Tyr et Fenrir

Tyr et Fenrir


Tyr & Fenrir - Histoire

Tyr était le dieu nordique de la guerre, un brave guerrier et membre de la tribu Aesir, il défendait l'ordre et la justice. L'homonyme de mardi, il a perdu son bras au profit de la progéniture féroce de Loki, Fenrir, le loup géant.

Le dieu manchot du panthéon nordique, Tyr était un membre de la tribu Aesir qui représentait la guerre et l'effusion de sang. Assez paradoxalement, il était également connu comme un porteur de justice et d'ordre. La nature contradictoire de Tyr provient en grande partie d'un manque d'informations à son sujet. Mentionné avec parcimonie dans le Edda poétique et Edda en prose, les œuvres qui forment l'épine dorsale de la mythologie nordique, Tyr était surtout connu pour avoir lutté contre le monstrueux chien Fenrir et perdu son bras dans le processus.

Souvent associé à la mythologie nordique, Tyr est en fait une divinité germanique au cours des premiers siècles de l'ère commune. Alors qu'il était une figure puissante de la religion germanique, à l'époque viking (800-1100 de notre ère), son importance avait diminué. Son ancienne importance parmi les peuples germaniques et nordiques, cependant, était attestée par l'utilisation de son nom pour la lettre « T » de l'alphabet runique, ainsi que pour le mot mardi, qui signifiait « le jour de Tyr ».


Tyr & Fenrir - Histoire

Tyr était l'un des Ases, frère de Thor et Balder. Il sacrifia sa main à Fenrir pour que ses frères le lient à Gleipnir. Sa femme Zisa, une mortelle, a été tuée avant le Ragnarok. Il savait par Heimdall qu'il était destiné à tuer et à être tué par Garmr, le chien de garde de Heljya, mais lorsque le Ragnarok est arrivé, il a tué le chien et n'a pas été blessé. Cela a rempli Tyr d'un chagrin et d'une culpabilité insurmontables. Pourquoi devrait-il éviter les destins prédestinés auxquels chacun de ses frères et sœurs a succombé ? Il a parcouru le multivers avec une bande de Deva après le Ragnarok, incapable de supporter d'être à Ysgard sans sa famille. L'une de ses nombreuses quêtes impliquait un voyou nommé Conner qui devint brièvement son avatar et à qui Tyr enseigna les valeurs de la justice. Plus tard, Tyr s'est retrouvé dans le plan de Faerûn où leurs dieux étaient jugés par le chef du plan, Ao, l'Overgod. Tyr a protesté contre le verdict, qui a puni tous les dieux de l'avion pour les actions de Bane, un mortel qui avait récemment accédé à la divinité. Tyr a eu les yeux arrachés par Ao en représailles. Touchés par son sens féroce de la justice, les dieux Ilmater et Torm se sont pris d'affection pour lui, l'invitant à régner avec eux dans leur plan élémentaire, qui est devenu connu sous le nom de Maison de la Triade. Après la crise avec Kezef le Chaos Hound, Tyr est retourné à Ysgard pour récupérer le Gleipnir une fois de plus. De retour dans sa maison de montagne, il régalait ses nouveaux alliés des histoires de ses anciens, de sa famille et de leurs aventures. L'un des membres de sa cour était en réalité la forme métamorphosée de Cyric, qui est devenu très intéressé et obsédé par les histoires de Loki. L'histoire de Tyr sur Fenrir a été associée à tort à Kezef et ses partisans sont devenus encore plus importants lorsque les Deva et ses clercs ont commencé à répandre ces histoires sur sa grandeur passée. Avec sa nouvelle célébrité parmi ces jeunes dieux, la déesse de l'amour Sune a encouragé une relation entre Tyr et Tymora, la déesse de la chance. Helm, le gardien de la Triade, était leur chaperon jusqu'à ce que Cyric, agissant toujours comme l'un des membres de la cour de Tyr, empoisonne Tyr contre lui, remplissant son esprit d'une jalousie insensée. Tyr tua Helm de rage. Lorsque l'esprit de Tyr est finalement devenu clair, il a été horrifié et a abdiqué son trône et a renoncé à sa divinité et à son immortalité. Son meilleur élève et maître de la montagne voisine de Celestia, Bahamut le Dragon de Platine, remplirait sa place en tant que juge de la Triade. En tant que mortel, Tyr a voyagé dans les Abysses où il a combattu vague après vague de démons seul. Quand il est finalement tombé, il s'est réveillé au Valhalla, ses yeux lui sont revenus. Après avoir gagné une mort glorieuse, il s'est finalement senti digne et il est resté à Ysgard avec sa famille restante.

