avoir effectué avec succès 18 plongées, il est redescendu au large des îles de Shoals le matin du 23 mai à 42°53′N 70°37′W  /  42.883°N 70.617°W  / 42.883 -70.617 . La défaillance de la soupape d'admission principale a provoqué l'inondation de la salle des torpilles arrière, des deux salles des machines et des quartiers de l'équipage, noyant immédiatement 26 hommes. L'action rapide de l'équipage a empêché l'inondation des autres compartiments. Squalus fond dans 243 & 160 pieds (74 & 160 m) d'eau. Γ]

Squalus était initialement localisé par son navire jumeau, le chabot. Les deux sous-marins ont pu communiquer à l'aide d'une bouée de repère téléphonique jusqu'à ce que le câble se sépare. Plongeurs du navire de sauvetage sous-marin Faucon a commencé les opérations de sauvetage sous la direction de l'expert en sauvetage et sauvetage, le lieutenant-commandant Charles B. « Swede » Momsen, en utilisant la nouvelle chambre de sauvetage McCann. Le médecin-chef pour les opérations était le Dr Charles Wesley Shilling. Supervisés par le chercheur Albert R. Behnke, les plongeurs ont utilisé des programmes de plongée héliox récemment développés et ont réussi à éviter les symptômes de déficience cognitive associés à de telles plongées profondes, confirmant ainsi la théorie de Behnke sur la narcose à l'azote. Les plongeurs ont pu sauver les 33 membres d'équipage survivants du sous-marin coulé. Quatre plongeurs enrôlés, le chef machiniste William Badders, le chef de manœuvre Orson L. Crandall, le chef métallurgiste James H. McDonald et le chef torpilleur John Mihalowski, ont reçu la médaille d'honneur pour leur travail lors du sauvetage et du sauvetage ultérieur. (Le sauvetage réussi de Squalus survivants contraste fortement avec la perte de Thétis à Liverpool Bay juste une semaine plus tard. ⎖])

Les autorités de la marine ont estimé qu'il était important de l'élever alors qu'elle incorporait une succession de nouvelles caractéristiques de conception. Avec une enquête approfondie sur les raisons de son naufrage, une plus grande confiance pourrait être placée dans la nouvelle construction, ou la modification des conceptions existantes pourrait être entreprise au moment le moins cher et le plus efficace pour le faire. De plus, étant donné des accidents antérieurs similaires survenus dans Esturgeon et vivaneau (en effet, dans S-5, dès 1920), il fallait déterminer une cause.

SS-192 en cale sèche après récupération.

Le sauvetage de Squalus était commandé par le contre-amiral Cyrus W. Cole, commandant du chantier naval de Portsmouth, qui supervisait l'officier de sauvetage, le lieutenant Floyd A. Tusler du Corps de construction. Le plan de Tusler était de soulever le sous-marin en trois étapes pour l'empêcher de monter trop rapidement, hors de contrôle, avec une extrémité vers le haut, auquel cas il y aurait une forte probabilité qu'il coule à nouveau. ⎘] Pendant 50 jours, les plongeurs ont travaillé pour faire passer des câbles sous le sous-marin et attacher des pontons pour la flottabilité. Le 13 juillet 1939, la poupe a été relevée avec succès, mais lorsque les hommes ont tenté de libérer la proue de l'argile bleue dure, le navire a commencé à monter beaucoup trop rapidement, faisant glisser ses câbles. S'élevant verticalement, le sous-marin a fait surface et 30 pieds (10 & 160 m) de la proue se sont levés dans les airs pendant pas plus de dix secondes avant que le navire ne coule à nouveau jusqu'au fond. « Les pontons ont été brisés, les tuyaux coupés et je pourrais ajouter, les cœurs ont été brisés ». ⎚] Après 20 jours supplémentaires de préparation, avec un ponton et une disposition des câbles radicalement repensés, le prochain ascenseur a été un succès, tout comme deux autres opérations. Squalus a été remorqué dans Portsmouth le 13 septembre et désarmé le 15 novembre. Au total, 628 plongées ont été effectuées dans le cadre d'opérations de sauvetage et de sauvetage. ⎚]


