HMS Indomptable en août 1942

HMS Indomptable en août 1942

HMS Indomptable en août 1942

HMS Indomptable, vu lors du convoi d'août 1942 vers Malte.

Tiré de Fleet Air Arm, HMSO, publié en 1943, p.85


Le HMS Indomitable vu du HMS Victorious, lors d'un convoi à Malte, août 1942 [955 x 1289]

Je pense que l'opération Pedestal a été l'une des opérations navales à grande échelle les plus incroyables et les plus héroïques de l'histoire. Et certainement l'une des opérations navales les plus importantes de la Seconde Guerre mondiale.

La Royal Navy a tenté de diriger ce qui était probablement le convoi le plus lourdement escorté de la guerre, à travers un gant d'avions de l'axe, de sous-marins et de navires de surface. 4 porte-avions (+2 de plus en soutien), 2 cuirassés, 7 croiseurs et 32 ​​destroyers étaient partis avec 15 cargos (dont ce qui était alors le plus grand pétrolier du monde, le SS Ohio) de Gibraltar vers Malte.

Au cours de 3 jours de navigation (plus 2 de plus pour certains retardataires), le convoi a été impitoyablement matraqué par les forces de l'axe, ce qui a entraîné le naufrage de 2 croiseurs, d'un porte-avions et d'un destroyer, et de tous les cargos sauf 5. Cependant, les 5 qui l'ont fait (y compris l'Ohio) ont permis à Malte de survivre et de continuer à fonctionner comme une base importante à partir de laquelle les lignes d'approvisionnement de l'axe vers l'Afrique du Nord ont été attaquées. Au final, s'il s'agit d'un succès tactique pour les forces de l'Axe, ce fut l'une des plus importantes victoires stratégiques alliées de la guerre, même si cela a coûté cher.

L'histoire du pétrolier SS Ohio est particulièrement impressionnante - elle a été touchée par plusieurs bombes, à cheval sur encore plus, touchée par une torpille de sous-marin et même un bombardier en piqué Ju-87 qui tombe. Cependant, il était toujours à flot, en grande partie à cause de la flottabilité de sa cargaison, et après l'échec des tentatives de remorquage, une paire de destroyers lui a été "attachée", un de chaque côté. Ils se sont glissés lentement dans le Grand Port de La Valette, 2 jours après la majorité des survivants du convoi, le 15 août, qui était également la fête chrétienne de l'Assomption de Marie, ce qui a conduit à l'opération appelée Santa Maria. convoi parmi la population maltaise.

L'Imperial War Museum propose une grande sélection de photographies de l'opération, et Wikipedia a un article bien écrit à ce sujet, mais celui ci-dessous est encore meilleur :


La Méditerranée[modifier | modifier la source]

En juillet, Indomptable retourné au Royaume-Uni. Elle était bientôt de retour dans l'action, participant à l'opération Piédestal, le plus grand convoi pour ravitailler l'île assiégée de Malte. Ce convoi comprenait 14 cargos et une escorte sans précédent de navires de guerre : Caire, Charybde, Aigle', Indomptable, Victorieux, Kenya, Manchester, Nelson, Nigeria, Phoebe, Rodney, Sirius, et 32 ​​destroyers. Un objectif était de Furieux lancer ses Spitfires pour atterrir à Malte où ils resteraient, cela a été fait avec succès le 11 août, et Furieux retourna à Gibraltar.

12 août 1942 : HMS Indomptable en feu après avoir été bombardé. HMS Charybde contrôle le transporteur

Pendant l'opération Indomptable a été touché par deux bombes de 500 kg et a subi trois quasi-accidents. Une bombe de 500 kg a pénétré dans la partie non blindée du poste de pilotage, causant des dommages qui l'ont obligée à se retirer pour des réparations, bien qu'elle ait pu naviguer à 28,5 nœuds en moins de deux heures après les coups. Il a navigué aux États-Unis, où les réparations ont été achevées en février 1943, après quoi il est immédiatement retourné en Méditerranée. Elle a été torpillée par un bombardier Ju-88 ΐ] le 16 juillet Α] Β] tout en soutenant la préparation de l'invasion alliée de la Sicile (Opération Husky), et est retournée aux États-Unis où les réparations étaient terminées. Elle a commencé ses essais en mer le 10 avril 1944. Γ]


Vous voulez en savoir plus sur HMS Indomptable ?

Gnr. Dennis Marles Johnson HMS Indomptable

Dennis Marles Johnson était mon beau-père. Il est né en 1925 et au début de la Seconde Guerre mondiale, il était sur le point de quitter l'école et de commencer à travailler. Dans la première partie de la guerre, il a aidé en tant que guetteur d'incendie. Son 15e anniversaire, le 29 décembre 1940, a été le pire jour du blitz à Londres et il l'a passé à regarder les incendies du haut des immeubles dans lesquels il vivait, les immeubles Compton à Clerkenwell.

Il s'est enrôlé dans la marine à l'âge de 18 ans et après une formation à Whale Island, il a été affecté au HMS Wren. Il a passé les premières semaines de son service à essayer de monter à bord du navire alors qu'il n'arrêtait pas d'être envoyé dans des endroits où il était censé être amarré pour découvrir qu'il avait déménagé ailleurs. Finalement, il a servi comme artilleur escortant des convois. Il a été transféré sur le HMS Indomitable vers la fin de la guerre, aidant au transfert des prisonniers de guerre et des soldats démobilisés vers le Royaume-Uni depuis l'Australie et l'Extrême-Orient.

Den est décédé en 2003. Il a toujours été un gars agréable et facile à vivre, qui a très peu parlé de ses expériences de guerre, bien qu'il ait écrit des mémoires sur son enfance à Clerkenwell entre les guerres et pendant la Seconde Guerre mondiale. .

Bois de "bois" de Marine Albert George

  • HMS Howe 1944-1946.
  • St. George de juin à novembre 1946.
  • HMS Glasgow décembre 1946-novembre 1947
  • HMS Indomptable mai-septembre 1950.
  • HMS Implacable septembre-avril 1953

L/Sto1. George Swann HMS Manchester

George Swann a rejoint la Royal Navy au début de la guerre en 1939 en tant que chauffeur sur Victory 2, rejoignant le HMS Manchester l'année suivante. Lors de cette terrible nuit pendant le convoi maltais après le sabordage du navire, il a fini en mer, pendant un certain temps, jusqu'à ce qu'il soit récupéré par un navire américain qui rentrait chez lui.

Il a terminé à New York, est resté trois semaines et est rentré chez lui pour rejoindre le Victory 2 et continuer la guerre, se déplaçant sur le HMS Vernon, le HMS Indomitable, le HMS Victory et d'autres navires. Il a dû aimer la vie de marin, car à la fin de la guerre, il est resté jusqu'à ce qu'il soit finalement mis à la retraite en 1958.

De toute façon, il ne pouvait pas avoir la mer de sa poitrine, alors il a acheté un pub à Portsmouth avec sa femme Peggy et l'a dirigé jusqu'à sa mort en 1993. L'année dernière, sa fille, Brenda est décédée et quelques mois plus tard, son dernier frère, Trevor. décédé aussi. En tant que neveu aîné, toutes les vieilles photos m'ont été transmises, et j'ai été frappé par la photo d'un de ses compagnons de bord avec sa femme, une belle photo. Cependant, au revers, est écrit "Topsy", l'ami de papa, tué sur le HMS Manchester, Malte Convoi 1941, Albert Turner. DÉCHIRURE. Si la famille de Topsy voit cette annonce, je serais ravi de leur envoyer cette carte.

Il a obtenu l'étoile du Pacifique, l'étoile de l'Italie, l'étoile de la France et de l'Allemagne,

CPO. Lawrence Oliver MI. HMS Indomptable

CPO. Alfred James Garland HMS Indomptable

PO. Charles Dabbs HMS Indomptable

CPO. Charles Thomas "Snowy" Johnson HMS Nelson

Mon père, Charles Thomas Johnson, a rejoint la Royal Navy en 1936 en s'enrôlant au HMS Ganges alors qu'il était encore un garçon. Il a continué à servir jusqu'en 1961, atteignant le grade de CPO Gunner's Mate, dont il était naturellement fier. Pendant la guerre, il a servi sur plusieurs navires dans plusieurs théâtres, en voici quelques-uns, le HMS Nelson, le HMS Mayala, le HMS Valient, le HMS Indomitable, le HMS Illustrious, et bien d'autres encore. Il était un ardent joueur de hockey et boxeur, en plus d'être un peu un garçon. Il nous a laissé de nombreuses queues de marins de la vie en mer et du plaisir à terre.

Si de vieux navires ou leurs familles qui le connaissaient étaient là-bas, ce serait formidable d'avoir de leurs nouvelles.

Je suis le deuxième fils de James Dow. Malheureusement, je n'ai pas beaucoup d'histoires à raconter sur mon père, seulement qu'il a servi comme ingénieur sur le HMS Formidable pendant les années de guerre et qu'il a également été impliqué avec le HMS Indomitable, je pense. J'ai quitté l'Ecosse en 1972 pour l'Australie, et je suis toujours là. Il m'a alors dit qu'il avait été à Sydney en Australie pendant la Seconde Guerre mondiale, donc je n'allais pas être le premier Dow à mettre les pieds sur Bondi Beach, comme il l'avait fait pendant la guerre.

Papa est malheureusement décédé en 1992. Je me demandais s'il y aurait des dossiers disponibles sur son service pendant cette période et des informations qui pourraient m'aider à rassembler des éléments sur sa durée de vie à ce moment-là.


La marine sud-africaine ’s ‘elephant in the room’

Il y a un très gros éléphant dans la pièce quand il s'agit des entreprises de commémoration et de commémoration de la fraternité navale sud-africaine. Très souvent, dans la fraternité des vétérans et les cercles de la marine sud-africaine, il y a une dispute qui fait rage : pourquoi la marine sud-africaine et la SANDF ne commémorent-elles que le naufrage du SS Mendi pendant la Première Guerre mondiale alors que peu d'attention est accordée au naufrage du Le président de la SAS Kruger ? C'est "politique" est le chant universel de l'incrédulité et de l'honneur manqué, une parodie de la rhétorique de l'African National Congress (ANC) de vaincre constamment les forces statutaires de la "vieille marine" et de la SADF.

Mais ils ignorent un très gros "éléphant", quelque chose qui a commencé comme une parodie bien avant que l'ANC n'arrive au pouvoir en 1994. C'est un éléphant qui se trouve carrément à la porte de l'ancien gouvernement nationaliste de l'apartheid et qui est entièrement leur Faire. Quand ils sont arrivés au pouvoir, ils ont commencé à vaincre tous ceux qui soutenaient la Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale comme une sorte de traître, d'autant plus que la marine sud-africaine était si intrinsèquement liée à la Royal Navy via l'accord de Simonstown qu'ils n'ont jamais vraiment institué monuments ou commémorations en leur honneur. Pour les vieux nationalistes afrikaners, surtout quand il s'agissait de la marine, c'était le problème de la Grande-Bretagne de se souvenir de tout sacrifice avant 1948 ou même avant 1957 d'ailleurs lorsque la base navale de Simonstown a été officiellement remise par La Grande-Bretagne à l'Afrique du Sud.

En conséquence, la portée de notre sacrifice pendant la Seconde Guerre mondiale est à peine mentionnée dans l'argument « Mendi contre le président Kruger ». En fait, l'ampleur, l'ampleur de ce sacrifice surprendra de nombreux Sud-Africains, y compris notre fraternité de vétérans de la Marine et le personnel actuel de la Marine.


L'éléphant du sacrifice

Pour vous donner une idée de la taille de cet éléphant dans la pièce, couvrons le tableau d'honneur, il dépasse de loin tout sacrifice naval sud-africain à l'époque de l'après-guerre. Pourtant, la marine sud-africaine et le gouvernement actuel n'y prêtent absolument aucune attention, pas du tout, pas un seul défilé ou cérémonie officielle de la marine sud-africaine (SAN). Pas même un mémorial naval dédié n'est donné à ces hommes.

Nous commençons avec les propres navires de l'Afrique du Sud perdus pendant la Seconde Guerre mondiale, tous des dragueurs de mines. (Note sur le tableau d'honneur lors de sa lecture, SANF signifie que le membre faisait partie des « Forces navales sud-africaines » et MPK signifie « Disparu présumé tué »).

Le premier navire sud-africain perdu en Méditerranée près de Tobrouk était le HMSAS Floe Sud avec son histoire remarquable d'un seul survivant (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez ici: Le HMSAS Southern Floe était la première perte de navire de la SA Navy et il porte avec lui une histoire de survie remarquable.).

Le tableau d'honneur des sacrifices sur le HMSAS Southern Floe est le suivant :

ANDERS, John, intendant, 69637 (SANF), MPK
BOWER, Robert, Stoker 1c, 69935 (SANF), MPK
BRAND, Leslie A, matelot de 2e classe, 69828 (SANF), MPK
CAULFIELD, Patrick, délégué syndical, 69802 (SANF), MPK
CHANDLER, Charles R D, Cuisinier (S), 69613 (SANF), MPK
CHENOWETH, Richard, Stoker 1c, 67420 (SANF), MPK
FAIRLEY, Alexander E, sous-lieutenant SANF, MPK
FRIEDLANDER, Cecil A, matelot de 2e classe, 114703 (SANF), MPK
GARDINER, Elliott, matelot de 2e classe, 67260 (SANF), MPK
GREENACRE, John H, Matelot de 1re classe, 69677 (SANF), MPK
HEASMAN, Gratwicke E E, Artificier de la salle des machines 4c, 69784 (SANF), MPK
HOGG, Roy S, sous-lieutenant, SANF, MPK
INNES, Ian Mck, sous-lieutenant, SANF, MPK
LEWIS, John Edward Joseph, :Lieutenant, 70019 (SANF), MPK
MARSH, Reginald H Y, matelot de 2e classe, 69911 (SANF), MPK
MITCHELL, William N, matelot de 2e classe, 69787 (SANF), MPK
NEL, Eloff R, matelot de 2e classe, 69635 (SANF), MPK
NICHOLSON, Douglas O, matelot de 2e classe, 66833 (SANF), MPK
PUGH, John R, matelot de 2e classe, 66877 (SANF), MPK
RYALL, David R, matelot de 2e classe, 69999 (SANF), MPK
SHIMMIN, William, chauffeur principal, 69661 (SANF), MPK
SIENI, Joseph F, matelot de 2e classe, 69788 (SANF), MPK
SNELL, Harold W, télégraphiste de premier plan, 69827 (SANF), MPK
STANLEY, Gordon J, matelot de 2e classe, 66963 (SANF), MPK
WALTON, Dudley N, sous-lieutenant, SANF, MPK

Le deuxième navire perdu était le HMSAS Parktown, qui est tombé au combat lors de la chute de Tobrouk en Libye, avec le HMSAS Bever combattant à ses côtés dans le port ).

Le tableau d'honneur du sacrifice lorsque le HMSAS Parktown a coulé le 21 juin 1942 comme suit :

BROCKLEHURST, Peter S, matelot de 2e classe, 70457 (SANF), MPK
COOK, John A, Stoker 1c, 70256 (SANF), MPK
JAGGER, Leslie J, Lieutenant SANF, 70016 (SANF), MPK
MCEWAN, William A, délégué syndical, 69686 (SANF), MPK
TREAMER, Arthur P, Maître, 71109 (SANF), MPK

Le troisième navire à être perdu était le navire jumeau du HMSAS Parktown, le Boisson HMSAS qui est descendu plus tard dans la guerre lors de la libération de la Grèce lorsqu'il a heurté une mine, et porte avec son histoire une histoire de survivants miraculeux (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez ici"Sous une grêle d'obus" courage et la perte du HMSAS Bever).

Le tableau d'honneur des sacrifices du 30 novembre 1944 lorsque le HMSAS Bever a coulé comme suit :

ARMERANTIS, Sideris, Stoker 1c, 282953 V (SANF), MPK
DE PACE, Luigi S, Maître, 66539 V (SANF), MPK
DE REUCK, Leslie B, Télégraphiste, 75320 V (SANF), MPK
DREYER, Peter, Chef cuisinier (S), 585236 V (SANF), MPK
HIGGS, George E, Stoker 1c, 562712 V (SANF), MPK
MARI, Charles A, Stoker 1c, 280098 V (SANF), MPK
BOUILLOIRES, John D, Artificier de la salle des machines 3c, 562458 (SANF), MPK
LAWLOR, Robert J, Act/Chief Motor Mechanic 4c, P/KX 127225, MPK
LINDE, Carl M, matelot de 2e classe, 71194 V (SANF), MPK
LYALL, John DR, Stoker 1c, 562179 V (SANF), MPK
MATTHEWS, William R, Leading Wireman, 562794 V (SANF), tué
PHILLIPSON, Joseph H, Signaleur, 181160 V (SANF), MPK
RODDA, Harold J, Stoker 1c, 70451 V (SANF), (a servi sous le nom de Harold J Andresen), MPK
SCRIMGEOUR, Quintin, officier marinier, 69691 (SANF), MPK
TRUSCOTT, E (initial seulement) W, matelot de 2e classe, 585184 V (SANF), MPK
WHITE, Claude, Matelot de 1re classe, 586420 V (SANF), MPK
WILLIAMS, Desmond, matelot de 2e classe, 70433 V (SANF), tué

Le dernier dragueur de mines perdu était le HMSAS Treern, il a été tragiquement perdu juste à la fin de la guerre avec un seul survivant, et il reste le dernier navire sud-africain à être perdu au combat, même à ce jour, pourtant presque personne n'est au courant de son histoire (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez iciLe dernier navire de la marine sud-africaine à être perdu au combat HMSAS Treern).

