Myra Wiggins

Myra Wiggins

Myra Wiggins est née à Salem, Oregon, en 1869. Elle a déménagé à New York où elle a étudié à l'Art Students League. Utilisant sa fille comme modèle, Wiggins a été la pionnière de ce qui est devenu la photographie de genre hollandaise.

En 1902, Wiggins s'associe à Alfred Stieglitz, Edward Steichen, Clarence White, Gertrude Kasebier et Alvin Longdon Coburn pour former le Photo-Succession Group. Ses photographies et articles ont été publiés dans Photographe amateur américain, Remarques sur l'appareil photo et Photo-américaine. Wiggins a également publié Lettres d'un pèlerin, une description photographiquement illustrée de son voyage au Moyen-Orient.

Myra Wiggins est décédée à Seattle en 1956.


Myrna Smith

Myrna Yvonne Smith (28 mai 1941 - 24 décembre 2010) [1] était un auteur-compositeur et chanteur américain. Smith est devenue professeur d'anglais au lycée à South Brunswick, New Jersey dans les années 1960, tout en poursuivant sa carrière de chanteuse. Elle est devenue membre des Sweet Inspirations, qui étaient auparavant le groupe de soutien d'Elvis Presley. [2] Lorsqu'elle a rejoint le groupe, la chanteuse principale des Sweet Inspirations était Cissy Houston, la mère de Whitney Houston et soprano dynamique figurant sur "Ain't no way" d'Aretha Franklin. Elle a ensuite épousé Jerry Schilling, un ami et associé d'Elvis qui a ensuite dirigé les Beach Boys. Au début des années 1980, elle a co-écrit toutes les chansons de l'album solo de Carl Wilson en 1981. Carl Wilson, ainsi que quelques-unes des chansons de son album solo de 1983 Jeune sang.

Lors de la tournée européenne "Elvis: The Concert" en mars 2010, Myrna a développé une pneumonie qui a finalement conduit à une insuffisance rénale et à un accident vasculaire cérébral. Elle est décédée le 24 décembre 2010, à Canoga Park, en Californie, des suites d'une maladie, à l'âge de 69 ans. [1]


Carole Glauber Photographie

Myra Albert Wiggins, une artiste photographique à succès de l'Oregon au début du XXe siècle et membre du groupe d'élite Photo-Secession d'Alfred Stieglitz, incarnait l'idéal de la "nouvelle femme" - indépendante, énergique et ambitieuse - telle que représentée par la Kodak Girl de la Eastman Kodak Company. . Ses photographies primées, dont beaucoup rappellent les peintures des anciens maîtres hollandais, ont été exposées aux États-Unis et en Europe. Sa biographie comprend des reproductions de ses superbes œuvres d'art et un aperçu de la communauté artistique du nord-ouest du Pacifique à l'aube des années 1900.

Un apport important. Non seulement il relate en détail la vie d'un important photographe régional, mais il fournit également de nombreux aperçus sur le développement de la photographie d'art aux niveaux national et international.

Susan Seyl, bibliothécaire en photographies, Oregon History Center

Digne d'une exposition exaltée est le volume bien documenté de Carole Glauber sur l'une des stars à moitié oubliées de la photographie. Comme un bon tourneur de page d'un roman, l'« histoire » de Glauber fonctionne à plusieurs niveaux. Dans un équilibre attrayant de texte et de visuels, l'auteur fournit une biographie pour la première fois d'une femme de l'Oregon qui est devenue connue sous le nom de « doyenne des peintres du Nord-Ouest. » Parallèlement, Glauber propose une histoire sociale personnalisée de l'Occident ainsi que les arts et médias.


Collection Bonnie et Roger Hull sur Myra Albert Wiggins

Cette collection documente les découvertes de Bonnie et Roger Hull sur Myra Albert Wiggins. Il comprend un mélange du travail de Wiggins ainsi que du matériel de Hull sur Wiggins. Parmi les documents de Wiggins se trouvent des photocopies de correspondance avec Alfred Stieglitz recueillies à la bibliothèque de l'Université de Yale et des lettres de Frances Benjamin Johnston recueillies à la Bibliothèque du Congrès. Il y a aussi des lettres de Noël créées à partir des illustrations de Wiggins envoyées à la famille et aux amis. Les documents de Wiggins comprennent également des copies et des œuvres imprimées d'écrits ainsi que des photographies originales et copiées des œuvres d'art de Wiggins.

Cette collection comprend également la correspondance, les notes, le matériel d'exposition et les articles de Bonnie et Roger Hull concernant Wiggins. La correspondance au sein de la collection comprend la lettre de Bonnie Hull à Mildred Benz, fille de Myra Wiggins. Hull reconnaît son intérêt à utiliser les œuvres de Wiggins pour une prochaine exposition ainsi que son intérêt à en savoir plus sur Wiggins. Des brouillons et des exemplaires publiés de l'article de Roger Hull, "Myra Wiggins and Helen Gatch: Conflicts in American Pictorialism" sont inclus, ainsi qu'une chronologie créée par Roger pour placer la vie de Myra Wiggins dans le contexte du monde de la photographie.

Rendez-vous

Créateur

Langue des matériaux

Conditions d'accès

Conditions d'utilisation

La bibliothèque agit en tant qu'agent de reproduction « fair use ».

Pour plus d'informations, voir la section sur le droit d'auteur dans les règlements et procédures des archives et des collections spéciales de l'Université Willamette.

