Escalier vers le paradis : concepts anciens sur le paradis et l'au-delà

Escalier vers le paradis : concepts anciens sur le paradis et l'au-delà

Nous reconnaissons le ciel comme un endroit où nous irons après notre mort si nous avons mené une vie bonne ou vertueuse. C'est un paradis accessible aux êtres terrestres selon leurs normes de foi ou de bonté. D'un autre côté, l'enfer abrite le mal, la misère et bien d'autres choses désagréables - un endroit où nous serons envoyés si nous avons mené des vies non vertueuses. Cependant, le concept de l'au-delà dans le monde antique est plus varié et un peu plus compliqué. Contrairement au voyage en enfer, qui semble être un processus beaucoup plus rapide, le voyage d'une âme au paradis consiste en divers tests et couches avant qu'elle ne puisse atteindre son lieu de repos final.

Prométhée forme l'homme et l'anime avec le feu du ciel par Hendrik Goltzius (1589) (domaine public)

Champs Svarga indiens et grecs Elysian

Les religions indiennes décrivent svarga (‘ciel) comme lieu de transition pour les âmes justes qui ont accompli de bonnes actions dans leur vie mais ne sont pas encore prêtes à atteindre l’illumination. Par conséquent, une âme passerait par svarga avant qu'il ne soit soumis à la renaissance sous différentes formes de vie selon le bon ou le mauvais karma qu'il a réussi à rassembler dans sa vie. Ceci est quelque peu similaire à la mythologie grecque et romaine où les morts voyageaient généralement soit dans le monde souterrain où ils resteraient, soit dans les îles Fortunées (ou îles des Bienheureux), un paradis terrestre pour ceux qui étaient jugés assez purs dans leurs trois vies pour entrer dans les Champs Elysées, le dernier lieu de repos des âmes des héroïques et des vertueux.

Irkalla sumérien

Pour les anciens Mésopotamiens, le ciel est divisé en trois dômes. Le dôme le plus bas du ciel était la maison des étoiles et le dôme du milieu était la maison du Igigi - les dieux plus jeunes. Le dôme le plus élevé et le plus extérieur du ciel était personnifié comme An, le dieu du ciel. Cependant, aucun mortel ordinaire n'aurait jamais accès à l'un de ces dômes, peu importe à quel point ils étaient vertueux dans leur vie, car les cieux étaient la demeure des dieux seuls. Contrairement à la croyance plus moderne de l'importance de l'action d'une personne pour déterminer si elle ira au paradis ou en enfer, l'ancienne croyance mésopotamienne était que toutes les âmes allaient dans la même vie après la mort. Par conséquent, l'âme d'une personne décédée est allée à Irkalla, le monde souterrain sous la surface de la terre.


Signification des paroles de "Stairway To Heaven" de Led Zeppelin

Tout d'abord, il convient de noter que le chanteur principal de Led Zeppelin, Robert Plant, qui a écrit les paroles de cette chanson, a lui-même déclaré qu'à l'exception dans une certaine mesure du premier couplet, il est ouvert à différentes interprétations. Donc, ici, nous allons essayer de dériver le sens "Stairway to Heaven" de la manière la plus basique possible.

Verset 1

Le premier couplet est basé sur l'histoire, selon Plant, d'une femme matérialiste et égoïste. Il est clair que cet individu assimile le « paradis » au shopping. Et apparemment, même si les magasins sont fermés, elle peut toujours avoir accès à "ce pour quoi elle est venue" "avec un mot", insinuant qu'elle est si puissante et riche qu'avec un simple appel téléphonique, les magasins seront ouverts pour elle.

Verset 2

Le deuxième verset est basé sur Plant envisageant "l'ouest" apparemment détruit par des "anneaux de fumée" qui sont visibles "à travers les arbres". Encore une fois, c'est quelque chose qui ne se produit que dans ses pensées, mais toujours son « esprit pleure pour partir ». La région géographique que Plant considère comme « l'ouest » n'est pas spécifiée, certains avançant même des théories selon lesquelles cela fait référence au Far West. Mais étant donné que la chanson a été écrite en Angleterre, l'implication serait quelque part à l'ouest du Royaume-Uni. Ce verset est culminé par un groupe de personnes « qui se tient » et témoin de cet incendie.

Verset 3

Et apparemment, ces mêmes personnes sont désignées dans le troisième verset comme « ceux qui se tiennent longtemps ». L'histoire racontée dans cette section est que si ces individus ont un désir mutuel "le joueur de flûte les conduira (les) à raisonner ». Et au lieu que les arbres brûlent maintenant, « les forêts résonnent de rire ». Il n'est jamais précisé qui "le joueur de pipeau" est en fait, bien que tout bien considéré, cela se joue définitivement comme une référence religieuse.

Verset 4

Le début du quatrième vers évoque le personnage de la "reine de mai" et parle donc de la fertilité et de l'avènement du printemps. Plus tard, le concept de paradis est à nouveau évoqué, mais implicitement, comme chez les personnes ayant le choix de choisir entre «deux chemins» sur lesquels marcher. Et encore une fois, « le joueur de flûte » est présent, cette fois comme quelqu'un qui est "vous appelle à le rejoindre", comme dans suivre le même chemin qu'il est sur.

En toute honnêteté, "Stairway to Heaven" se joue plus ou moins comme un morceau de gospel, exhortant l'auditeur à se repentir comme à choisir la route qui mène à "une dame que nous connaissons tous qui brille de lumière blanche". Cependant, ne vous attendez pas à ce que Led Zeppelin le reconnaisse. Au lieu de cela, lorsqu'on les presse sur l'explication de la chanson, ils donnent souvent des réponses dont il est difficile de tirer un sens définitif.