De retour à Ysgard, Tyr et son général Militiades amassent une armée dans le but de redonner au Valhalla son ancienne gloire.

Dogme de Tyr[modifier | modifier la source]

Il faut respecter les ennemis déchus, ne jamais sacrifier un cadavre et toujours obéir aux lois des justes.


Service de dévotion – Tyr & Fenris

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ
Ces services sont rendus à Sacred Journey Fellowship, une église unitaire universaliste centrée sur la Terre située au 1215 Main St. Garland, TX 75040.
Je ne suis pas une personne sainte enregistrée (godhi/prêtre/etc.). Je suis un laïc qui dirige des services et des rituels dans un format païen aux côtés de païens, de sorcières éclectiques, de druides et d'autres religions qui peuvent être majeures et mineures.
Je ne revendique aucune autorité dans ma religion ou dans l'histoire de ma religion. Je ne suis qu'un Chercheur. Vous avez votre chemin, et j'ai le mien. Que les dieux soient avec vous sur les vôtres.

Service du 14 octobre 2015

Tyr & Fenris – Heure du conte

Salut Tyr, honorable. Lorsque nous faisons face à une décision difficile, vous êtes là, nous montrant le chemin qui nous apportera l'honneur, le chemin qui est juste et altruiste. Bienvenue Tyr.

Je vous salue Fenrir, l'avaleur du Tout-Père. Lorsque la fin des temps arrivera, vous rencontrerez Odin sur le champ de bataille et le vaincrez, inaugurant une nouvelle ère pour l'humanité. Bienvenue, Fenrir.

« Je ne dois pas avoir peur. La peur est le tueur d'esprit. La peur est la petite mort qui amène l'effacement total. Je vais affronter ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi et à travers moi. Et quand il sera passé, je tournerai l'œil intérieur pour voir son chemin. Là où la peur est partie, il n'y aura rien. Moi seul resterai. -Frank Herbert

Il était une fois un homme nommé Loki. Loki vivait dans un endroit appelé Asgard, où résidaient les dieux, mais il n'était pas un dieu. Il était en fait un demi-géant, et les géants étaient les ennemis des dieux. Il s'était fait un ami d'Odin, l'un des dieux cependant, alors ils lui ont permis d'être avec eux.

Loki avait une femme nommée Agrabodhi. C'était une géante, appelée la sorcière de la forêt d'Ironwood. Ensemble, ils ont eu trois enfants : un appelé Jormungandr qui s'enroule autour de la mer, mangeant sa propre queue et un appelé Hel qui règne sur le monde des morts. Il y en avait un troisième appelé Fenris, et c'était un loup, mais juste un chiot à cette époque.

Tous les enfants de Loki étaient considérés comme des problèmes, principalement à cause de leur père. Odin, inquiet pour les enfants et les prophéties qui les entourent déjà, demande que les enfants lui soient amenés. Plus précisément, il a choisi de permettre à Fenrir de résider à Asgard, la maison des dieux, avec eux.

À Tyr a été confiée la tâche de nourrir et de prendre soin de Fenrir. Tyr était le dieu de la Chose, la réunion nordique de la loi et de la règle. Ses domaines étaient la justice au sens du plus grand bien de la communauté. Tyr a accepté de veiller sur Fenrir pendant qu'il vivait à Asgard.

Fenrir grandissait cependant, plus gros et plus méchant chaque jour, jusqu'à ce que Tyr soit le seul à être autour de Fenrir. Au fur et à mesure qu'il grandissait, la prophétie qui l'entourait, les dieux d'Asgard s'inquiétait. Car il a été dit du loup Fenrir : [L'un viendra] celui qui sera le plus puissant de tous, celui qui s'appelle Moon-Hound, il sera rempli de la chair de tous ces hommes qui mourront, et il avalera la lune, et aspergez de sang les cieux et tout leur repaire, le soleil perdra son éclat, et les vents en ce jour-là seront inquiets et gronderont de toutes parts.

Finalement, les dieux ont eu assez peur du loup qu'ils ont concocté un plan élaboré pour le lier avec des objets magiques à une île. Ils l'ont amené sur l'île et lui ont parlé de cette merveilleuse corde qu'ils avaient trouvée et qui pouvait même le retenir. Fenrir s'est vanté de pouvoir briser n'importe quelle liaison, et c'est exactement ce qu'il a fait à deux reprises. Ce n'est qu'au troisième essai, lorsqu'ils se sont présentés avec une corde de magie, que Fenrir est devenu méfiant et a refusé de le faire à moins que Tyr ne mette son épée dans sa bouche. Si les dieux le trahissaient et ne le libéraient pas s'il ne pouvait pas briser le lien, il prendrait la main de Tyr.

