Quanah Parker

Quanah Parker

Quanah Parker était un homme de deux mondes. Naudah était une femme blanche qui a été emmenée en captivité alors qu'elle était une jeune fille de Fort Parker au Texas, en 1836.Les premières annéesQuanah Parker est né vers 1852, dans un endroit appelé Laguna Sabinas (Cedar Lake), près des montagnes Wichita dans ce qui est maintenant l'Oklahoma. Le nom Quanah se traduit par « odeur », « odeur » ou « parfum ». Quanah avait un frère et une sœur, mais ils sont tous deux morts avant d'atteindre la maturité. La jeunesse de Quanah s'est déroulée dans un monde où son peuple était en guerre constante avec les États-Unis et le Mexique. En 1860, alors que Quanah était encore un garçon, sa mère de 24 ans a été enlevée à son mari et à ses fils par une unité comprenant des soldats, des Texas Rangers et des éclaireurs indiens Tonkawa. Dans le même raid, la bande de Peta Nocona a été détruite, laissant Quanah sans famille et sans maison. Le jeune a trouvé refuge parmi le groupe Quahadi Comanche qui vivait dans ce qui est aujourd'hui le nord du Texas.Guerre au buffleDans la jeunesse de Quanah, les chasseurs de buffles blancs sont apparus dans les plaines pour abattre et presque éradiquer la vaste population de buffles pour leurs peaux. Étant donné que le bison était la principale subsistance des tribus des Plaines, les Comanches considéraient le massacre comme une attaque soutenue contre les peuples amérindiens, une attaque directe contre leur existence même, et la résistance indienne a éclaté. Au conseil de paix de Medicine Lodge de 1867, le Quahadi a rejeté un projet de traité qui les appelait à abandonner leurs terres tribales et a refusé d'accepter la disposition qui confinerait les Indiens des plaines du Sud à une réserve. En raison de ce rejet, les Quahadi sont devenus des fugitifs sur les plaines jalonnées (Llano Estacado¹).La guerre de la rivière RougeÀ la suite du conseil de Medicine Lodge, Quanah et sa bande ont intensifié leurs raids sur les colonies texanes. Au cours de ces raids, Quanah s'est distingué comme un vaillant chef naturel. Les Comanches Quahadi ont mené une guerre dans les plaines comme aucune guerre vue par les États-Unis. Guerre de la rivière Rouge, de nombreuses tribus - même des ennemis mortels - ont conclu des alliances entre elles pour arrêter le massacre des buffles et chasser les hommes blancs de la terre. de subsistance, Quanah Parker et les Quahadi ont ciblé les chasseurs de bisons dans leurs raids. En juin 1874, environ 700 guerriers Cheyenne, Arapaho, Kiowa et Comanche ont attaqué Adobe Walls dans le Texas Panhandle où se trouvaient 28 chasseurs et une femme. Les guerriers ont chargé et les chasseurs ont commencé à tirer. Malheureusement, l'armement avancé des chasseurs leur a permis de résister à la force d'attaques répétées. Quanah a été blessé, mais a émergé de la guerre de la rivière Rouge comme un grand chef. Juste avant l'aube Le 28 septembre 1874, le 4e de cavalerie du colonel Ranald Mackenzie et les éclaireurs du Tonkawa sont tombés sur un grand camp de Comanches endormis dans le canyon Palo Duro et l'ont attaqué. Ils ont été décapités et leurs têtes envoyées à Washington, DC, pour une étude « scientifique ». Le colonel Mackenzie a ordonné que tous les Comanches qui ne se soumettent pas à la vie de réserve soient exterminés. Comme les femmes, les personnes âgées et les enfants n'étaient pas des combattants, leur bien-être était une grande préoccupation pour Quanah.Vers la réservationAvec leurs terres volées, la faune a pratiquement disparu à cause de l'invasion blanche et de la guerre continuelle avec les États-Unis. Les Quahadi n'ont pas reçu le traitement équitable qu'on leur avait promis ; au lieu de cela, ils ont été maltraités et humiliés. Néanmoins, pendant les 25 années suivantes, Quanah a dirigé son peuple avec un leadership énergique, mais terre-à-terre. À cette fin, il a soutenu la construction d'écoles sur les terres de la réserve et a encouragé les jeunes Indiens à apprendre les manières de l'homme blanc. Son influence a également réussi à empêcher la propagation de la Ghost Dance militante parmi son peuple, ce qui a généré des soulèvements ailleurs. monde des hommes, mais il l'a fait à sa manière. Sa famille a des branches des deux côtés de son héritage, Comanche et blanc. En 1892, la Commission Jerome a contraint les trois tribus de la réserve à accepter un accord prévoyant l'attribution et la vente d'environ les deux tiers de la réserve aux États-Unis. 1905, Quanah était l'un des cinq chefs choisis pour participer au défilé inaugural de Theodore Roosevelt. Il chevauchait à côté de Geronimo. Parmi ses amis figuraient le bouvier Charles Goodnight et le président lui-même. Quanah Parker était le seul Comanche jamais reconnu par le gouvernement américain avec le titre de « Chef des Indiens Comanches ». Il était une figure majeure à la fois dans la résistance des Comanches à l'invasion blanche et dans l'adaptation de la tribu à la vie des réserves.Un leader résilient tombeLe 11 février 1911, alors qu'il visitait la réserve de Cheyenne, Quanah tomba malade d'une maladie non diagnostiquée. De retour chez lui, il mourut le 23 février. Deux de ses femmes, To-nar-cy et To-pay, étaient avec lui. Il est enterré à côté de sa mère, Cynthia Ann Parker, dans le cimetière militaire de Fort Sill, Oklahoma.

Se reposer ici jusqu'à l'aube
Et les ombres tombent et les ténèbres
Disparaît est Quanah Parker
Dernier chef des Comanches
Né – 1852
Décédé le 23 février 1911

L'épitaphe de Quanah Parker

Ne reste pas sur ma tombe et pleure
Je ne suis pas là, je ne dors pas.
Je suis mille vents qui soufflent
Je suis l'éclat du diamant dans la neige
Je suis la lumière du soleil sur le grain affiné.
Je suis la douce pluie d'automne.
Quand vous vous réveillez le matin, silence.
Je suis la ruée vers l'élévation rapide
d'oiseaux tranquilles en vol circulaire.
Je suis la douce lumière des étoiles la nuit.
Ne restez pas près de ma tombe et ne pleurez pas.
Je ne suis pas là, je ne dors pas.
Ai !


Une région plate, semi-aride, ressemblant à un plateau qui marque l'étendue la plus méridionale des hautes plaines, 40 000 milles carrés de l'est du Nouveau-Mexique et de l'ouest du Texas, entre la rivière Pecos et l'escarpement de Cap Rock. Le Llano Estacado est l'une des plus grandes étendues de terrain presque sans relief aux États-Unis.
² Les Quahadi Comanche ont mené une guérilla éclair, tout comme les Patriotes l'ont fait pendant la Guerre d'Indépendance.


Quanah Parker Medicine Mounds Gathering 2021

Si vous êtes prêt à sortir et à voir quelque chose de nouveau, venez à Quanah, Texas en juin !

Les monticules de médecine, quatre monticules de dolomie au sud-est de Quanah, sont culturellement importants pour de nombreux Comanches et pour les descendants de Quanah Parker. La Quanah Parker Society organise un événement de 4 jours qui permet au public d'accéder à ces monuments, célèbre la culture Comanche et met en lumière l'histoire de la région. Les activités auront lieu à la fois aux monticules et à Quanah.


Le déménagement en territoire indien

En 1867, le Traité de Medicine Lodge a été signé, qui prévoyait l'installation des Comanche, Cheyenne, Riowa, Kiowa-Apache et Arapaho dans des réserves du territoire indien (plus tard l'État de l'Oklahoma). La plupart des bandes comanches ont accepté le traité, mais les Quahadi résisteraient le plus longtemps à la colonisation, refusant de reconnaître le document. Sept années de raids périodiques et d'hostilité ouverte envers les colons blancs et les villes frontalières s'ensuivirent, avec des représailles contre les Comanches pour ces incidents. L'insulte finale dans l'esprit des Quahadi était la présence croissante de chasseurs de bisons, des professionnels embauchés pour chasser les énormes animaux pour le marché oriental et saper la base de la vie des Indiens des Plaines, les forçant à s'installer dans des réserves pour éviter la famine. En juin 1875, un groupe de 700 guerriers de tribus alliées a attaqué un groupe de chasseurs de bisons dans une fortification appelée Adobe Walls, dans le Texas Panhandle. Trois jours de combats acharnés ont conduit à un éventuel retour en arrière de la force de raid indienne et au début de deux années de poursuite incessante des Quahadi par le général Ranald Mackenzie. Jusqu'à récemment, des comptes rendus publiés de la vie de Quanah Parker rapportaient qu'il avait mené les Indiens contre Adobe Walls, était devenu le chef de guerre des Quahadi pendant la poursuite de Mackenzie et s'était rendu à contrecœur à la vie de réserve en tant que dernier chef de guerre féroce des Comanches libres. Des travaux récents montrent que Quanah était trop jeune pour avoir été chef de guerre, mais rapportent qu'il a combattu à Adobe Walls.

Les Quahadi se sont rendus au règlement des réserves en 1875. La personne qui était probablement leur chef à l'époque était Eschiti [« Crottes de coyote »], qui avait été le chef qui avait incité le raid sur les murs d'Adobe. Homme-médecine aussi bien qu'un chef civil, Eschiti verrait son influence diminuer à mesure que celle de Quanah Parker augmentait avec la faveur de l'agent des Indiens. Au début, l'agent avait courtisé les bonnes grâces de Parker, estimant qu'en tant que sang-mêlé, Parker pourrait être plus facilement converti aux voies blanches et pourrait ensuite influencer son peuple à changer également. Cependant, l'agent n'avait pas pris en compte le fait que l'ascendance mixte de Parker était la raison pour laquelle de nombreux Comanches résolument traditionnels refusaient d'accepter son leadership. Le fait qu'il ait été "créé" en tant que leader indien par des fonctionnaires blancs a provoqué un nouveau conflit.


Quanah et Cynthia Ann Parker : l'histoire et la légende

L'histoire de Cynthia Ann et Quanah Parker est bien connue dans l'histoire du Texas, mais leur histoire a vraiment commencé dans le centre-est de l'Illinois. Le grand-père de Cynthia Ann&rsquos, l'aîné John Parker, ses oncles, Benjamin et Daniel Parker et d'autres membres de la famille ont été parmi les premiers colons blancs des comtés de Crawford et de Coles. Cynthia Ann est née près de l'actuelle Charleston, IL, c. 1827.

Du 7 février au 9 avril 2015, la bibliothèque Booth sur le campus de l'Eastern Illinois University a organisé une exposition, ainsi que plusieurs programmes et présentations, sur Quanah Parker, sa mère, Cynthia Ann Parker et d'autres membres de la famille Parker qui ont eu une influence sur régler la terre qui est maintenant Coles County, IL.

&ldquoQuanah & Cynthia Ann Parker: The History and the Legend&rdquo n'a pas seulement examiné l'histoire de la famille et la vie de Quanah et Cynthia Ann, mais il a examiné l'impact que leur histoire a encore aujourd'hui. En plus des programmes énumérés ci-dessous, la série comprenait des projections de films du film muet de 1920 &ldquoDaughter of Dawn,&rdquo mettant en vedette deux des enfants de Quanah Parker&rsquos, White et Wanada Parker et &ldquoThe Searchers,&rdquo le film de John Wayne inspiré par James Parker&rsquos recherche de son nièce, Cynthia Ann. En outre, des récits de captivité écrits par Rachael Parker Plummer et d'autres ont été examinés lors d'une table ronde intitulée &ldquoAmerican Captivity Narratives: A Literary Genre of Enduring Interest.&rdquo

Les co-parrains de l'exposition et de la série de programmes de la bibliothèque Booth étaient l'Université de l'Illinois oriental, le Tarble Arts Center, l'Illinois Humanities Council et le Texas Lakes Trail. Sauf indication contraire, tous les programmes ci-dessous ont été présentés les 20 et 21 février sur le campus de l'Eastern Illinois University, Charleston, IL.

Sur la piste avec les Parkers

Audrey Kalivoda, réalisatrice de documentaires pour Mesquite 90 Productions basée à Nashville, TN, examine le voyage vers l'ouest de l'aîné John Parker, qui, comme de nombreux premiers colons, était constamment inspiré à s'enraciner et à voyager vers de nouvelles terres instables. Ils ont parcouru 2 500 milles et traversé 12 États, s'installant dans le Maryland, la Virginie, la Géorgie, le Tennessee et l'Illinois avant de terminer leur voyage à Fort Parker, au Texas. La présentation et la discussion de Kalivoda&rsquos comprenaient une projection de son documentaire de 2013, &ldquoFollowing the Parker Trail&rdquo (non inclus dans l'enregistrement ci-dessous).

Préserver le cimetière Parker

Deux groupes de Parkers ont été parmi les premiers colons des comtés de Coles et Clark dans le centre-est de l'Illinois. Les historiens locaux les appellent les &ldquoPreachin&rsquo Parkers&rdquo avec le patriarche Elder John Parker, ses 13 enfants et plusieurs petits-enfants, dont Cynthia Ann Parker et les &ldquoPrairie Parkers&rdquo dirigés par James Parker.Les premiers écrits historiques n'affirmaient aucune relation de sang entre ces deux groupes, cependant, des tests ADN récents ont prouvé une relation familiale. Dans ce programme, deux descendants des &ldquoPrairie Parkers&rdquo James David Parker de Memphis, MO, et David Parker de Pendleton, IN, explorent la relation entre les deux familles Parker et décrivent les récents efforts de nettoyage du cimetière Parker voisin, situé dans une zone rurale Comté de Coles.

Initiative de conservation et de cartographie historique du cimetière des pionniers Parker

Steven Di Naso, scientifique géospatial et instructeur au Département de géologie et de géographie de l'Eastern Illinois University, détaille les nouvelles technologies utilisées dans la restauration du cimetière Parker. Di Naso et ses étudiants ont utilisé une technologie de pointe et des techniques de données de terrain pour collecter, analyser et cartographier ce cimetière historique. Une fois ces recherches terminées, une base de données accessible en ligne sera créée pour faciliter les recherches historiques et généalogiques, ainsi que pour fournir un dossier permanent du cimetière.

Quanah Parker et la bataille des murs d'Adobe

Richard Hummel, professeur émérite de sociologie à l'Eastern Illinois University, présente cet aperçu de la dépendance de la tribu Comanche à l'égard du buffle pour sa survie et de l'effet de la diminution des troupeaux sur Quanah Parker et son peuple. Les terrains de chasse traditionnels des Amérindiens étaient anéantis par les chasseurs de bisons qui gagnaient leur vie en récoltant les peaux des animaux. Ce conflit a atteint son paroxysme le 27 juin 1874, lorsque Quanah et sa tribu ont affronté des chasseurs de bisons lors de la deuxième bataille d'Adobe Walls. Les Comanches surpassés en armes ont finalement été contraints d'abandonner le combat, et cette bataille a eu un impact profond sur Quanah alors qu'il prenait des décisions futures pour assurer la survie de son peuple.

Transformer l'enfer en foyer : représentations d'Amérindiens au cinéma

Robin Murray, professeur d'anglais à l'Eastern Illinois University, examine comment les Indiens d'Amérique sont représentés dans les films, des premiers films muets aux westerns ultérieurs qui les décrivent souvent comme des sauvages. Ceux-ci incluent des films avec des personnages ou des scénarios inspirés de l'histoire de Parker, tels que &ldquoComanche&rdquo (1956) et &ldquoThe Searchers&rdquo (1956). Des représentations plus authentiques peuvent être trouvées à travers les yeux de cinéastes amérindiens, comme en témoigne le film & ldquoSmoke Signals & rdquo (1998).

Quanah et Cynthia Ann Parker : l'histoire et la légende

Beth Heldebrandt, directrice des relations publiques à la bibliothèque Booth, donne un aperçu de l'histoire de Quanah et Cynthia Ann Parker, ainsi que de la famille de l'aîné John Parker, qui a joué un rôle important dans la colonisation des terres et l'organisation du gouvernement de Charleston et du comté de Coles, IL. Ce programme a été présenté à l'origine au Crawford County Historical Society Museum à Robinson, Illinois, le 12 février 2015, et a été répété le 25 février sur le campus de l'EIU à un public d'étudiants en éducation. Dans le cadre de la série Booth Library, ces étudiants sont chargés de diriger plus de 200 élèves de cinquième année de Charleston à travers l'exposition Parker et de leur proposer une activité d'études sociales connexe.


Quanah Parker avec des femmes

Photographie du chef comanche Quanah Parker avec ses épouses. De gauche à droite, Payi, Quanah Parker et Chony, qui est la mère de Baldwin Parker.

Description physique

Informations sur la création

Le contexte

Cette photographier fait partie de la collection intitulée : W. P. Campbell Collection et a été fournie par l'Oklahoma Historical Society à The Gateway to Oklahoma History, un référentiel numérique hébergé par les bibliothèques de l'UNT. Il a été visionné 22836 fois, dont 933 le mois dernier. Plus d'informations sur cette photographie peuvent être consultées ci-dessous.

Personnes et organisations associées à la création de cette photographie ou à son contenu.

Photographe

Personnes désignées

Les personnes qui sont importantes d'une manière ou d'une autre pour le contenu de cette photographie. Des noms supplémentaires peuvent apparaître dans les sujets ci-dessous.