Faits en bref sur « Stairway to Heaven »

  • Écrivains): Robert Plant et Jimmy Page étaient les seuls auteurs de cette chanson.
  • Producteur(s) : Jimmy Page a produit la chanson.
  • Date de sortie: Le 8 novembre 1971 était la date de sortie officielle de “Stairway to Heaven”.
  • Album/EP : La chanson apparaît sur le quatrième album studio de Led Zeppelin intitulé Led Zeppelin IV.
  • Trucs intéressants : Led Zeppelin a été accusé d'avoir "volé" des parties de la chanson "Taurus" par le groupe Spirit et de l'avoir utilisé dans "Stairway to Heaven". Et en effet, lorsque vous écoutez le début de “Stairway to Heaven”, cela ressemble remarquablement à une certaine partie de Spirit’s “Taurus”. L'affaire a finalement été portée devant les tribunaux.

La chanson contient-elle des échantillons ?

Non. Cependant, il a été échantillonné dans plus de dizaines de chansons.

Interprétation de « Stairway to Heaven » : par une autre main

“Stairway to Heaven” attire notre attention sur la dure vérité que le vrai bonheur dans la vie ne découle pas de l'accumulation de biens matériels. La chanson raconte l'histoire d'une femme qui a gagné tant d'argent pour se rendre compte, à la fin, que sa vie n'avait aucun sens, même avec toute sa richesse, et qu'elle n'atteindra pas le paradis. À certains égards, la chanson peut être considérée comme un appel à redonner aux pauvres, aux nécessiteux, à la société, etc. quand on a été béni avec beaucoup. Bien sûr, les mystiques parmi nous pourraient trouver le coup de pouce parfait pour considérer l'au-delà parce que c'est important.

12 réponses

“Il y a un sentiment que j'ai quand je regarde vers l'ouest / Et mon esprit pleure pour partir.”

« Quelle région géographique que Plant considère comme « l'ouest » n'est pas spécifiée, certains avançant même des théories selon lesquelles il se réfère au Far West. Mais étant donné que la chanson a été écrite en Angleterre, l'implication serait quelque part à l'ouest du Royaume-Uni.

MDR. Mec, Zeppelin à mi-carrière -> Tolkien. Dans LotR, après la guerre de l'Anneau, les elfes montent à bord de navires magiques radieux pour quitter la Terre du Milieu et naviguer vers Aman, une «terre bénie» semblable au paradis à l'ouest.

une entité spirituelle a-t-elle utilisé des plantes dans ce qu'on appelle l'écriture automatique pour écrire les paroles de la chanson ? cherchez quelle plante dit qu'il se souvient d'avoir trouvé les paroles de la chanson

Ils ont dit qu'ils avaient fait la chanson autour d'un feu de camp plus proche de la nature et qu'ils passaient tous un bon moment et que la musique les traversait juste & #8230 Cela semble être un bon endroit pour qu'un certain joueur de cornemuse se présente.

La façon dont ils l'ont décrit est comme si quelqu'un les canalisait. Vous devriez peut-être chercher le joueur de flûte et lui demander. Je suis sûr que c'est une personne gentille (morte ou vivante).

Je pense que la dame qui brille
Le blanc et veut montrer
Est-ce qu'elle n'a jamais atteint le paradis
Alors sa punition pour avoir été gourmande dans la vie
C'est conduire les autres au paradis
Éclairage de l'escalier.
Leur montrer le chemin.
Ce qu'elle doit faire pour toujours.

Est-ce que quelqu'un s'est déjà demandé si la dame qui fait briller la lumière blanche est revenue du ciel et essaie de prouver que la lumière existe ? J'imagine que le cornemuseur est quelqu'un qui est très mal interprété et parfois pas toujours connu de tout le monde dans la société. C'est pourquoi personne ne peut savoir qui est le joueur de flûte. C'est comme trouver le Saint Graal physiquement plutôt qu'en soi. C'est cet endroit que les gens vous apprennent à ignorer.

Je suppose que cette chanson parle d'une femme qui est accro à la drogue et qui achète un escalier vers le paradis (achetant de la drogue qui la mènera à la mort). Le joueur de flûte alias le trafiquant de drogue vous appelle pour le rejoindre. Quand elle n'a pas d'argent pour acheter de la drogue, elle offre des faveurs en retour en disant que si les magasins sont tous fermés en un mot, elle peut obtenir ce pour quoi elle est venue.

Vous avez tellement tort (IMO) que la chanson ne parle pas de drogues qui achètent un escalier vers le paradis, le matérialisme…. “Le Piper nous conduira à la raison” …. To Reason, Not Destruction … .. La chanson vous dit, si vous n'êtes pas satisfait du chemin que vous suivez, vous avez le temps de changer ce chemin … En fin de compte, nous sommes tous UN…. Le ROCHER et PAS le rouleau …. en d'autres termes Strong Steady ne s'effondre pas comme un toxicomane….

Tu as tellement raison. Non seulement la chanson sur la drogue parle de suicide, de mort et d'enfer. Le joueur de flûte est satan

“Quand je regarde vers l'Ouest” … Le soleil se couche à l'Ouest, et pour nous anglais, l'Ouest est toujours vu comme la route de l'aventure, dans un célèbre tableau L'enfance de Raleigh, le vieux marin pointe à l'ouest…. Sans le savoir, cela pourrait les influencer… Tant d'influences anglaises (et galloises) dans cette chanson …. Il est encore temps de changer de route. Le Piper est Jésus ou votre moi intérieur vous disant de suivre vos rêves … ..

Merci, Robert, pour votre contribution perspicace.