Sailfish I SS-192 - Histoire

A 08h40 le 23 mai 1939, l'USS Squalus commençait tout juste une plongée d'essai dans l'Atlantique, non loin de Portsmouth, New Hampshire. Tout indiquait que tout était prêt pour une plongée en toute sécurité. Cependant, juste après sa submersion, les salles des machines ont commencé à être inondées - d'une manière ou d'une autre, la soupape d'admission principale, une grande ouverture qui acheminait l'air vers les moteurs en surface, s'était ouverte. Rapidement, les compartiments arrière du sous-marin se sont remplis d'eau, noyant 26 hommes là-bas, et Squalus s'est installé au fond, à 243 pieds de profondeur. Dans les compartiments avant, fermés par des portes étanches, 33 hommes sont restés en vie. Leur commandant, le lieutenant Oliver F. Naquin, a commencé à planifier sa survie. Étant donné que la profondeur et la température de l'eau rendaient l'ascension du "Momsen Lung" autonome très dangereuse, il a choisi d'attendre le sauvetage d'en haut.

En quelques heures, d'autres navires cherchaient le Squalus disparu, malheureusement au mauvais endroit. Cependant, en début d'après-midi, une fusée de signalisation éloignée a été vue depuis un sous-marin jumeau, l'USS Sculpin (SS-191). La communication via la bouée de sauvetage du sous-marin coulé a été rapidement établie, et aussitôt interrompue lorsque la ligne de connexion de la bouée s'est rompue. Le remorqueur Penacook (YT-6) a passé l'après-midi et la soirée à traîner un grappin autour du site du naufrage, pour finalement accrocher ce que toutes les mains espéraient être Squalus . Pendant ce temps, une équipe de plongeurs de Washington, DC, leur chef, le lieutenant-commandant Charles B. Momsen, et le navire de sauvetage sous-marin Falcon (ASR-2) se précipitaient vers le nord en direction de Portsmouth. Falcon transportait plus de plongeurs et une chambre de sauvetage McCann, une grande cloche de plongée spécialement conçue pour une telle urgence.

Le Falcon s'est amarré au-dessus du contact du Penacook le matin du 24 mai. Les plongeurs confirmèrent bientôt que le contact était bien le Squalus. Au cours de l'après-midi et en début de soirée, la chambre de sauvetage a effectué trois allers-retours relativement doux vers le sous-marin coulé, amenant 25 hommes. Un seul voyage de plus finirait le sauvetage de tous ceux que l'on sait être vivants. Peu avant 20 heures, avec l'équipage du Chief Torpedoman's Mate John Mihalowski et du Chief Metalsmith James H. McDonald, la chambre de sauvetage a récupéré les huit derniers survivants de Squalus, dont le lieutenant Naquin, et a commencé son ascension. Alors qu'il était encore à 160 pieds de profondeur, son câble de guidage s'est coincé et la chambre a dû retourner au Squalus.

Au cours des quatre heures suivantes, alors que les problèmes se succédaient et que les plongeurs travaillaient héroïquement pour effectuer des réparations, la chambre était en danger imminent de catastrophe, risquant la vie de ses dix occupants. Cependant, avec une manipulation prudente, il a refait surface en toute sécurité peu après minuit le 25 mai. Au cours de cette journée, les plongeurs et l'équipage de la chambre de sauvetage ont fait des voyages plus difficiles jusqu'au Squalus, déterminant qu'aucun autre membre d'équipage n'était resté en vie à son bord. La mission de sauvetage historique, la première entreprise de ce type dans l'histoire du monde, et menée à une époque où les technologies de localisation d'objets sous-marins, de communications et de plongée en eau profonde en étaient à leurs balbutiements, a été un succès.

Cette page présente toutes les opinions que nous avons concernant le sauvetage des survivants après le naufrage de l'USS Squalus le 23 mai 1939.

