Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, roi consort de Navarre (1518-1562)

Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, roi consort de Navarre (1518-1562)

Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, roi consort de Navarre (1518-1562)

Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, roi de Navarre (1518-1562) était un noble français qui joua un rôle mineur dans les guerres Habsbourg-Valois, avant d'être tué au siège de Rouen (Première Guerre de Religion).

Bourbon devient gouverneur de Picardie après la mort de son père en 1537. La même année, il participe à l'invasion de la Savoie par Montmorency, au cours de laquelle Turin et Pinerolo sont pris (troisième guerre Habsbourg-Valois).

Au début de la quatrième guerre Habsbourg-Valois (1542-44) il commandait l'une des trois armées françaises qui opéraient sur les frontières nord-est. Il s'empara de Saint-Omer et de Béthune, mais des revers ailleurs signifièrent que ces premières campagnes françaises se soldèrent par un échec. À la fin de 1543, les Français ont mené une autre invasion du Luxembourg, déclenchant une réponse directe de l'empereur Charles V. Charles a commencé un siège de Landrecies, mais l'a interrompu lorsque François Ier est arrivé dans la région avec la principale armée royale française. Bourbon participa à cette campagne.

En 1548, il épousa Jeanne d'Albret, l'héritière du royaume de Navarre, et en 1555 il devint roi titulaire de Navarre, bien que la majeure partie de son royaume soit aux mains des Espagnols.

Antoine est devenu protestant vers le milieu des années 1550, et son fils Henri a été élevé dans cette religion (devenu plus tard Henri IV de France). Antoine a été impliqué dans certains des premiers complots huguenots dans la période précédant le déclenchement de la Première Guerre de Religion (1562-1563). Vers la fin de 1560, Navarre et son frère Condé furent assignés au tribunal d'Orléans. Condé est condamné à mort, Navarre n'est que surveillée, mais ils sont tous deux sauvés par la mort de François II le 5 décembre 1560.

François a été remplacé par Charles IX, dix ans. Normalement, la Navarre aurait été sa régente, mais juste avant la mort de François, il avait cédé ses droits à ce titre à Catherine de Médicis, la reine mère. Il est nommé lieutenant général de France et devient une figure clé de son gouvernement. À la fin de 1561, il était revenu au bercail catholique, peut-être après que des représentants espagnols eurent suggéré qu'il pourrait être indemnisé pour la perte de la Navarre s'il le faisait.

Après la mort de François II en 1560, il est nommé lieutenant général de France. Il revient dans le giron catholique pour prendre le poste, et commande l'armée royale au début de la Première Guerre de Religion (les protestants sont commandés par son frère Louis I de Bourbon, prince de Condé). Antoine est mortellement blessé lors du siège de Rouen (août-octobre 1562), grand centre huguenot. Son jeune fils Henry est devenu un leader clé de la cause huguenote, d'abord en tant que figure de proue en raison de son âge, mais plus tard en tant que commandant actif et très compétent, et finalement en tant que roi.


Copyright The Columbia University Press

Bourbon (b&# 333&# 333rb&# 244N&# 180) , famille royale européenne, originaire de France une branche cadette de la dynastie capétienne. Une branche des Bourbons occupe le trône espagnol moderne, et d'autres branches ont régné sur les Deux-Siciles et Parme. Il tire son nom du château de Bourbon, aujourd'hui en ruine, à Bourbon-l'Archambault, département de l'Allier, qui était le siège d'une puissante famille descendante d'Adhé, un noble du IXe siècle.

Les Bourbons français

Robert de Clermont, sixième fils de Louis IX de France, épousa (1272) Béatrice, héritière de Bourbon, et est considéré comme le fondateur de la lignée. Le fils de Robert, Louis, fut créé (1327) 1er duc de Bourbon. Le titre ducal est resté avec les descendants de son fils aîné jusqu'en 1527, lorsque Charles, duc de Bourbon, est mort sans postérité. A cause de sa trahison, ses vastes fiefs furent saisis par la couronne et le titre ducal fut supprimé.

Un fils cadet de Louis, 1er duc de Bourbon, donna naissance à la lignée de Bourbon-Vendôme. Le mariage (1548) d'Antoine de Bourbon, duc de Vendé, avec Jeanne d'Albret a ajouté de vastes territoires dans le sud de la France (voir Albret) et le titre de roi de Navarre à ses autres fiefs (Vendé, Périgord, Rouergue). Du frère d'Antoine, Louis Ier de Condé, les maisons de Condé et de Conti sont issues.