Tyr était d'accord, et bien sûr cette liaison était incassable. Fenrir se tendit contre la corde magique, mais il ne put la briser. Fidèle à sa parole, Tyr a gardé sa main dans la bouche de Fenrir, et Fenrir l'a mordue. À cette époque, la perte de la main sur le bras armé était grave, mais Tyr a quand même montré son honneur, pour lequel il est connu à ce jour.

Fenrir est lié à l'île, une épée dans sa bouche pour l'empêcher de blesser quelqu'un d'autre, bien qu'ils ne le tuent pas parce que l'île à laquelle ils l'ont lié est sacrée. Les jours de Ragnarok, les liens de Fenrir seront brisés. Lui et Odin en viendront aux mains, et Fenrir tuera Odin.

Commentaire

C'était un service assez court. J'ai demandé à des gens de saisir une rune parmi celles qui étaient tournées face cachée sur une assiette et de leur en donner une interprétation.

C'était mon premier service, mais je savais déjà qu'il manquait beaucoup. Je l'ai fait assez rapidement et j'y ai mis le minimum d'éléments païens. J'avais beaucoup de recherches et d'introspection devant moi.

Je pense que j'étais toujours inquiet de la réception d'un rituel païen dans une communauté principalement païenne. Non pas qu'il devrait y avoir une différence entre païen et païen puisque l'un est un sous-ensemble de l'autre.

L'histoire de Tyr et Fenris est assez personnelle pour moi. La plupart des médias montrent que Tyr n'est pas amical avec Fenris, mais j'ai pris une photo différente des histoires des deux. Tyr était le seul à ne pas avoir peur de Fenris. Il l'a nourri comme un chiot, et la plupart d'entre nous comprennent que les chiots sont plutôt mignons et joueurs.

Je peux imaginer que Fenris ressemblait beaucoup à une personne aujourd'hui ayant un loup ou un chien-loup comme animal de compagnie. Au début, tout est mignon et nouveau, puis le chiot commence à devenir un loup. Ils ont des pensées, des idées et des concepts de loup, qui sont en fait assez différents de ceux d'un chien.

Odin avait deux loups, c'est vrai. Mais dans le cas d'un loup comme Fenris, avec des origines qui résonnaient en termes plus chaotiques, j'imagine que Fenris était aux loups ce que les loups d'Odin étaient aux chiens. Fenris était juste plus sauvage, et ça commençait à se voir.

Pourtant, je trouve si intriguant que Tyr soit celui qui s'est lié à cette bête sauvage et chaotique qu'était Fenris.

Fenris pouvait-il parler ? Il était le fils de Loki et d'Agrabodhi. Lui et Tyr ont-ils parlé de la nécessité du système nordique de loi et de fidélité. En ont-ils débattu, puisque Tyr était plus un dieu de l'ordre et Fenris plus un dieu du désordre ? Ont-ils vraiment apprécié leurs débats ?

En fin de compte, Tyr était-il réellement contrarié par la perte de sa main ? C'était un dieu honorable. Fenris ne faisait pas confiance aux autres dieux. Il faisait confiance à Tyr pour tenir sa parole, et il présumait que son bras armé valait plus que de le garder attaché jusqu'à Ragnarok.

Il a mal parié sur ce point, mais il n'a pas parié que Tyr tiendrait parole.

Faut-il s'étonner qu'il soit libre et qu'il ne s'en prenne pas à Tyr ?

Non, j'imagine que même en tant qu'ennemis sur le champ de bataille de Ragnarok à venir, Fenris et Tyr auront tous les deux un respect sain l'un pour l'autre et se souviendront de leur amitié avec tendresse et peut-être un peu de chagrin ?


Fenrir est l'un des quatre robots de l'escouade Ragnarok, les autres étant Tyr, Loki et Fafnir. La capacité de Fenrir s'appelle Shapeshift et comporte deux modes : le mode Assaut et le mode Tank. En mode Assaut, le Fenrir gagne un boost de vitesse et un bouclier de classe Aegis, cependant, son arme lourde se replie et ne peut pas être tirée. En mode Tank, le Fenrir perd le bouclier Aegis et le boost de vitesse et déploie l'arme lourde et reçoit une résistance aux dégâts de 50% à tous les types d'armes (à l'exception des armes d'atténuation de la défense). Dans ce mode, le bouclier Aegis régénère sa durabilité perdue à 4,5% de sa capacité par seconde et doit se régénérer à 15 000 capacités (quel que soit le niveau) pour que le bouclier soit utilisable.

