Période des Trois Royaumes en Corée

Période des Trois Royaumes en Corée

La période des trois royaumes de l'ancienne Corée (57 avant notre ère - 668 après JC) est ainsi appelée parce qu'elle était dominée par les trois royaumes de Baekje (Paekche), Goguryeo (Koguryo) et Silla. Il y avait aussi, cependant, une quatrième entité, la confédération Gaya (Kaya) à la pointe sud de la péninsule coréenne. Ces quatre États étaient en rivalité constante et ils ont donc formé des alliances en constante évolution les uns avec les autres et avec les deux puissances régionales dominantes que sont la Chine et le Japon. Finalement, le royaume de Silla, avec une aide importante de la dynastie Tang, finira par dominer et à la fin du VIIe siècle de notre ère, former un seul État, le royaume unifié de Silla.

Aperçu historique

Tous les royaumes sont nés de tribus locales qui se sont installées et ont construit des villes fortifiées. Ceux-ci se sont ensuite regroupés pour former des entités politiques uniques. Selon une tradition fondée sur le XIIe siècle de notre ère Samguk affaissementi ("Historical Records of the Three States"), cela s'est produit à partir du 1er siècle avant notre ère, mais les historiens modernes préfèrent le 2e ou le 3e siècle de notre ère (ou même plus tard) comme une date plus précise pour le moment où les États pourraient être décrits comme ayant plus gouvernements centralisés.

Du IIe au IIIe siècle de notre ère, Goguryeo a commencé à étendre son territoire en conquérant les commanderies du nord de la Chine, mais a subi deux revers sérieux au milieu du IVe siècle de notre ère lorsque Murong Huang a envahi la Chine et a saccagé Gungnae, faisant prisonniers 50 000 habitants (342 de notre ère). Ensuite, le roi Baekje Guenchogo, ayant déjà conquis la fédération Mahan, attaqua Pyongyang et tua le roi Gogugwon (371 EC). Les Baekje prospéraient en raison de leurs terres agricoles fertiles et de leurs liens commerciaux étroits avec la Chine et le Japon via la mer Jaune et la mer du Sud.

La période des Trois Royaumes a vu la formation d'États centralisés en Corée où les rois gouvernaient à l'aide d'une aristocratie strictement hiérarchisée.

La défaite contre Baekje en 371 de notre ère avait poussé Goguryeo à former une alliance avec Silla qui a jeté les bases d'un 5ème siècle prospère de notre ère sous le règne de Gwanggaeto (391-413), qui a été à la hauteur de son titre de « large expanseur de domaine ». et a permis à Goguryeo de dominer la Corée du Nord, la majeure partie de la Mandchourie et une partie de la Mongolie intérieure. Une nouvelle capitale a été construite à Pyongyang en 427 de notre ère tandis que le succès militaire s'est poursuivi lorsque Hansong (Gwangju moderne), la capitale de Baekje, a été saccagée en 475 de notre ère et le roi Gaero exécuté.

Baekje a formé une alliance avec le royaume de Silla entre 433 et 553 CE. Silla, pendant le règne du roi Beopheung (r. 514-540 CE), a atteint un degré de centralisation beaucoup plus élevé. Elle possédait une splendide capitale à Geumseong (Gyeongju) et prospérait sur la côte orientale grâce aux innovations agricoles telles que les charrues tirées par des bœufs et les systèmes d'irrigation, ainsi qu'une abondance de ressources naturelles, en particulier l'or et le fer. L'alliance Baekje-Silla n'a cependant pas empêché Goguryeo de prendre le contrôle de 90 % de l'ancienne Corée.

La période Cendrillon des Trois Royaumes était la confédération Gaya au sud de la péninsule. Contrairement aux autres États, il ne s'est jamais développé en un royaume entièrement centralisé, en partie parce qu'il a été écrasé par ses deux voisins plus dominants, Baekje et Silla. Il bénéficiait de riches gisements de minerai de fer, mais au milieu du IVe siècle de notre ère, Gaya a été attaquée par Baekje, puis Silla a fléchi ses muscles et a capturé le chef de la cité-État Geumgwan Gaya (Bon-Gaya) en 532 de notre ère. D'autres villes de Gaya tombèrent bientôt et en 562 de notre ère, l'État n'existait plus.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Pendant ce temps, l'alliance de Baekje avec Silla a pris fin lorsque ce dernier a occupé la basse vallée de la rivière Han. En 554 de notre ère, lors de la bataille de la forteresse de Gwansan (aujourd'hui Okcheon), Baekje a tenté de récupérer son territoire perdu, mais leur armée de 30 000 hommes a été vaincue et le roi Seong tué. Ce mouvement a donné à Silla l'accès à la côte ouest et à la mer Jaune, offrant la possibilité de forger des liens plus étroits avec la Chine.

Les choses allaient encore bien au 7ème siècle de notre ère pour Goguryeo lorsque leur général Eulji Mundeok a remporté une grande victoire à la bataille de la rivière Salsu en 612 de notre ère, battant une armée d'invasion chinoise Sui massive. Deux autres attaques ont été défaites et un mur défensif de 480 km (300 miles) de long a été construit en 628 de notre ère afin de dissuader toute nouvelle ambition chinoise. Cela n'a pas empêché la dynastie Tang - ambitieuse de jouer contre eux-mêmes ces royaumes du sud gênants - de former une armée et une force navale et d'attaquer Goguryeo en 644 de notre ère, mais le grand général Yang Manchun a de nouveau apporté la victoire aux Coréens.