Informations sur le droit d'auteur : avant que le matériel provenant des collections des archives et des collections spéciales de l'Université Willamette puisse être cité sous forme imprimée ou autrement reproduit, en tout ou en partie, dans une publication, l'autorisation doit être obtenue auprès (1) du propriétaire de la propriété physique, et (2) le titulaire du droit d'auteur. Il est de la responsabilité particulière du chercheur d'obtenir les deux ensembles d'autorisations. Les personnes souhaitant citer des documents dans les collections détenues par les archives universitaires et les collections spéciales doivent consulter l'archiviste universitaire. La reproduction de tout article doit contenir une citation complète de l'original.

Note historique

Myra Albert Wiggins (1869-1956) était une photographe et peintre à succès qui a grandi à Salem, Oregon et a fréquenté l'Université Willamette et le Mills College. Elle a étudié la peinture à l'Art Students League de New York de 1891 à 1894. Elle a continué en tant que peintre et photographe à Salem ainsi qu'à Seattle et Toppenish, Washington. En 1903, Alfred Stieglitz, l'un des photographes les plus importants de l'époque, l'admet en tant que membre de Photo-Secession. Photo-Secession a été l'occasion pour les photographes de s'unir dans la cause commune de la promotion de la photographie en tant qu'art. Wiggins a également écrit des articles pour de nombreux magazines concernant la photographie et a participé à des expositions à travers les États-Unis, notamment à la National Gallery de Washington, DC et à la National Academy de New York.

L'artiste de Salem Bonnie Hull a commencé ses recherches sur Myra Wiggins en 1973, avec l'intention d'écrire des articles et de créer une exposition sur Wiggins. Bonnie a organisé Myra Albert Wiggins, Pictorialist, Photo-Secessionist: An Exhibition of Photographs for the Willamette University Art Department en 1976. Roger Hull, professeur émérite d'histoire de l'art à Willamette University, a écrit plus tard l'article, "Myra Wiggins and Helen Gatch: Conflicts in Pictorialisme américain" concernant le rôle de Wiggins dans la photographie picturale américaine. Roger a organisé deux expositions de l'œuvre de Wiggins au Hallie Ford Museum of Art : Décrire : les peintures de la nature morte de Myra Albert Wiggins (2004) et Myra Albert Wiggins : la vie d'un photographe (2015). Ce dernier comprenait des photographies de la collection du musée Hallie Ford et des documents d'archives des archives des artistes du nord-ouest du Pacifique.


Women Out West : l'art sur la côte gauche

Au cours de sa longue vie, elle a été beaucoup de choses : peintre, poète, écrivain, chanteuse, professeure d'art et de chant, et mentor d'artistes. Wiggins était probablement le premier artiste de renommée internationale du Nord-Ouest. Elle a acquis sa réputation en tant que photographe d'art qui, comme Imogen Cunningham, est devenue membre associée de Photo-Secession exclusive d'Alfred Stieglitz, ainsi que de la Confrérie de l'anneau lié de Londres dès 1903. [2]

À peu près au moment où Myra a acquis son appareil photo à l'âge de 18 ans, les femmes devenaient de plus en plus actives dans les cercles artistiques, en particulier dans la photographie. Des clubs de photographie, des concours et des articles dans des magazines sont apparus, encourageant les femmes à entrer dans le domaine de la photographie à la fois en tant que professionnelles de studio et en tant qu'amatrices qui créaient des photographies artistiques. Son père, un président de banque, et sa mère, issue de l'une des premières familles de pionniers, étaient bien connectées et à l'aise financièrement. Wiggins avait les moyens de se rendre à New York pour étudier à l'Art Students League à partir de 1891. À son époque, elle a appris de certains des plus grands artistes de l'époque, dont William Merritt Chase, qui a exercé une influence à vie.. En tant que photographe, elle était surtout connue pour son imagerie figurative néerlandaise construite inspirée par Rembrandt et Jan Vermeer. La fille Mildred a souvent été posée en costume hollandais avec des intérieurs de fond correspondant à des sujets européens classiques. [3] En 1909, Wiggins avait remporté plus de 50 prix internationaux en photographie, mais a interrompu son travail dans ce genre dans les années 1920.

Mariage de Myra Albert-Fred Wiggins, le 24 novembre 1894
Bibliothèque d'État de l'Oregon

Myra Albert Wiggins
Bord de la falaise
Californie. 1903
Photographie tirage platine
8 x 6 pouces
Inclus dans l'exposition internationale de photographie picturale d'Alfred Stieglitz en 1910 à la Albright Gallery, Buffalo, avec Wiggins le seul exposant de Washington, Avec l'aimable autorisation de Martin-Zambito Fine Art, Seattle

Ses peintures ont évolué vers une approche plus impressionniste avec un pinceau plus lâche et une utilisation plus large de la couleur. Wiggins a commencé à se concentrer principalement sur la nature morte, en représentant en particulier des objets en cuivre et en métal, et en explorant les effets de la lumière sur leurs réflexions de surface, à la manière de Merritt-Chase. [4]

Myra Albert Wiggins Myra Albert Wiggins
Tulipes en Lustre Pitcher Still Life : Gloxinia
Californie. 1938 env. 1930
Huile sur panneau de toile Huile sur panneau

En 1907, la famille déménage à Toppenish, dans l'État de Washington, où Myra contribue aux finances de la famille en ouvrant un studio d'art et une école. Elle a continué à produire ses propres revenus avec sa peinture. De plus, Wiggins a été actif avec le Public Works of Art Project à Seattle en tant que peintre de chevalet. Wiggins était estimée dans la communauté artistique du nord-ouest, où elle était connue comme la « doyenne des femmes peintres du nord-ouest ».

Tout en vivant à Seattle, à partir de 1932, elle a poursuivi ses études d'art, cherchant des professeurs de design, d'aquarelle et d'huile. Outre ses expositions rétrospectives au Seattle Art Museum (1953) et au DeYoung Museum de San Francisco (1954), elle a présenté ses peintures à Vancouver, en Colombie-Britannique, à Chicago, à New York, à la Nouvelle-Orléans, à Salem et au Larson. Musée à Yakima, Washington. Peintures individuelles accrochées dans des expositions collectives à Seattle, San Francisco, Chicago, New York et Washington, dont beaucoup avec distinctions et prix [6].