Avec le Bernadette Legendary Pilot, le Fenrir est un char qui peut très bien se battre. Sans le pilote, le Fenrir est bon pour flanquer, puis engager sélectivement des cibles. Il est conçu pour de courtes périodes de bagarres intenses après avoir rongé les ennemis à mi-distance. Dans un engagement à un contre un, le Fenrir excelle par sa capacité de survie très impressionnante en raison de sa santé élevée et de ses deux modes de capacité offrant différentes formes de protection.

Il peut utiliser son mode Assaut avec une vitesse accrue pour flanquer ses adversaires tout en utilisant son bouclier Aegis, passant en mode Tank si le bouclier est épuisé ou si le Fenrir engage un adversaire. En mode Tank, le Fenrir déploie toutes les armes et gagne 50% de résistance aux dégâts, ce qui lui permet de tanker des dégâts et de se battre à courte portée. En mode Tank, le bouclier Aegis se régénère, permettant au Fenrir de se retirer en sécurité ou de fournir une protection momentanée contre les dommages entrants. L'objectif principal du bouclier Aegis est d'offrir une capacité de survie supplémentaire lors des déplacements, et non des bagarres soutenues, en raison de la faible santé de son bouclier. Lors des combats, la grande majorité du temps, vous devriez être en mode Tank et à proximité de la couverture. Il est recommandé de ne compter que sur le bouclier Aegis pour arrêter les dégâts lorsque le tir entrant est à faible DPS ou lorsqu'une rafale d'armes anti-éclaboussures est épuisée (comme un Tulumbas ou un Cryo).

Le Fenrir est l'un des six robots (Blitz, Bulwark, Cerberus, Jaeger et Typhon sont les autres) à être monté avec un bouclier spécial de classe Aegis qui bloque tous les dégâts de l'arme. Le Fenrir est excellent pour l'engagement de flanc et à courte portée, et s'il est équipé des bonnes armes, il peut dominer à mi-distance. Fenrir est une menace puissante dans les ligues supérieures.


Tyr était courageux et noble. Ζ] Il était considéré comme le plus courageux et le plus honorable de tous les Ases du panthéon nordique. ⎖] ⎭] Il était principalement préoccupé par la punition des malfaiteurs et la promotion générale de la loi et du bien dans le monde. ΐ] Ε] Tyr détestait la duplicité, la supercherie, le non-respect des règles et la destruction gratuite. Ε] Il détestait également les mensonges et la rupture des serments et était dégoûté par les personnes qui gagnaient de telles choses. ⎖] Pour sa part, il ne romprait jamais une promesse. ⎖]

Tyr a exhorté à l'établissement de codes moraux et éthiques pour les êtres sensibles dans tous les pays. Η]

Tyr était un juge juste, mais il était difficile à comprendre pour ceux qui n'étaient pas dans sa foi, car ils le percevaient plus facilement comme un punisseur sévère et rigide. D'un autre côté, il était considéré comme une figure paternelle courageuse pour ses partisans. En vérité, il était bien conscient qu'une utopie légale ne serait jamais possible dans le plan matériel imparfait, mais cela ne l'a pas empêché d'essayer de faire du monde un endroit meilleur pour ses disciples mortels. Ε] Ζ] Η] Il voulait que ses disciples se considèrent comme une « famille parfaite », non pas composée d'individus parfaits mais plutôt de membres qui a essayé et voulaient être parfaits, qui ont agi par confiance, courage et amour les uns envers les autres. Ε] Sa connaissance qu'un tel rêve ne serait jamais réalisé dans le royaume des mortels le remplissait d'une véritable tristesse. Ε] Η]

Tyr était au début plus disposé que beaucoup d'autres dieux à se manifester sous une forme ou une autre à ses disciples, en raison de ses sentiments féroces de protection paternelle envers eux. Cependant, à la fin du 14ème siècle DR, Tyr était fatigué d'apparaître dans les Royaumes et a commencé à limiter ses apparitions aux cas avec des répercussions importantes qui n'étaient pas évidentes pour les mortels. Η]

Outre son avatar, Tyr peut envoyer un chien de guerre intelligent en tant que représentant, ou il peut utiliser un gong retentissant, un chœur de voix masculines ou un marteau de guerre flottant pour exprimer sa volonté. Ε] ⎩] Les couleurs bleu, blanc et violet étaient considérées comme sacrées pour ses disciples. ⎩]


