Black Panthers, définition et chronologie

Black Panthers, définition et chronologie

Les Black Panthers, également connus sous le nom de Black Panther Party, étaient une organisation politique fondée en 1966 par Huey Newton et Bobby Seale pour défier la brutalité policière contre la communauté afro-américaine. Vêtus de bérets noirs et de vestes en cuir noir, les Black Panthers ont organisé des patrouilles de citoyens armés d'Oakland et d'autres villes américaines. À son apogée en 1968, le Black Panther Party comptait environ 2 000 membres. L'organisation a ensuite décliné en raison de tensions internes, de fusillades meurtrières et d'activités de contre-espionnage du FBI visant à affaiblir l'organisation.

Origines et histoire des Black Panthers

Les fondateurs du Black Panther Party, Huey Newton et Bobby Seale, se sont rencontrés en 1961 alors qu'ils étaient étudiants au Merritt College d'Oakland, en Californie.

Ils ont tous deux protesté contre la célébration du « Jour des pionniers » du collège, qui honorait les pionniers venus en Californie dans les années 1800, mais omettait le rôle des Afro-Américains dans la colonisation de l'Ouest américain. Seale et Newton ont formé le Negro History Fact Group, qui a demandé à l'école d'offrir des cours d'histoire des Noirs.

Ils ont fondé les Black Panthers à la suite de l'assassinat du nationaliste noir Malcolm X et après que la police de San Francisco a abattu un adolescent noir non armé nommé Matthew Johnson.

Surnommée à l'origine le Black Panther Party for Self-Defense, l'organisation a été fondée en octobre 1966. Les premières activités des Black Panthers consistaient principalement à surveiller les activités de la police dans les communautés noires d'Oakland et d'autres villes.

Au fur et à mesure qu'ils instituaient un certain nombre de programmes sociaux et s'engageaient dans des activités politiques, leur popularité grandissait. Les Black Panthers ont reçu un large soutien des centres urbains avec de grandes communautés minoritaires, notamment Los Angeles, Chicago, New York et Philadelphie. En 1968, les Black Panthers comptaient environ 2 000 membres à travers le pays.

LIRE LA SUITE: Comment le mouvement Black Power a influencé le mouvement des droits civiques

Activités politiques et programmes sociaux

Newton et Seale se sont inspirés de l'idéologie marxiste pour la plate-forme du parti. Ils ont décrit les points de vue philosophiques et les objectifs politiques de l'organisation dans un programme en dix points.

Le programme en dix points a appelé à la fin immédiate des brutalités policières ; emploi pour les Afro-Américains; et la terre, le logement et la justice pour tous.

Les Black Panthers faisaient partie du mouvement plus large du Black Power, qui mettait l'accent sur la fierté noire, le contrôle de la communauté et l'unification des droits civiques.

Alors que les Black Panthers étaient souvent décrits comme un gang, leurs dirigeants considéraient l'organisation comme un parti politique dont l'objectif était de faire élire plus d'Afro-Américains à des postes politiques. Ils ont échoué sur ce front. Au début des années 1970, les efforts de contre-espionnage du FBI, les activités criminelles et une rupture interne entre les membres du groupe ont affaibli le parti en tant que force politique.

Les Black Panthers ont cependant lancé un certain nombre de programmes sociaux communautaires populaires, notamment des programmes de petit-déjeuner gratuits pour les écoliers et des cliniques de santé gratuites dans 13 communautés afro-américaines à travers les États-Unis.

Violence et controverses des Black Panthers

Les Black Panthers ont été impliqués dans de nombreuses rencontres violentes avec la police. En 1967, le fondateur Huey Newton aurait tué le policier d'Oakland John Frey. Newton a été reconnu coupable d'homicide volontaire en 1968 et a été condamné à deux à 15 ans de prison. Une décision de la cour d'appel a par la suite annulé la condamnation.

Eldridge Cleaver, rédacteur en chef du journal Black Panther, et Bobby Hutton, membre de Black Panther et trésorier de 17 ans, ont été impliqués dans une fusillade avec la police en 1968 qui a fait Hutton mort et deux policiers blessés.

Les conflits au sein du parti sont souvent devenus violents aussi. En 1969, Alex Rackley, membre du Black Panther Party, a été torturé et assassiné par d'autres Black Panthers qui le considéraient comme un informateur de la police.

La comptable des Black Panthers, Betty Van Patter, a été retrouvée battue et assassinée en 1974. Personne n'a été inculpé de la mort, bien que beaucoup pensaient que la direction du parti en était responsable.

Le FBI et COINTELPRO

Le message socialiste des Black Panthers et leur orientation nationaliste noire en ont fait la cible d'un programme secret de contre-espionnage du FBI appelé COINTELPRO.

En 1969, le FBI a déclaré les Black Panthers une organisation communiste et un ennemi du gouvernement des États-Unis. Le premier directeur du FBI, J. Edgar Hoover, a qualifié en 1968 les Black Panthers de « l'une des plus grandes menaces pour la sécurité intérieure du pays ».

Le FBI a travaillé pour affaiblir les Panthers en exploitant les rivalités existantes entre les groupes nationalistes noirs. Ils ont également travaillé à saper et à démanteler le programme de petit-déjeuner gratuit pour les enfants et d'autres programmes sociaux communautaires institués par les Black Panthers.

LIRE LA SUITE: Comment le programme de petit-déjeuner des Black Panthers a à la fois inspiré et menacé le gouvernement

En 1969, la police de Chicago a abattu et tué Fred Hampton et Mark Clark, membres du Black Panther Party, qui dormaient dans leur appartement.

Une centaine de balles ont été tirées dans ce que la police a décrit comme une violente fusillade avec des membres du Black Panther Party. Cependant, des experts en balistique ont déterminé plus tard qu'une seule de ces balles provenait du côté des Panthers.

Bien que le FBI ne soit pas responsable de la direction du raid, un grand jury fédéral a indiqué plus tard que le bureau avait joué un rôle important dans les événements qui ont conduit au raid.

Le Black Panther Party est officiellement dissous en 1982.