Voici le tableau d'honneur des sacrifices du 12 janvier 1945 lorsque le HMSAS Treern a coulé :

ANDERSON, Robert D, Artificier de la salle des machines 2c, 71067 V (SANF), MPK
BARKER, Ronald E, sous-lieutenant, SANF, MPK
BLAKE, Robert E, officier marinier, P 6572 (SANF), MPK
BROWN, Ian H, matelot de 2e classe, 71719 V (SANF), MPK
BYRNE, Patrick, Lieutenant, SANF, MPK
DAVIE, William, Stoker 1c, 70681 V (SANF), MPK
ENGELBEEN, Leslie C, matelot de 2e classe, 562235 V (SANF), MPK
JACOBZ, Frank H, Stoker 1c, 70374 V (SANF), MPK
MATTHEWS, George A, Stoker 1c, 70728 V (SANF), MPK
MCINTYRE, William G, Cuisinier (S), 585360 (SANF), MPK
MCLARTY, William D, chauffeur principal, 562246 V (SANF), MPK
MCLEAN, Godfrey, matelot de 2e classe, 562455 V (SANF), MPK
NILAND, St John E, matelot de 2e classe, 209905 (SANF), MPK
PERRY, Desmond A, Maître, 71211 (SANF), MPK
REID, Kenneth H, Signaleur, 562143 V (SANF), MPK
SALCOMBE, Francis R, Stoker 1c, 58589 V (SANF), MPK
STAPELBERG, Willem J, intendant, 562221 V (SANF), MPK
SUTTON, Donald A, matelot de 2e classe, 70426 (SANF), MPK
SUTTON, George A M, Matelot de 1re classe, 586403 V (SANF), MPK
TRAFFORD, William O, matelot de 2e classe, 71222 V (SANF), MPK
VILJOEN, Dennis A, télégraphiste, 70984 V (SANF), MPK
WHITE, Charles W, Maître, 562200 V (SANF), MPK
WULFF, Emil F, Matelot de 1re classe, 562466 V (SANF), MPK

Ensuite, il y a la perte du contre-amiral Guy Hallifax, le plus haut officier de la marine sud-africaine à avoir perdu pendant la Seconde Guerre mondiale, il se considère comme l'un des fondateurs de la marine sud-africaine moderne et pourtant on se souvient à peine de lui. (voir ce lien pour une histoire complète Guy Hallifax, le plus haut officier de la marine africaine perdu pendant la Seconde Guerre mondiale). Il est enregistré ici :

Directeur des forces sud-africaines

HALLIFAX, Guy W, contre-amiral, SANF, accident d'avion, tué

Ensuite, considérez ces pertes de la force navale sud-africaine sur d'autres navires sud-africains et dans d'autres opérations sud-africaines pendant la guerre :

LUCAS, E W R, chef mécanicien, 66756 (SANF), décédé le 4 octobre 1939
NICOLSON, Andrew, Cook, 63827 (SANF), décédé le 13 octobre 1939
BESTER, A T, Leading Stoker, 6640 (SANF), décédé sur le HMSAS Africana
HUGHES, T J, Stoker, 71383 (SANF), décédé le 10 mai 1941
CASSON, William, matelot de 2e classe, 252935 V (SANF), décédé sur le HMSAS Tordonn
HOLT, Albert E, télégraphiste, 69576 (SANF), tué sur le HMSAS Southern Maid
VAN NOIE, Norman, matelot de 2e classe, CN/72134 (SANF), décédé le 20 septembre 1941
ST CLAIR-WHICKER, Willie H, matelot de 2e classe, 67292 (SANF), décédé le 21 septembre 1941
SMITH, P, matelot de 2e classe, CN/72263 (SANF), décédé le 7 avril 1942
RUITERS, Walter, Stoker, CN/72081 (SANF), décédé le 21 juillet 1942
MURPHY, J, matelot de 2e classe, CN/72256 (SANF), décédé le 16 août 1942
FROST, M L, matelot de 2e classe CN/71804 (SANF), décédé sur le HMSAS Receiffe
PETERSON, W J, matelot de 2e classe, CN/72184 (SANF), décédé le 4 septembre 1942
REHR, Cecil, matelot de 2e classe, 69877 (SANF), décédé sur le HMSAS Roodepoort
CARLELSE, Frederick, matelot de 2e classe CN/72004 (SANF), décédé à bord du HMSAS Soetvlei
PETERS, Norman, Leading Stoker, 66847 (SANF), décédé le 3 janvier 1943
DELL, Rodney, matelot de 2e classe, 68866 (SANF), tué le 24 mars 1943
HENDERSON, Alexander P, artificier en chef de la salle des machines, 562099 (SANF), tué à Benghazi, Libye
JAMES, H, Steward, CN/72252 (SANF), décédé le 9 mai 1943
ORGILL, C B, matelot de 2e classe, CN/71947 (SANF), décédé le 14 mai 1943
LA CHARD, Edwin, capitaine de corvette, SANF, décédé le 20 mai 1943
LUCAS, AW, matelot de 2e classe, 152875 (SANF), décédé le 28 mai 1943
BATEMAN, T, Artificier en chef de la salle des machines, 71627 (SANF), décédé le 30 juin 1943
ROBBERTS, Kaspar, officier marinier, P/5285 (SANF), décédé le 1er juillet 1943
BOSHOFF, Christofel J, matelot de 2e classe, 70339 (SANF), tué sur le HMSAS Blaauwberg
LENZ, William, matelot de 2e classe, 69544 (SANF), décédé le 29 août 1943
BESTEL, Emmanuel A N M, Lieutenant, SANF, décédé le 21 septembre 1943
HARLE, Paul A, officier marinier, 71796 (SANF), décédé le 3 octobre 1943
STEELE, Ewen, matelot de 2e classe, 71272 V (SANF), tué sur le HMSAS Southern Sea
BETTS, Robert, matelot de 2e classe, 68900 (SANF), décédé le 18 novembre 1943
PAGE, Robert, sous-lieutenant, SANF, décédé le 29 novembre 1943
MCLEAN, Richard, Stoker, 562567 (SANF), décédé le 29 novembre 1943
HARRIS, R H, télégraphiste, 330488 (SANF), décédé le 16 décembre 1943
NICHOLLS, John, Yeoman of Signals, 66824 V (SANF), décédé le 19 décembre 1943
FLORENCE, John, Stoker, CN/71982 V (SANF), décédé le 18 janvier 1944
DANIELS, Adam, Stoker, 72034 (SANF), décédé le 28 janvier 1944
RAVENS, Albert, matelot de 2e classe, CN/72213 V (SANF), décédé le 31 mars 1944
DE KLERK, John, matelot de 3e classe, 585868 V (SANF), décédé le 4 mai 1944
BOTHA, Herkulas, Cook, 562093 V (SANF), décédé le 8 mai 1944
BISSETT, Alexander, lieutenant, SANF, décédé le 16 juin 1944
JENKINS, Edward G, artificier de la salle des machines, 66720 V (SANF), décédé le 14 septembre 1944
KEMP, Thomas, matelot de 2e classe, CN/71015 V (SANF), décédé le 20 septembre 1944
WATSON, George, lieutenant, SANF, décédé le 15 octobre 1944
BOSWELL, Louis F W, Chief Machine Room Artificer, 69756V (SANF), MPK le 14 novembre 1944 sur le HMSAS Treern
ABRAHAMS, Henry, matelot de 2e classe, CN/719204 (SANF), décédé le 19 novembre 1944
BERMAN, Nicholas, matelot de 3e classe, 616728V (SANF), décédé le 22 novembre 1944
DIXON, Robert, matelot de 2e classe, CN/584276 (SANF), décédé le 11 janvier 1945
TREISMAN, Gerald, Steward, 584730 V (SANF), décédé le 10 février 1945
LAMONT, J, Steward, 71402 (SANF), décédé le 24 février 1945
HORNE, P D, Premier maître, 66661 V (SANF), décédé le 31 mars 1945
POVEY, Leonard, matelot de 2e classe, 71182 V (SANF), décédé le 31 mars 1945
PFAFF, C E, Maître Stoker, 562721 V (SANF), décédé le 20 avril 1945
CHRISTIAN, J W, matelot de 2e classe, CN/71965 (SANF), décédé le 5 mai 1945
SIMON, Frederick, Stoker, CN/72046 V (SANF), décédé le 8 mai 1945
VAN AARDT, S, Stoker, CN/721490 (SANF), décédé le 22 mai 1945
CLARE, Frederick W, Premier maître, 69599 V (SANF), décédé le 3 juin 1945
KEOWN, R J, matelot de 2e classe, CN/71845 (SANF), décédé le 9 juin 1945
BIENVENUE, J J, matelot de 2e classe, CN/72270 (SANF), décédé le 19 juillet 1945
VAN WYNGAARDT, F A, matelot de 2e classe, 585610 V (SANF), décédé le 21 juillet 1945
HEARD, George A, lieutenant, SANF, est décédé sur le HMSAS Good Hope
COOK, W, Leading Stoker, 70527 V (SANF), décédé le 8 août 1945

Comme si la perte ci-dessus de personnel de la marine sud-africaine n'était pas assez importante et que le manque de reconnaissance de la marine n'était pas assez grave, il y a un éléphant encore plus grand dans la pièce, un facteur clé complètement ignoré par la marine sud-africaine. la fraternité et la marine elle-même, et c'est le personnel de la marine sud-africaine détaché auprès de la Royal Navy britannique et perdu dans les navires et les installations à terre de la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le personnel naval sud-africain a été perdu lors des pertes importantes de navires britanniques suivantes. Considérez ce très gros éléphant dans la pièce pendant une minute, car il devient de plus en plus gros. Les pertes de ces navires de la Royal Navy portent de longues listes de sacrifices sud-africains.

Nous commençons par tous les navires contenant du personnel des forces navales sud-africaines coulés lors du raid de l'armée de l'air impériale japonaise le dimanche de Pâques contre la flotte britannique à Colombo (ceci est considéré comme le port britannique de Peal juste à côté du Sri Lanka) et c'est l'heure la plus sombre en termes de pertes pour la marine sud-africaine, mais elle n'est ni reconnue comme telle ni rappelée. (Voir ce lien pour plus de détails : "L'heure la plus sombre" de la marine sud-africaine n'est ni reconnue ni commémorée)

Au cours de cette attaque, un aviateur japonais pilotant des bombardiers en piqué japonais D3A-1 'VAL' volant de la flotte impériale japonaise, a largué ses bombes sur le HMS Dorsetshire, qui avait un très grand contingent de personnel naval sud-africain, il a simplement explosé lorsqu'un a fait exploser un magasin de munitions et a contribué à son naufrage rapide. Cliquez ici pour un rapport complet du poste d'observation sur son naufrage : « Ils nous ont mitraillés dans l'eau » Racontant le sacrifice sud-africain sur le HMS Dorsetshire

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine du 5 avril 1942 lorsque le HMS Dorsetshire a coulé :

BELL, Douglas S, Ty/Act/Leader Stoker, 67243 (SANF), MPK
BRUCE, Alexander M, Stoker 2c, 67907 (SANF), MPK
CONCANON, Harold Bernard, Chirurgien Lieutenant (Docteur)
EVENPOEL, Albert, Stoker 2c, 67909 (SANF), MPK
GEFFEN, Expéditeur, Stoker 1c, 68035 (SANF), MPK
HOWE, Horace G, Matelot de 3e classe RNVR, 68680 (SANF), MPK
KENDRICK, George, Stoker 2c, 67910 (SANF), MPK
MCINTYRE, Norman G, matelot de 2e classe, 67446 (SANF), MPK
MCLELLAN, Robert, télégraphiste ordinaire, 67897 (SANF), MPK
MILNE, Lawrence Victor, matelot de 2e classe
MORROW, Douglas E, matelot de 2e classe, 67989 (SANF), MPK
ORTON, Charles P, matelot de 2e classe, 68009 (SANF), MPK
REDMAN, Roland A, chauffeur principal, 67406 (SANF), MPK
SCOTT, William J, matelot de 2e classe, 68007 (SANF), MPK
SEVEL, Harry, Stoker 1c, 68100 (SANF), MPK
VAN ZYL, David Isak Stephanus, Stoker 1ère classe
WILLETT, Amos A S, Stoker 1c, 67240 (SANF), MPK
WILLIAMSON, Walter N, matelot de 2e classe, 67803 (SANF), MPK

Le deuxième navire britannique dans cette attaque aérienne japonaise particulière, le même jour et à portée l'un de l'autre était le HMS Cornouailles, également bourré de personnel naval sud-africain détaché auprès d'elle. Le HMS Cornwall a été touché huit fois par les mêmes bombardiers en piqué qui ont coulé le Dorsetshire et coulé le premier en dix minutes environ.

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine du 5 avril 1942 lorsque le HMS Cornwall a coulé :

BESWETHERICK, Hedley C, matelot de 3e classe RNVR, 86671 (SANF), MPK
BOTES, John S, Stoker 2c RNVR, 68924 (SANF), MPK
COMMERFORD, Noel P, matelot de 2e classe RNVR, 66493 (SANF), MPK
CRAWFORD, Cecil E, Act/Engine Room Artificer 4c RNVR, 67922 (SANF), MPK
DU PREEZ, Charles P H, matelot de 2e classe, 68175 (SANF), MPK
DUTTON, Charles C, Stoker 2c RNVR, 68949 (SANF), MPK
HANSLO, Raymond F, matelot de 2e classe RNVR, 68295 (SANF), MPK
KEITH, Kenneth I B, matelot de 2e classe RNVR, 66742 (SANF), MPK
KENYON, Graeme A B, Matelot de 2e classe RNVR, 68002 (SANF), MPK
KIRSTEN, Monty G W, Matelot de 2e classe RNVR, 68917 (SANF), MPK
LAW, Edward, Act/Engine Room Artificer 4c RNVR, 66760 (SANF), MPK
MCDAVID, William K, Stoker 2c RNVR, 69138 (SANF), MPK
MITCHELL, William A, Stoker 1c RNVR, 68796 (SANF), MPK
PALMER, Walter A, matelot de 2e classe RNVR, 68344 (SANF), (sauvé, à bord du HMS Enterprise), décédé des suites de blessures
SPENCE, Noel W, Matelot de 3e classe RNVR, 68732 (SANF), MPK
SQUIRES, John E, Matelot de 3e classe RNVR, 68728 (SANF), MPK
STEPHEN, Eric B, Matelot de 3e classe RNVR, 68861 (SANF), MPK
SWANN, Lawrence T, Stoker 1c RNVR, 68710 (SANF), MPK
THORPE, Maurice, Stoker 2c RNVR, 69140 (SANF), MPK
VERSFELD, Peter H S, matelot de 2e classe RNVR, 68859 (SANF), MPK
VINK, Benjamin F, Matelot de 3e classe RNVR, 68860 (SANF), MPK
WILLSON, Gerald F, Stoker 2c RNVR, 69006 (SANF), MPK
WRIGHT, Thomas H, matelot de 2e classe RNVR, 68039 (SANF), MPK

Lors d'incidents antérieurs sur le HMS Cornwall, deux Sud-Africains ont perdu la vie, dont on se souvient également ici :

AINSLIE, Roy, Maître, 66382 (SANF), décédé le 5 septembre 1940
HAWKINS, Reginald D, matelot de 2e classe, 66700 (SANF), décédé de maladie le 4 mars 1942

Le raid de Pâques a offert plus tard un grand prix aux Japonais, un porte-avions, le HMS Hermès, ce porte-avions massif a été coulé une semaine plus tard par les Japonais près de Colombo (aujourd'hui Sri Lanka), la fierté de la flotte britannique du Pacifique est devenue un enfer après avoir été bombardée à plusieurs reprises. Elle aussi avait une longue association avec l'Afrique du Sud et un très grand contingent de personnel naval sud-africain. (voir ce lien pour un article approfondi sur le sacrifice de la marine sud-africaine abondent son "Dante's Inferno" racontant le sacrifice sud-africain sur le HMS Hermes).