Je pense que la chanson a un sens environnemental. "Quand je regarde vers l'ouest, je vois des ronds de fumée à travers les arbres et mon esprit pleure pour partir." L'Occident est très industrialisé et il y a de la pollution dans les forêts. La dame qui essaie d'acheter son chemin vers le ciel est la société qui essaie de s'épanouir dans la consommation matérielle. Il y a plus dans la chanson qui a des messages spirituels et environnementaux mais à la fin nous avons le choix de trouver le bonheur dans nos esprits et de ne pas nous laisser berner par le vide matériel si nous nous tenons juste debout comme un rocher au lieu de simplement dévaler une colline (aller avec une foule comme des lemmings). C'est donc mon point de vue, mais comme l'a dit Led Zeppelin: "Tout est ouvert à l'interprétation."

Laisser une réponse Annuler la réponse

Tu pourrais aussi aimer.

Led Zeppelin

par Amanda London · Publié le 2 septembre 2020 · Dernière modification le 27 février 2021


L'au-delà de la Grèce antique et son évolution

Eleusis était une ancienne religion grecque à mystères qui offrait à ses initiés une vie après la mort bénie. (Image : Andronos Harris/Shutterstock)

Payer Charon, le passeur

Les anciens Grecs avaient quelques idées sur ce qui arrivait à une personne après la vie. Ils croyaient que lorsqu'une personne était morte et enterrée et était prête à entrer dans l'Hadès, il leur suffisait de demander à Charon de la transporter à travers le fleuve Styx. Ils ont dû le payer pour cela cependant. Cela signifiait que la personne devait espérer que quelqu'un lui mettrait une obole dans la bouche. C'est une pièce grecque d'une valeur de 1/6 d'une drachme, juste assez pour un aller simple de l'autre côté du fleuve Styx vers Hadès.

Que se passe-t-il dans l'autre royaume ?

Que se passe-t-il une fois que les morts passent de l'autre côté ? La vérité est que ce n'est pas vraiment connu. La seule description semi-détaillée d'Hadès est fournie par Homère, qui a suggéré que la qualité de vie là-bas était morne, bien que dépourvue de toute terreur. Il a typiquement décrit les morts comme ‘sans force’ et ‘sans esprit’. Quoi qu'une personne ait fait dans cette vie, elle finira au même endroit que tout le monde.

Il n'y avait pas de jugement post mortem comme les Égyptiens parce que les Grecs n'avaient pas de concept du paradis et de l'enfer. Il est vrai qu'au fond des entrailles de l'Hadès, il y avait une région de courants d'air appelée Tartare où étaient consignés ceux qui avaient insulté la majesté des dieux. Quelqu'un comme Sisyphe qui doit perpétuellement faire rouler une pierre en montée, qui sans cesse redescend.

Cela n'inclurait pas les gens. Les crimes des gens étaient beaucoup trop insignifiants pour mériter l'attention des dieux et mériter ce genre de punition.

Ceci est une transcription de la série de vidéos L'envers de l'histoire : la vie quotidienne dans le monde antique. Regarde-le maintenant, Wondrium.

Introduction de la béatitude dans l'au-delà

Au fil du temps, cependant, les Grecs sont devenus de plus en plus mécontents du concept d'une misère égale pour tous. Ils ont commencé à aspirer à la bonne vie après la mort. Ainsi dès le VIe siècle av. plus tard, ils en vinrent à croire que ceux qui avaient été initiés à certains rites secrets pouvaient s'attendre à une existence plus bénie dans l'au-delà, une existence plus bénie que ceux qui n'avaient pas été initiés. On ne sait pas exactement ce qu'ils entendaient par « bénédiction ». C'est un état d'être qui n'est jamais vraiment décrit.

Mystères d'Eleusis

Eleusis avait plusieurs empereurs romains parmi ses initiés, dont Hadrien et Marc Aurèle. (Image : Marsyas/CC BY-SA 3.0/Domaine public)

Les plus importants de ces rites étaient les Mystères d'Eleusis, ainsi nommés d'après Eleusis, une ville attique, ou deme, à environ 13 miles d'Athènes sur la côte attique. Tous les locuteurs grecs étaient éligibles à l'initiation, y compris les femmes et les esclaves. Le mot anglais ‘mystery’ vient en fait de incontournables, ce qui signifie ‘un initié’. L'inclusion des esclaves était très inhabituelle dans le monde grec.

La religion grecque, dans l'ensemble, a imposé des distinctions sociales en indiquant clairement que si quelqu'un avait de l'argent à dépenser, il aurait plus de chances d'attirer l'attention des dieux. Mais pas dans ce cas. L'initiation est venue d'un coup.

La seule catégorie de personnes exclues, à l'exception des non-grecophones, était les meurtriers. Eleusis atteint l'apogée de son importance au IVe siècle av. et était encore important à l'époque romaine. En fait, son prestige était tel qu'il comptait plusieurs empereurs romains parmi ses initiés, dont Hadrien et Marc-Aurèle.

L'Initiation à Eleusis

L'initiation aurait lieu dans un bâtiment sans fenêtre connu sous le nom de Telesterion ou lieu d'initiation, qui, à sa taille maximale, pouvait contenir environ 3 000 personnes. Ce que l'on a vu à l'intérieur, cependant, est un mystère complet. En fait, les rites étaient si secrets que l'État athénien imposait la peine de mort à quiconque les divulguait.

Le poète Eschyle a failli être exécuté sur cette accusation. Il n'y a aucune preuve qu'une fois que quelqu'un avait été initié, il était tenu de se conformer à une règle de vie. Pour autant que l'on puisse en juger, les mystères d'Eleusis, comme toutes les autres religions à mystères, promettaient le bonheur éternel sur des bases purement rituelles.