Tyr: Symbolisme et histoire du dieu manchot nordique

Tyr faisait partie de la tribu Aesir. Il était souvent représenté comme le dieu manchot du Panthéon nordique, qui symbolise la guerre et l'effusion de sang. Assez paradoxalement, il était également considéré comme un propagateur de la justice et de l'ordre. La nature opposée de Tyr provient principalement d'un manque d'informations à son sujet. Il n'y a que peu d'informations à son sujet dans le Edda poétique et Edda en prose, des œuvres reconnues comme la principale source de la mythologie nordique, Tyr, le plus célèbre pour avoir lutté contre l'affreux chien Fenrir et perdu son bras dans le processus.

Fréquemment lié à la mythologie nordique, Tyr, est à l'origine une divinité germanique au cours des premiers siècles de l'ère commune. Alors qu'il était une figure influente de la religion germanique, à l'époque viking (800-1100 de notre ère), son importance s'était affaiblie. Son importance antérieure parmi les peuples germaniques et nordiques, cependant, était attestée par l'utilisation de son nom pour la lettre « T » de l'alphabet runique, ainsi que pour le mot mardi, qui signifiait « jour de Tyr ».

La signification du nom « Tyr » est « un dieu » ou même « le dieu », qui vient du proto indo-européen *dyeus-, par le proto-germanique *Tiwaz, signifiant « dieu ou divinité ». C'est la même racine utilisée dans les noms de Zeus, populairement connu comme le roi des divinités grecques, et de Jupiter, considéré comme le roi des dieux romains. Parce que ce mot n'a été donné qu'aux divinités les plus influentes, les érudits ont spéculé que Tyr avait autrefois une telle position. Cependant, au moment où les premières épopées nordiques ont été enregistrées, l'importance de Tyr avait considérablement diminué.

Tyr n'était pas seulement un brave guerrier, mais il était aussi une source de connaissances digne de confiance et un champion de la droiture. Ces descriptions, il est vrai, reposaient sur de brèves mentions du dieu dans les épopées nordiques. La représentation la plus détaillée du dieu vient du Gylfaginning, un livre de la Edda en prose écrit par le savant islandais du XIIIe siècle Snorri Sturluson.

La qualité la plus importante de Tyr était sa main droite (ou son bras) manquante, généralement représentée comme étant coupée au poignet ou à l'avant-bras. Fenrir avait dévoré ce membre manquant, le loup géant vorace engendré par Loki et le jötunn Angrboda. Fenrir jouera plus tard un rôle essentiel dans Ragnarök.

D'après les archives, Tyr était soit le fils d'Odin, le "Père de tout" et roi des dieux, soit Hymir, un géant d'une partie sombre de la Edda poétique nommé le Hymiskvitha (le « Lai d'Hymir »). Alors que ce dernier texte omettait de mentionner la mère de Tyr, il identifiait sa grand-mère comme une femme à neuf cents têtes.

La plupart des érudits sont tombés d'accord sur le fait qu'Odin était le vrai père de Tyr. Comme Sturluson l'a écrit dans le Skáldskaparmál: « ‘Comment faut-il périphraser Týr ? En l'appelant le dieu à une main et nourricier du loup, dieu des batailles, fils d'Odin.

En raison du fait qu'il était le fils d'Odin, Tyr était un demi-frère des principaux membres de la tribu Aesir. Les demi-frères et sœurs de Tyr comprenaient certaines des figures les plus importantes de la mythologie nordique, notamment Thor, Baldur, Váli et Vidarr, ainsi que Heimdall, Hermod, Bragi et Hodr.

Pouvoirs et devoirs

Avec le développement de l'ère viking, l'importance de Tyr a été éclipsée par Thor et Odin. À l'époque du vieux norrois, les caractéristiques des hommes, telles que l'honneur, la justice, la loi et le serment, étaient importantes. Mais, au fur et à mesure que les Vikings émergeaient, les caractéristiques de combat deviennent plus importantes, Thor et Odin ont donc été poussés au premier plan du Panthéon, même si Tyr était également un guerrier.