Publics

Nous avons identifié ce photographier comme un source principale au sein de nos collections. Les chercheurs, les éducateurs et les étudiants peuvent trouver cette photographie utile dans leur travail.

Fourni par

Société historique de l'Oklahoma

En 1893, les membres de l'Oklahoma Territory Press Association ont formé l'Oklahoma Historical Society pour conserver un dossier détaillé de l'histoire de l'Oklahoma et la préserver pour les générations futures. L'Oklahoma History Center a ouvert ses portes en 2005 et opère à Oklahoma City.


La maison abandonnée de Quannah Parker

Je suis tombé sur l'histoire de la maison de Quannah Parker, qui se trouve encore aujourd'hui à Cache, au Texas, bien qu'elle ne se trouve pas à son emplacement d'origine. Il a été déplacé plusieurs fois. Mais il est complet, et toujours plein de meubles Quannah’s. Sa maison est reconnaissable aux étoiles sur son toit. Apparemment, il pensait que puisque les généraux militaires américains ont des étoiles, il voulait aussi avoir des étoiles, mais plus grandes, et sur son toit.

C'est une relique vraiment cool de l'histoire qui doit être sauvée, et malheureusement, il semble que le propriétaire ne soit pas prêt à faire quoi que ce soit avec, même si de nombreux groupes sont prêts à l'acheter et à le restaurer. L'une des choses fascinantes à propos des Indiens Comanches était qu'ils étaient si féroces et qu'ils habitaient un terrain si difficile qu'ils étaient à peu près les derniers résistants, en ce qui concerne les Indiens d'Amérique, à l'exception bien sûr des Séminoles dans les Everglades. Nous nous sommes donc retrouvés avec de vraies photos et des récits assez récents de leur vie en tant que certains des derniers Indiens d'Amérique libres.

Il y a peu d'informations fiables sur la jeunesse de Quanah. Quand il avait environ neuf ans, Cynthia Ann a été reprise par des Blancs à la bataille de Pease River, dans l'actuel comté de Foard, deux ans après la mort de son père. Plus tard dans sa vie, il se souvint qu'il avait participé à la deuxième bataille d'Adobe Walls, en juin 1874, au cours de laquelle plusieurs centaines de Comanches, Kiowa, Arapahoe et Cheyenne attaquèrent 28 chasseurs de bisons mais furent repoussés après un siège de cinq jours. En mai suivant, il faisait partie de la bande comanche qui se rendit au colonel Ranald Mackenzie après la guerre de la rivière Rouge, acceptant de vivre dans la réserve de Fort Sill, en Oklahoma. Quanah avait environ 23 ans.

La vie de réserve pour les Comanches signifiait se soumettre à la tentative du gouvernement d'éradiquer leur culture indigène de chasse en plein air et de guerre et les transformer en agriculteurs sédentaires. La première étape de ce processus a été d'abandonner leurs chasses annuelles au bison et de tirer à la place des rations gouvernementales de bœuf, de sucre, de farine et de café. Les qualités de leadership inhérentes à Quanah ont attiré l'attention de l'agent de réservation James M. Haworth, qui en 1875 l'a nommé à la tête d'une bande de bœufs, un groupe de familles qui rassemblaient leurs rations.

Accessoire principal : Quannah’s Majestic Headdress, Texas Monthly, par Darren Braun, 23 décembre 2015.

Lester Kosechata, un arrière-arrière-petit-fils de Quanah Parker, le dernier grand chef des Comanches Kawahari, se souvient de nombreuses histoires de l'ancien chef.

Kosechata, 57 ans, de Noble, a appris les histoires de son grand-père Tom, le fils aîné de Quana. Tom est décédé en mars 1954 à 99 ans.

"Pendant l'été, quand j'étais jeune et que je ne travaillais pas dans les champs, je devais toujours aider mon grand-père Tom parce qu'il était vieux", a déclaré Kosechata. “Il fumait des feuilles de chêne et je devais aller grimper aux chênes pour lui. J'étais son préféré, et tout ce qu'il faisait, il m'emmenait avec lui. J'avais l'habitude de m'allonger sur le porche et d'écouter les histoires qu'il racontait. J'irais à ce qu'ils appellent le jeu indien. En attendant d'entrer dans le jeu (les hommes) s'asseyaient tous et racontaient ces histoires sous ces tonnelles de broussailles.”

Certaines des histoires qu'ils ont racontées ont amené Kosechata à croire que Quanah n'était pas aussi aimé de tous les Comanches que la plupart des gens le pensent aujourd'hui.

"Ils ont cru en lui", a déclaré Kosechata. “Mais il était très direct et très méchant. Il croyait que les choses devaient être faites à sa façon.

« D'autres tribus l'admiraient. Il n'a jamais pris de décision du haut de sa tête mais a dormi dessus.

Quanah Parker : Peut-être pas une personne merveilleuse, mais vraiment un grand homme, The Oklahoman, par Bonnie Speer, 14 novembre 1982.

La mère de Quannah est un personnage vraiment intéressant et mérite son propre film, s'il en est. Elle a été capturée à l'origine par les Comanches en tant que colon blanc et a eu la chance de survivre et de s'assimiler à la tribu. Plus tard, ils ont essayé de la forcer à revenir, et elle n'a jamais voulu ni ne pouvait. Il était très proche de sa mère et elle a joué un rôle important dans sa vie. Voici sa mère, vers 1861 :

La mère de Quanah, Cynthia Ann Parker, a été enlevée par des raiders Comanches à la frontière du Texas quand elle avait 9 ans. Elle a été élevée comme Comanche et a épousé le chef Nocona. Elle avait trois enfants, dont l'aîné était Quanah. Cynthia Ann fut finalement « découverte » par des hommes blancs qui commerçaient avec les Comanches. Sa famille, l'ayant recherchée pendant des années, a rapidement organisé une offre de rançon. Les Comanches ne la vendraient pas. Peu importe combien on leur offrait, les anciens de la tribu ne la vendraient pas. C'était parce que Cynthia Ann ne voulait pas y aller. Bien que née blanche, elle était maintenant culturellement Comanche, l'épouse d'un chef, avec trois enfants qu'elle aimait.

De nombreuses années plus tard, son camp le long d'un affluent de la rivière Pease a été attaqué par les Texas Rangers. Son mari a été tué mais ses garçons se sont échappés. Cynthia Ann a finalement été libérée de captivité, mais elle l'a vu comme étant à nouveau enlevée. Elle avait maintenant 34 ans. Alors qu'elle était escortée dans le comté de Tarrant après la bataille, elle a été photographiée à Fort Worth avec sa fille, Prairie Flower, sur sa poitrine et ses cheveux coupés courts – un signe de deuil comanche.

Elle ne s'est jamais réadaptée à la culture blanche et a tenté à plusieurs reprises de s'échapper et de retourner dans sa tribu. Elle supplia de retourner auprès de son peuple. Comme S.C. Gwynne l'a rapporté dans son chef-d'œuvre, "Empire of the Summer Moon", Cynthia Ann connaissait mieux l'espagnol que l'anglais. Elle a dit à un traducteur : “Mi corazón llorando todo el tiempo por mi dos hijos.” « Mon cœur pleure tout le temps pour mes deux garçons » – Quanah et Pecos. Mais ils ne lui donneraient pas son souhait. Ses proches pensaient qu'elle se réadapterait à temps. En vérité, elle était retenue captive une seconde fois.

Elle n'a jamais abandonné ses manières de Comanche. Elle s'asseyait souvent dehors avec un petit feu et adorait le Grand Esprit selon les coutumes qu'elle connaissait. Malheureusement, Prairie Flower est décédée de la grippe quelques années après son retour dans la société blanche. Et Cynthia elle-même est décédée sept ans plus tard, relativement jeune, essentiellement d'un cœur brisé.

Quanah Parker : Une histoire de la fête des mères, Texas Standard, 5/3/16, https://www.texasstandard.org/stories/quanah-parker-a-mothers-day-story/

La défense de Quanah de ses coutumes indigènes comprenait le droit des membres de la tribu de prendre autant de femmes qu'ils pouvaient se le permettre. Quanah lui-même en avait au moins cinq à la fois, et les représentants du gouvernement le harcelaient continuellement à propos de sa polygamie. Son poste de président de la Cour des infractions indiennes de la réserve a été menacé en raison de ses mariages pluraux, et lorsqu'il a demandé des fonds au gouvernement pour construire sa maison tentaculaire de dix pièces et de deux étages, connue sous le nom de Star House, on lui a dit qu'aucune l'aide lui serait accordée à moins qu'il n'accepte de vivre avec une seule femme. Il s'est rendu à Washington, D.C., pour discuter de la question avec Thomas Morgan, le commissaire aux Affaires indiennes, et lui aurait dit qu'il accepterait ces conditions si Morgan était le seul à dire aux autres épouses de partir. Finalement, ses amis éleveurs du Texas ont payé la maison.

Quanah a également soutenu l'utilisation du peyotl dans les cérémonies religieuses, une pratique qui a augmenté dans les années 1880 et est finalement devenue le fondement de l'Église amérindienne. À partir de 1888, trois agents successifs de la réserve de Fort Sill ont émis des ordonnances interdisant à leurs charges indiennes d'utiliser le peyotl sous quelque forme que ce soit, et Quanah a assurément à chacun que son peuple s'y conformait pendant qu'il continuait à fonctionner comme un Road Man, ou un leader dans le peyotl. la cérémonie. Le secret qui entourait la cérémonie a rendu cette tromperie possible. Quanah croyait que le peyotl offrait du réconfort à son peuple et a défendu la pratique en disant : « L'homme blanc entre dans sa maison d'église et parle de Jésus, mais l'Indien entre dans son tipi et parle à Jésus.

À la fin des années 1890, Quanah était devenu une célébrité nationale. Il fit de nombreux voyages très médiatisés à Washington pour représenter les intérêts des Comanches et, en 1905, il descendit Pennsylvania Avenue lors du défilé inaugural de Theodore Roosevelt, vêtu de peau de daim et portant une coiffe à plumes. Il a également dirigé des défilés au Fort Worth Fat Stock Show et à la Texas State Fair, à Dallas, et il était très demandé pour les défilés du 4 juillet en Oklahoma. Quanah est mort en 1911, mais la coiffe qu'il portait à ces occasions se trouve maintenant au Panhandle-Plains Historical Museum, à Canyon. Il s'agit d'un magnifique assemblage de 62 plumes d'aigle royal, chacune garnie au sommet de crin de dinde ou de coq rouge et de crin de cheval et attachée à un bonnet de feutre et à une remorque qui tombe presque jusqu'au sol. C'était un cadeau au musée en 1960 de Topay, la dernière épouse survivante de Quanah, un souvenir approprié d'un homme qui a passé sa vie à essayer de guider son peuple le long de la route de l'homme blanc tout en préservant son identité de Comanche.

Accessoire principal : Quannah’s Majestic Headdress, Texas Monthly, par Darren Braun, 23 décembre 2015.

C'est plutôt cool. Voici la même table et les mêmes chaises, dans la même pièce, de temps en temps :

Une autre table assise là avec certaines des mêmes chaises.

Une table à l'intérieur de la Quanah Parker Star House à Cache, Oklahoma, le mercredi 12 octobre 2016. Photo de Nate Billings, The Oklahoman

Quannah avec ses trois femmes :

Vous pouvez voir un lit dans quelques-unes des photos originales. Il ressemble beaucoup à celui-ci, qui est toujours dans la maison, mais il me semble qu'il s'agit d'un lit différent, bien que similaire.


Circulaire d'information du Bureau de l'éducation, pour , 1903

Ижайшие родственники

À propos de Quanah Parker, chef comanche

Il y a beaucoup à lire ici. MAGNIFIQUE TRAVAIL ICI.

Je l'ajoute en haut car il ne faut pas le manquer !
J'ai trouvé ce vieux film de 1908 avec Quannah Parker appelé, BANK ROBBERY

https://youtu.be/RbX4ekoVBDg
Aussi la VÉRITÉ de la capture de sa mère à la bataille de Pease River et la véritable date et circonstances de la mort de son père.

Et je demande pardon si c'est mal de le mettre ici.

Mais avant de partir. combien d'entre nous savent que Quanah Parker a une maison en Oklahoma qui s'effondre, elle est inscrite au registre national des lieux historiques, mais elle appartient à une partie privée et, malheureusement, elle tombe en ruine à l'heure où nous parlons. endroit approprié, mais je m'interroge sur la possibilité de créer une page GoFundMe ou quelque chose pour pouvoir payer les entrepreneurs pour pouvoir sauver cette maison.

J'ai téléchargé quelques captures d'écran de l'état actuel de la maison ainsi que des photos lorsqu'elle était neuve. Et encore une fois, je vous demande pardon, mais il semble que ce soit l'endroit idéal pour trouver des personnes concernées par Quanah Parker et/ou sa maison et sa famille en 2019.

Très certainement, avec une si grande lignée qui coule dans leurs veines, il doit y avoir de bons couvreurs, plombiers, électriciens et charpentiers ?

Veuillez vous joindre à la discussion sur sa maison si vous êtes intéressé.

J'ai également abordé le sujet de la véritable date de décès et des circonstances entourant la mort du père de Quannah et voici un lien vidéo vers des informations très intéressantes que je publierai également sur le profil de Peta Nocona. Je pense qu'au lieu de montrer une date définitive alors que nous avons beaucoup d'informations contradictoires, il serait préférable pour nous de mettre une date approximative et de montrer les possibilités au lieu de dire avec certitude que c'est Ross et ses hommes qui ont tué Nokona ce jour-là parce que cela pourrait être complètement inexact. https://youtu.be/0NaI2chrN4A.

Voici également un lien vers des images de la fin des années 1950 d'une réunion de famille Parker. https://youtu.be/Gkf7_XuD2VY

Et maintenant pour le reste de l'histoire.

Quanah Parker était le dernier chef des Comanches et n'a jamais perdu une bataille contre l'homme blanc. Sa tribu parcourait la région où se trouve la pampa. Il n'a jamais été capturé par l'armée, mais a décidé de se rendre et de diriger sa tribu dans la culture de l'homme blanc, seulement quand il a vu qu'il n'y avait pas d'alternative.

C'était la dernière tribu des plaines jalonnées à entrer dans le système de réservation.

Quanah, qui signifie "parfumé", est né vers 1850, fils du chef comanche Peta Nocona et de Cynthia Ann Parker, une fille blanche faite prisonnière lors du raid de 1836 sur Parker's Fort, au Texas. Cynthia Ann Parker a été reprise, avec sa fille, lors d'un raid de 1860 sur la rivière Pease dans le nord-ouest du Texas. Elle avait cependant passé 24 ans parmi les Comanches et ne s'était donc plus jamais réadaptée à la vie avec les Blancs.

Elle est décédée dans le comté d'Anderson, au Texas, en 1864, peu de temps après la mort de sa fille, Prairie Flower. Ironiquement, le fils de Cynthia Ann s'adapterait remarquablement bien à la vie parmi les hommes blancs. Mais d'abord, il mènerait une guerre sanglante contre eux.

Quanah et les Quahada Comanche, dont son père, Peta Nocona avait été le chef, refusèrent d'accepter les dispositions du Traité de Médecine Lodge de 1867, qui confinait les Indiens des Plaines du sud à une réserve, promettant de vêtir les Indiens et de les transformer en fermiers. à l'imitation des colons blancs.

Connaissant les mensonges passés et les traités trompeurs de "l'homme blanc", Quanah a décidé de rester sur le sentier de la guerre, effectuant des raids au Texas et au Mexique et manœuvrant le colonel de l'armée Ronald S. Mackenzie et d'autres. Il a failli être tué lors de l'attaque contre des chasseurs de bisons à Adobe Walls dans le Texas Panhandle en 1874. L'armée américaine a été implacable dans sa campagne de la rivière Rouge de 1874-75. Alliés de Quanah, les Quahada étaient fatigués et affamés.

Mackenzie envoya Jacob J. Sturm, médecin et interprète de poste, pour solliciter la reddition des Quahada. Sturm trouva Quanah, qu'il appela « un jeune homme de grande influence auprès de son peuple », et plaida sa cause. Quanah chevaucha jusqu'à une mesa, où il vit un loup venir vers lui, hurler et trotter vers le nord-est. Au-dessus de nos têtes, un aigle "a glissé paresseusement puis a fouetté ses ailes en direction de Fort Sill", selon les mots de Jacob Sturm. C'était un signe, pensa Quanah, et le 2 juin 1875, lui et sa bande se rendirent à Fort Sill dans l'actuel Oklahoma. Le biographe Bill Neeley écrit :

"Non seulement Quanah est passé en l'espace d'une seule vie d'un guerrier de l'âge de pierre à un homme d'État à l'ère de la révolution industrielle, mais il a accepté le défi et la responsabilité de diriger toute la tribu Comanche sur la route difficile vers sa nouvelle existence. "

Quanah parcourait la "route de l'homme blanc", mais il l'a fait à sa manière. Il a refusé de renoncer à la polygamie, au grand dam des agents de réservation.Les agents de réservation étant nommés politiquement par le gouvernement fédéral, leur principale préoccupation était de détruire tous les vestiges de la vie amérindienne et de remplacer leur culture par la leur. Quanah Parker a également utilisé du peyotl, négocié des droits de pâturage avec des éleveurs de bétail du Texas et investi dans un chemin de fer. Il a appris l'anglais, est devenu juge de réserve, a fait pression sur le Congrès et a plaidé la cause de la nation comanche. Parmi ses amis se trouvaient l'éleveur Charles Goodnight et le président Theodore Roosevelt. Il se considérait comme un homme qui essayait de faire le bien à la fois aux gens de sa tribu et à ses "amis au visage pâle".