Le fils d'Antoine est devenu (1589) le premier roi Bourbon de France sous le nom d'Henri IV, les branches les plus anciennes de l'émission de Louis IX s'étant éteintes (voir Valois). Henri IV fut remplacé par son fils Louis XIII et son petit-fils Louis XIV. Les descendants de Louis XIV ont régné sur la France (sauf pendant la Révolution française et l'ère napoléonienne, 1792�) jusqu'à la déposition (1830) de Charles X (voir France). Avec la mort (1883) d'Henri, comte de Chambord, petit-fils de Charles X, la branche française aînée de Bourbon prend fin. Du frère de Louis XIV Philippe, la branche cadette des Bourbon-Orléans (voir Orléans, famille) est issue d'un seul roi, Louis Philippe (1830–821148), et hérita de la prétention à la couronne de France en 1883.

Les Bourbons espagnols

La lignée des Bourbon-Espagne, ou Borbé, commença avec l'accession (1700) de Philippe V, petit-fils de Louis XIV, au trône d'Espagne. Il a été remplacé par Ferdinand VI, Charles III, Charles IV et Ferdinand VII. Ferdinand VII écarta la loi salique des successions, introduite en Espagne par Philippe V, en faveur de sa fille Isabelle II. Sa succession est contestée par des partisans (voir carlistes) et des descendants de Don Carlos, second fils de Charles IV.

L'ordre relatif fut rétabli après que le fils d'Isabelle fut proclamé roi (1874) sous le nom d'Alphonse XII. Son fils, Alphonse XIII, fut déposé en 1931 et mourut en exil en 1941. Son mariage (1906) avec Victoria de Battenberg introduisit l'hémophilie dans sa famille. Ses premier et quatrième fils sont tous deux décédés. Son deuxième fils, Jaime, renonce à son droit de succession, qui revient au troisième fils d'Alphonse, Don Juan, indemne de la maladie. Son fils Juan Carlos, qui a épousé la princesse Sophie de Grèce, a été choisi par le dictateur espagnol Francisco Franco comme son successeur. Juan Carlos est devenu roi d'Espagne en 1975 et a établi une monarchie constitutionnelle et une démocratie libérale.

Les Bourbons siciliens

La ligne Bourbon-Sicile sortait de la ligne espagnole. Elle a été fondée par Ferdinand Ier des Deux-Siciles, qui succéda (1759) à son père comme roi de Naples et de Sicile lorsque ce dernier devint roi d'Espagne sous le nom de Charles III. Son arrière-petit-fils, François II, est déposé en 1860.

Les Bourbons de Parme

La maison de Bourbon-Parme fut établie (1748) dans le duché de Parme et Plaisance par Philippe, fils cadet de Philippe V d'Espagne et d'Elisabeth Farnèse de Parme. Robert, cinquième duc de la lignée, fut déposé en 1859. Parmi ses nombreux enfants se trouvaient l'impératrice Zita d'Autriche, Sixte de Bourbon-Parme et le prince René, qui épousa la princesse Marguerite de Danemark. La fille de René et Margaret, Anne, a épousé (1948) Michael de Roumanie.

Copyright The Columbia University Press

L'Encyclopédie Columbia, 6e éd. La presse universitaire de Columbia


Contenu

Louis Joseph de Bourbon est né à Paris, fils de Louis, duc de Vendôme et de Laura Mancini. [1] Orphelin à l'âge de quinze ans, il hérite de son père d'une immense fortune transmise par son arrière-grand-mère, la duchesse de Mercœur et Penthièvre. Avant de succéder à son père en 1669, il était connu comme le duc de Penthièvre. Il a été élevé par sa tante, Marie Anne Mancini, duchesse de Bouillon.