Nouvelle soirée panthère noire

Le New Black Panther Party est une organisation nationaliste noire fondée à Dallas, au Texas, en 1989. Les membres du Black Panther Party d'origine disent qu'il n'y a aucune relation entre le New Black Panther Party et les Black Panthers d'origine.

La Commission des droits civils des États-Unis et le Southern Poverty Law Center ont qualifié le New Black Panther Party de groupe haineux.

Sources

5 choses à savoir sur les Black Panthers. États-Unis aujourd'hui.
Fête de la panthère noire. Bureau fédéral d'enquête.
Les Black Panthers : révolutionnaires, pionniers du petit-déjeuner gratuit.


La fête de la panthère noire

Le Black Panther Party for Self-Defense (BPP) a été fondé en octobre 1966 à Oakland, en Californie, par Huey P. Newton et Bobby Seale, qui se sont rencontrés au Merritt College d'Oakland. C'était une organisation révolutionnaire avec une idéologie de nationalisme noir, de socialisme et d'autodéfense armée, en particulier contre la brutalité policière. Il faisait partie du mouvement Black Power, qui a rompu avec les objectifs intégrationnistes et les tactiques de protestation non violentes de la Southern Christian Leadership Conference dirigée par le Dr Martin Luther King, Jr. Le nom BPP a été inspiré par l'utilisation de la panthère noire comme symbole. qui avait récemment été utilisé par la Lowndes County Freedom Organization, un parti politique noir indépendant en Alabama.

Membres éminents du Black Panther Party

Ressources

Fichiers numérisés du FBI relatifs au Black Panther Party

Libcom.org : La Panthère Noire, archive numérique du journal du Black Panther Party

Musée national d'histoire et de culture afro-américaines : voir les femmes noires au pouvoir

Panthère noire (c. 1966-1969) NAID 12101

Le peuple et la police : Oakland (1974) NAID 12120

Documents sélectionnés relatifs à la Black Panther Party

RG 60 : Documents du ministère de la Justice

Class 144 (Civil Rights) Litigation Case Files and Enclosures, 1936 - 1997 (NAID 603432)

144-11-562 - Meurtre de Bobby J. Hutton

144-23-971 - Meurtre de Fred Hampton et Mark Clark

RG 65 : Dossiers du Federal Bureau of Investigation (FBI)

Classification 157 (Civil Unrest) Dossiers de cas, 1957 - 1978 (New Haven, Connecticut)

Classification 157 (Troubles civils) Dossiers de cas, 1957 - 1978 (Alexandria, Virginie)

RG 233 : Documents de la Chambre des représentants des États-Unis

Documents du Comité, 1945 - 1975

Présentation de Black Panther Party, suite

La philosophie du BPP a été influencée par les discours de Malcolm X de la Nation of Islam, les enseignements du président Mao Tse-Tung du Parti communiste chinois et le livre anticolonialiste Les damnés de la terre (Les Damnés de la Terre, 1961) par le psychiatre martiniquais Frantz Fanon. La pratique de l'autodéfense armée du BPP a été influencée par l'activiste afro-américain Robert Williams, qui a préconisé cette pratique contre l'agression anti-noir par le Ku Klux Klan dans son livre. Nègres avec des fusils (1962). Newton et Seale ont sondé leur communauté en interrogeant les résidents sur les sujets de préoccupation. Ils ont compilé les réponses et créé la plate-forme et le programme en dix points qui ont servi de fondement au Black Panther Party. Les dix points sont :

  • Nous voulons la liberté. Nous voulons que le pouvoir détermine le destin de notre communauté noire.
  • Nous voulons le plein emploi pour notre peuple.
  • Nous voulons la fin du vol par les capitalistes de notre communauté noire.
  • Nous voulons un logement décent, apte à abriter des êtres humains.
  • Nous voulons une éducation pour notre peuple qui expose la vraie nature de cette société américaine décadente. Nous voulons une éducation qui nous enseigne notre véritable histoire et notre rôle dans la société actuelle.
  • Nous voulons que tous les hommes noirs soient exemptés du service militaire.
  • Nous voulons la fin immédiate de la BRUTALITÉ POLICIÈRE et du MEURTRE de Noirs.
  • Nous voulons la liberté pour tous les hommes noirs détenus dans les prisons et les prisons fédérales, d'État, de comté et de ville.
  • Nous voulons que tous les Noirs traduits en justice soient jugés devant un tribunal par un jury de leur groupe de pairs ou de personnes de leurs communautés noires, telles que définies par la Constitution des États-Unis.
  • Nous voulons la terre, le pain, le logement, l'éducation, les vêtements, la justice et la paix.

En raison de sa pratique d'autodéfense armée contre la police, ainsi que de ses éléments communistes et révolutionnaires, le BPP a souvent été la cible du programme COINTELPRO du Federal Bureau of Investigation ainsi que des groupes d'application de la loi étatiques et locaux. Cependant, malgré sa position militante, le BPP a également fourni un petit-déjeuner gratuit aux écoliers, un dépistage de la drépanocytose, une aide juridique et une éducation des adultes.

La National Archives and Records Administration contient plus de 2 400 documents relatifs au Black Panther Party. La plupart de ces enregistrements sont des enregistrements textuels, mais il existe également des films, des enregistrements sonores et des photographies.


Origine et programme politique

Malgré l'adoption de la législation sur les droits civiques des années 1960 qui a suivi la décision historique de la Cour suprême des États-Unis dans brun v. Conseil de l'éducation de Topeka (1954), les Afro-Américains vivant dans les villes d'Amérique du Nord ont continué à souffrir d'inégalités économiques et sociales. La pauvreté et la réduction des services publics caractérisaient ces centres urbains, où les résidents étaient soumis à de mauvaises conditions de vie, au chômage, à des problèmes de santé chroniques, à la violence et à des moyens limités pour changer leur situation. De telles conditions ont contribué aux soulèvements urbains dans les années 1960 (comme ceux dans le quartier Watts de Los Angeles en 1965, entre autres) et à l'utilisation accrue de la violence policière comme mesure pour imposer l'ordre dans les villes d'Amérique du Nord.