L'histoire la plus célèbre de Tyr comprend la liaison du démon de Loki, le monstre loup, Fenrir. Ce monstrueux fils de Loki a semé la terreur à Asgard et Midgard. À deux reprises, les dieux ont voulu lier Fenrir mais ont échoué les deux fois, après quoi ils ont demandé de l'aide aux nains. Les nains ont fabriqué une chaîne nommée Gleipnir, qui semblait être fragile pour être utile, mais elle était composée de six ingrédients surnaturels. On croyait qu'après que ces ingrédients aient été utilisés dans la fabrication de Gleipnir, ils ont tous disparu et ne faisaient plus partie du monde. Fenrir ne croyait pas que les dieux seraient capables de l'attacher, et à cause de cela, il a demandé à l'un d'eux de mettre sa main dans sa bouche. Le seul courageux à le faire était Tyr. Une fois attaché avec le Gleipnir, Fenrir s'est battu contre lui pour se libérer, et pendant le processus, il a mordu la main gauche de Tyr. Tous les autres dieux ont applaudi et étaient heureux du fait qu'il soit enfin à égalité, à l'exception de Tyr. Fenrir était attaché à une montagne et est resté attaché, mais une fois que Ragnarok a eu lieu, Loki l'a laissé libre, et pour se venger, il a ingéré tout l'Odin.


Mythologie nordique pour les gens intelligents

Tyr (prononcé comme le mot anglais “tier” vieux norrois Týr, Vieux anglais Tiw, vieux haut allemand *Ziu, Gothique Tyz, proto-germanique *Tiwaz, “dieu” [1] [2] ) est un dieu de la guerre nordique, mais aussi le dieu qui, plus que tout autre, préside aux affaires de droit et de justice. Son rôle dans les mythes survivants de l'âge viking est relativement faible et son statut dans la dernière partie de l'âge viking peut avoir été mineur en conséquence. Mais cela n'a pas toujours été le cas. D'autres types de preuves nous montrent que Tyr était autrefois l'un des dieux les plus importants pour les peuples nordiques et germaniques.

Guerre, droit et justice

Le rôle de Tyr en tant que l'un des principaux dieux de la guerre des Nordiques, avec Odin et Thor, est bien attesté dans des sources de l'ère viking et antérieures. Par exemple, dans le Sigrdrífumál, l'un des poèmes de l'Edda poétique, la valkyrie Sigrdrifa demande au héros humain Sigurd d'invoquer Tyr pour la victoire au combat. [3] Un autre poème eddique, le Lokasenna, corrobore cette image en demandant à Loki d'insulter Tyr en disant qu'il ne pouvait qu'inciter les gens à se disputer, et ne pourrait jamais les réconcilier. [4]

Quelques siècles plus tôt, les Romains identifiaient Tyr à Mars, leur propre dieu principal de la guerre. Cette connexion survit dans l'anglais moderne “Tuesday,” du vieil anglais “Day of Tiw (Tyr)” (Tiwesdæg), qui était à son tour basé sur le latin Meurt Martis, "Jour de Mars". )

Mais Tyr est loin d'être seul un dieu de la guerre. En fait, son rôle premier semble être celui d'un défenseur du droit et de la justice. Ces inscriptions romaines à lui comme “Mars,” par exemple, l'invoquent parfois comme Mars Thinssus – c'est-à-dire Mars du Chose, l'ancienne assemblée légale germanique. [6]

Mais la preuve la plus convaincante du rôle de Tyr en tant que juriste divin - et héroïque en plus - vient de l'histoire de The Binding of Fenrir, le seul mythe survivant à mettre Tyr en évidence. L'affreux loup Fenrir n'était qu'un chiot, mais il grandissait rapidement. Les dieux craignaient pour leur vie, alors ils se sont efforcés d'attacher Fenrir dans des chaînes dont il ne pouvait pas s'échapper. Lorsque Fenrir posa les yeux sur la chaîne qui finirait par le lier, il se méfia et déclara qu'il n'autoriserait les dieux à la mettre autour de lui que si l'un d'eux mettait un bras dans sa bouche en gage de bonne foi. Seul Tyr était prêt à le faire. Lorsque le loup s'est retrouvé incapable de se libérer, il a mordu le bras de Tyr.

Selon les mots de l'éminent spécialiste de la religion comparée Georges Dumézil, Tyr, « avec son sacrifice » non seulement procure le salut des dieux mais le régularise également : il rend légal ce qui, sans lui, aurait été une pure fraude. " [7] De la même manière qu'Odin s'est révélé être le premier dieu de la sagesse en sacrifiant l'un de ses yeux à sa poursuite, Tyr s'est révélé être le premier dieu de la loi en sacrifiant un de ses bras pour le soutenir. Les défigurations des deux dieux sont parallèles et démontrent quelque chose d'essentiel sur leurs caractères. [8]

Mais pourquoi le premier dieu de la loi et de la justice serait-il aussi l'un des principaux dieux de la guerre ? N'y a-t-il pas ici une tension entre deux domaines de la vie qui ne sont ni liés ni même opposés l'un à l'autre ?