Goguryeo a uni ses forces avec Baekje contre les Silla en 642 CE et a conquis Daeya-song (Hapchon moderne) et environ 40 forteresses frontalières. Les Tang n'avaient pas abandonné dans le nord, cependant, et d'autres attaques ont suivi auxquelles Goguryeo, affaibli par la nécessité constante de la défense et par ses propres divisions internes, a finalement été incapable de résister. Pyongyang a été assiégée en 661 et 667 de notre ère par une armée Tang, et cette fois, la ville est tombée et avec elle l'état de Goguryeo. En 668 CE, le roi Goguryeo Bojang (r. 642-668 CE) a été renvoyé en Chine avec 200 000 de ses sujets dans le cadre d'un programme de réinstallation forcée.

Baekje n'allait pas mieux que Goguryeo. Le royaume n'a pas réussi à tenter l'aide du Japon et n'a pas pu empêcher la chute de sa capitale Sabi lorsqu'il a été attaqué par une force conjointe Tang et Silla sur terre et sur mer en 660 CE. Une armée Silla de 50 000 hommes dirigée par le général Kim Yu-sin et une force navale de 130 000 hommes envoyée par l'empereur Tang Gaozong se sont avérées plus que suffisantes pour écraser l'armée Baekje. Uija, le dernier roi Baekje, fut fait prisonnier en Chine, et le royaume suivit la voie de Gaya et Goguryeo. En 668 de notre ère, Silla, après avoir traité avec l'armée Tang laissée pour gouverner les provinces chinoises devenues Goguryeo et Baekje, contrôlait toute la Corée, établissant ce qui est devenu le royaume unifié de Silla.

Gouvernement et classes sociales

Tous les États de cette période avaient un système de gouvernement et d'organisation sociale similaire. Un monarque gouvernait avec l'aide de hauts responsables administratifs issus d'une aristocratie terrienne. Des fonctionnaires nommés par le gouvernement administraient les provinces avec l'aide des chefs tribaux locaux. La majorité de la population était constituée de paysans terriens et l'État leur prélevait un impôt, qui était généralement payable en nature. L'État pourrait également obliger les citoyens à se battre dans l'armée ou à travailler sur des projets gouvernementaux tels que la construction de fortifications. Tout en bas de l'échelle sociale se trouvaient les esclaves (généralement des prisonniers de guerre ou des personnes gravement endettées) et des criminels, qui étaient contraints de travailler dans les domaines de l'aristocratie. La société était rigidement divisée en rangs sociaux, incarné par le système de rang des os sacrés de Silla, qui était basé sur la naissance et dictait les possibilités de travail, les obligations fiscales et même les vêtements que l'on pouvait porter ou les ustensiles que l'on pouvait utiliser.

Relations avec la Chine et le Japon

Malgré les conflits entre la Chine et les divers États coréens au cours des siècles, les deux nations étaient des partenaires commerciaux fréquents. Le fer, l'or et les chevaux sont allés en Chine, et la soie, le thé et les matériaux d'écriture sont venus dans l'autre sens. Il y avait aussi des liens culturels étroits, les Coréens adoptant le système d'écriture chinois, le titre royal chinois de wang, monnaie chinoise, littérature, pratiques funéraires et éléments d'art. Les États coréens, traditionnellement pratiquants du chamanisme, ont adopté d'abord le confucianisme, puis le taoïsme et le bouddhisme de Chine, faisant de ce dernier la religion d'État officielle.

Les relations avec les Wa (Wae) du Japon étaient particulièrement fortes dans la confédération Gaya. Cette dernière était la culture la plus avancée et exportait de grandes quantités de fer, mais la mesure dans laquelle un État a influencé ou même contrôlé l'autre est encore débattue par les chercheurs et obscurcie par les préjugés nationaux. La culture baekje s'est exportée au Japon, notamment par l'intermédiaire d'enseignants, d'érudits et d'artistes, qui y ont également diffusé la culture chinoise telle que les textes classiques de Confucius.

Art des Trois Royaumes

L'art du royaume de Baekje est généralement considéré comme le plus beau des Trois Royaumes, mais malheureusement pour la postérité, ce royaume fournit le moins d'artefacts ayant subi les plus grandes destructions grâce à la guerre et au pillage. Gaya et Goguryeo ont subi un sort similaire, d'autant plus que leurs tombes avaient des entrées facilement accessibles. Les tombes plus fermées de Silla ont été une meilleure source d'objets d'art de la période des Trois Royaumes.

Le grès gris à haute cuisson a été produit par les royaumes Baekje, Gaya et Silla (la petite poterie Goguryeo survit). Les formes typiques sont la coupe à pied, les bols à larges supports (kobae), des coupes à cornes, de grands vases bulbeux et des figurines représentant des animaux, des bateaux, des temples et des guerriers. Les céramiques étaient décorées d'incisions, appliquées des morceaux d'argile supplémentaires et en coupant l'argile pour créer un effet de treillis.

La peinture de tombes est mieux vue dans les tombes de Goguryeo. Plus de 80 d'entre eux ont des chambres décorées de scènes de la vie quotidienne aux couleurs vives, de portraits des occupants et de créatures mythiques. Les peintures ont été réalisées en appliquant la peinture soit directement sur le mur de pierre, soit sur une base d'enduit à la chaux.

Le travail en bronze doré était un support typique de la région, peut-être mieux vu dans le brûleur d'encens Baekje près de Sabi qui représente une montagne céleste soutenue par un dragon et surmontée d'un phénix. L'art bouddhiste était populaire dans toute la péninsule et le bronze doré était utilisé pour produire des statuettes expressives de Bouddha, Maitreya (le futur Bouddha) et de bodhisattvas. Les artistes Baekje ont également sculpté des falaises pour représenter le Bouddha, comme à Seosan. Une autre utilisation du bronze doré était dans les couronnes royales, qui étaient également faites en feuille d'or, le plus célèbre par le royaume de Silla. Ceux-ci ont des arbres et des branches en forme de cerf, qui représentent un lien avec le chamanisme. Les couronnes en or et les bijoux de toutes sortes étaient fabriqués à l'aide de techniques d'orfèvrerie telles que le câblage et la granulation. Le jade, souvent sculpté en forme de croissant de lune, était une forme d'embellissement populaire pour ces ornements scintillants.

