Lafayette II SSBN-616 - Historique

Lafayette II SSBN-616 - Historique

Lafayette II

(SNLE-616, dp. 7 250 (surf.), 8 250 (subm.), 1. 425', b. 33'; s. plus de 20 k., cpl.

Le deuxième Lafayette (SNLE-616) a été posé le 17 janvier 1961 par Electric Boat Co., Division of General Dynamics, Groton, Connecticut, lancé le 8 mai 1962 - parrainé par Mme John Fitzgerald Kennedy, épouse du 35e président de la États Unis; et commandé le 23 avril 1963 à Groton, Con, Comdr. P. J. Hannifln aux commandes du Blue Crew et du Comdr. James T. Strong à la tête du Gold Crew.

Après un shakedown dans les Caraïbes, Lafayette a chargé des missiles à Charleston et en juin a navigué vers Cap Canaveral pour des manœuvres de missiles balistiques. Quatre missiles ont été lancés, deux par chaque équipage, après quoi le sous-marin nucléaire s'est rendu à Groton, où il est arrivé le 2 août. Pendant le reste de l'année, ses deux équipages l'ont emmenée alternativement à travers une série d'exercices avant qu'elle ne prenne sa place dans la "Polaris Fleet" en pleine expansion de la Marine.

Lafayette a quitté Charleston le 4 janvier 1964 pour sa première patrouille de dissuasion dans l'Atlantique. Au cours des 4 années suivantes, Lafayette, dans le cadre du système d'armes le plus efficace d'Amérique, a effectué 16 patrouilles de dissuasion à Rota, en Espagne, et a joué un rôle important dans le maintien de la paix et de la liberté dans le monde. Sa 15e patrouille, la 400e de la flotte de sous-marins Polaris, a remporté la mention spéciale Lafayette du secrétaire à la Marine Paul Nitze. Elle est revenue à Charleston de sa 16ème patrouille le 23 août 1967. Une semaine plus tard elle est arrivée à Newport News pour une révision majeure par Newport News Shipbuilding & Drydock Co. pour se préparer au futur service. Le 28 décembre 1968, la révision du Lafayette prend officiellement fin et en janvier 1969, il reprend sa position vitale au sein de la flotte.

Le 18 mai 1969, Lafayette a quitté Charleston, Caroline du Sud, pour sa 17e patrouille Polaris, et avant la fin de l'année, a enregistré deux autres évolutions de ce type. En 1970, elle en a dirigé quatre autres (patrouilles 20-23 inclus). Lafayette, son Gold Crew à bord, est parti à bord de la patrouille 24 en janvier 1971, retournant en mars à Rota, après quoi le Blue Crew s'est préparé pour la patrouille 25, partant en avril et revenant en juin. Par la suite, le Gold Crew a mené la patrouille 26 de juillet à septembre. Le 1er septembre, Lafayette a lancé cinq missiles Polaris A-2 ; les performances du bateau au cours de « l'opération de grande importance pour le gouvernement des États-Unis [1-30 septembre 1971] », au cours de laquelle il « a maintenu un état de préparation incroyablement élevé et a démontré de manière concluante l'efficacité et la fiabilité du système de missiles balistiques de la flotte. ... atteste de la compétence professionnelle, des compétences techniques et de l'effort d'équipe soutenu" de l'équipage d'or de Lafayette, ce qui leur a valu une mention élogieuse d'unité méritoire (décernée le 11 mai 1973). Peu de temps après, le Blue Crew a effectué la patrouille 27. Au retour de Lafayette en octobre, le Gold Crew s'est préparé pour la patrouille 28, qui part en décembre.

Au cours des premiers mois de 1972, Lafayette a effectué et entrepris avec succès trois patrouilles Polaris, et a transité de Rota à New London, Connecticut. Après son arrivée dans ce dernier port, elle a effectué des opérations hebdomadaires à l'appui du commandant de la force sous-marine, l'endoctrinement d'été des sous-marins de deuxième classe de l'Atlantique, jusqu'en septembre, période au cours de laquelle elle a dispensé une formation en cours à plus de 1 000 aspirants. Le contre-amiral Paul J. Early, commandant de la flottille de sous-marins 2, a ensuite félicité Lafayette pour sa "préparation minutieuse et sa superbe exécution qui ont caractérisé votre participation à ce programme vital. La réaction des aspirants de marine a toujours été favorable. Une telle réponse est la preuve évidente d'un effort soutenu et dévoué. de la part du commandant et de l'équipage et reflète des normes admirables de leadership et de performance. »

Après avoir terminé les essais sonores, Lafayette a effectué un déchargement d'armes pour se préparer à l'entrée dans le chantier de bateaux électriques pour ce qui devait être une révision et une conversion de 18 mois pour lui permettre d'utiliser le nouveau missile Poséidon. À la suite de cela, les équipages bleu et or se sont réunis en un seul équipage de révision le 6 octobre 1972, Lafayette entrant dans le chantier naval le 13.

Lafayette resta dans le chantier pour le reste de 1972 et toute l'année 1973, et finalement sorti de son travail de conversion à Electric Boat le 7 novembre 1974. Elle a ensuite embarqué le vice-amiral Joe Williams, Jr., commandant de la force sous-marine, US Atlantic Fleet, qui entraînement au shakedown observé après la révision (24-29 novembre). Le 16 décembre, alors qu'il opérait à partir de Port Canaveral, le Blue Crew de Lafayette a effectué le lancement réussi d'un missile Poseidon C-3 dans le cadre de son shakedown post-disponibilité, faisant de Lafayette le premier de sa classe à tirer l'une de ces armes. Le contre-amiral Levering Smith, directeur, Bureau du projet des systèmes stratégiques, le contre-amiral Albert L. Kelln, commandant du groupe de sous-marins 6, et le brigadier. Le général H. Ahmann, commandant de l'Air Force Eastern Test Range, a assisté au test. L'équipage bleu a terminé l'entraînement au shakedown après la révision le 21 janvier 1975 après avoir visité Charleston, S.C., Port Canaveral, Floride, et Exuma Sound, Bahamas, au cours de ces évolutions ; relevés par le Gold Crew à Charleston, ces derniers ont effectué leur entraînement post-révision, effectuant des essais de précision des systèmes d'armes (WSAT) à Sainte-Croix, aux îles Vierges et à Mk. 48 Certification de torpille dans le détroit d'Exuma. Après un autre échange d'équipage à Charleston, le Blue Crew a effectué le Mk. 48 Torpedo Certification à Exuma Sound, et a emmené Lafayette à Groton pour une disponibilité post-conversion de huit mois. De retour à Charleston pour échanger des équipages, Lafayette a effectué deux autres patrouilles, 31 et 32, pour compléter l'année.