Lors du biennium PEN Women of America qui s'est tenu à Washington, D.C. en 1948, Wiggins a reçu les plus hautes distinctions pour « Réalisation dans l'art ». Une rétrospective de ses peintures et photographies a eu lieu au Seattle Art Museum en 1953. Wiggins a continué à travailler jusqu'à sa mort en 1955 à l'âge de 86 ans. Une grande collection de photographies de Myra Wiggins est conservée au Portland Art Museum. Ses photographies et ses peintures font également partie de la collection du Hallie Ford Museum of Art de l'Université Willamette. En 2003, son travail a été inclus dans l'exposition Femmes photographes pionnières au Frye Art Museum de Seattle, et ses natures mortes ont fait l'objet d'une exposition au musée Hallie Ford en 2004. [7]


Myra Albert Wiggins
Pot en Cuivre avec Chrysanthèmes Boutons
Californie. 1930
Huile à bord
9,5 x 8,5 pouces


Obsah

Mladi (1869-1889) Editovat

Wigginsová, rozená Myra Jane Albert, se narodila 15. prosince 1869 ve městě Salem v Oregonu jako druhá ze čtyř dětí narozených Johnu Henrymu Albertovi a Mary Elizabeth Holmanovým. Její otec pracoval nejdříve jako účetní v místní společnosti na lněný olej, později se stal prezidentem národní banky v Salemu.

Již v raném věku se u ní projevil přirozený umělecký talent, absolvovala hodiny kreslení a malování ve svém domě a v oblasti kolem Salemu. Její rodiče ji povzbuzovali, nejen kvůli jejímu talentu, ale také kvůli tomu, že v té době se u žen vyšší třídy očekávala kulturní vzdělanost v umění. Když jí bylo 17 let, vyhrála první z mnoha ocenění za malbu na Oregonském státním veletrhu, mezi lety 1886 a 1907 získala celkem 94 ocenění za svá umělecká díla.

V roce 1888 se seznámila se svým budoucím manželem, Frederickem Arthurem Wigginsem, který byl majitelem místního obchodu, ve kterém jako v jednom z prvních nabízel řadu produktů pod jednou stř

Poprvé se setkala s fotografií v okamžiku, kdy její bratr chtěl zpodobnit svou milou, ale neměl k dispozici fotoaparát. Dix proto oběma koupil její otec. [1] V roce 1889 získala velkoformátovou deskovou kameru na skleněné desky a stativ, a brzy kameru používala mnohem víc než její bratr. Některé své první fotografie pořídila na rodinné cestě na pobřeží Oregonu.

Během dvou let získala nový fotoaparát za první místo v amatérské soutěži pořádané časopisem Magazine Rive Ouest, mnoho fotografií poslaných do soutěží vystavila v roce 1890 na průmyslové výstavě North Pacific Industrial Exposition v Portlandu.

Umělecká kariéra (1890-1899) Editovat

Stejně jako mnoho progresivních žen z období konce 19. století, byla poslána studovat do New Yorku. V letech 1891-1894 studovala na Art Students League of New York, v ročníku společně s Williamem Merrittem Chasem a Johnem Twachtmanem. Chase ovlivnil zejména její myšlení o umění a když mu přinesla ukázat své fotografie, doporučil jí někdy psát komentáře na jejich zadní stranu. Chaseho zachytila ​​na slavné fotografii během výuky a obklopeného studentkami z roku 1891.

Zatímco studovala v New Yorku, do Salema se vracela pouze v průběhu léta, v roce 1892 oznámila své zasnoubení s Fredem Wigginsem. Když se pak vrátila do New Yorku, stala se jednou z prvních členek New York Camera Clubu. Využívala klubovou temnou fotografickou komoru, při čemž se setkala s Josephem Keileyem, vlivným fotografem, spisovatelem a blízkým přítelem Alfreda Stieglitze.

Se svým snoubencem byli oddáni 24. listopadu 1894 contre Salemu a o dva roky později spolu měli jedinou dceru Mildredu.

Mistryně fotografie (1900-1929) Editovat

V roce 1900 byla mezi prvními dvěma ženami, které měly samostatnou výstavu fotografií v Chicago Art Institute. V té době se již setkávala a dopisovala s nejdůležitějším fotografem té doby Alfredem Stieglitzem, který ji v roce 1903 přijal za členku nově vytvořeného spolku Fotosecese.

Na podzim roku 1903, byla jedna její fotografie vystavena na jubilejní výstavě v německém Hamburku a také na londýnském salónu pořádém společností Linked Ring. Recenze druhé výstavy se o této fotografii vyjadřovala chvalozpěvně : . považujeme snímek paní Wigginsové nazvaný « Leštění mosazi » (« Laiton à polir ») za jeden z nejlepších v celé místnosti. Zajisté je nejvíce piktorialistický, je přesně jako grafika Chodowieckého, a to jak svým subjektem, tak i pocitem. Žena sedí u stolu s kovovým nádobím kuriózní a zajímavé formy. Celá záležitost je klidná, vzhledná a velmi dobře navržená - příklad pro stovky. [1]

V roce 1904 byla Wigginsová jedním z pěti vybraných delegátů z Oregonu, aby se zúčastnila Croisière des Chrétiens contre Jeruzalémě na světové události Quatrième convention de l'école du dimanche. Dokumentovala scény a dění na lodi, a když přišla, často vyvolávala film ve svém pokoji do pozdní noci. Na zpáteční cestě se zastavila v Paříži a v Londýně, kde zhlédla výstavy velkých fotografických salonů té doby. Později téhož roku vydala Dopisy od poutnika (Salem : Statesman Publishing), fotograficky ilustrovaný popis své cesty na Blízký východ.

