Des centaines de personnes se noient dans la catastrophe d'Eastland

Des centaines de personnes se noient dans la catastrophe d'Eastland

Le 24 juillet 1915, le paquebot Pays de l'Est renverse dans la rivière Chicago, noyant entre 800 et 850 de ses passagers qui se dirigeaient vers un pique-nique. La catastrophe a été causée par de graves problèmes de conception du bateau, connus mais jamais résolus.

Les Pays de l'Est appartenait à la St. Joseph-Chicago Steamship Company et gagnait de l'argent en transportant des gens de Chicago vers des sites de pique-nique sur les rives du lac Michigan. Quand le Pays de l'Est a été lancé en 1903, il était conçu pour transporter 650 passagers, mais d'importants travaux de construction et de modernisation en 1913 auraient permis au bateau de transporter 2 500 personnes. La même année, un architecte naval a prévenu les autorités que le bateau avait besoin de travaux, déclarant qu'à moins que les défauts structurels ne soient corrigés pour empêcher la cotation, il pourrait y avoir un accident grave.

Le 24 juillet, les employés de Western Electric Company se rendaient à un pique-nique annuel. Environ 7 300 personnes sont arrivées à 6 h au quai entre les rues LaSalle et Clark pour être transportées sur le site par cinq vapeurs. Pendant que les groupes jouaient, une grande partie de la foule, peut-être même plus que les 2 500 personnes autorisées, sont montées à bord du Pays de l'Est. Certains rapports indiquent que la foule peut également s'être rassemblée d'un côté du bateau pour poser pour un photographe, créant ainsi un déséquilibre sur le bateau. Dans tous les cas, l'ingénieur Joseph Erikson a ouvert l'un des ballasts, qui retient l'eau à l'intérieur du bateau et stabilise le navire, et le Pays de l'Est a commencé à basculer de façon précaire.

Certains prétendent que l'équipage du bateau a sauté sur le quai quand ils ont réalisé ce qui se passait. Ce qui est sûr, c'est que le Pays de l'Est a chaviré juste à côté du quai, piégeant des centaines de personnes sur ou sous le grand navire. Les sauveteurs ont rapidement tenté de percer la coque avec des torches, leur permettant de sortir 40 personnes vivantes. Plus de 800 autres ont péri. Des plongeurs de la police ont arrêté corps après corps, provoquant l'effondrement d'un plongeur de rage. La ville a envoyé des travailleurs avec un grand filet pour empêcher les corps de se jeter dans le lac. Vingt-deux familles entières sont mortes dans la tragédie.

Les Pays de l'Est a été retiré de la rivière, rebaptisé le Willimette et converti en navire de guerre. Il a été transformé en ferraille après la Seconde Guerre mondiale. Toutes les poursuites contre les propriétaires du Pays de l'Est ont été rejetés par une cour d'appel et la cause exacte du basculement et de la catastrophe qui a suivi n'a jamais été déterminée.


Des centaines de personnes se noient dans la catastrophe d'Eastland - HISTOIRE

Wikimedia Commons Le paquebot SS Eastland étant redressé après avoir chaviré dans la rivière Chicago.

Chicago’s SS Eastland La catastrophe de 1915 a tué 844 personnes et ne serait probablement pas arrivée sans le naufrage du Titanesque trois ans plus tôt, il est pourtant largement oublié aujourd'hui. C'est peut-être parce que le SS Eastland chaviré dans seulement 20 pieds d'eau alors que le navire était encore amarré sur la rivière Chicago. Ou était-ce que, contrairement au Titanesque, les SS Eastland transporté des milliers de travailleurs pauvres au lieu des riches et célèbres de la société ?

Construit à l'origine pour le transport de fruits, le SS Eastland était, le matin du 24 juillet, à destination d'un pique-nique d'une journée dans un parc à 40 miles de l'autre côté du lac Michigan.

La Western Electric Company avait affrété le bateau pour transporter ses travailleurs à l'événement parrainé par l'entreprise. Pour beaucoup de ces gens de la classe ouvrière, le pique-nique était leur rare chance de passer de petites vacances. Les passagers, dont beaucoup d'immigrants tchèques, ont commencé à monter à bord du bateau à 6h30.

À 7h15, le navire avait atteint sa capacité de 2 572 passagers. Beaucoup d'entre eux ont afflué vers les ponts supérieurs, saluant leurs amis et leur famille au bord de la rivière. Ensuite, le navire déjà très lourd (grâce à une mauvaise construction de ballast, par exemple) a commencé à basculer sous eux, s'éloignant de façon inquiétante du quai.

Le navire s'est alors redressé, mais seulement brièvement. À 7 h 23, le navire était à un angle de 45 degrés. L'eau a commencé à couler dans la salle des machines. L'équipage a fui vers les ponts supérieurs. Les passagers qui s'étaient rendus sur les ponts inférieurs pour entendre la fanfare étaient écrasés par de lourds meubles qui glissaient maintenant sur le côté.

Bibliothèque du Congrès Une victime transportée sur une civière.

En moins de deux minutes, le SS Eastland était complètement de son côté, de l'eau partout. Les passagers piégés sur les ponts inférieurs tentaient désespérément d'échapper aux confins de leurs cabines et aux eaux troubles qui les entouraient. Les femmes, portant les vêtements de fête complexes et lourds populaires à l'époque, ont eu du mal à simplement rester à flot tout en cherchant une sortie sous-marine. La plupart ont échoué.

