Hécate

Hécate


Hécate (Terre-616)

Hécate était l'un des Titans qui vivaient sur l'Olympe et régnaient sur le monde antique avant que Zeus ne le conquiert. En tant que Titan, elle est antérieure à Zeus et aux douze Olympiens, et elle est également antérieure à l'humanité comme tous les Titans. Lorsque Zeus a conquis l'Olympe, Hécate était l'un des Titans qu'il a épargnés. Il a permis à Hécate de conserver son titre de déesse des enfers. Cependant, lorsque Pluton a plutôt choisi de prendre Perséphone comme épouse, Hécate a riposté en devenant le plus grand sorcier de l'Olympe et est devenue la déesse de la magie, des sorcières et de la sorcellerie.

Pour ajouter encore plus d'insulte, Hécate a commencé et materné la lignée de sorcières sur Terre lorsqu'elle a révélé les secrets des morts et enseigné la magie aux toutes premières sorcières du monde. Elle a été la toute première divinité à donner de la magie aux mortels, tandis que des dieux comme Chthon et Agamotto l'ont fait plus tard après elle. Cependant, elle l'a fait après que Zeus ait interdit aux dieux de se mêler des affaires humaines après une altercation avec les Célestes. Quand Hécate a été exilée de l'Olympe par Zeus, il a effacé ses souvenirs et lui a retiré ses pouvoirs.

Hécate croyait qu'elle était une scientifique et exploratrice humanoïde extradimensionnelle, qui a simplement été confondue avec la déesse Hécate lorsqu'elle a visité la Terre il y a des milliers d'années. Elle s'est alliée et plus tard s'est opposée aux Élémentaires tout en cherchant le Scarabée Rubis. ΐ]

Emprisonnée sur le Radeau et souffrant d'amnésie, Hécate s'est échappée aux côtés de Man-Bull, Griffin et Basilisk. En voyageant à Brooklyn avec eux, elle les a aidés à tenter de cambrioler une banque, où ils se sont rapidement retrouvés opposés par Hercule. Alors qu'il combattait ses alliés, Hercule laissa brièvement tomber le Bouclier de Persée, un objet capable de transformer en pierre quiconque le regardait.

Quand Hécate a ramassé le bouclier et l'a regardé, elle a retrouvé ses souvenirs et sa magie, et s'est rendu compte qu'elle était en fait la véritable déesse olympienne de la magie, et elle a juré de conquérir Brooklyn et de tuer Hercule, comme un acte de vengeance contre Zeus pour l'exilant de l'Olympe et effaçant sa mémoire et ses pouvoirs. Α]

Utilisant la peur répandue dans le monde entier par les forces du Serpent, elle s'est jointe à Kyknos à qui elle a demandé de tuer Hercule. Hecate a utilisé sa magie retrouvée dans le but de refaire Brooklyn à leur image en lançant un sort pour transformer tout Brooklyn en une ancienne version grecque de lui-même et en transformant ses habitants en monstres. Lorsque Kyknos est tué par Hercule, Hécate se téléporte, obligeant Brooklyn et ses habitants à revenir à la normale. Β]

De nombreuses années plus tard, la sorcière écarlate a localisé Hekate sur l'île grecque de Santorin, où elle avait pris l'apparence d'une propriétaire de café et semblait mener une vie humble. Wanda a expliqué qu'elle avait cherché la déesse et lui avait montré un profond respect, expliquant qu'elle se tournait vers Hekate pour obtenir des conseils en tant que déesse des sorcières. Elle s'est référée à Hekate lors de cette réunion comme « ma déesse » et « ma mère ». Hekate a révélé qu'elle n'avait pas jeté de sort depuis des années et a admis que, quoi qu'il en soit, elle pourrait choisir un jour de reprendre le contrôle du monde. Après une brève conversation entre les deux, se remémorant entre autres les autres dieux olympiens, Hekate a accepté d'aider Wanda. Après avoir aidé à arrêter le Minotaure à Santorin, Hécate a été tuée par le démoniste émeraude pour empêcher Wanda d'encaisser une dette qui lui était due par la déesse. Ώ]


Histoire

Après son retour des limbes des sorcières, Zelda se rendit à la fosse Caïn, où elle enterra Hilda, et avec l'aide de ses camarades sorcières, ils firent appel à la triple déesse Hécate. "On dit que chaque fois que vous faites appel à la Triple Déesse, elle vient à vous. Autant je l'ai ignorée, mis ma foi en des dieux inférieurs, signé mon nom dans d'autres livres, elle est toujours venue vers moi quand j'avais le plus besoin d'elle. Quand j'errais, perdu dans le royaume des ténèbres, c'est elle qui m'a ramené dans le monde matériel. Nous t'appelons, Hécate. Nous t'invoquons maintenant, jeune fille, dans ton potentiel illimité. Nous t'invoquons, mère, en tout ton pouvoir divin. Nous t'invoquons, vieille, dans ta sagesse arcanique. Nous sommes les descendants de toutes les jeunes filles, mères et vieilles. Et donc, lorsque nous invoquons les trois-en-un, nous invoquons toutes les sorcières venant de du commencement des temps à la fin des jours. Nous invoquons nous-mêmes, les pouvoirs qui nous ont été refusés. Imprègne-nous d'eux, Hécate, et nous te prierons matin, midi et soir. Et nous vivrons pour honorer ton trois visages, tes trois formes. Mère noire, gardienne de la clé de la porte entre les mondes, nous t'invoquons. Ramène notre sœur Hilda dans le royaume des vivants, et nous ne t'oublie encore!" Le vent cesse soudain de souffler et la main d'Hilda se lève de la terre.

C'est à ce moment-là que Zelda, Grande Prêtresse de l'Église de la Nuit, décida de renommer le coven à l'Ordre d'Hécate. Ώ]


Profil[modifier | modifier la source]

Megami Tensei [modifier | modifier la source]

Hécate règne sur le couloir de Mazurka. Un voleur connu sous le nom de Gaia tente de la tuer et a même volé le Silver Relief, un objet nécessaire pour progresser dans le donjon. Lorsque Nakajima combat pour la première fois Hécate, elle est invisible, mais si Nakajima possède la statue de Latos, Hécate sera rendue visible. Après le triomphe d'Hécate, l'Orb of Resolve est retrouvé et la statue de Latos va se briser.

Shin Megami Tensei II [modifier | modifier la source]

Hécate est un boss qui ne peut être vaincu que si elle est rencontrée pendant la Nouvelle Lune. Si le groupe la rencontre dans une autre phase, elle forcera le groupe à sortir de la pièce.

Shin Megami Tensei IMAGINER [modifier | modifier la source]

Hecate ne peut être acquis que par triple fusion, mais ne nécessite pas de plug-in. Elle apparaît comme un boss de terrain qui peut apparaître vers minuit dans le jeu à Ueno en s'approchant d'une statue dans le champ de plasma à côté de Souhonzan. Elle apparaît également dans l'instance de niveau or d'Ueno Mirage, une foule dans le cimetière Zoushigiya d'Ikebukuro, une foule dans l'instance Second Home et aux côtés de Nyx lorsqu'elle agit en tant que patron pendant la nouvelle phase de lune dans les cavernes de glace de Shinagawa.

Devil Summoner: Soul Hackers [modifier | modifier la source]

Bien qu'elle ne soit pas vue directement, Hécate est référencée par le sort "Reine de la pleine lune", qui libère son pouvoir d'infliger des dégâts tout-puissant à tous les démons. Pendant une pleine lune, elle est à pleine puissance, la rendant plus forte que Megidolaon à n'importe quelle autre phase où elle n'inflige que la moitié des dégâts.


Hécate – L'appel de la déesse du carrefour

Hecate, Hecat ou Hekate (prononciation : Hê kàh tai) est la déesse la plus importante de la magie. Elle régit la réalisation des formes astrales dans la manifestation terrestre, et vice versa, elle relie nos aspirations aux royaumes astraux et au-delà. Elle est également la gouvernante des régions liminales (en particulier des portes), du crépuscule et de la nature sauvage.