La concurrence d'Eleusis avec le christianisme

Parce qu'ils admettaient les femmes, les esclaves et tous les locuteurs grecs, les mystères d'Eleusis étaient sans doute l'une des premières religions de type universaliste de l'histoire de l'humanité. ‘Universalist’ le dit trop fort, car il fallait être capable de parler grec, ou du moins de prononcer quelques mots grecs.

Pour cette raison, ces religions à mystères présentaient un sérieux rival au christianisme. Les écrivains chrétiens se sont donné beaucoup de mal pour suggérer que les initiés ont été témoins d'actes obscènes et immoraux, mais leur témoignage est fortement biaisé et devrait probablement être écarté.

Le lien entre les vivants et les morts

Qu'une personne ait ou non été initiée aux mystères, être un Grec mort signifiait faire partie d'une famille continue. Le motif dit de la poignée de main, qui apparaît fréquemment sur les pierres tombales, symbolise parfaitement ce fait. Soit les deux personnages se séparent de cette vie, soit se saluent dans la vie à venir. On ne peut pas dire lequel, et cela n'a guère d'importance. Ce que le motif démontre, c'est une croyance en la fraternité humaine qui survit à la mort et est éternelle.

Le motif de la poignée de main sur une pierre tombale était une gravure courante pour représenter les anciennes croyances grecques sur la vie après la mort. (Image : Vladimir Korostyshevskiy/Shutterstock)

Ce sentiment de connexion entre les vivants et les morts était en outre véhiculé par le fait qu'il était du devoir des proches d'une personne de visiter leur tombe à intervalles réguliers et de leur fournir de la nourriture et des boissons - généralement du vin et des gâteaux - que les proches déposerait sur ou à côté du monument funéraire, tout comme le faisaient les Égyptiens au nom de leurs morts.

Cette pratique suggère une croyance très différente de la croyance en l'Hadès. Cela suggère que les morts sont restés à proximité de la tombe ou étaient au moins capables de la visiter périodiquement. Mais qui a dit que les croyances sur l'au-delà devaient être cohérentes ?

Les Grecs conservaient des liens affectifs étroits avec leurs morts, dont le bien-être dépendait des efforts qu'eux, les vivants, accomplissaient en leur faveur. Même ainsi, leur lien avec leurs morts était beaucoup plus faible que celui qui existait entre les Égyptiens et leurs morts, et ils n'ont certainement rien fait pour préserver physiquement leurs morts.

Lorsqu'on a demandé à Socrate s'il voulait être incinéré ou enterré, il a répondu : « Comme tu veux, tant que tu peux m'attraper.

Questions courantes sur l'au-delà de la Grèce antique et son évolution

Les Grecs de l'Antiquité ne croyaient pas au jugement post mortem parce que les Grecs n'avaient pas de concept du paradis et de l'enfer. Ils voyaient l'au-delà comme une phase triste.

Charon, le passeur, aida les morts à traverser le Styx et à entrer dans l'Hadès.

Dès le VIe siècle av. plus tard, les Grecs en vinrent à croire que ceux qui avaient été initiés à certains rites secrets pouvaient s'attendre à une existence plus bénie dans l'au-delà.

Eleusis était une ancienne religion grecque à mystères qui offrait à ses initiés une vie après la mort bénie.


Le paradis et l'enfer : idées anciennes sur l'au-delà

Bart D. Ehrman, professeur James A. Gray d'études religieuses, est l'auteur ou l'éditeur de plus de 30 livres, dont le prochain Paradis et enfer : un Histoire de l'au-delà.

Selon le plus récent sondage Pew Research, 72 pour cent de tous les Américains croient en un paradis littéral comme lieu de bénédiction éternelle pour les âmes décédées, tandis que 58 pour cent croient en un enfer littéral et à ses tourments éternels. Bien que les chrétiens aient cru à ces idées pendant des siècles, elles ne sont pas enseignées dans l'Ancien Testament ou dans les enseignements du Jésus historique. Alors d'où venaient-ils ? Étaient-ils simplement inventés ? Dans ce webinaire, le célèbre érudit Bart Ehrman examinera les points de vue sur l'au-delà des cultures du Proche-Orient ancien, grecque et romaine, la Bible hébraïque, le Nouveau Testament et les premiers siècles de l'église, montrant où les idées de paradis et d'enfer sont venus et comment ils sont devenus un point de vue religieux dominant en Occident.

CALENDRIER DES SUJETS

Jeudi 5 novembre à 17h – La mort après la mort dans Homère et l'Ancien Testament

Jeudi 5 novembre à 19h – Justice dans le monde à venir chez les Grecs et les Juifs

Vendredi 6 novembre à 17h – Jésus, Paul ou le livre de l'Apocalypse ont-ils cru au ciel et à l'enfer ?

Vendredi 6 novembre à 19h – La naissance du ciel et de l'enfer dans l'Église chrétienne primitive

Ce webinaire est un événement virtuel. Les frais de scolarité sont de 40 $, ce qui comprend « l'admission » au webinaire en temps réel (avec des questions-réponses en direct). Les inscrits recevront des instructions pour accéder à l'événement en ligne d'ici le matin du 5 novembre.

**Économisez de l'argent en achetant un abonnement de saison aux 5 webinaires d'automne pour seulement 150 $ (125 $ pour les membres GAA).**

Inscrivez-vous ici ou appelez le 919.962.1544.

Les inscriptions en ligne se terminent à minuit la veille de l'événement. Pour vous inscrire le jour même, veuillez appeler le 919.962.1544.

Pour plus d'informations sur les remises GAA et les autres bourses disponibles pour les participants au programme des sciences humaines, cliquez ici.