"Lorsque le bateau a basculé sur le côté, ceux du pont supérieur ont été projetés comme autant de fourmis balayées d'une table", a écrit Harlan Babcock du Héraut de Chicago. « En un instant, la surface de la rivière était noire d'humanité luttant, pleurant, effrayée, noyant l'humanité. De petits nourrissons flottaient comme des bouchons de liège.

Des gens stupéfaits au bord de la rivière ont regardé avec horreur le SS Eastland le désastre se déroulait devant eux. Certains ont sauté dans la rivière et tenté de sauver des vies. D'autres ont jeté des caisses ou des planches pour que les personnes en train de se noyer puissent les saisir. « Mon Dieu, les cris étaient terribles, ça résonne encore dans mes oreilles », un employé d'entrepôt ancien journaliste.

Bien que le SS Eastland avait quelques défauts de conception et avait connu des appels rapprochés dans le passé, la catastrophe de 1915 a été en grande partie causée par la loi sur les marins. Cette nouvelle règle fédérale, édictée après la Titanesque catastrophe, a exigé que chaque navire à passagers soit équipé d'un ensemble complet de canots de sauvetage. Pour le SS Eastland, cela signifiait le poids de cinq canots de sauvetage supplémentaires, 37 radeaux de sauvetage de 1 100 livres chacun et suffisamment de gilets de sauvetage pour 2 570 personnes.

Tout ce poids supplémentaire était principalement transporté sur le pont supérieur. Cependant, aucun test de sécurité supplémentaire n'a été effectué après cet ajout. De plus, l'absence d'eau dans les ballasts signifiait également moins de stabilité pour le navire. Il semble que le SS Eastland était probablement vouée à l'échec dès le début.

En fin de compte, le bilan final des SS Eastland catastrophe était de 844, soit environ un tiers du nombre total de personnes à bord du navire. Un grand nombre des victimes, environ 70 pour cent, avaient moins de 25 ans.

Après que les corps ont commencé à arriver, des morgues de fortune comme l'armurerie du deuxième régiment à proximité se sont remplies de cadavres pour que les familles puissent les identifier. Un Chicago choqué s'est rassemblé pour fournir de la nourriture et des services aux survivants et aux familles.

UpNorthMemories/Flickr Les efforts de sauvetage se sont poursuivis pendant des semaines.

Les familles et d'autres ont essayé de blâmer partout : le constructeur du navire, le capitaine, l'ingénieur. Mais aucune preuve apportée n'a pu renverser la théorie croissante selon laquelle il s'agissait d'un malheureux accident dépourvu d'intention malveillante. Néanmoins, les poursuites civiles pour plus de 800 décès injustifiés se sont poursuivies pendant des décennies. Cependant, la plupart des familles ont vu peu ou pas de retour sur leurs réclamations.

Qui était responsable de toutes ces morts injustifiées ? Il y avait de nombreuses variables et quelques mauvaises décisions prises par plusieurs personnes. Mais au final, le SS Eastland catastrophe, l'un des naufrages les plus meurtriers de l'histoire moderne en temps de paix, pourrait être imputée au poids supplémentaire qu'elle portait pour être en conformité avec une loi. Une loi dont le seul but était de sauver des vies.


La loi sur la sécurité maritime qui a tué des centaines de personnes

Au lendemain du naufrage du RMS Titanesque en 1912, les États-Unis ont adopté le Seamen’s Act qui exigeait que les navires soient équipés de canots de sauvetage adéquats. Le paquebot SS Pays de l'Est a été modernisé pour accueillir les canots de sauvetage, mais cela a ajouté plus de poids au navire déjà très lourd. L'inévitable catastrophe qui a suivi a ironiquement tué plus de passagers sur Pays de l'Est que sur le Titanic, dans une catastrophe non pas en pleine mer, mais sur une rivière urbaine, à quelques pas du quai.

Le boisseau entier

Lancé en 1903, le paquebot Pays de l'Est fait son chemin entre Chicago et les sites de pique-nique sur les rives du lac Michigan. Il avait une capacité initiale de 650 personnes, mais une refonte de sa conception en 1913 lui a permis d'embarquer 2 500 passagers. C'est alors qu'un architecte naval a émis une note d'avertissement selon laquelle Pays de l'Est avait des problèmes structurels qui la mettaient en danger d'inscription et a recommandé des mesures correctives pour éviter un accident. Pays de l'Est n'avait pas de quille et n'avait que des ballasts mal conçus dans sa cale pour l'empêcher de se renverser. Les modifications, qui ont également augmenté la vitesse du bateau, l'ont rendu encore moins équilibré. Pays de l'Est se comportait comme un vélo, instable lorsqu'il était à quai mais stable lorsqu'il était en route.

Deux appels rapprochés en 1904 et 1906 ont gagné Pays de l'Est une réputation de « bateau à capuche ». Maintenant, un seul facteur était nécessaire pour déclencher une horrible catastrophe et un poids supplémentaire. Dans une ironie tragique, une loi sur la sécurité maritime fournirait la goutte qui a fait déborder le vase.

Au lendemain du naufrage du RMS Titanesque en 1912, une campagne de « canots de sauvetage pour tous » est lancée par les responsables maritimes internationaux. En mars 1915, le président Woodrow Wilson a promulgué la loi LaFollette Seaman's Act obligeant les navires à fournir des canots de sauvetage à 75 % de leurs passagers. Les législateurs n'ont jamais tenu compte des avertissements selon lesquels les navires des Grands Lacs n'étaient pas construits pour supporter le poids supplémentaire.