Architecture des Trois Royaumes

Malheureusement, il y a peu de bâtiments survivants de la période des Trois Royaumes. Cependant, l'archéologie et les tombes survivantes et leurs peintures murales ont permis aux historiens d'identifier les principales caractéristiques de l'architecture des palais et des temples tout au long de notre période. Ces caractéristiques comprennent des toits de tuiles qui s'inclinent vers l'extérieur et vers le haut aux angles, des colonnes en bois et en pierre, des cloisons intérieures en papier, des cours intérieures et des jardins, et le tout placé sur une plate-forme surélevée. L'intégration harmonieuse de la structure dans l'environnement naturel immédiat était une autre considération importante pour les architectes coréens. Le temple CE Miruk du VIIe siècle à Iksan (aujourd'hui perdu) mérite une mention spéciale. Construit par le roi Baekje Mu, c'était le plus grand temple bouddhiste d'Asie de l'Est et possédait deux pagodes en pierre et une en bois. Une pagode en pierre survit, mais avec seulement six de ses 7-9 étages d'origine.

Il y a des vestiges des murs de fortification de Goguryeo qui avaient des portes et des tours de Tonggou, Fushun et Pyongyang. Les fouilles ont révélé que ce dernier possédait également de très grands bâtiments mesurant jusqu'à 80 x 30 m et des palais avec des jardins qui possédaient des collines artificielles et des lacs. Les bâtiments étaient décorés de tuiles imprimées portant des motifs de fleurs de lotus et de masques de démons.

Une structure inhabituelle est l'observatoire de Cheomseongdae du milieu du VIIe siècle de notre ère dans la capitale Silla de Gyeongju. Haut de neuf mètres, il agit comme un cadran solaire mais possède également une fenêtre orientée au sud qui capte les rayons du soleil sur le sol intérieur à chaque équinoxe. C'est le plus ancien observatoire d'Asie de l'Est.

Les tombes abondent, avec plus de 10 000 rien que pour Goguryeo. Celles-ci ont d'abord pris la forme de cairns construits à l'aide de galets de rivière en pierre (Goguryeo) ou de fosses creusées dans des monticules naturels (Gaya et Silla), puis de pyramides en parpaings, et enfin de monticules de terre à l'intérieur desquels ont été construites des chambres en pierre (ou en brique dans le cas de Baekje), qui avaient toutes une entrée horizontale sauf celles de la Silla qui n'avaient pas d'entrée. Les tombes présentent diverses caractéristiques architecturales telles que des toits en encorbellement, des piliers octogonaux et des portes en pierre pivotantes. L'une des plus grandes tombes de ce type, composée en réalité de deux monticules et contenant un roi et une reine Silla, est la grande tombe de Hwangnam. Datant du 5-7ème siècle de notre ère, il mesure 80 x 120 m et ses monticules mesurent 22 et 23 m de haut. Un autre exemple célèbre se trouve à Gungnae (Tonggou moderne) et serait celui du roi Goguryeo Gwanggaeto le Grand (r. 391-412 CE). Long de 75 mètres et composé de blocs de 3 x 5 mètres, il comporte également quatre structures plus petites en forme de dolmen à chaque coin. Enfin, le tombeau du roi Baekje Muryeong-Wang mérite une mention car dans son énorme monticule de terre se trouve une voûte semi-circulaire bordée de centaines de briques moulées, dont beaucoup sont décorées de fleurs de lotus et de motifs géométriques. La structure, située près de Gongju, date de 525 de notre ère, comme l'indique une plaque d'inscription à l'intérieur de la tombe.

Ce contenu a été rendu possible grâce au généreux soutien de la British Korean Society.


Période des Trois Royaumes en Corée - Histoire

La période des Trois Royaumes dans l'histoire coréenne fait référence à la période allant de 57 av.

Les Royaume de Koguyro (prononcé &ldquoGorudeo&rdquo 37 BC - 670 AD) était le nord et le plus grand des trois royaumes, s'étendant dans ce qui est maintenant la Chine moderne. Dans le
plafond de la Tombeau royal de Myung-Chong, les archéologues ont trouvé une peinture murale représentant deux jeunes engagés dans des combats. Situé dans Tunsko, la capitale de Koguyro, la tombe de Myung-Chong date de 3 - 427 après JC. A partir de 372 après JC, à l'époque du royaume de Koguyro, le moine bouddhiste Soleil-Tae introduit des idées philosophiques dans Tae-kyon et Soo Bak. Les moines ont continué à développer les arts martiaux comme moyen pour l'homme ordinaire d'atteindre une forme physique totale.

Les Royaume de Paekche (prononcé &ldquobeck-jay&rdquo 18 avant JC - 668 après JC) était situé à la pointe sud-ouest de la péninsule coréenne, aurait été fondé en 18 avant JC, par un nom de leader légendaire Onjo. Au IIIe siècle de notre ère, le royaume de Paekche avait étendu son contrôle à l'ensemble Rivière Han bassin en Corée centrale. Les rois qui régnaient sur le royaume de Paekche soutenaient les arts martiaux. Les archives anciennes suggèrent que les militaires et les gens du commun préféraient le combat à mains nues comme art de combat. Des compétitions ont été organisées pour les hommes et les femmes qui comprenaient le tir à l'arc et l'équitation.