Au cours du premier semestre 1976, Lafayette a effectué les patrouilles 33 (Or) et 34 (Bleu) depuis Holy Loch; son Gold Crew a mené la patrouille 35, effectuant des évolutions dans l'Atlantique Est, après quoi le bateau a tiré un Mk. 48 maîtrise des torpilles dans la langue de l'océan, aux Bahamas. Après la conduite du prochain radoub de l'équipage bleu à Charleston, Lafayette a effectué des travaux de maîtrise des torpilles dans la langue de l'océan et des opérations locales au large de la côte est, puis de la patrouille 36. L'équipage d'or a relevé le Blue à Holy Loch en janvier 1977, et le deux équipages ont effectué alternativement des patrouilles de dissuasion Poséidon (37-40) à partir de ce site. En juin de la même année (1977), Lafayette, pour démontrer « l'efficacité continue du système d'armes de missiles balistiques de la flotte », a lancé deux missiles Poséidon lors d'un test opérationnel.

Lafayette a terminé les patrouilles 41 et 42 au cours du premier semestre de 1978. La patrouille 41 comprenait des opérations dans l'Atlantique Est suivies d'un Mk. Période de tir de compétence de 48 torpilles au champ de tir AUTEC près des Bermudes. Par la suite, le Blue Crew a effectué le radoub à Charleston, après quoi Lafayette a exécuté Mk. 48 tirs de compétence de torpilles à la gamme AUTEC et formation d'aspirant de New London et Charleston. Soulignant le Blue Crew à Holy Loch, le Gold Crew y a effectué un radoub, puis a effectué la patrouille 43. Par la suite, le Blue Crew a relevé le Gold Crew en décembre. La nouvelle année 1979 a vu les équipages terminer les patrouilles 44 et 45. Par la suite, des périodes de radoub ont eu lieu à Holy Loch. Les patrouilles 46 et 47 ont eu lieu au second semestre ; 46 comprenaient des opérations dans l'Atlantique Est suivies d'un Mk. Période de tir de compétence de 48 torpilles au champ de tir AUTEC près des Bermudes, avec le Gold Crew effectuant un radoub ultérieur à King's Bay, en Géorgie. À la fin du radoub, le Gold Crew a de nouveau effectué un Mk. 48 tirs de compétence de torpilles sur le champ de tir AUTEC près des Bermudes, après quoi ils ont profité d'une escale à Port Canaveral, en Floride.

Pendant les onze premiers mois de 1980, Lafayette a mené les patrouilles 48, 49 et 50, entrecoupées de radoub à Holy Loch. En décembre, l'équipage combiné a réaménagé le bateau à Groton. Au début de janvier 1981, il a organisé une croisière pour personnes à charge de New London à Norfolk, en Virginie. Par la suite, le Lafayette s'est mis en route pour la patrouille 51. En février, il a terminé un déchargement de missiles à Charleston en vue de son arrivée au chantier naval le 2 mars, et le 6, il est entré dans la cale sèche nouvellement construite à Newport News pour une révision de ravitaillement prolongée. Elle a ensuite passé le reste de 1982 à Newport News.

Lafayette a commencé 1985 avec un carénage à Holy Loch en vue de la patrouille 56, après quoi le Gold Crew a obtenu des résultats supérieurs sur l'ORSE. Par la suite, l'équipage bleu a effectué un radoub et une patrouille 57, qui comprenait une évaluation de l'état de préparation tactique et une inspection des compétences techniques de la marine à sa conclusion. Le Gold Crew a relevé le Blue en juin, réaménagé le navire et ensuite effectué la patrouille 58, à la fin de laquelle ils ont réussi une inspection de sûreté nucléaire de la défense, une inspection de compétence technique de la marine et une évaluation de l'état de préparation tactique. Suite à cela, l'équipage bleu a réaménagé le bateau et exécuté la patrouille 59.

Le 30 janvier 1986, alors qu'il était amarré le long de la grande cale sèche flottante auxiliaire Los Alamos, le Lafayette a subi de graves dommages lors de vents violents. Amarré à Los Alamos avec un préavis de moins de 24 heures (pour lequel la cale sèche a reçu une lettre d'appréciation), Lafayette a subi des réparations (1-25 février) qui ont retardé le début de sa patrouille. Après l'achèvement des travaux nécessaires, le Gold Crew a sorti le bateau pour la patrouille 60, avec l'équipage passant un ORSE. L'équipage bleu a ensuite effectué un radoub et s'est mis en route pour la patrouille 61, puis a effectué une évaluation de l'état de préparation tactique et une inspection de compétence technique de la Marine. En juillet, le Gold Crew était de nouveau à bord, entreprenant la patrouille 62, et par la suite, a effectué un ORSE imprévu et une évaluation de l'état de préparation tactique. Les relevant en novembre, l'équipage bleu, après l'achèvement d'un carénage, a commencé la patrouille 63.

À la fin de la patrouille 63, Lafayette a transité vers la station d'armement de Charleston le 20 février 1987 et, après l'entretien du chantier naval, a quitté Charleston pour la patrouille 64. En sortant du port, il a légèrement dévié de sa trajectoire et s'est techniquement échoué, même s'il ne faisait que traîner le gouvernail dans la boue. Elle a reçu l'ordre de s'amarrer à la base navale de Charleston en attendant une commission d'enquête. Trois jours plus tard, il partit et effectua les patrouilles 64 à 66 (20 février-27 mai, 28 mai-5 septembre, 6 septembre-15 décembre respectivement) retournant à Holy Loch pour se remettre en état. Par la suite, elle est devenue en route le 16 décembre pour la Patrouille 67, pendant laquelle elle a apprécié une escale à Lisbonne, Portugal, du 24 au 29 février 1988. En cours le 25 mars pour la Patrouille 68, elle est revenue à Holy Loch le 1 juillet. Le lendemain, il a commencé la patrouille 69, revenant le 11 octobre pour le radoub, s'aventurant le 12 octobre pour commencer la patrouille 70.

Après avoir terminé la patrouille 70 le 19 janvier 1989, Lafayette s'est à nouveau distingué le 20 pour le retour de la patrouille 71 le 28 avril. Suite à cela, elle a commencé la patrouille 72 le 29, au cours de laquelle elle a fait la première escale d'un sous-marin américain à Brest, en France, où elle a participé aux célébrations du jour de la Bastille. Après son retour à Holy Loch le 6 août, le bateau a commencé la patrouille 73 le lendemain. Terminant la patrouille 73 le 8 novembre et la patrouille 74 le 22 février 1990, Lafayette a effectué un radoub en eau chaude à King's Bay, puis a mené la patrouille 75, au cours de laquelle elle a célébré le 27e anniversaire de sa mise en service. Participant à la patrouille 75 le 12 mai 1990, il a terminé sa 76e et dernière patrouille le 20 septembre 1990.