Déesse sorcière Hécate avec ses symboles

Comme la plupart des déesses antiques, Hécate avait un lien étroit avec la Terre. Dans l'Argonautica, une épopée alexandrine du IIIe siècle av. couper la gorge d'une brebis, la sacrifier puis la brûler sur un bûcher à côté de la fosse. On lui dit d'adoucir l'offrande avec une libation de miel, puis de se retirer du site sans regarder en arrière, même s'il entend des bruits de pas ou des aboiements de chiens.

PRÉSENTATION D'UNE RÉVOLUTION ASTROLOGIQUE : Chiron et 84 autres significations astrologiques des astéroïdes appartenant à l'importante classe Centaure sont décrits dans cet ouvrage révolutionnaire. Les centaures sont particulièrement importants dans les horoscopes des personnes originales, étranges, créatives, magiques et originales. Parmi les astéroïdes Centaur ou Centaur-like décrits figurent Aphidas, Hylonome, Bienor, Crantor, Eris, Gonggong, Dziewanna, Amycus, Okyrhoe, Echeclus, Orius, money-Centaur1998 BU48, Nessus, Pylenor, Pelion, ISON, Pholus, Narcissus, Asbolus , Zhulong, Kondojiro, Damoclès, Hidalgo, Thereus et bien plus encore... Pour commander ce nouveau best-seller d'astrologie, cliquez ici.

Tous ces éléments renvoient à des rites dus à une divinité chthonienne. Hécate était populaire parmi les classes inférieures de Rome et vénérait dans les autels domestiques. Des sanctuaires à Hécate ont été placés aux portes des maisons et des villes avec la conviction qu'ils éviteraient les morts agités et les autres esprits. De même, des sanctuaires à Hécate à un carrefour à trois voies ont été créés où des offrandes de nourriture ont été laissées la nuit de la nouvelle lune pour protéger ceux qui l'ont fait des esprits et autres maux.

Les Romains ont importé Hekate de Grèce, mais à l'origine, elle était une déesse anatolienne.

Les Romains ont importé Hécate de Grèce, mais à l'origine, elle était une déesse anatolienne. Son sanctuaire le plus important en Grèce était Lagina, une cité théocratique, état, dans laquelle la déesse était servie par des eunuques. Sacré à Hekate sont les carrefours déserts, les frontières, les murs de la ville, la Lune (surtout la Nouvelle Lune ou Deiphon), la nuit, les chiens, le putois, les chevaux, les vaches, les poignards, les fantômes errants et les âmes, un chapelet, les nombres 3, 9 , 13, 18, 27, 30, grottes, zones qui symbolisent la frontière de deux mondes, corbeaux, sangliers, corbeaux, serpents, chiens, la vérité, la clé, le rouget et la torche.

Hécate était aussi une déesse du savoir végétal. L'if (Taxus) était sacré pour elle et elle est également associée au sureau, au coquelicot et au cyprès. On disait que la déesse favorisait particulièrement les offrandes d'ail. Un certain nombre d'autres plantes (souvent vénéneuses, médicinales et/ou psychoactives) sont également associées à Hécate. Ceux-ci incluent l'aconit (également appelé hecateis), la belladone, le dittany et la mandragore. Il a été proposé que l'utilisation de chiens pour déterrer la mandragore est une corroboration supplémentaire du lien de cette plante avec Hekate en effet, car au moins dès le 1er siècle de notre ère, il existe un certain nombre d'attestations de la pratique apparemment répandue d'utiliser chiens pour déterrer des plantes associées à la magie.

Plusieurs théories ont tenté d'expliquer la signification du nom Hécate. L'un déclare qu'il est dérivé du mot grec pour «volonté». Un autre l'explique via Ἑκατός Hekatos, une épithète obscure d'Apollon. Hekatos a été traduit par « celle qui opère de loin », « celle qui éloigne ou chasse » ou « celle qui va loin ». Le nom de la déesse égyptienne de l'accouchement, Heqet, a été mentionné ainsi qu'une source.

Hécate gouverne tous les aspects de la magie, y compris la divination. Dans les Oracles Chaldéens (IIe, IIIe siècle de notre ère), elle est associée à un strophalos – généralement traduit par une toupie, ou une roue, utilisée en magie. « Travaille autour du Strophalos d'Hécate.

Dans l'astrologie d'aujourd'hui, Hécate est associée à l'Ascendant (le seul lien entre le royaume physique/matériel et les royaumes astraux et au-delà), le Vertex, Saturne, l'astéroïde Hécate, la Nouvelle Lune, la Pleine Lune, les Lunes noires (moyenne et oscillante) et nouveaux venus liés à la magie et au paranormal comme Deucalion, Flammario, 2001 UR163 et la plupart des Plutino. Le 31 janvier, le 7 mai et les 13 ou 14 août sont les jours saints d'Hécate. Le 30e jour après un décès ou un changement important est également sacré pour Hécate.

Le Rituel Hécate –

Hécate est invoquée dans des opérations magiques impliquant la divination, ou des objectifs trans-personnels, c'est à dire des changements dans l'âme du monde ou Yetzirah, comme on l'appelle dans la Kabbale, ou en tout cas, le magicien ou la sorcière a des doutes sur les effets karmiques de l'acte . Hécate est appelé comme surveillant magique et dispose d'un droit de veto pour faire réussir l'opération ou sans effet et pour protéger l'opérateur. Ainsi la déesse est respectueusement invoquée avant toute opération plus spécifiée invoquant ou évoquant une entité appropriée pour la réalisation de l'objectif réel.

1. Symbola et sunthêmata
Un sunthêma est un jeton ou un symbole convenu pour la communication. Il ne doit pas nécessairement être matériel, mais peut également être un gage, une vocalisation. Sunthêmata peut être entièrement dans l'imagination. Symbolon est dérivé de sumballein (rassembler deux choses). La fonction des symbola est de se connecter, via des représentations matérielles de la seira de l'entité invoquée, en mettant à la terre sa psychosphère. Les éléments seira d'Hécate sont décrits ci-dessus (les sacrés d'Hécate sont les carrefours déserts, les frontières, les murs de la ville, la Lune – en particulier la Nouvelle Lune ou Deiphon – la nuit, les chiens, le putois, le lièvre, les chevaux, les vaches, les poignards , fantômes et âmes errants, un chapelet, les nombres 3, 9, 13, 18, 27, 30, grottes, zones qui symbolisent la frontière de deux mondes, corbeaux, sangliers, corbeaux, serpents, chiens, la vérité, la clé, le rouget et la torche.) Seira signifie chaîne ou corde. Il relie par son symbolisme un domaine ou une dimension avec sa contrepartie astrale ou divine.

2. La connexion
une. Décidez si votre opération magique vise à gagner ou à augmenter ou à couper ou à diminuer. Dans le premier cas, utilisez les heures ou les deux premiers jours juste après le Deiphon ou la Nouvelle Lune. Attention, la Lune est directe et non Vide de

Un sunthêma est un jeton ou un symbole convenu pour la communication. Il ne doit pas nécessairement être matériel, mais peut également être un gage, une vocalisation.

b. Recherchez un croisement à trois voies sur une route de sable ou de gravier dans une zone déserte, de préférence un endroit quelque part dans la nature.

c. Au carrefour, dessinez un grand triangle avec un poignard ou un bâton de sureau ou une pierre. Placez-y le sceau d'Hékat, ou dessinez simplement le sceau essentiel (un croissant de lune, pointé vers le haut, traversé par un éclair qui commence en cercle et se termine en croix) dans la terre. Puis asseyez-vous devant le triangle sans la protection d'un cercle et faites un mudra avec votre main droite (en cas de gain/augmentation de magie) ou votre main gauche (en cas de coupure, ou de diminution de magie visée). Le sceau et le mudra forment le sunthêmata, avec l'appel à trois reprises d'Hékat pour obtenir de l'aide et des conseils. Utilisez un ou plusieurs des noms les plus propres d'Hécate (voir les 33 noms à la fin de cet article) pour le but magique général spécifié dans le rituel succédant au rituel d'Hécate.