Entré dans l'armée à l'âge de dix-huit ans, Vendôme se distingua bientôt par sa vigueur et son courage personnel dans les guerres hollandaises, et en 1688, il avait atteint le grade de lieutenant-général. Au cours de la guerre de Neuf Ans, il a rendu des services remarquables sous le duc de Luxembourg à la bataille de Steenkerke, et sous Nicolas Catinat à Marsaglia. En 1695, il est placé à la tête de l'armée opérant en Catalogne, où il prend Barcelone en 1697. [2]

Peu de temps après, Vendôme est fait maréchal de France. En 1702, après la première campagne infructueuse de Catinat et Villeroi, il est placé à la tête de l'armée franco-espagnole en Italie. Au cours de trois campagnes dans ce pays, il se montra un digne antagoniste du prince Eugène de Savoie, qu'il vainquit enfin en 1705 à Cassano dans une magnifique démonstration de courage et de commandement sur ses troupes, convertissant la défaite imminente que son indolent frère Philippe avait engagés, dans un succès glorieux. [2]

L'année suivante, après avoir tenu bon comme avant et remporté une nouvelle victoire à Calcinato, il fut envoyé en Flandre pour réparer le désastre de Ramillies. [2] Suite au départ de Vendôme pour consolider l'armée brisée en Flandre, le prince Eugène et le duc de Savoie infligent de lourdes pertes aux Français sous le régime duc d'Orléans et Ferdinand de Marsin à la bataille de Turin, chassant les Français d'Italie à la fin de l'année. En Flandre, pendant ce temps, Vendôme se brouille avec le petit-fils peu entreprenant du roi, Louis, duc de Bourgogne, et ne parvient pas à empêcher la défaite française à la bataille d'Audenarde.

De dégoût, Vendôme se retira dans ses domaines. Il ne fallut cependant pas longtemps avant qu'il ne soit rappelé pour reprendre le commandement de l'armée de son cousin, Philippe V d'Espagne. Là, il remporte ses dernières victoires, couronnant triomphalement son œuvre dans les batailles de Brihuega et Villaviciosa. Avant la fin de la guerre, il mourut subitement à Vinaròs le 11 juin 1712 [2] et fut enterré à El Escorial en Espagne.

Évaluation Modifier

Vendôme fut l'un des soldats les plus remarquables de l'histoire de l'armée française. Il avait, outre l'habileté et l'imagination fertile du vrai chef d'armée, le brillant courage d'un soldat. Le vrai secret de son succès continu, cependant, était son influence extraordinaire sur ses hommes. [2] Il a rarement fait des erreurs et son adversaire Eugène de Savoie a loué l'éclat de certaines de ses actions dans ses mémoires. [3]

Réputé très laid, son père est mort la laissant célibataire. Son frère, devenu prince de Condé en 1709, mourut l'année suivante sans avoir aidé sa sœur à se marier. Elle aurait pu épouser le duc du Maine en 1692, mais le Maine a préféré la sœur de Marie Anne, Anne Louise Bénédicte de Bourbon, et l'a épousée à la place.

La cérémonie de mariage eut lieu à la chapelle du château de Sceaux le 21 mai 1710. Sceaux était la résidence d'Anne Louise Bénédicte de Bourbon. Louis Joseph avait alors cinquante-cinq ans. Il était maréchal de France et avait été désigné comme l'héritier de son cousin, le roi Philippe V d'Espagne [ vérification nécessaire ] . Dans le cas où Philippe mourrait sans enfant, la maison de Bourbon avait décidé que Louis Joseph deviendrait le prochain roi d'Espagne. Le mariage est resté sans enfant cependant - peut-être en raison des tendances homosexuelles de Louis Joseph. [4] Marie Anne est décédée en 1718 sans enfant.

Bien que Louis XIV ait autorisé le mariage, le manipulateur duc et duchesse du Maine arrangé à la hâte les détails du mariage, probablement pour des raisons mercenaires. Même si la princesse douairière de Condé n'a pas été informée du mariage, elle était présente à la cérémonie de la literie à Sceaux avec Louis Henri, duc de Bourbon, son épouse Marie Anne de Bourbon [5], la princesse douairière de Conti, et sa enfants le prince de Conti et Mademoiselle de La Roche-sur-Yon.

A sa mort, Louis Joseph laisse à son épouse le duché d'Étampes et ses terres. Elle détenait ce titre à part entière. À sa mort, il est allé à sa nièce, la princesse de Conti.


Mariage et famille[modifier | modifier la source]

Antoine avait 1 épouse, Jeanne III, reine de Navarre, qu'il épousa le 20 octobre 1548 à Moulins. Jeanne était la fille d'Henri II de Navarre et de sa femme Marguerite d'Angoulême. Malheureusement Antoine avait très peu de loyauté envers sa femme mais Jeanne était très amoureuse de lui. Le couple a eu 5 enfants :

  • Henri (1551-1553), duc de Beaumont
  • Henri IV de France (1553-1610), marié à Marguerite de Valois, fille de Catherine de Médicis, et Henri II
  • Louis (1555-1557), comte de Marle
  • Madeleine (1556)
  • Catherine (1559-1604), épouse Henri II, duc de Lorraine en 1599

Antoine a eu un fils illégitime avec sa maîtresse, Louise de La Béraudière de l'Isle Rouhet.