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine du 9 avril 1942 lorsque le HMS Hermes a coulé :

BRIGGS, Anthony Herbert Lindsay Sous-Lieutenant (Ingénieur) Royal Navy (ressortissant sud-africain), MPK
BRYSON, Neil W, télégraphiste ordinaire, 69147 (SANF), MPK
BURNIE, Ian A, matelot de 2e classe, 67786 (SANF), MPK
CLAYTON, Frederick H, Act/Engine Room Artificer 4c, 68102 (SANF), MPK
DE CASTRO, Alfred T, Stoker 1c, 67914 (SANF), MPK
KEENEY, Frederick W, matelot de 2e classe, 67748 (SANF), MPK
KEYTEL, Roy, matelot de 2e classe, 67296 (SANF), MPK
KIMBLE, Dennis C, Act/Engine Room Artificer 4c, 67600 (SANF), MPK
KRAUSE, Frederick E, matelot de 2e classe, 68321 (SANF), MPK
RAPHAEL, Philip R, matelot de 2e classe, 67841 (SANF), MPK
RICHARDSON, Ronald P, matelot de 2e classe, 67494 (SANF), MPK
RILEY. Harry Air Mechanic 2e classe, Fleet Air Arm, Royal Navy (ressortissant sud-africain), MPK
TOMS, Ivanhoe S, matelot de 2e classe, 67709 (SANF), MPK
VICKERS, Colin P, matelot de 2e classe, 68296 (SANF), MPK
VORSTER, Jack P, matelot de 2e classe, 67755 (SANF), MPK
BLANC, Edward G, Stoker, 68026 (SANF), MPK
WIBLIN, Eric R, matelot de 2e classe, 67717 (SANF), MPK
YATES, Philip R, Adjoint à l'approvisionnement, 67570 (SANF), MPK

Inclus est également un Sud-Africain qui a servi avec la Royal Navy's Fleet Air Arm sur le HMS Hermes.

RILEY, H, mécanicien de l'air, Fleet Air Arm, HMS Hermes, décédé le 9 avril 1942

Le suivant sur la liste des navires perdus lors du raid de Pâques qui contenait un grand nombre de membres de la marine sud-africaine à bord était HMS Hollyhock, coulé le même jour que le HMS Hermes par les mêmes Dive Bombers japonais le 9 avril. Cliquez ici pour un rapport complet du poste d'observation sur son naufrage "Elle a immédiatement explosé" Racontant le sacrifice sud-africain sur le HMS Hollyhock

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine le 9 avril 1942 lorsque le HMS Hollyhock a coulé :

ANDERSON, Henry G, matelot de 2e classe, 67501 (SANF), MPK
BASTON, Douglas T, Act/Engine Room Artificer 4c, 68600 (SANF), MPK
BUITENDACH, James M, Stoker 2c, 69223 (SANF), MPK
JUBY, Kenneth J, matelot de 3e classe, 69211 (SANF), MPK
LEACH, Peter A D H, Stoker 2c, 69225 (SANF), MPK

Ce n'était pas seulement la flotte impériale japonaise, la marine allemande a également fait des ravages sur la Royal Navy, et une fois de plus, nous trouvons du personnel naval sud-africain détaché pour servir sur ces célèbres navires coulés pendant la guerre.

Nous commençons par le HMS Gloucester perdu le 22 mai 1941 lors d'une action au large de la Crète. Le HMS Gloucester, le HMS Greyhound et le HMS Fiji ont été attaqués par des bombardiers en piqué allemands « Stuka ». Le Greyhound a été coulé et le Gloucester a été attaqué et coulé alors qu'ils tentaient de sauver des survivants de Greyhounds dans l'eau (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez ici Une « erreur grave » racontant le sacrifice sud-africain sur le HMS Gloucester).

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine du 22 mai 1941 lorsque le HMS Gloucester a coulé :

ANGEL, Walter J H, matelot de 2e classe, 67351 (SANF), MPK
AUSTIN-SMITH, John R, matelot de 3e classe, 67336 (SANF), MPK
BAGSHAW-SMITH, Philip R, matelot de 3e classe, 67337 (SANF), MPK
BAGSHAWE-SMITH, Sydney Q, matelot de 2e classe, 68454 (SANF), MPK
BARBIER, Edgar F, matelot de 2e classe, 67302 (SANF), MPK
BRUCE, John, matelot de 2e classe, 67355 (SANF), MPK
CARTER, Frederick G, matelot de 2e classe, 67345 (SANF), MPK
CHILTON, Ronald H D, matelot de 3e classe, 67335 (SANF), MPK
EDWARDS, Ronald E, matelot de 3e classe, 67384 (SANF), MPK
ELLIOT, Edward R, Matelot de 1re classe, 66584 (SANF), MPK
GERAGHTY, Herbert C, matelot de 2e classe, 67338 (SANF), MPK
GROGAN, Graham B, matelot de 2e classe, 67343 (SANF), MPK
JAMES, Victor F, matelot de 3e classe, 67303 (SANF), MPK
JENSEN, Niels P, matelot de 2e classe, 67347 (SANF), MPK
MCCARTHY, Henry F, matelot de 3e classe, 67223 (SANF), MPK
MOORE, Albert, matelot de 2e classe, 67416 (SANF), MPK
SLATER, Bryan M, matelot de 2e classe, 67358 (SANF), MPK
SMITH, Matthew S, matelot de 2e classe, 67359 (SANF), MPK
SONDERUP, Arthur W, matelot de 2e classe, 67356 (SANF), MPK
STADLANDER, Rowland C, Stoker 1c, 67400 (SANF), MPK
STOKOE, Cyril A M, matelot de 1re classe, 67264 V (SANF), MPK
SYMONS, Maurice M, matelot de 2e classe, 68245 (SANF), MPK
THOMPSON, Walter E H, matelot de 2e classe, 67360 (SANF), MPK
VAN DYK, Cecil H, matelot de 2e classe, 67404 (SANF), MPK
WEBBER, Reginald, matelot de 2e classe, 67361 (SANF), MPK
WILLIAMS, Dastrey S, Matelot de 1re classe, 67047 (SANF), MPK
WRIGHT, Gerald V, Act/Ordnance Artificer 4, 67375 (SANF), MPK

Le HMS Gloucester a été impliqué dans des combats antérieurs le 8 juillet 1940 lorsqu'il a été bombardé, les victimes sud-africaines sont rappelées ici :

ALLISON, Oswald H, matelot de 2e classe RNVR, 67349 (SANF), tués
NOWLAN, Francis C, matelot de 2e classe RNVR, 67409 (SANF), DOW

La tragédie a frappé les forces navales sud-africaines HMS Barham lorsqu'il a été torpillé par le sous-marin allemand U-331, trois torpilles ont frappé le côté bâbord du HMS Barham, ce qui l'a fait gîter fortement et a propagé le feu vers les stockages de munitions. Seulement 2 minutes et demie se sont écoulées depuis l'impact de la torpille jusqu'à ce que le navire bascule sur le côté et chavire alors que le chargeur arrière explose dans une explosion toute-puissante (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez ici Sacrifice africain sur le HMS Barham !)

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine du 25 novembre 1941 lorsque le HMS Barham a coulé :

BAKER, Dennis E W, matelot de 3e classe, 68617 (SANF)
GLENN, Paul V, matelot de 3e classe, 68906 (SANF)
HAYES, Richard T, matelot de 3e classe, 68499 (SANF)
MORRIS, Cyril D, Matelot de 3e classe, 68932 (SANF)
UNSWORTH, Owen P (également connu sous le nom de R K Jevon), matelot de 3e classe, 69089 (SANF)
WHYMARK, Vivian G, matelot de 3e classe, 69024 (SANF)

Les Italiens ont également pris un péage de la navigation britannique, encore une fois avec des navires avec un contingent sud-africain et cela est ramené à la maison le 19 décembre 1941, lorsque le HMS Neptune, a frappé quatre mines, faisant partie d'un champ de mines italien nouvellement posé. Neptune chavire rapidement (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez ici sacrifice sud-africain sur le HMS Neptune).

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine du 19 décembre 1941 lorsque le HMS Neptune a coulé :

ADAMS, Thomas A, matelot de 2e classe, 67953 (SANF), MPK
CALDER, Frank T, matelot de 3e classe, 67971 (SANF), MPK
CAMPBELL, Roy M, matelot de 2e classe, 67318 (SANF), MPK
DIXON, Serfas, matelot de 2e classe, 67743 (SANF), MPK
FEW, Jim, matelot de 2e classe, 67744 (SANF), MPK
HAINES, Eric G, matelot de 2e classe, 67697 (SANF), MPK
HOOK, Aubrey C, matelot de 2e classe, 67862 (SANF), MPK
HOWARD, Harold D, Signaleur, 67289 (SANF), MPK
HUBBARD, Wallace S, matelot de 2e classe, 67960 (SANF), MPK
KEMACK, Brian N, signaleur, 67883 (SANF), MPK
MERRYWEATHER, John, matelot de 2e classe, 67952 (SANF), MPK
MEYRICK, Walter, Signaleur ordinaire, 68155 (SANF), MPK
MORRIS, Rodney, Signaleur ordinaire, 68596 (SANF), MPK
RANKIN, Cecil R, Signaleur, 67879 (SANF), MPK
THORP, Edward C, Signaleur, 67852 (SANF), MPK
THORPE, Francis D, matelot de 2e classe, 67462 (SANF), MPK
WILD, Ernest A, matelot de 2e classe, 67929 (SANF), MPK

D'autres Sud-Africains qui s'étaient enrôlés dans la Royal Navy ont également été perdus sur le HMS Neptune, notamment (et cette liste n'est en aucun cas définitive) les suivants :

OOSTERBERG, Leslie W, Stoker 1c, D/KX 96383, MPK
TOWNSEND, Henry C, Stoker 1c, D/KX 95146, MPK

Le 30 avril 1942, au retour de Mourmansk, le HMS Edimbourg escortait le convoi QP 11 lorsqu'un sous-marin allemand U-456 l'a torpillé. L'Edinburgh transportait de l'or en paiement par les Soviétiques pour du matériel de guerre et elle fait l'objet d'une récupération d'or remarquable après la guerre. Encore une fois, elle a eu un compliment du personnel naval sud-africain (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez ici "L'or peut briller mais il n'a pas de vraie lumière" sacrifice sud-africain sur le HMS Edinburgh).

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine le 30 avril 1942 lorsque le HMS Edinburgh a coulé :

DRUMMOND, Valentine W, matelot de 2e classe, 68043 (Forces navales sud-africaines), disparu présumé tué
VAN DORDRECHT, William H, matelot de 2e classe, 67851 (Forces navales sud-africaines), disparu présumé tué

Le 12 novembre 1942, le HMS Hecla a été torpillé par un sous-marin allemand, le U-515 l'a touché dans la salle des machines. Le sous-marin a ensuite heurté le navire avec trois coups de grâce, coulant le navire à l'ouest de Gibraltar. Encore une fois, il y a la liste des victimes de la marine sud-africaine (voir ce lien pour une histoire complète – cliquez ici "Chacun pour soi" … sacrifice sud-africain et le naufrage du HMS Hecla).

Voici le tableau d'honneur du sacrifice de la marine sud-africaine du 12 novembre 1942 lors du naufrage du HMS Helca :

BENNETT, John F, Act/Engine Room Artificer 4c, 330351 (SANF), MPK
LLOYD, George H, Act/Engine Room Artificer 4c, 330353 (SANF), MPK
PEERS, Charles V, matelot de 2e classe, 562653 (SANF), MPK
SMITH, Ian R, électricien artificier 4c, 68478 (SANF), MPK

Et il y a plus …. de nombreux Sud-Africains ont servi sur une variété de navires de la Royal Navy et beaucoup ont été perdus, voici une indication qui ne concerne que le personnel des forces navales sud-africaines, sans parler de ceux qui se sont portés volontaires directement pour la Royal Navy, le tableau d'honneur suit :

ANDERSON, Richard W N, matelot de 2e classe, 86082 (SANF), tué le 21 mai 1941 le HMS Syvern
WESTON, Grant E, matelot de 3e classe RNVR, 68498 (SANF), tué le 27 août 1941 le HMS Phoebe
RASMUSSEN, Victor J S, Télégraphiste en chef, 66920 (SANF), MPK 24 novembre 1941 le HMS Dunedin
ADAMSON, William D, Matelot de 3e classe RNVR, 69001 (SANF), MPK 10 décembre 1941 le HMS Repulse
BECKER, Stanley H, matelot de 2e classe, 67474 (SANF), accident de la route, tué le 5 janvier 1942 le Château HMS Carnarvon
DRURY, Frederick, Matelot Ordinaire, 68315 (SANF), MPK 29 janvier 1942 le HMS Sotra
SCOTT, Clifford, télégraphiste ordinaire, 66973 (SANF), MPK 26 mars 1942 le HMS Jaguar
BUCHANAN, Alexander, matelot de 2e classe, 67934 (SANF), décédé le 20 avril 1942 le HMS Birmingham
COMMERFORD, Terence, matelot de 3e classe, 330258 (SANF), décédé le 21 juin 1942 le HMS Express
PRICE, David, Matelot de 2e classe RNVR, P/68529 (SANF), MP 6 juillet 1942 le HMS Niger
TROUT, A (initial seulement) N, matelot de 2e classe, CN/72133 (SANF), décédé le 4 août 1942 le HMS Stork
JOHNSTONE, Henry N, Lieutenant Commander (E), SANF, 66727, décédé le 18 août 1942 le HMS Birmingham
BAWDEN, Wilfred R, Stoker 2c RNVR, 330425 (SANF), DOWS 16 septembre 1942 HMS Orion
NIGHTSCALES, Norman, Ecrivain, 68148 (SANF), MPK 30 décembre 1942 le HMS Fidélité
GITTINS, Victor L, matelot de 3e classe, 69325 (SANF), décédé le 27 janvier 1943 le HMS Assegai (base de formation)
PLATT, Ronald M, Maître, 67160 V (SANF), accident, tué le 26 février 1943 le HMS Président III (établissement à terre)
CROSSLEY, Alfred H, sous-lieutenant, SANF, MPK 7 mars 194 le HMS Saunders
DE KOCK, Victor P De C, Ty/Lieutenant, SANF, MPK7 mars 194 le HMS Saunders
LOUW, Joseph, Stoker, CN 72175 (SANF), maladie, décédé le 2 décembre 1943 le HMS Stork
ATKIN, William B, Lieutenant SANF, malade, décédé le 26 janvier 1944 le HMS Northern Duke
SHIELDS, Eric E M, Lieutenant, SANF, décédé le 12 avril 1944 le HMS Pembroke IV
HOWDEN, Russell K, Ty/Sous-lieutenant, SANF, MPK 4 janvier 1945 HMS ML 1163, Lancement de moteur de défense de port
CLARKE, Reginald E, Ty/Lieutenant Commander, SANF, crash aérien, MPK 24 juillet 1945 sur HMS Adamant
LIDDLE, John, Lieutenant, SANF, MPK 8 août 1945 le HMS Barbe

Considérons ensuite le personnel naval sud-africain servant dans la Royal Navy Fleet Air Arm (la Royal Navy possède une armée de l'air distincte de la Royal Air Force), et ici les Sud-Africains suivants figurent sur le tableau d'honneur de la FAA ( excluant Air Mechanic Riley de la Fleet Air Arm, enregistré sur la perte du HMS Hermes). Pour une histoire complète de ces Sud-Africains perdus dans la FAA, voir ce lien – cliquez ici sacrifice sud-africain dans la flotte aérienne de la Royal Navy

BOSTOCK, R S, Lieutenant, Royal Navy Fleet Air Arm 800 Squadron, HMS Ark Royal, décédé le 13 juin 1940
BROKENSHA, G W, Lieutenant, Escadron 888 de la Royal Navy Fleet Air Arm, HMS Formidable, décédé le 11 août 1942
CHRISTELIS, C, Sous/Lieutenant, Royal Navy Reserve FAA 803 Squadron, HMS Formidable, décédé le 1er août 1942
JUDD, F E C, Lieutenant Cmdr, Royal Navy Fleet Air Arm 880 Squadron, HMS Indomptable, décédé le 12 août 1942
LA GRANGE, Antony M, Sous-Lieutenant (A), SANF, Fleet Air Arm (Royal Navy)1772 Sqn HMS Infatigable, opérations aériennes, MPK 28 juillet 1945
MACWHIRTER, Cecil J, Ty/Sous-lieutenant (A), Fleet Air Arm (Royal Navy) 851 Squadron HMS Shah, crash aérien, SANF, MPK 14 avril 1944
O'BRYEN, W S, sous/Lt Royal Navy Fleet Air Arm 762 Squadron, HMS Héron, décédé le 26 novembre 1942
WAKE, Vivian H, Ty/Lieutenant (A), FAA Fleet Air Arm (Royal Navy) 815 Squadron HMS Landrail, crash aérien, SANF, MPK 28 mars 1945

Enfin, il y a le personnel naval sud-africain trouvé dans la marine marchande, à laquelle ils ont également été détachés et encore les listes d'honneur :

SS Tunisia, perte de navire
ADAMS, Douglas E H, matelot de 2e classe RNVR, 66378 (SANF), (président III, O/P), MPK
ST La Carriere, perte de navire
DORE, Frank B, matelot de 2e classe RNVR, 67218 (SANF), (président III, O/P), MPK
SS Laconia, perte de navire
ROSS, Robert, Stoker 2c, 69119 (SANF), (Victoire, O/P), DOWS
SS Llandilo, perte de navire
CRAGG, Ronald F, matelot de 2e classe (DEMS), 66488 (SANF), (président III, O/P), MPK
SS Ceramic, perte de navire
MOSCOS, John G, écrivain principal, 66786 (SANF), (SANF, O/P), MPK
SS Empress of Canada, perte de navire
COCHRANE, Joseph, Artificier de la salle des machines 3c, P 68947 (SANF), (Pembroke, O/P), MPK
SS Empire Lake, perte de navire
FLINT, John M, matelot de 2e classe (DEMS), P 562749 (SANF), (président III, O/P), MPK

Maintenant, considérez ceci, nous n'avons même pas commencé à gratter correctement le tableau d'honneur, cette liste ci-dessus est encore très inexacte avec de nombreux noms manquants. Nous n'avons aucune idée réelle des milliers d'Afrique du Sud qui se sont portés volontaires et sont morts en servant dans la Royal Navy Reserve et la Royal Navy elle-même, en fait, nous avons à peine compris. Heureusement, une poignée de Sud-Africains y travaillent, presque quotidiennement, mais c'est une tâche colossale car ces noms figurent sur les tableaux d'honneur de la Royal Navy et il s'agit d'enquêter sur le lieu de naissance de chaque victime britannique. Les dossiers des volontaires sud-africains rejoignant la Royal Navy ont vraiment perdu du temps.