Ce n'était pas facile. Mackenzie a nommé Quanah Parker comme chef des Comanches peu de temps après sa reddition, mais les chefs plus âgés en voulaient à la jeunesse de Parker, et à son sang blanc en particulier." Et en 1892, lorsque Quanah Parker a signé l'accord de Jérôme qui a rompu la réserve, les Comanches étaient divisés en deux factions : (1). ceux qui ont réalisé que tout ce qui pouvait être fait avait été un pour leur nation et (2). ceux qui ont reproché au chef Parker d'avoir vendu leur pays."

Quanah Parker est décédé le 23 février 1911 et a été enterré à côté de sa mère, dont il avait réinhumé le corps à Fort. Cimetière militaire de Sill sur Chiefs Knoll en Oklahoma seulement trois mois plus tôt. Pour son courage, son intégrité et sa formidable perspicacité, la vie de Quanah Parker&# x2019 raconte l'histoire de l'un des plus grands dirigeants américains et d'un véritable héros du Texas.

  • Quanah Parker - Biographie du célèbre leader
  • www.comanchelodge.com/quanahpg.html
  • Trouver une tombe
  • Voir MÉDIAS

Quanah Parker (ca. 1852&# x2013 le 23 février 1911) était un important chef Comanche, un chef de file de l'Église amérindienne, et le dernier chef de la puissante bande de Quahadi avant qu'ils n'abandonnent leur bataille sur les Grandes Plaines et se rendent dans une réserve en Territoire indien. Il était le fils du chef comanche Peta Nocona et de Cynthia Ann Parker, une Américaine d'origine européenne, qui avait été capturée à l'âge de neuf ans et adoptée dans la tribu. Quanah Parker a également dirigé son peuple dans la réserve, où il est devenu un riche éleveur et influent dans la société comanche et européenne-américaine. Avec cinq femmes et 25 enfants, Quanah avait de nombreux descendants. De nombreuses personnes au Texas et en Oklahoma le revendiquent comme un ancêtre.

Première vie et éducation La mère de Quanah Parker, Cynthia Ann Parker (née vers 1827), était membre de la grande famille frontalière Parker qui s'installa dans l'est du Texas dans les années 1830. Elle a été capturée en 1836 (à l'âge de neuf ans) par les Comanches lors du raid de Fort Parker près de l'actuelle Groesbeck, au Texas. Étant donné le nom indien Nadua (Someone Found), elle a été adoptée dans le groupe Nocona de Comanches.

Assimilée aux Comanches, Cynthia Ann épousa plus tard la guerrière Nocona (également connue sous le nom de Noconie, Tah-con-ne-ah-pe-ah, ou Peta Nocona). Son père était le célèbre chef Iron Jacket, célèbre parmi les Comanches pour porter une cotte de mailles espagnole. On disait qu'il avait le pouvoir de souffler des balles.

Le premier enfant de Nadua et Nocona était Quanah (Parfum) né dans les montagnes de Wichita. Le lieu de naissance exact est débattu, mais Quanah a visité ce qu'il croyait être son lieu de naissance à Laguna Sabinas (Cedar Lake) dans le comté de Gaines, au Texas, dans ses dernières années. Ils ont également eu un autre fils, Pecos (Pecan), et une fille, Topsana (Prairie Flower). En décembre 1860, Nadua (Cynthia Ann) et Topsana sont capturées lors de la bataille de Pease River par les Texas Rangers sous les ordres de Lawrence Sullivan Ross. Peta Nocona, Quanah et la plupart des hommes adultes étaient à la chasse lorsque les hommes de Ross ont attaqué. De retour au lendemain du raid, ils ont eu du mal à obtenir des informations, seules quelques personnes avaient survécu.

Pendant ce temps, Nadua (Cynthia Ann) et sa fille métisse ont retrouvé sa famille blanche, mais après avoir fait sa vie 24 ans avec les Comanches, elle a voulu revenir avec eux et son mari. Elle n'a jamais été autorisée à le faire. Sa fille Topsana est décédée d'une maladie en 1863. Cynthia Ann a perdu sa volonté de vivre et est morte de faim en 1870.

Peu de temps après la bataille de Pease River, le mari de Nadua, Peta Nocona, serait un homme brisé et amer. Plus tard blessé lors d'un raid avec les Apaches et déjà en mauvaise santé, il mourut bientôt. Avant sa mort, il a parlé à Quanah des origines de sa mère et de son adoption dans la tribu. Avec cette révélation, d'autres membres de la tribu ont raillé Quanah comme un métis. Le groupe se sépare après la mort de Nocona.

Carrière Quanah a rejoint le groupe Destanyuka, où le chef Wild Horse l'a pris sous son aile. Bien qu'il ait acquis une réputation considérable en tant que guerrier, il ne s'est jamais senti à l'aise avec le Destanyuka. Il est parti et a formé le groupe des Quahadi (les mangeurs d'antilopes) avec des guerriers d'une autre tribu. Les Quahadi ont grandi en nombre, devenant le plus grand des groupes Comanches, et aussi le plus notoire. Quanah Parker est devenu un chef des Quahadi et les a dirigés avec succès pendant un certain nombre d'années. En octobre 1867, Quanah faisait partie des chefs comanches en tant qu'observateur lors des négociations de traités à Medicine Lodge. Il a fait une déclaration au sujet de son refus de signer le traité de Medicine Lodge. Son groupe est resté libre tandis que d'autres Comanches ont signé.

Au début des années 1870, les Indiens des Plaines perdaient la bataille pour leurs terres contre le gouvernement des États-Unis. Après la capture des chefs Kiowa Satank, Adoeet (Big Tree) et Satanta, les tribus Kiowa, Comanche et Cheyenne du Sud ont uni leurs forces dans plusieurs batailles. Le colonel Ranald Mackenzie a conduit les forces de l'armée américaine à rassembler ou à tuer les Indiens restants qui ne s'étaient pas installés dans les réserves.

En juin 1874, un prophète comanche nommé Isa-tai convoqua les tribus du Texas Panhandle à la deuxième bataille d'Adobe Walls, où plusieurs chasseurs de bisons américains étaient actifs. Avec Kiowa Chief Big Bow, Quanah était en charge d'un groupe de guerriers. Il a été abattu deux fois dans le conflit. [Citation nécessaire] Dans la bataille de Palo Duro Canyon, le 28 septembre 1874, ManKenzie et ses éclaireurs Tonkawa ont rasé un village Comanche et tué près de 1 500 chevaux Comanche, une source de leur richesse et de leur pouvoir.

Sur la réserve Avec leur source de nourriture épuisée et sous la pression constante de l'armée, les Quahadi Comanche se sont finalement rendus en 1875. Avec le colonel Mackenzie et l'agent des Indiens James M. Hayworth, Parker a aidé à installer les Comanche sur la réserve Kiowa-Comanche-Apache en Territoire indien du sud-ouest.

La maison de Parker à Cache, en Oklahoma, s'appelait la Star House. Parker était la dernière tribu des plaines jalonnées ou Llano Estacado à venir dans la réserve. Quanah a été nommé chef de tous les Comanches de la réserve et s'est avéré être un leader énergique, plein de ressources et capable. Grâce à des investissements judicieux, il est peut-être devenu l'Indien d'Amérique le plus riche de son époque aux États-Unis. À cette époque, Quanah a embrassé une grande partie de la culture blanche et a adopté le nom de famille Parker. Il était très respecté par les blancs. Il partit à la chasse avec le président Theodore Roosevelt, qui lui rendait souvent visite. Néanmoins, il a rejeté à la fois la monogamie et le christianisme protestant traditionnel en faveur du mouvement de l'église amérindienne, dont il était l'un des fondateurs.

L'homme connu aujourd'hui sous le nom de Quanah Parker venait d'une culture où les noms de famille étaient inconnus. L'identité d'un homme était contenue dans un seul mot. Les traditions orales familiales indiquent que le nom Quanah, tel qu'il est enregistré dans l'histoire, était une corruption anglo du mot comanche 'Kwihnai, qui se traduit par �gle”.

Quanah Parker et Samuel Burk Burnett L'histoire de l'amitié unique qui s'est développée entre Quanah et la famille Burnett est abordée dans l'exposition d'artefacts culturels qui ont été offerts à la famille Burnett par la famille Parker. La présentation d'une relique culturelle aussi importante que Quanah&# x2019s war lance n'a pas été faite à la légère. C'est une indication claire de la haute estime à laquelle la famille Burnett était considérée par les Parker. La correspondance entre Quanah et Samuel Burk Burnett et son fils, Tom Burnett, exprimait une admiration et un respect mutuels.

Les archives historiques mentionnent peu Quanah jusqu'à sa présence dans l'attaque contre les chasseurs de bisons à Adobe Walls le 27 juin 1874. Des informations fragmentées existent indiquant que Quanah a eu des interactions avec les Apaches à peu près à cette époque.

Cette association peut avoir été liée à son adhésion à l'Église amérindienne ou à la religion peyotl. Quanah aurait pris une épouse Apache, mais leur union fut de courte durée. La robe Apache, le sac et le personnel de l'exposition peuvent être un vestige de cette époque de Quanah&# x2019s au début de la vie adulte.

Le bison étant presque exterminé et ayant subi de lourdes pertes de chevaux et de loges aux mains de l'armée américaine, Quanah a été l'un des leaders à amener la bande de Comanches Quahada (antilopes) à Fort Sill fin mai et début juin 1875. Ce ont mis fin à leur vie nomade dans les plaines du sud et le début d'une adaptation à une vie plus sédentaire.

Burk Burnett a commencé à déplacer du bétail du sud du Texas en 1874 vers l'actuelle Wichita Falls, au Texas. C'est là qu'il a établi son quartier général de ranch en 1881. Les changements climatiques et une grave sécheresse ont provoqué le dessèchement et la mort des prairies au Texas. Burnett et d'autres éleveurs ont rencontré les tribus Comanche et Kiowa pour louer des terres sur leur réserve&# x2014 près d'un million d'acres juste au nord de la rivière Rouge en Oklahoma.

À l'origine, Quanah, comme beaucoup de ses contemporains, était opposé à l'ouverture des terres tribales au pâturage par les intérêts d'élevage anglo. Mais, Quanah a changé sa position et a forgé des relations étroites avec un certain nombre d'éleveurs de bétail du Texas, tels que Charles Goodnight et la famille Burnett. Dès 1880, Quanah travaillait avec ces nouveaux associés à la constitution de ses propres troupeaux. En 1884, en grande partie grâce aux efforts de Quanah, les tribus ont reçu leurs premiers paiements d'herbe pour les droits de pâturage sur les terres Comanche, Kiowa et Apache. C'est pendant cette période que les liens entre Quanah et la famille Burnett se sont renforcés.

Burnett a dirigé 10 000 bovins jusqu'à la fin du bail. Le baron du bétail avait un fort sentiment pour les droits des Indiens, et son respect pour eux était sincère. Là où d'autres rois du bétail ont combattu les Indiens et la terre dure pour construire des empires, Burnett a appris les manières comanches, transmettant à la fois l'amour de la terre et son amitié avec les Indiens à sa famille. En signe de respect pour Burnett, les Comanches lui ont donné un nom dans leur propre langue : Mas-sa-suta, qui signifie 𠇋ig Boss.”

Parker a gagné le respect des dirigeants du gouvernement américain en s'adaptant à la vie de l'homme blanc et est devenu un éleveur prospère dans l'Oklahoma. Sa spacieuse Star House à deux étages avait une chambre pour chacune de ses sept femmes et leurs enfants. Il avait ses propres quartiers privés, qui étaient plutôt simples. À côté de son lit se trouvaient des photographies de sa mère Nadua (Cynthia Ann) et de sa jeune sœur Prairie Flower. Parker a offert l'hospitalité à de nombreuses personnes influentes, tant amérindiennes qu'européennes. Parmi ces derniers figurait le célèbre éleveur de bétail Charles Goodnight.

De toutes ses connaissances blanches, Parker comptait parmi les meilleurs Burk Burnett. Il aurait déclaré : « J'ai un bon ami, Burk Burnett, un riche vacher au grand cœur. Aide mon peuple bonne affaire. Vous voyez un grand homme s'accrocher à l'argent, effrayé de mourir. Burnett a aidé n'importe qui.”

Au cours des 27 années suivantes, Parker et les Burnett ont partagé de nombreuses expériences. Burnett a aidé à la construction de Star House, Quanah&# x2019s grand cadre accueil, qui portait les étoiles blanches inversées signifiant son rang. Burnett a demandé (et reçu) la participation de Quanah à un défilé avec un grand groupe de guerriers au Fort Worth Fat Stock Show et à d'autres événements publics. La lance &# x201cParade&# x201d représentée dans l'exposition était généralement portée par Quanah lors de ces rassemblements publics. Burnett a aidé Quanah à acheter les pierres tombales en granit utilisées pour marquer les tombes de sa mère et de sa sœur. Après des années de recherche, Parker a fait déplacer ses restes du Texas et les a réinhumés en 1910 en Oklahoma dans la réserve Comanche de Fort Sill.

Selon sa fille Wanada Page Parker, son père a aidé à célébrer l'investiture du président Theodore Roosevelt en apparaissant dans le défilé. Roosevelt a rendu visite à Parker à Star House et ils sont allés chasser le loup avec Burnett.

Mariage et famille La première épouse de Quanah était Weakeah, fille du chef comanche Yellow Bear. Bien qu'elle ait d'abord épousé un autre guerrier, elle et Quanah se sont enfuies et ont emmené plusieurs autres guerriers avec eux. C'est à partir de ce petit groupe que se formera le grand groupe Quahadi. Yellow Bear a poursuivi le groupe et finalement Quanah a fait la paix avec lui. Les deux bandes se sont unies, formant la plus grande force d'Indiens Comanches.

Au fil des ans, Quanah a épousé quatre autres femmes. Un c. 1890 photographie par William B. Ellis de Quanah et deux de ses épouses les ont identifiés comme Topay et Chonie. Quanah avait vingt-cinq enfants avec ses femmes. De nombreuses personnes dans le nord du Texas et le sud de l'Oklahoma prétendent descendre de Quanah. Il semblerait que plus de Comanches soient liés à Quanah qu'à tout autre chef. Un petit-fils est devenu président Comanche, le « chef » moderne de la tribu.

Après avoir déménagé dans la réserve, Quanah est entré en contact avec ses parents blancs de la famille de sa mère. Il est resté quelques semaines avec eux, où il a étudié la culture anglaise et occidentale, et a appris les techniques de l'agriculture blanche.

Fondateur du mouvement des églises amérindiennes, Quanah Parker est considéré comme l'un des premiers grands dirigeants du mouvement des églises amérindiennes. Parker a adopté la religion peyotl après avoir été encorné dans le sud du Texas par un taureau. Parker rendait visite au frère de sa mère, John Parker, au Texas où il a été attaqué, lui causant de graves blessures. Pour lutter contre l'apparition d'une fièvre brûlante, une curandera mexicaine a été invoquée et elle a préparé un thé de peyotl fort à partir de peyotl frais pour le guérir. C'est à partir de cet incident que Quanah Parker s'est impliqué avec le peyotl. On rapporte que le peyotl contient de l'hordénine et de la tyramine, des alcaloïdes de phényléthylamine qui agissent comme de puissants antibiotiques naturels lorsqu'ils sont pris sous une forme combinée.

Parker a enseigné que la médecine sacrée du peyotl était le sacrement donné aux peuples indiens et devait être utilisé avec de l'eau lors de la communion lors d'une cérémonie de médecine traditionnelle de l'Église amérindienne. Parker était un partisan du style "demi-lune" de la cérémonie du peyotl. La cérémonie de « croix » a évolué plus tard dans l'Oklahoma en raison des influences Caddo introduites par John Wilson, un chef religieux Caddo-Delaware qui a beaucoup voyagé à la même époque que Parker pendant les premiers jours du mouvement de l'Église amérindienne.

L'enseignement le plus célèbre de Parker concernant la spiritualité de l'Église amérindienne :

"L'Homme Blanc entre dans son église et parle de Jésus. L'Indien entre dans son tipi et parle avec Jésus.

L'ère des réservations modernes dans l'histoire amérindienne a commencé avec l'adoption de l'Église amérindienne et du christianisme par presque toutes les tribus et cultures amérindiennes en Amérique du Nord et au Canada, grâce aux efforts de Parker et Wilson. La religion peyotl et l'Église amérindienne n'ont jamais été la pratique religieuse traditionnelle des cultures indiennes d'Amérique du Nord. Cette religion s'est développée au XIXe siècle, inspirée par les événements de l'époque, le leadership de Parker et les influences des Amérindiens du Mexique et d'autres tribus du sud. Ils utilisaient le peyotl dans les pratiques spirituelles depuis les temps anciens. Parker est devenu riche lorsque le peyotl est devenu un élément commercial important, combiné à ses revenus d'élevage.