Biographie (anglais)

Titres royaux

Duc de Vendôme - De 1537 au 17 novembre 1562 Vendôme, Loir-et-Cher, Centre, France

Comte de Vendôme, et, plus tard, duc de Vendôme, étaient des titres de noblesse français. Le premier détenteur connu du titre fut Bouchard Ratepilate. Le comté passa par mariage à diverses maisons, venant en 1372 à une branche cadette de la maison de Bourbon. En 1514, Vendôme est érigé en duché-pairie. En 1589, l'ancien duc de Vendôme monta sur le trône sous le nom d'Henri IV de France et le titre passa dans le domaine royal. Il fut recédé à son fils illégitime César en 1598, et détenu par ses descendants jusqu'à l'extinction de la vraie lignée masculine en 1727.

Roi de Navarre (De jure uxoris) - Du 25 mai 1555 au 17 novembre 1562 Royaume de Navarre

Le royaume de Navarre (espagnol : Reino de Navarra, basque : Nafarroako Erresuma, français : royaume de Navarre), à ​​l'origine le royaume de Pampelune, était un royaume européen qui occupait des terres de chaque côté des Pyrénées le long de l'océan Atlantique. Le royaume de Navarre a été formé lorsque le chef basque local Íñigo Arista a été élu ou déclaré roi à Pampelune (traditionnellement en 824) et a mené une révolte contre l'autorité régionale franque. La partie sud du royaume a été conquise par la couronne de Castille en 1513 et est ainsi devenue une partie du royaume unifié d'Espagne. La partie nord du royaume est restée indépendante, mais elle a été jointe à la France dans une union personnelle en 1589 lorsque le roi Henri III de Navarre a hérité du trône français sous le nom d'Henri IV de France, et en 1620, elle a été fusionnée dans le royaume de France.


Religion

Antoine semble ne pas avoir eu de réelle conviction religieuse et a officiellement changé plusieurs fois de religion. [4] Sa reconversion au catholicisme l'a séparé de sa femme et il a menacé de la répudier. [5] Il a eu une liaison avec Louise de La Béraudière de l'Isle Rouhet, "la belle Rouet", avec qui il a eu un fils, Charles III de Bourbon (1554-1610) qui est devenu archevêque de Rouen. [6]

Bien que son frère Louis soit à la tête de la faction protestante, Antoine passe la plus grande partie de sa vie à se battre pour le roi de France. Catherine de Médicis, régente de son fils Charles IX, le nomma lieutenant général du royaume en 1561. [7] Lorsque sa femme permit aux huguenots de saccager la chapelle de Vendôme et les églises de la ville en 1562, il menaça d'envoyer elle dans un couvent. [8] Elle se réfugie en Béarn.

Antoine était vaniteux et instable. Il a souvent déçu ses partisans et a été manipulé par ses supérieurs et déjoué par ses adversaires. [ citation requise ]

Il assiégea Rouen et fut mortellement blessé le 13 novembre 1562. [2] Il mourut aux Andelys, Eure.


Le 20 octobre 1548, à Moulins, il épouse Jeanne III, reine régnante de Navarre, fille d'Henri II de Navarre et de sa femme Marguerite d'Angoulême. [ 2 ] Par son mariage, il devient roi de Navarre, comte de Foix, de Bigorre, d'Armagnac, de Périgord, et vicomte de Béarn. Il a été rapporté que Jeanne était très amoureuse de lui, [ 3 ] mais ses actions ultérieures montrent qu'il avait peu de loyauté envers elle. Le royaume de Navarre était occupé par les Espagnols depuis 1512, et Antoine tenta de le rétablir. Il était prêt à tout sacrifier à ses intérêts politiques.

Antoine semble ne pas avoir eu de réelle conviction religieuse et a officiellement changé plusieurs fois de religion. [4] Sa reconversion au catholicisme le sépara de sa femme et il menaça de la répudier. [ 5 ] Il a une liaison avec Louise de La Béraudière de l'Isle Rouhet, « la belle Rouet », avec qui il a un fils, Charles III de Bourbon (1554-1610) qui devient archevêque de Rouen. [ 6 ]

Bien que son frère Louis soit à la tête de la faction protestante, Antoine passe la plus grande partie de sa vie à se battre pour le roi de France. Catherine de Médicis, régente de son fils Charles IX, le nomma lieutenant général du royaume en 1561. [ 7 ] Lorsque sa femme permit aux huguenots de saccager la chapelle de Vendôme et les églises de la ville en 1562, il menaça d'envoyer elle dans un couvent. [ 8 ] Elle se réfugie en Béarn.

