USS Belleau Woods CV 24 - Histoire

USS Belleau Woods CV 24 - Histoire

USS Belleau Woods CV 24

Bois Belleau

Le bois de Belleau, près de Château Thierry, en France, a été le théâtre d'une bataille de la Première Guerre mondiale, le 6 juin 1918.

Caractéristiques

(CVL-24 : dp. 11.000 ; 1. 622'6" ; né. 109'2" ; dr. 26' ; S.
31,6 k. ; cpl. 1569 ; une. 26 40 mm. ; cl. Indépendance)

Histoire

New Haven (CL-76) fut reclassifié CV-24 et rebaptisé Belleau Wood le 16 février 1942. Il devint CVL-24 le 15 juillet 1943. Le Belleau 'Wood fut lancé le 6 décembre 1942 par la New York Shipbuilding Corp. Camden, N. J. ; parrainé par Mme Thomas Holcomb, épouse du commandant du Corps des Marines ; et commandé le 31 mars 1943, le capitaine A. M. Pride commandait.

Après une brève croisière d'essai, Belleau Wood se présente à la flotte du Pacifique et arrive à Pearl Harbor le 26 juillet 1943. Après avoir soutenu l'occupation de l'île Baker (1er septembre) et pris part à la Tarawa (18 septembre) et à l'île Wake (5-6 octobre ) raids, il rejoint la TF 50 pour l'invasion des îles Gilbert (19 novembre-4 décembre 1943).

Belleau Wood a opéré avec la TF 58 lors de la saisie des atolls de Kwajalein et Majuro, Îles Marshall (29 janvier-3 février 1944) ; Raid Truk (16-17 février) Raid Saipan-Tinian-Rota-Guam (21-22 février) Raid Palau-Yap-Ulithi Woleai (30 mars-1er avril) ; Raids sur l'île de Sawar et Wakde à l'appui du débarquement à Hollandia, Nouvelle-Guinée (22-24 avril) ; Raid Truk-Satawan Ponape (29 avril-1er mai) ; occupation de Saipan (11-24 juin) ; 1er raid de Bonins (15-16 juin) ; Bataille de la mer des Philippines (19-20 juin) ; et 2e raid de Bonins (24 juin). Pendant la bataille de la mer des Philippines, les avions de Belleau Wood ont coulé le porte-avions japonais Hiyo.

Après une remise en état à Pearl Harbor (29 juin-31 juillet 1944) Belleau Wood rejoint la TF 58 pour les dernières étapes de l'occupation de Guam (2-10 août). Elle rejoint la TF 38 et participe aux frappes en soutien à l'occupation des Palaos sud (6 septembre-14 octobre) ; Raids des îles Philippines (9-24 septembre) ; Débarquement de Morotai (15 septembre) ; Raid d'Okinawa (10 octobre) Raids du nord de Luçon et de Formose (11-14 octobre) Frappes de Luzon (15 et 17 19 octobre) ; et la bataille du cap Engano (24-26 octobre). Le 30 octobre, alors que le Belleau Wood patrouillait avec son groupe opérationnel à l'est de Leyte, il abattit un avion suicide japonais qui tomba sur son pont d'envol à l'arrière provoquant des incendies qui déclenchèrent des munitions. Avant que l'holocauste ne soit maîtrisé, 92 hommes ont été tués ou portés disparus.

Après des réparations temporaires à Ulithi (du 2 au 11 novembre), le Belleau Wood s'est rendu à Hunter's Point, en Californie, pour des réparations permanentes et une révision, arrivant le 29 novembre. Elle a quitté la Baie de San Francisco le 20 janvier 1945 et a rejoint la TF 58 à Ulithi le 7 février. Du 15 février au 4 mars, il participa aux raids sur l'île de Honshu, au Japon, et sur le Nansei Shoto, ainsi qu'aux débarquements sur Iwo Jima. Elle a également participé aux frappes de la 5e flotte contre le Japon (17 mars-26 mai) et aux frappes de la 3e flotte (27 mai-11 juin). Après avoir embarqué un nouveau groupe aérien à Leyte (13 juin-1er juillet), elle a rejoint la 3ème flotte pour les grèves finales contre les îles japonaises (10 juillet-15 août).

Belleau Wood a lancé ses avions le 2 septembre pour le vol de masse au-dessus de Tokyo, au Japon, lors des cérémonies de reddition. Elle est restée dans les eaux japonaises jusqu'au 13 octobre. En arrivant à Pearl Harbor le 28 octobre, elle est partie trois jours plus tard avec 1248 militaires pour San Diego. Elle est restée en service "Magic Carpet", renvoyant des militaires de Guam et Saipan à San Diego, jusqu'au 31 janvier 1946. Au cours de l'année suivante, Belleau Wood a été amarré à divers quais de la région de San Francisco en cours d'inactivation. Elle a été mise hors service en réserve à la base aéronavale d'Alameda le 13 janvier 1947. Elle est restée en réserve jusqu'à son transfert en France le 5 septembre 1953 dans le cadre du programme d'assistance de défense mutuelle.

Belleau Wood a reçu la Presidential Unit Citation et 11 Battle Stars pendant la Seconde Guerre mondiale.


États-Unis BELLEAU BOIS

Construit à Camden, New Jersey en 1943, USS Bois Belleau (CVL-24) est un petit porte-avions. L'un des nombreux croiseurs légers convertis en porte-avions pendant la Seconde Guerre mondiale, Bois Belleau rejoint la guerre contre le Japon à l'été 1943.

Une fois qu'elle a rejoint la guerre, elle a participé à des raids sur les îles Tarawa et Wake et à l'invasion de l'île Gilbert. En 1944, il est devenu l'un des porte-avions envoyés pour soutenir les opérations sur les îles Marshall, attaquant les ennemis pour sécuriser Saipain.

Au cours de son service, elle a connu de nombreux succès, notamment :

  • Ses avions ont coulé le porte-avions Hiyo pendant la bataille de la mer des Philippines.
  • Participation au rachat de Guam, Palaus et Morotai
  • Raids sur les Philippines
  • Participation à la bataille du golfe de Leyte

Alors qu'il était aux Philippines, il a été touché par un avion suicide japonais, ce qui lui a causé l'incendie et la perte de 92 membres de son équipage. Elle est retournée aux États-Unis pour des réparations.

En 1945, il retourne à la guerre pour participer à des raids et soutenir les Marines sur Iwo Jima. Ses avions ont participé au survol qui a provoqué la capitulation éventuelle du Japon. Elle a reçu une Presidential Unit Citation et 12 battle stars pour son rôle dans la Seconde Guerre mondiale.


USS Belleau Woods CV 24 - Histoire

HISTOIRE DU USS BELLEAU WOOD

Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'un des plus puissants porte-avions de combat de tous les temps, l'USS Belleau Wood (CVL-24) a fait son dernier rappel dans le théâtre Asie-Pacifique, laissant fièrement la scène avec une tâche sombre bien accomplie et son mission accomplie.

Les paroles du contre-amiral Sprague, dans un communiqué de la marine à l'USS Belleau Wood, ont donné à son équipage tout le mérite lorsqu'il a déclaré …. « Votre performance a été exceptionnelle en toutes occasions et vous laissez derrière vous un chapitre distingué de l'histoire de la guerre. Vous avez contribué plus que votre part à la victoire finale."

Initialement prévu pour être le croiseur léger USS NEW HAVEN (C

76), la quille du Belleau Wood a été posée le 11 août 1941 à la New York Ship-building Corporation, Camden, New Jersey, mais en raison du besoin pressant de porte-avions, la coque du croiseur a été convertie en celle d'un type de porte-avions léger.

Le navire a été lancé le 6 décembre 1941 aux chantiers de Camden et baptisé par son commanditaire, Mme Thomas Holcomb, épouse du commandant du Corps des Marines, sous le nom d'USS Belleau Wood, en l'honneur de la bataille de Bois de Bellau pendant la Première Guerre mondiale. Dans cette bataille, livrée dans la région près de Soissons, en France, en juin 1918, les Marines américains de la 4e brigade de marine se sont distingués dans certains des combats les plus désespérés de toute la guerre. Dans les jours à venir, Belleau Wood sera à la hauteur de son fier nom qui tient sa place dans l'histoire, de même qu'elle en fera elle-même l'histoire.

24) a été mis en service le 31 mars 1943 au Philadelphia Navy Yard avec le capitaine Alfred M. Pride, USN en tant que premier commandant. Le capitaine Pride, un pilote vétéran qui a gagné ses ailes pendant la Première Guerre mondiale, était bien qualifié pour le commandement, ayant gravi les échelons de second machiniste, troisième classe, à capitaine.

Après sa mise en service, le navire a été minutieusement testé dans la baie de Chesapeake et dans les eaux voisines, puis a subi des modifications finales à Norfolk, en Virginie, où il a également été chargé. Avant d'effectuer sa première croisière d'essai, un voyage a été effectué à Annapolis pour inspection par une délégation des autorités navales de Washington qui sont montées à bord et ont apposé leur approbation finale sur ce troisième de la classe des porte-avions légers et rapides. Ici aussi, des centaines d'aspirants sont venus à bord pour leur premier aperçu d'un CVL.

En juin, les avions de l'escadron ont été hissés à bord à Norfolk, puis ont suivi une croisière d'essai pour le nouveau navire et son équipage dans la région des Caraïbes près de Trinidad.

Après le shakedown ravagé par la guerre, lorsqu'une vitesse d'essai de 31,6 nœuds a été enregistrée, Belleau Wood n'a pas perdu de temps pour se mettre en route pour son objectif ultime - la frontière du Pacifique et de la mer occidentale. Traversant le canal de Panama le 26 juillet, il atteignit Pearl Harbor le 9 août 1943, prêt à accepter les responsabilités de la guerre et à occuper la place qui lui était attribuée dans la plus puissante machine navale du monde.

Le 25 août en compagnie de l'USS Princeton (CVL

23) et des navires de soutien, Belleau Wood a mis le cap sur sa mission initiale de couvrir les forces amphibies occupant l'île Baker, au sud-ouest de Pearl Harbor et se trouvant presque sur l'équateur. Cette petite île était nécessaire comme base de combat pour perturber les raids et les patrouilles japonais hors des îles Tarawa et Makin.

L'opération s'est ouverte le 1er septembre et, bien qu'il n'y ait pas de garnison connue sur l'île, on s'attendait à ce que l'opposition aéroportée empêche notre occupation. Ce fut une surprise totale lorsque l'opération s'est ouverte sans incident et, pendant tout le temps de l'établissement de l'escadron de l'armée de terre de P405 sur la base de l'île, aucune action de conséquence n'a été rencontrée. Durant cette période, alors qu'il était dans un statut protecteur et qu'il faisait continuellement le tour de l'île, le bois Belleau a traversé l'équateur 32 fois.

Alors qu'il n'y avait pas de Japs sur Baker, il y en avait beaucoup dans le groupe Gilbert à proximité et pendant l'invasion de Tarawa Belleau Wood a fait sa part pour faire reculer la "marée jaune". Tarawa a marqué l'avancée la plus à l'est des Japonais et c'est ici, sur ce tremplin vers les Marshall, que le groupe aérien 24 a reçu son endoctrinement initial de frapper les bases et les installations japonaises, les nids de mitrailleuses, les dépôts de carburant, les emplacements anti-aériens et défenses côtières comme prélude à l'établissement de têtes de pont par les Marines américains. Les porte-avions USS LEXINGTON et PRINCETON accompagnaient Belleau Wood lors de cette mission. C'est dans cette opération que Belleau Wood a franchi la ligne de date internationale pour la première fois de sa carrière de combattante.

Avec le retrait du groupe opérationnel de Tarawa, en fin d'après-midi du 18 septembre, le navire est retourné à Pearl Harbor avec un équipage ayant la confiance de ceux qui étaient partis au combat, avaient fait un travail difficile - et étaient sortis vainqueurs .