Faites maintenant une offrande d'ail en la plaçant dans le triangle et commencez l'invocation en imaginant la psychosphère appropriée pour la communication. Votre imagination débordante crée un moyen de mettre la déesse à la terre ainsi que de vous ouvrir au canal Hekate pour ainsi dire. Vous gérez cela en utilisant les symboles d'Hékat en tant que formes-pensées qui constitueront une sorte de vaisseau astral ou de champ magnétique pour attirer l'intelligence divine appropriée. Aucune peur, aucun doute ou cynisme ne peut être ressenti ou exprimé.

Éloignez-vous du triangle pour pouvoir imaginer plus facilement une brume violet foncé au-dessus de celui-ci.

Imaginez le son de nombreux chiens féroces au loin se rapprochant, sonnant de plus en plus fort. Invoquez à nouveau Hekate trois fois et utilisez des noms propres dans l'opération. Imaginez la déesse apparaissant dans le triangle comme une énorme figure féminine, vêtue d'une robe noire avec des croissants de lune roses brodés dessus, une couronne en forme de tête phrygienne ou de tour de château sur la tête, une torche dans sa main droite et un poignard dans sa gauche. Trois serpents roses rampent devant ses pieds et deux énormes chiens noirs se positionnent à côté d'elle. Elle a des yeux noirs brillants et un croissant de lune argenté devant son front.

Gardez cette image et l'atmosphère aussi vivantes que possible et lancez votre pétition :

HEKATE KOILÔMATA – Titulaire des clés – Souverain des Daimones, désincarné et Kabirai, Déesse au cœur tendre, HEKATE PROPULAIA
Je (votre nom) vous appelle depuis le centre de DESMOS KAI EKLUSIS (prendre & lâcher prise) pour supervision et protection. Soyez juge de mes aspirations et faites opérer ma magie, quand elle est justifiée. Fais échouer ma magie quand ce n'est pas le cas, car ta sagesse et ton jugement sont plus grands que les miens. Montrez-moi la voie et l'action appropriées, et en accédant à ma demande, s'il vous plaît envoyez-moi votre présage.

Fermez les yeux et essayez de ressentir la présence de la déesse dans le silence, arrêtez d'imaginer actif et essayez d'observer votre « espace imaginaire ». Le Seira, ou lien avec la déesse a été tenté et sa réaction entrera d'abord via vos émotions et votre intuition. L'atmosphère est-elle favorable et encourageante ou hostile et menaçante ou n'y a-t-il rien d'autre qu'un vide ? Dans tous les cas remerciez la déesse d'avoir écouté et clôturez le rituel :

HEKAE KRATAIIS, HEKATE TRIODIA Je te remercie pour ton attention et ton jugement.
Je (votre nom) vais maintenant fermer la porte et attendre votre présage.

Prenez le sceau du triangle ou effacez-le, effacez le triangle et partez sans vous retourner. Commencez le rituel hors de votre tête et concentrez votre réflexion sur les problèmes quotidiens ou autres.

3. Les présages
Hekate réagit souvent très vite lorsqu'un vœu est exaucé. Les présages les plus courants montrant que votre souhait est exaucé sont des aboiements soudains de chiens, la vue d'une femme (généralement aux cheveux noirs, marchant avec des chiens), l'apparition soudaine d'un chien, d'un corbeau, de trois corbeaux ou d'un lièvre, d'un putois, d'un lièvre qui s'enfuit , une rencontre soudaine avec un cheval noir, un corbeau criant trois fois, un fantôme ou une apparition, un groupe de personnes se séparant et errant dans différentes directions (âmes errantes), un morceau de papier avec un de ses nombres sacrés dessus, etc. .. Lorsque l'un de ces présages apparaît, peu de temps après que le rituel a eu lieu, il est autorisé à procéder sous sa bénédiction, ses conseils et sa protection.

Le rituel de suivi pour la magie spécifique impliquant une autre entité ou technique, comme la magie du chaos, peut alors être effectué en toute sécurité.

Conseil

Des conseils pour surmonter vos doutes et faciliter la chute d'une confiance magique. Aucun homme ou femme n'est maître de sa propre entité. Nous grandissons dans le ventre de notre mère à cause d'une intelligence créatrice divine, qui régit également notre rythme cardiaque, notre respiration, notre digestion des aliments, etc. Des dieux comme Hécate représentent des sections de cette intelligence supérieure, notre co-entité. Souvenez-vous de cela avec respect et intelligence sans agir humblement ni exprimer de fétichisme spirituel. ??


Les premiers destroyers de classe Hecate sont entrés en service officiel dans la marine de la Fédération le 7 juillet YC117 après avoir terminé avec succès une période d'essai accélérée. La conception du nouveau navire a reçu des éloges quasi unanimes de la part des experts militaires, mais une période de développement troublée a suscité la controverse parmi les sénateurs de l'opposition.

Le bureau du président Roden a publié un communiqué de presse vantant les capacités de ce nouveau navire : « En ces temps tumultueux, nous comptons sur les braves hommes et femmes de la Marine pour tenir ferme contre les ennemis de notre Fédération. Cette administration est aux côtés de nos forces armées et reste déterminé à fournir à ces héros le meilleur équipement disponible partout dans le cluster. L'Hécate utilise la technologie la plus avancée pour offrir une flexibilité et une puissance de feu inégalées. Ceux qui menaceraient notre liberté apprendront à craindre la force et la détermination de la Fédération. "

Le communiqué de presse ne répond pas aux demandes récentes d'un groupe de colombes éminentes du Sénat que le processus d'approvisionnement de la Marine soit soumis à une enquête publique. L'administration a précédemment défendu le choix de verser des montants sans précédent de fonds fédéraux dans le développement de l'Hécate par le biais d'un contrat à fournisseur unique avec Roden Shipyards comme le seul moyen de conserver la parité technologique avec les autres empires après que la Fédération a reçu un soutien relativement léger de Capsuleers dans leurs récents efforts de recherche.

-Scope News rapport spécial, YC117

Bonus de destroyer tactique Gallente par niveau :
Bonus de 3% à la cadence de tir de la petite tourelle hybride
7,5% de bonus à la vitesse de suivi de la petite tourelle hybride
Module de réduction de 5% du montant des dégâts de chaleur subis

Bonus divers :
Bonus de 33 % aux dégâts de la petite tourelle hybride
95 % de réduction des exigences du processeur Scan Probe Launcher

• Des bonus supplémentaires sont disponibles lorsque l'un des trois modes de destruction tactique est actif. Les modes ne peuvent pas être modifiés plus d'une fois toutes les 10 secondes.
• Mode Défense
Bonus de 33,3% à toutes les résistances d'armure et de coque pendant Mode Défense est autorisé
Réduction de 33,3% de la durée du réparateur d'armure pendant Mode Défense c'est actif
• Mode de propulsion
Bonus de 66,6% à l'augmentation de la vitesse du Microwarpdrive et à la réduction de l'utilisation du condensateur Microwarpdrive pendant Mode de propulsion est autorisé
Bonus de 66,6% pour expédier le modificateur d'inertie pendant Mode de propulsion est autorisé
• Mode tireur d'élite
Bonus de 66,6% à la portée optimale de la petite tourelle hybride tout en Mode tireur d'élite est autorisé
Bonus de 33,3% aux dégâts de la petite tourelle hybride pendant Mode tireur d'élite est autorisé
Bonus de 100 % à la force du capteur et à la portée de ciblage tout en Mode tireur d'élite est autorisé
66,6% d'augmentation des résistances contre les amortisseurs de capteurs et les perturbateurs d'armes hostiles tout en Mode tireur d'élite est autorisé


Hécate a aidé Demeter dans ses recherches de Perséphone en tenant des torches pour Demeter la nuit. Après leurs retrouvailles, Hécate est devenue une amie proche de Perséphone.