Tentýž rok Stieglitz poslal 200 fotografií představující nejlepší umělce Fotosecese na Mezinárodní fotografickou výstavu v Haagu. Mezi umělce zařadil jako Wigginsovou, tak i její oregonskou kolegyni Sarah Oregon Laddovou. Wigginsová své fotografie taktéž publikovala v několika významných časopisech, včetně například Photo-ère, La photo miniature, Photogrammes de l'année une Die Kunst dans Der Photographie (vysoce kvalitní německý čtvrtletník podobný Travail de la caméra).

Její matka zemřela v roce 1905 po autonehodě. Řídil její otec, který nebyl sice zraněn, ale v následujících letech velmi trpěl pocitem viny a úzkosti.

V roce 1906 se podílela na výstavě "Díla amerických fotografek" (Le travail des femmes photographes d'Amérique) contre prostorách Camera Clubu, Hartford, Connecticut. Wigginsová byla jednou z 26 žen, které byly na výstavě představeny. Později contre témže roce byly dvě její fotografie vystaveny na výroční členské výstavě ve Stieglitzově Galerii 291 contre New Yorku.

Od roku 1907 se celá rodina přestěhovala kvůli obchodním aktivitám Freda Wigginse do města Toppenish uprostřed státu Washington. Wigginsová se snažila pomáhat manželovi finančně otevřením uměleckého studia a školy. Nové místo však bylo mnohem více venkovské a nerozvinuté než Salem, a příroda v okolí města byla suchá a prašná. Prach působil Wigginsové zdravotní problémy a trvalo několik let, než začala mít z malby pravidelný příjem.

Pokračovala ve fotografii, jak jí zdraví dovolovalo, opět vystavovala contre Galerii 291 contre New Yorku a na výstavě umění a řemesel contre San Francisku. Její kolegyně ze spolku Fotosecese Anne Brigmanová okomentovala její díla z pozdější doby, e se v nich "trvale naplňuje její práce s atmosférou procítěného smutku." [2] [1]

V další dekádě se fotografie Wigginsové objevily na mnoha důležitých výstavách, včetně Mezinárodní výstavy piktorialistické fotografie v New Yorku (1909), výroční Pictorial Photography Invitation in Seattle, Washington vstavy piktorialistické fotografie v New Yorku (1909), výroční Pictorial Photography Invitation à Seattle, Washington vstavy (1910) a mezináright Galerie d'art contre Buffalu contre New Yorku. Povzbuzena zájmem o její práce jinými fotografy v Seattlu, začala Wigginsová v tomto městě trávit více času.

Od první dekády do pozdních 20. let 20. století střídavě pomáhala svému manželovi s jeho obchodem a fotografováním v Seattlu, když měla dostatek peněz na cestování. Během této doby projevila také zájem přednášet o své práci, ostatních fotografech a o umění obecně.

V roce 1928 společnost Seattle Fine Arts Society uspořádala Wigginsové její poslední samostatnou výstavu.

Malba (1930-1956) Editovat

V roce 1930 Wigginsová spoluzaložila organizaci Femmes peintres de Washington, jednu z nejstarších uměleckých organizací. [3]

Wigginsová zemřela 13. Ledna 1956 na mrtvici. Aktivně malovala až své smrti. Její manžel zemřel při nehodě o čtyři měsíce později.

Její práce jsou ve stálých sbírkách několika významných institucí, včetně například Portland Art Museum, Getty Museum a National Museum of American Art při Smithsonian Institution.


Note historique retourner en haut

Myra Albert Wiggins (1869-1956) était une photographe et peintre à succès qui a grandi à Salem, dans l'Oregon et a fréquenté l'Université Willamette et le Mills College. Elle a étudié la peinture à l'Art Students League de New York de 1891 à 1894. Elle a continué en tant que peintre et photographe à Salem ainsi qu'à Seattle et Toppenish, Washington. En 1903, Alfred Stieglitz, l'un des photographes les plus importants de l'époque, l'admet en tant que membre de Photo-Secession. Photo-Secession a été l'occasion pour les photographes de s'unir dans la cause commune de la promotion de la photographie en tant qu'art. Wiggins a également écrit des articles pour de nombreux magazines concernant la photographie et a participé à des expositions à travers les États-Unis, notamment à la National Gallery de Washington, DC et à la National Academy de New York.

L'artiste de Salem Bonnie Hull a commencé ses recherches sur Myra Wiggins en 1973, avec l'intention d'écrire des articles et de créer une exposition sur Wiggins. Bonnie organisée Myra Albert Wiggins, pictorialiste, photo-sécessionniste : une exposition de photographies pour le département d'art de l'Université Willamette en 1976. Roger Hull, professeur émérite d'histoire de l'art à l'Université Willamette, a écrit plus tard l'article "Myra Wiggins and Helen Gatch: Conflicts in American Pictorialism" concernant le rôle de Wiggins dans la photographie picturale américaine. Roger a organisé deux expositions du travail de Wiggins au Hallie Ford Museum of Art : Description : les natures mortes de Myra Albert Wiggins (2004) et Myra Albert Wiggins : la vie d'un photographe (2015). Ce dernier comprenait des photographies de la collection du musée Hallie Ford et des documents d'archives des archives des artistes du nord-ouest du Pacifique.