Le 29 septembre 1943, « la plus grande force opérationnelle (TF-14) jamais constituée », composée de LEXINGTON, YORKTOWN, ESSEX, INDEPENDENCE, COWPENS et BELLEAU WOOD, se détacha de Pearl Harbor pour une frappe contre Wake Island.

Lors de cette attaque, les sentiments étaient intenses et déterminés car les Américains attaquaient un ennemi retranché sur le sol américain où nos Marines avaient rendu hommage, dans le sang, à l'envahisseur.

Pendant deux jours, les 5 et 6 octobre, Wake Island a subi une raclée presque le double de celle infligée à Tarawa peu de temps auparavant. Pour cette opération, le commandant en chef de la flotte du Pacifique, l'amiral Chester W. Nimitz, a envoyé au groupe de travail le message suivant : « Le travail minutieux effectué sur Wake par les avions et les navires de votre groupe de travail aura des résultats atteignant bien au-delà des lourds dégâts infligés."

Après être revenu pour un court séjour à Pearl Harbor le 11 octobre pour s'approvisionner et faire le plein, Belleau Wood, en tant que partie intégrante de la Task Force 50, a navigué le 10 novembre 1943 pour l'île de Makin et Kwajalein, toujours dans le but de détruire les défenses terrestres japonaises et nettoyer l'air des avions, pour ouvrir la voie aux prochains débarquements des Marines.

Cette force opérationnelle navale était plus importante que n'importe laquelle de ses prédécesseurs, en prévision d'une forte résistance des îles bien défendues où l'ennemi avait eu un an et demi pour se retrancher. L'apparence générale des îles, des avions, des casemates, des stations de radio et des dépôts de munitions et de carburant indiquait que les Japs étaient enracinés pour de bon.

Un groupe de navires a frappé Tarawa avant le débarquement des Marines tandis que Belleau Wood et son groupe opérationnel, le 50,2 ont navigué dans les eaux des Gilberts, attaquant Makin, Tarawa et les îles du sud des Marshall. Le 23 novembre, la dernière résistance organisée a disparu à Tarawa, après que le résultat ait été suspendu pendant quatre jours. Au cours de ces opérations, le Belleau Wood manqua de peu d'être torpillé par un bombardier-torpilleur japonais lors de l'une des nombreuses attaques ennemies. Fin novembre, les Japs avaient été complètement effacés du cœur des Gilbert et nos forces étaient prêtes pour la campagne contre les Mars qui promettait d'être une opération aussi lourde que celle des Gilbert.

Après un nouveau retour à Pearl Harbor le 10 décembre, la bataille de Kwajalein débute le 29 janvier 1944, avec le contre-amiral Marc A. Mitschner, USN, commandant la Task Force 58. Belleau Wood est désormais en compagnie des grands porte-avions de la flotte, un dont était l'USS ENTERPRISE.

Les avions Belleau Wood ont été affectés à Tarawa (Maloelap) le jour de l'ouverture des combats, puis se sont dirigés vers Kwajalein où la bataille s'est déroulée du 30 janvier au 3 février. Kwajalein était en sécurité entre les mains des États-Unis le 4 février et le groupe opérationnel a jeté l'ancre dans l'atoll de Majuro pour un bref repos avant de poursuivre vers d'autres opérations.

Dans le cadre de la Force opérationnelle 58, Belleau Wood a participé aux raids de février sur Truk, Saipan et Tinian the Truk. Les combats aériens ont commencé à l'aube du 16 février et en milieu d'après-midi, plus de 204 avions ennemis avaient été détruits, fin de la puissance aérienne japonaise sur "Japan's Pearl Harbor". Bien que Truk ait finalement été contourné, il était nécessaire d'assommer sa puissance aérienne en vue des assauts prévus contre Eniwetok le 17 février.

Après avoir fait le plein en mer après le raid très réussi de Truk, le groupe opérationnel s'est dirigé directement vers l'objectif suivant, Saipan et Tinian. En plus d'infliger le maximum de dégâts contre Tinian, Rota et Guam, de la chaîne des Mariannes, il fallait tester la force ennemie sur Saipan où des débarquements étaient prévus en juin. Encore une fois, beaucoup d'actions lourdes ont été rencontrées et le 22 février, malgré des conditions météorologiques décourageantes, les frappes ont tout de même réussi à détruire plus de 200 avions japonais avec une perte de seulement 45 pour le groupe opérationnel. Quelques jours plus tard, Belleau Wood retourna à Majuro, concluant les deux semaines les plus excitantes et les plus réussies de sa jeune vie.

En préparation des opérations prévues pour les Western Carolines, le Belleau Wood s'est déplacé vers le sud le 7 mars 1944 jusqu'à Espiritu Santo où la force se rassemblait pour la grève. Ici, pour la première fois, des groupes de travail comportaient chacun quatre transporteurs. Le 15 mars, l'armada se dirigea vers le nord-ouest, à destination de Palau, s'arrêtant à Emirau dans le groupe Bismarck que nos troupes occupèrent sans opposition le 20 mars.

Puis, dix jours plus tard, le 30 mars, les premières forces aéronavales ont fouetté Palau, coulant 31 navires, endommageant 18 autres et détruisant plus de 200 avions. La contribution de Belleau Wood à ce score était trois avions ennemis abattus, deux endommagés, un cargo moyen et un poseur de mines coulé et un hangar détruit.

Les avions Belleau Wood et Enterprise ont célébré le premier anniversaire du navire le 31 mars en détruisant une station météorologique sur l'île de Ngulu, en coulant un cargo à Ulithi et en abattant deux avions ennemis à vingt-deux milles du navire.

Concluant le smash réussi contre les Western Carolines, les transporteurs ont frappé Woleai le premier avril. Ici, les avions de Belleau Wood ont d'abord survolé la cible, détruisant sept avions au sol, endommageant cinq autres et mitraillant des casernes, des batteries antiaériennes, des quais et des bâtiments de stockage.

Le 12 avril 1944, le Belleau Wood mit fin à une semaine de repos à Majuro et le capitaine Pride confia le commandement du navire au capitaine John Perry, USN.

Pour ramollir les bases ennemies en Nouvelle-Guinée et ouvrir la voie aux armées du général MacArthur, les porte-avions se sont ensuite déplacés contre Hollandia Nouvelle-Guinée. Alors que l'armée déferlait sur Hollandia, les avions de Bel-leau Wood ont balayé le ciel au-dessus de l'aérodrome de Sawar et de l'île de Wake et les énergies combinées des différentes équipes de combat américaines les ont sécurisées avec succès. Peu de temps après que l'armée eut une emprise ferme sur le nord de la Nouvelle-Guinée, la force retourna à l'atoll de Kwajalein, s'arrêtant en route pour lancer un deuxième raid sur Truk qui effaça complètement les menaces aériennes ennemies dans cette région. Un raid a également été effectué sur Ponape dans les Carolines le 1er mai et treize jours plus tard, Bellean Wood a jeté l'ancre à Kwajalein, après avoir parcouru 83 477 milles depuis sa mise en service.

Les Mariannes étaient les sentinelles de la mer des Philippines, gardant les Philippines, les Ryukyus et le Japon lui-même. En juin 1944, la cinquième flotte, sous le commandement de l'amiral Spruance, construite autour de 15 porte-avions de la Task Force 58 de Mitscher, leva l'ancre dans les Marshall et se dirigea vers l'ouest pour l'une des frappes les plus audacieuses de la guerre du Pacifique.

L'après-midi du 11 juin, Belleau Wood a lancé sa première frappe pour aider à nettoyer les Mariannes de la puissance aérienne japonaise. Dans un combat aérien au-dessus de Guam, quatre avions ennemis ont été abattus et le lendemain, les assauts se sont poursuivis là-bas et au-dessus de Rota pour assouplir les défenses japonaises en cas d'invasion imminente. L'armada s'est ensuite déplacée plus au nord pour des raids dans les Bonins, attaquant Haha Jima, Chichi Jima et Iwa Jima.

Au cours de l'assaut des Mariannes, la force opérationnelle a repoussé une attaque aérienne majeure d'une force porteuse ennemie, avec les efforts combinés des canons anti-aériens du navire et des avions porteurs, abattant 360 avions japonais.

Participant à une frappe contre la flotte japonaise, les groupes aériens du Bois Belleau coulent un porte-avions ennemi de la classe HAYATAKA. Peu de porte-avions, y compris la grande classe ESSEX avec des groupes aériens trois fois plus grands que ceux des CVL, ont reçu tout le crédit pour avoir coulé un navire de guerre ennemi majeur. Belleau Wood avait « payé pour lui-même » en détruisant à lui seul le plus gros porte-avions ennemi.

Le reste du mois de juin a été consacré à la couverture de l'occupation de Saipan et de Tinian ainsi qu'à la participation à des frappes supplémentaires contre Iwo Jima, Haha Jima et Chichi Jima. À la fin du mois de juin, le Bellean Wood a reçu l'ordre de se rendre à Pearl Harbor pour une révision, sa première depuis son départ des États-Unis un an auparavant.

Au cours de l'été 1944, le navire rejoint la flotte dans la zone ouest et participe à l'occupation de Guam. Ce n'était qu'une brève sortie, mais cela lui a donné un rôle dans le fait de hisser à nouveau le drapeau des États-Unis sur cette célèbre île. Peu de temps après, le groupe de travail a rendez-vous à Eniwetok préparatoire à l'action contre Palau et la sécurisation des Mariannes.

L'amiral William F. Halsey avait remplacé l'amiral Spruance en tant que commandant de la CINQUIÈME Flotte, et la Task Force 58 fut alors rebaptisée Task Force 38. L'arrivée de l'USS FRANKLIN porta le nombre de porte-avions à seize.

Après avoir martelé Palau, le groupe a tourné son attention vers Mindanao aux Philippines pour empêcher l'opposition aérienne contre les atterrissages sur Palau. Des frappes ont également été effectuées sur Cebu, Negros, et un balayage à longue distance a été effectué sur Zamboanga. Ensuite, pendant deux jours, un soutien aérien a été fourni aux forces d'invasion américaines dans la lutte pour Peleliu, l'île méridionale de la chaîne des Palaos, après quoi le navire s'est dirigé vers Manus dans les Amirautés pour se ravitailler.

Après un court repos à Manus, le groupe de travail a navigué dans la mer des Philippines pour patrouiller dans la région de Palau en attendant que d'autres navires de la flotte prennent leur tour pour se ravitailler. Avec la force complètement réapprovisionnée, les navires se sont tournés vers Okinawa, un autre maillon de la chaîne d'invasion.Alors qu'il participait à des raids sur Formosa et le Nansei Shoto, dans la nuit du 12 au 13 octobre, Belleau Wood a résisté à quarante-sept bombardements japonais, mitraillages et attaques à la torpille. Le navire a ensuite tourné vers le sud et a participé à des raids sur Aparri, Leoag, l'île de Luzon aux Philippines.

Pendant deux jours, du 14 au 15 octobre, les avions de Belleau Wood ont attaqué les aérodromes de Manille et des cibles maritimes dans la baie de Manille. Lors de l'un des raids, ses combattants ont escorté des bombardiers-torpilleurs de l'ENTERPRISE et se sont livrés à un combat acharné au-dessus de la zone cible.

Le jour J à Leyte était le 20 octobre et, alors que l'engin amphibie débarquait à terre, le navire croisait à l'est du golfe de Leyte avec ses avions couvrant et soutenant les troupes attaquant la tête de pont. Cette opération a duré quatre jours et le 24, un avion de recherche terrestre de la Marine a signalé une force japonaise de 4 porte-avions, 2 cuirassés, 5 croiseurs et leurs escortes à 200 milles au nord de Luzon, faisant route vers le sud à pleine vitesse. À la réception de cette nouvelle, la Force opérationnelle 38 s'est immédiatement dirigée vers le nord.