Un autre mythe explique ses symboles, le chien noir et un putois. Le chien noir était autrefois la reine Hécube, qui a sauté dans la mer après la chute de Troie. Hekate l'a transformée en chien noir pour lui sauver la vie et a ensuite fait d'Hecuba son familier. Le putois a deux origines. Le premier étant celui d'une grande sorcière nommée Gale, qui a été punie pour son incontinence en étant transformée en putois mais Hécate a ressenti de la pitié et a gardé Gale à ses côtés.

L'autre mythe de Gale étant que lorsqu'Alkmene donnait naissance à Herakles, Hera a dit à Eileithyia de ne pas libérer la naissance. Mais la nourrice d'Alkmene, Galinthais, a vu Eilithyia et a crié "Le bébé est arrivé!" Eileithyia a été choquée et a perdu sa concentration, ce qui a permis aux naissances réelles de se produire. Quand Eileithyia s'est rendu compte qu'elle avait été trompée, elle (ou Hera) a transformé l'infirmière en putois ou en belette. Hekate a cependant eu pitié de Galinthais et en a fait une servante.


Personnalité

Dans certaines histoires, les gens croient qu'Hécate est la mère de nombreux monstres, mais elle est vierge tout comme Artémis, elle se soucie de choses que d'autres craindraient, n'aimeraient pas, détesteraient ou trouveraient hideuses. Pour Hécate, les choses que les dieux et les mortels appellent des monstres ne sont que de pauvres êtres qui ont été maudits et maltraités, elle prend soin d'eux comme s'ils étaient ses enfants.

En raison de ses pouvoirs obscurs et du fait qu'elle est une sorcière, beaucoup considèrent Hécate comme un mal, alors elle décide de vivre seule dans l'obscurité silencieuse et de protéger ceux qui sont comme elle. Ce qui lui est arrivé quand elle était jeune pourrait être la raison pour laquelle elle se soucie de ceux qui sont perdus, abandonnés ou incompris.


Contenu

L'origine du nom Hécate (Ἑκάτη, Hekatē) et le pays d'origine de son culte sont tous deux inconnus, bien que plusieurs théories aient été proposées.

Origine grecque Modifier

Que le culte d'Hécate soit originaire de Grèce ou non, certains chercheurs ont suggéré que le nom dérive d'une racine grecque, et plusieurs mots sources potentiels ont été identifiés. Par exemple, ἑκών "volonté" (donc, "celle qui fait sa volonté" ou similaire), peut être lié au nom Hécate. [10] Cependant, aucune source n'a suggéré la volonté ou la volonté comme un attribut majeur d'Hécate, ce qui rend cette possibilité peu probable. [11] Un autre mot grec suggéré comme origine du nom Hécate est Ἑκατός Hékatos, une épithète obscure d'Apollo [9] interprétée comme "le lointain" ou "le plus lointain". [12] Cela a été suggéré en comparaison avec les attributs de la déesse Artémis, fortement associée à Apollon et fréquemment assimilée à Hécate dans le monde classique. Les partisans de cette étymologie suggèrent qu'Hécate était à l'origine considérée comme un aspect d'Artémis avant l'adoption de cette dernière dans le panthéon olympien. Artémis serait alors devenue plus fortement associée à la pureté et à la jeune fille, d'une part, tandis que ses attributs à l'origine macabres, comme son association avec la magie, les âmes des morts et la nuit, auraient continué à être vénérés séparément sous son titre Hécate. [13] Bien que souvent considérée comme l'origine grecque la plus probable du nom, la théorie Ἑκατός ne rend pas compte de son culte en Asie Mineure, où son association avec Artémis semble avoir été un développement tardif, et les théories concurrentes selon lesquelles l'attribution de plus sombres les aspects et la magie d'Hécate ne faisaient pas eux-mêmes partie à l'origine de son culte. [11]

R. S. P. Beekes a rejeté une étymologie grecque et a suggéré une origine pré-grecque. [14]

Origine égyptienne Modifier

Une possibilité d'origine étrangère du nom peut être qt ou qꜣt, une déesse égyptienne de la fertilité et de l'accouchement, qui, comme Hécate, était également associée à qꜣ, la magie. [15]

Origine anatolienne Modifier

Hécate est peut-être originaire des Cariens d'Anatolie, [5] la région où la plupart des noms théophoriques invoquant Hécate, tels que Hécatée ou Hécatome, le père de Mausole, sont attestés, [16] et où Hécate est restée une grande déesse dans les temps historiques, à son site de culte sans égal [17] à Lagina. Alors que de nombreux chercheurs privilégient l'idée qu'elle a des origines anatoliennes, il a été avancé que "Hécate devait être une déesse grecque". [18] Les monuments à Hécate en Phrygie et en Carie sont nombreux mais de date tardive. [19]

William Berg observe : « Puisque les enfants ne sont pas appelés après des fantômes, il est prudent de supposer que les noms théophoriques cariens impliquant hekat- font référence à une divinité majeure libérée des liens sombres et peu recommandables avec le monde souterrain et à la sorcellerie associée à l'Hécate d'Athènes classique." [20] En particulier, il existe des preuves qu'elle pourrait être dérivée des déesses solaires locales (voir aussi Arinna) sur la base d'attributs similaires [21]

Si le culte d'Hécate s'est propagé de l'Anatolie à la Grèce, il est possible qu'il ait présenté un conflit, car son rôle était déjà rempli par d'autres divinités plus importantes du panthéon grec, surtout par Artémis et Sélène. Cette ligne de raisonnement se cache derrière l'hypothèse largement acceptée qu'elle était une divinité étrangère qui a été incorporée dans le panthéon grec. A part dans le Théogonie, les sources grecques n'offrent pas une histoire cohérente de sa filiation ou de ses relations dans le panthéon grec : parfois Hécate est liée comme une Titanesse, et une puissante aide et protectrice des humains. [ citation requise ]

Développement ultérieur Modifier

Au début de l'anglais moderne, le nom était également prononcé de manière disyllabique (comme / ˈ h ɛ k . ɪ t / ) et parfois orthographié Hécat. Il restait pratique courante en anglais de prononcer son nom en deux syllabes, même orthographié avec la finale e, jusqu'au XIXe siècle. [ citation requise ]

L'orthographe Hécat est due à la traduction d'Arthur Golding de 1567 de l'Ovide Métamorphoses, [22] et cette orthographe sans le E final apparaît plus tard dans les pièces de la période élisabéthaine-jacobéenne. [23] Le Dictionnaire de Webster de 1866 attribue particulièrement l'influence de Shakespeare à la prononciation disyllabique alors prédominante du nom. [24]

Hécate était généralement représentée comme triforme ou triple, bien que les premières images connues de la déesse soient singulières. Sa première représentation connue est une petite statue en terre cuite trouvée à Athènes. Une inscription sur la statue est une dédicace à Hécate, par écrit du style du 6ème siècle, mais il manque par ailleurs tout autre symbole typiquement associé à la déesse. Elle est assise sur un trône, avec un chapelet autour de la tête, la représentation est par ailleurs relativement générique. [25] Farnell déclare : "La preuve des monuments quant au caractère et à la signification d'Hécate est presque aussi complète que celle d'exprimer sa nature multiple et mystique." [25] Un fragment de poterie du VIe siècle de Boétie représente une déesse qui peut être Hécate sur un mode maternel ou fécond. Couronnée de branches feuillues comme dans les descriptions ultérieures, elle est représentée offrant une "bénédiction maternelle" à deux jeunes filles qui l'embrassent. La figure est flanquée de lions, un animal associé à Hécate à la fois dans le Oracles Chaldéens, monnaies et reliefs d'Asie Mineure. [26]