Lors d'une cérémonie de passation de commandement à Groton le 5 octobre 1990, Lafayette est devenu un sous-marin à équipage unique avec la combinaison/transfert des équipages bleu et or. Démontrant sa capacité à continuer à être « une plate-forme exceptionnellement silencieuse et capable », elle s'est ensuite entraînée avec le sous-marin d'attaque Boston, et est finalement retournée à Groton le 19 décembre 1990 pour préparer son transfert interflotte à Bremerton, Washington, sous le contrôle opérationnel du commandant en chef de la flotte du Pacifique, sous le contrôle administratif du commandant du groupe de sous-marins 9 pour inactivation.


Lafayette II SSBN-616 - Historique

L'AGSS-555 Dolphin est un sous-marin impressionnant. Ce sous-marin a été utilisé depuis son lancement comme plate-forme d'essai pour la plupart des technologies qui ont propulsé les États-Unis à l'avant-garde de la supériorité navale. Ce sous-marin deisel plongeant le plus profondément, a fourni une mine de informations aux développeurs de technologies qui ont permis son éventuelle intégration dans nos flottes de service actif. F X Models est fier d'offrir le USS Dolphin le plus détaillé et de la plus haute qualité disponible au monde. Pour voir les options d'achat de modèle, voir ci-dessous. Si vous souhaitez voir comment nous avons fait le modèle, cliquez sur ICI.

C'est le plus grand de nos deux USS Dolphin, mesurant 28" de long [échelle 1/72/] et est le résultat d'une étude très détaillée du sous-marin réel. Nous avons été engagés par la Marine pour créer un ensemble très précis de modèles à deux échelles, et avons visité Dolphin en cale sèche pour prendre autant de photos que nous avions des clés USB et avons également reçu de nombreuses photos et plans. Le résultat était un Dolphin très précis jusque dans les motifs de rivets et le nombre de rivets réels. Comme avec nos autres modèles, le FX Models USS Dolphin illustre l'apparence et la sensation du vrai bateau. Maintenant qu'il a été mis hors service, notre modèle Dolphin doit être utilisé dans les archives du gouvernement américain en tant que "modèle" représentatif du bateau. Le plus petit modèle [voir les modèles à l'échelle 1/192] comporte presque le même niveau de détail que le plus grand ! Ce modèle est monté comme nos modèles à l'échelle 1/192 [voir ci-dessous] et est traité de la même manière pour les options.

La deuxième entrée dans nos offres à l'échelle 72e est le F X Models NR-1. C'est sans conteste le plus beau modèle au monde de ce sous-marin. Les NR-1 navigue sur les eaux depuis près de 45 ans et a été mis à jour et entretenu comme l'un des meilleurs sous-marins d'opérations secrètes de la Marine. Popularisé par le livre "Dark Waters" et caché à la vue du public en son temps par l'amiral Hymen Rickover, le NR-1 a fait plus pour établir des jalons de réalisation dans le domaine sous-marin que tout autre sous-marin de l'histoire. La plupart des réponses que vous pourriez obtenir des questions aux anciens membres d'équipage seraient « Si seulement vous saviez ». ".

Ce modèle en kit de l'anciennement super-secret NR-1 (Réacteurs navals - 1) sous-marin est précis jusqu'au dernier rivet. Bien que toutes les informations contenues sur le modèle aient été autorisées à être consultées dans le domaine public, le modèle est toujours de loin la SEULE version précise de ce sous-marin sur la planète. Les ingénieurs peuvent littéralement voir les lignes de panneaux qu'ils ont conçues sur le boîtier, et les ouvriers des chantiers navals reconnaissent les trous qu'ils ont percés ! Il y a près de 100 pièces sur le modèle, il est mis à jour pour sa refonte de 2003, comprend une belle feuille de détails en laiton gravée créée à partir de nos dessins CAO du bateau et un grand manuel d'assemblage avec des images en couleur du modèle pour référence.

Disponible en modèle KIT ou FINI

Notre gamme de sous-marins la plus récente et bientôt la plus complète comprend ce joli modèle d'exposition du premier sous-marin nucléaire des États-Unis ! Tous les modèles de cette échelle sont des coques en fonte de résine solide qui viennent sur une base en bois dur massif (chêne) avec une plaque en laiton gravée au laser des statistiques vitales du navire, de grands pieds en feutre sur la base et magnifiquement thermoformés (pas de lignes de couture disgracieuses) clair couverture acrylique.

Il s'agit du plus petit de nos deux modèles Dolphin que nous proposons, fidèlement recréé à l'échelle 1/192. Comme pour sa version plus grande (voir ci-dessus), ce modèle est extrêmement détaillé bien qu'il ne mesure que 10" de long !

Ce 688-i (Los Angeles Class Improved) comporte une immense quantité de détails, tous gravés au laser sur tous les côtés du modèle principal d'origine. La précision a été assurée en créant une série de photos complète de la proue à la poupe des bateaux réels dans une base sous-marine américaine locale. Les modèles finis sont peints en rouge anti-salissure et en noir selon les normes de qualité du musée et les détails sont accentués par un frottement final de la peinture pour donner au bateau un véritable aspect métallique dans les zones métalliques. Les zones de pont antidérapantes sont correctement désaccentuées.

F X Models a été engagé pour créer des modèles pour les donateurs spéciaux de la Submarine Force Library and Museum à New London Connecticut. Ce rendu de l'USS NAUTILUS la montre telle qu'elle était dans ses dernières années et utilise un schéma de peinture caractéristique qu'elle portait à un moment donné. Le modèle comporte une immense quantité de détails, tous gravés au laser sur tous les côtés du modèle principal d'origine. La précision a été assurée en créant une série de photos complète de la proue à la poupe du bateau réel au Submarine Force Museum et au navire historique NAUTILUS.
Chaque modèle fini de l'USS NAUTILUS est peint dans le rouge anti-salissure et gris selon les normes de qualité du musée et les détails sont accentués par un frottement final de la peinture pour donner au bateau un véritable aspect métallique dans les zones métalliques. Les hélices jumelles sont en métal coulé de couleur laiton. Les zones de pont en bois sont correctement désaccentuées. Ce modèle du premier sous-marin nucléaire des États-Unis est un spectacle à voir. (Les modèles peuvent être peints dans n'importe quel schéma de couleurs souhaité et ne sont pas limités à ceux montrés ici)


Le modèle Seawolf Class mesure environ 23 pouces de long. Le modèle comporte une immense quantité de détails. La précision a été assurée en créant une série de photos complète de la proue à la poupe des deux premiers bateaux réels de la classe dans une base sous-marine américaine locale. Les modèles finis sont peints en rouge anti-salissure et en noir selon les normes de qualité du musée et les détails sont accentués par un frottement final de la peinture pour donner au bateau un véritable aspect métallique dans les zones métalliques. Les zones de pont antidérapantes sont correctement désaccentuées.