En conclusion

Le seul autre navire que la marine sud-africaine a perdu depuis le HMSAS Treern à la fin de la Seconde Guerre mondiale à une époque plus moderne était le SAS President Kruger, et contrairement au Treern, dont la perte était au combat, la perte du Kruger a été en raison d'un tragique accident en mer (voir « Out of the Storm est venu Courage » … la tragédie du PK).

Ces pertes au combat étaient une chose, mais le même effacement de l'histoire se produit actuellement avec la perte accidentelle à une époque plus récente du président de SAS Kruger (le PK), les « vieux SADF » étaient très gênés par la perte (en fait par tragédie et circonstance, nous avons coulé notre propre vaisseau amiral) et la SADF n'a jamais vraiment eu le temps d'entreprendre un défilé national pour le commémorer et s'en souvenir. De plus, par rapport à la situation dans son ensemble, la perte de 16 membres du personnel de la marine sud-africaine sur le PK est en effet très faible, mais non moins importante - et voici la vérité qui dérange, ils ont été " balayés sous le tapis par le ancien SADF et restent commodément balayés sous le tapis par le nouveau SANDF.

En ce qui concerne les pertes de la Seconde Guerre mondiale, le nouveau gouvernement de l'ANC à partir de 1994 n'a pas mieux réussi que l'ancien gouvernement Nat. Treern dans un problème "colonial" pas de leur histoire ou de leur temps, et en ce qui concerne le président SAS Kruger qui faisait partie des forces de "l'apartheid" dans leur esprit, et en tant que tel devait être vaincu.

Le résultat net est que la marine sud-africaine n'a tout simplement pas de défilés nationaux pour commémorer ou reconnaître l'une de ses pertes majeures en mer. L'armée sud-africaine a au moins le Delville Wood Parade (la plus grande perte de combat singulière de l'armée sud-africaine, un incident de la Première Guerre mondiale), l'armée de l'air sud-africaine a l'Alpine 44 Memorial Parade (la plus grande tragédie de la SAAF, un incident de la Seconde Guerre mondiale ), la marine sud-africaine …. rien!

Au lieu de cela, la marine sud-africaine (SAN) se concentre sur la perte du Mendi en tant que perte de la SAN Maritime, même si le Mendi était sous commission de la Royal Navy, et de manière plutôt gênante, la marine sud-africaine n'existait pas vraiment pendant la Première Guerre mondiale. n'a été réellement créé que juste avant la Seconde Guerre mondiale. Là encore, le SS Mendi transportait également des troupes de l'armée sud-africaine sous la forme du South African Labour Corps, et non du personnel de la marine sud-africaine (le SAN n'existait de toute façon pas).

Le Mendi est à la fois une tragédie de guerre et une tragédie politique, La reconnaissance du silence et des suites est une guérison nationale (voir Mourons comme des frères… les voix silencieuses du SS Mendi ont enfin entendu ). En tant que tel, il s'agit désormais d'un défilé commémoratif national, qui fait partie de la « Journée des forces armées » et que l'ensemble du SANDF doit commémorer et se souvenir, et à juste titre. Mais s'agit-il d'une commémoration spécifique à la marine de la SA ? Pas vraiment ? Non.

Dans tout cela, la marine refuse toujours dogmatiquement d'héberger sa propre commémoration nationale pour ses propres actions et tragédies navales, c'est tout simplement trop gênant politiquement, et ce ne serait pas bien si la marine sud-africaine pouvait voir au-delà et voir son sacrifice naval sur ses propres navires, et ceux du personnel de SAN sur les navires de la Royal Navy et enfin simplement instituer un défilé commémoratif naval "All at Sea" en souvenir ou ériger un mémorial naval complet (semblable à celui érigé par la Royal Navy à Portsmouth) ?

De très petites commémorations « All at Sea » sont effectuées par l'étrange filiale de la Légion d'Afrique du Sud et l'étrange MOTH Shellhole, sur une base très locale – conduite par un petit groupe d'individus. Nobel dans leurs entreprises sans doute, mais celles-ci restent-elles de très petites initiatives privées auxquelles ne participent qu'une poignée et est-ce vraiment suffisant ?

Comme démontré, le tableau d'honneur de la marine sud-africaine pour la Seconde Guerre mondiale est une liste stupéfiante et très longue - c'est un éléphant, un très gros et c'est un éléphant en pleine croissance, même à ce jour. Il est grand temps que nous nous regardions sérieusement, que nous examinions nos valeurs quant à ce qui constitue un sacrifice pour le plus grand bien de l'homme et que nous le reconnaissions correctement.

Écrit et recherché par Peter Dickens. Le tableau d'honneur extrait des "Listes des victimes de la Royal Navy et des Dominion Marines, World War 2" par Don Kindell. Noms supplémentaires glanés dans les tableaux d'honneur publiés par le Col Graham Du Toit (retraité).


Le méditéranéen

En juillet, Indomptable retourné au Royaume-Uni. Elle était bientôt de retour dans l'action, participant à l'opération Piédestal, le plus grand convoi pour ravitailler l'île assiégée de Malte. Ce convoi comprenait 14 cargos et une escorte sans précédent de navires de guerre : Caire, Charybde, Aigle', Indomptable, Victorieux, Kenya, Manchester, Nelson, Nigeria, Phoebe, Rodney, Sirius, et 32 ​​destroyers. Un objectif était de Furieux lancer ses Spitfires pour atterrir à Malte où ils resteraient, cela a été fait avec succès le 11 août, et Furieux retourna à Gibraltar.

Pendant l'opération Indomptable a été touché par deux bombes de 500 kg et a subi trois quasi-accidents une bombe de 500 kg a pénétré dans la partie non blindée du poste de pilotage, causant des dommages qui l'ont obligée à se retirer pour des réparations, bien qu'elle ait pu naviguer à 28,5 nœuds moins de deux heures après le les coups. [1] Elle a navigué aux États-Unis, où les réparations ont été accomplies en février de 1943, après quoi elle est revenue immédiatement en Méditerranée. Il est torpillé par un bombardier Ju-88 [ 2 ] le 16 juillet [ 3 ] [ 4 ] alors qu'il soutient la préparation de l'invasion alliée de la Sicile (opération Husky), et retourne aux États-Unis où les réparations sont terminées. Elle a commencé les essais en mer le 10 avril 1944. [5]


À propos du conférencier - Col (ret) David Vassallo FRCSEd MA L/RAMC

David Vassallo, originaire de Malte, est un chirurgien général militaire consultant qui a servi pendant
35 années mouvementées au sein du Royal Army Medical Corps avant de prendre sa retraite en 2018. Il possède une vaste expérience des hôpitaux de campagne dans les zones de guerre, son premier déploiement étant la Première Guerre du Golfe, suivi de plusieurs tournées en Bosnie, au Kosovo, en Sierra Leone, en Irak et en Afghanistan.

David a également une passion pour l'histoire militaire, en particulier concernant Malte et la médecine militaire, avec trois livres à son actif. Il a publié des articles sur l'histoire de l'hôpital Camp Bastion en Afghanistan, et des chapitres sur l'histoire des opérations Telic et Herrick à la demande du Surgeon General pour l'histoire médicale officielle de ces campagnes, il possède une maîtrise en histoire de la guerre de King's College London, sa thèse portant sur la transformation des services médicaux de défense du Royaume-Uni en conflit de 1990 à 2015. Il est maintenant président de Friends of Millbank (l'ancien Royal Army Medical College à Londres), www.friendsofmillbank.org, organisant des conférences en ligne mensuelles qui célèbrent l'histoire, les réalisations et la pertinence continue de la médecine militaire.

Son organisme de bienfaisance choisi est le Museum of Military Medicine –, il collecte des fonds pour le prochain déménagement de ce musée d'Aldershot vers un nouvel emplacement époustouflant dans la baie de Cardiff en 2023.


HMS Indomptable en août 1942 - Histoire

Mon père, Thomas Michael McGrane, qui était membre de l'association HMS Indomitable il y a quelques années et qui était malade depuis un certain temps, est malheureusement décédé le 16 octobre 2015. Il a apprécié son temps au sein de l'association et a assisté à quelques réunions. Autant que je sache, il a servi sur les Indomptables dans les années 50. Je ne sais pas quel était son grade, juste qu'il faisait partie de la flotte aérienne. Quand il était dans l'Association des Indomptables, il était à un moment chargé de trier les abonnements et de tenir à jour les informations sur les adhésions, je crois que c'était dans les années 1990.

Cordialement,
Corinne Butler (Mme)

Mon père, Ted Aston, a servi sur Indom en tant que TAG/CPO et j'ai quelques photos de lui avec l'escadron 857.

Je viens de découvrir ce site sur l'Indomptable, mon père était premier maître sur l'Indom lorsque l'explosion s'est produite juste avant qu'elle ne soit désaffectée, il s'appelait Fredrick John Heath. Il a pris sa retraite de la marine en 1954 après s'être engagé comme cadet à l'âge de 14 ans en 1928. Il est malheureusement décédé en 1976.

Dans l'après-midi ou en début de soirée du 5 avril 1942, un certain nombre d'Albacore armés de torpilles sont rangés sur les ponts d'envol de l'Indomitable et du Formidable, en préparation d'une attaque nocturne contre la flotte japonaise qui avait attaqué Colombo. L'attaque n'a pas été lancée car la position, le cap et la vitesse de la flotte japonaise n'ont pas pu être établis, mais je serais très intéressé de savoir combien de Albacores devaient participer à la frappe et à quel moment ils ont été éloignés. Si quelqu'un pouvait fournir ces informations, ou suggérer où je pourrais les trouver, ce serait très utile. (Ce n'est pas dans le journal d'Indomptable, dont j'ai une copie.)

Merci beaucoup,
Rob Stuart
Ottawa, Canada

Mon père, James Birrell Pearson, a servi sur le HMS Indomitable pendant la Seconde Guerre mondiale et a servi jusqu'au milieu des années cinquante. Mon frère et moi ne pouvons localiser aucun de ses papiers bien que nous ayons trouvé ses médailles. Comme mon père est décédé, notre famille aimerait savoir quel poste mon père occupait à bord du HMS Indomitable.

Salutations,
Jean Bonham née Pearson

Quelqu'un peut-il m'aider avec des informations sur mon grand-père qui a servi à bord du HMS Indomitable pendant la 2e guerre mondiale Harold Ernest George Summers. Il a été tué à bord d'un navire qui a essuyé des tirs au large des côtes de Malte. Un grand merci en attendant.

J'essaie de trouver des informations sur Officier de la Marine royale DICK MICHELL (Capitaine je pense) qui a servi sur le HMS INDOMITABLE dans des opérations et exercices d'après-guerre (Castinets etc.) au début des années 50. J'ai une quantité considérable de correspondance échangée, à la fois en mer et dans le port, de lui à ma mère à Gulval, Penzance, Cornouailles. En tant qu'enfant d'environ 4 à 6 ans, je me souviens qu'il a visité notre maison à plusieurs reprises lorsqu'il était stationné avec la flotte de Western Union à Mounts Bay, et je peux même me souvenir que toute notre famille de 5 enfants a été emmenée à bord de l'INDOMITABLE pour le thé ! Toute information serait la bienvenue pour compléter le remarquable échange de correspondance que j'ai, mais qui me laisse beaucoup de questions sans réponse. je faire sachez qu'il était sur l'INDOMITABLE près de Malte au moment de la grosse explosion de février 1953. La dernière lettre en ma possession est de confirmer à ma mère qu'il est "toujours vivant" !

Merci beaucoup,
Catherine Murray

J'essaie de trouver des informations sur mon défunt père qui a servi à bord de l'Indomptable pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a également servi sur l'Induptable et le Pacheco. Je ne suis pas sûr de l'orthographe j'en ai peur. Son nom était Robert Andrews de Glasgow et il a également servi comme artilleur dans le D.E.M.S. Toute information sera grandement appréciée.

Je pensais juste que les gens aimeraient savoir que mon beau-père Albert Pollard (alias Tony), qui était fabricant de voiles sur le HMS Indomitable de la fin de l'année 42 à 45 en service dans le Pacifique en 1943, est malheureusement décédé des suites d'une pneumonie. Il était comme beaucoup un héros silencieux et méconnu. "Bon vent et un vrai cap" Tony.

Mon père, Dennis Charles Jeacock, qui a servi sur le HMS Eagle et le HMS Indomitable jusqu'en 1945, est malheureusement décédé le 20 décembre 2012 et ses funérailles ont lieu le 3 janvier 2013, il avait 89 ans. Il manquera beaucoup à sa famille et à ses amis. Dors bien papa xxx.

Mon père a servi à bord du HMS Indomitable en tant qu'écrivain et était à bord lorsqu'ils ont navigué vers le Japon pour participer à une attaque planifiée. Les deux bombes atomiques ont été larguées et l'Indomptable a navigué vers l'Australie et a accosté à Sydney. Ma grand-tante qui avait été mariée à un capitaine de vaisseau (marine marchande) était socialement très bien connectée et a pris mon père sous son aile. Il l'a accompagnée à des cocktails dans des appartements flash surplombant le port de Sydney. Elle lui a acheté une moto pour se promener et l'a arrangé avec une fille. Lorsque l'Indomptable a quitté le port, un message a été reçu disant que Paul Maslin, mon père, devait être renvoyé à Sydney. Mon père a travaillé en étroite collaboration avec l'officier qui s'est occupé de ces questions et l'a persuadé de ne pas le renvoyer. Il y avait un type étrange appelé Hubbard qui ne s'intégrait pas, alors ils l'ont renvoyé à la place. Une histoire intéressante. Je me demande souvent, comme mon père, décédé en janvier 2012, ce qu'est devenu Hubbard. Est-il resté à Oz ?

Salutations,
Andy Maslin
REM1 D124075K

Je pense que l'histoire de l'écrivain MASLIN est inestimable, mais pas entièrement inconnue pour que les Matelots atterrissent sur leurs pieds, le RN ayant après tout mis en place des ambassadeurs pour GB. Son histoire est cependant ravissante et il a évidemment été un grand succès. Pour "organiser" le projet d'un remplaçant, il a fallu quelques manœuvres à Trust the Writers. Je connais une autre histoire de ce genre d'un chef électricien ? qui, à la fin de la guerre, a été retrouvé aux Bermudes. Il avait été oublié par "Draftee" et comme il était si utile était devenu secrétaire de l'hippodrome. Je crois qu'en dépit des supplications du gouverneur, il a finalement été ramené au service et peut-être en arrière. J'espère que la quête est réussie.

Est-ce que quelqu'un se souvient ou a des archives de John (connu sous le nom de Jack) Jones, de près de Swansea South Wales - qui a servi sur Indomitable en 1444 et 1945 jusqu'à son retour au Royaume-Uni en novembre 1945 ? Il était l'un des principaux préposés aux couchettes malades sur Indomptable, un pharmacien dans la vie civile. Mon père est décédé en 1957 et nous avons peu de traces de son service - et les photos (Ceylan, etc.) ont disparu depuis longtemps.

Bien à vous,
Martin Jones
Melbourne, Australie

Quelqu'un a-t-il des informations sur mon père Alfred William Callen qui a servi sur H M S Indomitable. Il a servi 22 ans dans la Royal Navy et était adjudant (écrivain) lorsqu'il a été démobilisé.

Je ne sais pas si ce site est toujours actif, mais voilà. Je me demande si vous pourriez m'aider ou m'orienter dans la bonne direction de quelqu'un qui le pourrait. J'essaie de trouver des informations sur mon grand-père 'Fred T. Brown, qui a servi sur l'Indomitable pendant la Seconde Guerre mondiale. La seule information que j'ai est un certificat qu'il a reçu lorsqu'il a traversé l'équateur en 1946. J'espère que vous pourrez m'aider avec cela.

C'est avec une grande tristesse que je dois annoncer que le Royal Marine Harold McCarty, qui a servi sur le HMS Indomitable de 1942 à la fin de la guerre, est décédé le 29 avril 2012, juste avant son 89e anniversaire. Il a servi à bord lors de l'opération Pedestal in the Med ainsi qu'avec le train de la flotte dans le Pacifique lors des attaques Kamikaze. Il parlait rarement de son temps à bord, mais était très fier du navire et de son équipage.