C'est dans ce contexte, et à la suite de l'assassinat de Malcolm X en 1965, que les étudiants du Merritt Junior College Huey P. Newton et Bobby Seale ont fondé le Black Panther Party for Self-Defense le 15 octobre 1966, à West Oakland ( officiellement « Western Oakland », un quartier de la ville d'Oakland), en Californie. En raccourcissant son nom en Black Panther Party, l'organisation a immédiatement cherché à se démarquer des organisations nationalistes culturelles afro-américaines, telles que l'Universal Negro Improvement Association et la Nation of Islam, auxquelles elle était communément comparée. Bien que les groupes partagent certaines positions philosophiques et caractéristiques tactiques, le Black Panther Party et les nationalistes culturels diffèrent sur un certain nombre de points fondamentaux. Par exemple, alors que les nationalistes culturels afro-américains considéraient généralement tous les blancs comme des oppresseurs, le Black Panther Party distinguait les blancs racistes des blancs non racistes et s'alliait aux membres progressistes de ce dernier groupe. De plus, alors que les nationalistes culturels considéraient généralement tous les Afro-Américains comme opprimés, le Black Panther Party croyait que les capitalistes et les élites afro-américaines pouvaient exploiter et opprimer les autres, en particulier la classe ouvrière afro-américaine. Peut-être plus important encore, alors que les nationalistes culturels accordaient une importance considérable aux systèmes symboliques, tels que le langage et l'imagerie, comme moyens de libérer les Afro-Américains, le Black Panther Party pensait que de tels systèmes, bien qu'importants, étaient inefficaces pour provoquer la libération. Il considérait les symboles comme terriblement inadéquats pour améliorer les conditions matérielles injustes, telles que le chômage, créées par le capitalisme.

Dès le début, le Black Panther Party a défini un programme en dix points, semblable à ceux de l'Universal Negro Improvement Association et de Nation of Islam, pour lancer des projets nationaux de survie de la communauté afro-américaine et forger des alliances avec des radicaux blancs progressistes et d'autres organisations de personnes de Couleur. Un certain nombre de positions décrites dans le programme en dix points abordent une position de principe du Black Panther Party : l'exploitation économique est à la racine de toute oppression aux États-Unis et à l'étranger, et l'abolition du capitalisme est une condition préalable à la justice sociale. Dans les années 1960, cette perspective économique socialiste, informée par une philosophie politique marxiste, a trouvé un écho auprès d'autres mouvements sociaux aux États-Unis et dans d'autres parties du monde. Par conséquent, même si le Black Panther Party a trouvé des alliés à la fois à l'intérieur et au-delà des frontières de l'Amérique du Nord, l'organisation s'est également retrouvée carrément dans la ligne de mire du Federal Bureau of Investigation (FBI) et de son programme de contre-espionnage, COINTELPRO. En fait, en 1969, le directeur du FBI, J. Edgar Hoover, considérait le Black Panther Party comme la plus grande menace pour la sécurité nationale.


David Huffman

(Photo de Dwayne Newton)

La mère de David Huffman était une graphiste et l'une des premières Black Panthers. Désormais artiste lui-même, Huffman se souvient avec fierté de son éducation politique.

« J'avais cinq ans en 1968. J'aurais préféré être assis à la maison à regarder des dessins animés », mais j'étais à l'extérieur du palais de justice du comté d'Alameda, portant un Gratuit Huey Newton bannière », dit-il. La mère de Huffman a conçu la bannière.

"L'histoire n'a pas été polie avec les Panthers", se souvient Huffman. J'espère que cette émission dissipera la notion d'eux en tant que groupe terroriste ou en tant que fauteurs de troubles. En tant qu'artiste, j'ai été responsabilisé par ce que j'ai fait pendant cette période.


À propos de la section Black Panther Party

Le projet BPP a commencé en tant que projet de classe collaborative dans History 105 &ldquoThe Peoples of the United States&rdquo à l'hiver 2016. Kevin Baum, Neil Blaine, Annelise Blanchard, Lindsay Boone, Connor Castro, Mitchell Henderson, Cindy Lee, Jillian Kaufman, Matthew Kelleher, Sungjoon Kim, Devin Mutha, Bao Ta, Nicholas Wedler, Zachary Williams, Steven Yong ont effectué des recherches dans la collection ProQuest Historical Newspapers, collectant des informations et résumant les événements. Arianne Hermida a fait des recherches sur les événements de la Temps de Seattle, La Panthère Noire (disponible sur It's About Time: The Black Panther Party Legacy & Alumni), Berkeley Barb, et Tribu Berkeley (de la collection de voix indépendantes).


Une chronologie de l'ascension et de la chute des Black Panthers

Le Black Panther Party n'a été actif que pendant 16 ans, de 1966 à 1982. Voici 16 jalons. Les sources incluent le Oakland Museum of California et &ldquoPower to the People: the World of the Black Panthers&rdquo de Stephen Shames et Bobby Seale, 2016.

22 octobre 1966 &mdash Oakland, l'organisateur communautaire Bobby Seale et l'ancien détenu devenu étudiant en droit, Huey Newton, forment le Black Panther Party for Self Defense, une organisation politique révolutionnaire, à l'occasion du 30e anniversaire de Seale. La plate-forme et le programme en dix points sont leur document fondateur.

25 avril 1967 &mdash Le journal Black Panther fait ses débuts avec le titre en gras &ldquoPourquoi Denzil Dowell a-t-il été tué&rdquo pour rallier l'action suite à la mort d'un jeune homme noir abattu par la police à Richmond.

2 mai 1967 &mdash Panther Le président Seale dirige un groupe de Black Panthers portant des armes qui marchent dans le Capitole de l'État pour protester contre une loi qui, selon eux, restreindra le droit de porter des armes. La loi est en réponse aux patrouilles armées des Panthers de leurs quartiers. Le gouverneur Ronald Reagan signe la législation.

28 octobre 1967 &mdash Panther Le ministre de la Défense Newton est impliqué dans une fusillade avec la police d'Oakland après un contrôle routier. L'officier John Frey est tué. Newton reçoit une balle dans l'abdomen. Traqué dans un hôpital d'Oakland, il est arrêté et accusé de meurtre au premier degré.