Le dernier sous-marin d'attaque de la marine des États-Unis, le sous-marin de classe Virginia, est un modèle extrêmement détaillé issu de notre implication à long terme dans le programme Virginia Submarine. Le modèle mesure près de 24" de long et plus de 2" de diamètre. Presque tous les détails externes trouvés sur le vrai bateau peuvent également être trouvés sur le modèle. Le modèle présenté ici n'est pas un parfait représentant de l'offre mais c'est le seul que nous ayons photographié ! Idiot nous. On avance trop vite. Le modèle peut être fini de n'importe quelle manière souhaitée, et peut avoir des numéros de voile pour les bateaux représentatifs de la classe.

Une reproduction précise de 23 pouces du premier sous-marin lance-missiles (FBM), le George Washington était le précurseur d'une longue lignée de futurs sous-marins SNLE, culminant avec le sous-marin lance-missiles de classe Ohio. Le SSBN 598 était le seul sous-marin lance-missiles disponible pendant la crise des missiles de Cuba et a joué un rôle dans le désamorçage des comportements agressifs des gouvernements russe et cubain. Aucun des deux gouvernements ne pouvait prédire d'où une pluie mortelle de missiles pourrait s'abattre sur eux.

La création du modèle George Washington a été réalisée sous contrat par un laboratoire nucléaire et a été délicate car il n'y a pas beaucoup d'informations disponibles sur le sous-marin, y compris le sous-marin lui-même, qui a été éliminé il y a de nombreuses années. Le personnel de recherche de F X Models a fouillé les archives du Submarine Museum et récupéré des photographies, des histoires et d'autres informations qui nous ont permis de créer une représentation précise du George Washington. Les photos sur cette page ne montrent que quelques images de la fabrication du maître modèle. Une fois le master terminé, les moules ont été créés pour reproduire le modèle.

Les bateaux de la classe Lafayette ont été un pilier de la flotte SNLE américaine pendant un certain nombre d'années. Ce modèle à grande échelle de 26" extrêmement précis d'un représentant de la classe (Sam Rayburn) a été commandé par un individu qui a servi à bord du bateau, pour les membres du groupe de réunion. Notre associé de recherche, Paul Gonsalves, a effectué des recherches exhaustives sur le bateau, fournissant plus de 35 pages de plans, de détails, des photos des composants du fabricant et des détails extérieurs, comme c'est typique de notre personnel de recherche. Avec de légères modifications, cela peut également être transformé en un bateau de classe Ben Franklin.

Le sous-marin de la classe Ohio est l'élément de l'équilibre des pouvoirs dans le monde qui est le joker. Furtif et sondant silencieusement les profondeurs, son travail consiste à ne pas être détecté jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Gardant la paix depuis le lancement du premier homonyme de la classe Ohio en 1979, ces sous-marins transportent une grande quantité de détails.

Ces modèles de 36" reproduisent fidèlement les détails fins trouvés sur le sous-marin de la classe Ohio, des évents de ballast aux petites grilles à l'intérieur de chacune des 24 écoutilles de missiles. Chaque modèle est une coque rotocast creuse, avec une grande hélice en métal de couleur laiton, le tout monté sur une grande base en chêne avec couvercle transparent.

Créé à l'origine dans le cadre d'un projet de l'Amirauté, ce modèle est le précurseur du modèle à l'échelle 1/192 ci-dessus et est de retour à la demande générale. Ce modèle comporte beaucoup plus de détails que le modèle à l'échelle 1/350 mais n'est pas aussi détaillé que le modèle à l'échelle 1/192. Le pont antidérapant est accentué de manière appropriée sur le modèle fini, bien que les images de ce modèle présentées ici ne l'illustrent pas. Ce modèle est fini dans n'importe quelle finition désirée, ou l'une de nos finitions standard et est livré avec un couvercle en acrylique.

Reproductions précises à l'échelle 1/350 des sous-marins des classes Los Angeles et Ohio, ces modèles sont livrés avec une plaque de spécification en métal gravée au laser montée sur la base, une hélice en métal de couleur laiton et une base en chêne finie à la main. Les modèles sont montés sur la base en chêne à l'aide de poteaux en laiton brillant et constituent un modèle d'affichage d'entrée de gamme attrayant.

Notez que le niveau de détail de chaque bateau est d'entrée de gamme. La classe Ohio montre toutes les trappes et trappes de missiles, avec les détails de sortie du mât. Le 688-i montre bien sûr les trois trappes et le boîtier du réseau remorqué. Pour des modèles plus détaillés, veuillez vous référer à nos offres de modèles à l'échelle 1/192 qui montrent des niveaux de détail plus élevés.

Chaque modèle est peint dans les couleurs « tel que livré » à la marine, ce qui signifie oxyde rouge sur la ligne médiane et en dessous et noir au-dessus. Ils peuvent être livrés en finition brillante ou non brillante. Le projet Desktop 688 and Ohio est une édition limitée conçue à l'origine pour les membres du Congrès des États-Unis.

Le modèle de sous-marin d'attaque nucléaire 688-i mesure 14 pouces de long avec une base en chêne légèrement plus longue, une petite hélice de couleur laiton et une structure moulée entièrement en résine d'uréthane.

Notez que le 688i dans cette échelle EST disponible dans une configuration Flight I (début 688) et Flight II sur demande

Le bateau de classe Ohio mesure un peu plus de 19 pouces de long et possède des trappes de missiles, des trappes d'équipage et des sorties de mât de voile gravées. Comme le 688-i, il repose sur une base légèrement plus longue, possède une hélice en métal de couleur laiton et est une structure entièrement en résine d'uréthane.


L'USS Lafayette chavire dans le port de New York

Nous ne faisons pas souvent d'histoires détaillées derrière des photos, mais celle-ci a une histoire assez intéressante derrière elle.

Vous ne le savez peut-être pas, mais pendant les premiers jours de la Seconde Guerre mondiale, un sort horrible s'est abattu sur le paquebot français SS Normandie, alors qu'il se transformait en navire de transport de troupes surnommé USS Lafayette.

Il a été initialement lancé en 1932 et a effectué son voyage inaugural en 1935, mais avec le déclenchement de la guerre, il a cherché refuge auprès des sous-marins allemands dans le port de New York en 1939, après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne.

Le 15 mai 1940, la France tomba aux mains de l'Allemagne nazie et les garde-côtes américains envoyèrent 150 hommes à bord du navire au quai 88, empêchant tout sabotage possible contre le navire. Avec l'attaque japonaise sur Pearl Harbor et l'entrée officielle des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale en 1941, le navire a été officiellement saisi par les garde-côtes.