L'écrivain voyageur du IIe siècle Pausanias a déclaré qu'Hécate a été représentée pour la première fois en trois exemplaires par le sculpteur Alcamène à la période classique grecque de la fin du Ve siècle av. Bien que la statue originale d'Alcamène soit perdue, des centaines d'exemplaires existent, et le motif général d'une triple Hécate située autour d'un poteau ou d'une colonne centrale, connu sous le nom de hekataion, était utilisé aussi bien aux carrefours des sanctuaires qu'aux entrées des temples et des maisons privées. Celles-ci la représentent généralement tenant divers objets, notamment des torches, des clés, des serpents et des poignards. [27] [26] Certains hekataia, y compris une sculpture votive de l'Attique du IIIe siècle av. Il est possible que la représentation d'une triple Hécate entourant un pilier central ait été dérivée à l'origine de poteaux installés à un carrefour à trois voies avec des masques accrochés dessus, orientés dans chaque direction de route. Au Ier siècle de notre ère, Ovide écrivait : « Regarde Hécate, qui monte la garde au carrefour, un visage regardant dans chaque direction. [26]

En dehors du traditionnel hekataia, la triplicité d'Hécate est représentée dans la vaste frise du grand autel de Pergame, aujourd'hui à Berlin, où elle est représentée avec trois corps, prenant part à la bataille avec les Titans. Dans l'Argolide, près du sanctuaire des Dioscures, Pausanias vit le temple d'Hécate en face du sanctuaire d'Eileithyia. d'Hécate, ont été faites respectivement par Polycléite et son frère Naucydes, fils de Mothon." (Description de la Grèce 2.22.7).

Alors que les conventions de l'art anthropomorphique grec représentaient généralement la triple forme d'Hécate comme trois corps séparés, l'iconographie du triple Hécate a finalement évolué vers des représentations de la déesse avec un seul corps, mais trois visages. Dans les écrits ésotériques grecs d'inspiration égyptienne liés à Hermès Trismégiste et dans les papyrus magiques grecs de l'Antiquité tardive, Hécate est décrite comme ayant trois têtes : un chien, un serpent et un cheval. Dans d'autres représentations, ses têtes d'animaux incluent celles d'une vache et d'un sanglier. [28]

Animaux sacrés Modifier

Les chiens étaient étroitement associés à Hécate dans le monde classique. "Dans l'art et dans la littérature, Hécate est constamment représentée sous la forme d'un chien ou accompagnée d'un chien. Son approche était annoncée par le hurlement d'un chien. Le chien était l'animal sacrificiel habituel d'Hécate et était souvent mangé dans un sacrement solennel." [29] Le sacrifice de chiens à Hécate est attesté pour la Thrace, Samothrace, Colophon et Athènes. [9] Un relief en marbre du IVe siècle avant notre ère de Crannon en Thessalie a été consacré par un propriétaire de cheval de course. [30] Il montre Hécate, avec un chien à côté d'elle, déposant une couronne sur la tête d'une jument. Il a été affirmé que son association avec les chiens "suggère son lien avec la naissance, car le chien était sacré pour Eileithyia, Genetyllis et d'autres déesses de la naissance. Des images d'elle en présence d'un chien [31] sont également trouvées à des moments où elle est représentée dans son rôle de déesse mère avec enfant, et lorsqu'elle est représentée aux côtés du dieu Hermès et de la déesse Kybele dans les reliefs.[32] Bien que plus tard, le chien d'Hécate ait été considéré comme une manifestation d'âmes ou de démons agités. qui l'accompagnait, son apparence docile et son accompagnement d'une Hécate qui a l'air tout à fait amicale dans de nombreuses pièces d'art ancien suggèrent que sa signification originale était positive et donc plus susceptible d'avoir surgi du lien du chien avec la naissance que les associations de la pègre du chien. [33] The association with dogs, particularly female dogs, could be explained by a metamorphosis myth in Lycophron: the friendly looking female dog accompanying Hecate was originally the Trojan Queen Hekabe, who leapt into the sea after the fall of Troy and was transformed by Hecate into her familiar. [34]

The polecat is also associated with Hecate. Antoninus Liberalis used a myth to explain this association: "At Thebes Proitos had a daughter Galinthias. This maiden was playmate and companion of Alkmene, daughter of Elektryon. As the birth throes for Herakles were pressing on Alkmene, the Moirai (Fates) and Eileithyia (Birth-Goddess), as a favour to Hera, kept Alkmene in continuous birth pangs. They remained seated, each keeping their arms crossed. Galinthias, fearing that the pains of her labour would drive Alkmene mad, ran to the Moirai and Eleithyia and announced that by desire of Zeus a boy had been born to Alkmene and that their prerogatives had been abolished. At all this, consternation of course overcame the Moirai and they immediately let go their arms. Alkmene’s pangs ceased at once and Herakles was born. The Moirai were aggrieved at this and took away the womanly parts of Galinthias since, being but a mortal, she had deceived the gods. They turned her into a deceitful weasel (or polecat), making her live in crannies and gave her a grotesque way of mating. She is mounted through the ears and gives birth by bringing forth her young through the throat. Hekate felt sorry for this transformation of her appearance and appointed her a sacred servant of herself." [35] Aelian told a different story of a woman transformed into a polecat: ""I have heard that the polecat was once a human being. It has also reached my hearing that Gale was her name then that she was a dealer in spells and a sorceress (Pharmakis) that she was extremely incontinent, and that she was afflicted with abnormal sexual desires. Nor has it escaped my notice that the anger of the goddess Hekate transformed it into this evil creature. May the goddess be gracious to me: fables and their telling I leave to others." [36]

Athenaeus of Naucratis, drawing on the etymological speculation of Apollodorus of Athens, notes that the red mullet is sacred to Hecate, "on account of the resemblance of their names for that the goddess is trimorphos, of a triple form". The Greek word for mullet was trigle et ensuite trigla. He goes on to quote a fragment of verse "O mistress Hecate, Trioditis / With three forms and three faces / Propitiated with mullets". [37] In relation to Greek concepts of pollution, Parker observes, "The fish that was most commonly banned was the red mullet (trigle), which fits neatly into the pattern. It 'delighted in polluted things,' and 'would eat the corpse of a fish or a man'. Blood-coloured itself, it was sacred to the blood-eating goddess Hecate. It seems a symbolic summation of all the negative characteristics of the creatures of the deep." [38] At Athens, it is said there stood a statue of Hecate Triglathena, to whom the red mullet was offered in sacrifice. [39] After mentioning that this fish was sacred to Hecate, Alan Davidson writes, "Cicero, Horace, Juvenal, Martial, Pliny, Seneca and Suetonius have left abundant and interesting testimony to the red mullet fever which began to affect wealthy Romans during the last years of the Republic and really gripped them in the early Empire. The main symptoms were a preoccupation with size, the consequent rise to absurd heights of the prices of large specimens, a habit of keeping red mullet in captivity, and the enjoyment of the highly specialized aesthetic experience induced by watching the color of the dying fish change." [40]

In her three-headed representations, discussed above, Hecate often has one or more animal heads, including cow, dog, boar, serpent and horse. [41] Lions are associated with Hecate in early artwork from Asia Minor, as well as later coins and literature, including the Chaldean Oracles. [26] The frog, which was also the symbol of the similarly-named Egyptian goddess Heqet, [42] has also become sacred to Hecate in modern pagan literature, possibly due in part to its ability to cross between two elements. [43]

Comparative mythologist Alexander Haggerty Krappe cited that Hecate was also named ιππεύτρια ('the equestrienne'), since the horse was "the chthonic animal par excellence". [44]

Sacred plants Edit

Hecate was closely associated with plant lore and the concoction of medicines and poisons. In particular she was thought to give instruction in these closely related arts. Apollonius of Rhodes, in the Argonautica mentions that Medea was taught by Hecate, "I have mentioned to you before a certain young girl whom Hecate, daughter of Perses, has taught to work in drugs." [45]

The goddess is described as wearing oak in fragments of Sophocles' lost play The Root Diggers (ou The Root Cutters), and an ancient commentary on Apollonius of Rhodes' Argonautica (3.1214) describes her as having a head surrounded by serpents, twining through branches of oak. [46]

The yew in particular was sacred to Hecate.