Pour les anciens peuples germaniques, la guerre et le droit étaient profondément liés l'un à l'autre, voire indissolublement liés. Selon les mots du philologue Jan de Vries,

Il est à noter que, du point de vue germanique, il n'y a pas de contradiction entre les concepts de « dieu de la guerre » et de « dieu de la loi ». entre les deux combattants et garanti par des règles de droit précises. C'est pourquoi le jour et le lieu du combat sont souvent fixés à l'avance… Ainsi s'explique aussi comment le combat entre deux armées peut être remplacé par un duel légal, dans lequel les dieux accordent la victoire au parti dont ils reconnaissent le droit. Des mots comme Schwertding [« la rencontre des épées », un kenning pour la bataille], ou vieux norrois vapndómr [« jugement d'armes »] ne sont pas des figures poétiques, mais correspondent exactement à la pratique antique. [9]

De plus, la loi pouvait être utilisée pour remporter la victoire sur un adversaire tout comme la guerre, ce qui faisait de l'assemblée légale une bataille métaphorique. [dix]

Les dieux de la guerre scandinaves/germaniques se distinguent entre autres par le fait que chacun est lié à un aspect particulier de la guerre. Thor, par exemple, est impliqué dans le combat physique brutal Odin dans les forces magiques et psychologiques au travail et Tyr dans les décisions juridiques et les principes de justice entourant la guerre.

Le prédécesseur proto-indo-européen de Tyr’s

Avant que les peuples germaniques ne soient devenus une branche distincte de l'arbre généalogique indo-européen, ils adoraient le dieu *Dyeux, qui deviendra plus tard Tyr à mesure que la religion germanique se distinguera de plus en plus de la religion générale proto-indo-européenne. (Voir l'article sur les indo-européens si vous ne savez pas ce que signifient les termes “indo-européen” et “proto-indo-européen”.)

Tant le nom *Dyeux et le mot de base proto-indo-européen pour “dieu,” *deiwós, sont des variations de la racine *colorant-, “le ciel diurne.” [11] *Dyeux était le « Père du ciel » par excellence et probablement l'une des principales divinités du panthéon proto-indo-européen. Après tout, son nom était effectivement identique au mot pour divinité lui-même. D'autres dieux dérivés de lui incluent le Zeus grec et le Jupiter romain (de *Dyeus Phater, “Ciel Père”). [12] De manière fascinante, les mots anglais modernes “day” et “deity” proviennent tous deux de la même racine.

L'utilisation de mots étroitement liés pour désigner à la fois le nom de *Dyeux et le « dieu » plus généralement a non seulement survécu à l'ère viking, mais a fait un pas de plus. Comme indiqué ci-dessus, le nom de Tyr est identique au mot en vieux norrois pour « dieu » et à l'utilisation du nom commun týr peut être trouvé dans des contextes qui n'ont rien à voir avec Tyr avec un majuscule “T.”.Par exemple, l'un des noms d'Odin est Hangar, “Dieu des Pendus.” [13]

Comme pour Tyr, l'un des *DyeuxSon rôle était celui d'un garant de la justice, devant lequel les serments étaient prêtés. [14]

Bien qu'il n'y ait pratiquement rien dans les sources germaniques qui relie spécifiquement Tyr au ciel diurne, un indice alléchant qu'une telle connexion a pu exister provient de la forme et du nom de la rune utilisée pour écrire la lettre « 8220T.& #8221 On pensait que les formes et les noms des runes symbolisaient des forces cosmiques particulières. Le nom de la rune T était “Tyr” (ou, autrefois, *Tiwaz, ancien nom de Tyr). La rune a la forme d'une flèche, qui est probablement liée au rôle de Tyr en tant que dieu de la guerre. Mais la flèche pointe vers le haut, comme vers le ciel. Cela pourrait-il indiquer un rôle désormais oublié de Tyr en tant que dieu du ciel, de la même manière que *Dyeux?

En tout cas, il est clair que l'humble place de Tyr dans la mythologie de l'ère viking reflète à peine la haute estime dans laquelle il était autrefois tenu. En effet, à un moment donné, lui, ou du moins son prédécesseur, était aussi indispensable que la lumière du jour dans l'esprit et le cœur de ses fidèles.