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Opérations de sauvetage de l'USS Squalus (SS-192), mai 1939

L'USS Wandank (AT-26), à gauche, et l'USS Falcon (ASR-2) amarrés au-dessus du Squalus coulé, lors d'opérations de sauvetage, vers le 24 mai 1939.
La chambre de sauvetage McCann, qui a mis 33 membres d'équipage du sous-marin en sécurité, est visible sur le pont arrière du Falcon.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 77 Ko 740 x 565 pixels

Opérations de sauvetage de l'USS Squalus (SS-192), mai 1939

McCann Rescue Chamber dans l'eau aux côtés de l'USS Falcon (ASR-2) lors du sauvetage de 33 hommes encore vivants et piégés dans le sous-marin coulé Squalus, au large de la côte du New Hampshire, vers les 24-25 mai 1939.
Le sous-marin a coulé lorsque la soupape d'admission principale dans la salle des machines est restée en position ouverte, l'inondant après les compartiments lorsqu'elle a été submergée.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Image en ligne : 137 Ko 740 x 610 pixels

Dessin en coupe de l'appareil utilisé pour sauver 33 membres d'équipage du sous-marin coulé USS Squalus (SS-192) en mai 1939.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Image en ligne : 159 Ko 600 x 765 pixels

Opérations de sauvetage de l'USS Squalus (SS-192), mai 1939

Le garde-côte américain Harriet Lane débarquant les neuf premiers survivants de Squalus au chantier naval de Portsmouth, Kittery, Maine, le 24 mai 1939.
Certains des survivants sont visibles au centre, enveloppés dans des couvertures. Ils avaient été récupérés du sous-marin coulé par une chambre de sauvetage McCann déployée à partir de l'USS Falcon (ASR-2). Le Squalus avait coulé dans l'Atlantique, au large de Portsmouth, la veille.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Image en ligne : 87 Ko 740 x 525 pixels

Opérations de sauvetage de l'USS Squalus (SS-192), mai 1939

Commandant de Squalus, le lieutenant Oliver F. Naquin (au centre, sans chapeau, vêtu d'un pantalon kaki), avec d'autres survivants à bord du garde-côte Harriet Lane, à destination du chantier naval de Portsmouth, Kittery, Maine, après leur sauvetage, 25 mai 1939 .


Sailfish I SS-192 - Histoire

L'USS Squalus, un sous-marin de la classe Sargo de 1450 tonnes, a été construit au chantier naval de Portsmouth, à Kittery, dans le Maine. Mis en service en mars 1939, il effectuait des plongées d'essai au large de la côte du New Hampshire le 23 mai lorsque la vanne d'induction principale ne s'est pas fermée, l'inondant après les compartiments. Squalus a coulé au fond de la mer, à plus de 200 pieds sous la surface. Après les efforts héroïques des plongeurs de la Marine, dirigés par le commandant Charles B. Momsen, ses 33 membres d'équipage survivants ont été secourus les 24 et 25 mai 1939. Le sous-marin a été récupéré dans un effort tout aussi dramatique au cours de l'été 1939. Désarmé, réparé et renommé Sailfish , il est remis en service en mai 1940.

Après les opérations initiales dans l'Atlantique, Sailfish a été transféré dans le Pacifique au début de 1941 et est ensuite allé opérer dans les eaux asiatiques. Avec le déclenchement de la guerre avec le Japon en décembre 1941, elle a effectué trois patrouilles de guerre depuis les Philippines et Java, puis a déplacé sa base en Australie, d'où elle a effectué quatre autres patrouilles de mars 1942 à janvier 1943. Après une révision, Sailfish est allé à Pearl Harbor, à partir duquel elle a opéré pour le reste de sa carrière de combat. De mai 1943 à décembre 1944, elle a mené cinq autres patrouilles de guerre. Au cours de ses douze patrouilles, le Sailfish a coulé sept navires japonais, dont le porte-avions d'escorte Chuyo, totalisant plus de 40 000 tonnes et a reçu la Presidential Unit Citation.

En janvier 1945, le Sailfish retourna dans l'Atlantique, où il effectua des tâches d'entraînement pendant le reste de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été désarmée en octobre 1945 et assignée pour être dépensée comme cible. Cependant, il n'a pas été utilisé à cette fin et a été vendu à la casse en juin 1948.