Les Royaume de Silla (57 avant JC - 936 après JC) était situé dans la partie sud-est de la Corée et était le plus petit des trois royaumes. En raison des capacités d'arts martiaux du royaume et du leadership du Hwarang-do, les royaumes de Koguyro et de Paechke ont été assimilés au royaume de Silla en 668 et 660 après JC respectivement. Les Hwarang-do était une organisation éducative, sociale et militaire fondée par le roi Jin Heung du royaume de Silla. Les membres de Hwarang-do étaient composés de groupes de jeunes issus de familles nobles qui se consacraient à cultiver l'esprit, le corps et l'esprit, afin de mieux défendre et servir le royaume de Silla. Wong Wang Bopsa, un enseignant pour le Hwarang, a créé un code d'honneur en cinq points qui est toujours une partie importante du Taekwondo aujourd'hui. :
1. Servir le roi et la nation avec loyauté.
2. Respecter et obéir à ses parents.
3. Être fidèle à ses amis.
4. Courage au combat.
5. Ne pas tuer sans discernement.

Les rois Silla ont présidé à une renaissance culturelle qui a duré plus de mille ans. Au cours de cette période, le royaume de Silla a favorisé le développement des sciences, des mathématiques, des arts, de la culture et de la religion.


Relations étrangères

En premier lieu, on peut affirmer que les relations étrangères des Trois Royaumes étaient changeantes, continues, complexes et vives en termes de dimensions à multiples facettes. Dans ce contexte, Carter Eckert affirme que les Trois Royaumes ont adopté trois politiques envers la Chine : poursuivre des politiques expansionnistes, tirer parti de la lutte entre les royaumes du Nord et du Sud de la Chine, et finalement adopter les éléments de la culture chinoise pour leurs développements. Initialement, les étapes expansionnistes de Goguryeo peuvent illustrer les première et deuxième politiques. Alors que le roi Gwangaeto a repris le Liaoning de la Chine en utilisant des forces militaires, son fils Jangsu (413-91) a manipulé les États du nord et du sud à son avantage et a réussi à consolider son pouvoir.

Lorsque Sui (581-628) a unifié la Chine, Goguryeo s'est allié aux Turcs pour traiter avec Sui. Tang, qui a remplacé Sui, a poursuivi la même politique mais a finalement été vaincu par Silla après l'unification. En ce qui concerne le Japon, ces relations ont souvent changé selon les circonstances politiques. Par exemple, Park soutient qu'il y avait une forte amitié entre Baekje et Yamato Japon jusqu'à ce que Silla capture la rivière Han et ses environs de Baekje en 672. Après cela, Yamato a noué de solides relations avec Silla et a négligé Baekje. Voyant cela, Baekje a tourné la Chine pour améliorer les relations pour compenser cette perte. Goguryeo a également appliqué une politique amicale envers Yamato pour saper Baekje. En outre, ces royaumes impliqués dans diverses activités culturelles et commerciales avec les étrangers. À titre d'exemple, l'adoption d'éléments bouddhistes et confucianistes ainsi que le système d'écriture chinois en Corée sont les résultats fondamentaux de ce contact. Eckert soutient que ce processus a également contribué à former la structure administrative de la bureaucratie. À cet égard, des érudits chinois et coréens sont venus devant les tribunaux et ont diffusé la culture et les idées chinoises dans toute la péninsule après leur éducation en Chine. En conséquence, Goguryeo (en 372), Baekje et Silla (au 6ème siècle) ont adopté le bouddhisme et ont établi des académies confucéennes. Quant au Japon, les Trois Royaumes ont joué un rôle central pour transporter des éléments chinois. En particulier, Baekje a envoyé des érudits, des figures bouddhistes et d'autres ressources culturelles au Japon. Ce rôle intermédiaire entre le Japon et la Chine a rendu les Trois Royaumes plus vivants en tant que partenaire commercial. En ce qui concerne le commerce, il existait un solide réseau d'importation et d'exportation entre ces puissances. Alors qu'Asuka Japon exportait du matériel militaire, Baekje fournissait des appareils d'écriture et de l'acier pour Asuka. Dans une autre direction, tandis que les royaumes du Nord et du Sud vendaient leur soie, leurs armes, leur matériel d'écriture à Goguryeo en retour, ils fournissaient leur or, argent, perles et textiles à la Chine. Il y avait aussi l'influence croissante de l'art et de l'architecture entre eux à cette période.


Période des Trois Royaumes en Corée - Histoire

Le territoire au sud de la rivière Han est relativement éloigné du continent asiatique. Par conséquent, les personnes qui y vivent ont d'abord pu se développer de manière indépendante, sans trop s'impliquer dans les événements sur le continent. Les premiers colons de cette région se sont progressivement organisés en quelque soixante-dix États claniques qui ont été à leur tour regroupés en trois confédérations tribales connues sous le nom de Chinhan, Mahan et Pyonhan. Chinhan était situé au centre de la péninsule, Mahan au sud-ouest et Pyonhan au sud-est. Leurs économies étaient principalement agricoles et leur niveau de développement était tel qu'ils construisaient des réservoirs et des installations d'irrigation. Ces États tribaux ont commencé à être affectés par ce qui se passait dans la région au nord de la rivière Han vers le premier siècle avant JC.

Vers le milieu du IIIe siècle de notre ère, la menace chinoise a commencé à servir de force politique unificatrice parmi les confédérations lâches de tribus dans la partie sud de la péninsule. Adoptant le système politique chinois comme modèle, les tribus finirent par fusionner en deux royaumes, augmentant ainsi leurs chances de survie face à l'expansionnisme chinois. Les deux royaumes finirent par jouer un rôle important dans l'histoire coréenne.