Mort Quanah est décédé le 23 février 1911 à Star House. Il a été enterré au cimetière de Fort Sill, à côté de sa mère et de sa sœur. L'inscription sur sa pierre tombale dit :

Quanah Parker, dernier chef des Comanches, né en 1852, est décédé le 23 février 1911

Le biographe Bill Neeley a écrit : "Non seulement Quanah est passé en l'espace d'une seule vie d'un guerrier de l'âge de pierre à un homme d'État à l'ère de la révolution industrielle, mais il n'a jamais perdu une bataille contre l'homme blanc et il a également accepté le défi et la responsabilité de conduire toute la tribu Comanche sur la route difficile vers sa nouvelle existence.

Critique Bien que loué par beaucoup dans sa tribu comme un conservateur de leur culture, Quanah avait aussi des critiques Comanches. Certains ont affirmé qu'il "s'était vendu à l'homme blanc" en s'adaptant et en devenant un éleveur. Il s'habillait et vivait dans ce que certains considéraient comme un style plus européen-américain que comanche. Quanah a adopté certaines manières euro-américaines, mais il portait toujours ses cheveux longs et en tresses. Il a également refusé de suivre les lois américaines sur le mariage et a eu jusqu'à cinq femmes à la fois.

Quanah n'a jamais été élu chef principal de la tribu par le peuple. Traditionnellement, les Comanches n'avaient pas de chef unique. Les diverses bandes des Comanches avaient leurs propres chefs. Les États-Unis ont nommé Quanah chef principal de toute la nation une fois que les gens se sont rassemblés dans la réserve et ont ensuite organisé des élections générales.

Réunion de famille et pow-wow La Quanah Parker Society, basée à Cache, Oklahoma, organise chaque année une réunion de famille et un pow-wow. Les événements comprennent généralement un pèlerinage vers des sites sacrés à Quanah, au Texas, une visite de son dîner commémoratif "Star Home" in Cache au Fort Sill Post Cemetery, une danse de gourde, un pow-wow et des services de culte. Cet événement est ouvert au public.

Monuments commémoratifs et distinctions 1970, Star House a été inscrit sur le registre national des lieux historiques. Une exposition décrit Parker et la deuxième bataille des murs d'Adobe au musée historique du comté de Hutchinson à Borger, au Texas.

Plusieurs lieux et bâtiments portent son nom :

Quanah, Texas, siège du comté de Hardeman. Le Quanah Parker Inn est situé sur l'US Highway 287. Lors de la fondation de Quanah, Parker a fait cette bénédiction : "Que le Grand Esprit sourie sur votre petite ville, Que la pluie tombe en saison, et dans la chaleur du soleil après la pluie, Que la terre cède abondamment, que la paix et le contentement soient avec vous et vos enfants pour toujours."

Nocona, au Texas, a été nommé d'après le père de Quanah Parker, le chef comanche Peta Nocona. 1962, Parker Hall, une résidence à l'Université d'État de l'Oklahoma. Parker Hall, une résidence de la Southwestern Oklahoma State University. Le sentier Quanah Parker (State Highway 62) dans le sud de l'Oklahoma. Quanah Parker Trail, une petite rue résidentielle du côté nord-est de Norman, Oklahoma.

Quanah Parker (ca. 1852&# x2013 23 février 1911) était un important chef Comanche, un chef de file de l'Église amérindienne, et le dernier chef de la puissante bande de Quahadi avant qu'ils n'abandonnent leur bataille des Grandes Plaines et se rendent dans une réserve en Territoire indien. Il était le fils du chef comanche Peta Nocona et de Cynthia Ann Parker, une Américaine d'origine européenne, qui avait été capturée à l'âge de neuf ans et adoptée dans la tribu. Quanah Parker a également dirigé son peuple dans la réserve, où il est devenu un riche éleveur et influent dans la société comanche et européenne-américaine.Avec cinq femmes et 25 enfants, Quanah avait de nombreux descendants. De nombreuses personnes au Texas et en Oklahoma le revendiquent comme un ancêtre.

La mère de Quanah Parker, Cynthia Ann Parker (née vers 1827), était membre de la grande famille frontalière Parker qui s'est installée dans l'est du Texas dans les années 1830. Elle a été capturée en 1836 (à l'âge de neuf ans) par les Comanches lors du raid de Fort Parker près de l'actuelle Groesbeck, au Texas. Étant donné le nom indien Nadua (Someone Found), elle a été adoptée dans le groupe Nocona de Comanches.

Assimilée aux Comanches, Cynthia Ann épousa plus tard la guerrière Nocona (également connue sous le nom de Noconie, Tah-con-ne-ah-pe-ah, ou Peta Nocona). Son père était le célèbre chef Iron Jacket, célèbre parmi les Comanches pour porter une cotte de mailles espagnole. On disait qu'il avait le pouvoir de souffler des balles.

Le premier enfant de Nadua et Nocona était Quanah (Parfum) né dans les montagnes de Wichita. Le lieu de naissance exact est débattu, mais Quanah a visité ce qu'il croyait être son lieu de naissance à Laguna Sabinas (Cedar Lake) dans le comté de Gaines, au Texas, dans ses dernières années. Ils ont également eu un autre fils, Pecos (Pecan), et une fille, Topsana (Prairie Flower). En décembre 1860, Nadua (Cynthia Ann) et Topsana sont capturées lors de la bataille de Pease River par les Texas Rangers sous les ordres de Lawrence Sullivan Ross. Peta Nocona, Quanah et la plupart des hommes adultes étaient à la chasse lorsque les hommes de Ross ont attaqué. De retour au lendemain du raid, ils ont eu du mal à obtenir des informations, seules quelques personnes avaient survécu.

Pendant ce temps, Nadua (Cynthia Ann) et sa fille métisse ont retrouvé sa famille blanche, mais après avoir fait sa vie 24 ans avec les Comanches, elle a voulu revenir avec eux et son mari. Elle n'a jamais été autorisée à le faire. Sa fille Topsana est décédée d'une maladie en 1863. Cynthia Ann a perdu sa volonté de vivre et est morte de faim en 1870.

Peu de temps après la bataille de Pease River, le mari de Nadua, Peta Nocona, serait un homme brisé et amer. Plus tard blessé lors d'un raid avec les Apaches et déjà en mauvaise santé, il mourut bientôt. Avant sa mort, il a parlé à Quanah des origines de sa mère et de son adoption dans la tribu. Avec cette révélation, d'autres membres de la tribu ont raillé Quanah comme un métis. Le groupe se sépare après la mort de Nocona.

Quanah a rejoint le groupe Destanyuka, où le chef Wild Horse l'a pris sous son aile. Bien qu'il ait acquis une réputation considérable en tant que guerrier, il ne s'est jamais senti à l'aise avec le Destanyuka. Il est parti et a formé le groupe des Quahadi (les mangeurs d'antilopes) avec des guerriers d'une autre tribu. Les Quahadi ont grandi en nombre, devenant le plus grand des groupes Comanches, et aussi le plus notoire. Quanah Parker est devenu un chef des Quahadi et les a dirigés avec succès pendant un certain nombre d'années. En octobre 1867, Quanah faisait partie des chefs comanches en tant qu'observateur lors des négociations de traités à Medicine Lodge. Il a fait une déclaration au sujet de son refus de signer le traité de Medicine Lodge. Son groupe est resté libre tandis que d'autres Comanches ont signé.

Au début des années 1870, les Indiens des Plaines perdaient la bataille pour leurs terres contre le gouvernement des États-Unis. Après la capture des chefs Kiowa Satank, Adoeet (Big Tree) et Satanta, les tribus Kiowa, Comanche et Cheyenne du Sud ont uni leurs forces dans plusieurs batailles. Le colonel Ranald Mackenzie a conduit les forces de l'armée américaine à rassembler ou à tuer les Indiens restants qui ne s'étaient pas installés dans les réserves.

En juin 1874, un prophète comanche nommé Isa-tai convoqua les tribus du Texas Panhandle à la deuxième bataille d'Adobe Walls, où plusieurs chasseurs de bisons américains étaient actifs. Avec Kiowa Chief Big Bow, Quanah était en charge d'un groupe de guerriers. Il a été abattu deux fois dans le conflit. [Citation nécessaire] Dans la bataille de Palo Duro Canyon, le 28 septembre 1874, ManKenzie et ses éclaireurs Tonkawa ont rasé un village Comanche et tué près de 1 500 chevaux Comanche, une source de leur richesse et de leur pouvoir.

Avec leur source de nourriture épuisée et sous la pression constante de l'armée, les Quahadi Comanche se sont finalement rendus en 1875. Avec le colonel Mackenzie et l'agent des Indiens James M. Hayworth, Parker a aidé à installer les Comanches sur la réserve Kiowa-Comanche-Apache dans le sud-ouest du territoire indien. .

La maison de Parker à Cache, en Oklahoma, s'appelait la Star House. Parker était la dernière tribu des plaines jalonnées ou Llano Estacado à venir dans la réserve. Quanah a été nommé chef de tous les Comanches de la réserve et s'est avéré être un leader énergique, plein de ressources et capable. Grâce à des investissements judicieux, il est peut-être devenu l'Indien d'Amérique le plus riche de son époque aux États-Unis. À cette époque, Quanah a embrassé une grande partie de la culture blanche et a adopté le nom de famille Parker. Il était très respecté par les blancs. Il partit à la chasse avec le président Theodore Roosevelt, qui lui rendait souvent visite. Néanmoins, il a rejeté à la fois la monogamie et le christianisme protestant traditionnel en faveur du mouvement de l'église amérindienne, dont il était l'un des fondateurs.

L'homme connu aujourd'hui sous le nom de Quanah Parker venait d'une culture où les noms de famille étaient inconnus. L'identité d'un homme était contenue dans un seul mot. Les traditions orales familiales indiquent que le nom Quanah, tel qu'il est enregistré dans l'histoire, était une corruption anglo du mot comanche 'Kwihnai, qui se traduit par �gle”.

Quanah Parker et Samuel Burk Burnett

L'histoire de l'amitié unique qui s'est développée entre Quanah et la famille Burnett est abordée dans l'exposition d'artefacts culturels qui ont été offerts à la famille Burnett par la famille Parker. La présentation d'une relique culturelle aussi importante que Quanah&# x2019s war lance n'a pas été faite à la légère. C'est une indication claire de la haute estime à laquelle la famille Burnett était considérée par les Parker. La correspondance entre Quanah et Samuel Burk Burnett et son fils, Tom Burnett, exprimait une admiration et un respect mutuels.

Les archives historiques mentionnent peu Quanah jusqu'à sa présence dans l'attaque contre les chasseurs de bisons à Adobe Walls le 27 juin 1874. Des informations fragmentées existent indiquant que Quanah a eu des interactions avec les Apaches à peu près à cette époque.

Cette association peut avoir été liée à son adhésion à l'Église amérindienne ou à la religion peyotl. Quanah aurait pris une épouse Apache, mais leur union fut de courte durée. La robe Apache, le sac et le personnel de l'exposition peuvent être un vestige de cette époque de Quanah&# x2019s au début de la vie adulte.

Le bison étant presque exterminé et ayant subi de lourdes pertes de chevaux et de loges aux mains de l'armée américaine, Quanah a été l'un des leaders à amener la bande de Comanches Quahada (antilopes) à Fort Sill fin mai et début juin 1875. Ce ont mis fin à leur vie nomade dans les plaines du sud et le début d'une adaptation à une vie plus sédentaire.

Burk Burnett a commencé à déplacer du bétail du sud du Texas en 1874 vers l'actuelle Wichita Falls, au Texas. C'est là qu'il a établi son quartier général de ranch en 1881. Les changements climatiques et une grave sécheresse ont provoqué le dessèchement et la mort des prairies au Texas. Burnett et d'autres éleveurs ont rencontré les tribus Comanche et Kiowa pour louer des terres sur leur réserve&# x2014 près d'un million d'acres juste au nord de la rivière Rouge en Oklahoma.

À l'origine, Quanah, comme beaucoup de ses contemporains, était opposé à l'ouverture des terres tribales au pâturage par les intérêts d'élevage anglo. Mais, Quanah a changé sa position et a forgé des relations étroites avec un certain nombre d'éleveurs de bétail du Texas, tels que Charles Goodnight et la famille Burnett. Dès 1880, Quanah travaillait avec ces nouveaux associés à la constitution de ses propres troupeaux. En 1884, en grande partie grâce aux efforts de Quanah, les tribus ont reçu leurs premiers paiements d'herbe pour les droits de pâturage sur les terres Comanche, Kiowa et Apache. C'est pendant cette période que les liens entre Quanah et la famille Burnett se sont renforcés.

Burnett a dirigé 10 000 bovins jusqu'à la fin du bail. Le baron du bétail avait un fort sentiment pour les droits des Indiens, et son respect pour eux était sincère. Là où d'autres rois du bétail ont combattu les Indiens et la terre dure pour construire des empires, Burnett a appris les manières comanches, transmettant à la fois l'amour de la terre et son amitié avec les Indiens à sa famille. En signe de respect pour Burnett, les Comanches lui ont donné un nom dans leur propre langue : Mas-sa-suta, qui signifie 𠇋ig Boss.”

Parker a gagné le respect des dirigeants du gouvernement américain en s'adaptant à la vie de l'homme blanc et est devenu un éleveur prospère dans l'Oklahoma. Sa spacieuse Star House à deux étages avait une chambre pour chacune de ses sept femmes et leurs enfants. Il avait ses propres quartiers privés, qui étaient plutôt simples. À côté de son lit se trouvaient des photographies de sa mère Nadua (Cynthia Ann) et de sa jeune sœur Prairie Flower. Parker a offert l'hospitalité à de nombreuses personnes influentes, tant amérindiennes qu'européennes. Parmi ces derniers figurait le célèbre éleveur de bétail Charles Goodnight.

De toutes ses connaissances blanches, Parker comptait parmi les meilleurs Burk Burnett. Il aurait déclaré : « J'ai un bon ami, Burk Burnett, un riche vacher au grand cœur. Aide mon peuple bonne affaire. Vous voyez un grand homme s'accrocher à l'argent, effrayé de mourir. Burnett a aidé n'importe qui.”

Au cours des 27 années suivantes, Parker et les Burnett ont partagé de nombreuses expériences. Burnett a aidé à la construction de Star House, Quanah&# x2019s grand cadre accueil, qui portait les étoiles blanches inversées signifiant son rang. Burnett a demandé (et reçu) la participation de Quanah à un défilé avec un grand groupe de guerriers au Fort Worth Fat Stock Show et à d'autres événements publics. La lance &# x201cParade&# x201d représentée dans l'exposition était généralement portée par Quanah lors de ces rassemblements publics. Burnett a aidé Quanah à acheter les pierres tombales en granit utilisées pour marquer les tombes de sa mère et de sa sœur. Après des années de recherche, Parker a fait déplacer ses restes du Texas et les a réinhumés en 1910 en Oklahoma dans la réserve Comanche de Fort Sill.

Selon sa fille Wanada Page Parker, son père a aidé à célébrer l'investiture du président Theodore Roosevelt en apparaissant dans le défilé. Roosevelt a rendu visite à Parker à Star House et ils sont allés chasser le loup avec Burnett.

La première femme de Quanah était Weakeah, fille du chef Comanche Yellow Bear. Bien qu'elle ait d'abord épousé un autre guerrier, elle et Quanah se sont enfuies et ont emmené plusieurs autres guerriers avec eux. C'est à partir de ce petit groupe que se formera le grand groupe Quahadi. Yellow Bear a poursuivi le groupe et finalement Quanah a fait la paix avec lui. Les deux bandes se sont unies, formant la plus grande force d'Indiens Comanches.

Au fil des ans, Quanah a épousé quatre autres femmes. Un c. 1890 photographie par William B. Ellis de Quanah et deux de ses épouses les ont identifiés comme Topay et Chonie. Quanah avait vingt-cinq enfants avec ses femmes. De nombreuses personnes dans le nord du Texas et le sud de l'Oklahoma prétendent descendre de Quanah. Il semblerait que plus de Comanches soient liés à Quanah qu'à tout autre chef. Un petit-fils est devenu président Comanche, le « chef » moderne de la tribu.

Après avoir déménagé dans la réserve, Quanah est entré en contact avec ses parents blancs de la famille de sa mère. Il est resté quelques semaines avec eux, où il a étudié la culture anglaise et occidentale, et a appris les techniques de l'agriculture blanche.

Fondateur du mouvement des églises amérindiennes

Quanah Parker est considéré comme l'un des premiers grands dirigeants du mouvement des églises amérindiennes. Parker a adopté la religion peyotl après avoir été encorné dans le sud du Texas par un taureau. Parker rendait visite au frère de sa mère, John Parker, au Texas où il a été attaqué, lui causant de graves blessures. Pour lutter contre l'apparition d'une fièvre brûlante, une curandera mexicaine a été invoquée et elle a préparé un thé de peyotl fort à partir de peyotl frais pour le guérir. C'est à partir de cet incident que Quanah Parker s'est impliqué avec le peyotl. On rapporte que le peyotl contient de l'hordénine et de la tyramine, des alcaloïdes de phényléthylamine qui agissent comme de puissants antibiotiques naturels lorsqu'ils sont pris sous une forme combinée.

Parker a enseigné que la médecine sacrée du peyotl était le sacrement donné aux peuples indiens et devait être utilisé avec de l'eau lors de la communion lors d'une cérémonie de médecine traditionnelle de l'Église amérindienne. Parker était un partisan du style "demi-lune" de la cérémonie du peyotl. La cérémonie de « croix » a évolué plus tard dans l'Oklahoma en raison des influences Caddo introduites par John Wilson, un chef religieux Caddo-Delaware qui a beaucoup voyagé à la même époque que Parker pendant les premiers jours du mouvement de l'Église amérindienne.