Tôt le lendemain matin, les avions de Belleau Wood avec ceux des autres porte-avions ont complètement surpris la force japonaise et les ont pilonnés avec des bombes, des torpilles et des tirs de mitraillage. Il y avait peu d'opposition - l'ennemi n'ayant réussi à faire décoller que 15 avions. Le décompte final de cette rencontre était quatre porte-avions japonais coulés et les deux cuirassés et autres navires de soutien endommagés. Les restes de la force retournèrent vers le nord en retraite complète.

De retour à Samar, une autre force japonaise avait pénétré dans le détroit de San Bernardino et attaquait un groupe de porte-avions d'escorte américains à 70 milles de Leyte. En réponse à un appel urgent, le Belleau Wood et d'autres navires de sa force opérationnelle se dirigent vers le sud en un éclair pour soulager l'urgence. Bien que les canons des porte-avions d'escorte et des destroyers ne faisaient pas le poids face aux canons ennemis plus lourds, ils infligeaient beaucoup de dégâts aux attaquants. De manière inattendue, la force japonaise a tourné et accéléré vers le nord pour retraverser le détroit de San Bernar-dino avant que le groupe de travail américain ne puisse l'intercepter. Le 26 octobre, le Belleau Wood et d'autres avions porteurs, en collaboration avec des avions basés à terre, réussirent à couler trois croiseurs épars de la force ennemie alors qu'ils étaient en pleine retraite.

Le 30 octobre 1944, Belleau Wood, dans le cadre du groupe opérationnel 38A, a parcouru 90 milles au large du golfe de Leyte en patrouille de routine. Peu après midi, des avions ennemis ont été signalés s'approchant du groupe. Un membre de la force s'est précipité vers les « Quartiers généraux » et alors que le sixième avion de chasse de Belleau Wood franchissait le pont d'envol, à proximité, un avion japonais « Kamikaze » a été aperçu en train de foncer sur FRANKLIN. Il y a eu un éclair de flamme près de la structure de l'île et instantanément son pont d'envol était en feu et fumait. Un autre avion ennemi a décollé à peu près du même endroit et a commencé une plongée suicide apparente sur le même navire mais, après avoir largué une grosse bombe près de FRANKLIN, a rapidement dévié vers le bois Belleau. Ses batteries antiaériennes ont commencé à tirer mais n'ont pas pu arrêter le Jap qui s'est écrasé avec une explosion de flammes et de fumée sur la partie postérieure du pont d'envol. Après une bataille avec de l'essence brûlante couplée à l'explosion de munitions et de grenades sous-marines qui a duré des heures, il a été constaté qu'en plus des lourds dégâts, quatre-vingt-douze hommes ont été retrouvés morts ou portés disparus.

Le Belleau Wood et le Franklin, accompagnés de destroyers blindés, ont quitté le groupe opérationnel le 31 octobre pour Ulithi, où il a été constaté que les dommages du Belleau Wood ne pouvaient pas être réparés dans cette zone avancée. Le navire a navigué jusqu'à Hunter's Point, San Francisco, Californie, pour la réparation des dommages de combat et la révision, ayant parcouru 141 178 milles depuis sa mise en service.

Le 20 janvier 1945, en compagnie du nouveau USS RANDOLPH (CV-15), Belleau Wood se démarque de San Francisco pour le Pacifique ouest.

Quelques heures après avoir atteint Pearl Harbor le 26 janvier, le capitaine Perry a confié le commandement du navire au capitaine W.G. Tomlinson, USN.

Le 29 janvier, le navire, avec quatre grands porte-avions, le nouveau croiseur de bataille ALASKA et sept destroyers, quitta Pearl Harbor pour se rendre à Ulithi avec le reste de la flotte.

Belleau Wood a été affecté au groupe opérationnel 58.1 lorsque la CINQUIÈME Flotte a quitté le mouillage d'Ulithi le 10 février et a tourné vers le nord. Dans ce raid qui fut le premier des frappes de Tokyo, les avions de Belleau Wood firent leur part en pilonnant les aérodromes de la plaine de Tokyo.

À la suite de cette frappe, le groupe de travail s'est tourné vers les îles Bonin en commençant une série de raids contre Chichi Jima et Haha Jima, les neutralisant comme zones de rassemblement pour les raids japonais sur Iwo Jima où les forces américaines faisaient irruption à terre. Après un autre swing à Tokyo, des raids ont été effectués sur le Nansei Shoto le 1er mars ainsi que des navires-ping à Sakishima Gunto, entre Okinawa et Formose. Trois jours plus tard, le navire jeta l'ancre à Ulithi une fois de plus.

Ainsi a commencé la série de raids sur les îles japonaises qui ont augmenté dans des proportions dommageables pour les Japonais. Belleau Wood a vu beaucoup d'action féroce dans ces dernières opérations qui devaient entraîner la défaite de l'ennemi.

Du 18 au 21 mars, en action au large de Kyushu, la plus proche d'Okinawa des principales îles japonaises, le Belleau Wood a bravement combattu les avions attaquants et détruit un certain nombre de leurs forces pendant que ses avions bombardaient et mitraillaient les aérodromes ennemis à proximité. Le 24 mars, lors de deux frappes d'avions Belleau Wood, un convoi japonais de deux destroyers, trois cargos et trois sous-chasseurs est détruit dans la région d'Okinawa.

Dans les mois qui ont suivi, le navire a été activement engagé dans les frappes contre la patrie japonaise et a couvert les débarquements dans les dernières étapes de la "Route de Tokyo". Celles-ci vont de l'invasion d'Okinawa, de Kyushu et de la mission d'interception d'avions et de destruction des installations d'aérodrome, de la navigation et des défenses de l'Empire et du Nansei Shoto.

Le 27 mai 1945, la Task Force Fast Carrier est devenue une unité de la TROISIÈME flotte en tant que Task Force 38, Belleau Wood restant dans son même groupe, désormais désigné comme 38.1 et continuant les raids sur les îles d'origine du Japon.

En juin 1945, le navire a subi des dommages causés par les vents d'une tempête tropicale qui a fait rage à plus de 100 milles à l'heure, mais a effectué des opérations de vol le lendemain et a effectué peu de temps après un autre raid sur Kanoya.

Belleau Wood s'est ensuite rendu à la baie de San Pedro, dans le golfe de Leyte, où son groupe aérien 30 est parti pour la maison après avoir établi un record impressionnant. Elle a conduit alors une croisière d'entraînement dans le Golfe de Leyte pour son nouveau Groupe Aérien 31. Le 1 juillet 1945 elle a fumé de nouveau vers le nord avec le Groupe de Tâche 38.1 pour le Japon.

Lors de la principale grève de l'Empire, du 1er juillet au 15 août 1945, Belleau Wood a été à la hauteur de ses précédents records, bombardant et mitraillant les défenses et les activités japonaises sur les îles natales de Honshu et Hok-kaido jusqu'au dernier jour de capitulation lorsqu'elle était à l'ancre. avec ses navires jumeaux dans les eaux de la baie de Tokyo.

Lorsque le service de combat de Belleau Wood a été terminé, elle a quitté Tokyo pour entrer dans le devoir de « tapis magique » – celui de renvoyer les militaires aux États-Unis. Après trois voyages de cette nature, elle est entrée dans le port de San Francisco, Californie, le 31 janvier 1946 après avoir parcouru un total de 216 682 milles et représentant la destruction de 502 avions ennemis, ainsi que le naufrage de 12 navires lourds et 36 navires légers en plus d'infliger dommages à 83 autres. Son équipage et ses groupes aériens (24,21,30 et 31) peuvent à juste titre être fiers de leur bilan et du rôle qu'ils ont joué dans l'aboutissement des hostilités dans le Pacifique.

Après une courte période de service sur la côte ouest, l'USS Belleau Wood a été désactivé et mis hors service avec le groupe Alameda de la flotte de réserve du Pacifique en janvier 1947.

----- Tiré des publications du USS Belleau Wood Alumni Group et soumis par QM3/c John DiFusco

S'il vous plaît partagez vos commentaires et connaissances! Envoyez un e-mail au conservateur pour partager ou discuter ou pour toute question!


Service français en tant que Bois Belleau [modifier | modifier la source]

Il est resté en réserve jusqu'à son transfert à la Marine française en vertu de la loi d'assistance à la défense mutuelle le 5 septembre 1953. En service français, il a navigué sous le nom Bois Belleau (R97) (traduction littérale de "Bois Belleau").

En avril 1954, le porte-avions quitte la base navale française de Toulon, Toulon vers l'Indochine française afin de remplacer le Arromanches (R95). Elle est arrivée vers le 20 mai dans la baie d'Halong. Bien que la bataille critique de Dien Bien Phu soit terminée, ses chasseurs et bombardiers de construction américaine ont immédiatement été utilisés par les forces françaises, car la guerre n'était pas terminée. Après la paix avec le Viet Minh, la Conférence de Genève est signée le 21 juillet 1954. La Bois Belleau a navigué pour la France, où elle a ensuite rejoint la guerre d'Algérie.

Bois Belleau a été rendu aux États-Unis en septembre 1960, rayé de la liste de la Marine le 1er octobre 1960 et mis au rebut.


USS Belleau Wood (CV-24)

Le premier Belleau Wood (CV-24)--à l'origine projeté comme le croiseur léger de classe Cleveland New Haven (CL-76)--a été posé le 11 août 1941 à Camden, NJ, par la New York Shipbuilding Corp. redésigné CV -24 le 16 février 1942 rebaptisé Belleau Wood le 31 mars 1942 lancé le 6 décembre 1942 parrainé par Mme Thomas Holcomb, épouse du Commandant du Corps des Marines et commandé le 31 mars 1943, le Capitaine Alfred M. Pride, aux commandes.


Après quelques préparatifs dans la baie de Chesapeake fin mai et une semaine de disponibilité à Norfolk, le Belleau Wood s'embarque le 8 juin pour les Antilles pour effectuer sa croisière shakedown. Ancré au large de Port of Spain le 13, le porte-avions léger a passé les deux semaines suivantes à mener des problèmes de combat, des exercices de contrôle des avaries, des exercices d'artillerie et des opérations de vol dans le golfe de Paria. De retour aux États-Unis à Philadelphie le 3 juillet, le porte-avions subit une série de réparations, d'inspections et de modifications post-shakedown au Philadelphia Navy Yard. Au cours de ces modifications, il est rebaptisé petit porte-avions, le CVL-24, le 15 juillet 1943. Le Belleau Wood fait route vers Panama le 21, transite par le canal le 26 juillet et s'amarre à Balboa le même jour. Deux jours plus tard, elle a navigué pour Hawaï en compagnie de Lexington (CV-16), Princeton (CVL-23) et six escortes. En arrivant à Pearl Harbor le 9 août, l'équipage passa les deux semaines suivantes à se préparer à la hâte pour la réoccupation de l'île Baker.


Affecté au Groupe opérationnel (TG) 11.2, Belleau Wood a quitté Pearl Harbor le 25 août en compagnie de Princeton et de sept escortes. Les navires de guerre ont traversé l'équateur le 1er septembre et sont arrivés au large de l'île Baker, à quelque 400 milles à l'est des îles Gilbert, tenues par les Japonais, le même jour. La patrouille aérienne de combat (CAP) du petit porte-avions a également réussi sa première victoire le 1er, lorsque ses chasseurs Grumman F6F "Hellcat" ont éclaboussé un hydravion quadrimoteur "Emily" Kawanishi H8K qui s'est éloigné trop près du groupe de travail. Les deux plus petits porte-avions ont effectué des missions CAP et ASP dans la région pendant les deux semaines suivantes, protégeant les troupes de l'armée et les bataillons de construction de la Marine ("Seabees") alors qu'ils construisaient une piste d'atterrissage sur l'île.