Les caractéristiques géographiques des parties méridionales du pays, en particulier la configuration des chaînes de montagnes, ont fait émerger deux royaumes plutôt qu'un. Dans la partie centrale de la Corée, la principale chaîne de montagnes, la chaîne de T'aebaek, s'étend du nord au sud le long du bord de la mer du Japon, qui se trouve au large de la côte est de la péninsule. Environ aux trois quarts de la péninsule, cependant, à peu près au trente-septième parallèle, la chaîne de montagnes vire au sud-ouest, divisant la péninsule presque au milieu. Cette extension, la chaîne de Sobaek, s'est avérée politiquement importante, les tribus à l'ouest n'étaient protégées par aucune barrière naturelle contre la partie occupée par les Chinois de la péninsule, tandis que celles au sud-est étaient protégées. De plus, la présence des montagnes empêchait les tribus des deux régions d'établir des contacts étroits.

Les États tribaux du sud-ouest ont été les premiers à s'unir, appelant leur royaume centralisé Paekche. Ce processus s'est produit au milieu du IIIe siècle après JC, après que l'armée chinoise de la dynastie Wei (220-65 après JC), qui contrôlait Lolang, ait menacé les tribus en 245 après JC. Le royaume de Silla a évolué dans le sud-est. Les historiens de Silla ont fait remonter l'origine du royaume à 57 avant J.-C., mais les historiens contemporains considèrent le roi Naemul (356-402) comme ayant été le premier souverain. Certains des États tribaux de la région du cours inférieur du fleuve Naktong, le long de la côte centre-sud de la péninsule, n'ont rejoint aucun de ces royaumes. Sous le nom de Kaya, ils formaient une ligue de cités-États fortifiées qui menaient un vaste commerce côtier et entretenaient également des liens étroits avec les États tribaux de l'ouest du Japon. Pris en sandwich entre les plus puissants Silla et Paekche, Kaya a finalement été absorbé par ses voisins au cours du VIe siècle.

Le royaume du nord de Koguryo a émergé parmi les peuples indigènes le long des rives de la rivière Yalu. Les Chinois Han s'emparèrent de la région en 108 av. Partant d'un point le long de la rivière Hun (un affluent du Yalu), les rebelles ont étendu leurs activités au nord, au sud et au sud-est, menaçant de plus en plus l'autorité chinoise. En l'an 53 de notre ère, Koguryo s'était fusionné en un royaume centralisé indépendant, la chute subséquente de la dynastie Han et les divisions politiques qui s'ensuivirent en Chine permirent à Koguryo de consolider et d'étendre son pouvoir. Malgré les attaques répétées des forces d'opposition chinoises et autres, en 391, les dirigeants du royaume avaient acquis le contrôle incontesté de toute la Mandchourie à l'est de la rivière Liao ainsi que des régions du nord et du centre de la péninsule coréenne. Le souverain le plus connu de Koguryo, le roi Kwanggaet'o - dont le nom signifie littéralement « grand étendeur de territoire » - n'a vécu que trente-neuf ans, mais a régné vingt et un ans, de 391 à 412. Au cours de cette période, Kwanggaet 'o a conquis 65 villes fortifiées et 1 400 villages, en plus d'aider Silla lorsqu'elle a été attaquée par les Japonais. Ses réalisations sont enregistrées sur un monument érigé en 414 dans le sud de la Mandchourie. Koguryo a déplacé sa capitale à P'yongyang en 427 et a régné sur le territoire au nord de la rivière Han. Mais l'expansion de Koguryo l'a amené à entrer en conflit avec la dynastie Sui de Chine (581-617) à l'ouest et Silla, qui commençait à s'étendre vers le nord, au sud.

Bien que Koguryo ait été assez fort pour repousser les forces de la dynastie Sui, les attaques combinées de Silla et de la dynastie Tang de Chine (618-907) se sont avérées trop redoutables. L'allié de Koguryo dans le sud-ouest, Paekche, tomba devant Tang et Silla en 660. Les alliés victorieux continuèrent leur assaut sur Koguryo pendant les huit années suivantes et finirent par vaincre le royaume fatigué, qui souffrait d'une série de famines et de conflits internes.

Silla unifia ainsi la Corée en 668, mais la dépendance du royaume vis-à-vis de la dynastie Tang de la Chine avait un prix. Finalement, Silla a dû résister de force à l'imposition de la domination chinoise sur toute la péninsule, ce que les dirigeants de Silla ont fait, mais leur force ne s'est pas étendue au-delà de la rivière Taedong. Une grande partie de l'ancien territoire de Koguryo a été cédée aux Chinois et à d'autres États tribaux. Il restait aux dynasties ultérieures à repousser la frontière vers le nord jusqu'aux rivières Yalu et Tumen.


Qu'est-il arrivé aux royaumes de Corée?

Les royaumes ont finalement été réunis sous la bannière unique du royaume de Silia après avoir été repris par une coalition de la dynastie Tang en Chine et des forces de Silla. Le royaume unifié de Silla durera 267 ans.

Il est possible de voir des reliques des royaumes de Corée lors d'une tournée indépendante spécialement organisée. Contactez-nous ici pour plus d'informations.

À propos de l'auteur du message

Nicolas Platt

Nic est le prodige nord-coréen du YPT et le guide touristique par extraordinaire. Alors qu'il n'est pas en tournée, vous pouvez généralement le trouver dans un restaurant nord-coréen en Chine, en train d'étudier le coréen ou de voyager dans des régions uniques du monde.


Silla

Selon les archives coréennes, en 57 av. J.-C., Seorabeol (ou Saro [ désambiguïsation nécessaire ] , plus tard Silla) dans le sud-est de la péninsule a unifié et élargi la confédération des cités-États connue sous le nom de Jinhan. Même si Samguk Sagi des documents indiquant que Silla était le plus ancien des trois royaumes, d'autres documents écrits et archéologiques indiquent que Silla était probablement le dernier des trois à établir un gouvernement centralisé.