Mon frère, Reginald David Olive, était mécanicien aérien sur l'Indomptable, dans les années 50. J'ai cherché sur Internet des informations et des photos afin de pouvoir lui présenter une histoire en pot, ainsi qu'un exemplaire de "The Fleet Air Arm: An Illustrated History" d'Alan Key, pour son 83e anniversaire le 14 mai 2012. Il y a un incident dont il m'a parlé, mais je n'en trouve aucune mention. Apparemment, l'Indomptable était en collision avec le H.M.S. Vanguard, dans le port de Gibraltar dans les années 50. Le capitaine de l'Avant-garde a envoyé un jeu de plaques en « L » au capitaine de l'Indomptable. Par coïncidence, ma femme et moi avons dirigé une meute de louveteaux à Portsmouth. Il était parrainé par la flotte de réserve et connu sous le nom de « 49th Portsmouth, H.M.S. Propre de Bellérophon'. Nous avions l'habitude de monter à bord du H.M.S. Avant-garde pour les défilés de l'église.

Salutations,
Michael (Mike) Olive

Nous avons récemment terminé un projet couvrant les hommes de Pirton qui ont servi pendant la Grande Guerre, qui a abouti au livre The Pride of Pirton, dont nous sommes très fiers - pour plus de détails, voir www.pirton.org.uk/ww1 ou Google ' La fierté de Pirton'. Bien qu'il soit encore très tôt, nous commençons maintenant à regarder nos hommes de la Seconde Guerre mondiale. Un homme, Robin Edward Alastair Hibburd a servi et est décédé avec le 857e Escadron du HMS Indomitable en janvier 1945 :

Lieutenant (A) ROBIN EDWARD ALASTAIR HIBBURD
H.M.S. Indomptable, Royal Naval Volunteer Reserve
qui est mort
le 24 janvier 1945
Rappelé avec honneur
MÉMORIAL DE LEE-ON-SOLENT

Ma raison pour vous contacter est simple, nous commençons à rassembler des informations en vue d'un autre livre. Nous recherchons tous documents, photographies ou informations sur Robin ou les mêmes pour l'escadron, en fait tout ce qui pourrait nous aider à raconter son histoire. Pouvez-vous aider de toute façon? Des informations, des conseils ou des conseils seraient les bienvenus.

Meilleures salutations,
Bob Barton
Pirton, Hertfordshire, Royaume-Uni

La seule information dont je dispose est qu'il a été tué lors d'une attaque contre des raffineries de pétrole à Pladjoe et Soengei Gerong près de Pangkalan. Je le montre aussi en tant que sous-lieutenant. RNVR.

Michael W. Pocock
Webmestre

Mon défunt père, William Roland Foxhall, connu sous le nom de Roly a servi sur le HMS Indomitable dans les années 40 et je sais qu'il était à bord en Nouvelle-Écosse, au Canada pendant cette période. Comme j'ai eu du mal à faire des recherches jusqu'à présent, je me suis demandé si l'un de vos abonnés pouvait se souvenir de lui, s'il vous plaît. Toute information serait reçue avec grand plaisir.

Merci,
Keith Foxhall
Sgt. RAF ACO,
Instructeur de vol synthétique QAIC Sud,
Équipage au sol de la plate-forme ACE

Mon père, Charlie Dabbs - Né à Birmingham en 1923, a servi dans la Royal Navy de 1939 à 1945 en Méditerranée, en Afrique du Nord et à Malte pour n'en nommer que quelques-uns. Malheureusement, mon père est décédé en 2005, mais je connais les noms de quelques-uns des navires sur lesquels il a servi, l'Indomitable, le Caire, l'Ariane, son grade le plus élevé était officier marinier. J'aimerais entendre quelqu'un qui l'a peut-être connu ou qui a servi avec lui pendant cette période ?

Il est de mon triste devoir d'annoncer le décès de Bert Rhuben Oatley-Willis, ancien membre d'équipage du HMS Indomitable et vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Bert a franchi la barre le 13 février 2011 à l'âge de 95 ans.

Mon père, Peter Jordan, a servi sur le HMS Indomitable après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, je n'ai que peu ou pas d'informations sur son service, à part ses histoires de punition pour un délit en ayant à courir sur le pont en portant un poids lourd ! Si ma mémoire est bonne, c'était une couchette ? Si par hasard un lecteur a un souvenir de mon père, j'aimerais avoir de leurs nouvelles. Malheureusement, mon père est décédé en 2008 et j'essaie seulement maintenant de reconstituer des éléments à partir de vieilles photos, etc.

Salutations,
Christophe Jordan
Nottinghamshire, Royaume-Uni

L'oncle de ma femme, Edward Coats, a servi sur le HMS Indomitable pendant la guerre. Il est décédé en 1949 des suites d'une blessure ou d'une maladie subie pendant son service. Est-ce que quelqu'un se souvient de lui ou a une trace de ce qui lui est arrivé ?

JE SUIS RENCONTRE SUR LES DOCUMENTS DE SERVICE DE MES PAPA (FRANK TAPPER) QUI INCLUENT SERVIR COMME MÉCANISME AÉRIEN SUR L'INDOMITABLE DE NOVEMBRE 1944 À MARS 1945. JE SUIS INTÉRESSÉ PAR TOUTES LES PHOTOS D'ÉQUIPAGE QUI PEUVENT ÊTRE DISPONIBLES OU TOUTE PERSONNE QUI L'A PEUVENT CONNU OU QUEL FONCTIONNEMENT IL AURAIT FAIT. MALHEUREUSEMENT MON PÈRE EST DÉCÉDÉ EN 1981 ET NOS CONVERSATIONS AU SUJET DE SON SERVICE ÉTAIT TRÈS PEU.

DAVID TAPEUR
REDHILL ​​SURREY

Mon défunt grand-père a servi à bord de l'Indomptable et me racontait des histoires fantastiques, il s'appelait James Henry Hobbs, il était tireur sur les pompons. M'a parlé d'une attaque Kamikaze et d'être dans l'océan Indien. Il me manque, est-ce que quelqu'un se souvient de lui ?

Est-ce que quelqu'un se souvient de John Nash d'Ivor Bucks., qui a servi comme opérateur radar à partir de 1942 sur le HMS Indomitable ?


HMS Bicester (L 34)

Veuillez noter que nous travaillons toujours sur cette section.

Le commandantDeÀ
1Lt.Cdr. Sydney William Floyd Bennetts, IA5 mai 194210 août 1944
2Lt.Cdr. Ralph William Frank Northcott, DSO, IA10 août 19441er janvier 1946

Vous pouvez aider à améliorer notre section de commandes
Cliquez ici pour soumettre des événements/commentaires/mises à jour pour ce navire.
Veuillez l'utiliser si vous repérez des erreurs ou si vous souhaitez améliorer cette page de navires.

Les événements notables impliquant Bicester comprennent :

10 août 1942

Convoi WS 21S, Opération Piédestal.

Convoi WS 21S et concentration des forces d'escorte

Le convoi WS 21S a quitté la Clyde le 2 août 1942. Le convoi était composé des navires suivants : cargos américains Almería Lykes (7773 GRT, construit 1940), Santa Élisa (8379 GRT, construit en 1941), cargos britanniques Étoile de Brisbane (12791 tonneaux de jauge brute, construit en 1937), Clan Ferguson (7347 TJB, construit 1938), Deucalion (7516 TJB, construit 1930), Dorset (10624 TJB, construit 1934), Espoir impérial (12688 TJB, construit 1941), Glenorchy (8982 tonneaux de jauge brute, construit en 1939), Étoile de Melbourne (11076 TJB, construit en 1936), Port Chalmers (8535 TJB, construit 1933), Château de Rochester (7795 TJB, construit en 1937), Waimarama (12843 TJB, construit 1938), Wairangi (12436 GRT, construit en 1935), et le pétrolier américain Ohio (9264 TJB, construit en 1940).

Ces navires étaient escortés par des croiseurs légers HMS Nigéria (Capt. S.H. Paton, RN, battant pavillon du Contre-amiral 10th C.S., Sir H.M. Burrough, CB, DSO, RN), HMS Kenya (Capt. A.S. Russell, RN) et les destroyers HMS Wishart (Cdr H.G. Scott, IA), HMS venimeux (Cdr H.W. Falcon-Stewart, IA), HMS Wolverine (Lt.Cdr. P.W. Gretton, OBE, DSC, RN), HMS Malcolm (Cdr A.B. Russell, IA), HMS Amazon (Lt.Cdr.(Emgy) Lord Teynham, IA), HMS Derwent (Cdr R.H. Wright, DSC, RN) et HMS Zetland (Lt J.V. Wilkinson, IA).

Une force de couverture composée de Scapa Flow a quitté le même jour. Cette force était composée des cuirassés HMS Nelson (Capt. H.B. Jacomb, RN, battant pavillon du vice-amiral E.N. Syfret, CB, RN) et HMS Rodney (Capitaine J.W. Rivett-Carnac, DSC, RN). Ils étaient escortés par les destroyers HMS Ashanti (Cdr R.G. Onslow, DSO, RN), HMS Esquimau (Cdr E.G. Le Geyt, inf.), HMS Somali (Cdr E.N.V. Currey, DSC, RN), HMS Tartare (Cdr St.J.R.J. Tyrwhitt, DSC, IA), HMS Pathfinder (Cdr. E.A. Gibbs, DSO et barreau, IA), HMS Penn (Lt.Cdr. J.H. Swain, IA) et HMS Quentin (Lt.Cdr. A.H.P. Noble, DSC, RN). Ils devaient rejoindre le convoi WS 21S en mer le 3 août. HMS Penn a été retardé par un défaut et après avoir fait le plein de carburant à Moville, l'Irlande du Nord a rattrapé la force et a rejoint en mer.

Le porte-avions HMS Victorieux (Capt. H.C. Bovell, CBE, RN, battant pavillon du Contre-amiral A.L.St.G. Lyster, CB, CVO, DSO, RN) et le croiseur léger HMS Sirius (Capt. P.W.B. Brooking, RN) avait déjà quitté Scapa Flow le 31 juillet 1941 pour rejoindre le convoi. Ils étaient escortés par les destroyers HMS Intrépide (Cdr C.A.deW. Kitcat, IA), HMS Icare (Lt.Cdr. C.D. Maud, DSC et Barreau, RN), HMS Fureur (Lt.Cdr. C.H. Campbell, DSC et Barreau, RN) et Prévoyance HMS (Lt.Cdr. R.A. Fell, IA). Ces navires ont été rejoints en mer le 1er août 1942 par le porte-avions HMS Argus (Capt. G.T. Philip, RN), chargé d'avions de chasse de rechange pour l'opération, et ses deux escortent les destroyers HMS Buxton (Lt.Cdr. I.J. Tyson, RD, RNR) et HMS Sardonyx (Lt.Cdr. A.F.C. Gray, RNR). HMS Argus et ses deux destroyers d'escorte avaient quitté le Clyde le 31 juillet. HMS Buxton plus tard s'est séparé et s'est dirigé vers le Canada et HMS Sardonyx se rendit à Londonderry.

Les derniers navires à participer à l'opération de départ du Royaume-Uni (Clyde vers minuit dans la nuit du 4 au 5 août) sont le porte-avions HMS Furieux (Capt. T.O. Bulteel, RN), chargé de chasseurs Hurricane pour Malte, et ses escortes, le croiseur léger HMS Manchester (Capt. H. Drew, DSC, RN) et le destroyer polonais ORP Blyscawica (Lt.Cdr. L. Lichodziejewski, ORP). Ils ont été rejoints en mer, vers l'aube, par HMS Sardonyx venant de Londonderry. Les destroyers se séparèrent vers minuit dans la nuit du 5 au 6 août. Ils arrivèrent à Londonderry le 7 août. HMS Furieux et HMS Manchester puis rejoint le convoi WS 21S vers minuit de la nuit suivante mais HMS Manchester s'est séparé peu de temps après pour aller en avant du convoi et du carburant à Gibraltar.

Le 1er août 1942, le porte-avions HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN), croiseur léger HMS Phoebe (Capt. C.P. Frend, RN) et les destroyers HMS Laforey (Capitaine R.M.J. Hutton, IA), HMS Lightning (Cdr H.G. Walters, DSC, RN) et HMS Lookout (Lt.Cdr. A.G. Forman, DSC, RN) a quitté Freetown pour se rendre à une position de rendez-vous au large des Açores.

Le 5 août 1942, le porte-avions HMS Aigle (Capt. L.D. Mackintosh, DSC, RN), croiseur léger HMS Charybde (Capt. G.A.W. Voelcker, RN) et les destroyers HMS Lutteur (Lt R.W.B. Lacon, DSC, RN), HMS Westcott (Cdr. I.H. Bockett-Pugh, DSO, RN) et HMS Vansittart (Lt.Cdr. T. Johnston, RN) a également quitté Gibraltar pour se rendre au point de rendez-vous au large des Açores.

Le convoi a effectué des manœuvres et des exercices AA avec les escortes entre les Açores et Gibraltar pendant la période du 6 au 9 août. (Opération Berserk). Des attaques aériennes factices ont également été menées par des avions des porte-avions.

Passage du détroit de Gibraltar et organisation des forces d'escorte.

Le convoi passa ensuite le détroit de Gibraltar dans la nuit du 9 au 10 août 1942 dans un brouillard dense mais malgré cela le convoi fut détecté par des espions allemands et italiens et signalé.

Après avoir passé le détroit de Gibraltar, le convoi était organisé comme suit. Burrough, CB, DSO, RN devaient accompagner le convoi jusqu'aux approches de Malte où ils seraient accueillis par la flottille de déminage de Malte, qui devait ensuite balayer le convoi dans le port. La Force X était composée des navires suivants : Croiseurs Licht : HMS Nigéria (vaisseau amiral), HMS Kenya,, HMS Manchester. Croiseur AA : HMS Le Caire (Capt. A/C.C. Hardy, DSO, RN). Destructeurs : HMS Ashanti, HMS Fureur, Prévoyance HMS, HMS Icare, HMS Intrépide, HMS Pathfinder et HMS Penn. Destroyers d'escorte : HMS Derwent, HMS Bicester (Lt.Cdr. S.W.F. Bennetts, IA), HMS Bramham (Lt. E.F. Baines, IA), HMS Ledbury (Lt.Cdr. R.P. Hill, RN) et HMS Wilton (Lt A.P. Northey, IA). Aussi le remorqueur de sauvetage HMS Jaunty devait faire partie de cette force.

Après la séparation de l'escorte, la couverture a été fournie par la « Force Z » sous la direction du vice-amiral E.N. Syfret, CB, IA. Cette force était composée des navires suivants : Cuirassés : HMS Nelson (phare) et HMS Rodney. Porte-avions : HMS Victorieux, HMS Indomptable et HMS Aigle. Croiseurs légers : HMS Phoebe, HMS Sirius et HMS Charybde. Destructeurs : HMS Laforey, HMS Lightning, HMS Lookout, HMS Esquimau, HMS Somali, HMS Tartare, HMS Quentin, HMS Ithuriel (Lt.Cdr. D.H. Maitland-Makgill-Crichton, DSC, RN) HMS Antilope (Lt.Cdr. E.N. Sinclair), HMS Wishart et HMS Vansittart. Destructeur d'escorte : HMS Zetland. Le porte-avions était également attaché HMS Furieux (pour l'opération Bellows, le lancement des chasseurs Hurricane pour Malte. Le HMS Furious ne transportait que quatre avions Albacore pour les recherches A/S après le lancement des Hurricanes) et les destroyers « de rechange » HMS Keppel (Cdr J.E. Broome, IA), HMS Malcolm, HMS venimeux, HMS Vidette (Lt.Cdr. E.N. Walmsley, DSC, RN), HMS Westcott, HMS Wolverine, HMS Lutteur et HMS Amazon. Ces destroyers « de rechange » devaient prendre la place des destroyers dans l'écran « Force Z » si nécessaire, escorter HMS Furieux lors de son passage de retour à Gibraltar après avoir terminé l'opération Bellows et/ou renforcé l'escorte de la "Force R".

Ensuite, il y avait aussi la « Force R », la force de ravitaillement. Cette force était composée des navires suivants : Corvettes : HMS Jonquil (Lt.Cdr. R.E.H. Partington, RD, RNR), HMS Spiraea (Lt.Cdr. R.S. Miller, DSC, RNR), HMS Géranium (T/Lt. A. Foxall, RNR) et HMS Tussilage (T/Lt. l'honorable W.K. Rous, RNVR). Remorqueur de sauvetage : HMS Salvonia. Citernes RFA : RFA Ranger brun (3417 GRT, construit 1941, Master D.B.C. Ralph) et RFA Dingledale (8145 GRT, construit 1941, Maître R.T. Duthie).

Avant de rendre compte du passage du convoi principal, nous allons d'abord décrire les opérations qui se déroulent en Méditerranée orientale (Opérations MG 3 et MG 4), le lancement des chasseurs Hurricane pour Malte par HMS Furieux (Opération Bellows) et le convoi de retour de Malte (Opération Ascendant) ainsi que sur les opérations / dispositions sous-marines.