West Side Highway avec pavés, beaucoup de voitures des années 40 et la Normandie sabordée. 1942. New-York

En décembre 1941, le président Franklin Roosevelt a approuvé le transfert du navire à la marine américaine et les plans pour le navire étaient de le convertir en un navire de transport de troupes nommé USS Lafayette. Au départ, il était question de le transformer en porte-avions, mais avec le niveau d'effort élevé et le besoin immédiat de navires de transport de troupes, ce plan a été abandonné.

Le navire devait être mis au service militaire au début de 1942, de sorte que des travaux ont été effectués à la hâte pour le convertir le plus rapidement possible. Pendant le travail acharné, les étincelles d'un chalumeau ont enflammé un tas de gilets de sauvetage. Immédiatement, ils se sont enflammés, et malheureusement ils se trouvaient dans une pièce qui était recouverte de boiseries, donc le feu s'est propagé rapidement.

Toutes sortes de problèmes se sont manifestés à mesure que l'incendie s'aggravait. Les tuyaux du service d'incendie ne correspondaient pas aux entrées françaises standard et le système d'extinction d'incendie sophistiqué a été désactivé pendant le processus de conversion. Les pompiers ont pulvérisé d'énormes quantités d'eau dans l'espoir d'éteindre les flammes, mais ce faisant, le navire a commencé à gîter sévèrement à bâbord.

Le concepteur du navire, Vladimir Yourkevitch, a proposé d'aider à élaborer une stratégie pour sauver le navire, mais pour une raison étrange, les pompiers ont refusé. Le navire a finalement chaviré tard dans la soirée et s'est immobilisé comme on le voit sur la photo ci-dessus.

Assurez-vous de cliquer sur l'image ci-dessus pour une version plus grande et plus détaillée. C'est assez impressionnant.


SNLE - Lafayette

Ce message n'a pas encore été traduit en anglais. Veuillez utiliser le bouton TRADUIRE ci-dessus pour voir la traduction automatique de ce message.

Histoire
Plavidla třídy Lafayette jsou 2. generace ponorek U.S. Navy nesoucích balistické řízené střely mezikontinentálního doletu, jež utvářely součást jaderné triády po 3 desetiletí. Nová třída byla navrhnuta na počátku 60. let 20. století v loděnicích General Dynamics Electric Boat Division ve státě Connecticut, USA (ostatně jako všechny novodobé jaderné ponorky) a stavba probíhala v GD Electric Boat, v (Mare Island NavSIN) Newport News Shipbuilding av Portsmouth Naval Shipyard (PNS). Přestože stavba Prvního plavidla této třídy, USS Lafayette, začala ještě Před dokončením první ponorky třídy Ethan Allen, jednalo se o zcela novou koncepci udržující až na výjimky tendance Jediný ve stavbě raketonosných ponorek (výjimkami jsou sovětská / ruská plavidla Projekt 629, Projekt 629A, Projekt 658, Projet 658M, Projet 941 Akula).

Hlavní odlišností ponorek této Nové třídy od předešlých Trid George Washington a Ethan Allen byla, mimo modernějšího elektronického vybavení, HLAVNÉ velikost SACHET pro SLBM (sous-marin / mer Lancé Balistique Missile - balistické řízené střely odpalované z ponorek / moře) un tomu samozřejmě odpovídající velikost trupu . Šachty byly navrženy pro tehdy nově připravované střely Poseidon.
Bylo postaveno 9 ponorek třídy Lafayette a posléze 10 ponorek označovaných jako vylepšená třída Lafayette. Na ně poté navázala třída Benjamin Franklin, která se už velmi výrazně odlišovala svým vnitřním vybavením. Celkově tak vzniklo 19 plavidel, což je dosud nejpočetnější třída SSBN stavěná v U.S.A., a 2. nejpočetnější, která zatím byla postavena (více plavidel bylo postaveno jen v a bývalém67 Providel bylo postaveno jen v bývalém67)

Od 10. plavidla USS James Madison jsou ponorky brány jako modifikovaná třída Lafayette (podobně je tomu iu třídy Los Angeles (688) a vylepšené třídy Los Angeles (688i)), a to z toho důvoduny eur vly prouvée bl vybavením, pravděpodobně však nijak zásadního charakteru.
Ne služby vstoupily ponorky se střelami UGM-27B Polaris A-2. Ty byly později, od roku 1968 (na plavidle USS James Monroe vůbec poprvé), nahrazeny výkonnější verzí UGM-27C Polaris A-3. Na původně zamýšlené střely nové generace UGM-73A Poseidon C-3 byly přezbrojeny na počátku a v průběhu 70. let 20. století a to poté, co mohly být operačně nasazeny. Posléze, v průběhu 80. let. 20. století, prošlo 7 plavidel modernizací, aby mohly mais vybaveny v té době nejmodernějšími střelami UGM-96A Triden I C-4.

S příchodem nové generace ponorek třídy Ohio byla plavidla třídy shledána jako zastaralá. S ohledem na odzbrojovací smlouvy bylo rozhodnuto třídu Lafayette (včetně ponorek vylepšené třídy Lafayette) dále nemodernizovat a takřka po 30 letech, na počátku 90. let 20. jinvudk (17) U všech plavidel byl vyjmut reaktor a byly recyklovány (sešrotovány).

Ona 2 plavidla - USS Sam Rayburn a USS Daniel Webster - byla přestavěny na cvičnou platformu MTS (Moored Training Ship), sloužící k výcviku operátorů jaderného reaktoru na ponorkách. Plavidla byla contre operační službě ještě contre roce 2005.

Samotná třídu Lafayette je v různých publikacích a na internetových stránkách popisována velmi různorodě. Pour me způsobovat jistou dezorientaci. Pro upřesnění existují 3 hlavní směry pro rozdělení :
- 1) třída Lafayette - samotná třída o 31 plavidlech zahrnující i modifikovanou třídu Lafayette a třídu Benjamin Franklin
- 2) třída Lafayette, modifikovaná třída Lafayette a třída Benjamin Franklin
- 3) třída Lafayette, třída James Madison et třída Benjamin Franklin

Avšak většině zdrojů (c'est-à-dire níže) se shoduje a staví na bodu č. 2), který je i zde reflektován. Důvody jsou čistě faktické. Plavidla, uváděna jako třída James Madison, tak jsou nazývána jen v jediném zdroji a není jasně upřesněn důvod oddělení od hlavní linie (rozuměj třídy Lafayette).