Eastland s'est conformé à la loi et était équipé d'un équipage complet de 11 canots de sauvetage (il a été conçu pour n'en transporter que six) et 37 radeaux de sauvetage de 500 kilogrammes (1 100 lb) chacun, et suffisamment de gilets de sauvetage pour assurer la sécurité de tous les passagers et membres d'équipage . Le décor était planté.

Le jour fatidique du 24 juillet 1915, les employés de la Western Electric Company et leurs familles se sont rendus sur le lac pour un pique-nique annuel. Dans une ambiance festive, 2 573 passagers et membres d'équipage ont bloqué le Pays de l'Est à son quai sur la rivière Chicago. Les groupes jouaient comme des amis et des connaissances se saluaient. Personne n'a semblé alarmé lorsque le navire a commencé à gîter à bâbord. Certains rapports ont rappelé qu'une foule s'était rassemblée d'un côté du bateau pour poser pour une photo. A 7h28, Pays de l'Est coté 45 degrés. Un mécanicien a désespérément tenté de stabiliser le navire en ouvrant l'un des ballasts. Trop tard. Eastland s'est renversé alors qu'il était amarré à seulement 6 mètres (20 pieds) du quai, dans de l'eau à seulement 6 mètres de profondeur, piégeant des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants sous les entrailles du navire. Le mouvement était si soudain qu'il n'y avait pas de temps pour lancer l'équipement de sauvetage.

Certains passagers chanceux ont simplement traversé la coque du navire renversé pour atteindre la terre ferme, sans même se mouiller les pieds. Mais pour beaucoup d'autres, la journée est devenue un cauchemar de cris et de lutte contre une mort par noyade. Les spectateurs au bord de la rivière ont sauté dans l'eau pour aider ou ont jeté tout ce qu'ils pouvaient pour flotter dans la masse de l'humanité en train de se noyer.

Les secouristes ont pu sortir 40 personnes vivantes. Mais pour 844 autres, rien ne pouvait être fait que de récupérer les corps et de les emmener à l'Armurerie du Second Régiment pour identification. Vingt-deux familles entières avaient péri. La plupart des morts avaient moins de 25 ans. Bien que plus de passagers soient morts sur le Pays de l'Est que sur le Titanesque (hors équipage), cela reste un événement obscur dans l'esprit du public. "Il n'y avait personne de riche ou de célèbre à bord", explique Ted Wacholz, président de l'Eastland Disaster Historical Society. "C'était toutes des familles d'immigrants travailleurs et du sel de la terre."


Et les choses très, très vite ont mal tourné

On ne sait pas exactement combien de personnes se trouvaient à bord du Pays de l'Est quand ils ont remonté la passerelle. Selon l'inspecteur de la navigation R.H. McCreary (via Chicagology), son compteur automatique a atteint 2 500 et il a commencé à refuser les gens. D'autres responsables ne sont pas d'accord et disent que le nombre était plus proche de 3 200. Peu importe combien étaient à bord, c'était trop. Le Smithsonian - qui estime le nombre à 2 573 passagers et membres d'équipage - a déclaré que la passerelle s'était levée à 7h18 et que les préparatifs pour le départ étaient en cours.

Entre 7h10 et 7h15, le Pays de l'Est commencé à lister. Le navire s'est redressé pendant quelques minutes, puis - à 7h23 - il a de nouveau accosté. Ceux à bord s'en aperçurent à peine. jusqu'à cinq minutes plus tard, quand il a énuméré à un angle de 45 degrés. L'eau a commencé à couler dans les hublots ouverts qui se trouvaient maintenant soudainement à la ligne de flottaison, et à peine deux minutes plus tard, le navire a basculé : un journaliste l'a décrit : « comme un monstre mort de la jungle tiré en plein cœur ».

A 7h30, le Pays de l'Est avait cessé de bouger : il était complètement sur le côté. Certains passagers – ceux qui se trouvaient encore sur le pont supérieur – ont grimpé par-dessus la balustrade et ont marché le long de la coque, sautant vers la sécurité de la terre ferme. D'autres furent jetés à l'eau : « [. ] la surface de la rivière était noire d'humanité luttant, pleurant, effrayée, noyée. De petits nourrissons flottaient comme des bouchons de liège. Et plus ont été piégés ci-dessous.


Contenu

Le navire a été commandé en 1902 par la Michigan Steamship Company et construit par la Jenks Ship Building Company de Port Huron, Michigan. [3] Le navire a été nommé en mai 1903, juste avant son voyage inaugural.

Premiers problèmes Modifier

Le 27 juillet de sa saison inaugurale de 1903, le navire a heurté le remorqueur désarmé George W. Gardner et l'a coulé à son quai au Lake Street Bridge, à Chicago, dans l'Illinois, mais n'a subi que des dommages mineurs. [4] [5]

Mutinerie sur le Pays de l'Est Éditer

Le 14 août 1903, lors d'une croisière de Chicago à South Haven, Michigan, six des pompiers du navire ont refusé d'allumer le feu pour la chaudière du navire. Ils ont affirmé qu'ils n'avaient pas reçu leurs pommes de terre pour un repas. [4] Quand ils ont refusé de retourner au trou d'incendie, le capitaine John Pereue a ordonné que les six hommes soient arrêtés sous la menace d'une arme. Les pompiers George Lippen et Benjamin Myers, qui ne faisaient pas partie du groupe de six, ont attisé les feux jusqu'à ce que le navire atteigne le port. À l'arrivée du navire à South Haven, les six hommes – Glenn Watson, Mike Davern, Frank La Parte, Edward Fleming, Mike Smith et William Madden – ont été emmenés à la prison de la ville et inculpés de mutinerie. Peu de temps après, le capitaine Pereue a été remplacé. [4]