Les frais de scolarité sont gratuits pour tous les enseignants à temps plein de la maternelle à la 12e année. Si vous êtes éligible, cliquez sur ici enregistrer. L'inscription gratuite des enseignants se termine une heure avant le début de l'événement.


Escalier vers le portail du paradis - le point de repère terrestre le plus proche de Dieu

Heaven's Gate, un portail naturel dans le parc national de la montagne Tian Menshan, à Zhangjiajie, dans le nord-ouest de la province du Hunan, en Chine.

Les paroles de la chanson de George Gerswin Je vais construire un escalier vers le paradis du film de 1951 American in Paris aurait pu facilement être écrit pour décrire la soi-disant porte céleste, un portail qui pourrait éventuellement conduire au paradis.

Je construirai un escalier vers le paradis
Avec une nouvelle étape tous les jours !
Je vais y arriver à tout prix
Reste à l'écart, je suis en route !
J'ai le blues
Et au-dessus, c'est si juste.
Des chaussures ! Allez-y et portez-moi là-bas!
Je construirai un escalier vers le paradis
Avec une nouvelle étape tous les jours

Cet endroit étonnant est accessible par le plus long téléphérique pour passagers du monde, suivi d'un trajet en bus qui ferait battre le cœur le plus endurci.

La route sinueuse mène à l'endroit haut dans les montagnes où vous vous attaquez à d'énormes volées d'escaliers artificiels que vous devez surmonter pour atteindre la grotte "Heaven's Gate".

Heaven’s Gate, un portail naturel dans le parc national de la montagne Tian Menshan, à Zhangjiajie, dans le nord-ouest de la province du Hunan, en Chine.

Heaven’s Gate est un phénomène naturel de grotte d'érosion situé dans la grandeur calcaire du parc national de la montagne Tian Menshan, à Zhangjiajie, dans le nord-ouest de la province du Hunan, en Chine. C'est un site bien connu pendant la dynastie chinoise Tang 618-907, lorsqu'un temple a également été construit près du sommet de la montagne.

Isolée, entourée de mystère, la randonnée exhaustive jusqu'à la colline suit un ancien chemin d'escaliers en pierre sculptée, parsemé de petites huttes le long du chemin.

L'ensemble du chemin pointe continuellement vers le portail au sommet, avec les vues sur le chemin qui montrent parfaitement pourquoi des générations de personnes dans le Hunan croyaient que la porte du paradis était vraiment le royaume des dieux.

C'est à partir de la dynastie Han (206 avant JC - 220 après JC) que le Shih chi (record de l'histoire) de chaque dynastie chinoise a été documenté. À partir de la dynastie Tang 618-907, le prestige de la Chine grandit dans toute l'Asie et elle commença à s'impliquer dans des affaires bien au-delà de ses frontières.

D'abord compilé par Ssu-ma Ch’ien, le « grand savant de la Chine Han », ces « histoires standard » se sont poursuivies jusqu'en 1911.

Parmi les grandes arches du monde, Heaven's Gate est unique, enregistrée dans des documents de la période des "Trois Royaumes" de la Chine, lorsque l'ouverture aurait été formée lors d'un événement cataclysmique alors que l'arrière d'une immense grotte s'effondrait en 263 après JC.

Plus récemment, des équipes de vol acrobatique ont survolé l'ouverture en 1999 et 2006.

Route sinueuse menant à ‘Heaven’s Gate’

Heaven's Gate doit être près du sommet de la liste des merveilles naturelles de quiconque. Des grottes et des formations rocheuses spectaculaires dans la nature ont longtemps attiré les explorateurs. Avec la campagne chinoise assez bien fermée au monde occidental au cours du vingtième siècle, certaines de ses plus grandes merveilles naturelles ne sont pleinement révélées dans toute leur splendeur à notre monde contemporain qu'à mesure qu'elles se tournent vers un compte pratique, les possibilités commerciales de leur propre peuple ainsi que les touristes occidentaux.

Ensuite, il y a la zone panoramique de Wulingyuan, qui se trouve également au nord-ouest de la province du Hunan, où plus de 3 000 piliers géants de grès quartzeux, dont certains mesurent plus de 800 mètres ou 2 600 pieds de hauteur, se dressent comme des sentinelles silencieuses dans la chaîne Wuling du Parc forestier national de Zhangjiajie.

La région abrite des espèces végétales et animales menacées. Les prunes, les ifs et les pins de Chine ne sont que quelques-unes des espèces de conifères parmi les plus de 3000 espèces de plantes, dont beaucoup sont appréciées pour leur bois, leurs usages médicinaux et ornementaux.

C'est la terre où erre la salamandre géante chinoise. Les Français en particulier admiraient son apparence de lézard et il est devenu associé à un amant ardent lorsqu'il était l'emblème de François 1er roi de France dont la cour rivalisait avec celle du roi Henri VIII en Angleterre, au moins jusqu'à sa mort en 1547.

Dans les temps anciens, cette région était éloignée et inaccessible et les légendes locales indiquent que Zhangliang, qui était un seigneur de la dynastie Han (206-BC-AD 220) vivait isolé à Wulinghyan et a été enterré sous la montagne Zhangjiajie.

Il est resté presque intact par l'homme jusqu'à la fondation de la République populaire de Chine en 1949.

L'ensemble de la zone n'a été approuvé comme zone d'intérêt pittoresque et historique qu'en 1988, puis en 1992, il est devenu un site du patrimoine mondial de l'UNESCO, assurant sa protection.

Avec des ravins et des gorges spectaculaires, des ruisseaux, des piscines et des cascades, il contient quelque 40 grottes ainsi que deux grands ponts naturels - le pont des Immortels et le pont traversant le ciel.