L'enseignement le plus célèbre de Parker concernant la spiritualité de l'Église amérindienne :

"L'Homme Blanc entre dans son église et parle de Jésus. L'Indien entre dans son tipi et parle avec Jésus.

L'ère des réservations modernes dans l'histoire amérindienne a commencé avec l'adoption de l'Église amérindienne et du christianisme par presque toutes les tribus et cultures amérindiennes en Amérique du Nord et au Canada, grâce aux efforts de Parker et Wilson. La religion peyotl et l'Église amérindienne n'ont jamais été la pratique religieuse traditionnelle des cultures indiennes d'Amérique du Nord. Cette religion s'est développée au XIXe siècle, inspirée par les événements de l'époque, le leadership de Parker et les influences des Amérindiens du Mexique et d'autres tribus du sud. Ils utilisaient le peyotl dans les pratiques spirituelles depuis les temps anciens. Parker est devenu riche lorsque le peyotl est devenu un élément commercial important, combiné à ses revenus d'élevage.

Quanah est décédé le 23 février 1911 à Star House. Il a été enterré au cimetière de Fort Sill, à côté de sa mère et de sa sœur. L'inscription sur sa pierre tombale dit :

Se reposer ici jusqu'à l'aube

Et les ombres tombent et les ténèbres

Quanah Parker Dernier chef des Comanches

Le biographe Bill Neeley a écrit : "Non seulement Quanah est passé en l'espace d'une seule vie d'un guerrier de l'âge de pierre à un homme d'État à l'ère de la révolution industrielle, mais il n'a jamais perdu une bataille contre l'homme blanc et il a également accepté le défi et la responsabilité de conduire toute la tribu Comanche sur la route difficile vers sa nouvelle existence.

Bien que loué par de nombreux membres de sa tribu en tant que conservateur de leur culture, Quanah avait également des critiques comanches. Certains ont affirmé qu'il "s'était vendu à l'homme blanc" en s'adaptant et en devenant un éleveur. Il s'habillait et vivait dans ce que certains considéraient comme un style plus européen-américain que comanche. Quanah a adopté certaines manières euro-américaines, mais il portait toujours ses cheveux longs et en tresses. Il a également refusé de suivre les lois américaines sur le mariage et a eu jusqu'à cinq femmes à la fois.

Quanah n'a jamais été élu chef principal de la tribu par le peuple. Traditionnellement, les Comanches n'avaient pas de chef unique. Les diverses bandes des Comanches avaient leurs propres chefs. Les États-Unis ont nommé Quanah chef principal de toute la nation une fois que les gens se sont rassemblés dans la réserve et ont ensuite organisé des élections générales.

Réunion de famille et pow-wow

La Quanah Parker Society, basée à Cache, Oklahoma, organise chaque année une réunion de famille et un pow-wow. Les événements comprennent généralement un pèlerinage vers des sites sacrés à Quanah, au Texas, une visite de son dîner commémoratif "Star Home" in Cache au Fort Sill Post Cemetery, une danse de gourde, un pow-wow et des services de culte. Cet événement est ouvert au public.

1970, Star House a été inscrite au registre national des lieux historiques.

Une exposition décrit Parker et la deuxième bataille des murs d'Adobe au musée historique du comté de Hutchinson à Borger, au Texas.

Plusieurs lieux et bâtiments portent son nom :

Quanah, Texas, siège du comté de Hardeman. Le Quanah Parker Inn est situé sur la U.S. Highway 287. Lors de la fondation de Quanah, Parker a fait cette bénédiction :

"Que le Grand Esprit sourie sur votre petite ville, Que la pluie tombe en saison, et dans la chaleur du soleil après la pluie, Que la terre cède abondamment, Que la paix et le contentement soient avec vous et vos enfants pour toujours."

Nocona, au Texas, a été nommé d'après le père de Quanah Parker, le chef comanche Peta Nocona.

1962, Parker Hall, une résidence à l'Université d'État de l'Oklahoma.

Parker Hall, une résidence de la Southwestern Oklahoma State University.

Le sentier Quanah Parker (State Highway 62) dans le sud de l'Oklahoma.

Quanah Parker Trail, une petite rue résidentielle du côté nord-est de Norman, Oklahoma. Quanah Parker était le dernier chef des Comanches et n'a jamais perdu une bataille contre l'homme blanc. Sa tribu parcourait la région où se trouve la pampa. Il n'a jamais été capturé par l'armée, mais a décidé de se rendre et de diriger sa tribu dans la culture de l'homme blanc, seulement quand il a vu qu'il n'y avait pas d'alternative.

C'était la dernière tribu des plaines jalonnées à entrer dans le système de réservation.

Quanah, qui signifie "parfumé", est né vers 1850, fils du chef comanche Peta Nocona et de Cynthia Ann Parker, une fille blanche faite prisonnière lors du raid de 1836 sur Parker's Fort, au Texas. Cynthia Ann Parker a été reprise, avec sa fille, lors d'un raid de 1860 sur la rivière Pease dans le nord-ouest du Texas. Elle avait cependant passé 24 ans parmi les Comanches et ne s'était donc plus jamais réadaptée à la vie avec les Blancs.

Elle est décédée dans le comté d'Anderson, au Texas, en 1864, peu de temps après la mort de sa fille, Prairie Flower. Ironiquement, le fils de Cynthia Ann s'adapterait remarquablement bien à la vie parmi les hommes blancs. Mais d'abord, il mènerait une guerre sanglante contre eux.

Quanah et les Quahada Comanche, dont son père, Peta Nocona avait été le chef, refusèrent d'accepter les dispositions du Traité de Médecine Lodge de 1867, qui confinait les Indiens des Plaines du sud à une réserve, promettant de vêtir les Indiens et de les transformer en fermiers. à l'imitation des colons blancs.

Connaissant les mensonges passés et les traités trompeurs de "l'homme blanc", Quanah a décidé de rester sur le sentier de la guerre, effectuant des raids au Texas et au Mexique et manœuvrant le colonel de l'armée Ronald S. Mackenzie et d'autres. Il a failli être tué lors de l'attaque contre des chasseurs de bisons à Adobe Walls dans le Texas Panhandle en 1874. L'armée américaine a été implacable dans sa campagne de la rivière Rouge de 1874-75. Alliés de Quanah, les Quahada étaient fatigués et affamés.

Mackenzie envoya Jacob J. Sturm, médecin et interprète de poste, pour solliciter la reddition des Quahada. Sturm trouva Quanah, qu'il appela « un jeune homme de grande influence auprès de son peuple », et plaida sa cause. Quanah chevaucha jusqu'à une mesa, où il vit un loup venir vers lui, hurler et trotter vers le nord-est. Au-dessus de nos têtes, un aigle "a glissé paresseusement puis a fouetté ses ailes en direction de Fort Sill", selon les mots de Jacob Sturm. C'était un signe, pensa Quanah, et le 2 juin 1875, lui et sa bande se rendirent à Fort Sill dans l'actuel Oklahoma.

Le biographe Bill Neeley écrit :

"Non seulement Quanah est passé en l'espace d'une seule vie d'un guerrier de l'âge de pierre à un homme d'État à l'ère de la révolution industrielle, mais il a accepté le défi et la responsabilité de diriger toute la tribu Comanche sur la route difficile vers sa nouvelle existence. "

Quanah parcourait la "route de l'homme blanc", mais il l'a fait à sa manière. Il a refusé de renoncer à la polygamie, au grand dam des agents de réservation.Les agents de réservation étant nommés politiquement par le gouvernement fédéral, leur principale préoccupation était de détruire tous les vestiges de la vie amérindienne et de remplacer leur culture par la leur. Quanah Parker a également utilisé du peyotl, négocié des droits de pâturage avec des éleveurs de bétail du Texas et investi dans un chemin de fer. Il a appris l'anglais, est devenu juge de réserve, a fait pression sur le Congrès et a plaidé la cause de la nation comanche. Parmi ses amis se trouvaient l'éleveur Charles Goodnight et le président Theodore Roosevelt. Il se considérait comme un homme qui essayait de faire le bien à la fois aux gens de sa tribu et à ses "amis au visage pâle".

Ce n'était pas facile. Mackenzie a nommé Quanah Parker comme chef des Comanches peu de temps après sa reddition, mais les chefs plus âgés en voulaient à la jeunesse de Parker, et à son sang blanc en particulier." Et en 1892, lorsque Quanah Parker a signé l'accord de Jérôme qui a rompu la réserve, les Comanches étaient divisés en deux factions : (1). ceux qui ont réalisé que tout ce qui pouvait être fait avait été un pour leur nation et (2). ceux qui ont reproché au chef Parker d'avoir vendu leur pays."

Quanah Parker est décédé le 23 février 1911 et a été enterré à côté de sa mère, dont il avait réinhumé le corps à Fort. Cimetière militaire de Sill sur Chiefs Knoll en Oklahoma seulement trois mois plus tôt. Pour son courage, son intégrité et sa formidable perspicacité, la vie de Quanah Parker&# x2019 raconte l'histoire de l'un des plus grands dirigeants américains et d'un véritable héros du Texas.

Quanah Parker - Biographie du célèbre leader

Quanah Parker (ca. 1852&# x2013 le 23 février 1911) était un important chef Comanche, un chef de file de l'Église amérindienne, et le dernier chef de la puissante bande de Quahadi avant qu'ils n'abandonnent leur bataille sur les Grandes Plaines et se rendent dans une réserve en Territoire indien. Il était le fils du chef comanche Peta Nocona et de Cynthia Ann Parker, une Américaine d'origine européenne, qui avait été capturée à l'âge de neuf ans et adoptée dans la tribu. Quanah Parker a également dirigé son peuple dans la réserve, où il est devenu un riche éleveur et influent dans la société comanche et européenne-américaine. Avec cinq femmes et 25 enfants, Quanah avait de nombreux descendants. De nombreuses personnes au Texas et en Oklahoma le revendiquent comme un ancêtre.

La mère de Quanah Parker, Cynthia Ann Parker (née vers 1827), était membre de la grande famille frontalière Parker qui s'est installée dans l'est du Texas dans les années 1830. Elle a été capturée en 1836 (à l'âge de neuf ans) par les Comanches lors du raid de Fort Parker près de l'actuelle Groesbeck, au Texas. Étant donné le nom indien Nadua (Someone Found), elle a été adoptée dans le groupe Nocona de Comanches.

Assimilée aux Comanches, Cynthia Ann épousa plus tard la guerrière Nocona (également connue sous le nom de Noconie, Tah-con-ne-ah-pe-ah, ou Peta Nocona). Son père était le célèbre chef Iron Jacket, célèbre parmi les Comanches pour porter une cotte de mailles espagnole. On disait qu'il avait le pouvoir de souffler des balles.

Le premier enfant de Nadua et Nocona était Quanah (Parfum) né dans les montagnes de Wichita. Le lieu de naissance exact est débattu, mais Quanah a visité ce qu'il croyait être son lieu de naissance à Laguna Sabinas (Cedar Lake) dans le comté de Gaines, au Texas, dans ses dernières années. Ils ont également eu un autre fils, Pecos (Pecan), et une fille, Topsana (Prairie Flower). En décembre 1860, Nadua (Cynthia Ann) et Topsana sont capturées lors de la bataille de Pease River par les Texas Rangers sous les ordres de Lawrence Sullivan Ross. Peta Nocona, Quanah et la plupart des hommes adultes étaient à la chasse lorsque les hommes de Ross ont attaqué. De retour au lendemain du raid, ils ont eu du mal à obtenir des informations, seules quelques personnes avaient survécu.

Pendant ce temps, Nadua (Cynthia Ann) et sa fille métisse ont retrouvé sa famille blanche, mais après avoir fait sa vie 24 ans avec les Comanches, elle a voulu revenir avec eux et son mari. Elle n'a jamais été autorisée à le faire. Sa fille Topsana est décédée d'une maladie en 1863. Cynthia Ann a perdu sa volonté de vivre et est morte de faim en 1870.

Peu de temps après la bataille de Pease River, le mari de Nadua, Peta Nocona, serait un homme brisé et amer. Plus tard blessé lors d'un raid avec les Apaches et déjà en mauvaise santé, il mourut bientôt. Avant sa mort, il a parlé à Quanah des origines de sa mère et de son adoption dans la tribu. Avec cette révélation, d'autres membres de la tribu ont raillé Quanah comme un métis. Le groupe se sépare après la mort de Nocona.

Quanah a rejoint le groupe Destanyuka, où le chef Wild Horse l'a pris sous son aile. Bien qu'il ait acquis une réputation considérable en tant que guerrier, il ne s'est jamais senti à l'aise avec le Destanyuka. Il est parti et a formé le groupe des Quahadi (les mangeurs d'antilopes) avec des guerriers d'une autre tribu. Les Quahadi ont grandi en nombre, devenant le plus grand des groupes Comanches, et aussi le plus notoire. Quanah Parker est devenu un chef des Quahadi et les a dirigés avec succès pendant un certain nombre d'années. En octobre 1867, Quanah faisait partie des chefs comanches en tant qu'observateur lors des négociations de traités à Medicine Lodge. Il a fait une déclaration au sujet de son refus de signer le traité de Medicine Lodge. Son groupe est resté libre tandis que d'autres Comanches ont signé.

Au début des années 1870, les Indiens des Plaines perdaient la bataille pour leurs terres contre le gouvernement des États-Unis. Après la capture des chefs Kiowa Satank, Adoeet (Big Tree) et Satanta, les tribus Kiowa, Comanche et Cheyenne du Sud ont uni leurs forces dans plusieurs batailles. Le colonel Ranald Mackenzie a conduit les forces de l'armée américaine à rassembler ou à tuer les Indiens restants qui ne s'étaient pas installés dans les réserves.

En juin 1874, un prophète comanche nommé Isa-tai convoqua les tribus du Texas Panhandle à la deuxième bataille d'Adobe Walls, où plusieurs chasseurs de bisons américains étaient actifs. Avec Kiowa Chief Big Bow, Quanah était en charge d'un groupe de guerriers. Il a été abattu deux fois dans le conflit. [Citation nécessaire] Dans la bataille de Palo Duro Canyon, le 28 septembre 1874, ManKenzie et ses éclaireurs Tonkawa ont rasé un village Comanche et tué près de 1 500 chevaux Comanche, une source de leur richesse et de leur pouvoir.

Sur la réserve Avec leur source de nourriture épuisée et sous la pression constante de l'armée, les Quahadi Comanche se sont finalement rendus en 1875. Avec le colonel Mackenzie et l'agent des Indiens James M. Hayworth, Parker a aidé à installer les Comanche sur la réserve Kiowa-Comanche-Apache en Territoire indien du sud-ouest.

La maison de Parker à Cache, en Oklahoma, s'appelait la Star House. Parker était la dernière tribu des plaines jalonnées ou Llano Estacado à venir dans la réserve. Quanah a été nommé chef de tous les Comanches de la réserve et s'est avéré être un leader énergique, plein de ressources et capable. Grâce à des investissements judicieux, il est peut-être devenu l'Indien d'Amérique le plus riche de son époque aux États-Unis. À cette époque, Quanah a embrassé une grande partie de la culture blanche et a adopté le nom de famille Parker. Il était très respecté par les blancs. Il partit à la chasse avec le président Theodore Roosevelt, qui lui rendait souvent visite. Néanmoins, il a rejeté à la fois la monogamie et le christianisme protestant traditionnel en faveur du mouvement de l'église amérindienne, dont il était l'un des fondateurs.

L'homme connu aujourd'hui sous le nom de Quanah Parker venait d'une culture où les noms de famille étaient inconnus. L'identité d'un homme était contenue dans un seul mot. Les traditions orales familiales indiquent que le nom Quanah, tel qu'il est enregistré dans l'histoire, était une corruption anglo du mot comanche 'Kwihnai, qui se traduit par �gle”.

Quanah Parker et Samuel Burk Burnett

L'histoire de l'amitié unique qui s'est développée entre Quanah et la famille Burnett est abordée dans l'exposition d'artefacts culturels qui ont été offerts à la famille Burnett par la famille Parker. La présentation d'une relique culturelle aussi importante que Quanah&# x2019s war lance n'a pas été faite à la légère. C'est une indication claire de la haute estime à laquelle la famille Burnett était considérée par les Parker. La correspondance entre Quanah et Samuel Burk Burnett et son fils, Tom Burnett, exprimait une admiration et un respect mutuels.

Les archives historiques mentionnent peu Quanah jusqu'à sa présence dans l'attaque contre les chasseurs de bisons à Adobe Walls le 27 juin 1874. Des informations fragmentées existent indiquant que Quanah a eu des interactions avec les Apaches à peu près à cette époque.

Cette association peut avoir été liée à son adhésion à l'Église amérindienne ou à la religion peyotl. Quanah aurait pris une épouse Apache, mais leur union fut de courte durée. La robe Apache, le sac et le personnel de l'exposition peuvent être un vestige de cette époque de Quanah&# x2019s au début de la vie adulte.

Le bison étant presque exterminé et ayant subi de lourdes pertes de chevaux et de loges aux mains de l'armée américaine, Quanah a été l'un des leaders à amener la bande de Comanches Quahada (antilopes) à Fort Sill fin mai et début juin 1875. Ce ont mis fin à leur vie nomade dans les plaines du sud et le début d'une adaptation à une vie plus sédentaire.