Modifications de vitesse Modifier

Parce que le navire n'a pas atteint une vitesse cible de 22 miles par heure au cours de sa saison inaugurale et avait un tirant d'eau trop profond pour la rivière Black à South Haven, Michigan, où il était chargé, le navire est retourné en septembre 1903 à Port Huron pour des modifications, y compris l'ajout d'un système de climatisation et des ajustements de la machinerie pour réduire le tirage. [4] [6] Même si les modifications ont augmenté la vitesse du navire, elles ont ajouté du poids supplémentaire et ont réduit son tirant d'eau, réduisant ainsi la hauteur métacentrique et la stabilité inhérente comme conçu à l'origine. [6]

Liste des incidents Modifier

À son retour à South Haven, en mai 1904, le navire remporte haut la main une course contre le Ville de South Haven à Chicago. [6] En attendant, le Pays de l'Est éprouvait des problèmes périodiques avec sa stabilité lors du chargement et du déchargement de la cargaison et des passagers, et a failli chavirer le 17 juillet 1904, après avoir quitté South Haven avec environ 3 000 passagers. [4] [6] Par la suite, sa capacité a été abaissée à 2 800 passagers, des cabines ont été enlevées, des canots de sauvetage ajoutés et la coque réparée. Puis, le 5 août 1906, un autre incident de cotation s'est produit qui a entraîné le dépôt de plaintes contre la Chicago-South Haven Line qui avait acheté le navire plus tôt cette année-là. [6]

Avant la saison 1907, le navire a été vendu à la Lake Shore Navigation Company et a déménagé au lac Érié. [4] En 1909, le navire a été vendu de nouveau à l'Eastland Navigation Company et a continué à courir des excursions entre Cleveland et Cedar Point. [6] Après la saison 1909, les 39 cabines restantes ont été enlevées et avant la saison 1912, les sections supérieures de la cheminée ont été enlevées pour raccourcir sa hauteur de cheminée. [6] Le 1er juillet 1912, un autre incident s'est produit lorsque le Pays de l'Est a eu une gîte sévère d'environ 25 degrés lors du chargement de passagers à Cleveland. [4] [6]

En juin 1914, le Pays de l'Est a été vendu à la St. Joseph-Chicago Steamship Company et est retourné au lac Michigan pour le service de St. Joseph, Michigan à Chicago, Illinois. [4]

Les Pays de l'Est catastrophe Modifier

Le 24 juillet 1915, Pays de l'Est et quatre autres paquebots des Grands Lacs – Théodore Roosevelt, Petoskey, Racine et Rochester – ont été affrétés pour emmener les employés de Hawthorne Works de Western Electric Company à Cicero, dans l'Illinois, à un pique-nique à Michigan City, dans l'Indiana. [7] [8] Ce fut un événement majeur dans la vie des travailleurs, dont beaucoup ne pouvaient pas prendre de vacances. De nombreux passagers de Pays de l'Est étaient des immigrants tchèques de Cicéron des passagers tchèques, 220 ont péri.

En 1915, la nouvelle loi fédérale sur les marins avait été adoptée en raison du RMS Titanesque catastrophe trois ans plus tôt. La loi exigeait la modernisation d'un ensemble complet de canots de sauvetage sur Pays de l'Est, comme sur de nombreux autres navires à passagers. [9] Ce poids supplémentaire peut avoir fait Pays de l'Est plus dangereux en la rendant encore plus lourde. Certains ont soutenu que d'autres navires des Grands Lacs souffriraient du même problème. [9] Néanmoins, il a été promulgué par le président Woodrow Wilson. Pays de l'Est avait la possibilité de maintenir une capacité réduite ou d'ajouter des canots de sauvetage pour augmenter la capacité. Ses dirigeants ont choisi d'ajouter des canots de sauvetage pour se qualifier pour une licence afin d'augmenter sa capacité à 2 570 passagers. [dix] Pays de l'Est était déjà si lourde qu'elle avait des restrictions spéciales concernant le nombre de passagers pouvant être transportés. Avant cela, en juin 1914, Pays de l'Est avait à nouveau changé de propriétaire, cette fois acheté par la St. Joseph and Chicago Steamship Company, avec le capitaine Harry Pedersen nommé capitaine du navire. En 1914, la St. Joseph and Chicago Steamship Company a enlevé le vieux plancher de bois franc de la salle à manger avant au niveau de la cabine et l'a remplacé par deux pouces de béton. Ils ont également ajouté une couche de ciment près de la passerelle arrière. Ensemble, cela a ajouté quinze à vingt tonnes de poids. [11]

Le matin du 24 juillet, les passagers ont commencé à embarquer Pays de l'Est sur la rive sud de la rivière Chicago entre les rues Clark et LaSalle vers 6 h 30, et à 7 h 10, le navire avait atteint sa capacité de 2 572 passagers. Le navire était bondé, avec de nombreux passagers debout sur les ponts supérieurs ouverts, et a commencé à gîter légèrement sur le côté bâbord (loin du quai). L'équipage a tenté de stabiliser le navire en admettant de l'eau dans ses ballasts, mais en vain. Au cours des 15 minutes suivantes, un certain nombre de passagers se sont précipités vers le côté bâbord, et à 7 h 28, Pays de l'Est a brusquement fait une embardée vers bâbord, puis a roulé complètement sur son côté bâbord, s'immobilisant sur le fond de la rivière, qui n'était qu'à 20 pieds (6,1 m) sous la surface, à peine la moitié du navire était submergée. De nombreux autres passagers s'étaient déjà déplacés sous les ponts en cette matinée relativement fraîche et humide pour se réchauffer avant le départ. Par conséquent, des centaines de personnes ont été piégées à l'intérieur par l'eau et le renversement soudain, certaines ont été écrasées par des meubles lourds, notamment des pianos, des bibliothèques et des tables. Bien que le navire n'était qu'à 20 pieds (6,1 mètres) du quai et malgré la réaction rapide de l'équipage d'un navire voisin, Kenosha, qui s'est approché de la coque pour permettre aux personnes échouées sur le navire chaviré de se mettre en sécurité, un total de 844 passagers et quatre membres d'équipage sont morts dans la catastrophe.