Vous cherchez plus d'informations sur la mythologie et la religion nordiques ? Bien que ce site offre l'ultime en ligne introduction au sujet, mon livre L'esprit viking fournit l'introduction ultime à la mythologie et à la religion nordiques période. J'ai également écrit une liste populaire des 10 meilleurs livres de mythologie nordique, que vous trouverez probablement utile dans votre quête.

[1] de Vries, janvier 2000. Altnordisches Etymologisches Wörterbuch. p. 603.

[2] Orel, Vladimir. 2003. Un manuel d'étymologie germanique. p. 408.

[3] L'Edda poétique. Sigrdrífumál, strophe 6.

[4] L'Edda poétique. Lokasenna, strophe 38.

[5] Turville-Petre, E.O.G. 1964. Mythe et religion du Nord : La religion de la Scandinavie antique. p. 181.

[6] Dumézil, Georges. 1988. Mitra-Varuna : Essai sur deux représentations indo-européennes de la souveraineté. Traduit par Derek Coltman. p. 125-126.

Dumézil, Georges. 1973. Dieux des anciens hommes du Nord. Edité par Einar Haugen. p. 44.


Tyr & Fenrir - Histoire

Titres

Alias

Appels

Domaines d'application

Une fois Fenrir lié, le loup a mordu la main droite de Tyr. Les Dieux ont tous ri, à l'exception de Tyr. Malgré la perte de sa main, Tyr ne s'est pas plaint. Il ne le fait jamais.

Tyr a peut-être déjà été le chef des Æsir avant que le Tout-Père ne prenne de l'importance, mais il n'en parle pas et ne semble pas non plus préoccupé par sa perte de membre ou de position. Toutes les incarnations de Tyr sont sans main droite, car il n'accepte jamais de prothèse. Tyr est un homme fort et capable, petit et robuste avec des yeux féroces, des cheveux poivre et sel et un sourire narquois sans faille. Il peut être trouvé dans le bureau d'un vétérinaire en train de se disputer les animaux les plus capricieux, de bloguer sur
les questions de sécurité nationale, en tant que juge d'un tribunal dans l'armée, ou grimper à une main sur des poteaux téléphoniques.

Il croit au courage et n'accepte aucune lâcheté ou faiblesse comme excuse. Guerrier à l'endurance féroce, il ne tolère pas la rupture des serments ou des engagements, quelle qu'en soit la raison - car il ne prête pas serment avec désinvolture, et il est un observateur attentif de ce qui est bon et juste dans
le long terme.

Ses scions n'oseraient pas être en retard dans tout ce à quoi ils se sont engagés, et sont souvent aussi investis dans la justice que lui. Il les implore de ne jamais reculer dans des situations dangereuses, malgré tout, et de rester un guerrier aussi courageux et inébranlable que lui. Ils découvriront que Tyr n'intervient que s'il est suffisamment dangereux pour lui de se sentir menacé, car la vraie bravoure ne peut être démontrée que lorsque l'on est en danger et a peur.


Accueil savant

En partie à cause de l'étymologie du nom du dieu, les érudits proposent que Týr jouait autrefois un rôle beaucoup plus important dans la mythologie germanique que les rares références à la divinité l'indiquent dans les archives en vieux norrois. Certains érudits proposent que le dieu éminent Odin puisse avoir pris de l'importance sur Týr dans la préhistoire, absorbant parfois des éléments des domaines de la divinité. Par exemple, selon l'érudit Hermann Reichert, en raison de l'étymologie du nom du dieu et de sa signification transparente de "les dieu", "Odin. doit avoir délogé Týr de sa position prééminente. Le fait que Tacite nomme deux divinités auxquelles l'armée ennemie était consacrée. peut signifier leur coexistence autour de 1 A.D. "

Les Sigrdrífumál Le passage ci-dessus a donné lieu à un certain discours parmi les runologues. Par exemple, concernant le passage, les runologues Mindy MacLeod et Bernard Mees disent :

Des descriptions similaires de runes écrites sur des épées à des fins magiques sont connues d'autres sources littéraires en vieux norrois et en vieil anglais, mais pas dans ce qui semble être des contextes religieux. In fact very few swords from the middle ages are engraved with runes, and those that are tend to carry rather prosaic maker's formulas rather than identifiable 'runes of victory'. The call to invoke Tyr here is often thought to have something to do with t-runes, rather than Tyr himself, given that this rune shares his name. In view of Tyr's martial role in Norse myth, however, this line seems simply to be a straightforward religious invocation with 'twice' alliterating with 'Tyr'.


Voir la vidéo: War Robots Overview: Ragnarok Squad Tyr, Fenrir Loki new robots