Popis
Ponorky třídy Lafayette byly ve své době novou generací ponorek. Držely se stejného konceptu, který se stal celosvětovým standardem. Tím je umístění šachet s ízenými střelami do mírně zvýšeného prostoru za věží.
Trup je výrazně protáhlého kapkovitého tvaru. Stejně jako mnoho ponorek nosících SLBM i tato třída má na vrchu trupu tzv. hrb (onen zvýšený prostor za věží). Na rozdíl od předcházejících tříd George Washington a Ethan Allen je "hrb" na ponorkách Lafayette málo výrazný a čelní přechod je plně zapuštěn do kapkovitého trupu. Zadní přechod do trupu ponorky je s mírným "zubem".

Velitelská věž hydrodynamického kapkovitého průřezu je výrazná, nesoucí hloubková kormidla a poměrně vysoká (+/- 6-8 metrů). Na zádi plavidla jsou konvenční směrová kormidla ve tvaru +, s velkým vrchním svislým kormidlem.

Plavidlo SSBN-626 bylo vybaveno zvláštní specifickou nástavbou na přídi trupu v podobě malé věže z hloubkovými kormidly. Současně s tím bylo pravděpodobně vybaveno i příďovým sonarem s proměnlivou hloubkou ponoru, který byl s úspěchem testován a užíván, ale nakonec se nerozšířil.

Prostory pro posádku jsou plně klimatizovány a tvoří ji 143 příslušníků U.S. Navy (dle jiného zdroje jen 140). Z toho je 13 důstojníků a zbylých 130 mužů tvoří řadoví námořníci a poddůstojníci. Pro každou ponorku existovaly ve skutečnosti 2 kompletní posádky, tzv. "Zlatá" un "Modra". À umožňovalo maximální využití času ponorky a přitom mít neustále čerstvou posádku (ponorka zbytečně nekotví u břehu, zatímco posádka odpočívá). Tato koncepce se stala standardem a je využívána dodnes.

Pohon pod i na hladině zajišťuje tlakovodní jaderný reaktor s nuceným oběhem S5W (vyvinutý a vyráběný korporací Westinghouse) společně se 2 parními turbínami o celkovém výkonu 15.000 koňských sil (přibližně 11.185 kW). Tato osvědčená pohonná jednotka byla s úspěchem použita u více jak 6 tříd a u několika dalších nezařazených ponorek. Ponorka má jednu lodní hřídel (v ose plavidla) zakončenou lodním šroubem. Plavidla jsou vybavena pomocným dieselelektrickým agregátem, který může za pomocí dýchací trubice (šnorchlu) krátkodobě nouzově ponorku pohánět.

Elektronické vybavení třídy Lafayette zahrnuje hladinový-vyhledávací radar AN/BPS-11A a navigační radar AN/BPS-15 . Plavidla jsou vybavena pestrým sonarovým vybavením, skládajícím se z trupového aktivního sonaru AN/BQS-4 , z trupového pasivního sonarového pole AN/BQR-7 (se třemi 15 metrovými hydrofony), antikolizního pasivního sonaru AN/BQR-19 , pasivního sonaru AN/BQR-21 DIMUS (což je vylepšený sonar AN/BQR-2 ) a vlečného sonarového pole AN/BQR-15 ( AN/BQQ-9 ). Systém řízení palby torpéd je typ Mk.113 Mod.9 . Bojový operační systém nebyl zjištěn. Ponorky využivají satelitní spojení AN/WSC-3 a ponorkový inerciální navigační systém SINS Mk.2 Mod.4 (Submarine / Ship Inercial Navigation Systems). Vybaveny jsou i pasivním přijímačem AN/WLR-8(V)5 pro vedení elektronického boje a průzkum. Jako u každé jiné ponorky, je i tato třída vybavena periskopy.

Hlavní výzbrojí ponorek třídy Benjamin Franklin jsou balistické řízené střely mezikontinentálního doletu odpalované z ponorek (SLBM - Submarine / Sea-Launched Balistic Missile). Přestože na počátku byla plavidla vybavena střelami UGM-27B Polaris A-2 a později výkonnější variantou UGM-27C Polaris A-3, od začátku byla projektována pro střely nové generace UGM-73A Poseidon C-3, které byly nasazeny v okamžiku jejich operační způsobilosti. U minimálně 5 plavidel, USS Woodrow Wilson, USS James Madison, USS John C. Calhoun, USS Casimir Pulaski a USS Stonewall Jackson, bylo rozhodnuto, že budou přezbrojeny na modernější, výkonnější a spolehlivější střely UGM-96A Trident C-4.

Samozřejmostí je vybavení ponorek torpédomety. Ty jsou umístěny v přídi v počtu 4 kusů ve standardní ráži 533 mm. Zásoba byla 12 kusů torpéd Mk-14 / Mk-16 nebo Mk-37 anebo Mk-45 ASTOR (torpédo s nukleární hlavicí) anebo později i Mk-48 (popřípadě jejich kombinace). Ve výzbroji byly i protiponorkové řízené střely UUM-44A SUBROC. Není známo zda plavidla nesla protilodní nebo protizemní řízené střely (vyjma výše uvedených střel). Mohla však nosit a i klást miny (jako většina ponorek).


Polaris Submarine-Launched Ballistic Missile

Polaris was the first true submarine-launched ballistic missile (SLBM), developed under RADM William F. Raborn starting in November 1955. The Polaris missile and a new class of nuclear-powered ballistic missile submarines to carry them were developed together based on new technology for warheads, propulsion and the nuclear submarine.

USS George Washington (SSBN-598), was the first of the first five-ship class of ballistic missile submarines, on patrol November 1960, only five years after Raborn began the effort and five years after the first U.S. nuclear submarine, the Nautilus, was launched. The first successful underwater launch of a Polaris missile occurred from the Washington in July 1960.

The first SSBNs carried 16 Polaris missiles, with 41 boats deployed by 1965. Polaris went through several models in the program lifetime:

  • Polaris A-1, 1200 nm. range
  • Polaris A-2, 1600 nm. range (first sub launch, October 1961)
  • Polaris A-3, 2500 nm. range (first sub launch, October 1963)

The A-3 fit in the same launch tubes as the older Polaris models, but was revolutionary in that it had three warheads, designed to strike in a pattern (not MIRV). A total of 33 subs were equipped with A-3 missiles, including retrofit of the original five A-1 boats. The photo above, left shows a Polaris A-3 on a test stand at Pad 19A, Cape Canaveral, FL, 26 July 1962.


He hoped to end slavery in America

Lafayette became like a son to Washington. Despite their close relationship, the young Frenchman was unable to persuade America’s future first president to allow slaves to earn their freedom. He did however end up creating a refuge for 120 blacks in torrid French Guiana.


SSBN - Early Developments

The idea which developed into the present FBM Strategic Weapon System (SWS) was derived from a World War II German invention described in some captured Nazi documents taken during the latter part of the war from a captured, high-level German headquarters. The proposal involved the installation of mortar tubes on the deck of a U-boat and the firing of the mortars while the tubes were still partly submerged.