Cette page présente des vues ou fournit des liens vers l'USS Squalus et le Sailfish, y compris des images du sauvetage de l'équipage de Squalus et de son sauvetage en 1939.

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Aménagement, au chantier naval de Portsmouth, Kittery, Maine, 5 octobre 1938.

Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 79 Ko 740 x 595 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Photographie d'époque de 1939, largement utilisée pour représenter Squalus au moment de son naufrage en mai de la même année.
Il s'agit en fait d'une photo de l'USS Salmon (SS-182), retouchée pour changer le numéro de côté de Salmon ("S1") en celui de Squalus ("S11"). Voir la photo # NH 63417 pour l'image originale non retouchée.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 112 Ko 740 x 605 pixels

Au large du Mare Island Navy Yard, Californie, 13 avril 1943.

Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 58 Ko 740 x 600 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Au large du Mare Island Navy Yard, Californie, 13 avril 1943.

Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 58 Ko 740 x 625 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Opérations de sauvetage de l'USS Squalus (SS-192), mai 1939

L'USS Wandank (AT-26), à gauche, et l'USS Falcon (ASR-2) amarrés au-dessus du Squalus coulé, lors d'opérations de sauvetage, vers le 24 mai 1939.
La chambre de sauvetage McCann, qui a mis 33 membres d'équipage du sous-marin en sécurité, est visible sur le pont arrière du Falcon.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 77 Ko 740 x 565 pixels

Opérations de sauvetage de l'USS Squalus (SS-192), mai 1939

Le commandant de Squalus, le lieutenant Oliver F. Naquin (au centre, sans chapeau, portant un pantalon kaki), avec d'autres survivants à bord du garde-côte Harriet Lane, à destination du chantier naval de Portsmouth, Kittery, Maine, après leur sauvetage, le 25 mai 1939 .

Avec l'aimable autorisation de Ted Stone, 1977.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 118 Ko 740 x 620 pixels

Récupération de l'USS Squalus (SS-192), 1939

Des pontons de sauvetage près de l'USS Falcon (ASR-2), lors d'opérations de sauvetage sur le sous-marin coulé, au large de la côte du New Hampshire à l'été 1939.

Photographie officielle de la marine américaine.

Image en ligne : 94 Ko 740 x 610 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales sous le numéro de photo 428-N-1149032.

Récupération de l'USS Squalus (SS-192), 1939

La proue de Squalus fait surface alors que le personnel basé sur l'USS Falcon (ASR-2) lutte pour renflouer le sous-marin coulé, au large de la côte du New Hampshire au cours de l'été 1939.
Cela semble être l'ascenseur du 13 juillet 1939, dans lequel la proue de Squalus est remontée à la surface de manière incontrôlable puis a coulé. Si tel est le cas, les pontons de récupération à proximité incluraient les deux pontons de proue, ainsi que les deux pontons supérieurs sur la ligne de levage arrière.
Le numéro de coque du navire ("192") est peint sur sa proue.

Photographie officielle de la marine américaine.

Image en ligne : 105 Ko 740 x 605 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales sous le numéro de photo 428-N-1149026.

Les membres d'équipage posent à l'arrière de la tourelle, tandis que Sailfish était à la Naval Submarine Base, New London, Groton, Connecticut, en 1945. Son drapeau Presidential Unit Citation flotte derrière le périscope, en haut au centre.
La photo originale est datée de septembre 1945.


États-Unis Squalus SS-192

États-Unis Squalus SS-192
23 mai 1939
Dédié aux compagnons de bord qui ont perdu la vie sur le Squalus SS-192 américain au large de Portsmouth, New Hampshire
Les noms des 22 sous-mariniers de la marine américaine et des 2 travailleurs civils à bord sont inscrits.
“Marin repose votre aviron”

Les sujets. Ce marqueur historique est répertorié dans ces listes de sujets : Catastrophes &bull Military &bull Waterways & Vessels. Une date historique importante pour cette entrée est le 23 mai 1939.

