Les arches des ponts médiévaux étaient-elles suffisamment grandes pour permettre le trafic fluvial ?

Les arches des ponts médiévaux étaient-elles suffisamment grandes pour permettre le trafic fluvial ?

J'ai parcouru les Civitates Orbis Terrarum pour avoir une idée de la façon dont les villes médiévales et leurs environs étaient organisés, mais il y a certaines questions auxquelles je n'ai pas pu répondre sur la logistique du commerce fluvial.

Les arches de certains ponts étaient-elles suffisamment larges pour permettre au trafic fluvial de passer sous eux ? Si ce n'est pas le cas, un bateau fluvial transporterait-il simplement l'amont et l'aval entre les ponts ? (c'est-à-dire que les marchandises devraient généralement être chargées et déchargées plusieurs fois le long de la même rivière ?)

Ce pont, par exemple, est-il assez grand pour accueillir une péniche ? (Lincoln High Bridge, construit 1160 CE) D'où je viens, ils doivent élever les ponts pour laisser passer les péniches.

(Modifié pour réduire la portée)

EDIT 2: Merci à tous ceux qui ont répondu jusqu'à présent. Je sais qu'il y avait des ponts clairement capables d'accueillir le trafic fluvial, mais une rivière est aussi navigable que le plus petit pont le long de son cours. S'il y a un seul pont sous lequel votre bateau ne peut pas passer, c'est une barricade infranchissable, peu importe combien d'autres ponts vous laisseront passer. S'ils se heurtaient à un pont comme celui-là, ont-ils tiré la barge sur terre ? Ou, selon ma question initiale, une barge n'a-t-elle parcouru que la distance que les ponts le permettaient, nécessitant le transfert des marchandises entre plusieurs bateaux au cours de leur transport ?


Pourquoi penseriez-vous que les peuples médiévaux construiraient des ponts si peu pratiques ?

Après tout, il existe encore des ponts médiévaux, parfaitement capables de permettre le trafic fluvial.

Pont de pierre à Ratisbonne, Allemagne du 12ème siècle


Éditer: l'OP s'intéresse aux ponts non navigables.
Il y a un consensus dans les commentaires, qu'en termes d'économie un ferry offre l'avantage de ne pas gêner le trafic fluvial tout en permettant le trafic routier à travers le fleuve. Un pont non navigable permettrait uniquement le trafic routier à travers le fleuve, tandis que toutes les marchandises transportées sur le fleuve devraient être chargées entre des barges en amont et en aval.
Le trafic fluvial étant autrefois plus économique, le bac serait la solution privilégiée.

Alors, qu'en est-il des mariées non navigables ?

Wikipedia propose plusieurs exemples de ponts, qui sont assez étroits (en termes de largeur de travée).


Le pont d'Anping en Chine du milieu du XIIe siècle


Le pont d'Arkadiko, même si je ne sais pas s'il enjambe une voie navigable.

Un exemple de pont non navigable
Le Tarr Steps se situe quelque part entre l'âge du bronze et 1400 après JC, mais je ne sais pas s'il s'étend sur une voie navigable.


Encore un autre sujet abordant la question : déchargement et rechargement de la cargaison.

Dans le droit médiéval, il y avait une chose appelée droit d'agrafe, qui obligeait un marchand à offrir ses marchandises dans un endroit (ville) qui avait le droit d'agrafe. Ainsi, un commerçant devrait décharger la cargaison et la proposer sur le marché local pendant une période déterminée. Ensuite, la cargaison peut être à nouveau chargée sur une barge fluviale.
Dans un tel scénario, il y aurait une réelle incitation à construire un pont avec une portée assez étroite, car cela empêcherait quiconque de simplement traverser la ville.


L'ancien pont de Londres (1209-1831) n'avait pas seulement des arches assez larges pour le trafic fluvial, il avait un pont-levis levant au milieu pour permettre aux grands voiliers de le traverser. Il est vrai, cependant, que le courant à travers les arches était très rapide en raison de l'obstruction de la rivière par la structure du pont.


Voir la vidéo: Tartu Hansapäevad 2009 - Rüütliturniir