8 avril 1968 &mdash Bobby Hutton, trésorier de Panther, 17 ans, est tué par la police après une violente confrontation à West Oakland. Les Panthers soutiennent que Hutton a été abattu à huit reprises alors qu'il n'était pas armé et les bras levés pour se rendre.

8 septembre 1968 &mdash Un jury acquitte Newton du meurtre mais le condamne pour homicide volontaire. Il est condamné à une peine de deux à 15 ans.

10 septembre 1968 &mdash Des coups de fusil sont tirés sur le siège national de Black Panther à Oakland. Une affiche dans la fenêtre avant, de Newton tenant une arme à feu alors qu'il était assis sur une chaise en osier africain, est apparemment la cible. Deux officiers de police d'Oakland en état d'ébriété sont blâmés pour l'incident et renvoyés de la force.

1968 &mdash L'activisme repose sur l'idée que Newton est un prisonnier politique. La campagne &ldquoFree Huey&rdquo conduit à l'ouverture de chapitres Black Panther dans plus de 20 villes. Le programme de petit-déjeuner gratuit pour les enfants est lancé à l'église épiscopale St. Augustine d'Oakland.

19 août 1969 &mdash Seale est arrêté à Berkeley pour incitation à l'émeute à la Convention nationale démocrate de Chicago un an plus tôt. Lors du célèbre procès des Chicago Seven, Seale est ligoté et bâillonné après avoir refusé d'arrêter ses explosions dans la salle d'audience.

5 août 1970 &mdash Après l'annulation de sa première condamnation, Newton est libéré sous caution de 50 000 $ en attendant un nouveau procès après avoir purgé 33 mois pour la mort de l'officier Frey. Il emménage dans un appartement au dernier étage au 1200 Lakeshore Ave., Oakland. Après deux nouveaux procès, les charges sont finalement abandonnées.

25 mai 1971 &mdash Seale&rsquos l'affaire de complot de meurtre est classée à New Haven, Connecticut, à la suite du classement de son affaire à Chicago. Il est libéré après 21 mois de prison.

29 mars 1972 &mdash La conférence sur la survie de la communauté noire se tient à l'Oakland Civic Auditorium. Dix mille sacs d'épicerie sont distribués avec des conserves au fond, des produits emballés au milieu et un poulet de 4 livres dans chaque sac.

24 juin 1972 &mdash Seale annonce sa candidature à la mairie d'Oakland. Panther Elaine Brown annonce sa candidature au conseil municipal. Seale force le ruissellement. Les deux candidats perdent.

Sept. 1973 &mdash L'Oakland Community School ouvre ses portes pour éduquer les enfants des Panthers. La capacité de 150 enfants est bientôt atteinte.

1982 &mdash Black Panther Party est dissous. L'école communautaire d'Oakland ferme ses portes. Newton est accusé d'avoir détourné 600 000 $ de l'école. Il est condamné à six mois après avoir plaidé sans conteste pour avoir volé 15 000 $ d'aides d'État destinées à l'école.

22 août 1989 &mdash Newton, 47 ans, est abattu dans une rue de West Oakland par un membre du gang Tyrone Robinson, prétendument à cause d'un trafic de drogue. Robinson est reconnu coupable de meurtre.


Black Panthers - Histoire, définition et chronologie - HISTOIRE

En 1954, 65% de tous les Afro-Américains vivaient dans des zones urbaines. C'est la première fois dans l'histoire de l'Amérique que la majorité des Noirs vivent en dehors du Sud, et marque l'achèvement du mouvement de population amorcé lors de la Grande Migration. Quitter le Sud, cependant, ne garantissait pas d'abandonner la discrimination. Le statut des Noirs en tant qu'Américains confrontés à la discrimination au quotidien est resté sensiblement le même. Ils vivaient dans des logements insalubres. Les travailleurs noirs ont continué à être concentrés dans des emplois moins qualifiés. Ils ont été les derniers embauchés les premiers licenciés. Le revenu moyen d'une famille afro-américaine n'était que des trois cinquièmes de celui d'une famille blanche. Ces conditions ont préparé le terrain pour les émeutes urbaines des années 1960.

Dans l'arrêt historique Brown v. Board of Education, la Cour suprême infirme Plessy v. Ferguson, déclarant que l'enseignement public « séparé mais égal » est inconstitutionnel. Dans les années à venir, les militants des droits civiques élimineront les vestiges restants de la discrimination légale, des bus et restaurants séparés aux droits de vote.

Le 1er décembre, Rosa Parks, une femme noire de 43 ans, refuse de céder sa place dans un bus de Montgomery, en Alabama, à un homme blanc. Son arrestation déclenche un boycott noir des bus de la ville. Martin Luther King, Jr., un pasteur baptiste de 26 ans relativement inconnu, devient le porte-parole et l'organisateur du boycott et est propulsé au rang de proéminence nationale. En 1956, la Cour suprême déclare que la ségrégation dans les bus est inconstitutionnelle, et les bus à travers les États-Unis sont obligés de se désagréger.

Le révérend Martin Luther King, Jr. et d'autres ministres noirs du sud ont fondé la Southern Christian Leadership Conference (SCLC) pour mettre fin à la ségrégation. Le SCLC adopte la protestation non violente comme pierre angulaire de sa stratégie et noue des alliances avec des organisations communautaires locales à travers le Sud. King dirige le SCLC et en fait une puissante organisation de défense des droits civiques.

En 1958, le chômage des Noirs est de 14,4 % et de 6,9 ​​% pour les Blancs. Les indicateurs économiques pour les Noirs américains conduisent certains à affirmer que la déségrégation scolaire de 1954 n'avait fait que peu de différence pour la majorité des Afro-Américains vivant en dehors du Sud. En effet, les bénéfices de la déségrégation ont d'abord profité aux classes supérieures noires : à la fin de la décennie, il y aurait au moins vingt-cinq millionnaires noirs, et plus de quatre cents qui gagnaient cinquante mille dollars par an. 10% des Noirs américains gagnaient entre quinze et cinquante mille dollars par an. À l'époque, leurs réalisations étaient saluées comme un signe que les temps s'étaient améliorés. Néanmoins, les classes supérieures noires ont contribué (en temps et en argent) à l'effort pour les droits civiques : pour eux, les temps se sont peut-être améliorés, mais les choses ont empiré.