Détournement en Méditerranée orientale.

Dans le cadre du plan de l'opération Pedestal, la flotte méditerranéenne a dû effectuer une diversion dans la partie orientale de la Méditerranée. Avant d'aborder les opérations en Méditerranée occidentale, nous allons d'abord rendre compte des événements en Méditerranée orientale.

Il n'était pas possible à ce moment d'envoyer des fournitures d'Egypte à Malte car toutes les fournitures et les forces étaient bien nécessaires pour la prochaine bataille terrestre à El Alamein, il a été convenu qu'un « convoi fictif » serait envoyé vers Malte dans le but d'empêcher à l'ennemi de diriger tout le poids de sa puissance aérienne et navale vers la Méditerranée occidentale.

Dans la soirée du 10 août 1942, un « convoi » (MG 3) de trois navires marchands quitte Port-Saïd escorté par trois croiseurs et dix destroyers. Le lendemain matin, un autre navire marchand quitta Haïfa escorté par deux croiseurs et cinq destroyers. Les deux forces se rejoignent ce jour-là (le 11) puis rebroussent chemin en se dispersant dans la nuit. La flotte italienne n'a cependant pas pris la mer pour attaquer « l'appât ».

Les forces participant à cette opération étaient : De Port-Saïd : Navires marchands Ville d'Édimbourg (8036 TJB, construit en 1938), Ville de Lincoln (8039 TJB, construit en 1938) et Ville de Pretoria (8049 GRT, construit 1937) escorté par les croiseurs légers HMS Arethusa (Capitaine A.C. Chapman, IA), HMS Euryalus (Capt. E.W. Bush, DSO, DSC, RN), le croiseur AA HMS Coventry (Capt. R.J.R. Dendy, RN) et les destroyers HMS Jervis (Capt. A.L. Pologne, DSO et Barreau, DSC, RN), HMS Kelvin (Cdr M.S. Townsend, OBE, DSC et barreau, RN), HMS Pakenham (Capt. E.B.K. Stevens, DSO, DSC, RN), HMS Paladin (Cdr A.F. Pugsley, RN) et les destroyers d'escorte HMS Dulverton(Lt.Cdr. W.N. Petch, OBE, RN), HMS Hurworth (Lt.Cdr. J.T.B. Birch, IA), HMS Eridge (Lt.Cdr. W.F.N. Gregory-Smith, DSC, RN), HMS Hursley (Lt. W.J.P. Church, DSC, RN), HMS Beaufort (Lt.Cdr. S.O'G Roche, RN) et HMS Belvoir (Lt J.F.D. Bush, DSC et Bar, RN).

De Haïfa : Navire marchand Ajax (7797 GRT, construit 1931) escorté par les croiseurs légers HMS Cléopâtre (Capt. G. Grantham, DSO, RN, vaisseau amiral du Contre-Amiral P.L. Vian, KBE, DSO et 2 Bars, RN), HMS Didon (Capt. H.W.U. McCall, RN), les destroyers HMS Sikh (Capt. St.J. A. Micklethwait, DSO et Bar, RN), HMS Zulu (Cdr R.T. White, DSO et Bar, RN), HMS Javelin (Cdr H.C. Simms, DSO, RN) et les destroyers d'escorte HMS Tetcott (Lt H.R. Rycroft, IA) et HMS Croome (Lt.Cdr. R.C. Egan, IA).

Après la tombée de la nuit, le 11 août 1942, la force fit demi-tour et le Ville de Pretoria retourné à Port-Saïd escorté par HMS Eridge et HMS Hursley. Les Ville d'Édimbourg, escorté par HMS Beaufort et HMS Belvoir se rendit à Haïfa. Les Ville de Lincoln escorté par HMS Dulverton et HMS Hurworth s'est rendu à Beyrouth et finalement le Ajax, escorté par HMS Tetcott et HMS Croome retourna à Haïfa. HMS Didon a dû retourner à Port-Saïd avec des défauts de coque. Elle était escortée par HMS Pakenham, HMS Paladin et HMS Jervis.

HMS Cléopâtre, HMS Arethusa, HMS Sikh, HMS Zulu, HMS Javelin et HMS Kelvin puis a procédé à un autre déroutement (opération MG 4). Ils bombardèrent le port de Rhodes et les moulins à farine d'Alliotti dans la nuit du 12 au 13 août mais firent peu de dégâts. Sur le chemin du retour HMS Javelin a attaqué un contact sous-marin en position 34°45'N, 31°04'E entre 0654 et 0804 heures. Elle rapporta qu'il n'y avait aucun doute que le sous-marin avait coulé mais qu'aucun sous-marin de l'Axe n'opérait dans cette zone, l'attaque devait donc être bidon. Cette force est revenue à Haïfa à 1900/13.

Opération soufflet.

Au cours de l'opération Bellows, le porte-avions HMS Furieux, a lancé 37 Spitfire qui devaient se diriger vers Malte, au sud des îles Baléares. L'Amirauté avait décidé de mener cette opération en même temps que l'opération Pedestal.

HMS Furieux est resté avec le convoi jusqu'en 1200/11. Elle a ensuite lancé les Spitfires pour Malte en 5 lots entre 12h30 et 15h15. Au cours de ces opérations de décollage, elle a agi de manière indépendante avec les destroyers HMS Lookout et HMS Lightning. Après avoir lancé le dernier lot de Spitfires, il rejoint brièvement le convoi jusqu'à environ 17 heures, date à laquelle il se sépare et met le cap sur Gibraltar escorté par les destroyers. HMS Malcolm, HMS Wolverine et HMS Lutteur. Ceux-ci ont été rejoints peu après par HMS Keppel et HMS venimeux.

Vers 0100/12, HMS Wolverine, percute et coule le sous-marin italien Dagabur qui essayait d'attaquer HMS Furieux. Vers 02h00, HMS Wolverine a signalé qu'elle avait été arrêtée en raison des dommages qu'elle avait subis lors de l'éperonnage. HMS Malcolm a été détaché pour l'assister.

A 15h30/12, le destroyer HMS Vidette rejoint l'écran. La force est ensuite entrée dans la baie de Gibraltar vers 1930/12. Les endommagés HMS Wolverine arrivé à Gibraltar à 12h30/13 suivi de HMS Malcolm vers 1530/13.

Opération Ascendant

Le 10 août 1942, les transports vides Troïlus (7648 GRT, construit 1921) et Orari (10107 GRT, construit en 1931) a quitté Malte après la tombée de la nuit pour Gibraltar. Ils ont été escortés par le destroyer HMS Inégalable (Lt.Cdr. J. Mowlam, RN) et le destroyer d'escorte HMS Badsworth (Lt. G.T.S. Gray, DSC, RN). Ils se dirigent d'abord vers le sud de Lampedusa, puis longent la côte tunisienne jusqu'à l'île de Galita. Près du cap Bon, ils rencontrèrent le destroyer italien Lanzerotto Malocello qui posait un champ de mines. Ils ont eu une brève fusillade mais cela a été bientôt terminé car les deux côtés pensaient que l'ennemi était Vichy-Français. Le reste du passage vers Gibraltar s'est déroulé sans incident et le convoi est arrivé à Gibraltar peu avant midi le 14 août 1942.

Opérations / dispositions sous-marines. Huit sous-marins ont participé à l'opération, ils ont été HMS le plus haut (Lt A.W. Langridge, IA), HMS P 31 (Lt J.B.de B. Kershaw, DSO, RN), HMS P34 (Lt P.R.H. Harrison, DSC, IA), HMS P42 (Lt. A.C.G. Mars, IA), HMS P44 (Lt. T.E. Barlow, IA), HMS P46 (Lt J.S. Stevens, DSC, IA), HMS P211 (Cdr B. Bryant, DSC, IA), HMS P222 (Lt.Cdr. A.J. MacKenzie, IA). Deux d'entre eux devaient effectuer une patrouille en plongée normale au nord de la Sicile, l'un au large de Palerme, l'autre au large de Milazzo qui est plus à l'est. Les six autres sous-marins ont reçu des lignes de patrouille alternatives au sud de Pantelleria, dont une qu'ils devaient prendre à l'aube du 13 août 1942, en fonction des mouvements des navires de surface ennemis qui pourraient menacer le convoi de l'ouest. Lorsque le convoi avait dépassé la ligne de patrouille, ce qu'il aurait dû faire à ce moment-là, les sous-marins devaient se déplacer en surface parallèlement au convoi comme un écran et s'éloigner du convoi à midi. Il était expressément prévu qu'ils devraient être vus en surface et signalés par les avions ennemis afin de dissuader les navires de guerre ennemis d'attaquer le convoi.

Les navires de guerre ennemis ont pris la mer, mais dès qu'il était clair que les navires ennemis ne pouvaient pas atteindre le convoi, les sunmarines ont reçu l'ordre de plonger et de se retirer. Ces six sumarines n'avaient aucun contact avec l'ennemi. L'un des deux sous-marins au large de la côte nord de la Sicile, HMS P42, réussit à torpiller deux croiseurs italiens près de Stromboli le matin du 13 août 1942.

Nous retournons maintenant au convoi principal vers Malte.

Passage vers l'est après avoir passé le détroit de Gibraltar.

10 et 11 août 1942.

Après avoir traversé le détroit de Gibraltar aux premières heures du 10 août 1942, dans un brouillard épais, le convoi a été aperçu pour la première fois par un avion de passagers italien, qui a aperçu le convoi dans l'après-midi du même jour. Des avions de reconnaissance allemands ont commencé à surveiller le convoi dès l'aube du 11, et par la suite, eux ou des avions italiens ont gardé le convoi sous observation continue, malgré les efforts des chasseurs des porte-avions pour les abattre ou les chasser. A 1315 heures, HMS Aigle, a été touché et coulé par des torpilles du sous-marin allemand U-73 qui avaient pénétré l'écran du destroyer. A ce moment il y avait treize destroyers dans l'écran, le reste était loin du convoi principal, escortant HMS Furieux pendant les opérations de décollage des chasseurs Hurricane pour Malte ou le mazoutage et le filtrage de la «Force R» qui se trouvait à plusieurs kilomètres. Entre 1430/10 et 2030/11 pas moins de trois croiseurs et vingt-quatre destroyers ravitaillés par les deux pétroliers de « Force R ».

Au moment du torpillage de HMS Aigle le convoi était en quatre colonnes, zigzaguant à 13 nœuds, avec les navires lourds postés autour de lui et un écran de destroyer devant lui. HMS Aigle était à tribord du convoi. Elle a été touchée à tribord par quatre torpilles qui avaient plongé à travers l'écran du destroyer et les colonnes du convoi sans être détectées, puis ont torpillé et coulé le Aigle en position 38°05'N, 03°02'E (Une autre source donne 03°12'E mais cela pourrait être une faute de frappe). Le porte-avions a coulé rapidement en environ 8 minutes, 926 de son équipage, y compris le commandant, ont été secourus par les destroyers HMS Laforey et HMS Lookout et le remorqueur de sauvetage HMS Jaunty. Au moment de son naufrage, HMS Aigle avait quatre avions en patrouille. Ceux-ci ont atterri sur les autres transporteurs. Tous les autres aéronefs ont été perdus avec le navire. Les survivants récupérés ont ensuite été transférés sur les destroyers HMS Keppel, HMS Malcolm et HMS venimeux qui devaient escorter HMS Furieux retour à Gibraltar. Le remorqueur HMS Jaunty qui avait été impliqué dans le ramassage des survivants n'a jamais pu rejoindre le convoi en raison de sa faible vitesse.

En fin d'après-midi, des attaques aériennes étant attendues, le vice-amiral Syfret ordonna au destroyer de former un écran complet. En effet, les attaques aériennes ont commencé vers le coucher du soleil, à 20 h 45. Les derniers destroyers venaient de rentrer du mazoutage de la Force R. Les avions ennemis qui attaquaient étaient 36 bombardiers et avions lance-torpilles allemands, des Ju 88 et des He 111, dont la plupart attaquaient le convoi mais quelques-uns attaquaient la « Force R » vers le sud. Les Junkers sont arrivés les premiers, plongeant de 8000 pieds à 2000 / 3000 pieds pour larguer leurs bombes. Ils ont affirmé avoir heurté un porte-avions et l'un des navires marchands. Puis les Heinkel ont attaqué, ils ont prétendu avoir torpillé un croiseur mais pendant les attaques aucun navire n'a été touché. La couverture du chasseur britannique n'a pas pu attaquer / trouver l'ennemi dans la lumière déclinante. Quatre avions ennemis ont été revendiqués abattus par les tirs AA des navires, mais il semble que seuls deux JU 88 aient été abattus.

12 août 1942

A 09h15/12, une autre vague d'avions allemands attaque le convoi. Une vingtaine ou plus de JU 88 se sont approchés du convoi à l'abri du soleil. Ils ont été interceptés par des combattants à environ 25 milles du convoi. Environ une douzaine ont réussi à rejoindre le convoi, effectuant des attaques de bombardement en piqué de haut niveau ou peu profondes individuellement mais sans aucun résultat. Huit avions allemands auraient été abattus par les chasseurs et deux autres par des canons antiaériens des navires. Pendant ce temps, les combattants étaient également occupés à s'occuper des shadowers, dont trois auraient été abattus avant l'attaque du matin. À cette époque, les destroyers étaient également occupés par de nombreux contacts sous-marins qui ont été attaqués par des grenades sous-marines.

Vers midi, l'ennemi a lancé de lourdes attaques aériennes depuis les aérodromes sardes. Soixante-dix avions se sont approchés qui ont été fortement escortés par des chasseurs. Ils attaquèrent par étapes et employèrent de nouvelles méthodes.

Les dix premiers bombardiers-torpilleurs italiens devaient chacun larguer une sorte de torpille ou de mine encerclant à quelques centaines de mètres des forces britanniques, tandis que huit chasseurs bombardiers effectuaient des bombardements en piqué et des attaques à la mitrailleuse. L'objectif à ce stade était clairement de disloquer la formation de la force et d'attirer des tirs anti-aériens, rendant les navires plus vulnérables à une attaque à la torpille qui s'ensuivit bientôt avec plus de quarante avions. Ils ont attaqué en deux groupes, un sur chaque proue du convoi. L'étape suivante était une attaque à la bombe en piqué peu profonde par des avions allemands, après quoi deux chasseurs italiens Reggiane 2001, chacun avec une seule bombe perforante lourde devaient plonger la bombe sur l'un des porte-avions, tandis qu'une autre nouvelle forme d'attaque était à employer contre l'autre porteur, mais des défauts de l'arme ont empêché cette attaque d'avoir lieu.

L'attaque ennemie s'est déroulée comme prévu, en plus du fait que l'attaque à la torpille n'a été effectuée qu'une demi-heure après le largage des "mines" au lieu de cinq minutes. Les chasseurs britanniques ont rencontré l'avion mouilleur de mines, ils ont abattu l'un d'eux à leur approche. Les neuf avions restants ont largué leurs « mines » à 12 h 15 sur le chemin de la force, qui a fait demi-tour pour éviter le danger. On a entendu les mines exploser quelques minutes plus tard. Seuls trois des chasseurs-bombardiers de cette étape de l'attaque semblent avoir atteint l'écran, mais HMS Lightning ont échappé de justesse à leurs bombes.

L'avion-torpille est apparu à 12h45. Leur nombre a été un peu réduit à cause des combattants britanniques. Les avions restants, estimés à 25 à 30 machines, ont attaqué depuis la proue bâbord, la poutre bâbord et la hanche tribord. Ils larguèrent leurs torpilles bien en dehors de l'écran à quelque 8 000 mètres des navires marchands qu'ils avaient reçu l'ordre d'attaquer. La force a viré de 45° à bâbord puis à tribord pour éviter l'attaque.

Dans l'étape suivante, vers 13 h 18, l'attaque des bombardements allemands, l'ennemi a remporté son seul succès. Ces avions ont également été interceptés à leur arrivée mais une dizaine d'avions sur une vingtaine sont passés. Ils ont traversé le convoi de tribord à bâbord puis ont plongé à 3000 pieds. Ils ont réussi à endommager le transport Deucalion qui menait la colonne de l'aile bâbord. D'autres bombes sont tombées à proximité de plusieurs autres navires.

Enfin, à 13 h 45, les deux chasseurs Reggiane s'approchent HMS Victorieux comme pour atterrir. Ils ressemblaient à des ouragans et HMS Victorieux était à ce moment-là engagée dans le débarquement de ses propres combattants. Ils ont réussi à larguer leurs bombes et une a touché le pont d'envol au milieu du navire. Heureusement, la bombe a éclaté sans exploser. Par le temps HMS Victorieux pourrait ouvrir le feu les deux combattants étaient hors de portée.

Les Deucalion ne peut plus suivre le convoi et reçoit l'ordre de suivre la route côtière le long de la côte tunisienne escortée par HMS Bramham. Deux bombardiers ont trouvé ces navires en fin d'après-midi, mais leurs bombes ont manqué. A 19 h 40, cependant, près des rochers Cani, deux avions lance-torpilles attaquent et une torpille frappe le Deucalion. Elle a pris feu et a fini par exploser.