Based on this general concept, the Navy proposed to develop a fleet of submarines with missile-launching capabilities. The Navy initiated the design of a POLARIS-type submarine (SSBN). However, the time requirements of the accelerated programs demanded an interim submarine.

Construction of SSBN 6 was authorized by the President on 23 December 1958. On 27 June 1959, the President authorized construction of SSBNs 7, 8, and 9.On 1 July 1959, the FBM Program had, as its objective, a complete POLARIS/SSBN system with a 1200 nm range in 1960. Nine submarines and a submarine tender were authorized. On 15 July 1960, the President authorized construction of SSBNs 10, 11, 12, 13, and 14, and SSBNs 15, 16, 17, 18, and 19 were authorized by President John F. Kennedy on 29 January 1961. On 19 July 1961, the President authorized construction of SSBNs 20 through 29. The President signed the FY 63 Appropriations Act on 10 August 1962, providing funds for SSBN 30 through 35 and long-lead items 36 through 41. A total of 41 SSBNs were authorized by 2 July 1964, with the entire force to be operational in 1967.

The USS Proteus (AS-19), a submarine tender in mothballs at the Naval Shipyard, Charleston, South Carolina, was activated and converted into the first POLARIS FBM submarine tender, commissioned on 8 July 1960. By 1 July 1960, a second submarine tender had been authorized by the President. The third SSBN tender was authorized by President John F. Kennedy on 29 January 1961. The President signed the FY 63 Appropriations Act on 10 August 1962, providing funds for a fourth submarine tender.

All 41 SSBNs had been deployed by 3 October 1967. The first five SSBNs, USS George Washington class (SSBN-598), were deployed with POLARIS A1's. The next five SSBNs, USS Ethan Allen class (SSBN-608) were deployed with POLARIS A2's. Also, the next 9 boats of the USS Lafayette class (SSBN 616-626) were also deployed with POLARIS A2's. Plans called for the last 31 of the 41 SSBNs to all eventually carry POSEIDON C3 missiles.

The 10 George Washington and Ethan Allen class SSBNs were to off-load their A1's and A2's and eventually have POLARIS A3 missiles deployed in the Pacific. They operated out of Guam, serviced by the tender USS Proteus (AS-19) and, after 1967, by the tender USS Hunley (AS-31).


Weapons of Mass Destruction (WMD)

Submarine Squadron 16 was officially reactivated Aug. 7, 1997. This reactivation is part of a Navywide effort to improve submarine support. For the first time in the history of the SSBN force, a new model for supervising the operation, maintenance and training of the two-crewed submarine force has emerged. The current reorganization places five submarine in each Kings Bay squadron. Submarine Squadron 16 is the immediate superior in command of USS Pennsylvania (SSBN 735), USS Kentucky (SSBN 737), USS Nebraska (SSBN 739), USS Maine (SSBN 741), and USS Louisiana (SSBN 743). By reducing the span of control to five submarines and 10 crews, each squadron can dedicate more effort to monitoring and servicing the submarines under its control.

Additional new efficiencies were gained through specialization of the two squadrons. Squadron 20 remains the waterfront coordinator and principal squadron involved in planning and executing SSBN refits with the Trident Refit Facility. Squadron 16 has assumed the role of off-crew training coordinator and principal squadron involved in training and certifying that off-crews are ready to return to their ships. Squadron 16 also has the added benefit of more closely linking off-crew training to at-sea training.

With this division of labor between the two squadrons, all 20 Trident submarine crews maintain the same fine refit work accomplishment they have grown accustomed to receiving, and find a more robust squadron at-sea presence. Additionally, they will experience a more responsive and insightful assist during their off-crew training periods from Squadron 16.

The Squadron 16 commander and his staff are located in the Kings Bay Off-Crew Building, located between the Trident Training Facility and the Submarine Group 10 staff/Subase Administration Building.

Submarine Squadron 16 was established during World War II, and amassed more than 500,000 tons of enemy shipping sunk, earning both the Presidential Unit Citation and six Navy Unit Commendations before being decommissioned after the war. The squadron was formally recommissioned at Charleston, S.C., on Oct. 18, 1963, as the Navy's second Fleet Ballistic Missile (FBM) Submarine Squadron.

The Chief of Naval Operations deployed Submarine Squadron 16 to Rota, Spain, on Jan. 28, 1964, and embarked upon USS Proteus (AS-19). USS Lafayette (SSBN 616) completed its first FBM deterrent patrol with the Polaris missile and commenced the first refit and replenishment at Rota. During the early 1970s, the submarines assigned to Squadron 16 were completing conversion to the Poseidon missile. That transition was completed when USS Francis Scott Key (SSBN 657) returned to Rota on Jan. 14, 1974.

Treaty negotiations between Spain and the United States in 1975 resulted in a planned withdrawal of Squadron 16 from Spain, and the Chief of Naval Operations ordered studies to select a new refit site on the East Coast. The treaty with Spain was ratified by the U.S. Congress in June 1976 and called for the withdrawal of the squadron from Spain by July 1979. Kings Bay, Georgia, was selected as that new refit site, and the site selected was announced by the Secretary of the Navy in November 1976.

Commander, Submarine Squadron 16, embarked in USS Simon Lake (AS-33), arrived at Kings Bay on July 2, 1979, and moored at the original Army wharf, approximately one half mile up-river from what is now Warrior Wharf. Four days later, USS James Monroe (SSBN 622) entered Kings Bay and moored alongside to begin a routine refit in preparation for another deterrent patrol. Kings Bay has been an operating submarine base since that time.

Secretary of the Navy Edward Hidalgo announced in October 1980 that Kings Bay would become the home for the Ohio-class submarines. Concurrent with the preparations to base Trident II submarines in Kings Bay, Squadron 16 moved forward to conversion from Poseidon to Trident I missile capability. The completion of that transition was marked by the deployment of USS Casimir Pulaski (SSBN 633) in June 1983.

Upon the completion of construction of Warrior Wharf in July 1979, Squadron 16 moved to that site and provided refit, logistics and training support to Trident I-equipped 627 and 640 class submarines until the last one of these submarines was ready for decommissioning. Gen. Colin Powell, then Chairman of the Joint Chiefs of Staff, recognized the silent services on the occasion of the 3,000 FBM patrol, ". as having done more to win the Cold War than any other part of the military." Squadron 16 had been involved in the Cold War effort for more than 30 years when she was decomissioned on June 25, 1994.

When Submarine Squadron 16 was reactivated on Aug. 7, 1997, and assumed command of five Trident II missile submarines, its rich history in providing support to the Navy's front line strategic platforms continued.