Description du contenu retourner en haut

Cette collection documente les découvertes de Bonnie et Roger Hull sur Myra Albert Wiggins. Il comprend un mélange du travail de Wiggins ainsi que du matériel de Hull sur Wiggins. Parmi les documents de Wiggins se trouvent des photocopies de correspondance avec Alfred Stieglitz recueillies à la bibliothèque de l'Université de Yale et des lettres de Frances Benjamin Johnston recueillies à la Bibliothèque du Congrès. Il existe également des lettres de Noël créées à partir des illustrations de Wiggins envoyées à la famille et aux amis. Les documents de Wiggins comprennent également des copies et des œuvres imprimées d'écrits ainsi que des photographies originales et copiées des œuvres d'art de Wiggins.

Cette collection comprend également la correspondance, les notes, le matériel d'exposition et les articles de Bonnie et Roger Hull concernant Wiggins. La correspondance au sein de la collection comprend la lettre de Bonnie Hull à Mildred Benz, fille de Myra Wiggins. Hull reconnaît son intérêt à utiliser les œuvres de Wiggins pour une prochaine exposition ainsi que son intérêt à en savoir plus sur Wiggins. Des brouillons et des exemplaires publiés de l'article de Roger Hull, "Myra Wiggins and Helen Gatch: Conflicts in American Pictorialism" sont inclus, ainsi qu'une chronologie créée par Roger pour placer la vie de Myra Wiggins dans le contexte du monde de la photographie.

Utilisation de la Collection retourner en haut

Restrictions d'utilisation

La bibliothèque agit en tant qu'agent de reproduction « fair use ».

Pour plus d'informations, voir la section sur le droit d'auteur dans les règlements et procédures des archives et des collections spéciales de l'Université Willamette.

Informations sur le droit d'auteur : avant que le matériel provenant des collections des archives et des collections spéciales de l'Université Willamette puisse être cité sous forme imprimée ou autrement reproduit, en tout ou en partie, dans une publication, l'autorisation doit être obtenue auprès (1) du propriétaire de la propriété physique, et (2) le titulaire du droit d'auteur. Il est de la responsabilité particulière du chercheur d'obtenir les deux ensembles d'autorisations. Les personnes souhaitant citer des documents de toute collection détenue par les archives universitaires et les collections spéciales doivent consulter l'archiviste universitaire. La reproduction de tout article doit contenir une citation complète de l'original.

Citation préférée

[Identification de l'article], collection Bonnie et Roger Hull sur Myra Albert Wiggins, Archives and Special Collections, Mark O. Hatfield Library, Willamette University.


Artistes similaires ou similaires à Myra Albert Wiggins

Peintre et photographe pictural américain du début du XXe siècle. Mieux connue pour les photographies qu'elle a exposées avec Elizabeth Flint Wade sous leurs noms communs, soit sous le nom de "Rose Clark et Elizabeth Flint Wade", soit sous le nom de "Miss Clark and Wade". Wikipédia

Photographe américain qui fut l'un des membres fondateurs de la Photo-Secession. Né à Jersey City, New Jersey le 16 septembre 1867. Wikipédia

Photographe américain et l'un des membres originaux du mouvement Photo-Secession en Amérique. Ses images les plus célèbres ont été prises entre 1900 et 1920 et représentent des femmes nues dans des contextes naturalistes primordiaux. Wikipédia

Photographe américain, enseignant et membre fondateur du mouvement Photo-Secession. Il a grandi dans de petites villes de l'Ohio, où ses influences principales étaient sa famille et la vie sociale de l'Amérique rurale. Wikipédia

Photographe américain qui était considéré comme l'un des dix photographes picturaux les plus en vue du début du 20e siècle. Inscrit comme membre fondateur de la célèbre Photo-Secession d'Alfred Stieglitz. Wikipédia

Auteur, poète et photographe américain du début du XXe siècle. Mieux connue pour les photographies qu'elle a exposées avec Rose Clark sous leurs noms communs, soit sous le nom de "Rose Clark et Elizabeth Flint Wade", soit sous le nom de "Miss Clark and Wade". Wikipédia

Photographe du début du XXe siècle devenu une figure clé du développement du pictorialisme américain. Il est devenu le premier grand photographe à mettre l'accent sur le potentiel visuel des points de vue élevés et a réalisé plus tard certaines des premières photographies complètement abstraites. Wikipédia

Éminent photographe pictural français de la fin du 19e et du début du 20e siècle. Mieux connu pour ses estampes intensément manipulées qui affichent une qualité picturale distincte. Wikipédia

Photographe, écrivain et critique d'art franco-américain du XXe siècle étroitement associé à Alfred Stieglitz et à la Photo-Secession. Né à Charles Edward et Madeleine Burty Haviland à Paris. Wikipédia

Style international et mouvement esthétique qui ont dominé la photographie à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Pas de définition standard du terme, mais en général, il fait référence à un style dans lequel le photographe a en quelque sorte manipulé ce qui serait autrement une simple photographie comme moyen de "créer" une image plutôt que de simplement l'enregistrer. Wikipédia

Photographe pictural américain très acclamé du début du 20e siècle. Actif sur les scènes photographiques locales, nationales et internationales. Wikipédia

Figure notoire du mouvement de la photographie d'art du début du XXe siècle, exposant ses photographies d'Afro-Américains ruraux du comté de Dallas lors d'expositions majeures au New York Camera Club (décembre 1899), à l'Annual Photographic Salon (novembre 1900), aux Dudley Galleries à Londres (octobre 1901), et l'exposition Photo-Secession du National Arts Club de New York (1902) organisée par Alfred Stieglitz. 16. Wikipédia

Photographe d'origine américaine, membre fondateur de la Photo-Secession et l'un des premiers professeurs universitaires de photographie au monde. Né à New York sous le nom de Frank Eugene Smith. Wikipédia


Nouveau dans l'histoire familiale? Consultez notre page de démarrage. Découvrez House Of Names pour enquêter sur les origines du nom de famille Wiggins ou obtenez une copie de l'écusson de la famille Wiggins (une excellente idée de cadeau !).