Le convoi passa à environ 20 milles au nord de l'île Galita et passa l'après-midi à éviter les sous-marins ennemis qui étaient connus pour être concentrés dans ces eaux. Il y avait d'innombrables rapports d'observations et de contacts Asdic et au moins deux sous-marins se sont avérés dangereux. A 1616 heures, HMS Pathfinder et HMS Zetland en a attaqué un à bâbord avant du convoi et l'a chassé jusqu'à ce que le convoi soit hors de portée. HMS Ithuriel, posté sur le quartier, puis attaqué, a forcé l'ennemi à faire surface et l'a finalement éperonné. Elle s'est avérée être le sous-marin italien Cobalto. pendant ce temps HMS Tartare, sur le quart tribord, a vu six torpilles tirées à bout portant à 1640 heures, et le destroyer suivant dans l'écran, HMS Lookout aperçu un périscope. Ensemble, ils ont attaqué le sous-marin, continuant jusqu'à ce qu'il ne soit plus dangereux. Il n'y avait aucune preuve que ce sous-marin ait été coulé.

A 1750 heures, HMS Ithuriel, qui retournait au convoi après avoir coulé le sous-marin italien Cobalto a été attaqué par quelques bombardiers en piqué, alors qu'il était encore à une douzaine de milles en arrière du convoi. A cette époque, le convoi est attaqué par des avions stationnés en Sicile. Cette force comptait près de 100 avions. Des bombardiers en piqué Ju.87 ainsi que des Ju.88 et SM-79, tous avec une forte escorte de chasseurs. L'ennemi a commencé à attaquer à 18 h 35, les bombardiers attaquant de l'avant et de l'arrière, la dernière étant la direction du soleil. L'avion lance-torpilles est venu de l'avant pour attaquer la proue et la poutre tribord du convoi.

Les bombardiers-torpilleurs italiens SM-79 ont largué leurs torpilles à des distances d'environ 3000 mètres à l'extérieur de l'écran du destroyer, et une fois de plus, le convoi s'est détourné pour les éviter. Cependant le destructeur Prévoyance HMS a été touché par une torpille et désactivé. Les bombardiers ont choisi HMS Indomptable comme leur cible principale. Elle était à l'arrière de HMS Rodney à l'époque sur le quart bâbord du convoi. Quatre Ju.88 et huit Ju.87 sont soudainement sortis du soleil et ont plongé abruptement vers HMS Indomptable de l'arrière. Certains des Ju.87 sont descendus à 1000 pieds et le porte-avions a reçu trois coups et son pont d'envol a été mis hors service. Ses chasseurs aéroportés ont finalement dû atterrir sur HMS Victorieux. HMS Rodney pendant ce temps, il s'est échappé de justesse lorsqu'un bombardier a attaqué de l'avant. Un avion ennemi aurait été abattu par des tirs AA des navires tandis que les chasseurs en ont réclamé neuf autres, bien qu'il y ait environ deux fois plus de chasseurs ennemis dans les airs que les Britanniques.

HMS Tartare a pris le endommagé Prévoyance HMS en remorque et s'est dirigé vers l'ouest pour Gibraltar. Le jour suivant, comme ils étaient suivis par des avions ennemis et que des sous-marins ennemis se trouvaient dans la région, il a été décidé de saborder l'infirme avant que les deux navires ne soient perdus. HMS Tartare puis torpillé Prévoyance HMS à quelques kilomètres de l'île de Galita.

Passage par le goulet, les 12-13 août 1942, et la perte au large HMS Manchester.

Ces dernières attaques aériennes ont eu lieu à environ 20 milles marins à l'ouest du canal de Skerki et à 19 heures, alors que les attaques étaient clairement terminées, le vice-amiral Syfret a fait demi-tour avec la « Force Z ». Il appartenait maintenant au contre-amiral Burrough avec « Force X » de prendre le convoi à Malte.

A 20 heures, alors que le convoi changeait sa formation de quatre à deux colonnes, le convoi a été attaqué par des sous-marins italiens. Le sous-marin Dessie a attaqué un cargo avec quatre torpilles et a réclamé trois coups sûrs. Le bruit des coups de torpille n'a cependant pas été causé par son attaque mais par une attaque du Axoum qui a touché trois navires, HMS Nigéria, HMS Le Caire et le pétrolier Ohio.

HMS Nigéria a dû rebrousser chemin pour rejoindre Gibraltar escorté par les destroyers d'escorte HMS Derwent, HMS Wilton et HMS Bicester. Le contre-amiral Burrough a transféré son drapeau au destroyer HMS Ashanti. La poupe de HMS Le Caire avait été soufflé et elle a dû être coulée car elle était irrécupérable avec les deux moteurs également hors d'usage. Elle a été sabordée par HMS Pathfinder. Les Ohio pendant ce temps, a réussi à lutter.

À ce moment-là, le convoi essayait toujours de se former, les attaques sous-marines ont gâché les choses et à ce moment-là, le convoi a de nouveau été attaqué par les airs dans le crépuscule croissant à 20h30. Environ 20 avions allemands, les Ju-88 ont effectué des bombardements en piqué et des attaques à la torpille, touchant le Espoir impérial avec une bombe et le Clan Ferguson et Étoile de Brisbane avec des torpilles. Le premier de ces navires a dû être coulé (par HMS Bramham, le second a explosé mais le dernier a finalement atteint Malte. Peu de temps après cet attentat, à 2 111 heures, HMS Kenya a été torpillé par le sous-marin italien Alagi. Elle a réussi à échapper à trois des quatre torpilles, mais a été touchée à l'avant par la quatrième. Elle a cependant pu rester avec le convoi.

La situation était alors la suivante. HMS Kenya et HMS Manchester avec deux navires marchands, et avec les destroyers dragueurs de mines HMS Intrépide, HMS Icare et HMS Fureur en avant, avait passé le canal Skerki et se dirigeait vers l'île de Zembra en direction du cap Bon. HMS Ashanti, avec le contre-amiral Burrough à bord, révisait rapidement ces navires. Les deux autres destroyers HMS Pathfinder, HMS Penn et le destroyer d'escorte HMS Ledbury, rassemblaient les neuf navires marchands restants. Le destroyer d'escorte HMS Bramham rattrapait aussi son retard après avoir escorté le single Deucalion jusqu'à ce qu'elle coule.

En apprenant le sort de HMS Nigéria et HMS Le Caire, le vice-amiral Syfret détaché HMS Charybde, HMS Esquimau et HMS Somali pour renforcer le contre-amiral Burrough. Il faudrait plusieurs heures à ces navires pour rattraper le convoi.

Le gros du convoi passe le cap Bon vers minuit. Quarante minutes plus tard, des vedettes lance-torpilles ennemis sont apparues et ont commencé à attaquer. Leur première victime a été HMS Manchester qui a été torpillé à 0120/13 par l'italien MS 16 ou MS 22. Elle a dû être sabordée par son propre équipage.Beaucoup de ses navires de la compagnie ont débarqué en Tunisie et ont été internés par les Vichy-Français mais environ 300 ont été récupérés par des destroyers (d'abord par HMS Pathfinder, et plus tard par HMS Esquimau et HMS Somali. Ces deux derniers destoyers se mettent alors en route vers Gibraltar.)

Quatre et peut-être cinq des navires marchands ont également été touchés par les vedettes lance-torpilles. C'étaient les Wairangi, Château de Rochester, Almería Lykes, Santa Élisa et probablement le Glenorchy. Ils ont été attaqués entre 3 h 15 et 4 h 30 à environ 15 milles marins au sud-est de Kélibia en prenant un raccourci pour remettre en état le gros du convoi. Quatre ont été perdus, seul le Château de Rochester a survécu et elle a réussi à rattraper le gros du convoi à 5 h 30. Les Glenorchy a été coulé par l'italien MS 31, les quatre autres, dont le Château de Rochester survécu comme mentionné précédemment, ont été touchés par les Allemands S 30 et S 36 ainsi que l'italien MAS 554 et MAS 557.

Peu avant 0530 heures HMS Charybde, HMS Esquimau et HMS Somali avait rejoint le corps principal du convoi faisant de la force maintenant deux croiseurs et sept destroyers avec les transports Château de Rochester, Waimarama et Étoile de Melbourne. Le pétrolier endommagé Ohio rattrapait lentement. Avec elle était le destroyer d'escorte HMS Ledbury. À l'arrière du corps principal se trouvait le Port Chalmers escorté par le destroyer HMS Penn et le destroyer d'escorte HMS Bramham. Les destroyers ont sauvé l'équipage du Santa Élisa quand le passé par le navire abandonné qui a ensuite été achevé par un bombardier allemand. Les Dorset se déroulait sans escorte et enfin le Étoile de Brisbane restait toujours à proximité de la côte tunisienne de manière indépendante, avec l'intention de se diriger vers Malte après la tombée de la nuit.

A 7 h 30, le contre-amiral Burrough, renvoyé HMS Tartare et HMS Somali à Kelibia pour aider HMS Manchester puis allez à Gibraltar. Quand ils sont arrivés, ils ont découvert que le Manchester avait été sabordé plusieurs heures plus tôt, ils ont donc secouru ceux de son équipage qui n'avaient pas encore atteint le rivage, puis se sont dirigés vers Gibraltar comme ordonné. Outre l'équipage du Manchester ils ont également ramassé des survivants de la Almería Lykes et Wairangi.

La prochaine rencontre avec l'ennemi était une attaque aérienne sur le corps principal du convoi à 08h00 par des bombardiers allemands. Environ 12 Ju.88 ont effectué une attaque en plongée peu profonde descendant de 6000 pieds à 2000 pieds pour larguer leurs bombes. Deux ont plongé sur le Waimarama la frappant plusieurs fois et elle a explosé immédiatement, l'un des bombardiers a même été détruit dans l'explosion. HMS Ledbury sauvé une partie de son équipage de la mer en feu. À 9 h 25, lorsque le Ohio, Port Chalmers et Dorset où avec le corps principal à nouveau, quelques Ju.87 escortés par des combattants italiens ont attaqué. Ils ont plongé jusqu'à 1500 à 1000 pieds. HMS Kenya en tête de la colonne du port, et le Ohio l'avant-dernier navire de la colonne de tribord, s'est échappé de justesse. L'un des avions ennemis s'est écrasé à bord du Ohio juste après avoir largué sa bombe après avoir été endommagée par des tirs du Ohio et HMS Ashanti. Un autre avion aurait été abattu par des combattants maltais qui patrouillaient au-dessus depuis l'aube.

Arrivées à Malte du 13 au 15 août 1942.

À 10 h 50, une vingtaine de bombardiers, principalement des Ju.88 avec quelques Ju.87, sont arrivés pour attaquer. La cible était la Ohio et elle a reçu quatre ou cinq quasi-accidents et ses moteurs ont été désactivés. En même temps le Château de Rochester dans la colonne bâbord a failli manquer et mis le feu mais elle a continué avec le convoi. Les Dorset qui était derrière elle a été touché et arrêté. Le convoi continua de quitter le Dorset derrière avec l'Ohio et deux destroyers.

À 11 h 25, la dernière attaque aérienne contre le corps principal a eu lieu. Cinq SM.79 italiens ont attaqué avec des torpilles et ont failli toucher le Port Chalmers alors que la torpille s'est coincée dans la paravane. D'autres attaques contre le corps principal ont été menées par des combattants de Malte. A 14 h 30, quatre dragueurs de mines maltais rejoignent le gros du convoi, ils sont HMS Speedy (Lt.Cdr. A.E. Doran, RN, avec le commandant du groupe A/Cdr. H.J.A.S. Jerome, RN à bord), HMS Hébé, HMS Rye et HMS Heyte. Ils étaient également accompagnés de sept lancements de moteurs ML 121, ML 126, ML 134, ML 135, ML 168, ML 459 et ML 462. HMS Rye et deux des ML ont été envoyés vers le endommagé Ohio qui était « vital pour Malte », selon le A/Cdr. Jérôme.

A 16 heures, le contre-amiral Burrough met le cap vers l'ouest avec ses deux croiseurs et cinq destroyers. Les Port Chalmers, Étoile de Melbourne et Château de Rochester est arrivé à Grand Harbour vers 18h00 avec la force de l'A/Cdr. Jérôme. Le château de Rochester était à ce moment-là très bas dans l'eau, il venait juste d'arriver au port à temps.

Hors étaient encore les Ohio, Dorset et le Étoile de Brisbane. Le précieux Ohio avait été impuissant avec HMS Penn et HMS Bramham. Lorsque HMS Rye arrivé à 17h30, HMS Penn a pris la Ohio en remorque. pendant ce temps HMS Bramham a été envoyé au Dorset mais peu de temps après, les bombardiers allemands sont revenus et les navires ont été attaqués à plusieurs reprises jusqu'à la tombée de la nuit. Les deux navires marchands ont été touchés vers 19 heures et le Dorset a coulé.

Au lever du jour le 14 HMS Ledbury est arrivé pour aider à amener le Ohio à Malte. HMS Speedy est également bientôt arrivé sur les lieux avec deux ML. Le reste de ses forces qu'il avait envoyé à la recherche du Étoile de Brisbane. A 10 h 45, les avions ennemis effectuent leur dernière tentative, provoquant la séparation du remorquage. Un combattant de Malte a abattu deux des assaillants. Le remorquage a été de nouveau dépassé et la lente procession a continué et le matin du 15, le pétrolier vital a finalement atteint Malte.

Les Étoile de Brisbane était alors également arrivé. Il a quitté les côtes tunisiennes au crépuscule le 13. Des avions l'avaient attaquée sans succès et l'un des assaillants a été abattu par une escorte Beaufighter qui avait été envoyée de Malte. Elle est arrivée à Malte dans l'après-midi du 14.

Des navires de surface italiens pour opérer contre le convoi ?

Le convoi avait subi la violence de l'ennemi sous toutes ses formes, sauf celle d'une attaque par de grands navires de surface. Pourtant, des croiseurs et destroyers italiens étaient en mer pour l'intercepter et l'attaquer. Deux croiseurs légers avaient quitté Cagliari dans la soirée du 11 août 1942 et les croiseurs lourds Gorizia et Bolzano de Messine, et un croiseur léger de Naples avait navigué le 12 au matin. Ce soir-là, un avion de reconnaissance a signalé un croiseur lourd et deux croiseurs légers avec huit destroyers à environ 80 milles marins au nord de la pointe ouest de la Sicile et se dirigeant vers le sud. Il aurait été possible pour cette force de rencontrer le convoi à l'aube du 13, de sorte que l'avion de surveillance a donc reçu l'ordre en langage clair d'éclairer et d'attaquer. Cela a apparemment influencé les Italiens car ils avaient une couverture aérienne limitée et ils ont fait demi-tour à 0130/13 près du cap San Vito. À 1 h 40, l'avion a signalé qu'il avait largué ses bombes, mais qu'aucun coup n'avait été obtenu. Des ordres similaires ont été signalés, en langage clair, aux observateurs de secours et à signaler la position de la force ennemie au profit des bombardiers imaginaires Liberator au cas où les Italiens changeraient d'avis et feraient demi-tour. Ils ont cependant tenu bon vers l'est.

Le sous-marin HMS P42 les a aperçus vers 08h00/13 au large de Stromboli et a attaqué avec quatre torpilles, revendiquant deux coups sûrs. Elle avait en fait heurté le croiseur lourd Bolzano qui a pu se diriger vers le nord et le croiseur léger Muzio Attendolo qui a réussi à atteindre Messine avec ses arcs arrachés. Les autres croiseurs sont allés à Naples. Suite à l'attaque P 42 a été lourdement chargé par les destroyers mais a réussi à s'échapper.

En fait, les navires italiens suivants avaient été en mer des croiseurs lourds Gorizia, Trieste, Bolzano, croiseurs légers Eugène de Savoie Raimondo Montecuccoli, Muzio Attendolo. Ils étaient escortés par onze destroyers Ascari, Avière, Camicia Nera, Corsaro, Fucelière, Génie, Légionnaire, Vincenzo Gioberti, Alfredo Oriani, Grecale et Maestrale.

Le retour à Gibraltar.

Les navires britanniques retournant à Gibraltar ont eu plus de chance. Après avoir quitté le convoi au large de Malte dans l'après-midi du 13, ils ont contourné le cap Bon vers 0130/14 et de ce point jusqu'à l'île de Zembra, ils ont réussi à courir avec le gant de bateaux électriques à l'affût.

à 0450/14, près des Fratelli Rocks, un sous-marin a tiré des torpilles sur HMS Ashanti de la surface. Elle a failli être percutée par HMS Kenya, qui était juste derrière le « vaisseau amiral » (le contre-amiral Burrough était toujours en HMS Ashanti). Les inévitables shadowers sont arrivés peu après le jour pour annoncer leurs attaques aériennes qui ont commencé à 7h30. Ils ont duré jusqu'à 13 h 15 environ. Les bombardiers allemands sont arrivés premiers avec trois tentatives par quelques Ju.88. Cela a été suivi d'une attaque plus sévère avec environ 30 bombardiers, Ju-88 et Ju-87 entre 1030 et 1050 heures. Une heure plus tard, 15 bombardiers de haut niveau Savoia sont attaqués suivis jusqu'à 13 h 15 par des Savoia porteurs de torpilles. Une vingtaine d'avions attaquant seul ou en binôme. On pense également que des avions posent des mines à l'avance. Plusieurs navires ont failli manquer, mais aucun autre dommage n'a été subi. Après ces attaques, les Britanniques ont été laissés seuls et dans la soirée, ils ont rejoint la « Force Z ».