Rebaptisé de Saro à Silla en 503, le royaume a annexé la confédération Gaya (qui à son tour avait absorbé Byeonhan plus tôt) dans la première moitié du VIe siècle. Goguryeo et Baekje ont répondu en formant une alliance. Pour faire face aux invasions de Goguryeo et de Baekje, Silla a approfondi ses relations avec la dynastie Tang, avec son nouvel accès à la mer Jaune rendant possible un contact direct avec les Tang. Après la conquête de Goguryeo et de Baekje avec ses alliés Tang, le royaume de Silla chassa les forces Tang hors de la péninsule et occupa les terres au sud de Pyongyang.

La capitale de Silla était Seorabeol (maintenant Gyeongju "Seorabeol", "서라벌" en Hangul ou "徐羅伐" en Hanja, est supposé avoir été l'ancien terme coréen pour "capitale"). Le bouddhisme est devenu la religion officielle en 528. Le reste de la culture matérielle du royaume de Silla, y compris l'orfèvrerie unique, montre l'influence des steppes nomades du nord, la différenciant de la culture de Goguryeo et de Baekje où l'influence chinoise était plus prononcée.


Période des Trois Royaumes - 57 av. J.-C. - 676 ​​ap. J.-C.

Le territoire au sud de la rivière Han est relativement éloigné du continent asiatique. Par conséquent, les personnes qui y vivent ont d'abord pu se développer de manière indépendante, sans trop s'impliquer dans les événements sur le continent. Les premiers colons de cette région se sont progressivement organisés en quelque soixante-dix États claniques qui ont été à leur tour regroupés en trois confédérations tribales connues sous le nom de Chinhan, Mahan et Pyonhan. Chinhan était situé au centre de la péninsule, Mahan au sud-ouest et Pyonhan au sud-est. Leurs économies étaient principalement agricoles et leur niveau de développement était tel qu'ils ont construit des réservoirs et des installations d'irrigation. Ces États tribaux ont commencé à être affectés par ce qui se passait dans la région au nord de la rivière Han vers le premier siècle avant JC.

Vers le milieu du IIIe siècle de notre ère, la menace chinoise a commencé à servir de force politique unificatrice parmi les confédérations lâches de tribus dans la partie sud de la péninsule. Adoptant le système politique chinois comme modèle, les tribus ont fini par fusionner en deux royaumes, augmentant ainsi leurs chances de survie face à l'expansionnisme chinois. Les deux royaumes finirent par jouer un rôle important dans l'histoire coréenne.

Les caractéristiques géographiques des parties méridionales du pays, en particulier la configuration des chaînes de montagnes, ont fait émerger deux royaumes plutôt qu'un. Dans la partie centrale de la Corée, la principale chaîne de montagnes, la chaîne de T'aebaek, s'étend du nord au sud le long du bord de la mer du Japon, qui se trouve au large de la côte est de la péninsule. Environ aux trois quarts de la péninsule, cependant, à peu près au trente-septième parallèle, la chaîne de montagnes vire au sud-ouest, divisant la péninsule presque au milieu. Cette extension, la chaîne de Sobaek, s'est avérée politiquement importante, les tribus à l'ouest n'étaient protégées par aucune barrière naturelle contre la partie occupée par les Chinois de la péninsule, tandis que celles au sud-est étaient protégées. De plus, la présence des montagnes empêchait les tribus des deux régions d'établir des contacts étroits.

Les États tribaux du sud-ouest ont été les premiers à s'unir, appelant leur royaume centralisé Paekche. Ce processus s'est produit au milieu du IIIe siècle après JC, après que l'armée chinoise de la dynastie Wei (220-65 après JC), qui contrôlait Lolang, ait menacé les tribus en 245 après JC. Le royaume de Silla a évolué dans le sud-est. Les historiens de Silla ont fait remonter l'origine du royaume à 57 avant JC, mais les historiens contemporains considèrent le roi Naemul (356-402) comme ayant été le premier souverain. Certains des États tribaux de la région du cours inférieur du fleuve Naktong, le long de la côte centre-sud de la péninsule, n'ont rejoint aucun de ces royaumes. Sous le nom de Kaya, ils formaient une ligue de cités-États fortifiées qui menaient un vaste commerce côtier et entretenaient également des liens étroits avec les États tribaux de l'ouest du Japon. Pris en sandwich entre les plus puissants Silla et Paekche, Kaya a finalement été absorbé par ses voisins au cours du VIe siècle.

Le royaume du nord de Koguryo a émergé parmi les peuples indigènes le long des rives de la rivière Yalu. Les Chinois Han se sont emparés de la région en 108 avant JC, mais dès le début, les dirigeants chinois ont affronté de nombreux soulèvements contre leur domination. Partant d'un point le long de la rivière Hun (un affluent du Yalu), les rebelles ont étendu leurs activités au nord, au sud et au sud-est, menaçant de plus en plus l'autorité chinoise.

En 53 après JC, Koguryo s'était fusionné en un royaume centralisé indépendant, la chute subséquente de la dynastie Han et les divisions politiques qui s'ensuivirent en Chine permirent à Koguryo de consolider et d'étendre son pouvoir. Malgré les attaques répétées des forces d'opposition chinoises et autres, en 391, les dirigeants du royaume avaient obtenu le contrôle incontesté de toute la Mandchourie à l'est de la rivière Liao ainsi que des régions du nord et du centre de la péninsule coréenne. Le souverain le plus connu de Koguryo, le roi Kwanggaet'o - dont le nom signifie littéralement "grand étendeur de territoire" - n'a vécu que trente-neuf ans, mais a régné vingt et un ans, de 391 à 412.