Parfois, vous pouvez vous heurter à un mur de briques dans votre arbre et vous n'avez tout simplement pas assez de preuves pour remonter dans le temps. Si vous avez de la chance, vous trouverez peut-être des ancêtres Wiggins encore inconnus. De plus, le test ADN moderne peut vous donner une ventilation de votre mélange ethnique - vous pourriez être surpris des résultats !

Avez-vous atteint un mur de briques dans votre arbre Wiggins ?

Visitez notre page ADN Wiggins pour en savoir plus.


HistoryLink.org

Women Painters of Washington (WPW) a commencé comme l'une des premières organisations artistiques de cette région et reste l'une des très rares associations artistiques féminines à l'échelle de l'État du pays. Le groupe s'est formé en 1930 après que plusieurs éminentes femmes artistes régionales aient assisté à un cours donné à Seattle par le peintre canadien Frederick Horsman Varley (1881-1969), membre du célèbre Groupe des Sept. Plusieurs des six fondateurs ont obtenu une certaine reconnaissance nationale et internationale, mais ont ressenti le besoin d'élargir leurs opportunités locales. Bien que la Seattle Fine Arts Society ait parrainé des expositions régionales depuis 1914, le Seattle Art Museum ne sera construit qu'en 1933. Les six fondateurs de Women Painters of Washington étaient Myra Albert Wiggins (1869-1956), Elizabeth Warhanik (1880-1968), Lily Norling Hardwick (1890-1944), Dorothy Dolph Jensen (1895-1977), Anna B. Stone (1869-1950) et Helen Bebb (1878-1947), qui a agi en tant qu'administrateur et n'était pas un peintre actif.

Myra Albert Wiggins

Le plus célèbre des fondateurs était le peintre/photographe Myra Albert Wiggins, qui était probablement le premier artiste de renommée internationale du Nord-Ouest. Wiggins avait acquis sa réputation de photographe d'art qui est devenue membre associée de la Photo-Secession exclusive d'Alfred Stieglitz ainsi que de la Confrérie de l'anneau lié de Londres dès 1903.

Elle avait commencé sa carrière en tant que peintre, ayant quitté sa ville natale de Salem, en Oregon, pour étudier à l'Art Students League de New York à partir de 1891. À la League, elle a étudié avec certains des artistes majeurs de l'époque, dont William Merritt Chase ( 1849-1916), qui a exercé une influence à vie. En photographie, elle était surtout connue pour son imagerie figurative néerlandaise construite inspirée par Rembrandt (1606-1669) et Jan Vermeer (1632-1675). En peinture, elle se concentre sur la nature morte, incorporant souvent des objets en verre et en métal à la manière de son mentor, Chase. En 1909, elle avait remporté plus de 50 prix internationaux en photographie, mais a cessé son activité dans ce médium dans les années 1920.

Wiggins a déménagé dans l'État de Washington en 1907, s'installant d'abord à Toppenish et enfin à Seattle en 1932. Elle a continué à peindre et a même été active avec le Public Works of Art Project à Seattle en tant que peintre de chevalet. Wiggins était estimée dans la communauté artistique du Nord-Ouest, où elle était connue comme la « doyenne des femmes peintres du Nord-Ouest ». Sa carrière active et réussie a abouti à une rétrospective de ses peintures et de ses photographies au Seattle Art Museum en 1953.

Elizabeth Warhanik

Elizabeth Warhanik peignait activement depuis des décennies au moment où WPW a été formé. Originaire de Philadelphie, Warhanik a fréquenté le Wellesley College et a étudié avec Charles Woodbury (1864-1940). Elle a vécu au Japon en tant que missionnaire pendant plusieurs années avant de s'installer à Seattle en 1907.

Ses peintures comprennent des images de paysages, de fleurs et de marines, utilisant souvent une technique audacieuse et expressive dans ses couleurs et son pinceau. Comme beaucoup d'autres membres de WPW, Warhanik était également un excellent graveur et était le plus grand praticien régional de l'impression couleur à ligne blanche ou à Provincetown. Warhanik venait d'une famille d'artistes et sa sœur, Eleanor Campbell (1894-1986), est devenue célèbre pour ses illustrations des manuels de lecture Dick & Jane.

Lily Norling Hardwick

Lily Norling Hardwick a produit une œuvre unique consacrée à la représentation des Amérindiens du Nord-Ouest. Né à Ellensburg, Washington, Hardwick a fréquenté la Chicago Academy of Fine Arts et a étudié avec Audubon Tyler à New York. Vers 1921, elle peint son premier portrait amérindien et commence à vivre et à travailler dans les réserves de l'État à Colville, Nespelem et LaPush.

Elle a créé de nombreux portraits de figures tribales, hommes et femmes, peints dans un style moderne et vivant. Cette collection est maintenant conservée au Yakama Nation Museum à Toppenish, Washington.

Dorothy Dolph Jensen

Dorothy Dolph Jensen était parmi les meilleurs peintres de paysages et de figures jamais actifs dans le Nord-Ouest. Petite-fille d'un sénateur américain de l'Oregon, Joseph Dolph, Jensen a quitté sa forêt natale, Forest Grove, dans l'Oregon, pour fréquenter un pensionnat en Europe avant la Première Guerre mondiale. Très jeune, elle a fréquenté l'Académie Julian, où elle a étudié avec Jean Paul Laurens. À l'âge de 13 ans, elle apprend les techniques de gravure et produira plus tard une belle œuvre dans ce médium, étant la première femme artiste de l'État de Washington à posséder une presse à eau-forte. En 1914, elle quitte l'Europe et s'installe à Seattle, partant brièvement pour étudier à Portland, Oregon, et retournant à Seattle quelques années plus tard où elle reste pour le reste de sa vie.