À la mi-septembre, les deux porte-avions légers ont rendez-vous avec Lexington et ont mené des frappes aériennes contre des canonnières japonaises et des positions de défense aérienne dans les îles Gilbert les 18 et 19. Le CAP de Belleau Wood était également occupé, abattant un bombardier Mitsubishi G4M1 "Betty" en patrouille qui s'était aventuré au sud des îles Marshall. Après son retour à Pearl Harbor le 23 pour faire le plein et se réarmer, le porte-avions léger partit le 29 pour un raid aérien sur Wake Island. Cette opération, comme le raid précédent sur Tarawa et Makin, a été conçue pour former des pilotes et assouplir les défenses japonaises dans le Pacifique central.


Belleau Wood, en compagnie de cinq autres porte-avions du TG 14.5, est arrivé au large de Wake le 5 octobre. Ses pilotes ont principalement survolé CAP et ASP au-dessus du groupe opérationnel, et ses chasseurs ont éclaboussé trois chasseurs porteurs Mitsubishi A6M "Zeke" et trois "Betty" ce jour-là. Pourtant, la concentration défensive de son groupe aérien n'a pas empêché le porte-avions léger de lancer deux frappes de 10 "Avengers" et 14 "Hellcats" sur Wake, perdant deux chasseurs dans le processus. Les tirs antiaériens au-dessus de Wake représentaient un chasseur, tandis que le second s'est écrasé à l'atterrissage, tuant quatre membres de l'équipage du poste de pilotage du transporteur. Belleau Wood est ensuite retourné à Pearl Harbor, en arrivant le 11 octobre.


Après quatre semaines de réapprovisionnement et d'entraînement, le porte-avions léger a navigué le 10 novembre pour les îles Gilbert pour participer à l'opération Galvanic, la saisie des atolls de Makin et Tarawa. Rejoignant le Northern Carrier Group dans le TG 50.2, il a soutenu l'Enterprise (CV-6) et Monterey (CVL-26) lors de frappes sur l'île de Makin le 19. Les chasseurs balayent les Gilberts, en conjonction avec les bombardements des "Avengers", se sont poursuivis jusqu'au 26 novembre, date à laquelle les îles ont été déclarées "sécurisées".


Le 27 novembre, le porte-avions léger rejoint le TG 50.3, construit autour d'Essex (CV-9) et de l'Enterprise, pour une frappe rapide sur les îles Marshall. Ordonné de neutraliser la puissance aérienne japonaise dans la région et d'obtenir une reconnaissance photographique de l'atoll de Kwajalein, le groupe de travail se dirigea vers le nord en compagnie des porte-avions du TG 50.1. Le 4 décembre, le CAP et l'ASP de Belleau Wood couvraient le groupe opérationnel tandis que les plus gros porte-avions lançaient une série de raids sur Kwajalein et Wotje. Cette nuit-là, plusieurs bombardiers japonais se sont approchés du groupe opérationnel de Belleau Wood et un "Betty" a réussi à larguer une torpille presque sur la cible. Un virage serré à gauche d'urgence a permis à Belleau Wood d'éviter la torpille, qui a raté 10 verges à tribord. Lexington s'est avéré moins chanceux et a subi des dommages d'une torpille aérienne ce soir-là qui a renvoyé le groupe opérationnel à Pearl Harbor, où il est arrivé le 9.


L'équipage du porte-avions léger a passé les cinq semaines suivantes soit à réparer et à réapprovisionner le navire de guerre, soit à effectuer de brefs exercices d'entraînement au vol et au tir à partir de Pearl Harbor. Le 16 janvier 1944, le Belleau Wood quitta Hawaï en compagnie de l'Enterprise et de Yorktown (CV-10) dans le TG 58.1 pour participer à l'opération « Flintlock », la saisie de Majuro, Kwajalein et Eniwetok dans les îles Marshall. Le 29 janvier, le TG 58.1, avec neuf autres porte-avions dans trois autres groupes opérationnels, a commencé à lancer des raids contre les aérodromes japonais sur les atolls de Kwajalein, Wotje et Maloelap. Bien que les avions de Belleau Wood aient principalement effectué des sorties CAP et ASP, il a lancé un balayage de chasseurs au-dessus de l'aérodrome de Taroa, perdant deux chasseurs à cause d'un tir au sol. Au cours des cinq jours suivants, les avions du porte-avions léger ont effectué des raids contre les îles Kwajalein et Ebeye en soutien aux troupes du Corps des Marines et de l'armée à terre, perdant trois autres avions à cause des tirs antiaériens.


Après le ravitaillement et le réapprovisionnement à Majuro le 4 février, le groupe de travail est retourné à Kwajalein pour une semaine de CAP et d'ASP sur les navires soutenant la conquête de l'atoll. Le 12 février, le TG 58.1 et deux des autres groupes opérationnels de porte-avions ont navigué pour un raid sur la base japonaise de Truk dans le Pacifique central. Destinée à couvrir les débarquements sur Eniwetok et à distraire les Japonais des opérations alliées en Nouvelle-Guinée, l'opération "Hailstone" a commencé le 16 février lorsque les gros porte-avions ont frappé les aérodromes ennemis de Truk. Les avions de Belleau Wood ont survolé CAP et ASP au-dessus de son groupe opérationnel, abattant un bombardier porteur Nakajima B5N "Kate" à 14 h 32 cet après-midi. Après une grève matinale le 17 par des avions de l'Enterprise et de Yorktown, le groupe opérationnel s'est retiré vers l'est pour faire le plein.


Commandé vers l'ouest pour un raid sur Tinian et Saipan, Belleau Wood a effectué ses missions CAP et ASP habituelles pendant que les gros porte-avions attaquaient des cibles côtières. Le 22 février à 8 h 30, deux « Betty » ont surpris le groupe de travail et ont fermé Belleau Wood. Le premier, pris sous le feu des armes automatiques tribord du porteur léger, est passé au-dessus du pont d'envol et a éclaboussé à environ 200 pieds sur le travers bâbord. Le deuxième bombardier, également tiré par les canons de 20 et 40 millimètres du porte-avions léger, a touché l'eau à environ 500 mètres devant le navire. Ses batteries de 20 millimètres ont également réclamé un chasseur Kawasaki Ki-61 "Tony" qui venait d'attaquer l'Essex. Pendant ce temps, le CAP de Belleau Wood a attrapé et abattu deux bombardiers légers Kawasaki Ki-48 "Lily" qui ont erré à portée.


Après son arrivée à Majuro le 26, l'équipage du porte-avions léger a passé les deux semaines suivantes à réapprovisionner le navire et à charger de nouveaux avions. Puis, en compagnie de l'Enterprise dans la TG 58.1, Belleau Wood est parti pour Espiritu Santo le 7 mars, y arrivant le 12. Trois jours plus tard, les porte-avions ont aidé à couvrir les débarquements incontestés sur Emirau avant de commencer une série de frappes aériennes dans les Carolines occidentales et en Nouvelle-Guinée. Ces raids étaient destinés à soutenir les opérations amphibies américaines prévues dans la région de Humboldt Bay-Tanahmerah en Nouvelle-Guinée.


Le 30 mars, des raids de chasseurs et des bombardements ont frappé Palau, frappant les aérodromes et les navires. Le lendemain, les bombardiers de Belleau Wood ont frappé Yap tandis que ses combattants ont mitraillé Ngulu et Ulithi. Son CAP a également poursuivi sa série de succès, éclaboussant deux "Bettys" le 31. Le 1er avril, alors que le groupe opérationnel se retirait vers Majuro, le porte-avions léger a lancé un chasseur sur le Woleai, revendiquant sept avions ennemis détruits au sol.


Après une semaine d'entretien à Majuro, Belleau Wood s'est démarqué le 13 avril avec TG 58.1 pour l'opération Hollandia. Le 21 avril, il a lancé des vols CAP et ASP tandis que les autres porte-avions frappaient des avions et des installations ennemis à Sawar, Wakde et Sarmi en Nouvelle-Guinée. Après le ravitaillement en cours le 23, les chasseurs du porte-avions léger retournèrent à Sawar et Sarmi le lendemain, dans l'espoir de surprendre les renforts japonais. Après que ses avions aient mitraillé des bâtiments, des casernes et des pistes là-bas, le groupe de travail a quitté la région de la Nouvelle-Guinée pour le port de Seeadler sur Manus dans les îles de l'Amirauté pour faire le plein.


Les porte-avions se dirigent ensuite vers le nord et frappent la base japonaise de Truk le 29 avril. Belleau Wood a couvert les frappes lancées par d'autres transporteurs avec ses vols CAP et ASP habituels. Le jour suivant, son groupe de travail s'est tourné vers Ponape dans les îles Caroline et elle a lancé des balayages de combattant en conjonction avec un bombardement de l'île par des cuirassés américains le 1er mai. Les navires de guerre se sont ensuite rendus aux Marshalls, arrivant dans la lagune de Kwajalein le 4 mai. Deux « Avengers », un « Hellcat » et leurs équipages ont été perdus au cours de ces opérations.


Le porte-avions léger s'est déplacé vers Majuro le 13 où son équipage a commencé les préparatifs de l'opération "Forager", la libération prévue des îles Mariannes. Chargés d'éliminer la puissance aérienne japonaise dans les Mariannes, les 15 porte-avions de la TF 58 prévoyaient d'attaquer les aérodromes de Saipan, Tinian et Guam. Ils se sont également préparés à une bataille de flotte majeure si les porte-avions japonais tentaient d'intervenir. Belleau Wood a rejoint Hornet (CV-12), Yorktown et Bataan (CVL-29) et a pris la mer avec TG 58.1 le 6 juin. Cinq jours plus tard, dans le cadre du groupe opérationnel attaquant Guam, Belleau Wood a lancé un balayage de chasseurs contre les aérodromes japonais. Ces avions ont abattu quatre « Zekes » au-dessus de l'aérodrome d'Agana sans perte.Le 12, le porte-avions léger a lancé des balayages de chasseurs sur Guam et Rota qui ont revendiqué un autre "Zeke" et un chasseur Kawasaki Ki-45 "Nick" au prix d'un "Hellcat". Après avoir pris sa retraite et fait le plein le 14, le groupe opérationnel a navigué vers les îles Bonin ce soir-là.


Ordonné de frapper Haha et Chichi Jima dans l'espoir d'attraper les aérodromes remplis d'avions japonais faisant étape vers les Mariannes, des raids de chasseurs et de bombardiers ont frappé les îles le 15. L'avion de Belleau Wood, en plus de piloter CAP et ASP comme d'habitude, a également bombardé et coulé un gros cargo dans la baie de Futami. Ce soir-là, un "Hellcat" de retour s'est écrasé à travers la barrière, a heurté l'île du transporteur et a pris feu. Bien qu'il ait fallu 23 minutes aux équipes de contrôle des dommages pour éteindre l'incendie, personne n'a été blessé et le transporteur a repris ses opérations de vol le lendemain matin.


Le 16 juin, après un balayage matinal de chasseurs sur Iwo Jima, le groupe de travail a entendu des rapports selon lesquels une grande force japonaise fermait les Mariannes des Philippines. Plutôt que d'effectuer les frappes prévues dans l'après-midi sur Iwo Jima, le groupe opérationnel de Belleau Wood s'est précipité vers le sud pour rejoindre la TF 58. Après avoir rendez-vous avec les trois autres groupes de porte-avions vers midi le 18 juin, les porte-avions ont pris une station de patrouille à environ 150 milles à l'ouest de Saipan. .