Au cours de cette période, Kwanggaet'o a conquis 65 villes fortifiées et 1 400 villages, en plus d'aider Silla lorsqu'elle a été attaquée par les Japonais. Ses réalisations sont enregistrées sur un monument érigé en 414 dans le sud de la Mandchourie. Koguryo a déplacé sa capitale à P'yongyang en 427 et a régné sur le territoire au nord de la rivière Han. Mais l'expansion de Koguryo l'a amené à entrer en conflit avec la dynastie Sui de Chine (581-617) à l'ouest et Silla, qui commençait à s'étendre vers le nord, au sud.

Bien que Koguryo ait été assez fort pour repousser les forces de la dynastie Sui, les attaques combinées de Silla et de la dynastie Tang de Chine (618-907) se sont avérées trop redoutables. Koguryo's ally in the southwest, Paekche, fell before Tang and Silla in 660 the victorious allies continued their assault on Koguryo for the next eight years and eventually vanquished the weary kingdom, which had been suffering from a series of famines and internal strife.

Silla thus unified Korea in 668, but the kingdom's reliance on China's Tang Dynasty had its price. Eventually Silla had to forcibly resist the imposition of Chinese rule over the entire peninsula, which Silla's rulers did, but their strength did not extend beyond the Taedong River. Much of the former Koguryo territory was given up to the Chinese and to other tribal states. It remained for later dynasties to push the border northward to the Yalu and Tumen rivers.

After the Three Kingdoms period, Korea witnessed the rise and fall of three dynasties--unified Silla (668-935), Koryo (918-1392), and Choson (1392-1910). Each of these dynasties was marked by initial periods of consolidation, the flourishing of civilization, and eventual decline.

The Goguryeo controversy in South Korea began in 2004 when PRC scholars at the state-funded Chinese Academy of Social Sciences (CASS), working to promote an idea of a "Greater China" national identity in what was called the "Northeast Project," claimed the Goguryeo kingdom as a part of the regional history of China rather than as a Korean kingdom. This created strong concerns in the ROK over fears that the "Greater China" nationalism, as demonstrated by the PRC's Northeast Project, might be used to justify expansionism into areas of historic Chinese dominance such as the Korean peninsula, according to Korean scholars.

More than just the fear of Chinese territorial designs, the elimination of the larger Korean nation was perceived as a possibility if the Northeast Project was indicative of the PRC's strategy in East Asia. The fear of Korea being "swallowed" by China contrasted sharply with the former prevailing view that the PRC was becoming a benevolent power, more interested in business and commerce than territorial expansion.


Goryo (Korea), After the Three Kingdoms

This is the third blog I will make about Korean history. The first one talked about the original people on the Korean Peninsula. If you look up the dates, those people came to Korea in 2333 B. C. They say their first emperor, Dangun, was the son of a son of God and a bear who became a woman (probably a tamed wild woman). In the timeline of the world, it makes a lot of sense because around that time, was the Tower of Babel, and all the languages were confused, and the people scattered all over the earth because they couldn’t speak to one another. It is possible that Dangun’s father was someone who had been at the Tower of Babel because according to Hamil, a ship wrecked sailor who came to Korea when it was shut off from the outside world, the Koreans were telling the story of the Tower of Babel before they ever heard about Christianity, and this is what the Koreans believe. Their territory was the whole Korean Peninsula and Manchuria. Even though a Chinese tribe took Manchuria away from Korea at the end of this time period, Korea was not finished with Manchuria. At this time, Korea was called Gojeoson.

In the second blog I did about Korean History, I talked about the three kingdoms of Korea: Bekjae, Shilla, and Goguryo which lasted from the first century B. C. to 676 A. D. Each of these kingdoms had specific characteristics and were interesting, and you can read about them in my previous blog about Korean History. At the end of this period of time, a general from Goguryo got Manchuria back, and Shilla, the area around the Han River and Seoul, fought to unite Bekjae, Shilla, and Goguryo with the Chinese assistance, and Korea became known as Shilla. You can read about Shilla in my previous blog. Eventually, the people from Manchuria called themselves Goryo, and united all of the Korean Peninsula and Manchuria again back to the land mass that was the original Gojeoson kingdom, but they called it Goryo.

Goryo lasted from 936 A. D. to 1392 A. D. After they reunification of all of the Korean Peninsula and Manchuria, they worked on social stability. They tried to achieve it with Buddhism as the national religion and Confucianism as its political philosophy. There were a lot of artists among the people of this time who worked with porcelain. They also invented a metal printing printing press. I have been to museums that talked about how good the old people of Korea were when it came to pottery and dish making that the Japanese used to invite them as workers to Japan to make dishes and pottery for them, and later, in another time period, the Japanese used to make war on the Koreans and take their artisans back to Japan to work because of their skill and talent. Along the Silk Road, the old world trading route that stretched from Europe, through the Middle East, and on into China, Goryo became known for its abilities with pottery and dishes and well for its printing press. They did a lot of trading.

Along the Old Silk Road, The Old Silk Road was a trading route between China and Europe that went through the middle east.

During the Goryo period is when the rest of the world began calling Goryo, Korea. I have blogged about this somewhere else before, but I can’t remember which blog. It makes sense if you know about the Korean language that the foreigners would call Goryo Korea. You see, there is a letter in Korea that is nebulous. It is sometimes pronounced as the letter “k” and sometimes pronounced as the letter “g.” If you go down to the subway station in Korea, you can really see it. The word for station in Korean is “yok,” and when you see it written in English on the wall of the subway station, that is how they write it. However, when they write it in Korean, they use that nebulous letter that could be either “k” or “g.” I have learned that every person you talk to pronounces the letter slightly differently. If you ride a taxi in Hwagok wanting to go to Hwagok Yok, I learned a long time ago to ignore the English spelling and say, “Hwagong yong” to the taxi driver. If I don’t, the taxi driver will be confused and I will never get there. However, if you get away from Hwagok, in another area of Seoul and say “Hwagong” it confuses them because they will say “Hwagok.” It has become an accent in different places even within Seoul to pronounce this letter differently. Those early people along the Silk Road heard “Koryo” instead of “Goryo,” and the word Korea evolved.