Si vous voulez vivre une expérience à couper le souffle, le Pont des Immortels se rapproche.

Du pont, vous avez une vue imprenable sur la montagne en dessous et les nuages ​​qui touchent les montagnes.

Il s'étend sur un espace du mont Tai, le plus haut sommet et l'une des « cinq grandes montagnes », qui sont sacrées en Chine.

Ils ont été des lieux de pèlerinage pendant des siècles où le respect de la montagne sacrée était un voyage important à entreprendre.

Premier pont sous le soleil dans la province chinoise du Hunan, photographié par Ray Millar, Arches UK

Le pont traversant le ciel est également spectaculaire, une arche naturelle érodée en grès et également connue sous le nom de premier pont sous le soleil capturé par Arthur Millar

Il relie deux montagnes ensemble dans un pont terrestre naturel, de plus de 1200 pieds de haut.

Ils n'ont pas d'affiliation religieuse, mais bon nombre de leurs caractéristiques correspondraient aux critères d'établissement d'une enceinte taoïste ou bouddhiste.

Les chinois adorent construire des escaliers et il y en a beaucoup à monter pour atteindre ces hauteurs donc les touristes devront être en forme.

Beaucoup d'entre eux n'ont qu'une chaîne à laquelle s'accrocher, donc si vous avez le vertige, ce n'est probablement pas une aventure pour vous.

Pourtant, vous comptez sur toutes les raisons sous le soleil pour ne pas y aller, mais si vous êtes en forme, que vous soyez vieux ou jeune, vous devriez peut-être juste essayer pour vous amuser.


Ancienne croyance païenne au paradis

Avec un compte UCG.org, vous pourrez enregistrer des éléments à lire et à étudier plus tard !

L'idée que les « âmes » vont au ciel à la mort est née dans la religion païenne, pas dans la Bible. Un bref regard sur l'histoire ancienne révèle que les habitants de Babylone, d'Égypte et d'autres royaumes imaginaient une telle vie après la mort.

Selon Ce monde croyant, par Lewis Browne, le dieu égyptien Osiris aurait été tué, ressuscité et emmené au ciel : « Osiris est revenu à la vie ! vécu éternellement » (1946, p. 83).

Browne explique : « Les Égyptiens pensaient que si c'était le destin du dieu Osiris d'être ressuscité après la mort, alors un moyen pourrait être trouvé pour en faire aussi le destin de l'homme. rois a ensuite été promis à tous les hommes. L'existence céleste des morts a été menée dans le royaume d'Osiris, et il a été décrit en détail par les théologiens égyptiens. On croyait qu'à la mort l'âme d'un homme partit à la fois pour atteindre une salle de jugement en haut. et se tenait devant le trône céleste d'Osiris, le juge. Là, il rendait compte de lui-même à Osiris et à ses quarante-deux dieux associés" (p. 84).

Si elle pouvait satisfaire les dieux, « l'âme était aussitôt rassemblée dans le bercail d'Osiris. de la "Dévoreuse". Car seules les âmes justes, seuls les innocents, étaient considérés comme méritant la vie éternelle » (pp. 86-87).

Cette idée d'hommes capables de suivre leur dieu-sauveur au ciel était au centre des anciennes religions à mystères. Browne poursuit : « L'humanité partout, au Mexique et en Islande, au Zoulouland et en Chine, fait plus ou moins les mêmes suppositions folles dans son effort convulsif pour résoudre l'énigme de l'existence.

« Dans les temps très anciens, cette idée prospéra non seulement parmi les Babyloniens et les Égyptiens, mais aussi parmi les tribus barbares en Grèce et aux alentours. homme, si pauvre ou vicieux qu'il soit, il y avait une place au ciel. Il suffisait d'être "initié" aux secrets du culte. Alors le salut lui était assuré, et aucun excès de vice et de turpitude morale [c'est-à-dire , dépravation] pouvait lui fermer les portes du paradis. Il était sauvé pour toujours » (pp. 96-99).

L'homme a toujours voulu vivre sans jamais mourir. Ce monde et tout ce qu'il offre n'a jamais satisfait l'humanité. Pendant des siècles, l'humanité a recherché la sécurité et le bonheur dans l'espoir d'aller au paradis à la mort. Malheureusement, trop de gens ont embrassé des croyances qui ne peuvent être prouvées vraies.