En 1959, Walter Eugene King prend le nom yoruba Adefunmi et devient prêtre de la Santeria. Il forme le temple Shango à New York. Au fil des ans, le temple Shango s'est distancié de la communauté Santeria, mettant l'accent sur le ritualisme et le nationalisme au lieu de la synthèse catholique-yoruba de Santeria. En 1964, Adefunmi change le nom du temple en Temple Yoruba.

Des étudiants noirs ont fondé le Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC). L'organisation se consacre à mettre fin à la ségrégation et à donner aux jeunes Noirs une voix plus forte dans le mouvement des droits civiques. Les membres du SNCC démontrent l'efficacité des sit-in non violents, une tactique qui est bientôt reprise par d'autres groupes de défense des droits civiques. Les membres de la SNCC participent aux Freedom Rides, des voyages effectués dans des bus interétatiques pour contester la ségrégation des toilettes, des restaurants et des salles d'attente des gares routières. Après les Freedom Rides, la SNCC se concentre sur l'inscription des électeurs. Des frictions entre le SNCC et le SLCC se développent et, en 1965, certains membres du SNCC remettent en question l'efficacité de l'activisme non violent, précipitant un changement radical dans les pratiques du SNCC.

La Nation de l'Islam s'agrandit avec Elijah Muhammad à sa tête. Le porte-parole de The Nation, Malcolm X, parcourt le pays lors de tournées de conférences. L'éloquence enragée de Malcolm X et son message d'autodéfense et de nationalisme noir reflètent la colère et l'aliénation de nombreux Noirs urbains, attirant des foules immenses et des clandestins.

L'église baptiste noire Sixteenth Street à Birmingham, en Alabama, est bombardée alors que l'école du dimanche est en cours, et quatre jeunes filles sont tuées. Des milliers de personnes en deuil, blanches et noires, assistent aux funérailles. Quatre suspects sont bientôt identifiés, mais le directeur du FBI J. Edgar Hoover bloque leurs poursuites. Le procureur général de l'Alabama, Bill Baxley, rouvre l'affaire en 1971 et Robert Edward Chambliss est reconnu coupable d'un chef de meurtre. L'affaire est rouverte en 1997, et deux anciens du Klan, Thomas Blanton Jr. et Bobby Frank Cherry, sont condamnés à la prison à vie.

Martin Luther King, Jr. prononce le discours « I Have a Dream » devant le mémorial de Lincoln dans le cadre de la Marche sur Washington. Plus de 250 000 personnes y participent, ce qui en fait la plus grande assemblée de protestation de l'histoire du pays. Dans son discours, King expose la vision d'une Amérique qui « se soulèvera et vivra le vrai sens de son credo : » Nous considérons que ces vérités vont de soi que tous les hommes sont créés égaux. » L'année suivante, King remporte le prix Nobel de la paix.

À la suite de l'assassinat du président Kennedy, le Civil Rights Act de 1964 est adopté. La loi dissocie effectivement les installations publiques, en déclarant : « Toutes les personnes ont droit à la jouissance pleine et égale des biens, services, installations, privilèges, avantages et logements de tout lieu d'hébergement public, sans discrimination ni ségrégation fondée sur race, couleur, religion ou origine nationale.

Le Congrès adopte le Voting Rights Act en 1965, qui interdit la discrimination raciale dans les pratiques électorales. La loi de 1965 interdit les tests littéraires et les impôts locaux utilisés depuis la Reconstruction pour empêcher les Noirs de voter. La loi fait suite à une grande marche de Selma à Montgomery en faveur des droits de vote dirigée par Martin Luther King, Jr. La marche commence à Selma avec quelques milliers de participants et se termine à Montgomery avec environ 25 000 partisans.

Au moment où il a été assassiné en 1965, Malcolm X avait quitté la Nation of Islam et pris le nom de Malik el-Hajj Shabazz. Son meurtre court-circuite ce qui aurait pu être une coalition islamique multiraciale travaillant pour les droits civils. Le travail de Malcolm a aidé les « soi-disant Noirs » aux États-Unis à réaliser qu'ils sont un peuple africain et a aidé les Africains du continent à comprendre leur relation avec les Noirs américains.

Bobby Seale et Huey Newton ont cofondé les Black Panthers à Oakland, en Californie. Contrairement aux militants des droits civiques qui prêchent la non-violence, les Black Panthers autorisent l'usage de la violence comme légitime défense. Le premier point de leur plateforme fondatrice en 10 points se lit comme suit : "Nous voulons la liberté. Nous voulons le pouvoir pour déterminer le destin de notre communauté noire. Nous pensons que les Noirs ne seront pas libres tant que nous ne serons pas en mesure de déterminer notre destin." Le Noir Les panthères gagnent en notoriété pour patrouiller dans les rues avec des bérets noirs, des vestes noires et armées d'armes. Leur message d'autodétermination et de pouvoir gagne des milliers d'adeptes dans tout le pays.

Martin Luther King prend position contre la guerre du Vietnam parce qu'elle sape les ressources des programmes sociaux nationaux. Son action l'oppose au président Lyndon Johnson, qui a été un allié.

Le SNCC, désormais dirigé par Stokley Carmichael, rejette sa stratégie historique de non-violence pour adopter une doctrine de « Black Power », qui met l'accent sur le nationalisme noir et l'autonomie. La violence est acceptée comme une forme légitime d'autodéfense. CORE soutient Black Power. Le SCLC et le NAACP ne le font pas.


Projet d'histoire et de mémoire de la Black Panther Party de Seattle

Ce film de 10 minutes présente l'histoire de Seattle Panther et présente des segments d'interview de sept vétérans du BPP.