Four of Bangor's eight Ohio-class submarines are to be converted to special operations boats, carrying conventional weapons rather than nuclear warheads. In their place, Bangor gets the USS Pennsylvania and the USS Kentucky from the East Coast. In October 2002 the SSBN 735 Pennsylvania became the first new sub sent to Bangor in more than a decade. The USS Ohio, the first of the Trident-packing subs, departed Bangor in early October 2002. It will be followed by the Michigan, Florida and Georgia, reducing the nation's Trident ballistic missile submarine fleet from 18 to 14 under START. After all the shifts are done, Bangor will have six Trident subs, down from eight, while King's Bay, former home of the Pennsylvania, will lose two for a fleet of eight.


Pleasant Hill Annexed to Lafayette! Part II

This is Pleasant Hill – Guillermo’s viewpoint, 1832. (Pleasant Hill is in the foreground, the intersection of Withers and Taylor is beyond at left.)
Photo March 1961 courtesy of Kirk Patterson

When we left Guillermo in July he was married to Maria Antonia Galinda and had a growing family in San Jose. He also had a growing herd of cattle in Pinole and was “commuting” between the two. He needed to solve this dilemma, by getting his own rancho!

He submitted a petition to Gouverneur Figueroa au June 2, 1835 pour Rancho las Juntas, built a corral there, and started an adobe house. Depuis le Welch family still lived in San José, he hired a majordome to look after the cattle when he was away. One night the Indians burned the house, stole the horses and scattered the cattle. Les majordome fled. Guillermo abandoned his petition.

He petitioned again in 1844. This time, in a surprising burst of speed, the new Gouverneur Micheltorena formally made the grant for three leagues on February 21. Guillermo finally moved onto his very own Rancho in 1845, but sadly he died in 1846.

A lawsuit filed in Federal Court by Guillermo’s son-in-law, the administrator of his estate, (United States v Swanson, et al) caused the western boundary of Rancho las Juntas to be shifted easterly sufficiently far to exclude the hill on which Guillermo had stood to draw his petition map. (The trial began September 12, 1854 and raged until September 15, 1864, when Judge Ogden Hoffman finally gaveled the case to a close.)

At the trial, Alcalde José Ygnacio Sibrian y Pacheco testified: “…the lagoons are on top of a hill from which the waters run on either side of the hill. Welch claimed from the top of that hill on the eastern side thereof looking toward Monte Diablo. That high hill is called “Reliz”…” (It becomes significant that Señor Pacheco testified in 1860.)

In other testimony, G.F. Allardt, surveyor for R.C. Matthewson, deputy United States Surveyor, stated: “…this ridge of the highest land for several miles around…the summit of hills arising to the westward from Murderous (sic) Creek…”

Part of the result of the litigation was the official “Plat of the Rancho las Juntas as finally confirmed to the Administrator of the Estate of Wm Welch,” on which were plotted the three forks of Murderer’s creek et McClellan’s House. (Near the present Tiegland Road, located at the foot of the “high hill” described by Señor Pacheco.) A schoolhouse, the area’s first, was built on McClellan’s property in 1860.

That “high hill,” tall as the Eiffel Tower, shadowed the schoolhouse. And it would have been in the little one-room structure that the founders of the proposed school district would have met in 1860 to choose the most appropriate name to describe their new District. And what other name would they logically have chosen than that of the most defining object in their corner of the world?

And so the Pleasant Hill School District would have been born, officially transcribing the name for the record the very first time. Later, the near-by road was so labeled, then the entire area, and, ultimately, the City.

A hundred years later, the Local Agency Formation Commission, in its infinite wisdom, proclaimed the hill that bore Guillermo Welch’s boot prints on its summit to be within theSphere of Influence of the City of Lafayette!

And so, except for an eastern portion still under the jurisdiction of Contra Costa County, Pleasant Hill’s namesake was officially annexed into the City of Lafayette.

A subdivision later constructed on that eastern portion of Pleasant Hill remaining in Comté de Contra Costa was then inappropriately named “Lafayette Hills.”


Gary Christopher

I was born on 6 April 1959 at Presbyterian Hospital in Denver, Colorado, or so I'm told. I attended school in Thornton, Wheat Ridge, Rollinsville, and Nederland, Colorado. I graduated from Wheat Ridge High School in 1977 and enlisted in the U.S. Navy on 27 June 1977. I enlisted in the Navy because I wasn’t sure I wanted to go to school – then I spent my first 21 months in the Navy in school!

I completed Basic Training in San Diego, California, in August 1977 Machinist’s Mate ‘A’ School in Great Lakes, Illinois, in November 1977 Basic Nuclear Power School in Orlando, Florida, in June 1978 Nuclear Power Prototype Training at the Department of Energy’s Idaho National Engineering Laboratory (INEL) , located west of Idaho Falls, Idaho, in December 1978 and Engineering Laboratory Technician School in April 1979. I served on the USS Lafayette (SSBN 616) , the USS L.Y. Spear (AS 36), the USS Alabama (SSBN 731), Navy Recruiting District Denver, Colorado, the USS Key West (SSN 722), and the USS Emory S. Land (AS 39). While on the Key West I made a port visit in Bergen, Norway, where I located original birth, confirmation, and marriage records for my great-great grandparents, Lars Tesdahl and Martha Berg. I retired from the Navy in December 1995 as a Chief Machinist's Mate (E7).

After retiring from the Navy, I attended Brigham Young University in Provo, Utah, completing a Bachelor of Science in Physical Education with an emphasis in Athletic Training and a minor in Chemistry in 1999 and a Master of Science in Physical Education with an emphasis in Exercise Physiology in 2001. I was admitted to doctoral studies in Biomechanics at Oregon State University at Corvallis in 2001, transferred to Texas Woman’s University at Denton in 2002, and completed my course work in 2006. I accepted a position as an Assistant Professor at the University of Great Falls, Montana, in August 2007 where I taught courses in Health and Human Performance. I finished my doctoral dissertation in 2009 and graduated with a Ph.D. in Kinesiology on 15 May 2009. In 2011, I accepted a position at William Penn University in Oskaloosa, Iowa, where I taught courses in Exercise Science. In August 2013 I was appointed as the Chair of the Division of Health and Life Sciences. I retired from higher education in 2021.

I have been doing family history research for over 50 years. I am by no means a professional genealogist, but I do strive for historical accuracy in my research, including, when possible, primary sources. I only rely on secondary sources when primary sources are not available. I rarely rely on tertiary sources. I am a volunteer Family History Consultant for The Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints in Oskaloosa, IA.

I own and operate a wood engraving/turning/carving business named Bubblehead 3D Design.


Voir la vidéo: JACKIE KENNEDY LAUNCHING USS LAFAYETTE SSBN-616 POLARIS MISSILE SUBMARINE 2131