De cette position, sur le flanc nord des forces porteuses, Belleau Wood a participé à la bataille de la mer des Philippines. Bien que les avions de recherche américains n'aient pas pu trouver les porte-avions japonais qui approchaient, la présence de « fouineurs » ennemis basés à terre autour de la force opérationnelle américaine a indiqué que les Japonais les avaient trouvés. Le matin du 19, Belleau Wood, avec Bataan, a lancé des avions CAP et ASP pour garder TG 58.1. Malgré l'apparition de 14 raids ennemis sur le radar, aucun n'a fermé le groupe de travail. Les combattants américains ont brisé toutes les formations ennemies et perturbé les attaques que les Japonais ont réussi à développer. Non seulement le porte-avions léger a aidé à parer l'air basé sur les porte-avions ennemis, mais il a également envoyé un chasseur dans les airs au-dessus de Guam pour neutraliser les avions japonais basés à terre. Au cours du premier jour de la bataille de la mer des Philippines, les avions de Belleau Wood ont revendiqué 10 "Zekes" détruits au-dessus du champ Orote de Guam, une partie des quelque 300 avions japonais perdus dans la bataille surnommés les "Great Marianas Turkey Shoot".


Le matin du 20, Belleau Wood a lancé ses missions CAP et ASP habituelles et a navigué vers l'ouest alors que la force opérationnelle se préparait pour un deuxième jour de bataille. Cependant, les porte-avions japonais avaient commencé à se retirer vers l'ouest la veille au soir et les avions de recherche américains ne pouvaient pas les trouver. Tard dans la journée, après avoir entendu un rapport d'observation à 16 h 13, le porte-avions léger a lancé six chasseurs et quatre bombardiers torpilleurs pour accompagner une frappe de 206 avions de dernière minute. Le raid a attrapé les Japonais en retraite au crépuscule, a coulé le porte-avions léger Hiyo et en a endommagé un autre. Les chasseurs de Belleau Wood ont également revendiqué trois « Zekes » en combat aérien. Les avions américains ont ensuite volé vers l'est pour un atterrissage de nuit difficile, rendu possible uniquement lorsque la task force a allumé son pont et ses projecteurs.


Après une poursuite futile en poupe le lendemain, la task force américaine abandonna la poursuite et rebroussa chemin vers les Mariannes. Le CAP de Belleau Wood a partiellement sauvé la journée en éclaboussant un « Betty » lors d'un balayage de routine. Le porte-avions léger a ensuite fait le plein, récupéré des avions qui avaient atterri sur d'autres porte-avions et aidé à rechercher des pilotes encore à l'eau. Le 23, le TG 58.1 se dirigea vers le nord-ouest en direction des îles Bonin, tentant d'achever les attaques annulées le 16. Le Belleau Wood lança le CAP tandis que les trois autres porte-avions frappèrent Iwo Jima à l'aube du 24, et les combats aériens qui s'ensuivirent détruisirent la plupart des avions japonais restants dans les Bonins. Le groupe de travail s'est ensuite retiré sur les Marshalls, ancrant à Eniwetok le 27.


Le porte-avions léger n'est resté à Eniwetok que brièvement, après avoir été envoyé à Hawaï pour des améliorations à la capacité de ses avions. En quittant les Marshalls le 27, le Belleau Wood est arrivé à Pearl Harbor le 2 juillet. Elle est entrée dans le chantier naval le lendemain et, au cours de la semaine suivante, a reçu des modifications pour ranger les munitions des fusées d'avion. Après une brève formation au large d'Hawaï, elle est retournée aux Marshalls le 22 juillet et est arrivée à Eniwetok le 30. Le jour suivant, elle a navigué pour les Mariannes, faisant le rendez-vous avec TG 58.4 le 2 août.


Arrivant deux semaines après le début de la campagne de Guam, l'avion de Belleau Wood a effectué des frappes d'appui au sol contre les positions japonaises autour du mont Santa Rosa lors de la dernière poussée pour sécuriser l'île. Le 13 août, elle est revenue à Eniwetok et a commencé des préparatifs pour « adoucir » les raids contre les Îles Palau, l'Île Yap, Mindanao aux Philippines et les Îles Bonin. Le but de ces frappes était de détruire toutes les forces aériennes ennemies qui pourraient contester les prochains débarquements à Morotai et dans le Palaus.


Le porte-avions léger, mené par le Wasp (CV-18) et deux autres porte-avions du TG 38.1, s'est démarqué d'Eniwetok le 29 août pour des frappes contre le Palaus. Au cours des opérations de vol de routine le lendemain, un "Hellcat" s'est écrasé sur le pont de Belleau Wood, tuant le commandant adjoint des opérations aériennes du TG 38.1, le Cmdr. G. D. Cady et deux membres d'équipage du poste de pilotage. Malgré ce mauvais présage, l'attaque s'est poursuivie le 7. Bien que certains avions Belleau Wood aient heurté l'usine de phosphate d'Angaur, ses avions ont principalement piloté des CAP et des ASP pour le groupe opérationnel. Les porte-avions se dirigent ensuite vers le nord pour frapper les installations japonaises sur Mindanao. Le 9, le CAP du porte-avions léger abattit un bombardier terrestre Yokosuka P1Y "Frances" et un "Nick" près de Mindanao, mais il coûta au Fighter Squadron (VF) 24 un "Hellcat" et son pilote.


Le 10 septembre, Belleau Wood a lancé des balayages de chasseurs sur les aérodromes de Buayan et Digos tandis qu'une frappe "Avenger" a frappé l'aérodrome de Cotabato. Cependant, les cibles se sont avérées rares à Mindanao et le groupe de travail a mis l'accent sur les Visayas dans le centre des Philippines. Le 12, un chasseur balaie Negros et Cebu abattit deux « Zekes », un chasseur Nakajima Ki-43 « Oscar » et un bombardier torpilleur Nakajima B6N « Jill ». Des attaques à la roquette contre des aérodromes, des casernes et des navires côtiers ont terminé la journée. Le 13, le CAP de Belleau Wood a éclaboussé une dernière paire d'avions, un "Frances" et un "Oscar", avant de finalement virer au sud pour la Nouvelle-Guinée. Le lendemain, alors qu'elle était en route pour soutenir les débarquements de Morotai, elle a envoyé un chasseur sur Zamboanga qui a revendiqué cinq "Bettys" et un "Nick" détruits au sol. Après cette opération réussie, le TG 38.1 a fait une pause et a effectué des missions de couverture aérienne et ASP "de routine" près de Morotai lors des atterrissages qui y ont été effectués entre le 15 et le 17 septembre. Le jour suivant, Belleau Wood est passé au TG 38.4 et a navigué vers le port de Seeadler sur Manus pour reconstituer des munitions et des provisions.


Elle est restée à Manus pendant trois jours, quittant le Port de Seeadler le 24 septembre en compagnie d'Enterprise, Franklin (CV-13) et San Jacinto (CVL-30) pour des opérations de patrouille au large de Palau. Le groupe de travail a flâné dans ces eaux jusqu'au 5 octobre, attendant qu'un typhon se dissipe, avant de se diriger vers un rendez-vous à l'ouest des Mariannes. Le 7, le TG 38,4 a rejoint le reste des porte-avions rapides et l'ensemble de la force opérationnelle a fait le plein avant de commencer une course à grande vitesse vers les îles Ryukyu.


Dans un effort pour détruire la puissance aérienne japonaise à l'appui de la libération prévue de Leyte plus tard ce mois-là, des avions porteurs frappent Okinawa et deux îles plus petites le 10 octobre. Ils ont réclamé des dizaines d'avions et des dizaines de petits cargos côtiers. Le lendemain, alors que le groupe opérationnel de Belleau Wood se déplaçait vers le sud-ouest, il lança des frappes aériennes contre les aérodromes japonais sur Luzon avant de se concentrer avec le reste de la TF 38 pour un coup contre Formosa.


Pendant les deux jours suivants, le groupe de Belleau Wood a lancé des balayages de chasseurs et des raids de bombardement contre les aérodromes, les ports et les installations de cette île. Ses pilotes ont revendiqué cinq avions abattus lors de balayages de chasseurs et son CAP a éclaboussé cinq "Bettys", trois "Zekes" et un "Oscar" lors d'une contre-attaque japonaise le 13. Ce soir-là, six « Betty » ont percé l'écran antiaérien et les canons de 20 et 40 millimètres de Belleau Wood ont aidé à éclabousser quatre des attaquants.


Le 14 octobre, le TG 38.4 a commencé des frappes contre les Philippines à l'appui des prochains débarquements de Leyte. Les aérodromes d'Aparri ont été touchés en premier et, au cours des six jours suivants, les avions de Belleau Wood ont aidé à travailler dans la région de la baie de Manille et de Leyte, revendiquant 11 avions ennemis, deux cargos et un pétrolier. Son CAP a également aidé à repousser une paire de contre-attaques japonaises faibles lancées depuis les aérodromes endommagés de Manille. Le porte-avions léger a ensuite assuré des missions CAP et ASP pour les atterrissages de Leyte entre le 20 et le 23 octobre.


Les Japonais ont répondu à l'invasion de la baie de San Pedro en envoyant quatre groupes de travail pour intercepter l'invasion américaine. Cela a commencé une série d'actions plus tard appelées collectivement la bataille du golfe de Leyte. Le 24, le groupe de travail de Belleau Wood a pris position au large de Samar et a lancé des avions au-dessus des Visayas occidentales pour trouver les Japonais. Ayant repéré l'un des groupes ennemis ce matin-là, le TG 38.4 lance une frappe de 26 chasseurs et 39 bombardiers contre les Japonais. Dans l'attaque qui a suivi, faisant partie d'un certain nombre de frappes appelées plus tard la bataille de la mer de Sibuyan, les avions de Belleau Wood ont revendiqué des torpilles sur au moins un cuirassé. Ce soir-là, son groupe opérationnel reçut l'ordre d'intercepter et de couler quatre porte-avions japonais repérés au nord des Philippines.


Bien que les avions de Belleau Wood n'aient joué qu'un rôle de soutien dans la bataille du cap Engaño le 25, au cours de laquelle les quatre porte-avions japonais ont été coulés, ses "Avengers" ont aidé à couler le croiseur léger Tana. Pendant ce temps, deux autres groupes opérationnels japonais ont été détruits loin au sud par des navires de surface américains lors de la bataille du détroit de Surigao, tandis que le troisième battait en retraite sous une attaque aérienne lourde à la suite d'une lutte désespérée menée par les porte-avions d'escorte, les destroyers et les destroyers d'escorte américains lors de la bataille. au large de Samar.


Après avoir fait le plein le 26, le TG 38.4 passa les quatre jours suivants à fournir une couverture aérienne pour les opérations au sol sur Leyte et à lancer des frappes aériennes contre les navires ennemis. Des raids ont également frappé les aérodromes autour de Manille pour détruire les renforts japonais venant du nord. En réponse, les pilotes japonais ont commencé à effectuer des missions suicides - des attaques kamikazes - contre les navires américains aux Philippines. Le 29, un kamikaze touche TG 38.2 et endommage l'Intrepid (CV-11). Vers 14h00 le lendemain, alors que le groupe opérationnel de Belleau Wood opérait près de Leyte, cinq kamikazes ont échappé au CAP en fermant les navires de guerre à une altitude de 18 000 pieds. Des tirs antiaériens en ont éclaboussé trois, mais un s'est écrasé sur Franklin, tuant 56 hommes et en blessant grièvement 14 autres. Le cinquième avion, identifié comme un chasseur porteur Mitsubishi A6M3 « Hamp », a d'abord largué une bombe sur Franklin puis, à 14 h 27, s'est arrêté et a plongé sur Belleau Wood. Le chasseur japonais a plongé dans le pont d'envol du porte-avions léger, frappant parmi 11 "Hellcats" à pleine charge. Plusieurs explosions ont déclenché de vastes incendies qui ont mis trois heures à maîtriser les équipes de contrôle des dommages. Avec son pont d'envol troué et des pertes au nombre de 92 hommes tués et 97 blessés, Belleau Wood se retira dans les Carolines.