Reflétant l'incident de Sacramento qui avait tant attiré l'attention en 1967, le 28 février 1969, un groupe de Seattle Panthers dirigé par le lieutenant Elmer Dixon s'est réuni sur les marches du Capitole à Olympie pour protester contre un projet de loi qui en ferait un crime. d'exhiber des armes à feu « d'une manière qui manifeste une intention d'intimider autrui ». Contrairement à la manifestation californienne, ils ne sont pas entrés dans le bâtiment et ils n'ont pas été arrêtés (Photo : Washington State Archives)

Dès le moment où le chapitre de Seattle a été formé, il a attiré l'attention des médias. Cliquez sur la couverture pour lire Magazine de SeattleArticle d'octobre 1968 sur Aaron Dixon et les Panthers (au format pdf). Nous avons également plus de 100 articles de journaux de la période.

Histoires orales vidéo : courtes biographies et interviews vidéo en streaming avec seize vétérans du BPP.

Le premier bureau du BPP au 1127 34th Ave. Voici des photos de tous les sièges sociaux du Parti et des centres du programme de petit-déjeuner.

Le Black Panther Party for Self Defense a établi son chapitre de Seattle au printemps 1968. C'était l'un des premiers chapitres autorisés en dehors de la Californie. Le chapitre de Seattle a également duré plus longtemps que la plupart, survivant jusqu'en 1978. Bien que le nombre de membres n'ait jamais été important, l'organisation a eu un impact majeur sur la région. Avec leurs bérets noirs et leurs vestes en cuir et leur engagement dans l'autodéfense armée, les Panthers sont devenus des modèles pour certains tout en effrayant les autres. Quoi qu'il en soit, l'organisation a montré à Seattle que ses luttes pour la justice raciale étaient allées au-delà de la persuasion et de la protestation non violente. Cette page présente le Seattle Black Panther Party &ndash History and Memory Project. L'unité comprend la plus vaste collection en ligne de documents pour tous les chapitres du Black Panther Party, y compris le chapitre d'Oakland. Les liens ci-dessus et ci-dessous mènent à 20 histoires orales vidéo, à un court film d'introduction, à des dizaines de photographies, à des bulletins BPP, à plus de 100 articles de journaux, ainsi qu'à la transcription complète et aux expositions des audiences du Congrès de 1970 sur les activités du chapitre. Un diaporama et un essai en trois parties racontent l'histoire du chapitre du BPP à Seattle.

Huey Newton et Bobby Seale ont fondé le Black Panther Party à Oakland, en Californie, à la fin de 1966. Le reste du monde a entendu parler de l'organisation l'année suivante, après qu'un contingent de Panthers lourdement armés a défilé sur le sol de l'Assemblée législative de Californie pour protester contre un projet de loi. d'interdire les armes à feu dans les lieux publics. Les armes et l'autodéfense armée étaient des éléments clés du programme Panther, dont une partie était axée sur la protection des communautés noires contre les pratiques policières brutales. Appelant des policiers & ldquopigs & rdquo et les suivant alors qu'ils patrouillaient dans les quartiers noirs, les Panthers ont rapidement été impliqués dans des fusillades meurtrières avec la police à Oakland et plus tard dans d'autres villes. La pensée mal informée des Panthers comme nationalistes noirs, mais le Parti était en fait engagé dans l'internationalisme révolutionnaire, prenant une partie de son programme du "Petit Livre rouge" (Citations du président Mao Tse Tung) et s'identifiant aux mouvements révolutionnaires du tiers-monde. Le chapitre de l'État de Washington du BPP a été créé en avril 1968 après qu'Aaron Dixon, Elmer Dixon, Anthony Ware, Gary Owens et plusieurs autres futurs Panthers aient assisté à un service commémoratif à San Francisco pour Bobby Hutton, 17 ans. Hutton avait été tué par la police d'Oakland lors d'une fusillade au cours de laquelle le chef du Parti, Eldridge Cleaver, avait également été blessé. Pendant leur séjour à Oakland, les jeunes de Seattle ont rencontré le président du BPP, Bobby Seale, dont la visite ultérieure à Seattle a marqué le début du chapitre de l'État de Washington. L'histoire du chapitre de l'État de Washington peut être suivie dans les pages qui l'accompagnent. Janet Jones est la coordonnatrice de cette section spéciale et a mené toutes les entrevues. Alexander Morrow and Nathan Roberts served as Associate Editors. We wish to thank members of the BPP Legacy Committee for sharing stories, photographs, and documents. Thanks also to the Seattle Times, Seattle Post Intelligencer, Seattle Medium, University of Washington Daily, and Afro American Journal, and Seattle Magazine for the articles and photographs that appear on the News Coverage page.


Black Panthers in Portland

The Black Panther Party for Self-Defense (BPP) was founded in October 1966 in Oakland, California, by Huey Newton and Bobby Seale, two young Black men who met at Merritt Junior College. The party was their response to centuries of disenfranchisement of American Blacks and routine police violence in local Black neighborhoods. The BPP’s ten-point platform lists their goals of equality in the realms of employment, housing, and education, along with freedom for political prisoners and an end to police brutality.

In April 1968, when Martin Luther King Jr. was assassinated, Blacks across the nation took to the streets in grief and anger. In Portland, where the public disturbance was minor compared to the riots in Chicago and other cities, a group of about twenty disillusioned young Blacks began meeting to study the writings of Malcolm X and the Little Red Book of quotations from China’s chairman Mao Tse-Tung.

In June 1969, one of the members of the study group was beaten and jailed. Upon his release on bail, Kent Ford held a press conference on the steps of the Portland police station at Southwest Third and Oak. “If they keep coming in with these fascist tactics,” he announced, “we´re going to defend ourselves.” With this public pronouncement, members of the original group, now down to about half a dozen, retooled themselves as a chapter of the BPP. Technically, no chapter could be founded without the blessing of Huey Newton, and Ford traveled to California later that year to secure official approval. The chapter opened an office on the southeast corner of Northeast Cook Street and Union Avenue (present-day Martin Luther King Boulevard), the first of four locations.