If you keep up with my historical blogs about Korea, the next period of history after Goryo is the Jeoson period. The Koreans talk a lot about the Jeoson period if you go site seeing. The Koreans are very proud of this period of time. They made a lot of progress during the Jeoson period. This is a short recap from the beginning and ending with the Goryo period, and if you are keeping up, the next historical blog will we about the Jeoson period of Korean history.


Respond to this Question

Social studies

Early Chinese rulers established ________________ by conquering and uniting kingdoms under the rule of one emperor. A. Dikes B. Dynasties***** C. Mandates D. villages From 624 to the early 1100s, the _____________ ruled over a

Histoire

How did the Chinese government react to the fall of Communist Russia? The Chinese government predicted that its own system could collapse, since it had been based on the Soviet Communist model. When Soviet states withdrew from the

Histoire

Which option accurately describes Chinese culture’s motivation to sail vast oceans during the Age of Discovery? A. The Chinese sailed vast oceans to find a lost city of gold in South America. B. The Chinese sailed vast oceans to

L'histoire

Which option accurately explains Chinese influence on modern warfare? A) The Chinese developed the catapult, which was later adopted by the Romans to conquer territories in the Near East. B) The Chinese developed guns and

Social studies

Which elements of Chinese culture spread throughout the world?

Social studies

1. Command Economy| Mixed Economy China, Taiwan, South Korea, North Korea, and Japan. place these country into the correct economy 2. Say "this one" inside the | | to show the correct government for each country |Autocratic|

Histoire

Which accurately describe the causes of the contentious relationship between President Truman and General MacArthur? (Select all that apply.) a. Truman favored a containment policy on Communism, while MacArthur wanted to pursue

L'histoire

Which elements of Chinese culture spread throughout the world? Select all that apply. A. **** gunpowder B. Hinduism C. feudalism D. ***** Buddhism E. celadon**

L'histoire

What policies led to the Boxer Rebellion? (Select all that apply.) A.Christian missionary activity caused cultural tension with traditional Chinese views. B.Japanese and European spheres of influence gave foreigners special

Histoire

Which most accurately describes how Chinese cultural advancements influenced later civilizations? the Chinese invented the odometer, which was used for measuring distances traveled the Chinese invented the moveable type press,

Social studies

How did the Silla turn Korea into an economic and cultural center? A. by giving greater independence to the aristocracy B. by establishing trade networks between Japan, China, and India C. by freeing Korea from the influence of

Social studies

Why did early Chinese civilizations and dynasties thrive for thousands of years with little outside influence? A. The Great Wall prevented invasions. B. The Chinese did not need to trade for goods and resources. C. Mountains and


A Guide To Historical Period Kdramas

Are you a fan of Sageuk ou Historical period korean dramas? If you are, then you must have noticed that aside from aesthetic sceneries, fabulous clothes and grandiose palaces, Korea has a long and interesting political history.

Sageuk drama is a great way to learn about Korea’s fascinating history and culture. Thus, we listed each of the historical periods and popular kdramas that took place in that reign. Join us as we travel and learn about the past!

1. Three Kingdoms Of Korea

This period started when the Korean Peninsula was divided into three Ancient Kingdoms namely Goguryeo, Baekje, and Silla. Each of the Kingdom has their own unique distinction.

Located on the Northernmost part and was the largest of the three kingdoms. It was founded by Jumong who was known for his archery skills and who was believed to be the grandson of the water god Habaek.

It is the kingdom located in the Southwest part of the Peninsula. It was founded by the third son of Jumong, Onjo. Baekje was known for its naval power.

Located in the Southeast portion of the peninsula. Silla dynasty was known for its heavily decorated costumes and palaces. They were known to wear plenty of accessories. Thus, this dynasty is known as the glittery nation. This era gave birth to the Hwarangs, a group of male warriors who studied art, martial arts, and swordsmanship. Silla is known for their hierarchical system called the bone rank system. This is a rigid lineage-based system that will rank you according to your position in the society.

2. Unified Silla and Balhae

With the help of China, Silla defeated Goguryeo and Baekje and was able to unify the three kingdoms in the South, the peninsula was later called the Unified Silla. Meanwhile in the North, Dae Jo Yeong founded Balhae as a successor state of Goguryeo.

The dynasty that ruled over for centuries. Established by King Taejo. The name Goryeo inspired the name of Korea.

Most of historical kdramas took place in this period because of its rich advancement in arts, science, and literature but among all the significant achievements in this reign was the birth of Hangul which was invented by King Sejong.

5. The Japanese Occupation

Japan officially took control of Korea in 1910 and renamed it Chosen. Japanese reign was often quite harsh. For the first ten years Japan ruled directly through the military, and any Korean dissent was ruthlessly crushed. Japanese occupation of Korea lasted until 1945 when the Japanese were defeated in World War II. Following the war, Korea was divided by Western powers.

6. Korean War

The Korean War was a war between North Korea and South Korea. The war started on June 1950 when North Korea invaded South Korea following a series of clashes along the border. As a product of the Cold War between the Soviet Union and the United States, Korea had been split into two sovereign states.

That was a long trip! If you were given the chance to travel back in these periods, which dynasty would you like to go?


Voir la vidéo: Histoire de la Chine #3 - Les Trois Royaumes et les Seize Royaumes