Greeks held the yew to be sacred to Hecate. Her attendants draped wreathes of yew around the necks of black bulls which they slaughtered in her honor and yew boughs were burned on funeral pyres. The yew was associated with the alphabet and the scientific name for yew today, taxus, was probably derived from the Greek word for yew, toxos, which is hauntingly similar to toxon, their word for bow and toxicon, their word for poison. It is presumed that the latter were named after the tree because of its superiority for both bows and poison. [47]

Hecate was said to favor offerings of garlic, which was closely associated with her cult. [48] She is also sometimes associated with cypress, a tree symbolic of death and the underworld, and hence sacred to a number of chthonic deities. [49]

A number of other plants (often poisonous, medicinal and/or psychoactive) are associated with Hecate. [50] These include aconite (also called hecateis), [51] belladonna, dittany, and mandrake. It has been suggested that the use of dogs for digging up mandrake is further corroboration of the association of this plant with Hecate indeed, since at least as early as the 1st century CE, there are a number of attestations to the apparently widespread practice of using dogs to dig up plants associated with magic. [52]

As a goddess of boundaries Edit

Hecate was associated with borders, city walls, doorways, crossroads and, by extension, with realms outside or beyond the world of the living. She appears to have been particularly associated with being 'between' and hence is frequently characterized as a "liminal" goddess. "Hecate mediated between regimes—Olympian and Titan—but also between mortal and divine spheres." [53] This liminal role is reflected in a number of her cult titles: Apotropaia (that turns away/protects) Enodia (on the way) Propulaia/Propylaia (before the gate) Triodia/Trioditis (who frequents crossroads) Klêidouchos (holding the keys), etc.

As a goddess expected to avert harmful or destructive spirits from the house or city over which she stood guard and to protect the individual as she or he passed through dangerous liminal places, Hecate would naturally become known as a goddess who could also refuse to avert the demons, or even drive them on against unfortunate individuals. [54]

It was probably her role as guardian of entrances that led to Hecate's identification by the mid fifth century with Enodia, a Thessalian goddess. Enodia's very name ("In-the-Road") suggests that she watched over entrances, for it expresses both the possibility that she stood on the main road into a city, keeping an eye on all who entered, and in the road in front of private houses, protecting their inhabitants. [55]

This function would appear to have some relationship with the iconographic association of Hecate with keys, and might also relate to her appearance with two torches, which when positioned on either side of a gate or door illuminated the immediate area and allowed visitors to be identified. "In Byzantium small temples in her honor were placed close to the gates of the city. Hecate's importance to Byzantium was above all as a deity of protection. When Philip of Macedon was about to attack the city, according to the legend she alerted the townspeople with her ever present torches, and with her pack of dogs, which served as her constant companions." [56] This suggests that Hecate's close association with dogs derived in part from the use of watchdogs, who, particularly at night, raised an alarm when intruders approached. Watchdogs were used extensively by Greeks and Romans. [57]

Cult images and altars of Hecate in her triplicate or trimorphic form were placed at three-way crossroads (though they also appeared before private homes and in front of city gates). [9] In this form she came to be identified with the Roman goddess Trivia ("of the three ways"). [ citation requise ] In what appears to be a 7th-century indication of the survival of cult practices of this general sort, Saint Eligius, in his Sermo warns the sick among his recently converted flock in Flanders against putting "devilish charms at springs or trees or crossroads", [58] and, according to Saint Ouen would urge them "No Christian should make or render any devotion to the deities of the trivium, where three roads meet. ". [59]

As a goddess of the underworld Edit

Thanks to her association with boundaries and the liminal spaces between worlds, Hecate is also recognized as a chthonic (underworld) goddess. As the holder of the keys that can unlock the gates between realms, she can unlock the gates of death, as described in a 3rd century BCE poem by Theocritus. In the 1st century CE, Virgil described the entrance to hell as "Hecate's Grove", though he says that Hecate is equally "powerful in Heaven and Hell." The Greek Magical Papyri describe Hecate as the holder of the keys to Tartaros. [26] Like Hermes, Hecate takes on the role of guardian not just of roads, but of all journeys, including the journey to the afterlife. In art and myth, she is shown, along with Hermes, guiding Persephone back from the underworld with her torches. [26]

By the 5th century BCE, Hecate had come to be strongly associated with ghosts, possibly due to conflation with the Thessalian goddess Enodia (meaning "traveler"), who traveled the earth with a retinue of ghosts and was depicted on coinage wearing a leafy crown and holding torches, iconography strongly associated with Hecate. [26]

As a goddess of witchcraft Edit

By the 1st century CE, Hecate's chthonic and nocturnal character had led to her transformation into a goddess heavily associated with witchcraft, witches, magic, and sorcery. In Lucan's Pharsalia, the witch Erichtho invokes Hecate as "Persephone, who is the third and lowest aspect of Hecate, the goddess we witches revere", and describes her as a "rotting goddess" with a "pallid decaying body", who has to "wear a mask when [she] visit[s] the gods in heaven." [26]

Like Hecate, "[t]he dog is a creature of the threshold, the guardian of doors and portals, and so it is appropriately associated with the frontier between life and death, and with demons and ghosts which move across the frontier. The yawning gates of Hades were guarded by the monstrous watchdog Cerberus, whose function was to prevent the living from entering the underworld, and the dead from leaving it." [60]

Worship of Hecate existed alongside other deities in major public shrines and temples in antiquity, and she had a significant role as household deity. [61] Shrines to Hecate were often placed at doorways to homes, temples, and cities with the belief that it would protect from restless dead and other spirits. Home shrines often took the form of a small Hekataion, a shrine centered on a wood or stone carving of a triple Hecate facing in three directions on three sides of a central pillar. Larger Hekataions, often enclosed within small walled areas, were sometimes placed at public crossroads near important sites – for example, there was one on the road leading to the Acropolis. [62] Likewise, shrines to Hecate at three way crossroads were created where food offerings were left at the new moon to protect those who did so from spirits and other evils. [63]

Dogs were sacred to Hecate and associated with roads, domestic spaces, purification, and spirits of the dead. Dogs were also sacrificed to the road. [64] This can be compared to Pausanias' report that in the Ionian city of Colophon in Asia Minor a sacrifice of a black female puppy was made to Hecate as "the wayside goddess", and Plutarch's observation that in Boeotia dogs were killed in purificatory rites. Dogs, with puppies often mentioned, were offered to Hecate at crossroads, which were sacred to the goddess. [65]

Historique Modifier

The earliest definitive record of Hecate's worship dates to the 6th century B.C.E., in the form of a small terracotta statue of a seated goddess, identified as Hekate in its inscription. This and other early depictions of Hecate lack distinctive attributes that would later be associated with her, such as a triple form or torches, and can only be identified as Hecate thanks to their inscriptions. Otherwise, they are typically generic, or Artemis-like. [26]

Hecate's cult became established in Athens about 430 B.C.E. At this time, the sculptor Alcamenes made the earliest known triple-formed Hecate statue for use at her new temple. While this sculpture has not survived to the present day, numerous later copies are extant. [26] It has been speculated that this triple image, usually situated around a pole or pillar, was derived from earlier representations of the goddess using three masks hung on actual wooden poles, possibly placed at crossroads and gateways. [26]

Sanctuaries Edit

Hecate was a popular divinity, and her cult was practiced with many local variations all over Greece and Western Anatolia. Caria was a major center of worship and her most famous temple there was located in the town of Lagina. The oldest known direct evidence of Hecate's cult comes from Selinunte (near modern-day Trapani in Sicily), where she had a temple in the 6th–5th centuries BC. [66]

There was a Temple of Hecate in Argolis:

Over against the sanctuary of Eileithyia is a temple of Hekate [the goddess probably here identified with the apotheosed Iphigenia, and the image is a work of Skopas. This one is of stone, while the bronze images opposite, also of Hekate, were made respectively by Polykleitos and his brother Naukydes. [67]

There were also a shrine to Hecate in Aigina, where she was very popular:

Of the gods, the Aiginetans worship most Hekate, in whose honour every year they celebrate mystic rites which, they say, Orpheus the Thrakian established among them. Within the enclosure is a temple its wooden image is the work of Myron, and it has one face and one body. It was Alkamenes, in my opinion, who first made three images of Hekate attached to one another [in Athens]. [68]

Aside from her own temples, Hecate was also worshipped in the sanctuaries of other gods, where she was apparently sometimes given her own space. A round stone altar dedicated to the goddess was found in the Delphinion (a temple dedicated to Apollo) at Miletus. Dated to the 7th century BCE, this is one of the oldest known artifacts dedicated to the worship of Hecate. [11] In association with her worship alongside Apollo at Miletus, worshipers used a unique form of offering: they would place stone cubes, often wreathes, known as γυλλοι (gylloi) as protective offerings at the door or gateway. [11] [69] There was an area sacred to Hecate in the precincts of the Temple of Artemis at Ephesus, where the priests, megabyzi, officiated. [70] This sanctuary was called Hekatesion (Shrine of Hekate). [71] Hecate was also worshipped in the Temple of Athena in Titane: "In Titane there is also a sanctuary of Athena, into which they bring up the image of Koronis [mother of Asklepios] . The sanctuary is built upon a hill, at the bottom of which is an Altar of the Winds, and on it the priest sacrifices to the winds one night in every year. He also performs other secret rites [of Hekate] at four pits, taming the fierceness of the blasts [of the winds], and he is said to chant as well the charms of Medea." [72] She was most commonly worshipped in nature, where she had many natural sanctuaries. An important sanctuary of Hecate was a holy cave on the island of Samothrake called Zerynthos:

In Samothrake there were certain initiation-rites, which they supposed efficacious as a charm against certain dangers. In that place were also the mysteries of the Korybantes [Kabeiroi] and those of Hekate and the Zerinthian cave, where they sacrificed dogs. The initiates supposed that these things save [them] from terrors and from storms. [73]

Cult at Lagina Edit

Hecate's most important sanctuary was Lagina, a theocratic city-state in which the goddess was served by eunuchs. [5]

The temple is mentioned by Strabo:

Stratonikeia [in Karia, Asia Minor] is a settlement of Makedonians . There are two temples in the country of the Stratonikeians, of which the most famous, that of Hekate, is at Lagina and it draws great festal assemblies every year. [74]

Lagina, where the famous temple of Hecate drew great festal assemblies every year, lay close to the originally Macedonian colony of Stratonikeia, where she was the city's patron. [75] In Thrace she played a role similar to that of lesser-Hermes, namely a ruler of liminal regions, particularly gates, and the wilderness.

Cult at Byzantium Edit

Hecate was greatly worshipped in Byzantium. She was said to have saved the city from Philip II of Macedon, warning the citizens of a night time attack by a light in the sky, for which she was known as Hecate Lampadephoros. The tale is preserved in the Suda. [76]

As Hecate Phosphorus (Venus) she is said to have lit the sky during the Siege of Philip II in 340 BC, revealing the attack to its inhabitants. The Byzantines dedicated a statue to her as the "lamp carrier". [77] According to Hesychius of Miletus there was once a statue of Hecate at the site of the Hippodrome in Constantinople. [78]

Deipnon Edit

The Athenian Greeks honored Hekate during the Deipnon. In Greek, deipnon means the evening meal, usually the largest meal of the day. Hekate's Deipnon is, at its most basic, a meal served to Hekate and the restless dead once a lunar month [79] during the new moon. The Deipnon is always followed the next day by the Noumenia, [80] when the first sliver of the sunlit Moon is visible, and then the Agathos Daimon the day after that.

The main purpose of the Deipnon was to honor Hekate and to placate the souls in her wake who "longed for vengeance." [81] A secondary purpose was to purify the household and to atone for bad deeds a household member may have committed that offended Hekate, causing her to withhold her favor from them. The Deipnon consists of three main parts: 1) the meal that was set out at a crossroads, usually in a shrine outside the entryway to the home [82] 2) an expiation sacrifice, [83] and 3) purification of the household. [84]

Epithets Edit

Hecate was known by a number of epithets:

  • Apotropaia (Ἀποτρόπαια, that turns away/protects) [85]
  • Chthonia (Χθωνία, of the earth/underworld) [86]
  • Enodia (Ἐννοδία, on the way) [87]
  • Klêidouchos (Κλειδοῦχος, holding the keys) [88]
  • Kourotrophos (Κουροτρόφος, nurse of children) [88]
  • Krokopeplos (Κροκόπεπλος, saffron cloaked) [89]
  • Melinoe (Μηλινόη) [90]
  • Phosphoros, Lampadephoros (Φωσφόρος, Λαμπαδηφόρος, bringing or bearing light) [88]
  • Propolos (Πρόπολος, who serves/attends) [88]
  • Propulaia/Propylaia (Προπύλαια, before the gate) [91]
  • Soteria (Σωτηρία, savior) [8]
  • Trimorphe (Τρίμορφε, three-formed) [88]
  • Triodia/Trioditis (Τριοδία, Τριοδίτης, who frequents crossroads) [88]

Période archaïque Modifier

Hecate has been characterized as a pre-Olympian chthonic goddess. The first literature mentioning Hecate is the Théogonie (c. 700 BCE) by Hesiod:

And [Asteria] conceived and bore Hecate whom Zeus the son of Cronos honored above all. He gave her splendid gifts, to have a share of the earth and the unfruitful sea. She received honor also in starry heaven, and is honored exceedingly by the deathless gods. For to this day, whenever any one of men on earth offers rich sacrifices and prays for favor according to custom, he calls upon Hecate. Great honor comes full easily to him whose prayers the goddess receives favorably, and she bestows wealth upon him for the power surely is with her. For as many as were born of Earth and Ocean amongst all these she has her due portion. The son of Cronos did her no wrong nor took anything away of all that was her portion among the former Titan gods: but she holds, as the division was at the first from the beginning, privilege both in earth, and in heaven, and in sea. [92]

According to Hesiod, she held sway over many things:

Whom she will she greatly aids and advances: she sits by worshipful kings in judgement, and in the assembly whom she will is distinguished among the people. And when men arm themselves for the battle that destroys men, then the goddess is at hand to give victory and grant glory readily to whom she will. Good is she also when men contend at the games, for there too the goddess is with them and profits them: and he who by might and strength gets the victory wins the rich prize easily with joy, and brings glory to his parents. And she is good to stand by horsemen, whom she will: and to those whose business is in the grey discomfortable sea, and who pray to Hecate and the loud-crashing Earth-Shaker, easily the glorious goddess gives great catch, and easily she takes it away as soon as seen, if so she will. She is good in the byre with Hermes to increase the stock. The droves of kine and wide herds of goats and flocks of fleecy sheep, if she will, she increases from a few, or makes many to be less. So, then, albeit her mother's only child, she is honored amongst all the deathless gods. And the son of Cronos made her a nurse of the young who after that day saw with their eyes the light of all-seeing Dawn. So from the beginning she is a nurse of the young, and these are her honours. [93]

Hesiod's inclusion and praise of Hekate in the Théogonie has been troublesome for scholars, in that he seems to hold her in high regard, while the testimony of other writers, and surviving evidence, suggests that this may have been the exception. One theory is that Hesiod's original village had a substantial Hekate following and that his inclusion of her in the Théogonie was a way of adding to her prestige by spreading word of her among his readers. [95] Another theory is that Hekate was mainly a household god and humble household worship could have been more pervasive and yet not mentioned as much as temple worship. [96] In Athens Hekate, along with Zeus, Hermes, Hestia, and Apollo, were very important in daily life as they were the main gods of the household. [6] However, it is clear that the special position given to Hekate by Zeus is upheld throughout her history by depictions found on coins depicting Hekate on the hand of Zeus [97] as highlighted in more recent research presented by d'Este and Rankine. [98]