By the end of that year, the Portland Panthers had started a Children´s Breakfast Program at Highland United Church of Christ—where they fed up to 125 children each morning before school—as well as the Fred Hampton Memorial People´s Health Clinic, extending free medical care five evenings a week at 109 North Russell to anyone of any race. In February 1970, the BPP opened a dental clinic at 2341 North Williams. When their medical clinic was condemned and razed to accommodate a planned expansion of Emanuel Hospital, the chapter moved their Monday and Tuesday night dental practice to the Kaiser dental clinic at 214 N Russell and their medical clinic to the former dental clinic space on North Williams.

“It felt good,” Oscar Johnson recalls. “We were doing something. We had the respect of the community.” New members were attracted to the social programs, and the Portland chapter grew, though it never exceeded fifty members, about a third of whom were women. Original members included Johnson, a former U.S. Marine Percy Hampton, who joined while still at Jefferson High School Tommy Mills, a decorated Vietnam War vet Joyce Radford, who volunteered for the medical clinic Sandra Ford, whose work at the medical clinic launched her in a new career and Kent Ford, captain of the Portland chapter, who had turned down a college scholarship in order to support his mother and siblings in Richmond, California. At the time of Ford's much-publicized arrest, he was running a crew that sold candy door-to-door and sending money home.

Meanwhile, FBI Director J. Edgar Hoover declared the BPP a threat to national security. In August 1967, he issued an internal memorandum directing the FBI´s counter-intelligence program to “expose, disrupt, misdirect, discredit or otherwise neutralize” the party. The result nationally was the assassination or incarceration of many party members, including Fred Hampton and Geronimo Pratt. Many former Panthers remain in prison or exile today.

Despite the persecution, BPP chapters—forty to forty-five of them—sprang up in major cities across the nation, including one that opened in Eugene, Oregon, in 1968 and operated for over a year. Portland BPP members were tracked by the FBI and characterized by the two major newspapers as criminal yet they were spared the violent attacks party members suffered in other cities, perhaps because so many local dentists, doctors, and nurses—nearly all of them white—helped with their social programs. George Barton, a neurosurgeon, was their first volunteer physician, and Gerry Morrell was their first volunteer dentist. As head of Community Outreach for the Multnomah Dental Society, Morrell persuaded many others to join him.

The Portland chapter lasted a decade, finally closing the medical clinic in 1979. “We decided we just couldn´t keep going,” says Sandra Ford, a founding member who worked in the health clinic as a medical assistant. Those who volunteered in the social programs, Black and white alike, remember their work with pride, and former Portland Panthers are still stopped on the street by children whom they fed in the breakfast program.

Agrandir l'image

Children at the Black Panthers' free breakfast program, 1971.

Children at the Black Panthers' free breakfast program, 1971. Kent Ford sits with the children. Courtesy Portland Oregonian


The Black Panthers

Definition and Summary of the Black Panthers
Summary and Definition: The Black Power movement included organizations such as the Black Panther Party (BPP). The Black Panthers were founded by Huey P. Newton and Bobby Seale in 1966. The Black Panthers Party maintained that little had been achieved by the reformers in the Civil Rights Movement and that violent revolution would be the only means to achieve success in the liberation of African Americans. The Black Panther Party were involved in violent confrontations with the police and many of its members were arrested. The head of the FBI, Edgar J Hoover, called the Black Panthers "the greatest threat to the internal security of the country". The lack of support from the majority of African Americans, and the arrest of regional leaders, resulted in the collapse of the Black Panther Party in the early 1970's.

Black Panthers
Lyndon Johnson was the 36th American President who served in office from November 22, 1963 to January 20, 1969. One of the important events during his presidency was the Black Panthers.

Original members of the Black Panthers

Black Panthers Facts: Fast Fact Sheet
Fast, fun facts and Frequently Asked Questions (FAQ's) about the Black Panthers.

Who were the Black Panthers? The Black Panthers were a highly militant Black Power organization who formed the Black Panther Party for Self-Defense. The Black Panthers openly brandished weapons and adhered to strong socialist and communist ideals believing that violent revolution was the way to achieve the liberation of African Americans.

What year was the Black Panther Party formed? The Black Panther Party was formed in 1966 and its original leaders was Huey P. Newton, Bobby Seale, Elbert "Big Man" Howard, Sherwin Forte, Reggie Forte and Little Bobby Hutton.

What did the Black Panthers do? The Black Panthers took control of their own neighborhoods to aid and protect their communities which included monitoring the behavior of police officers and resisting police brutality.

  1. We want freedom. We want power to determine the destiny of our oppressed communities.
  2. We want full employment for our people.
  3. We want an end to the robbery by the capitalists of our oppressed communities.
  4. We want decent housing, for oppressed communities and land to be made into cooperatives with government aid. We want payment of the overdue debt of forty acres and two mules (in reference to the promise made, but never kept, to freed slaves at the end of the Civil War)
  5. We want education for our people that teaches us our true history.
  6. We want all black men to be exempt from military service
  7. We want an immediate end to police brutality and murder of black people
  8. We want freedom for all black men held in federal, state, county and city prisons and jails
  9. We want all black people to be tried in court by a jury of people from their black communities, as defined by the Constitution of the United States (a reference to the 14th Amendment).
  10. We want land, bread, housing, education, clothing, justice and peace. with certain inalienable rights that among these are life, liberty, and the pursuit of happiness.

Black Panthers Facts for kids The following fact sheet contains interesting facts and information on Black Panthers

Black Panthers Facts for kids

Black Panthers Facts - 1: The Black Panther Party for self defense was part of the Black Power movement that emerged during the Civil Rights era of the 1960's.

Black Panthers Facts - 2: The BPP was established in Oakland, California, by Huey Newton and Bobby Seale. Huey Newton took the role of Defense Minister, Bobby Seale took the role of Chairman and Little Bobby Hutton took the role of Treasurer. The founding members were joined by Elbert "Big Man" Howard, Sherwin Forte and Reggie Forte.

Black Panthers Facts - 3: The main revolutionary goal of the BPP was to take control and provide protection to their neighborhoods and resist any instances of police brutality.

Black Panthers Facts - 4: The BPP sought social justice for African Americans through a combination of revolutionary doctrine, education, and community programs as stated in their Ten Point Program which called for an end to racial oppression, black empowerment and the control of institutions such as schools and hospitals.