Anna B. Stone (1869-1950) was renowned for her floral subjects executed in both a realistic and Modernist style. Born in Dewitt, Iowa, Stone lived most of her adult life in Seattle. She studied at the Boston School of Art, Scripts College in Claremont, California, and the University of Washington. Besides being a Founder of the Women Painters of Washington, she was also an active member of the Northwest Watercolor Society and the National League of American Penwomen.

Margaret Gove Camfferman

Some of the charter and early members of WPW were also noteworthy within the arts community both locally and nationally. Three were among the earlier Modernists of the region. Margaret Gove Camfferman (1881-1964) was originally from Rochester, Minnesota, and attended art school there before going to New York to study with Robert Henri (1865-1929). After her 1914 marriage to artist Peter Camfferman (1890-1957), she relocated with her new husband to Langley, Whidbey Island, Washington, where they remained for the rest of their lives.

The Camffermans dedicated their entire life to making art and teaching. Their international travels exposed them to many of the Modern movements of their time. In 1932, she and Peter studied in Paris with the influential painter Andre L’hote (1885-1962) whose Cubist style had a lasting influence. The Camffermans' property, dubbed "Brackenwood," included a group of small studio’s to accommodate visiting artists

They taught generations of students and hosted local and internationally known artists such as Amedee Ozenfant (1886-19-66) and Alexander Archipenko (1887-1964), visiting instructors from the University of Washington. Camfferman, like many women married to other artists, subjugated her own ambition to promote her husband’s career. Nine years older than Peter and a more seasoned artist at their meeting, she nevertheless continued to paint and exhibit locally and nationally.

Elizabeth A. Cooper

Elizabeth A. Cooper (1877-1936) was born in England and came to America, settling first in the San Francisco area where she attended the Mark Hopkins Art Institute (now the San Francisco Art Institute). In California, Cooper was exposed to Asian art and upon her move to Seattle in 1915, created a body of work that shows a confluence of varied cultural influences such as Japanese blockprints and European Modernism.

Along with Camfferman, Cooper was a member of Seattle’s progressive Group of Twelve, an association of 12 regional artists dedicated to exploring modern art techniques. As a group, they exhibited together to strengthen their cause and in 1937 produced a catalogue booklet that included their biographies and artistic statements as well as illustrations of their work. Other members of the group included Morris Graves (1910-2001) and Kenneth Callahan (1905-1986).

Dorothy Milne Rising

Dorothy Milne Rising (1895-1992) was born in Tacoma and after studying locally, attended the Pratt Institute in Brooklyn and the Cleveland Art Institute. After studies back East she returned to Seattle, attended the University of Washington, and became an early proponent of Modernism in the Northwest, writing articles in local and national publications in defense of Modern Art.

In 1940, she along with two other WPW members, Florence Nesbit (1910-2001) and Vara Grube (1903-1994), founded the Northwest Watercolor Society, an organization that is still flourishing today.

Z. Vanessa Helder

As the 1930s progressed and the country was mired in the Depression, several members of WPW became employed by the Federal Art Projects. One of the most accomplished was Z. Vanessa Helder (1904-1968) one of the state’s few Precisionists.

Helder was born in Lynden, Washington, and attended the University of Washington before going to New York to study at the Art Students League. While still in artschool, she began exhibiting her work with the American Watercolor Society. Her talent was recognized in New York and she began to show her work at the prestigious Macbeth Gallery, which handled many of the leading artists of the day.

Returning to Seattle, she was hired by the local Federal Art Projects and accepted a position as an instructor at the Spokane Art Center, where she taught painting and lithography. During this period of 1939-1941, Helder produced her spectacular series of 22 watercolors depicting the construction of Grand Coulee Dam and its environs. This celebrated series is in the collection of the Northwest Museum of Arts and Culture in Spokane.

A high point in her career came in 1943 when she was included in the Museum of Modern Art’s American Realists and Magic Realists exhibition. Helder exhibited 12 of her watercolors in the show and her work hung alongside some of the major American artists of the period. After her marriage in 1943, Helder moved to Los Angeles and became known in California art circles, teaching at the Otis Art Institute and the Los Angeles Art Institute.

Blanche Morgan Losey

Another artist associated with the Washington state WPA was Helder’s friend and fellow Precisionist, Blanche Morgan Losey (1912-1981). Unlike Helder, Losey ‘s involvement in the WPA was as a stage and set designer for the local Federal Theater Projects and most notably, the Negro Repertory Unit.

Like Helder, Losey’s watercolors utilized a crisp, hard-edged realism that she exhibited locally and in exhibitions sponsored by the National Association of Women Artists, based in New York. Her painting style segued into Surrealism in the 1940s with many of the paintings depicting elements of her conflicted identity and abusive marriage.

Ebba Rapp (1909-1985) was born and raised in Seattle and became a first-rate painter by the early 1930s. When Alexander Archipenko gave one of several visiting classes at the University of Washington, Rapp attended and introduced sculpture into her work. She assisted Archipenko in his classes and was asked to start the first sculpture department at her alma mater, Seattle’s progressive Cornish College of the Arts, in 1938.

One of the only female sculptors active in Seattle in the 1930s and 1940s, Rapp was recognized nationally when one of her sculptures was included in the American Art Today exhibition at the 1939 New York World’s Fair. Besides painting and sculpture, she was an accomplished craftswoman and was one of the founders of the Seattle Clay Club. She mastered the art of enameling and also worked with Peter Voulkos (1924-2002) at the Archie Bray Foundation in Helena, Montana, during the 1950s. In addition to her national exhibitions, she completed numerous portrait and architectural commissions throughout the state.