L'équipage du porte-avions léger a effectué des réparations mineures à Ulithi entre le 3 et le 10 novembre avant de partir pour San Francisco, y arrivant via Pearl Harbor le 29. Entrant dans la cale sèche à Hunters Point le lendemain, Belleau Wood a commencé une révision de six semaines au cours de laquelle il a reçu des réparations des dommages de combat et a ajouté des canons de 40 millimètres à son armement. À la mi-janvier 1945, elle a terminé les réparations et est retournée au combat, arrivant à Ulithi le 7 février.


Trois jours plus tard, le porte-avions léger rejoint le TG 58.1, construit autour de Hornet, Wasp et Bennington (CV-20), pour un raid sur les îles japonaises. Cette frappe a été conçue pour empêcher les avions ennemis d'interférer avec les opérations contre les îles Bonin et Ryukyu. Ces groupes, dont les îles d'Iwo Jima et d'Okinawa, étaient les cibles des invasions américaines prévues pour février et avril 1945. Le premier devait fournir des aérodromes d'urgence aux B-29 bombardant le Japon depuis les Mariannes et servir de base à leur chasseur. escortes, tandis que cette dernière était nécessaire pour soutenir toute invasion future des îles japonaises.


Le Groupe de Tâche 58.1 a fumé à une position approximativement 125 milles au sud-est de Tokyo le 16 février. De là, les porte-avions lancent des frappes répétées contre les aérodromes de la région, affirmant la destruction de plusieurs centaines d'avions ennemis. Le CAP de Belleau Wood a éclaboussé l'un d'entre eux, abattant un avion de reconnaissance Mitsubishi Ki-46 "Dinah" près du groupe opérationnel ce matin-là. Après que le mauvais temps a annulé les grèves restantes l'après-midi suivant, les transporteurs ont fumé alors au sud pour soutenir les débarquements amphibies prévus le 19 février sur Iwo Jima.


Au cours des cinq jours suivants, les avions de Belleau Wood ont survolé l'île et bombardé l'aérodrome de Susaki sur Chichi Jima pour interdire son utilisation à l'ennemi. Puis, dans un effort pour arrêter les attaques kamikazes incessantes, qui venaient d'endommager le Saratoga (CV-3) et de couler le Bismarck Sea (CVE-95), le groupe se dirigea vers le nord pour un autre raid sur Tokyo. Le mauvais temps a cependant entravé leurs attaques le 25 février et les porte-avions ont tourné vers le sud-ouest pour une frappe sur Okinawa. Bien que les avions du porte-avions léger aient principalement volé des CAP et des ASP au cours des jours suivants, ses "Avengers" ont mené de nombreuses attaques à la roquette sur Okinawa le 1er mars. Suite à ces frappes, les porte-avions se sont retirés à Ulithi le 4 pour préparer la prochaine opération, la capture d'Okinawa Gunto.


Après 10 jours d'entretien et de ravitaillement, le Belleau Wood a rejoint le TG 58.1, comprenant également le Hornet, le Wasp, le Bennington et des destroyers de soutien, et a navigué le 14 mars pour la dernière opération amphibie majeure de la guerre. Chargé de réprimer les avions japonais sur Kyushu, l'île d'origine japonaise la plus au sud, le groupe de travail a lancé des balayages de chasseurs et des frappes de bombardiers contre les aérodromes et les bases navales japonaises à Kure et Kobe le 18. Au cours des trois jours suivants, les chasseurs du porte-avions léger sont restés occupés, brisant de nombreuses contre-attaques d'avions japonais. Huit combattants du CAP, ainsi que huit du Hornet, ont fait 21 morts lors d'une de ces attaques le 21.


Entre le 23 et le 28 mars, les avions de Belleau Wood frappent Okinawa Jima et effectuent des balayages de chasse au-dessus du Nansei Shoto. Puis, conjointement avec des bombardiers quadrimoteurs Boeing B-29 « Superfortress » volant au départ des Mariannes, elle a lancé un raid d'une journée sur les aérodromes de Kyushu le 29 avant de retourner aux opérations d'Okinawa. Après les débarquements amphibies là-bas le 1er avril, le porte-avions léger a survolé le CAP au-dessus des forces amphibies et a commencé des frappes aériennes intensives à l'appui des opérations du Corps des Marines à terre. Le 6 avril, un « Zeke » a fermé dans une tentative d'attentat suicide, mais la batterie antiaérienne de Belleau Wood a éclaboussé l'avion à environ 30 mètres sur le faisceau tribord. Un homme enrôlé a été perdu par-dessus bord dans l'explosion sous-marine qui a suivi.


Le 7 avril, les avions de Belleau Wood ont participé à la bataille de la mer de Chine orientale, lorsque des avions de recherche américains ont repéré une force opérationnelle japonaise construite autour du cuirassé Yamato. Des centaines d'avions porte-avions américains ont attaqué la force japonaise alors qu'elle se dirigeait vers le sud depuis Kyushu. Les pilotes du Belleau Wood ont touché plusieurs destroyers ennemis, aidant à couler la majeure partie de la force opérationnelle et à chasser le reste.


Le porte-avions léger a ensuite passé trois semaines épuisantes à alterner entre des balayages de CAP sur Okinawa et des frappes aériennes sur les aérodromes japonais à proximité, revendiquant deux bombardiers Aichi D3A "Val" et un "Oscar" en combat aérien. Au cours de deux attaques ennemies majeures contre le groupe opérationnel, les 12 et 16 avril, ses pilotes de chasse se sont attribués 11 autres avions japonais. Le porte-avions léger se retira ensuite vers Ulithi pour se ravitailler, y arrivant le 30 avril.


Belleau Wood a repris les opérations d'Okinawa le 12 mai et a remplacé Bunker Hill (CV-17) - lourdement endommagé lors d'une attaque kamikaze la veille - dans le TG 58.3. Avec ceux d'Essex, Hancock (CV-19) et Cabot (CVL-28), son avion a commencé plusieurs semaines d'attaques aériennes exténuantes sur Okinawa et Kyushu. Au cours de ces opérations, les pilotes du porte-avions léger ont réclamé un chasseur Nakajima Ki-84 "Frank" et un "Betty", au prix d'un bombardier-torpilleur perdu dans un tir antiaérien. Bien que le début de la saison estivale des typhons ait annulé les opérations aériennes début juin, une grève s'est glissée pour frapper Okinawa le 7. Néanmoins, le mauvais temps continu a finalement conduit les transporteurs hors de la station et, le 10 juin, ils ont fumé au sud vers les Philippines, jetant l'ancre dans la baie de San Pedro le 13 juin.


Après deux semaines de réparations et d'entraînement, Belleau Wood a pris la route le 1er juillet pour les îles japonaises. Là, les avions du porte-avions léger ont frappé des aérodromes dans la région de la baie de Tokyo le 10 et ont lancé des roquettes sur des cibles d'opportunité sur Hokkaido les 14 et 15 juillet. Après d'autres frappes autour de Tokyo le 17, et une retraite de ravitaillement entre le 19 et le 23 juillet, il envoie ses avions frapper la base navale de Kure le 24. Là, ils ont trouvé et aidé à couler le cuirassé-transporteur Hyuga et 15 petites embarcations dans le port. Le lendemain, alors que les avions de Belleau Wood frappaient les aérodromes de Kilone et de Yokaichi, ils ont été "rebondis" par des chasseurs japonais. Dans la mêlée qui a suivi, ses combattants ont réclamé cinq "Franks" et deux "Tonys" au prix de deux des leurs.


De fortes tempêtes ont annulé la plupart des frappes aériennes à la fin du mois, limitant ses attaques aux raids d'aérodrome les 28 et 30 juillet. Puis une retraite de ravitaillement, combinée à un passage de typhon, a retardé les attaques jusqu'au 9 août. Ce jour-là, ses avions ont frappé des aérodromes dans le nord de Honshu et ont interrompu une frappe de bombardiers japonais à longue portée prévue contre les Mariannes. Elle est retournée dans la région de Tokyo le 13 pour chasser les avions japonais cachés dans des aérodromes camouflés. Le 15 août, quatre "Hellcats" ont rencontré des avions japonais attaquant des "Avengers" à équipage britannique et, dans ce qui s'est avéré être leur dernière action de combat de la guerre, les chasseurs de Belleau Wood ont ensuite abattu cinq "Zekes" et un "Oscar" sans perte . Toutes les autres missions de combat ont été annulées peu de temps après, suite à la nouvelle que les Japonais avaient l'intention de se rendre.


Du 16 au 21 août, le Belleau Wood croise au large de la côte est du Japon en attendant des instructions sur les modalités de reddition. Le 22, elle a commencé à voler des missions de recherche au-dessus de Shikoku et du sud de Honshu, larguant des fournitures aux prisonniers de guerre alliés. Ces missions se sont poursuivies jusqu'au 10 septembre, date à laquelle le porte-avions léger a pénétré dans la baie de Tokyo pour y être entretenu. Cinq jours plus tard, elle a navigué pour Eniwetok via Saipan, y arrivant le 23. Après avoir chargé la cargaison, elle a navigué en arrière au Japon le 7 octobre, jetant l'ancre dans la Baie de Tokyo le 12ème. Là, elle a embarqué plusieurs centaines de passagers et a navigué ensuite vers l'est le 20 septembre, arrivant à Pearl Harbor le 28 octobre.


Affecté au service "Magic-Carpet", l'équipage du Belleau Wood a d'abord installé 600 couchettes sur le pont du hangar, puis a embarqué 1 248 soldats de l'armée et des blessés de la marine pour le transport vers leur domicile. Le navire de guerre est devenu en route le 1 novembre et amarré à San Pedro, Californie, le 6 novembre. Elle a fait alors un voyage aller-retour à Guam commençant le 11 novembre, en rendant 2 053 passagers à la côte ouest le 10 décembre. Le transporteur léger a effectué un troisième voyage "Magic-Carpet" à Guam, entre le 18 décembre 1945 et le 31 janvier 1946, avant de se présenter pour inactivation à San Francisco.


Pour l'année suivante, Belleau Wood est resté amarré à divers endroits dans la région de San Francisco en cours de conversion et d'inactivation jusqu'à ce qu'il soit mis hors service, en réserve, à la base aéronavale d'Alameda le 13 janvier 1947. France le 5 septembre 1953 dans le cadre du Programme d'assistance de défense mutuelle. Après avoir servi dans la Marine française sous le nom de Bois Belleau, le porte-avions a été remis à la garde de la Marine au début de septembre 1960 au chantier naval de Philadelphie. Son nom a été rayé du Naval Vessel Register le 1er octobre 1960 et il a été vendu à la Boston Metals Co., le 21 novembre 1960 pour démolition.


Belleau Wood a reçu 12 étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale. [1]


USS Belleau Woods CV 24 - Histoire

Le grand-père de ma femme était également à bord de ce navire. Nous venons de le perdre le week-end dernier
faire à la santé défaillante. Si vous savez comment contacter d'autres compagnons de bord, veuillez faire suivre
cela pour eux aussi. TOUS ET TOUS SONT INVITÉS !

J'ai assez de courage pour lui poser des questions sur son expérience de guerre il y a quelques semaines et
il m'a donné très peu de détails. J'aurais aimé lui demander plus tôt pour bien comprendre
son expérience. J'espère que d'autres camarades assisteront à ses funérailles avec tous les honneurs militaires.

Roland "Rollie" J. Huibregtse, 86 ans, de Sheboygan Falls, est décédé samedi,
11 juin 2011 à son domicile avec sa famille à ses côtés. Rollie est née le 11 décembre
1924 à Plymouth, WI à John et Helen (Duerlow) Huibregtse. Il a assisté à Sheboygan
Écoles des chutes.

Rollie a épousé feu Carolyn Carpenter en 1947 dans le Michigan et a célébré son 63e anniversaire de mariage le 11 novembre dernier, jour des anciens combattants. Dans sa jeunesse, Rollie aimait la chasse, la pêche et, plus tard, il attendait avec impatience ses jours de « rendez-vous » du mercredi.
avec Carolyne.