Les corps des victimes ont été emmenés dans diverses morgues temporaires établies dans la région pour identification dans l'après-midi, les corps non identifiés restants ont été regroupés dans l'Armurerie du 2e Régiment. [7] [12]

Dans la foulée, la Western Electric Company a fourni 100 000 $ aux efforts de secours et de rétablissement des membres des familles des victimes de la catastrophe.

L'une des personnes qui devaient être sur Pays de l'Est était George Halas, 20 ans, un joueur de football américain, dont le départ pour le quai a été retardé et qui est arrivé après le renversement du navire. Son nom figurait sur la liste des personnes décédées dans les journaux, mais lorsque des frères de la fraternité se sont rendus chez lui pour lui envoyer leurs condoléances, il s'est révélé indemne. Halas allait devenir entraîneur et propriétaire des Bears de Chicago et membre fondateur de la Ligue nationale de football. Son ami et futur directeur des Bears Ralph Brizzolara et son frère étaient sur le Pays de l'Est quand elle a chaviré, bien qu'ils se soient échappés par des hublots. [13] Malgré les histoires contraires, aucune preuve fiable n'indique que Jack Benny était à bord Pays de l'Est ou prévu pour l'excursion, peut-être que la base de ce rapport était que Pays de l'Est était un navire-école pendant la Première Guerre mondiale et Benny a reçu sa formation à la base navale des Grands Lacs, où Pays de l'Est était stationné.

La première séquence filmée connue des efforts de récupération a été découverte puis publiée au début de 2015 par un étudiant diplômé de l'Université de l'Illinois à Chicago. [14]

Marion Eichholz – la dernière survivante connue du chavirement – ​​est décédée le 24 novembre 2014, à l'âge de 102 ans. [15]

Pays de l'Est catastrophe et les médias Modifier

L'écrivain Jack Woodford a été témoin de la catastrophe et a donné un témoignage de première main au Héraut et examinateur, un journal de Chicago. Dans son autobiographie, Woodford écrit :

Et puis le mouvement a attiré mon attention. J'ai regardé de l'autre côté de la rivière. Tandis que je regardais avec stupéfaction désorientée un paquebot gros comme un paquebot se renverser lentement sur le flanc comme s'il s'agissait d'une baleine qui allait faire la sieste. Je ne croyais pas qu'un énorme paquebot avait fait ça sous mes yeux, amarré à un quai, dans une eau parfaitement calme, par un temps excellent, sans explosion, sans incendie, sans rien. Je pensais que j'étais devenu fou.

Les journaux ont joué un rôle important non seulement dans la publicité des Pays de l'Est catastrophe, mais aussi en créant la mémoire publique de la catastrophe. L'objectif, l'audience et les associations politiques et commerciales des journaux ont incité les journaux à publier des articles soulignant qui était à blâmer et pourquoi Pays de l'Est chaviré. Par conséquent, les articles ont influencé la façon dont les affaires judiciaires se sont déroulées et ont contribué à un différend entre Western Electric Company et certains de ses employés concernant la façon dont l'entreprise a réagi à la catastrophe.

Carl Sandburg, alors mieux connu comme journaliste que poète, a écrit un récit en colère accusant les régulateurs d'ignorer les problèmes de sécurité et a affirmé que de nombreux travailleurs étaient là sur ordre de l'entreprise pour un pique-nique organisé. [16] Sandburg a également écrit un poème, « Le Pays de l'Est", qui met en contraste la catastrophe avec les mauvais traitements et la mauvaise santé des classes inférieures à l'époque. Après avoir d'abord énuméré les horreurs rapides et meurtrières de la catastrophe, puis passé en revue les horreurs lentes et meurtrières de l'extrême pauvreté, Sandburg conclut en comparant les deux : « Je vois une douzaine Terres de l'Est/Tous les matins en allant au travail/Et une douzaine d'autres rentrent à la maison le soir. » [17] Le poème était trop dur pour être publié lorsqu'il a été écrit, mais a finalement été publié dans le cadre d'un recueil de poèmes en 1993. [18]

Les Pays de l'Est catastrophe a été intégrée à la première de la série originale de Disney Channel en 1999 Si étrange. Dans l'épisode, Fiona Phillips (l'actrice Cara DeLizia), une adolescente passionnée de paranormal, rencontre le fantôme d'un jeune garçon qui s'est noyé pendant le chavirement alors qu'il explorait une boîte de nuit près de la rivière Chicago et tente de savoir pourquoi il l'a contactée. [19]

En 2012, le Lookingglass Theatre de Chicago a produit une comédie musicale originale sur la catastrophe intitulée Eastland : une nouvelle comédie musicale, écrit par Andy White et marqué par Ben Collins-Sussman et Andre Pluess. [20] [21] La catastrophe d'Eastland est également essentielle à l'histoire d'une famille racontée dans la pièce/la comédie musicale Échec : une histoire d'amour, écrit par Philip Dawkins, créé à Chicago en 2012. Sa production à Los Angeles, dirigée par Michael Matthews et produite par Couerage Theatre Company, a été créée le 24 juillet 2015 – le 100e anniversaire de la tragédie d'Eastland. [22]