Burk Burnett a commencé à déplacer du bétail du sud du Texas en 1874 vers l'actuelle Wichita Falls, au Texas. C'est là qu'il a établi son quartier général de ranch en 1881. Les changements climatiques et une grave sécheresse ont provoqué le dessèchement et la mort des prairies au Texas. Burnett et d'autres éleveurs ont rencontré les tribus Comanche et Kiowa pour louer des terres sur leur réserve&# x2014 près d'un million d'acres juste au nord de la rivière Rouge en Oklahoma.

À l'origine, Quanah, comme beaucoup de ses contemporains, était opposé à l'ouverture des terres tribales au pâturage par les intérêts d'élevage anglo. Mais, Quanah a changé sa position et a forgé des relations étroites avec un certain nombre d'éleveurs de bétail du Texas, tels que Charles Goodnight et la famille Burnett. Dès 1880, Quanah travaillait avec ces nouveaux associés à la constitution de ses propres troupeaux. En 1884, en grande partie grâce aux efforts de Quanah, les tribus ont reçu leurs premiers paiements d'herbe pour les droits de pâturage sur les terres Comanche, Kiowa et Apache. C'est pendant cette période que les liens entre Quanah et la famille Burnett se sont renforcés.

Burnett a dirigé 10 000 bovins jusqu'à la fin du bail. Le baron du bétail avait un fort sentiment pour les droits des Indiens, et son respect pour eux était sincère. Là où d'autres rois du bétail ont combattu les Indiens et la terre dure pour construire des empires, Burnett a appris les manières comanches, transmettant à la fois l'amour de la terre et son amitié avec les Indiens à sa famille. En signe de respect pour Burnett, les Comanches lui ont donné un nom dans leur propre langue : Mas-sa-suta, qui signifie 𠇋ig Boss.”

Parker a gagné le respect des dirigeants du gouvernement américain en s'adaptant à la vie de l'homme blanc et est devenu un éleveur prospère dans l'Oklahoma. Sa spacieuse Star House à deux étages avait une chambre pour chacune de ses sept femmes et leurs enfants. Il avait ses propres quartiers privés, qui étaient plutôt simples. À côté de son lit se trouvaient des photographies de sa mère Nadua (Cynthia Ann) et de sa jeune sœur Prairie Flower. Parker a offert l'hospitalité à de nombreuses personnes influentes, tant amérindiennes qu'européennes. Parmi ces derniers figurait le célèbre éleveur de bétail Charles Goodnight.

De toutes ses connaissances blanches, Parker comptait parmi les meilleurs Burk Burnett. Il aurait déclaré : « J'ai un bon ami, Burk Burnett, un riche vacher au grand cœur. Aide mon peuple bonne affaire. Vous voyez un grand homme s'accrocher à l'argent, effrayé de mourir. Burnett a aidé n'importe qui.”

Au cours des 27 années suivantes, Parker et les Burnett ont partagé de nombreuses expériences. Burnett a aidé à la construction de Star House, Quanah&# x2019s grand cadre accueil, qui portait les étoiles blanches inversées signifiant son rang. Burnett a demandé (et reçu) la participation de Quanah à un défilé avec un grand groupe de guerriers au Fort Worth Fat Stock Show et à d'autres événements publics. La lance &# x201cParade&# x201d représentée dans l'exposition était généralement portée par Quanah lors de ces rassemblements publics. Burnett a aidé Quanah à acheter les pierres tombales en granit utilisées pour marquer les tombes de sa mère et de sa sœur. Après des années de recherche, Parker a fait déplacer ses restes du Texas et les a réinhumés en 1910 en Oklahoma dans la réserve Comanche de Fort Sill.

Selon sa fille, Wanada Page Parker, son père a aidé à célébrer l'investiture du président Theodore Roosevelt en apparaissant dans le défilé. Roosevelt a rendu visite à Parker à Star House et ils sont allés chasser le loup avec Burnett.

La première femme de Quanah était Weakeah, fille du chef Comanche Yellow Bear. Bien qu'elle ait d'abord épousé un autre guerrier, elle et Quanah se sont enfuies et ont emmené plusieurs autres guerriers avec eux. C'est à partir de ce petit groupe que se formera le grand groupe Quahadi. Yellow Bear a poursuivi le groupe et finalement Quanah a fait la paix avec lui. Les deux bandes se sont unies, formant la plus grande force d'Indiens Comanches.

Au fil des ans, Quanah a épousé quatre autres femmes. Un c. 1890 photographie par William B. Ellis de Quanah et deux de ses épouses les ont identifiés comme Topay et Chonie. Quanah avait vingt-cinq enfants avec ses femmes. De nombreuses personnes dans le nord du Texas et le sud de l'Oklahoma prétendent descendre de Quanah. Il semblerait que plus de Comanches soient liés à Quanah qu'à tout autre chef. Un petit-fils est devenu président Comanche, le « chef » moderne de la tribu.

Après avoir déménagé dans la réserve, Quanah est entré en contact avec ses parents blancs de la famille de sa mère. Il est resté quelques semaines avec eux, où il a étudié la culture anglaise et occidentale, et a appris les techniques de l'agriculture blanche.

Fondateur du mouvement des églises amérindiennes

Quanah Parker est considéré comme l'un des premiers grands dirigeants du mouvement des églises amérindiennes. Parker a adopté la religion peyotl après avoir été encorné dans le sud du Texas par un taureau. Parker rendait visite au frère de sa mère, John Parker, au Texas où il a été attaqué, lui causant de graves blessures. Pour lutter contre l'apparition d'une fièvre brûlante, une curandera mexicaine a été invoquée et elle a préparé un thé de peyotl fort à partir de peyotl frais pour le guérir. C'est à partir de cet incident que Quanah Parker s'est impliqué avec le peyotl. On rapporte que le peyotl contient de l'hordénine et de la tyramine, des alcaloïdes de phényléthylamine qui agissent comme de puissants antibiotiques naturels lorsqu'ils sont pris sous une forme combinée.

Parker a enseigné que la médecine sacrée du peyotl était le sacrement donné aux peuples indiens et devait être utilisé avec de l'eau lors de la communion lors d'une cérémonie de médecine traditionnelle de l'Église amérindienne. Parker était un partisan du style "demi-lune" de la cérémonie du peyotl. La cérémonie de « croix » a évolué plus tard dans l'Oklahoma en raison des influences Caddo introduites par John Wilson, un chef religieux Caddo-Delaware qui a beaucoup voyagé à la même époque que Parker pendant les premiers jours du mouvement de l'Église amérindienne.

L'enseignement le plus célèbre de Parker concernant la spiritualité de l'Église amérindienne :

"L'Homme Blanc entre dans son église et parle de Jésus. L'Indien entre dans son tipi et parle avec Jésus.

L'ère des réservations modernes dans l'histoire amérindienne a commencé avec l'adoption de l'Église amérindienne et du christianisme par presque toutes les tribus et cultures amérindiennes en Amérique du Nord et au Canada, grâce aux efforts de Parker et Wilson. La religion peyotl et l'Église amérindienne n'ont jamais été la pratique religieuse traditionnelle des cultures indiennes d'Amérique du Nord. Cette religion s'est développée au XIXe siècle, inspirée par les événements de l'époque, le leadership de Parker et les influences des Amérindiens du Mexique et d'autres tribus du sud. Ils utilisaient le peyotl dans les pratiques spirituelles depuis les temps anciens. Parker est devenu riche lorsque le peyotl est devenu un élément commercial important, combiné à ses revenus d'élevage.

Mort Quanah est décédé le 23 février 1911 à Star House. Il a été enterré au cimetière de Fort Sill, à côté de sa mère et de sa sœur. L'inscription sur sa pierre tombale dit :

Quanah Parker, dernier chef des Comanches, né en 1852, est décédé le 23 février 1911

Le biographe Bill Neeley a écrit : "Non seulement Quanah est passé en l'espace d'une seule vie d'un guerrier de l'âge de pierre à un homme d'État à l'ère de la révolution industrielle, mais il n'a jamais perdu une bataille contre l'homme blanc et il a également accepté le défi et la responsabilité de conduire toute la tribu Comanche sur la route difficile vers sa nouvelle existence.

Bien que loué par de nombreux membres de sa tribu en tant que conservateur de leur culture, Quanah avait également des critiques comanches. Certains ont affirmé qu'il "s'était vendu à l'homme blanc" en s'adaptant et en devenant un éleveur. Il s'habillait et vivait dans ce que certains considéraient comme un style plus européen-américain que comanche. Quanah a adopté certaines manières euro-américaines, mais il portait toujours ses cheveux longs et en tresses. Il a également refusé de suivre les lois américaines sur le mariage et a eu jusqu'à cinq femmes à la fois.

Quanah n'a jamais été élu chef principal de la tribu par le peuple. Traditionnellement, les Comanches n'avaient pas de chef unique. Les diverses bandes des Comanches avaient leurs propres chefs. Les États-Unis ont nommé Quanah chef principal de toute la nation une fois que les gens se sont rassemblés dans la réserve et ont ensuite organisé des élections générales.

Réunion de famille et pow-wow

La Quanah Parker Society, basée à Cache, Oklahoma, organise chaque année une réunion de famille et un pow-wow. Les événements comprennent généralement un pèlerinage vers des sites sacrés à Quanah, au Texas, une visite de son dîner commémoratif "Star Home" in Cache au Fort Sill Post Cemetery, une danse de gourde, un pow-wow et des services de culte. Cet événement est ouvert au public.

En 1970, Star House a été inscrite au registre national des lieux historiques. Une exposition décrit Parker et la deuxième bataille des murs d'Adobe au musée historique du comté de Hutchinson à Borger, au Texas.

Plusieurs lieux et bâtiments portent son nom :

Le Quanah Parker Inn est situé sur la route américaine 287.

Quanah, Texas, siège du comté de Hardeman.

Lors de la fondation de Quanah, Parker a fait cette bénédiction : "Que le Grand Esprit sourie sur votre petite ville, Que la pluie tombe en saison, et dans la chaleur du soleil après la pluie, Que la terre cède abondamment, Que la paix et le contentement soient avec vous et vos enfants pour toujours."

Nocona, au Texas, a été nommé d'après le père de Quanah Parker, le chef comanche Peta Nocona.

Parker Hall, une résidence de la Southwestern Oklahoma State University.

Le sentier Quanah Parker (State Highway 62) dans le sud de l'Oklahoma.

Quanah Parker Trail, une petite rue résidentielle du côté nord-est de Norman, Oklahoma.

Cynthia. Ann..Parker. mère. des..les.comanches. Chef..Quanah. Parker.Mes..Indiens..Ancêtres. ETATS-UNIS. Quanah Parker (Comanche kwana, "odeur, odeur")

Figure folklorique amérindienne. Il est souvent appelé le dernier chef des Comanches, mais la vérité est que le peuple Comanche ne l'a jamais élu comme chef. En fait, le chef des Comanches n'existait pas. Chaque bande de Comanches avait son propre chef. Après la reddition des Comanches et leur placement dans la réserve, le colonel Ranald S Mackenzie le nomme chef des Comanches.

Il était le fils de Peta Nacona, un célèbre chef comanche féroce, et de Cynthia Ann Parker, une femme blanche capturée par les Comanches.

Quanah a refusé de signer le traité de Medicine Lodge de 1867 et a mené une guerre sauvage de huit ans contre les Blancs. Il a été dit qu'il n'a jamais perdu une bataille avec l'homme blanc au cours de ces années. En 1874, il a été le plus proche de la mort lorsqu'il a été abattu à deux reprises par des chasseurs de bisons lors d'une bataille à Adobe Wells.

En 1875, il devint très clair pour Quanah que les Blancs étaient bien trop nombreux et trop bien armés pour être vaincus. Mackenzie envoya Jacob J. Sturm, médecin et interprète de poste, pour solliciter la reddition de Quanah. Sturm trouva Quanah, qu'il appela « un jeune homme de grande influence auprès de son peuple », et plaida sa cause. Quanah chevaucha jusqu'à une mesa, où il vit un loup venir vers lui, hurler et trotter vers le nord-est. Au-dessus de sa tête, un aigle « glissa paresseusement puis fouetta ses ailes en direction de Fort Sill ».

Les Comanches ont été placés dans une réserve dans le sud-ouest de l'Oklahoma. Les agents de réservation considéraient qu'il était de leur devoir d'éliminer toutes les cultures amérindiennes et de les remplacer par les manières de l'homme blanc.

Quanah a refusé d'abandonner ses multiples épouses et de cesser l'utilisation du peyotl. Il a également négocié des droits de pâturage avec des éleveurs de bétail du Texas et il a investi dans les chemins de fer. Après sa nomination en tant que chef, les chefs plus âgés en voulaient à sa jeunesse et en particulier à son sang blanc. Lorsqu'il a signé l'Accord de Jérôme en 1892, la tribu a été divisée en deux factions, celles qui pensaient que tout ce qui pouvait être fait avait été fait et celles qui accusaient Parker d'avoir vendu leur pays.

Il a investi judicieusement, possédait une grande et belle maison à Cache, Oklahoma, connue sous le nom de Star House.

Il avait cinq femmes et vingt-cinq enfants. Il était l'Indien le plus riche des États-Unis. Il était très respecté par les Blancs et chassait avec Theodore Roosevelt.

À sa mort en 1911, il est enterré à côté de sa mère et de sa sœur au cimetière Post Oak en Oklahoma. En 1957, les trois corps ont été transférés au Chief's Knoll dans le cimetière de Fort Sill, à Lawton, Oklahoma.


Il y a beaucoup à voir et à entendre à Quanah où les légendes prennent vie et les histoires abondent sur l'histoire et les cultures et où vit Puha (Esprit). En tant qu'organisation à but non lucratif, nous dépendons de personnes comme vous pour le soutien. Vous pouvez envoyer un chèque à Quanah Parker Society, P O Box 367, Quanah Texas 79252 ou via le bouton DONATE NOW. Merci.

Quanah Parker Society & Center

P O Box 367 - 123 S Main Street, Quanah, TX 79252

Les heures

Nous sommes très occupés à préparer l'ouverture du Quanah Parker Center en septembre.

Veuillez consulter la section Contactez-nous ci-dessus si vous avez besoin de nous parler pendant cette période de Covid19.


Quanah Parker : l'homme des deux mondes

Au cœur du quartier historique Stockyards de Fort Worth se dresse une statue du célèbre chef comanche Quanah Parker. Ce que les touristes peuvent ne pas comprendre, c'est qu'il y a peu de raisons pour qu'il soit là. Quanah n'a jamais vécu à Fort Worth, n'y avait pas de racines familiales et ne visitait que rarement la ville du Texas. Pourtant, ce fils d'un père Comanche et d'une mère blanche est devenu le « fils natif » de Fort Worth dans le vrai sens du terme. C'est l'histoire remarquable d'un homme aux pieds dans deux cultures qui a aidé à panser les blessures de la guerre entre elles.

Il est né et a grandi dans le monde des redoutables Comanches, mais est mort dans le monde des Blancs après avoir fait la paix avec les ennemis de longue date de son peuple. Son nom de naissance était Quanah, un mot comanche qui se traduit à peu près par « odeur » ou « parfum ». Des années plus tard, il a ajouté le nom de famille « Parker » en guise de concession à la moitié blanche de ses ancêtres. Les deux noms symbolisaient les deux mondes de Quanah Parker.

Quanah a toujours dit qu'il était né « vers 1850 », mais divers historiens ont placé la date dès 1845 et jusqu'en 1852. Il n'y a aucun moyen de le dire avec certitude puisque les Indiens des Plaines se sont appuyés sur l'histoire orale, au lieu de documents écrits, pour préserver leur passé. Cependant, 1845 semble plus probable, sur la base d'un examen de la chronologie de sa vie. D'après le récit de Quanah, raconté des années plus tard à l'éleveur Charles Goodnight, il est né dans un tipi Comanche à l'ombre des montagnes Wichita de l'Oklahoma.

La mère de Quanah était Cynthia Ann Parker, qui a été emmenée à l'âge de 9 ans par des Indiens Comanche et Caddo lors d'un raid sur Fort Parker, le complexe familial situé à la source de la rivière Navasota dans le centre-est du Texas. C'était en mai 1836 et Cynthia Ann ne reverrait pas sa famille pendant les 24 prochaines années. Les raiders se sont échappés avec cinq captifs blancs, dont Cynthia Ann et son frère John. Les Comanches ont peut-être racheté la fille à son peuple, ce qui est arrivé aux quatre autres captifs, mais ils ont admiré sa ténacité et ses yeux bleus saisissants. Ils l'ont donc adoptée dans la tribu Quahade (« mangeurs d'antilopes »), lui donnant le nom de Na-u-dah (« Quelqu'un trouvé »).

Quelques années plus tard, le chef Peta Nocona prit Cynthia Ann pour épouse. Comme la plupart des hommes Comanches, il avait plusieurs femmes, ce n'était donc guère un mariage à Boston ou un accouplement romantique, mais cela s'est avéré une longue et heureuse union. Cynthia Ann a grandi en étant complètement assimilée à la culture de ceux qui se faisaient appeler « le peuple », et les enfants qu'elle a eus de Peta Nocona ont tous été élevés à la manière des Comanches. En 1860, Quanah avait un frère de 10 ans, Pee-nah ("Peanuts") et une petite sœur, Toh-Tsee-Ah ("Prairie Flower").