Emplacement. 43° 4,942′ N, 70° 46,017′ W. Marker se trouve à Portsmouth, New Hampshire, dans le comté de Rockingham. Marker se trouve sur la route 1 Bypass près de Submarine Way, sur la droite lorsque vous voyagez vers le nord. Le marqueur est dans Albacore Memorial Park. Touchez pour la carte. Le marqueur se trouve à cette adresse postale ou à proximité : Albacore Park Road, Portsmouth NH 03801, États-Unis d'Amérique. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 8 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. Toujours en patrouille (ici, à côté de ce marqueur) U.S.S. O9 SS-70 (ici, à côté de ce marqueur) U.S.S. Albacore (à quelques pas de cette borne) Dédié aux hommes de l'USS Thresher (SSN 593) (à quelques pas de cette borne) Cimetière Nord (à environ 0,3 miles) Prince Whipple et Winsor Maffatt Requérants révolutionnaires (à environ un demi mile away) John Samuel Blunt, peintre (environ 800 mètres) Horse Chestnut (environ 800 mètres). Touchez pour une liste et une carte de tous les marqueurs à Portsmouth.

Concernant l'U.S.S.Squalus SS-192.

Sa tourelle de commandement se trouve toujours au chantier naval de Portsmouth à Kittery en mémoire de ses membres d'équipage perdus.

Regarde aussi . . . USS Sailfish (SS-192). Entrée Wikipédia. Squalus a été rebaptisé Sailfish après son sauvetage. (Soumis le 13 avril 2020, par Larry Gertner de New York, New York.)


Perspectives des opérations spéciales L'édition numérique 2019 est là !

Chambre de sauvetage aux côtés de l'USS Falcon lors du sauvetage des membres d'équipage de l'USS Squalus, mai 1939. Photo du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine

Une catastrophe navale qui s'est transformée en un sauvetage de masse a attiré l'attention du public américain alors que la nation approchait de la fin de la Grande Dépression et du début de la Seconde Guerre mondiale.

Quand le sous-marin USS Squalus (SS 192) et ses 59 membres d'équipage ont coulé au large du New Hampshire le 23 mai 1939, l'équipage lutte pour sa survie et le courage des sauveteurs a gardé les Américains à proximité de leurs cadrans radio. Avant la télévision, avant Internet, le public était captivé par des événements captivants loin sous la mer dans ce qui est devenu le plus grand sauvetage sous-marin de l'histoire des États-Unis.

Une catastrophe navale qui s'est transformée en un sauvetage de masse a attiré l'attention du public américain alors que la nation approchait de la fin de la Grande Dépression et du début de la Seconde Guerre mondiale.

Après avoir aperçu la bouée repère, le le chabotLe commandant a réussi à parler avec Naquin et à confirmer qu'il y avait des survivants, discutant même des options de sauvetage avant que le câble de communication ne se sépare. Maintenant coupé du monde d'en haut, SqualusLes survivants ont passé une nuit froide piégés à l'intérieur de leur sous-marin, commençant à souffrir des effets néfastes du chlore gazeux s'échappant du compartiment de la batterie. À présent, la nation en savait presque autant sur la tragédie que les marins de Naquin.

Squalus, du nom d'une famille de requins, était un sous-marin diesel-électrique d'avant-guerre de la classe Sargo, construit à Portsmouth, NH Navy Yard et mis en service le 1er mars 1939. Le bateau de 310 pieds déplaçait 2 350 tonnes lorsqu'il était submergé et était armé avec huit tubes lance-torpilles de 21 pouces, un canon de pont de 3 pouces et deux mitrailleuses de calibre .50. Squalus a été conçu pour voyager à une vitesse de huit nœuds lorsqu'il est immergé.

L'USS Wandank (AT 26), à gauche, et l'USS Falcon (ASR 2) amarrés au-dessus du Squalus coulé, lors d'opérations de sauvetage, le 24 mai 1939. La chambre de sauvetage McCann, qui a mis 33 membres d'équipage du sous-marin en sécurité, est visible sur Falcon’s après le pont. Photo du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine

Le lieutenant Oliver F. Naquin, le capitaine du bateau, a pris Squalus en mer pour des essais, y compris des plongées, au large de l'île de Shoals à partir du 12 mai 1939. Après 18 plongées sans incident, Squalus a effectué une plongée d'essai le matin du 23 mai avec 56 marins et trois civils à l'intérieur de sa coque en acier. Juste après que le sous-marin soit entré sous l'eau, la soupape d'admission d'air de son moteur principal est tombée en panne et de l'eau s'est déversée dans la salle des machines arrière du bateau. Le sous-marin a d'abord coulé par la poupe jusqu'au fond, s'immobilisant la quille à 60 brasses, ou 240 pieds.