Enquête et inculpation Modifier

Un grand jury a inculpé le président et trois autres officiers de la compagnie de bateaux à vapeur pour homicide involontaire, ainsi que le capitaine et l'ingénieur du navire pour négligence criminelle, et a conclu que la catastrophe avait été causée par des « conditions d'instabilité » causées par tout ou partie de la surcharge des passagers, mauvaise gestion du ballast d'eau, ou la construction du navire. [23]

Des audiences fédérales d'extradition ont eu lieu pour contraindre les six hommes inculpés à venir du Michigan en Illinois pour y être jugés. Au cours des audiences, le témoin principal Sidney Jenks, président de la société de construction navale qui a construit Pays de l'Est, a témoigné que ses premiers propriétaires voulaient un navire rapide pour transporter des fruits, et il en a conçu un capable de faire 20 mph (32 km/h) et de transporter 500 passagers. L'avocat de la défense Clarence Darrow a demandé s'il s'était déjà inquiété de la conversion du navire en vapeur à passagers d'une capacité de 2 500 passagers ou plus. Jenks a répondu : "Je n'avais aucun moyen de connaître la quantité de ses affaires après qu'il ait quitté nos chantiers. Non, je ne m'inquiétais pas de la Pays de l'Est." Jenks a témoigné qu'un véritable test de stabilité du navire n'a jamais eu lieu et a déclaré qu'après s'être incliné à un angle de 45° au lancement, "il s'est redressé aussi droit qu'une église, démontrant de manière satisfaisante sa stabilité." [24]

Le tribunal a refusé l'extradition, estimant que les preuves étaient trop faibles, avec "à peine une lueur de preuve" pour établir la cause probable de la condamnation des six coupables. Le tribunal a estimé que les quatre officiers de la compagnie n'étaient pas à bord du navire et que chaque acte reproché au capitaine et à l'ingénieur avait été commis dans le cours normal des affaires, « plus conforme à l'innocence qu'à la culpabilité ». Le tribunal a également estimé que Pays de l'Est « a été exploité pendant des années et a transporté des milliers de personnes en toute sécurité », et que pour cette raison, personne ne pouvait dire que les accusés n'étaient pas fondés à croire que le navire était en état de navigabilité. [25]


Eastland au quotidien

Quel est le lien d'Oprah avec l'Eastland ? La réponse est simplement Harpo Studios. Le bâtiment au 1058 W. Washington Street a une longue et fascinante histoire ici à Chicago.

Harpo Studios était à l'origine un entrepôt frigorifique utilisé, à l'époque de l'Eastland en 1915, comme armurerie pour la garde nationale du deuxième régiment. Selon George W. Hilton dans son livre Eastland, Legacy of the Titanic, après le chavirement, les cadavres pêchés dans la rivière Chicago ont été emmenés au SS Theodore Roosevelt (le deuxième navire prévu pour la sortie Western Electric ce jour-là), le trop-plein s'est ensuite déplacé vers le sous-sol de l'entrepôt d'épicerie Reid-Murdoch directement de l'autre côté de la rivière de l'Eastland.

Des centaines et des centaines de victimes de noyade se sont rapidement accumulées et il est devenu évident pour la ville qu'elle avait besoin d'une installation beaucoup plus grande. L'armurerie de 88 000 pieds carrés a été suggérée comme une morgue temporaire, et l'après-midi de la catastrophe, la majorité des corps ont été transférés sur ce site. Alors que quelques corps ont été amenés directement aux morgues, au final, un total de 749 cadavres ont été identifiés et traités par l'armurerie du 2e régiment.

Oprah.com rapporte que l'armurerie est restée un entrepôt frigorifique jusqu'aux années 1940, lorsqu'elle a été convertie en patinoire Roller Bowl. Dans les années 1950, le bâtiment a été reconverti, cette fois en Fred Niles Studios. Ils y ont tourné des publicités et des films ainsi que le Wild Kingdom de Mutual Of Omaha !

La légende urbaine raconte que le bâtiment est hanté par les fantômes des victimes d'Eastland. En mars 2009, Ryan Smith a rapporté dans un article pour le RedEye du Chicago Tribune que l'apparition la plus infâme est un esprit appelé la Dame grise qui a été aperçue dans l'établissement portant sa robe et son chapeau vintage. Son image aurait été filmée par des caméras de sécurité. Les employés de Harpo ont également signalé avoir entendu des rires d'enfants, de la musique à l'ancienne, le tonnerre de plusieurs pas et le tintement des verres. Les portes se sont refermées toutes seules. Il y a même des rumeurs d'un mystérieux parfum de lavande persistant dans l'air. Les Grey Lady, peut-être ?

Crain's Chicago Business a annoncé en mars de cette année que Harpo Studios serait vendu à Sterling Bay Company. J'espère que les nouveaux propriétaires réalisent l'importance historique de ce bâtiment tout à fait unique. Peut-être qu'un jour, la ville de Chicago fera du bâtiment un monument historique.


Des centaines de personnes se noient dans la catastrophe d'Eastland - HISTOIRE

Thomas Chakinis se tenait sur l'épaule de la victime pour éviter de se noyer

Par Eastland Disaster Historical Society

23-mai-16 – Thomas Chakinis, 21 ans, a fui la famine en Grèce en 1911 et a immigré à Chicago, où il s'est marié, a élevé quatre enfants et a exploité deux restaurants. Le matin du 24 juillet 1915, il monta à bord du SS Eastland. Tom a survécu et, au milieu des années 80, se souvenait encore vivement de la tragédie, faisant des gestes et tombant en grec chaque fois qu'il racontait son histoire.