Les années de formation de Quanah Parker ont coïncidé avec l'apogée du pouvoir comanche dans le sud-ouest. Ils étaient à la hauteur du nom que leur avaient donné les Utes, « les gens qui nous combattent tout le temps », allant du Kansas et du Colorado jusqu'au Mexique. Les Texans ont souvent été victimes de raids Comanches et vice versa lorsque les Blancs ont riposté. À l'époque de la naissance de Quanah, les « seigneurs des plaines » luttaient contre des tribus rivales et empiétaient sur les Blancs pour un vaste territoire connu officieusement sous le nom de « Comanchería ». Après la guerre civile, les Indiens Comanches ont connu un déclin rapide en tant que puissance indépendante.

En décembre 1860, Cynthia Ann fut reprise par un raid blanc sur la rivière Pease dirigé par un futur gouverneur du Texas, Lawrence Sullivan « Sul » Ross. Les Indiens Quahade Comanche, principalement des femmes et des enfants, ont été pris au dépourvu et massacrés, y compris une autre épouse de Peta Nocona qui avait été la deuxième mère de Quanah. Cynthia Ann, qui allaitait Toh-Tsee-Ah à l'époque, était reconnue comme blanche et ainsi épargnée pour qu'elle puisse être renvoyée à la civilisation. Quanah, Pee-nah et leur père étaient partis du camp pour une expédition de chasse à l'époque, alors eux aussi ont survécu.

Après son entrée en politique, Sul Ross répandra l'histoire selon laquelle il avait personnellement tué Peta Nocona ce jour-là, une affirmation que Quanah, à l'âge adulte, réfuterait vigoureusement. Il a dit à un public texan en 1909 : « Ce foutu mensonge. Sul Ross ne tue pas mon père. Mon père n'est pas là sur Tongue River [sic]. Je suis allé dans les Plaines pour chasser. En fait, Peta Nocona, très vivant, renommerait son fils aîné Tseeta (« l'Aigle ») après la bataille, un nom plus guerrier signifiant que le chef prévoyait que son fils deviendrait un jour un chef de guerre à part entière.

Cynthia Ann a traversé Fort Worth sur le chemin de la propriété Parker dans le nord-est du comté de Tarrant. Mère et fille étaient des objets de curiosité et de pitié, ce qui ne faisait que souligner le fait que les Blancs n'étaient plus son peuple. Bien que retournée dans sa famille biologique, elle restait au fond une « squaw blanche ». Elle est décédée prématurément en 1870, n'ayant plus jamais revu ses fils ou son mari après décembre 1860. Quanah ne s'est jamais remise de sa manière de mourir, déclarant à un auditoire des années plus tard : « Ma mère était une bonne femme que j'ai toujours chérie. Elle est allée à son lieu de repos. Moi-même, je peux mourir à tout moment. Quand je le ferai, je veux rencontrer ma mère dans le grand au-delà.

Il chérissait tellement sa mémoire que sa seule demande lorsqu'il est entré dans la réserve pour la première fois était de l'aider à trouver où elle avait été enterrée, et après avoir échangé son tipi contre une maison, il a commandé une peinture à l'huile d'elle à accrocher. sa chambre. Lorsqu'il a finalement localisé sa tombe, il a fait déplacer les restes dans un cimetière près de sa maison de Cache, dans le territoire de l'Oklahoma, et s'est arrangé pour qu'ils soient enterrés à côté d'elle.

Le père de Quanah, Peta Nocona, est décédé deux ou trois ans après le combat de Pease River, pleurant toujours sa perte personnelle. Sa mort fut la deuxième grande tragédie de la jeune vie de Quanah, aggravée par le fait que sur son lit de mort, le vieux chef révéla pour la première fois que la mère de Quanah n'avait pas été Na-u-dah, une squaw Comanche, mais Cynthia Ann, une blanche captif.

La décennie suivante a vu l'étoile de Quanah monter parmi les Comanches alors qu'il devenait viril. Il assuma facilement le manteau de chef de guerre parce que toute son enfance avait été consacrée à l'entraînement pour devenir un guerrier luttant pour le pillage, l'honneur et la vengeance. C'est ainsi que les garçons Comanches ont été élevés. Il appartenait désormais à une caste guerrière aussi féroce que les Cosaques du Don de Russie ou les Mongols de Chine.

C'était un magnifique spécimen de virilité, possédant les meilleures qualités de son peuple. En règle générale, les Comanches étaient petits avec des jambes trapues. Un observateur contemporain les a décrits comme « des hommes et des femmes d'une beauté inhabituelle… musclés et athlétiques ». Quanah combinait les muscles compacts et puissants du peuple de son père avec la carrure plus longue du peuple de sa mère. Au moment où il a atteint l'âge adulte, il mesurait plus de 6 pieds de haut. Il avait les pommettes saillantes du peuple de son père et les yeux bleus de sa mère, mais son visage était tout comanche, avec un front saillant et un nez romain proéminent. Il a appris les manières du peuple de son père. Les Comanches ont été élevés pour être rusés mais aussi généreux et généralement honnêtes. Malheureusement pour les Blancs, ils étaient aussi sans pitié dans la guerre.

Quanah a mené sa part de raids sous la pleine lune (la période traditionnelle des raids comanches), mais il n'a jamais montré la cruauté ou le goût du sang pour lesquels son peuple adoptif était célèbre. Son nom n'a jamais été associé à la torture de captifs ou au massacre d'innocents, bien que des apologistes blancs écrivant dans les années 1960 et 1970 aient peut-être intentionnellement occulté de tels incidents.

Quanah a pris sa première femme, la volant du tipi de son père, avant qu'il n'ait 20 ans. En 1867, il siégeait aux conseils de guerre des Quahade et se joignit aux chefs plus âgés pour rejeter le traité de Medicine Lodge par lequel tous les Indiens des plaines du Sud acceptaient de s'installer sur le territoire indien (aujourd'hui l'Oklahoma) et de se soumettre à l'assimilation.

Les Quahades tinrent encore sept ans. Pendant ce temps, ils ont lancé le dernier raid indien dans le comté de Tarrant en juin 1871, pourchassant les colons John P. Daggett et John B. York à travers le chêne broussailleux au nord de la ville, mais il n'y a eu ni mort ni enlèvement à cette occasion. Par la suite, les déprédations indiennes ont continué à sévir dans le comté de Parker, à l'ouest de Tarrant, mais les jours de Fort Worth en tant que colonie frontalière étaient révolus.

En juin 1874, les Quahades tentèrent une fois de plus de défendre leurs terres ancestrales contre l'empiétement blanc. Quanah a dirigé un groupe de guerre d'environ 250 à 300 guerriers contre 28 chasseurs de bisons qui ont été retranchés dans un poste de traite connu sous le nom d'Adobe Walls sur la rivière Canadian. L'attaque du 27 juin est repoussée avec de lourdes pertes indiennes et Quanah lui-même est blessé. Par la suite, même les Comanches les plus purs et durs ont dû admettre la vérité : l'homme blanc possédait le sud des Grandes Plaines, et leur vie de liberté était terminée. Il n'y avait plus aucun endroit où se cacher et aucun moyen de survivre en fuite.

En mai 1875, Quanah mena les pitoyables restes de la bande Quahade – moins de 100 hommes, femmes et enfants – à Fort Sill, territoire indien, et se rendit au colonel Ranald Mackenzie. Quanah s'est identifié à Mackenzie simplement comme chef de guerre des Comanches et fils de Cynthia Ann Parker, bien qu'à l'époque il ne sache pas si elle était vivante ou morte. Quanah a promis au colonel qu'il adopterait les manières de l'homme blanc.

Les Comanches se sont installés à contrecœur dans la vie de réserve, vivant d'aumônes et restant dans les limites fixées par le gouvernement américain. L'intelligence et la flexibilité natives de Quanah lui ont permis de faire la transition vers la vie de réserve avec la même facilité qu'il avait montrée en passant de garçon à guerrier. Les agents du gouvernement, les nouveaux suzerains des Indiens des Plaines, ont reconnu ses qualités de chef et l'ont désigné « chef de tribu » sur tous les Comanches, pour servir de liaison entre son peuple et le Bureau des Affaires indiennes. En effet, il représentait une promotion d'être simplement un chef de guerre des Quahades. Il s'est avéré un leader astucieux et pragmatique, encourageant les Comanches à se lancer dans l'élevage et l'agriculture, à éduquer leurs jeunes dans les écoles publiques et à signer des contrats avec les Blancs. En retour, les suzerains l'ont embrassé comme un assimilationniste qui pourrait être un modèle pour ses compatriotes Comanches.

Dirigés par Quanah, de nombreux mâles Comanches se sont lancés dans l'élevage de bétail et sont devenus relativement prospères en louant leurs pâturages à des barons du bétail blancs tels que Samuel Burke Burnett et W.T. Waggoner, qui vivaient tous deux à Fort Worth. Quanah s'est avéré être un éleveur avisé, aussi efficace pour gérer ses troupeaux et ses terres qu'il l'avait été pour faire des raids et faire la guerre. Il a investi l'argent qu'il a gagné en louant ses pâturages dans des actions ferroviaires et des biens immobiliers, devenant un homme d'affaires de certains moyens, peut-être même l'Indien d'Amérique le plus riche des États-Unis à l'époque. Il s'est construit une maison spacieuse près du pied des montagnes Wichita, qu'il a nommée « Star House », mais a passé autant de temps à l'extérieur qu'à la maison. Il a beaucoup voyagé sur les affaires et les affaires tribales, toujours avec un entourage. Il a participé à des spectacles du Far West, a posé pour des photographies et a prononcé des discours. C'était un orateur éloquent, même s'il parlait, sans affectation, dans l'anglais approximatif des Indiens d'Hollywood d'aujourd'hui.

Parallèlement à sa fortune personnelle, son influence grandit. Washington le consulta sur les affaires indiennes et le célébra comme un « noble sauvage ». Une ville du Texas a été nommée Quanah pour lui, et le chemin de fer Quanah, Acme & Pacific a été surnommé la « ligne Quanah » par ceux qu'il desservait. Bien que les Blancs lui aient accordé sa désignation de chef de tribu, la plupart des siens le traitaient également avec déférence parce qu'il avait fait ses preuves en tant que guerrier. Il a été juge dans les tribunaux tribaux comanches, qui étaient une combinaison de juges anglais et indiens. Il a également encouragé la création d'une force de police tribale pour aider les autorités blanches à maintenir l'ordre public dans la réserve.

Le chef Quanah est devenu le chef des soi-disant progressistes parmi les Comanches, tandis que les membres plus conservateurs de la tribu l'ont dénoncé comme un laquais de sang-mêlé des Blancs, un « oncle Tom-tom » pour ainsi dire. Les mêmes qualités pragmatiques et ouvertes qui ont fait de lui un leader de son propre peuple lui ont également permis de se déplacer facilement dans la société blanche. Il a appris à conduire une voiture et portait un costume d'affaires lorsqu'il voyageait. Pourtant, il n'a jamais complètement tourné le dos aux manières tribales. Au contraire, il a parcouru une ligne mince entre les deux courses.

Il préférait les mocassins aux bottes et sous son Stetson portait ses cheveux en longues tresses dans le dos. Il est également resté fidèle aux anciennes voies religieuses. Historiquement, les Comanches n'avaient jamais pratiqué de religion organisée, mais ils croyaient aux esprits et aux visions mystiques. Quanah les a encouragés à continuer de prier les anciens esprits et a même conduit le mouvement à utiliser le peyotl dans leurs cérémonies religieuses, ce qui les a aidés à faire face aux humiliations d'être des « Indiens de couverture ». Ici, encore une fois, il a mélangé l'héritage blanc et indien dans sa religion, pratiquant une marque très personnelle de christianisme avec le culte du peyotl et ne voyant aucune contradiction apparente. Son utilisation personnelle du peyotl, associée à son plaidoyer ouvert en faveur de son utilisation par son peuple, finira par lui permettre d'être reconnu comme un père fondateur de l'Église amérindienne.

Quanah s'est donné comme mission de sa vie de maintenir la paix entre les deux races. Sous sa direction, les Comanches n'ont pas rejoint le soulèvement populaire connu sous le nom de Ghost Dance Movement lorsqu'il a balayé les Indiens des Plaines vers 1890, ils ont ainsi évité les excès commis par les Sioux dans le nord. Quanah lui-même semble avoir reçu un laissez-passer des Blancs pour ses années à diriger des partis de guerre. Ranald Mackenzie a déclaré un jour qu'il "ne devrait certainement pas être tenu responsable des péchés des anciennes générations de Comanches", ignorant les propres agressions passées de Quanah.

En préservant l'ancienne structure de la famille Comanche, cependant, il était sur un terrain plus instable. Les hommes Comanches avaient toujours été polygames, et Quanah Parker conservait obstinément cette partie de son héritage. Les estimations du nombre d'épouses qu'il a eues au cours de sa vie varient de quatre à huit, et au moment de sa mort en 1911, il en avait encore au moins deux vivant sous son toit. Ironiquement, ce mépris de la morale victorienne lui a causé plus de problèmes avec les autorités que ses années de raids sur les colonies blanches. Les agents du gouvernement ont reniflé sa « confirmation de grand mariage » et ont même pensé qu'ils l'avaient convaincu de se débarrasser de tout sauf un.

En 1897, il a promis au secrétaire à l'Intérieur Cornelius Newton Bliss qu'il ne prendrait plus d'épouses en plus de ses quatre actuelles, mais rien n'indique qu'il ait tenu cette promesse. Le Bureau des affaires indiennes a essayé d'être utile en désignant dans ses rapports toutes les femmes sauf une comme des « mères » plutôt que des épouses. Mais il a gardé le harem, dont To-nar-cy, la « show wife » qui voyageait souvent avec lui.

L'intransigeance de Quanah sur cette question l'a finalement licencié du tribunal tribal en 1898, date à laquelle il a publiquement reconnu cinq épouses. De ses différents compagnons, il a finalement engendré 24 enfants, dont 19 ont atteint l'âge adulte et 16 lui ont survécu. Ce patriarcat remarquable était un monument à la fois de sa virilité et de son amour de la famille.

Malgré les meilleurs efforts de Quanah, les Comanches ont continué à perdre du terrain face à l'avancée de la civilisation blanche, même après avoir accepté la réinstallation en Oklahoma. En 1901, le gouvernement fédéral a de nouveau changé de politique en démantelant la réserve des Comanches et en redistribuant les terres en parcelles de 160 acres. De nombreux Comanches se sont éloignés après cette dernière trahison, mais Quanah a continué à vivre sur sa terre, et même à y ajouter jusqu'à ce qu'il ait créé une propagation de proportions baronnies. Il a également continué à agir en tant que porte-parole tribal même après la diaspora comanche.

La tragédie a continué à hanter sa vie. En 1906, son fils de 18 mois mourut de la coqueluche, une mort que Quanah prit très durement.Plus tard la même année, son fils de 8 ans a été renvoyé de l'école publique de Lawton, en Oklahoma, parce que les parents de ses camarades de classe blancs considéraient le garçon comme un sang-mêlé. Quanah avait déclaré plus tôt à propos de l'inscription du garçon : « Je veux que mes enfants deviennent des hommes et des femmes instruits. Maintenant, il a été contraint de réinscrire le garçon à l'école indienne locale, mais l'ancien chef a été «presque navré» par la discrimination flagrante.

Une autre gifle au visage était le fait qu'aux yeux du gouvernement américain, il n'était même pas un citoyen américain, bien qu'il soit né sur le sol américain et ait une citoyenne américaine comme mère. En tant que Quanah Parker, non-citoyen, il pouvait signer des traités, servir de shérif de Lawton, négocier des contrats avec les Blancs, voire posséder des terres, mais il ne pouvait ni voter ni profiter des protections fondamentales des droits civils de la Constitution. Cette situation n'a pas changé de son vivant. Ce n'est qu'en 1924 que les enfants de Parker ont reçu la citoyenneté américaine avec tous les Indiens d'Amérique après que le président Calvin Coolidge a promulgué l'Indian Citizenship Act.

Quanah n'a jamais échappé à la discrimination, mais tard dans sa vie, il a tiré une certaine satisfaction d'être une célébrité nationale dont la renommée a traversé les frontières culturelles et raciales, un peu comme Geronimo mais avec plus de dignité et d'influence que le dernier chef de guerre des Apaches. Les chefs d'entreprise et les représentants civiques l'ont fêté, et pratiquement tous ceux qui l'ont rencontré en personne sont devenus un admirateur. Un enquêteur du Congrès déclara en 1904 : « Si jamais la nature a marqué un homme du sceau de la direction, elle l'a fait dans son cas. Quanah aurait été un leader et un gouverneur dans n'importe quel cercle où le destin aurait pu le jeter - c'est dans son sang. Il ne faut jamais oublier que ce sang vient à la fois de sa mère et de son père.

Parmi les hommes notables de son époque qui l'appelaient ami se trouvaient le légendaire éleveur de bétail Charles Goodnight et le président américain Theodore Roosevelt. Il a correspondu avec Roosevelt et a même participé au défilé inaugural du président en 1905 à travers Washington, DC Quanah était un invité régulier à des événements publics à Dallas et à Fort Worth, y compris la Texas State Fair, la convention annuelle de la Texas Cattle Raisers' Association et la exposition annuelle de Fort Worth Fat Stock.