In the Homeric Hymn to Demeter (composed c. 600 BCE), Hekate is called "tender-hearted", a euphemism perhaps intended to emphasize her concern with the disappearance of Persephone, when she assisted Demeter with her search for Persephone following her abduction by Hades, suggesting that Demeter should speak to the god of the Sun, Helios. Subsequently, Hekate became Persephone's companion on her yearly journey to and from the realms of Hades serving as a psychopomp. Because of this association, Hekate was one of the chief goddesses of the Eleusinian Mysteries, alongside Demeter and Persephone, [1] and there was a temple dedicated to her near the main sanctuary at Eleusis. [26]

Classical period Edit

Variations in interpretations of Hekate's role or roles can be traced in classical Athens. In two fragments of Aeschylus she appears as a great goddess. In Sophocles and Euripides she is characterized as the mistress of witchcraft and the Keres. [ citation requise ]

One surviving group of stories [ éclaircissements nécessaires ] suggests how Hekate might have come to be incorporated into the Greek pantheon without affecting the privileged position of Artemis. Here, Hekate is a mortal priestess often associated with Iphigenia. She scorns and insults Artemis, who in retribution eventually brings about the mortal's suicide. [95]

Dans le Argonautica, a 3rd-century BCE Alexandrian epic based on early material, [99] Jason placates Hecate in a ritual prescribed by Medea, her priestess: bathed at midnight in a stream of flowing water, and dressed in dark robes, Jason is to dig a round pit and over it cut the throat of a ewe, sacrificing it and then burning it whole on a pyre next to the pit as a holocaust. He is told to sweeten the offering with a libation of honey, then to retreat from the site without looking back, even if he hears the sound of footsteps or barking dogs. [100] All these elements betoken the rites owed to a chthonic deity. [ citation requise ]

Late Antiquity Edit

Hecate is the primary feminine figure in the Chaldean Oracles (2nd–3rd century CE), [101] where she is associated in fragment 194 with a strophalos (usually translated as a spinning top, or wheel, used in magic) "Labour thou around the Strophalos of Hecate." [102] This appears to refer to a variant of the device mentioned by Psellus. [103]

In Hellenistic syncretism, Hecate also became closely associated with Isis. Lucius Apuleius in Le cul d'or (2nd century) equates Juno, Bellona, Hecate and Isis:

Some call me Juno, others Bellona of the Battles, and still others Hecate. Principally the Ethiopians which dwell in the Orient, and the Egyptians which are excellent in all kind of ancient doctrine, and by their proper ceremonies accustomed to worship me, do call me Queen Isis. [104]

In the syncretism during Late Antiquity of Hellenistic and late Babylonian ("Chaldean") elements, Hecate was identified with Ereshkigal, the underworld counterpart of Inanna in the Babylonian cosmography. In the Michigan magical papyrus (inv. 7), dated to the late 3rd or early 4th century CE, Hecate Ereschigal is invoked against fear of punishment in the afterlife. [105]

Parents and children Edit

In the earliest written source mentioning Hekate, Hesiod emphasized that she was an only child, the daughter of Perses and Asteria, the sister of Leto (the mother of Artemis and Apollo). Grandmother of the three cousins was Phoebe the ancient Titaness who personified the Moon. [93] In various later accounts, Hekate was given different parents. [106] She was said to be the daughter of Zeus and Asteria, according to Musaeus the daughter of Aristaeus the son of Paion, according to Pherecydes the daughter of Nyx, according to Bacchylides while in Orphic literature, she was said to be the daughter of Demeter. [107]

As a virgin goddess, she remained unmarried and had no regular consort, though some traditions named her as the mother of Scylla [108] through either Apollo [109] or Phorkys. [110]

Sometimes she is also stated to be the mother (by unknown father) of the goddess Circe, [111] who in later accounts was herself associated with magic while initially just being a herbalist goddess, similar to how Hecate’s association with Underworld and Mysteries had her later converted into a deity of witchcraft.

Strmiska (2005) claimed that Hecate, conflated with the figure of Diana, appears in late antiquity and in the early medieval period as part of an "emerging legend complex" known as "The Society of Diana" [112] associated with gatherings of women, the Moon, and witchcraft that eventually became established "in the area of Northern Italy, southern Germany, and the western Balkans." [113] This theory of the Roman origins of many European folk traditions related to Diana or Hecate was explicitly advanced at least as early as 1807 [114] and is reflected [ douteux - discuter ] in etymological claims by early modern lexicographers from the 17th to the 19th century, connecting hag, hexe "witch" to the name of Hecate. [115] Such derivations are today proposed only by a minority [116] [117] A medieval commentator has suggested a link connecting the word "jinx" with Hecate: "The Byzantine polymath Michael Psellus [. ] speaks of a bullroarer, consisting of a golden sphere, decorated throughout with symbols and whirled on an oxhide thong. He adds that such an instrument is called a iunx (hence "jinx"), but as for the significance says only that it is ineffable and that the ritual is sacred to Hecate." [118]

Shakespeare mentions Hecate both before the end of the 16th century (Le Songe d'une nuit d'été, 1594–1596), and just after, in Macbeth (1605): specifically, in the title character's "dagger" soliloquy: "Witchcraft celebrates pale Hecate's offerings. " [119]

Modern reception Edit

In 1929, Lewis Brown, an expert on religious cults, connected the 1920s Blackburn Cult (also known as, "The Cult of the Great Eleven,") with Hecate worship rituals. He noted that the cult regularly practiced dog sacrifice and had secretly buried the body of one of its "queens" with seven dogs. [120] Researcher Samuel Fort noted additional parallels, to include the cult's focus on mystic and typically nocturnal rites, its female dominated membership, the sacrifice of other animals (to include horses and mules), a focus on the mystical properties of roads and portals, and an emphasis on death, healing, and resurrection. [121]

As a "goddess of witchcraft", Hecate has been incorporated in various systems of modern witchcraft, Wicca, and neopaganism, [122] in some cases associated with the Wild Hunt of Germanic tradition, [123] in others as part of a reconstruction of specifically Greek polytheism, in English also known as "Hellenismos". [124] In Wicca, Hecate has in some cases become identified with the "crone" aspect of the "Triple Goddess". [125]


Hecate

The name Hecate was used as a name for Diana in the underworld. She was the goddess of the night and of necromancy, accompanied by her baying hounds of hell. Witches called upon her in times of need, such as Medea when her husband Jason asked her to cast a spell to add years to his father’s life:

“That is a wicked thing to ask, my husband. I can not do it, and I would not do it, even if I could, give any one else a portion of Jason’s life it is wrong of you to ask me, and Hecate would never allow it, never. But I will try to give you something better, greater, than you have asked for. By my art, not by subtraction of your years, I will try to add days to your father’s life, if only Hecate will stand by me.” 1 .

/> The Hecate Chiaramonti, a Roman sculpture of triple Hecate, after a Hellenistic original (Museo Chiaramonti, Vatican Museums)

“She was a goddess of change, of the decay that must proceed renewal, of life, and of death” 2 . However, Hecate is typically shown in the triple form of Diana in order to assure her worshippers that she was more than just a bringer of death. This can be seen in sculpture, wall frescoes, and numismatics, oftentimes holding two torches. This was the preferable representation of Diana at Aricia, which can be seen in a denarius minted in 43 BCE by an Arician moneyer, P. Accoleius Lariscolus.

Denarius of P. Accoleius Lariscolus depicting Diana Nemorensis on reverse the triple cult statue of Diana Nemorensis supporting a beam with five cypress trees. Minted in 43 BCE. Musée anglais.

The obverse of the coin shows a bust of Diana with an unusual hairstyle that may be a representation of what the sanctuary’s cult statue would have looked like. On the reverse is the sanctuary’s triple Diana: three goddesses, one holding a bow, another holding a poppy flower, stand linked together with cypress trees rising behind them 3 . According to Green, this coin stresses the archaic and wild aspect of the goddess that can also be seen in her identity as Diana Nemorensis 4 .


Voir la vidéo: Hecate Guided Meditation and Sound Journey