C'était un samedi, 7h30 du matin. Près de 2 000 employés de l'usine Western Electric Hawthorne et leurs familles sont montés à bord du bateau à vapeur pour un pique-nique d'entreprise d'une journée à Michigan City, dans l'Indiana. En attendant le départ du bateau, ils ont chanté et grignoté leurs pique-niques.

Il se souvient s'être assis sur une chaise sur le pont supérieur avec son ami, Ted Hallas, qui a pointé du doigt les gilets de sauvetage au-dessus d'eux et a dit : "Attrapez-les en cas d'accident." Tom ne pensa guère au commentaire. Il avait quitté la Grèce quelques années auparavant sans encombre.

Lorsque le navire a chaviré, "les pauvres gens qui étaient assis de l'autre côté du bateau ont glissé, comme des vrooosh", se souvient Tom, faisant un mouvement de descente avec sa main. Tom ne savait pas nager, alors il glissa vers l'escalier menant au pont inférieur et se précipita vers la balustrade. Il a vu des centaines de corps sur le pont inférieur en dessous de lui.

« J'ai eu de la chance que tout le monde soit sous moi », a-t-il déclaré. “Je me souviens que j'étais debout sur l'épaule de quelqu'un, donc je ne me suis pas noyé.“

Tom a ensuite été tiré sur le quai par un pompier. Son ami, Ted, n'a pas été aussi chanceux. Il a été emporté dès que l'Eastland a chaviré.

La plupart des survivants ont repris le travail immédiatement après la catastrophe, dit Thomas. « Les personnes qui ont survécu ne voulaient plus en entendre parler. Tu as essayé d'oublier.“

Mais Tom n'a jamais oublié. Des années plus tard, il a interdit à ses enfants de s'approcher de l'eau. Il n'est plus jamais monté à bord d'un bateau.


Millésime : La catastrophe d'Eastland (1915)

Une grande foule de spectateurs horrifiés a regardé le S.S. Eastland - à seulement quelques mètres des rives de la rivière Chicago au centre-ville - se retourner sur le côté. C'était dans seulement 20 pieds d'eau, mais c'était assez profond pour noyer 844 personnes qui ont été piégées ou piétinées sous les ponts.

Chicago Tribune photo historique Le malheureux vapeur S.S. Eastland repose sur le côté de la rivière Chicago, avec des sauveteurs menant des enquêtes sur les morts du côté renversé des navires. Le bateau s'est retourné à moins de 12 pieds du rivage.

Photo historique du Chicago Tribune Le S.S. Eastland repose sur le côté dans la rivière Chicago après avoir lentement renversé et noyé 844 personnes le 24 juillet 1915.

Photo historique du Chicago Tribune Les sauveteurs récupèrent le corps d'une fille dans la rivière, victime du naufrage du S.S. Eastland le 24 juillet 1915.

Chicago History Museum Le S.S. Eastland de son côté dans la rivière Chicago le 24 juillet 1915.

Photo historique du Chicago Tribune Les scènes de survivants en pleurs étaient courantes le long de la rivière après la catastrophe du navire à vapeur S.S. Eastland, lorsque le navire s'est lentement couché sur le côté et que 844 personnes se sont noyées.

Chicago Tribune historical photo The tugboat Kenosha served as a floating bridge to let survivors reach safety after the S.S. Eastland steamship disaster on July 24, 1915. The Eastland was in only 20 feet of water, but that was deep enough to drown 844 people.

Chicago Tribune historical photo The Second Regiment Armory, on Washington Boulevard, served as a temporary morgue for victims of the S.S. Eastland steamship disaster on July 24, 1915. Some people were never identified.

Chicago Tribune historical photo In a vacant store on the 200 block of Clark Street near the river, an information bureau was established shortly after the Eastland capsized. Lists of the victims and survivors were compiled and information was disseminated to relatives and friends at the bureau.


Warning: This video is graphic:

In 1915, more than 800 people died in Chicago's deadliest disaster.

As stated, a large crowd of spectators (including George Halas) had already gathered to see the ship off and wish her a bon voyage. Instead, they actually witnessed the Eastland overturn completely and spill hundreds of their friends and relatives into the water. Although the river was only 20 feet deep, that was deep enough to drown 844 people who had been thrown into the water or trapped and/or trampled below decks.

Note: I’ve been asked, “Why didn’t they just swim to safety?” That question is answered in the above video…and it is not the answer most people will understand.

Thus, July 24, 1915 marks the deadliest day ever in Chicago for any reason (including race riots, floods, blizzards, killer heat waves, even earthquakes and the Great Chicago Fire of 1871 (which clocks in at a distant second to the Eastland Disaster at “only” 300 dead)). Further, this was and remains the single most lethal peacetime inland waterway disaster in American history. (The Eastland Disaster occurred, of course, just three years after the R.M.S. Titanesque met its fate in the icy North Atlantic Ocean).


Ghosts of the SS Eastland Haunt Chicago’s Waterfront

Table des matières

The S.S. Eastland’s ghosts, haunt Chicago’s waterfront even after one-hundred years after the tragic capsizing event.

Interestingly, few people outside of Chicago know of the S.S. Eastland calamity. Even more are unaware that the fatal disaster is the greatest single loss of life of any ship on the Great Lakes.