Peggy Strong

A noted painter and muralist in the Northwest, Peggy Strong (1912-1956), was born in Aberdeen and studied at the University of Washington with additional studies in the East. In 1933, Strong had been seriously injured in an automobile accident that left her paralyzed from the waist down. However, her physical limitations did not hinder her activities. Her large-scale murals were painted in the studio with the assistance of a hand-operated elevator, designed by her engineer father, allowing her to work independently. She exhibited nationally in New York as well as at San Francisco’s Golden Gate Exposition in 1939. Her easel paintings almost always focus on the human figure, either portraiture or in powerful works that display a sensitivity to social issues.

Strong worked briefly in San Francisco before her untimely death at 44. Her extant murals include The Saga of Wenatchee at the Wenatchee Valley Museum and Cultural Center and Paul Bunyan Themes now housed at the University of Puget Sound.

Yvonne Twining Humber

In 1943, Boston WPA artist Yvonne Twining Humber (1907-2004) relocated with her new husband to Seattle. She had achieved a measure of success in exhibitions associated with the Federal Art Projects, which had employed her as an easel painter from the inception of the PWAP in 1933 through its demise in 1943. Humber worked primarily in oil and brought a hard-edged realism that was uncommon in the Northwest. Her style of Formalist Realism united influences of the Italian Primitives with the naïve or folk painters of her native New England.

Humber had attended the National Academy of Design and Art Students League in New York, as well as working in Provincetown with Charles Hawthorne (1872–1930) for two summers. She won two consecutive Tiffany Foundation Fellowships in 1933 and 1934. Humber had a successful solo exhibition at the Seattle Art Museum in 1946 and resumed exhibiting nationally and attained a significant reputation in Seattle as a painter and teacher.

After a series of unfortunate tragedies beginning with the death of her husband in 1960, Humber ceased painting to recover her emotional and financial stability. When the public’s renewed interest in the WPA began in the 1970s, Humber resumed painting and worked into her 90s. In 2001, she endowed the Twining-Humber Award for Seattle’s Artist Trust, which gives a yearly Lifetime Achievement award of $10,000 to a Washington state female artist over the age of 60.

The World's Fair and After

With the beginning of the turbulent 1960s, Seattle began its rocky climb toward becoming the international city that it is today, beginning with Seattle's Century 21 World’s Fair in 1962. The fair introduced the iconic Space Needle and also featured many of the best local artists in exhibitions and displays that included WPW members P. K. Nicholson (1894-1978), Blanche Morgan Losey, and Ebba Rapp, who had exhibited her sculpture at the New York World’s Fair in 1939.

After the 1970s, many of the earlier members ceased working or passed away. The activities of current members carries on the high standards set by the founders and reflects a diverse group with a wide range of styles and techniques in the painting tradition. In addition to regional shows, the organization held international exhibitions in Japan in 1987, in Germany in 1990, and in Kuwait, Northern Ireland, the Republic of Ireland, and Washington, D.C., in 1999.

The State of Washington
Washington State Department of Archeology and Historic Preservation

Yvonne Twining Humber, Business District (1947), oil on board, 24 x 20 inches

Courtesy Martin-Zambito Fine Art, Seattle

Myra Albert Wiggins, Edge of the Cliff (1903) platinum print photograph, 8 x 6 inches, included in Alfred Stieglitz's 1910 International Exhibition of Pictorail Photography at the Albright Gallery, Buffalo, with Wiggins the only exhibitor from Washington

Courtesy Martin-Zambito Fine Art, Seattle

Ebba Rapp, Blue Mood (1939), oil on canvas, 36:1/4 x 44 inches (Model is Syvilla Fort, an important African American dancer, choreographer, and teacher)

Courtesy Martin-Zambito Fine Art, Seattle

Women Painters of Washington exhibit outside Seattle Public Library, From left, standing: Louise Gilbert, Lily Norling Hardwick, Dorothy Dolph Jensen, Z. Vanessa Helder Bottom: Theodora Harrison, Ruth Kreps, Mary Garrett, Seattle, 1936

Courtesy Martin-Zambito Fine Art, Seattle

Women Painters of Washington field trip led by instructor Peter Camfferman, Langley, Whidbey Island, 1941

Courtesy Martin-Zambito Fine Art, Seattle

Blanche Morgan Losey, Untitled (Seattle Street Scene) (1938), watercolor on paper

Courtesy Martin-Zambito Fine Art, Seattle

Portrait of Blanche Luzader Morgan (Losey) by Vanessa Helder, oil on masonite, ca. 1939

Private Collection, Courtesy Martin-Zambito Fine Art, Archive of Northwest Artists

Sand and Gravel Works, watercolor by Vanessa Helder, 1939-1941

Courtesy Northwest Museum of Arts & Culture (2585.19)

Voisins, watercolor by Vanessa Helder, 1939-1941

Courtesy Northwest Museum of Arts & Culture (2585.17)

Sources:

David F. Martin, An Enduring Legacy: Women Painters of Washington, 1930-2005 (Bellingham: Whatcom Museum of History & Art and University of Washington Press, 2005) Kitty Harmon, The Pacific Northwest Landscape: A Painted History (Seattle: Sasquatch Press, 2001) Phil and Marian Yoshiki Kovinick, An Encyclopedia of Women Artists of the West (Austin: University of Texas Press, 1998) Independent Spirits: Women Painters of the American West, 1890-1945 éd. by P. Trenton (Berkeley: University of California Press, 1995).
Note: This essay was corrected on February 12, 2008, to note that Peggy Strong was born in Aberdeen.


Voir la vidéo: Bardo Chill - When The Time Comes