Au Fat Stock Show en 1909, il a fait venir avec lui 38 membres de la tribu de l'Oklahoma, et ils ont installé leurs tipis près de l'imposant North Side Coliseum, non loin de l'endroit où se trouve la statue actuelle de Quanah. Après l'émission, il a déclaré à un journaliste: "J'ai eu une grande exposition, beaucoup de beau bétail, beaucoup de gens éleveurs, des gens de Fort Worth, des gens de la vieille maison, tous me traitent comme un frère - pense grand homme." Dans ces apparitions publiques, il jouait à fond son image de chef de guerre. Peut-être, pourrait-on argumenter, s'est-il rabaissé en participant aux fausses attaques indiennes qui étaient la norme dans les spectacles du Far West. Mais il croyait qu'ils aidaient à façonner des attitudes positives à l'égard des Comanches, alors il a participé à des tenues indiennes complètes.

La remarquable popularité personnelle de Quanah s'étendait même aux descendants de sa mère, la famille Parker, qui ne pouvaient se résoudre à le haïr. Ils ont rejoint le chœur qui a proclamé Quanah, "le plus grand des chefs Comanches". Quanah lui-même a toujours cru que son héritage mixte était une chose positive. Peu de temps avant sa mort, il pensait que les hommes blancs et les Indiens étaient "tous les mêmes, de toute façon".

La connexion de Quanah à Fort Worth est fragile pour des raisons historiques, mais fait partie intégrante de la mythologie locale. Il fit sa première visite à « Cowtown » en décembre 1885, visite qui faillit lui coûter la vie. Ses hôtes l'ont hébergé avec un beau-père, Yellow Bear, dans le plus bel hôtel de la ville, le Pickwick. Lorsque les deux visiteurs se sont couchés cette nuit-là, ils ont éteint la flamme du gaz mais n'ont pas réussi à l'éteindre. Tous deux ont été submergés par les fumées. L'ours jaune est mort d'asphyxie et Quanah a à peine survécu. Malgré cette mauvaise expérience, il retourne à Fort Worth à plusieurs reprises au cours des années suivantes.

Quanah Parker, alias l'Aigle, est décédé le 23 février 1911 à Star House, la maison qu'il avait construite. Ce que les hommes blancs n'avaient pas été capables de faire lorsqu'il était un chef de guerre redouté, la pneumonie l'a fait au cours de sa septième décennie de vie. Les médecins de l'époque pensaient que sa mort résultait d'une combinaison de rhumatismes et d'asthme. Certains de ses propres gens, cependant, pensaient qu'il avait été empoisonné par ses ennemis, car il était soudainement tombé malade en visitant la réserve de Cheyenne, et ils ont juré de lancer une enquête. Quoi qu'il en soit, la controverse s'est vite calmée et il a été tranquillement enterré près de chez lui. Comme il l'avait demandé, il a été enterré non à côté de l'une de ses femmes, mais à côté de sa mère dans le cimetière de la mission Post Oak. En 1957, les restes de Quanah et Cynthia Ann ont été déterrés et transférés au cimetière militaire de Fort Sill. Cette fois, deux monuments impressionnants ont été placés sur les tombes.

La mort de Quanah a marqué le passage d'une époque à plus d'un titre. Après sa mort, les Comanches n'ont plus jamais appelé leur chef élu "chef". Au lieu de cela, ils ont adopté le titre de «président» de l'homme blanc. La mort de Quanah a coupé les derniers liens avec l'ancien temps où les Comanches parcouraient les plaines du sud à volonté, faisant la guerre à quiconque osait entrer dans leur domaine, terrorisant les colonies blanches et les autres tribus indiennes.

Pendant plus de quatre décennies, Quanah Parker avait été le visage public de ces Comanches. Il était également leur première et dernière star des médias, remplissant le même rôle que Geronimo remplissait pour les Apaches, Sitting Bull pour les Sioux et Chief Joseph pour les Nez Perces. Contrairement à ces autres, cependant, Quanah a fait la transition en douceur, presque sans effort, de guerrier sauvage à entrepreneur à succès et personnalité publique. Dans la tradition de Pocahontas et de Massasoit, il est devenu un « bon Indien », qui a contribué à forger les liens de paix entre les deux races.

Malgré sa renommée et les honneurs qui lui ont été décernés, Quanah Parker a eu une vie difficile. Depuis sa séparation d'avec sa mère et la mort de ses deux parents quand il était jeune jusqu'à la mort d'une épouse et d'un fils bien-aimés, il a enduré la perte de ceux qui lui étaient les plus proches. Il a également subi la perte d'une certaine fierté lorsqu'il a été contraint de conduire son peuple en captivité. Puis, après les avoir conduits à la réserve, même cela leur a été retiré par le gouvernement à double jeu de Washington. Toutes les richesses et les honneurs du monde ne pourraient jamais remplacer tout ce qu'il a perdu au cours de sa vie. Pourtant, il n'a jamais sombré dans l'amertume ou la dépression. Au contraire, il n'a jamais été moins qu'honorable et digne et a souvent atteint l'héroïsme dans son rôle de dernier chef comanche.

La mémoire de Quanah Parker occupe une place importante dans l'histoire de Fort Worth. De la même manière que Fort Worth s'est approprié Butch Cassidy et la renommée de Sundance Kid of Wild Bunch pour représenter son héritage hors-la-loi, la ville s'est approprié Quanah Parker pour représenter une sorte d'héritage indien mythique. L'image de Fort Worth comme «la ville où commence l'Occident» nécessite non seulement les éléments cow-boy et hors-la-loi, mais aussi l'élément indien pour être authentique. Quanah Parker représente le lien de Fort Worth à une époque où les Indiens d'Amérique « possédaient » le nord du Texas et défiaient les Blancs de le leur prendre.

natif de Fort Worth et Far West contributeur Richard Selcer est l'auteur de Demi-acre de l'enfer et Abreuvoirs légendaires : les saloons qui ont rendu le Texas célèbre. Suggestion de lecture : Le dernier chef comanche : la vie et l'époque de Quanah Parker, par Bill Neeley Quanah Parker, chef comanche, par William T. Hagan et Quanah Parker : dernier chef des Comanches, par Clyde L. Jackson et Grace Jackson.

Publié à l'origine dans le numéro de décembre 2007 de Far West. Pour vous abonner, cliquez ici.


Cheryl Davis’ Blog d'art

C'est l'une de mes histoires préférées sur Quanah Parker. Vous devez comprendre les femmes amérindiennes pour comprendre son dilemme. (Nous sommes des femmes fortes, tu sais !) Il a dit, “VOUS DIRE UM…” …Sage ! Ha.

(Page 246)…. En 1892, lorsque les Comanches et les Kiowas s'entendirent pour accepter des attributions, le commissaire des Affaires indiennes s'adressa à Quanah au sujet du nombre d'épouses qu'il serait autorisé à garder. Leur conversation était essentiellement la suivante : « Quanah, vous avez accepté de prendre des lots et de vendre vos terres excédentaires et de les laisser coloniser par des Blancs. Quand les Blancs deviendront vos voisins, ce sera la loi de l'homme blanc et la loi de l'homme blanc dit une femme. Vous avez trop de femmes. Vous devrez décider lequel vous voulez garder et dire aux autres d'aller vivre ailleurs.” Quanah écouta attentivement et regarda le commissaire avec un regard très fixe pendant quelques instants, puis fit sursauter ce digne en disant : “Dis-moi !” Puis il attendit quelques instants jusqu'à ce que l'importance de cela vienne à l'esprit du commissaire, quand il ajouta : “Tu me dis quelle femme j'aime le plus, tu me dis quelle femme m'aime le plus, tu me dis quelle femme pleure le plus quand je la renvoie, puis je la choisis.”Le commissaire a répondu : “Oh, parlons d'autre chose.” (….smart move…)

Cela signifiait que le chef aimait toutes ses femmes de la même manière, mais si le gouvernement lui disait avec laquelle il serait le plus heureux, il respecterait la décision. Cette responsabilité, le gouvernement, par l'intermédiaire du ministère des Affaires indiennes, n'a jamais assumé, mais après l'accession à l'État, lorsque Quanah a voulu prendre une autre femme (à laquelle il avait eu envie) pour épouse, l'agent des Indiens d'Anadarko l'a averti de ne plus en prendre. Avec le temps, Parker s'est disputé avec une femme puis une autre et (Page 247) “les a jetés,” pour utiliser l'expression indienne pour le divorce, jusqu'à ce qu'au moment de sa mort, il n'en avait plus que deux.

Ne peut pas blâmer les femmes. Quanah était un guerrier féroce, ne jamais perdre une bataille contre un homme blanc, était agréable pour les yeux, un homme intelligent et avant-gardiste, puissant, riche & #8230 et un grand chef des Comanches.

Photo ci-dessus : Quanah Parker à la fin de sa vie, en tenue de ville. Photo que l'on pense être dans le domaine public. Quanah Parker, un chef Kwahadi Comanche de pied en cap, debout devant une tente.

Chef amérindien, Quanah Parker

Plus de liens sur le grand chef Quanah Parker :

Concernant ses épouses :

En 1901, les Comanches se sont vu attribuer 160 acres chacun et le reste des terres de la réserve Comanche-Kiowa a été mis en loterie pour la colonisation blanche de la région. Quanah a choisi un endroit près de Cache où un riche éleveur du Texas nommé S.E. Burnett a construit une grande maison pour Quanah. Le bois a été transporté de Vernon, au Texas, et une maison de vingt-deux pièces a été construite. Avec tous les enfants et Quanah’s sept femmes une grande maison était nécessaire. Chacune des chambres de la femme était meublée à l'identique afin qu'il n'y ait pas de chicane pour savoir quelle femme a la meilleure chambre.

Lorsque le commissaire aux Affaires indiennes approché Quanah au sujet d'avoir cinq femmes il a dit que Quanah vivait maintenant aux États-Unis et devrait vivre selon ses lois. Le commissaire a dit à Quanah que les hommes blancs qui étaient ses voisins n'avaient qu'une seule femme. Il a alors dit qu'il devrait renvoyer toutes ses femmes sauf une.

Quanah a répondu: "Vous le dites, hum" et s'est contenté de regarder le commissaire. Après quelques minutes, le commissaire réalisa à quoi Quanah faisait référence et ne répondit pas. Quanah a ensuite dit : « Vous me dites quelle femme j'aime le plus » vous me dites quelle femme pleurera le plus quand je la renverrai « vous me le dites et je la choisis. » Le commissaire a rapidement changé le sujet et Quanah a gardé ses femmes. À sa mort, Quanah n'avait que deux femmes gauche mais en a eu jusqu'à sept dans sa vie.

Cynthia Ann ne s'est jamais réadaptée à la culture blanche. Brisée d'esprit et inadaptée parmi les Blancs, Cynthia a refusé de manger et est morte de faim en 1870. Cynthia a été enterrée dans le comté de Henderson, au Texas, dans le cimetière de Fosterville. (suite : voir le lien ci-dessus pour l'histoire complète.)

La première femme de Quanah était Weakeah , fille du chef Comanche Yellow Bear. À l'origine, elle était mariée à un autre guerrier. Quanah et Weakeah se sont enfuis , et a emmené plusieurs autres guerriers avec eux. C'est à partir de ce petit groupe que se formera le grand groupe Quahadi. Yellow Bear a poursuivi la bande et finalement Quanah a fait la paix avec lui, et les deux bandes se sont unies, formant la plus grande force d'Indiens Comanches.

Au cours des années, Quanah a accumulé quatre autres femmes . Il a eu vingt-cinq enfants . De nombreux Texans du nord et du sud de l'Oklahoma prétendent descendre de Quanah. Il a été dit que plus de Comanches sont liés à Quanah que n'importe quel autre chef. Un petit-fils est devenu président des Comanches, le "chef" moderne de la tribu.

Des photographies d'Amérindiens figurent parmi les documents accessibles au public et sur Internet des Archives nationales. Les images peuvent être commandées sous forme d'ensembles de diapositives ou d'impressions individuelles, bien que beaucoup soient disponibles dans une qualité suffisamment élevée pour les travaux PowerPoint et l'utilisation sur le matériel de classe. La plupart des photos sont du 19ème siècle.

Quanah Parker est l'un des plus grands Amérindiens de l'histoire du Texas. Cette photo met un visage sur une réputation dans les manuels d'histoire du Texas. Les enseignants du Texas voudront peut-être être certains d'obtenir une copie de la photo. Son histoire de vie comprend tant d'épisodes qui semblent sortir d'une version amérindienne de Idylles du roi qu'un écrivain de fiction ne pourrait pas tous les inclure, s'ils n'étaient pas réels.

  • La mère de Quanah faisait partie de la célèbre famille Parker qui a aidé à s'installer dans l'ouest du Texas dans les années 1830. Cynthia Ann Parker a été capturée en 1836 lorsque les Comanches ont attaqué Fort Parker, près de l'actuelle Groesbeck, Texas, dans le comté de Limestone. (Voir Fort Parker State Park.) Ayant reçu un nouveau nom, Nadua (en a trouvé un), elle s'est complètement assimilée à la bande de Comanches Nocona et a finalement épousé le guerrier Comanche Noconie (également connu sous le nom de Peta Nocona). Quanah était leur premier enfant, né en 1852.
  • Nadua a été capturée par un groupe texan dirigé par Lawrence Sullivan « Sul » Ross en 1860, lors de la bataille de Pease River. Noconie, Quanah et la plupart des hommes de Nocona étaient partis à la chasse à ce moment-là, et le fait de la capture de Nadua n'a pas été réalisé pendant un certain temps. Nadua a demandé à retourner chez les Comanches et son mari, mais elle n'a pas été autorisée à le faire. Lorsque sa plus jeune fille, qui avait été capturée avec elle, est décédée d'une infection, Nadua a cessé de manger et est décédée quelques semaines plus tard. . Au moment où il a participé au raid qui a repris Cynthia Parker, il était étudiant à l'Université Baylor (« Que dois-je faire pendant les vacances d'été ? Je combats les Indiens. ») Au début de la guerre civile, Ross s'est enrôlé dans l'armée confédérée. en tant que privé. Au cours de 135 batailles et escarmouches, il atteint le grade de général de brigade, le neuvième plus jeune de l'armée confédérée. Éleveur et homme d'affaires prospère de retour au Texas après la guerre, il a remporté l'élection au poste de gouverneur en 1887, a effectué deux mandats très fructueux (il a résolu la guerre Jaybird-Woodpecker dans le comté de Fort Bend et a dû convoquer une session extraordinaire de la législature pour traiter avec un excédent budgétaire), a refusé de briguer un troisième mandat et a été nommé président du Texas Agricultural and Mechanical College (Texas A&M) quelques jours après avoir démissionné de son poste de gouverneur. Le leadership de Ross au sein du collège est légendaire - les étudiants mettent des sous près d'une statue de Ross dans un plaidoyer traditionnel pour passer les examens finaux, parmi de nombreuses autres traditions. Après sa mort, le Texas a créé la Sul Ross State University, à Alpine, Texas, en son honneur.
  • Le père de Quanah Parker, Noconie, est décédé peu de temps après la capture de sa mère. Il a quitté le groupe Nocona, rejoint le groupe Destanyuka dirigé par le chef Wild Horse, mais a finalement fondé son propre groupe avec des guerriers d'autres groupes, les Quahadi ("mangeurs d'antilopes") (également connus sous le nom de Kwahadi). Le groupe Quahadi est devenu l'un des plus grands et des plus célèbres, toujours dirigé par Quanah. Les Quahadis refusèrent de signer les traités de Medicine Lodge de 1867 et évitèrent ainsi l'internement immédiat dans une réserve. Cependant, la diminution des approvisionnements alimentaires et l'opposition croissante ont forcé Quanah à se retirer dans une réserve en 1875, dans ce qui est maintenant le sud-ouest de l'Oklahoma. Ce fut le dernier groupe Comanche à venir dans la réserve.
  • Quanah a été nommé chef de tous les Comanches.
  • Grâce à des investissements, Quanah est devenu riche – probablement l'Amérindien le plus riche de son temps.
  • Quanah chassait avec le président Theodore Roosevelt.
  • Rejetant la monogamie et le christianisme, Quanah a fondé le mouvement de l'Église amérindienne, qui considère l'utilisation du peyotl comme un sacrement. Quanah avait reçu du peyotl d'un guérisseur d'Ute alors qu'il se remettait des blessures qu'il avait subies au combat contre les troupes américaines. Parmi ses enseignements célèbres : L'Homme Blanc entre dans son église et parle de Jésus. L'Indien entre dans son Tipi et parle avec Jésus.
  • Photo à droite : Quanah Parker dans sa vie plus tard, dans sa tenue de travail. Photo que l'on pense être dans le domaine public. a écrit à propos de Quanah Parker : « Non seulement Quanah est passé en l'espace d'une seule vie d'un Guerrier de l'âge de pierre à un homme d'État à l'ère de la révolution industrielle, Mais il n'a jamais perdu une bataille contre l'homme blanc et il a également accepté le défi et la responsabilité de menant toute la tribu Comanche sur le chemin difficile vers leur nouvelle existence.”
  • Quanah Parker est décédé le 23 février 1911. Il est enterré au cimetière de Fort Sill, Oklahoma, à côté de sa mère et de sa sœur.

L'épitaphe de Quanah Parker se lit comme suit :

Se reposer ici jusqu'à l'aube
Et les ombres tombent et les ténèbres disparaissent est
Quanah Parker Dernier chef des Comanches
Né en 1852
Décédé le 23 février 1911


Voir la vidéo: Quanah Parker Last Comanche Chief