Une inondation traumatisante de la partie arrière du Squalus a rapidement coûté la vie à vingt-quatre marins et deux civils. Cela a laissé trente-deux membres d'équipage et un civil lutter pour la vie dans les compartiments avant. Pour signaler leur détresse, ils ont envoyé une bouée de repérage équipée d'un câble téléphonique et ont largué des bombes fumigènes rouges à la surface.

Le 3 décembre 1944, lors d'attaques répétées de torpilles dans une tempête furieuse, Voilier a coulé le transporteur d'escorte japonais Chuyo. Dans un coup de maître d'ironie, 20 des 21 prisonniers américains à bord du porte-avions ennemi sont morts dans l'attaque, tous du sous-marin le chabot, coulé trois semaines plus tôt – le même le chabot qui avait aidé à localiser et à élever Squalus en 1939. La Marine a décerné Voilier neuf étoiles de bataille pour l'action dans la Seconde Guerre mondiale.

Une demi-douzaine de navires de la Marine et de la Garde côtière se sont précipités sur les lieux. USS le chabot (SS 191) a été chargé de rechercher le Squaluszone de plongée à la recherche de signes de son sous-marin jumeau. Un guetteur d'alerte a repéré l'une des bombes fumigènes lancées par Squalus et a signalé l'observation au Navy Yard. Tandis que le le chabot resté sur les lieux, la Marine a envoyé son unité de plongée expérimentale basée à Washington. L'histoire a immédiatement dominé la couverture des nouvelles à la radio. Plusieurs journaux ont publié des éditions “extra”.

Après avoir aperçu la bouée repère, le le chabotLe commandant a réussi à parler avec Naquin et à confirmer qu'il y avait des survivants, discutant même des options de sauvetage avant que le câble de communication ne se sépare. Maintenant coupé du monde d'en haut, SqualusLes survivants ont passé une nuit froide piégés à l'intérieur de leur sous-marin, commençant à souffrir des effets néfastes du chlore gazeux s'échappant du compartiment de la batterie. À présent, la nation en savait presque autant sur la tragédie que les marins de Naquin.

Le lendemain matin, le navire de sauvetage USS Faucon (ASR 2) est arrivé et a commencé à abaisser la nouvelle chambre de sauvetage Momsen-McCann - une cloche de plongée modifiée inventée par le Cmdr. Charles B. Momsen et amélioré par le lieutenant Cmdr. Allan Rockwell McCann. L'appareil, piloté par de courageux plongeurs sous-marins, a permis d'atteindre l'équipage.

Le garde-côte américain Harriet Lane débarquant les neuf premiers survivants de Squalus au chantier naval de Portsmouth, Kittery, Maine, le 24 mai 1939. Certains des survivants sont visibles au centre, enveloppés dans des couvertures. Ils avaient été récupérés du sous-marin coulé par une chambre de sauvetage McCann déployée à partir de l'USS Falcon (ASR 2). Le Squalus avait coulé dans l'Atlantique, au large de Portsmouth, N.H. le 23 mai. Photo du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine

En trois voyages, la chambre de sauvetage a fait remonter 26 hommes à la surface. Après de sérieuses difficultés avec des câbles emmêlés, le quatrième voyage a finalement sauvé les sept derniers survivants dans les heures sombres avant minuit le 24 mai, 39 heures après le naufrage.

Des plongeurs ont effectué une cinquième descente, particulièrement dangereuse, pour confirmer qu'il n'y avait aucun survivant dans le compartiment arrière de la salle des torpilles.