Dieu seul connaît les réponses aux mystères de la vie et de la mort, et Il les révèle dans Sa Parole, la Sainte Bible. Contrairement à ce que beaucoup pensent, Dieu ne promet pas l'éternité dans le ciel comme récompense des sauvés. Au lieu de cela, Jésus dit que ceux qui vainquent régneront avec lui dans le Royaume de Dieu à venir, qui sera établi sur terre à son retour (Apocalypse 3:21 Apocalypse 3:21 A celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi aussi j'ai vaincu, et je suis assis avec mon Père sur son trône.
Version américaine du roi Jacques× Apocalypse 5:10 Apocalypse 5:10 Et nous avons faits pour notre Dieu des rois et des sacrificateurs, et nous régnerons sur la terre.
Version américaine du roi Jacques× Apocalypse 11:15 Apocalypse 11:15 Et le septième ange sonna de la trompette et il y eut de grandes voix dans le ciel, disant : Les royaumes de ce monde sont devenus les royaumes de notre Seigneur et de son Christ et il régnera aux siècles des siècles.
Version américaine du roi Jacques×). En fin de compte, ils hériteront de l'univers entier et du royaume des esprits en tant que cohéritiers avec Christ (comparez Romains 8:17 Romains 8 :17 Et si enfants, alors héritiers héritiers de Dieu, et cohéritiers avec Christ s'il en est ainsi que nous souffrons avec lui, afin que nous soyons aussi glorifiés ensemble.
Version américaine du roi Jacques× Hébreux 1:1-2 Hébreux 1:1-2 [1] Dieu, qui à diverses époques et de diverses manières parlait autrefois aux pères par les prophètes, [2] Dans ces derniers jours nous a parlé par son Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a fait les mondes
Version américaine du roi Jacques× Hébreux 2:5-11 Hébreux 2:5-11 [5] Car il n'a pas soumis aux anges le monde à venir, dont nous parlons. [6] Mais quelqu'un a témoigné à un certain endroit, disant : Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui ? ou le fils de l'homme que vous lui rendez visite ? [7] Tu l'as fait un peu plus bas que les anges, tu l'as couronné de gloire et d'honneur, et tu l'as établi sur les ouvrages de tes mains : [8] Tu as tout assujetti sous ses pieds. Car en ce qu'il a tout soumis à lui, il n'a rien laissé qui ne lui soit soumis. Mais maintenant, nous ne voyons pas encore toutes choses se soumettre à lui. [9] But we see Jesus, who was made a little lower than the angels for the suffering of death, crowned with glory and honor that he by the grace of God should taste death for every man. [10] For it became him, for whom are all things, and by whom are all things, in bringing many sons to glory, to make the captain of their salvation perfect through sufferings. [11] For both he that sanctifies and they who are sanctified are all of one: for which cause he is not ashamed to call them brothers,
Version américaine du roi Jacques× Revelation 21:7 Revelation 21:7 He that overcomes shall inherit all things and I will be his God, and he shall be my son.
Version américaine du roi Jacques× ).


Heaven and Hell: Ancient Ideas about the Afterlife

SOLD OUT: EMAIL [email protected] WITH YOUR NAME & PHONE NUMBER TO BE ADDED TO THE WAITLIST

A Distinguished Scholar Seminar featuring Bart D. Ehrman

According to the most recent Pew Research Poll, 72 percent of all Americans believe in a literal heaven as a place of eternal blessing for departed souls, while 58 percent believe in a literal hell and its eternal torments. Although Christians have believed these ideas for centuries, they are not taught in the Old Testament or in the teachings of the historical Jesus. So where did they come from? Were they simply invented? In this seminar, acclaimed scholar Bart Ehrman will examine views of the afterlife from the Ancient Near East, Greek, and Roman cultures, the Hebrew Bible, the New Testament, and the early centuries of the church, showing where the ideas of paradise and hell came from and how they became a dominant religious view in the West.

Death After Death in Homer and the Old Testament

Justice in the World to Come Among Greeks and Jews

Did Jesus, Paul, or the Book of Revelation Believe in Heaven and Hell?

The Birth of Heaven and Hell in the Early Christian Church

Bart D. Ehrman, James A. Gray Professor of Religious Studies, is the author or editor of more than 30 books, including the forthcoming Heaven and Hell: A History of the Afterlife.

TIME AND TUITION

4:30pm-8:30pm on Friday, February 28 and 9:00am-12:00pm on Saturday, February 29. The tuition is $125 ($115 until September 5). Tuition for teachers is $62.50 ($57.50 until September 5). Teachers can also receive a $75 stipend after attending (click here for more information) and 10 contact hours for 1 unit of renewal credit. The optional lunch on Saturday is $15.00.

Discounts are available for UNC students, faculty, & staff. See our UNC Student, Staff, & Faculty Discounted Registration Policy here.

For information about GAA discounts and other scholarships available to Humanities Program participants, click here.

Register here or call us at 919.962.1544.

Registrants will receive a packet containing background readings, a map to the seminar location, and more about 2-3 weeks before the program date.


Stairway to Heaven

I’m learning quickly that to be a good Norwegian, you must climb.

This is a land of very steep mountains. Already, I hear tales (tall tales?) from a century ago, when children who played outdoors were tied like dogs on a rope to the trees in order to keep them from tumbling down into the fjord below. And then there’s the one about the elderly man who got up from his deathbed and kindly walked himself down the mountainside so that he could pass away in the boat shed, saving his descendants the trouble of having to carry his body down such a steep and precarious slope.

At least these are the stories I hear.

I heard another tale of the longest wooden stairway on earth: 4,444 steps from the edge of Lysefjord to the top of the mountain in the barely-there village of Flørli.

“No, I’ve never counted them myself ,” admitted Frode Kallelid, a Flørli native who just returned to his hometown after a twenty-year career on a fishing boat in Alaska’s Dutch Harbor (of Deadliest Catch fame). As a boy he worked at the now-defunct hydro-electric power station that first put Flørli on the map. As a man, he has returned in hopes of buying the empty power station and turning it into his own akvavit plant.

Frode could not confirm that there were exactly 4,444 steps to the top. But he has climbed them all–up and down–more times than he can remember.

“Every Monday in summertime I climbed those stairs to the top of the mountains. My job was to measure the water levels in the lake up above.”

As a teenager, Frode could ascend “trappen” (“the stairs”) in 30 minutes, 18 seconds. That’s one mile of stairs plus a 740 m (2,427 foot) upward climb in a half an hour.

“I was probably 14 then–it’s a lot easier when you’re young. But a regular person, like you, it would take them probably an hour and a half to climb.”

However regular a person I may be, I did not have three hours to climb to the top and back down again. Nor did I think I had the stamina.

Today, the most famous stairs in Norway make up part of the Tripp Trapp Triathlon, which includes running, biking and kayaking. The 4,444 stairs fall under the “running” section–one adult athlete that I met told me how during his last race, he climbed the stairs in around 34 minutes.