Rollie a rejoint le Corps des Marines des États-Unis en 1943 et a servi dans le Pacifique, l'Asie, les Philippines, Guam et Hawaï à bord de l'USS Belleau Wood.

Rollie était membre de la première église réformée de Sheboygan Falls. C'était un passionné
fan de sport, ne manque pas un Brewer ou Packer Game. Il était membre de la Légion américaine,
VFW et pompier volontaire pour le service d'incendie de Sheboygan Falls pendant 21 ans.
Rollie a travaillé chez Kohler Co. pendant 42 ans et a pris sa retraite du département de la sécurité.

Rollie laisse dans le deuil quatre filles et trois fils, Thomas, Lawton, Okla. Dick (Gail), Sheboygan Falls Sue (Roger), Sheboygan Falls Joyce (Myron) Praeger, Port
Washington Jane Huibregtse, Kay (Mike) Braun et Peter, tous les petits-enfants de Sheboygan Falls 14, Jennifer, Shelly (Dave), Gina (Clint), Mark (ami spécial, Gretchen),
Michael, Kristi (Caleb), Jill, Jason (Amanda), Joel (ami spécial, Ashley), Rachel (ami spécial, Nick), Brendan, Blake, Carly et Nicole (ami spécial, Robert) huit arrière-petits-enfants, Jaymz , Jedidiah, Zachariah, Charlie, Brody, Macy, Madylin, Damon (ami spécial, Kyra) deux soeurs, Marcella (Sally) Vreeke, Sheboygan Marjorie Wangemann, Sheboygan deux frères, Dale (Dolly), Jerry (Kay) tous deux de Sheboygan Falls . Il laisse également dans le deuil JoAnn Bartzen, Marjorie (Wayne) Siefert et Faye Entringer, tous de Sheboygan
et animal de compagnie spécial, le sarrasin.

Rollie a été précédé dans la mort par sa femme Carolyn ses parents ses beaux-parents, John et Helen Carpenter un frère, Clarence (Peanuts) et quatre beaux-frères, Roger Vreeke,
Guy Entringer, Clem Bartzen et Ted Wangemann.

Les funérailles pour célébrer la vie de Rollie auront lieu à 15 h. le jeudi 16 juin 2011, à
Première église réformée à Sheboygan Falls, présidée par le révérend Brad Veenendaal.
L'inhumation se fera au cimetière de Sheboygan Falls avec tous les honneurs militaires.

Les parents et amis peuvent accueillir la famille à partir de 13h. jusqu'au moment du service
Jeudi à l'église. Un fonds commémoratif a été créé au nom de Rollie pour Sharon
S. Richardson Community Hospice et First Reformed Church.

Pour les commémorations en ligne et plus d'informations, veuillez visiter www.wenig funérailles.com.

Wenig Funeral Home à Sheboygan Falls (920-467-3431) aide la famille de Rollie à faire les arrangements.

Mon père, Alvin Harold Casey, a servi sur l'USS Belleau Wood pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était sur le porte-avions pour toutes les campagnes pendant la Seconde Guerre mondiale. Après avoir obtenu son diplôme de l'Oklahoma A&M (maintenant Oklahoma State University), il est entré dans le service en tant qu'enseigne, quittant le service en 1946 en tant que lieutenant principal. Il était responsable du hangar où les bombes étaient chargées, les avions ravitaillés, etc. Je voudrais contacter d'autres qui ont servi ou leurs enfants.

Vous trouverez ci-dessous une courte esquisse qui a été incluse dans une histoire familiale que nous avons publiée (publiée pour la première fois en 1980). J'ai quelques documents que mon père a gardés du navire - principalement des manuels de réparation d'armes à feu et des manuels de formation au pilotage. En outre, une copie d'un bulletin d'information sur un navire (2 pages) - apparemment, ils publiaient chaque semaine un dépliant hebdomadaire pour les marins afin de les tenir au courant des activités du navire et de la guerre.

Je suis très surpris qu'on puisse trouver si peu sur l'équipage et les activités quotidiennes de ce transporteur. Je n'ai jamais réussi à convaincre mon père de discuter des détails de son service - et j'ai essayé plusieurs fois. Il me disait de petites pièces. Je sais que lorsque le navire a été touché par l'avion japonais qui a mis le feu aux munitions et au carburant, il a perdu presque tout son commandement alors qu'ils chargeaient activement les avions pour un engagement. Il était normalement dans le hangar avec son équipage, mais était en réunion d'officiers lorsque les attaques ont commencé.

J'ai aussi une douzaine de lettres que ma mère a écrites à mon père alors qu'il était sur le bateau. J'ai découvert ces lettres après la mort des deux. Apparemment, mon père voulait rester dans la marine et ma mère n'était pas ravie d'être une épouse de la marine. En raison de sa contribution, il ne resta pas dans la Marine après la fin de la guerre.

À un moment donné, son navire a été amélioré pour avoir un anti-aérien contrôlé par radar, ce qui était très efficace. C'était très étrange qu'il ait de la compassion pour ces pilotes japonais car il y avait extrêmement peu de chances de passer les canons contrôlés par radar. C'est à peu près tout ce que je sais sur son service.

J'adorerais connaître tous les détails que d'autres pourraient avoir. D'après mes recherches, ce porte-avions a grandement contribué à vaincre les Japonais. Les pilotes de ce porte-avions ont coulé un porte-avions japonais et ont également abattu le dernier avion japonais de la guerre. Mon oncle, Bill Casey, a servi dans l'armée en Europe et était capitaine à la fin de la guerre. Il est resté dans le service et a pris sa retraite en tant que lieutenant-colonel. Le mari de ma nièce (Bill Nixon) fait également carrière dans l'armée de l'air et a récemment été promu lieutenant-colonel. Il a plus de dix combats actifs
missions (plusieurs tournées en Irak et en Afghanistan). Bill pilotait des avions de chasse, mais pilote maintenant les gros avions de transport.

"ALVIN HAROLD CASEY (6 ans) est le fils de Louis Bertie Casey et de Florence Larue (Shelton) Casey. Harold est né le 9 mars 1915 dans une ferme à environ six miles à l'est de Stigler dans le comté de Haskell, Oklahoma. En 1931 (à l'âge de seize ans), Harold est diplômé de l'école secondaire Keota et était le major de sa classe. Lorsqu'il a obtenu son diplôme d'études secondaires, le pays était dans sa plus grave dépression économique. La main-d'œuvre agricole embauchée était payée cinquante cents par jour, mais les emplois étaient presque impossibles à trouver. Les deux premières années après le lycée
ont été passés à travailler sur la ferme de son père qui avait vingt-cinq acres
verger de pommiers.

De 1933 à 1936, Harold a servi dans l'armée et a été affecté à la 18e artillerie de campagne à Fort Sill, Oklahoma. En septembre 1937, Harold et son frère Louis se sont inscrits à l'Oklahoma State University. Tandis que
fréquentant l'université, Harold et Louis ont joué dans un groupe de western qui s'appelait eux-mêmes The Rangers. En tant qu'étudiant à l'Oklahoma State University, Harold était membre de Blue Key, Phi Kappa Phi, Alpha Zeta, vice-président du chapitre collégial des Future Farmers of America et était surveillant et président d'Aggie Halls.

En mai 1941, Harold a obtenu un baccalauréat ès sciences en enseignement agricole. Après avoir obtenu son diplôme, Harold est devenu instructeur en agriculture à Helena, Oklahoma. Le 31 décembre 1941, Harold Casey épousa Ethel Bernice Brooks à Elk City, Oklahoma.

Bernice est née le 1er mai 1919 près d'Elk City, Oklahoma et est la fille de Robert Wesley Brooks et Julia Ann (Bryan) Brooks. Harold et Bernice s'étaient rencontrés alors qu'ils étaient étudiants à l'Oklahoma State University pendant la dernière année d'Harold. Bernice a obtenu son diplôme en économie domestique en 1942 à l'Université d'État de l'Oklahoma.

D'avril 1943 à février 1946, Harold a servi dans la marine et a atteint le grade de lieutenant supérieur. Au cours de sa carrière navale, il a été stationné avec la Cinquième Flotte à Hawaï, à Saipan, aux Philippines et au Japon. Après la guerre, Harold et Bernice Casey ont déménagé à Guthrie, Oklahoma, où Harold a été employé comme agent de vulgarisation des programmes 4-H. Après six semaines, il a été promu agent agricole du comté.

En 1955, Harold a complété ses exigences pour une maîtrise en sciences de l'Université d'État de l'Oklahoma.
Pendant qu'il vivait à Guthrie, Harold a été président du Guthrie Lions Club, secrétaire de cabinet du directeur de district du Lions club, président de l'Oklahoma Association of Fairs et chef scout des Boy Scouts. Il a reçu plusieurs prix, dont le concours KVOO Greener Pastures, le concours de démonstration d'engrais de la Tennessee Valley Authority, le prix de l'Oklahoma Fertilizer Dealers Association, le concours Oklahoma Farmer-Stockman Neighbourhood Progress, le prix Oklahoma Seedsmen et la chambre de commerce de Guthrie.
Prix ​​d'accomplissement.

En juillet 1957, Harold a été promu directeur d'extension de district et a déménagé à Stillwater, Oklahoma pour son nouveau poste. En juillet 1961, Harold a reçu un doctorat en éducation (EdD) de l'Oklahoma State University avec spécialisation en administration dans l'enseignement supérieur et en supervision du personnel. En septembre 1968, Harold est promu directeur du personnel de l'Oklahoma State University Extension Service et reste à ce poste jusqu'à sa retraite en juillet 1976.

De juillet 1976 à juillet 1977, Harold a été professeur agrégé au département d'enseignement agricole de l'Oklahoma State University. Au cours de cette année, il a co-écrit le cours par correspondance de quatre heures, Education to Feed a Hungry World. Il a également écrit un cours crédité d'études supérieures de trois heures sur la planification des programmes de vulgarisation.

Harold a été président de la section d'Epsilon Phi de l'Oklahoma State University en 1968 et a reçu son State Staff Superior Service Award en 1972. En 1973, il a reçu le National Epsilon Sigma Phi Certificate of Recognition. Harold a fait partie d'un groupe de travail national sur la vulgarisation chargé d'élaborer des directives que les services de vulgarisation de l'État pourraient utiliser pour développer des instruments d'évaluation des performances de leurs employés. Harold a développé le premier instrument écrit d'évaluation des performances et le plan d'administration des salaires pour l'État de l'Oklahoma
Service de vulgarisation coopérative universitaire. Il était un orateur fréquent de réunions d'État et régionales pour les employés de la vulgarisation professionnelle. Harold et Bernice Casey sont les parents de trois enfants :

. Patrick Jon Casey (6.1), n. 5 juillet 1943, Elk City, Oklahoma
. David Myron Casey (6.2), b. 13 septembre 1947, Guthrie,
Oklahoma
. Robert Brooks Casey (7), b. 25 mai 1951, Guthrie, Oklahoma

Harold Casey, Bernice (Brooks) Casey et leur fils, Robert, sont des généalogistes actifs depuis de nombreuses années. Harold et Robert ont publié « Casey Family History » en 1980 et « Shelton, Wininger and Pace Families » en 1988. Bernice et Robert ont publié « Brooks Family History » en 1982 et « Olliff Family History » en 1992.

Harold Casey est décédé le 8 janvier 1991 à Stillwater, Oklahoma et Bernice (Brooks) Casey est décédé le 9 mars 2002 à Stillwater, Oklahoma. Tous deux ont été enterrés au cimetière de Gracelawn à Edmond, Oklahoma."


USS Belleau Woods CV 24 - Histoire

L'USS Belleau Wood était le 4e des 9 porte-avions légers de la classe Indépendance qui ont été lancés du 1er mai 1941 au 26 octobre 1942 au chantier naval de New York à Camden dans le New Jersey.