Antoine était vaniteux et instable. Il a souvent déçu ses partisans et a été manipulé par ses supérieurs et déjoué par ses adversaires.

Il assiégea Rouen et fut mortellement blessé le 13 novembre 1562. [ 2 ] Il mourut aux Andelys, Eure.


La dynastie des Bourbons

Il s'agit d'une lecture essentielle pour tout étudiant sérieux de l'histoire du monde. La famille Bourbon et ses influences ont fait leur apparition dans et hors de l'histoire enregistrée depuis le XIIIe siècle. Robert de Clermont (né en 1256) était le sixième fils de Louis IX de France, quand la France était beaucoup plus petite qu'elle ne l'est aujourd'hui. Robert épousa ce qui était alors simplement la « seigneurie » de Bourbon. Leur fils devint le premier duc, Louis Ier, né en 1279.

Le titre passa à la branche Montpensier de la famille en 1503, bien qu'en 1527 la chefferie de la famille Bourbon soit passée à la lignée de Marche-Vendôme.

Antoine de Bourbon, né en 1518 devint roi consort de Navarre, tandis que son frère fut fait prince de Condé. Le dernier roi Valois de France mourut en 1589 et le fils d'Antoine devint roi de France en tant que huguenot « réformé » Henri IV (« Paris vaut une messe » assassiné en 1610). Ses héritiers régnèrent ensuite sans interruption jusqu'en 1792 (année de l'exécution de Louis XVI).

Louis XIII a régné de 1610 à 1643. Il était le roi mentionné dans le d'Artagnan livres écrits par Alexandre Dumas. Louis XIV était à juste titre surnommé le «Roi Soleil», a construit Versailles, préparant ainsi le terrain pour la Révolution française, bien qu'il soit reconnu comme le plus grand des Bourbons. Il régna de 1643 à 1715 (soixante-douze ans !). Louis XV ne s'en sort pas mal non plus, régnant de 1715 à 1774 (cinquante-neuf ans), et il est remplacé par le malheureux Louis XVI qui épouse Marie-Antoinette, subit la Révolution française, voit l'essentiel de la noblesse française tué par les Jacobins, et a finalement perdu sa propre tête à la guillotine, un sort réservé à sa femme autrichienne également. Ils ont eu un fils qui est devenu roi « titulaire » de France mais a disparu à moins de deux ans de prison, il aurait dû devenir Louis XVII mais la France était alors une République.

Lorsque la Révolution s'est arrêtée et que Napoléon est arrivé pour sauver la France de l'extinction, il restait encore quelques frères de Louis XVI. L'un d'eux a régné sous le nom de Louis XVIII de 1814 à 1824, avec une brève interruption d'environ cent jours lorsque Napoléon s'est échappé de l'île d'Elbe et a plongé l'Europe dans la dernière des guerres napoléoniennes, se terminant par sa défaite à Waterloo.

L'autre frère a régné sous le nom de Charles X de 1824 à 1830 dans ce qu'on a appelé « La Restauration des Bourbons ». Louis-Philippe qui a régné de 1830 à 1848 était le dernier roi Bourbon de France et il était membre de la junior ou cadet branche de la famille – Orléans. Les frères cadets des rois de Bourbon s'appelaient toujours duc d'Orléans, depuis le premier duc créé par Charles VI en 1392. L'un d'eux tenta de persuader le Comité de salut public pendant la Révolution qu'il en était membre, au motif qu'il avait soutenu la Révolution depuis le début. Ils n'étaient pas d'accord et ont coupé le sien tête aussi (1793).


Sommaire

Antoine est né au château de La Fère. Il est le fils de Charles, duc de Vendôme et de son épouse Françoise d'Alençon. Antoine de Bourbon porte d'abord les titres de comte de Marle puis de duc de Beaumont. Le 25 mars 1537 , à la mort de son père il lui succéda comme duc de Vendôme.