Black Panthers Facts - 5: The BPP were a highly militant, revolutionary group who urged African Americans to arm themselves in the fight to force whites to grant them equal rights. They advocated the famous creed of Mao Zedong believing that "Political power comes through the barrel of a gun."

Black Panthers Facts - 6: The BPP dropped "for Self-Defense" from its name in 1967, but the group remained a paramilitary organization who advocated black nationalist and Marxist-Leninist doctrines and from the examples of revolutionary movements in Africa.

Black Panthers Facts - 7: The BPP considered themselves the heirs of many of the views of the much admired Malcolm X, who had been assassinated on February 21, 1965. Betty Shabazz also known as Betty X, was the wife of Malcolm X and BPP members later served as her security escorts.

Black Panthers Facts - 8: Eldredge Cleaver (August 31, 1935 May 1, 1998) an American writer, and political activist joined the BPP as the party's Minister of Information and spokesman, gaining considerable publicity regarding the goals of the organization in his 1967 best selling book, the 'Soul on Ice'.

Black Panthers Facts - 9: Angela Davis, an author, radical Civil Rights activist and educator joined the Black Panthers as well as being a member of the Che-Lumumba Club (CRC), an all-black branch of the Communist Party.

Black Panthers Facts - 10: The African American author and poet Amira Baraka, formerly known as LeRoi Jones (October 7, 1934 January 9, 2014), published an anthology of protest writing by many African American authors called Black Fire.

Facts about the Black Panthers for kids
The following fact sheet continues with facts about Black Panthers.

Black Panthers Facts for kids

Black Panthers Facts - 11: On April 1, 1967, Denzel Dowell, a 22 year old African-American resident of North Richmond, California, was killed by sheriff's deputies. Denzel Dowell's family contacted the Black Panther Party for assistance after county officials refused to investigate the case. The Denzel Dowell shooting led to a street rally organized by the Black Panther Party during which 15 armed members of the BPP led the protest. The incident helped to establish the Black Panthers in the public spotlight.

Black Panthers Facts - 12: The first issue of the Black Panther Party Black Community News Service was published on April 25, 1967 with the headline "Why Was Denzil Dowell Killed?"

Black Panthers Facts - 13: The Mulford Act repealed a law allowing public carrying of loaded firearms. On May 2, 1967, thirty Black Panthers, dressed in black leather jackets, berets, and dark glasses, marched bearing arms, upon the California State Capitol to protest the bill.

Black Panthers Facts - 14: Huey Newton was arrested on murder charges on October 28,1967 following an altercation with Oakland police that resulted in the death of one policeman and the wounding of another. His imprisonment led to leading to "Free Huey" rallies. The case against Huey Newton was eventually dismissed after two retrials ended with hung juries.

Black Panthers Facts - 15: The Cointelpro, FBI short for "counterintelligence program," against Black nationalists began in 1967, with the BPP as its main target. Edgar J Hoover, head of the FBI, called the Black Panthers "the greatest threat to the internal security of the country".

Black Panthers Facts - 16: The Southern California chapter of the BPP was formed in 1968 by Alprentice "Bunchy" Carter (October 12, 1942 January 17, 1969). On January 17, 1968 Alprentice "Bunchy" Carter and another Panther John Huggins, were shot dead on the campus of UCLA by Kwanzaa, a rival black militant organization, headed by Ron Karenga

Black Panthers Facts - 17: On February 25, 1968, Berkeley police officers ransacked the home of Bobby Seale. Bobby Seale and Artie Seale were charged with conspiracy to commit murder but the charges were later dropped due to lack of evidence.

Black Panthers Facts - 18: On March 13, 1968 Arthur (Glen) Morris became the first member of the BPP to be killed by "agents" of the U.S. government.

Black Panthers Facts - 19: During the time that Huey Newton was in prison, BPP members clashed with police on several occasions and the party's treasurer, Little Bobby Hutton, was killed during of these conflicts on April 6, 1968.

Black Panthers Facts - 20: By April 1968, the Southern California chapter of the Black Panthers attracted 50-100 new members every week. As the BPP grew, so did the attacks against it. Little Tommy Lewis, Steve Bartholomew, and Robert Lawrence were all killed as were 15 other members of the BPP.

Black Panthers Facts - 21: The Black Power fist salute given by John Carlos and Tommie Smith during the medal ceremony at the 1968 Mexico Olympics shocked and embarrassed the nation and became associated with the Black Panthers.

Black Panthers Facts - 22: Fred Hampton (August 30, 1948 December 4, 1969) was a radical African-American Civil Rights activist and revolutionary who became deputy chairman of the national BPP and was considered a major threat to the FBI. Fred Hampton was killed during a raid on December 4, 1969 by the Chicago Police Department (CPD) and the Federal Bureau of Investigation (FBI).

Black Panthers Facts - 23: Bobby Rush, who had become the BPP's "minister of defense" for the Illinois Black Panther party, called the raiding party an "execution squad".

Black Panthers Facts - 24: Support for the BBP dwindled with the terrible events that surrounded the organization. The in-fighting between the rival militant groups, the violence of the race riots, the death of Martin Luther King on April 4, 1968, and the rise of the militants and black revolutionaries effectively ended the power of the movement by the end of the 1960's.

Black Panthers Facts for kids

Black Panthers - President Lyndon Johnson Video
The article on the Black Panthers provides detailed facts and a summary of one of the important events during his presidential term in office. The following Lyndon Johnson video will give you additional important facts and dates about the political events experienced by the 36th American President whose presidency spanned from November 22, 1963 to January 20, 1969.

Black Panthers - US History - Leaders - Facts - Major Event - Panthers - Definition - American - US - USA - Panthers - America - Dates - United States - Kids - Leaders - Children - Schools - Homework - Important - Facts - Issues - Panthers - Leaders - Key - Main - Major - Events - History - Panthers - Leaders - Interesting - Panthers - Info - Information - Panthers - American History - Panthers - Leaders - Facts - Historical - Major Events - Black Panthers


Voir la vidéo: The Black Panthers documentary