Un effort herculéen a apporté Squalus à la surface des semaines plus tard. La Marine a levé le sous-marin et l'a remorqué jusqu'à Portsmouth le 13 septembre 1939. À la suite d'une enquête sur les compartiments de la salle des machines, le bateau a été officiellement mis hors service le 15 novembre 1939.

La nation a décerné la Médaille d'honneur à quatre plongeurs de la Marine – William Badders, Orson L. Crandall, James H. McDonald et John Mihalowski – pour leur rôle dans le sauvetage de l'équipage du Squalus. Badders, qui était entré en service en 1900 et était le sauveteur principal, a accompagné Mihalowski lors de la dernière descente risquée dans la chambre Momsen pour sauver d'éventuels survivants du sous-marin inondé. Mihalowski était avec lui. Les citations de Crandall et McDonald's honorent à la fois le leadership et le dévouement au devoir dans la direction des opérations de plongée et dans la réalisation de plongées importantes et difficiles dans les conditions les plus dangereuses […] bien au-delà de l'appel du devoir ordinaire.

Le sous-marin a été renommé Voilier et remis en service en 1940. Avec son nouveau nom, il était au port de Cavite Navy Yard aux Philippines lorsque le Japon a attaqué Pearl Harboron le 7 décembre 1941. Combattant dès le premier jour de la guerre, Voilier complété une douzaine de patrouilles de guerre et coulé plus de 45 000 tonnes de navires ennemis.

Le 3 décembre 1944, lors d'attaques répétées de torpilles dans une tempête furieuse, Voilier a coulé le transporteur d'escorte japonais Chuyo. Dans un coup de maître d'ironie, 20 des 21 prisonniers américains à bord du porte-avions ennemi sont morts dans l'attaque, tous du sous-marin le chabot, coulé trois semaines plus tôt – le même le chabot qui avait aidé à localiser et à élever Squalus en 1939. La Marine a décerné Voilier neuf étoiles de bataille pour l'action dans la Seconde Guerre mondiale.

USS Sailfish (SS-192) au large de Mare Island Navy Yard, Californie, le 13 avril 1943. En mai 1939, l'histoire du sauvetage de l'équipage de l'époque Squalus’, a saisi la nation. Photo du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine

Après la guerre, Voilier-née-Squalus a été désaffecté. Les plans pour l'utiliser comme cible dans les tests atomiques du Pacifique ont été mis de côté, et le pont et la tourelle du sous-marin ont été retirés et installés comme mémorial au chantier naval de Portsmouth en 1946. La coque a finalement été mise au rebut.

La nation a décerné la Médaille d'honneur à quatre plongeurs de la Marine – William Badders, Orson L. Crandall, James H. McDonald et John Mihalowski – pour leur contribution au sauvetage de l'équipage du Squalus. Badders, qui était entré en service en 1900 et était le sauveteur principal, a accompagné Mihalowski lors de la dernière descente risquée dans la chambre Momsen pour sauver d'éventuels survivants du sous-marin inondé. Mihalowski était avec lui. Les citations de Crandall et McDonald's honorent à la fois le leadership et le dévouement au devoir dans la direction des opérations de plongée et dans la réalisation de plongées importantes et difficiles dans les conditions les plus dangereuses […] bien au-delà de l'appel du devoir ordinaire.

Les citations de Crandall et McDonald's honorent à la fois le leadership et le dévouement au devoir dans la direction des opérations de plongée et dans la réalisation de plongées importantes et difficiles dans les conditions les plus dangereuses […] bien au-delà de l'appel ordinaire du devoir.

Naquin (1904-1989) n'a plus jamais exercé de commandement en mer et a ensuite été critiqué en tant qu'officier des opérations à Guam qui a dit au capitaine Charles McVay de l'USS Indianapolis (CA 35) que les sous-marins japonais n'étaient pas une grande préoccupation. Les Indianapolis a été torpillé dans l'une des pires pertes de la marine de la guerre. Naquin a pris sa retraite en tant que contre-amiral.

Les Squalus le drame a été mis en évidence dans le livre Les Heures Terribles par Peter Maas (2000) et dans Submergé, un téléfilm (2001) basé sur le livre et réalisé par James Keach.


Voir la vidéo: McCann, Momsen, The Squalus Rescue