Il épousa à Moulins le 20 octobre 1548 Jeanne d'Albret, fille du roi de Navarre Henri II de Navarre et de Marguerite d'Angoulême, elle-même sœur du roi de France François I er . Ils eurent cinq enfants dont deux survivront : Catherine et le futur roi Henri IV .

À la mort de son beau-père le 25 mai 1555 , il devint, du fait de sa femme, roi de Navarre. Après l'extinction de toutes les branches collatérales de la maison de Valois entre 1477 et 1526, sa position d'aîné des Bourbons (acquise dès son père Charles à la mort du connétable duc de Bourbon en 1527) a chanté. À ces deux titres, il avait donc une position éminente à la cour de France. Il passe sa vie à guerroyer pour le roi de France. Pierre de Ronsard, dans Les Hymnes (Hymne de Henri II , v. 427) le cité parmi les « Mars » qui sont au service d'Henri II .

Afin d'obtenir de Philippe II de la restitution de la Haute-Navarre, il envoie comme ambassadeur auprès du pape Pierre d'Albret, qu'il parvient à faire nommer évêque de Comminges en 1561 pour le récompenser, puis François de Pérusse des Voitures.

Proche de la Réforme, il favorisa l'introduction du calvinisme dans son gouvernement et participa lui-même aux prêches protestants, mais sans jamais abandonner la messe. Sans véritables convictions religieuses, il oscille plusieurs fois entre catholicisme et protestantisme. L'appel du pouvoir à la cour de France devait progressivement amener à choisir le camp catholique (1561) et à entrer en conflit avec sa propre épouse Jeanne d'Albret, devenue une fidèle huguenote, convaincue de la religion réformée. Il intrigue alors pour répudier sa femme sous prétexte d'hérésie tout en conservant la principauté du Béarn, et espère que Philippe II lui permettra de réunifier la Haute-Navarre et la Basse-Navarre [2] .

Son frère cadet Louis de Bourbon, prince de Condé devint le chef du parti protestant, tandis que Catherine de Médicis, régente au nom de son fils Charles IX , le nomma lieutenant général du royaume (1561) et gouverneur du Dauphiné [ 3 ] .

Modificateur Circonstances sur sa mort

En 1562, durant la première guerre de religion, il participe au rang des catholiques au siège de Rouen, ville tenue par les protestants. Le 16 octobre , il profite d'une tournée d'inspection pour aller uriner contre les remparts de la ville. Un coup d'arquebuse le béni. La blessure ne paraissait pas si grave, seul un médecin lui prédit une fin sinistre : le chirurgien du roi Ambroise Paré [ 4 ] . Antoine de Bourbon mourut peu après, le 17 novembre 1562 , aux Andelys des suites de cette blessure. Ce fait inspiré à Voltaire cette épitaphe : « Ami François, le prince ici gisant vécut sans gloire, et mourut en pissant. »


Saison 2 [ modifier | modifier la source]

Louis Condé a mentionné que son frère était leRoi de Navarre« et était récemment devenu un protestant, peut-être une autre raison de la mort de leur neveu », Émile Condé aux mains de voyous catholiques.

Louis Condé a de nouveau évoqué son frère en discutant avec Sébastien et le roi François.

Louis Condé a mentionné qu'il était en route pour rendre visite à son frère, mais est revenu en arrière après avoir entendu la nouvelle de l'attaque.

Antoine de Bourbon était dans la chambre de ses petits frères, attendant son retour. Quand il le fit, ils se saluèrent avec distance. Louis a demandé s'il avait été derrière les attaques plus tôt, et Antoine lui a assuré que non. Il a ensuite demandé pourquoi ses lettres étaient devenues moins nombreuses entre les deux. Lui demander s'il était amoureux de la reine.

Antoine fait sa première apparition dans Pitié.

Dans Partir, il organise une fête et demande à Louis Condé de séduire Mary. Puis commence à nommer des gens pour faire l'amour les uns avec les autres, qu'ils soient mariés ou non.

Dans Les péchés du passé, il demande de l'argent à Marie et à François pour aider les refuges protestants français. Antoine pense que Bash a tué son frère Marcus pendant les guerres d'Italie. Il flirte également avec Kenna pour confirmer si Bash a tué Marcus ou non. On découvre qu'Elizabeth I a offert l'argent pour soutenir la Navarre. Il récupère son argent, puis autour de Bash fait semblant d'être ivre pour obtenir des réponses.


Voir la vidéo: Duc dAnjou: La tête dHenri IV est un patrimoine national - Le Figaro