That’s very impressive. Still not as fast as a 14-year-old Frode but a whole lot faster than I would ever climb it.


Bibliographie

Becker, Marshall Joseph. "Caches as Burials Burials as Caches: The Meaning of Ritual Deposits among the Classic Period Lowland Maya." Dans Recent Studies in Pre-Columbian Archaeology, edited by Nicholas J. Saunders and Olivier de Montmollin, vol. 1, pp. 117 – 139. Oxford, 1988. Discusses the complexity in the funerary and mortuary rituals among the Maya.

Benavente, Toribio (Motolin í a). Memoriales. Mexico City, 1971.

Benson, Elizabeth, ed. Death and the Afterlife in Pre-Columbian America. Washington, D.C., 1975.

Brotherston, Gordon. "Huesos de muerte, huesos de vida: la compleja figura de Mictlantecuhtli." Cuicuilco 1 (1994): 85 – 99. Deals with the relation between life and death among the Nahua, considering the archaeological records and sacred books.

Cabrero, Teresa. La muerte en el occidente del M é xico prehisp á nico. Mexico City, 1989.

Codex Chimalpopoca, History and Mythology of the Aztecs. Translated by de John Bierhorst. Tucson, Ariz., 1981.

"Codex Vaticanus Latinus 3738." Dans Antig ü edades de M é xico, edited by Lord Kingsborough. Mexico City, 1964 – 1967.

Furst, Jill. "Skeletonization in Mixtec Art: A Re-evaluation." Dans The Art and Iconography of Late Post-Classic Central Mexico, edited by Elizabeth Boone, pp. 207 – 225. Washington, D.C., 1982.

Garza, Mercedes. El hombre en el pensamiento religioso n á huatl y maya. Mexico City, 1990.

L ó pez Austin, Alfredo. Breve historia de la tradici ó n religiosa mesoamericana. Mexico City, 1998. A notable introduction to the religion in Mesoamerica, easy to read and with significant new data.

L ó pez Austin, Alfredo. Cuerpo humano e Ideolog í a. Mexico City, 1980. A classic research about the human body among the Nahua, with an emphasis on the conception of the soul and its relation with life and death.

Manzanilla, Linda, and Carlos Serrano, eds. Pr á cticas funerarias en la Ciudad de los Dioses los enterramientos humanos de la antigua Teotihuacan. Mexico City, 1990. Remarkable compilation of Teotihuacan's funerary practices. Includes new archeological findings and the analysis of human remains recovered in this sacred place.

Matos Moctezuma, Eduardo. Muerte a filo de obsidiana. Mexico City, 1980. A extraordinary book, focusing on the afterlife notions and funerary rituals among the Mexica.

McAnany, Patricia. Living with the Antecessors: Kingship and Kinship in Ancient Maya Society. Austin, Tex., 1995.

McKeever Furst, Jill. The Natural History of the Soul in Ancient M é xico. New Haven, Conn., 1995.

Ruz Lhuillier, Alberto. Costumbres funerarias de los antiguos mayas. Mexico City, 1989. A classic book with an exceptional inventory of archaeological funerary findings, historical information, and contemporary data on Maya culture.

Sahag ú n, Fray Bernardino. Historia general de las cosas de la Nueva Espa ñ a. Mexico City, 1997.

Schellhas, Paul. Representation of Deities of the Maya Manuscript. Cambridge, Mass., 1904.


See Also

Dien, Albert E. "Chinese Beliefs in the Afterworld." Dans The Quest for Eternity: Chinese Ceramic Sculptures from the People's Republic of China, edited by Susan L. Caroselli, pp. 1 – 16. Los Angeles, 1987.

Forke, Alfred, trans. Lun Heng. 2 vol. 2e éd. New York, 1962.

Harper, Donald L. "Resurrection in Warring States Popular Religion." Taoist Resources 5, non. 2 (1994): 13 – 28.

Hawkes, David, trans. Chu Tz'u, The Songs of the South: An Ancient Chinese Anthology. Oxford, 1959.

Karlgren, Bernard. "Early Chinese Mirror Inscriptions." Bulletin of the Museum of Far Eastern Art 6 (1934): 9 – 79.

Kleeman, Terry F. "Land Contracts and Related Documents." Dans Ch ū goku no sh ū ky ō shiso to kagaku: Makio Ryokai festschrift, pp. 1 – 34. Tokyo, 1984.

Loewe, Michael. Ways to Paradise: The Chinese Quest for Immortality. London, 1979.

Loewe, Michael. Chinese Ideas of Life and Death: Faith, Myth, and Reason in the Han Period (202 bc – ad 220). London, 1982.

Poo, Mu-chou. "Ideas concerning Death and Burial in Pre-Han and Han China." Asia Major, 3d ser., 3, no. 2 (1990): 25 – 62.

Poo, Mu-chou. In Search of Personal Welfare: A View of Ancient Chinese Religion. Albany, N.Y., 1998.

Seidel, Anna. "Traces of Han Religion in Funeral Texts Found in Tombs." Dans D ō ky ō to sh ū ky ō bunka, edited by Akitsuki Kan'ei, pp. 21 – 57. Tokyo, 1987.

Thompson, Laurence G. "On the Prehistory of Hell in China." Journal of Chinese Religion 17 (1989): 27 – 41.

Yu, Ying-shih. "O Soul Come Back! A Study in the Changing Conceptions of the Soul and Afterlife in Pre-Buddhist China." Harvard Journal of Asiatic Studies 47, no. 2 (1987): 363 – 395.


Voir la vidéo: Le Paradis et lEnfer existent!!! Partie 02