Le vice-amiral Syfret était allé aussi loin à l'ouest que 01'E où il a commandé le porte-avions endommagé HMS Indomptable se rendre à Malte avec HMS Rodney et un écran destructeur (qui). Il fait ensuite demi-tour vers l'est pour prendre rendez-vous avec le contre-amiral Burrough. Ils arrivèrent à Gibraltar le 15.

Quelques heures avant leur arrivée, les dommages HMS Nigéria et son escorte était également entrée dans le port, comme l'avait HMS Tartare, HMS Esquimau et HMS Somali. Sur le chemin du retour HMS Nigéria avait été attaqué par des torpilleurs et un sous-marin mais il n'avait pas été touché.

Sur les quatorze navires qui avaient navigué, seuls cinq sont arrivés « sûrs » à Malte. Ce n'était pas un score très élevé également étant donné l'escorte très lourde qui avait été fournie, compte tenu du fait qu'un porte-avions, un croiseur léger, un croiseur AA et un destroyer avaient été perdus et deux croiseurs lourds avaient été endommagés. Mais le convoi a dû faire face à de très fortes attaques aériennes de plus de 150 bombardiers et 80 avions lance-torpilles, le tout en l'espace de deux jours. De plus, ces avions étaient protégés par des chasseurs d'une force beaucoup plus grande que les porte-avions et Malte pouvaient fournir. Et il y avait aussi les sous-marins et les E-bateaux ennemis.

L'esprit dans lequel l'opération s'est déroulée apparaît dans le rapport du vice-amiral Syfret : « Hommage a été rendu au personnel des navires de Sa Majesté, les officiers et les hommes voudront donner la première place à la conduite, au courage et à la détermination de les capitaines, les officiers et les hommes des navires marchands. La manière inébranlable avec laquelle ces navires se dirigeaient vers Malte à travers toutes les attaques, répondant à chaque ordre de manœuvre comme une unité de flotte bien entraînée, était un spectacle des plus inspirants. Beaucoup de ces braves hommes et leurs navires ont été perdus. Mais le souvenir de leur conduite restera une inspiration pour tous ceux qui ont eu le privilège de naviguer avec eux. ' ( 1 )

30 sept. 1942
Le HMS H 43 (Lt. BJB Andrew, DSC, RN) a effectué des exercices A/S au large du Lough Foyle avec le HMS Pentstemon (Lt.Cdr.(Retd.) J. Byron, DSC, RNR), HMS Zetland (Lt. JV Wilkinson, RN), le HMS Bicester (Lt.Cdr. SWF Bennetts, RN) et le HMS Bridgewater (Cdr.(Ret.) NWH Weekes, OBE, RN). ( 2 )

21 février 1943
Le HMS Ursula (Lt. A.R. Profit, DSC, RN) a effectué des exercices A/S au large d'Alger avec les destroyers britanniques HMS Lightning (Cdr. H.G. Walters, DSC, RN) et HMS Bicester (Lt.Cdr. S.W.F. Bennetts, RN). ( 3 )

23 février 1943
Le sous-marin allemand U-443 a été coulé en Méditerranée près d'Alger, en position 36°55'N, 02°25'E, par des grenades sous-marines des destroyers d'escorte britanniques HMS Bicester (Lt.Cdr. SWF Bennetts, RN) et HMS Lamerton (Lt.Cdr. CR Purse, DSC, RN), HMS Wheatland (Lt.Cdr. R.deL. Brooke, DSC, RN).

30 août 1943
HrMs O 15 (Lt.Cdr. AJ Schouwenaar, RNN) a effectué des exercices A/S à/hors Scapa Flow avec le HMS Bicester (Lt.Cdr. SWF Bennetts, DSO, RN), HMS Chiddingfold (Lt. TM Dorrien-Smith, RN) ), le HMS Meteor (Lt.Cdr. DJB Jewitt, RN) et le HMS Rocket (Lt.Cdr. HB Acworth, OBE, RN). ( 4 )

1 septembre 1943
HrMs O 15 (Lt.Cdr. AJ Schouwenaar, RNN) a effectué des exercices A/S à/hors Scapa Flow avec le HMS Bicester (Lt.Cdr. SWF Bennetts, DSO, RN), HMS Chiddingfold (Lt. TM Dorrien-Smith, RN) ), le HMS Kingston Agate (Lt. J. Simms, RNR) et le HMS Cape Palliser (Lt. BT Wortley, RNR). ( 4 )

  1. ADM 199/651 + ADM 234/353
  2. ADM 173/17253
  3. ADM 173/18379
  4. Dossier 2.12.03.6398 (Archives néerlandaises, La Haye, Pays-Bas)

Les numéros ADM indiquent les documents aux Archives nationales britanniques à Kew, Londres.


HMS Indomptable

Alus tilattiin 6. heinäkuuta 1937 osana vuoden 1937 hankintoja Vickers-Armstrongin telakalta Barrow-in-Furnessista, missä köli laskettiin vielä saman vuoden lopulla 10. marraskuuta telakkanumerolla 735. Alus laskettiin-Furnessista [10. lus laskettiin kuuta 26. 1940. ]

Indomptable oli alun perin Illustrious-luokan neljäs alus, mutta sen lentokonekapasiteettia nostettiin ja samalla jouduttiin ohentamaan hangaarikannen panssarointia 4,5 tuumasta 1,5 tuumaan. Aluksen lentokannen pituutta kasvatettiin 3,05 metriä. [2] Alukselle tehtiin HMS Illustriousista poiketen kaksikerroksinen lentokonehangaari, jotta sille voitaisiin sijoittaa 48 lentokonetta aiemman 36 sijaan. Kone kapasiteetin lisäys edellytti lentokoneiden polttoainevarastojen kasvatusta, mikä tehtiin aluksen oman polttoainetankin kustannuksella. Aluksen etummainen lentokonehissi kulki vain ylempään hangaariin ja sitä suurennettiin niin, että se kykeni kuljettamaan Hawker Sea Hurricanen siivet suorina. Taaempi hissi kulki kumpaankin hangaariin. [3]

Käyttöön otettaessa aluksen ilmatorjunta-aseistus oli vajaa käsittäen ainoastaan ​​24 kaksi paunaista ja loput asennettiin vasta huhtikuussa 1942. [2]

Palveluskäyttöön ottamisen jälkeen alus määrättiin Kaukoitään osaksi Force Z:aa. Se lähti lokakuussa Länsi-Intiaan koulutettavaksi operatiivisiin tehtäviin. Alus ajoi 3. marraskuuta karille Länsi-Intiassa, mikä viivästytti sen lähtöä Trincomaleehen. Alus siirrettiin Norfolkiin Virginiaan telakalle, mistä se lähti joulukuussa Ceylonille liittyäkseen Itäiseen laivastoon. [1] [4]

Intian valtameri Muokkaa

Tammikuussa 1942 alus siirsi maihin lentokoneensa ja sille kuormattiin Port Sudanissa 48 Britannian kuninkaallisten ilmavoimien Hawker Hurricanea kuljetettavaksi Singaporeen. Kuormauksen päätyttyä alus lähti Itä-Intiaan saattajinaan hävittäjät HMAS Napier, HMAS Nizam oui HMAS Nestor. Alus lähetti 27. tammikuuta Sumatran eteläpuolella Hurricanet Bataviaan. [1] Koneet eivät kuitenkaan estäneet Singapourien joutumista japanilaisten haltuun helmikuussa.

Helmikuussa alus kävi Trincomaleessa tankattavana. Se lähti maaliskuussa Jaavalle, missä se vastaanotti toisen erän Hawker Hurricaneja Ceylonille kuljetettavaksi. Samalla aluksen omat laivueet palautettiin alukselle. Alus lähti Addun atollille lentokoulutukseen sekä valmistautumaan operatiivisiin tehtäviin. [1]

Alus liitettiin 31. maaliskuuta Itäisen laivaston Force A:han yhdessä HMS Warspiten, Illustredans, HMS Cornouailles, HMS Entreprisen oui HMS Emeraldin Kanssa. Alus liittyi laivastoon Celonin eteläpuolella osallistuen tuloksettomaan keisarillisen Japanin laivaston lentotukialusosaston etsintään. Alus lähti 5. huhtikuuta Force A:n mukana uudelleen tuloksetta etsimään japanilaista laivasto-osastoa. Osasto palasi 8. huhtikuuta Addun atollille, mistä matkaa jatkettiin Bombayhin. [1]

Alus määrättiin 22. huhtikuuta tukemaan liittoutuneiden maihinnousua Madagaskarille operaatio Ironcladissä. Se lähti Durbaniin liittyäkseen operaatiota varten kerättyyn laivasto-osastoon. Alus liittyi 3. toukokuuta Madagaskarin edustalla saattueihin Y ja Z. Maihinnousun alkaessa 5. toukokuuta Courrier Baystä Indomptables oui Illustredans lentokoneet suojasivat ja tukivat hyökkääviä joukkoja. Vichyn Ranskan laivaston sukellusvene Monge laukaisi 8. toukokuuta torpille alusta vastaan ​​tuloksetta. Suojanneet hävittäjät upottivat sukellusveneen syvyyspommein. [1] [5]

Operaatiosta vapauduttuaan alus oli kesäkuussa huollettavana ja koulutettavana Mombasan edustalla. Heinäkuussa alus siirrettiin Gibraltarille Force H:hon. [1]

Välimeri Muokkaa

Alus liittyi elokuun alussa 1942 HMS Victoriousin, HMS Furiousin, HMS Eaglen oui HMS Argousin muodostamaan lentotukialusosastoon Atlantilla harjoitellakseen alusten yhteistoimintaa harjoituksessa Berserk.

Se kuului 10. elokuuta Force Z:aan, jonka tehtävänä oli suojata operaatio Pedestalin saattuetta WS21S Maltalle. Aluksella oli kymmenen 806 laivueen Martlet hävittäjää, 24 800 ja 880 laivueiden Sea Hurricanea ja neljätoista 827 ja 831 laivueiden Fairey Albacorea. [6]

Alukselle laskeutui yksi Furiousilta Maltalle lähetetyistä kolmestakymmenestäkahdeksasta Supermarine Spitfirestä (opéraatio soufflet) teknisen vian vuoksi. [7]

Kahdeksan italien ilmavoimien Fiat CR.42 konetta tekivät hyökkäyksen syöksypommittamalla saattuetta vastaan. Hyökkääviä lentokoneita saattoi yhdeksän italien ilmavoimien 362. laivueen Reggiane Re.2001 hävittäjää, joista yhden ampui hélas 806-laivueen Martlet.Decimomannun lentotukikohdasta nousi ilmaan kello 16.45 yhdeksän S.79 pommikonetta saattajinaan MC202 koneet, mutta osasto ei löytänyt saattuetta. [8]

Saksan ilmavoimien 3. Stukalennoston Junkers Ju 87 Stukat hyökkäsivät 12. elokuuta 2 743,2 m metristä auringon suunnasta ja ne osuivat alukseen kahdesti ja sen lähelle putosi kolme 500 kg:n lentopommia. Kumpikin osumista tuli hissien lähelle eli panssaroimattomille alueille ja yksi viereen pudonneista pommeista aiheutti 8 asteen kallistuman. Osumat tappoivat 50 miehistön jäsentä ja haavoittivat viittäkymmentäyhdeksää. [2] [9] Alus syttyi tuleen ja sen vauhti laski. Aluksen suojaksi jäivät ilmatorjuntaristeilijä HMS Charybde ja hävittäjät HMS Lookout, Éclairage HMS sekä HMS Somali. [10]

Indomptables vauriot eivät kuitenkaan pysäyttäneet alusta ja se kykeni ilmoittamaan kello 19.27 nostavansa vauhtinsa 17 solmuun. Alus kykeni nostamaan vauhtinsa kello 20.30 jo 28,5 solmuun, mutta lentokannen vauriot kuitenkin tekivät siitä käyttökelvottoman. Aluksen lentokoneiden tuli laskeutua Victoriousille. [10]

Aluksen vauriot korjattiin tilapäisesti Aleksandriassa, mistä se seilasi Yhdysvaltoihin telakalle. Vaurioiden korjaaminen poisti aluksen palveluksesta puoleksi vuodeksi. [2] [9]

Indomptables osui 16. heinäkuuta 1943 operaatio Huskyn aikana saksalaisen Junkers Ju 88 koneen laukaisema torpille konehuoneen kohdalle. Räjähdys tapahtui torpedovyön alaosassa ja 4,5 tuuman vyön reuna murtui ja panssarinpalaset murskasivat vedenpitävän väliseinän. Alus kallistui 12,5 astetta ja vesi virtasi kansille. Ainoastaan ​​tyyni sää esti aluksen uppoamisen. Lentotukialus oli vaurioiden vuoksi poissa palveluksesta yli kahdeksan kuukautta. [2] Aluksen vauriot korjattiin tilapäisesti Aleksandriassa ja sen jälkeen alus purjehti Yhdysvaltoihin telakalle palaten palvelukseen helmikuussa 1944. [9]

Intian valtameri Muokkaa

Alus siirrettiin alkuvuodesta 1944 Itäiseen laivastoon. Indomptable oui Victorieux tekivät 24. elokuuta ja 18. syyskuuta rynnäköt Sumatralla olevia japanilaisia ​​joukkoja vastaan. Lokakuun puolivälissä alukset tukivat hyökkäystä Nikobaareille, minkä jälkeen Indomptable oui Illustre tekivät rynnäkön Medaniin ja uuden hyökkäyksen Sumatralle 20. joulukuuta. [11]

Aluksen ilmatorjuntaa vahvistettiin huhtikuussa 1944 lisäämällä kaksi neliputkista ja kaksi kaksiputkista 40 millimetrin Boforsia ja sodan lopulla alukseen asennettiin vielä lisäksi 13 yksiputkista-juntaa- 20 millimeator [2]

Indomptable liitettiin muodostettuun Brittiläiseen Tyynenmeren laivastoon 22. marraskuuta 1944. Alus hyökkäsi 4. tammikuuta yhdessä Victoriousin oui HMS Indefatigablen Kanssa Medaniin, Belawan Deliin. Vastaavia hyökkäyksiä tehtiin 24. ja 29. tammikuuta Palembangiin ja Sumatralle öljyn saannin estämiseksi. Hyökkäykset Palembangiin ja Sumatralle olivat sodan tähän astisista tukialusten tekemistä hyökkäyksista suurimmat, 126 ja 123 lentokonetta. Hyökkäyksissä menetettiin yhteensä 41 konetta. [12]

Ensimmäinen Brittien tyynenmeren laivastoa (Task Force 57, TF57) vastaan ​​suunnattu Japanin ilmavoimien hyökkäys tapahtui 1. huhtikuuta, kun Yhdysvaltain merijalkaväki nousi maihin Okinawalla. Kuninkaallisen laivaston lentotukialukset lähettivät kello 06.40 koneitaan ilmaan. Kymmenen minúuttia myöhemmin tutkalla havaittiin 75 mailin päässä lähestyviä lentokoneita. Ilmassa oleville koneille ilmoitettiin tilanne ja lisää koneita lähetettiin ilmaan. Lähestyvät japanilaiset lentokoneet kohdattiin 40 mailin päässä aluksista, jolloin neljä hyökkääjää ammuttiin hélas ja muut pakenivat. Yksi hyökkääjistä ampui konekiväärein Indomptablea, jolloin yksi miehistönjäsen kuoli ja neljä haavoittui. [13]

Alukseen osui 4. toukokuuta kamikaze, mutta lentokansi kesti ja esti vakavien vaurioiden syntymisen. Alus törmäsi 20. toukokuuta hävittäjän kanssa ja tukialus lähetettiin Sydneyyn korjattavaksi. Indomptable oli elokuussa mukana ottamassa haltuun Hongkongia. Aluksen lentokoneet lensivät elo-syyskuun vaihteessa viimeiset taistelulentonsa japanilaisia ​​itsemurhaveneitä vastaan. [9] [14]

Sodan jälkeen Muokkaa

Marrakech 1945 Indomptable palasi Englantin. Alus siirrettiin 1947 reserviin ja kolme seuraavaa vuotta alus oli telakalla muutostöissä. Huollon lopulla todettiin aluksen moottoreilla olevan ainoastaan ​​10 vuotta käyttöaikaa ja ne uudistettiin täydellisesti. Alus palasi palvelukseen 1950 ja liitettiin osaksi Kotilaivastoa. Aluksella syttyi tulipalo 3. helmikuuta, mikä aiheutti pahoja vaurioita, jotka myöhemmin päällystettiin betonilla. [9]


Voir la vidéo: 1942 - Seconde guerre mondiale mois par mois - Collection Années de guerre 410