La quille du porte-avions léger USS Belleau Wood (CVL-24) a été posée en tant que croiseur léger New Haven (CL-76) le 11 août 1941. Le 16 février 1942, le croiseur en construction New Haven a reçu l'ordre d'être converti en porte-avions léger par l'ajout d'un pont suspendu et d'un pont d'envol au-dessus.

Caractéristiques:

Déplacement: 14 751 tonnes pleine charge
Dimensions: 600 x 71,5 x 26 pieds
Pont d'envol: 573 x 71 pieds
Propulsion: Turbines à vapeur, chaudières 4 565 psi,
4 arbres, 100 000 shp
Vitesse de pointe: 31,6 nœuds
Équipage: 1,461
Armure: rien
Armement: 2 quadruples, 8 doubles 40 mm AA,
16 simples 20 mm AA
Avion: 45 (maximum) 32 (nominal)

L'USS Belleau Wood a été lancé le 6 décembre 1942 et mis en service le 31 mars 1943. Après une brève croisière vers Trinidad, il a reçu l'ordre de rejoindre la Task Force 50 dans le Pacifique et est arrivé à Pear Harbour le 26 juillet 1943.

Le 30 octobre 1944, l'USS Belleau Wood a été heurté par un Kamikaze sur son pont d'envol arrière et les incendies et les explosions de munitions qui en ont résulté ont tué 92 de ses membres d'équipage. Il a reçu des réparations temporaires au mouillage avancé de la flotte d'Ulithi, puis sur la base navale de Hunter's Point à San Francisco pour des réparations plus importantes, retournant à Ulithi et à la Task Force 58 le 7 février 1945.

Le 16 juin 1945 Groupe aérien 31 a été pris à bord de l'USS Belleau Wood à Leyte aux Philippines et ils ont effectué des missions contre des cibles sur le Japon continental pendant les 2 derniers mois des hostilités.

L'USS Belleau Wood est resté dans les eaux japonaises après la reddition et les pilotes de l'Air Group 31 ont participé au survol de Tokyo lors des cérémonies officielles de reddition le 2 septembre 1945.

L'USS Belleau Wood est arrivé à Pearl Harbor le 28 octobre 1945 et est parti pour San Diego avec 1248 militaires de retour. L'USS Belleau Wood a continué à renvoyer des militaires du Pacifique jusqu'au 21 janvier 1946, date à laquelle il a été mis hors service à la base aéronavale d'Alameda dans la baie de San Francisco.

L'USS Belleau Wood a reçu une Presidential Unit Citation et 12 Battle Stars pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale

Le 5 septembre 1953, l'USS Belleau Wood est transféré en France et le 9 septembre 1953, il est rebaptisé Bois Belleau (R-97)

En septembre 1960, le Bois Belleau a été renvoyé aux États-Unis et le mois suivant, il a été rayé des registres de la Marine. Elle a été vendue à la ferraille et démantelée à Chester en Pennsylvanie en 1962


Notre Newsletter

Description du produit

USS Belleau Bois CVL 24

Livre de croisière sur la Seconde Guerre mondiale

Donnez vie au livre de croisière avec cette présentation multimédia

Ce CD dépassera vos attentes

Une grande partie de l'histoire navale.

Vous achèteriez une copie exacte du USS Belleau Bois carnet de croisière pendant la Seconde Guerre mondiale. Chaque page a été placée sur un CD pour des années de visionnage agréable sur ordinateur. Les CD est livré dans une pochette en plastique avec une étiquette personnalisée. Chaque page a été améliorée et est lisible. Les livres de croisière rares comme celui-ci se vendent cent dollars ou plus lors de l'achat de la copie papier réelle si vous pouvez en trouver un à vendre.

Cela ferait un excellent cadeau pour vous-même ou pour quelqu'un que vous connaissez qui a peut-être servi à son bord. Généralement seulement UNE personne dans la famille a le livre original. Le CD permet à d'autres membres de la famille d'en avoir également une copie. Vous ne serez pas déçu, nous le garantissons.

Certains des éléments de ce livre sont les suivants :

Une fois que vous aurez visionné ce CD, vous saurez à quoi ressemblait la vie sur ce porte-avions léger pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bonus supplémentaire :

  • Plusieurs images supplémentaires du USS Belleau Bois à l'époque de la Seconde Guerre mondiale (Archives nationales)
  • 22 minutes audio " La radio américaine mobilise le front intérieur " la Seconde Guerre mondiale (Archives nationales)
  • Audio 22 minutes " Allied Turncoat Broadcasts for the Axis Powers " WWII (National Archives)
  • Audio de 20 minutes d'une " traversée de l'équateur de 1967 " (pas ce navire mais la cérémonie est traditionnelle)
  • Audio de 6 minutes de " Sounds of Boot Camp " à la fin des années 50 début des années 60
  • D'autres éléments intéressants incluent :
    • Le serment d'enrôlement
    • Le credo des marins
    • Valeurs fondamentales de la marine des États-Unis
    • Code de conduite militaire
    • Origines de la terminologie de la marine (8 pages)
    • Exemples : Scuttlebutt, Chewing the Fat, Devil to Pay,
    • Hunky-Dory et bien d'autres.
    • Les images ne se dégraderont pas avec le temps.
    • CD autonome aucun logiciel à charger.
    • Vignettes, table des matières et index pour visualisation facile référence.
    • Visualisez comme un flip book numérique ou regardez un diaporama. (Vous définissez les options de synchronisation)
    • Fond musique patriotique et sons de la marine peut être activé ou désactivé.
    • Les options d'affichage sont décrites dans la section d'aide.
    • Marquez vos pages préférées.
    • La qualité sur votre écran peut être meilleure qu'une copie papier avec la possibilité de agrandir n'importe quelle page.
    • Diaporama de visualisation pleine page que vous contrôlez avec les touches fléchées ou la souris.
    • Conçu pour fonctionner sur une plate-forme Microsoft. (Pas Apple ou Mac) Fonctionne avec Windows 98 ou supérieur.

    Commentaire personnel de "Navyboy63"

    Le CD de livre de croisière est un excellent moyen peu coûteux de préserver le patrimoine familial historique pour vous-même, vos enfants ou vos petits-enfants, surtout si vous ou un être cher avez servi à bord du navire. C'est un moyen de se connecter avec le passé, surtout si vous n'avez plus le lien humain.

    Si votre proche est toujours avec nous, il pourrait considérer cela comme un cadeau inestimable. Les statistiques montrent que seulement 25 à 35% des marins ont acheté leur propre carnet de croisière. Beaucoup auraient probablement souhaité l'avoir fait. C'est une belle façon de leur montrer que vous vous souciez de leur passé et que vous appréciez le sacrifice qu'eux et beaucoup d'autres ont fait pour vous et le LIBERTÉ de notre pays. Serait également idéal pour les projets de recherche scolaire ou tout simplement l'intérêt personnel pour la documentation de la Seconde Guerre mondiale.

    Nous n'avons jamais su à quoi ressemblait la vie d'un marin pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu'à ce que nous commencions à nous intéresser à ces grands livres. Nous avons trouvé des photos dont nous ignorions l'existence d'un parent qui a servi sur l'USS Essex CV 9 pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est décédé très jeune et nous n'avons jamais eu la chance d'entendre beaucoup de ses histoires. D'une manière ou d'une autre, en visionnant son livre de croisière que nous n'avions jamais vu jusqu'à récemment, la famille a renoué avec son héritage et son héritage naval.Même si nous n'avons pas trouvé les photos dans le livre de croisière, c'était un excellent moyen de voir à quoi ressemblait la vie pour lui. Nous les considérons maintenant comme des trésors de famille. Ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants peuvent toujours être liés à lui d'une manière dont ils peuvent être fiers. C'est ce qui nous motive et nous pousse à faire la recherche et le développement de ces grands livres de croisière. J'espère que vous pourrez vivre la même chose pour votre famille.


    USS Belleau Bois (CVL-24)

    Figure 1 : USS Bois Belleau (CVL-24) dans la rivière Delaware, au large du Philadelphia Navy Yard, Philadelphie, Pennsylvanie, le 18 avril 1943. Photographie du Bureau of Ships Collection des Archives nationales des États-Unis. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 2 : USS Bois Belleau (CVL-24) dans la rivière Delaware au large du Philadelphia Navy Yard, Philadelphie, Pennsylvanie, 18 avril 1943.Cette vue a été marquée pour identifier les antennes radar SK, SC et SG et YE des radiophares d'autoguidage. Photographie du centre historique de la marine américaine. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 3 : USS Bois Belleau (CVL-24) en cours le 22 décembre 1943. Photographie officielle de l'US Navy, maintenant dans les collections des Archives nationales. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 4 : USS Bois Belleau (CVL-24) en cours le 22 décembre 1943. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 5 : Raids aéronavals sur les Mariannes, février 1944. Un bombardier japonais explose alors qu'il s'écrase dans la mer près de l'USS Bois Belleau (CVL-24) lors d'une attaque contre le groupe opérationnel 58.2 au large des îles Mariannes, le 22 février 1944. Photographié à partir de l'USS Essex (CV-9). Photographie officielle de l'US Navy, maintenant dans les collections des Archives nationales. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 6 : USS Bois Belleau (CVL-24), centre et USS Franklin (CV-13), à droite, en feu après avoir été touchés par des attaques kamikazes au large des Philippines le 30 octobre 1944. Photographié à partir de l'USS Mugford (DD-389), dont les canons de 20 mm au milieu du navire sont au premier plan. Photographie officielle de l'US Navy, maintenant dans les collections des Archives nationales (photo # 80-G-273074). Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 7 : USS Bois Belleau (CVL-24) brûlant à l'arrière après avoir été touché par un kamikaze alors qu'il opérait au large des Philippines le 30 octobre 1944. Les membres d'équipage du poste de pilotage éloignent des avions torpilleurs TBM en bon état des flammes tandis que d'autres combattent les incendies. USS Franklin (CV-13), également touché lors de cette attaque kamikaze, est en feu au loin. Photographie officielle de l'US Navy, maintenant dans les collections des Archives nationales. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 8 : USS Bois Belleau (CVL-24) Officier des transmissions d'atterrissage, le lieutenant (Junior Grade) Walter F. Wujcik, apportant un avion, vers 1945. Photographie officielle de l'US Navy, maintenant dans les collections des Archives nationales. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 9 : porte-avions français Bois Belleau , anciennement USS Bois Belleau (CVL-24), est déplacé vers un poste d'amarrage à la base navale de Norfolk à Norfolk, Virginie, pour charger des avions en décembre 1953, peu de temps avant son départ pour la France. Parmi les navires en arrière-plan se trouvent l'USS New Jersey (BB-62), USS Albanie (CA-123) et USS Casa Grande (LSD-13). Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 10 : porte-avions français Bois Belleau vers 1957, avec un radar SP sur le pont et l'antenne française DRBV-22 sur le mât plus à l'arrière. Lieu inconnu. Avec l'aimable autorisation de Robert Hurst. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

    Figure 11 : porte-avions français Bois Belleau vers les années 1950, lieu inconnu. Avec l'aimable autorisation de Joe Radigan. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


    Signification du nom

    Le navire a été nommé en mémoire de la bataille de Belleau Wood pendant la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle des soldats américains et des Marines des forces expéditionnaires américaines ont vaincu les troupes allemandes après près de quatre semaines de combats intenses. Selon la tradition du Corps des Marines des États-Unis, les défenseurs allemands les appelaient Teufelshunde (littéralement, "Devil Dog") et c'est ce surnom qui est devenu la mascotte du navire, et l'un des surnoms des US Marines (Devil Dog). [2]


    Voir la vidéo: USS Belleau Wood CVL-24 Home Movie Shot By Crew Member 1944