The horrific event occurred when the Eastland, rolled over on its side while docked on the Chicago River. Hundreds of men, women and children on board drowned within minutes of the ship rolling over. Not long after, the area of Chicago’s Clark and Lasalle Streets report ghostly activity.

It Was a Beautiful Day for a Picnic

In the early morning hours of July 24, 1915, the S.S. Eastland, docked between Clark and Lasalle Streets, waited for its passengers to arrive. The Western Electric Company had chartered the Eastland to transport employees, some entire families, to a company picnic in Michigan City, Indiana.

The S.S. Eastland Steamer had Problems from the Start

The S.S. Eastland steamer, built in 1902, had the capacity for only 500 souls. Designed for lake excursions and transport produce on the return trips to Chicago, the Eastland had design flaws. The top-heavy Eastland steamer rolled and listed frequently when overloaded. Unfortunately, employees of the Western Electric company bound for the festivities that day, knew nothing of the ship’s instability.

War raged in Europe but on the morning of July 24th excited passengers pushed their way up the gangplank of the Eastland. Upper decks became crowded within minutes and the rest of the passengers crammed the decks below happy to be out of the morning chill. By 7:10 am, over 2,500 passengers filled the ship.

Just after 7:15 am, the crew became concerned as the boat started to list to port facing away from the pier. Water pumped into ballast tanks could not stop the list. and the vessel continued its alarming roll.

Panic and Terror Aboard the SS Eastland

On the upper deck, panicked, adults, many holding onto children and infants, spilled into the water. Others jumped for their lives. Onlookers were horrified as hundreds of people began to drown. Panicked passengers below deck climbed out of gangways and windows on the starboard side as the ship continued to lean toward port.

Other passengers found themselves trapped inside by water. Additionally, pianos, heavy bookcases and tables slammed into adults and children killing some instantly.

Just 58 minutes after boarding had commenced, the Eastland rolled over on its side settling into the shallow river bottom. Not surprising, a few onlookers jumped into the river to assist those floundering in the water.

Nearby Boats Rushed to Help Drowning Passengers

At the same time, nearby boats also rushed to help but by then it was too late to save scores of victims. To add to the chaos, screams heard inside the hull prompted rescue workers to clamber aboard and attempt to cut through the Eastland’s thick plating with torches.

When the hull was finally breached, only a handful of passengers were still alive. The happy news was that one entire family was rescued.

Read an eyewitness account:

…and then movement caught my eye. I looked across the river. As I watched in disoriented stupefaction a steamer large as an ocean liner slowly turned over on its side as though it were a whale going to take a nap. I didn’t believe a huge steamer had done this before my eyes, lashed to a dock, in perfectly calm water, in excellent weather, with no explosion, no fire, nothing. I thought I had gone crazy.

Recovering Dead Men, Women, and Children

Photo: Chicago Tribune, 1915

City officials, arriving at the wharf, swiftly ordered makeshift morgues set up. It was decided that a large abandoned military armory* would serve as one.

For hours, boats circled the water near the Eastland looking for bodies.

This was a slow agonizing process as there were countless bodies needing to be pulled from the water. For several days, deep sea drivers struggled through mounds of debris, hoping to locate any additional bodies trapped on the river bottom. It was dangerous work.

More than once, a diver would have to surface quickly or die when oxygen tubes became twisted and air was cut off. Thankfully, no further fatalities occurred to add to the number of dead.

Recovered bodies were loaded on trucks, ambulances, and horse and buggy lined up waiting to move them to the temporary morgues. By mid-afternoon, a mass of unidentified bodies lined the armory floor. Next, came the grim task of identifying the dead and reuniting families for burial.

Of the estimated 2,500 passengers and crew members on board, 844 people lost their lives, including crew members and 22 entire families.

Rumors of Hauntings Quickly Spread When Eastland Salvaged

Shortly after the disaster, the Eastland was raised to be sold. It was subsequently moved near the Halsted Street Bridge. It was then that rumors the ship was haunted began. At night, people crossing the Halsted Bridge near the Eastland ship, always did so hurriedly.

The assigned caretaker, Captain M.L. Edwards (not the Eastland’s captain), lived on board the ship. Edwards claimed he was awakened nightly by moaning sounds and loud banging noises. For sanity’s sake, he attributed the sounds to the boat’s waterlogged damage.

In fact, Edwards later reported to newspapers, he was very glad to move off the ship. In December of 1915, the US Navy** bought the ship and it served in various naval capacities for the next three decades. Finally, the rickety Eastland met its own death in 1945 when sold for scrap.

Strange Sights and Sounds Reported in Disaster Area

Pedestrians walking past the disaster site, report hearing sounds of loud splashing often accompanied by chilling screams and moans. Incredibly, when peering into the river from the overlook, the water is calm.

Additionally, frequenters of riverside cafes that line the disaster site, occasionally witness inexplicable surges of water flood the river walk. Could this be a residual replay of water thrown on the lower docks when the Eastland rolled over?

Furthermore, paranormal claims from folks taking a casual stroll along the river are often reported. These include seeing unusual activity in the water. Upon closer inspection, they’re shocked by the reflections of faces with lifeless eyes staring up at them.

The Disaster Site Today

Oprah Winfrey has Ghosts

The armory was eventually demolished and new structures were built the site. The Oprah Winfrey Talk Show (Harpo Media Productions), inhabit one such building.

Staff members, security guards, as well as maintenance workers, claim that ghosts of the disaster victims from the Eastland, roam the building. Several employees report encounters with a woman in a long, gray dress.

The ghost frequently wanders the corridors of Oprah’s studio. If approached, she immediately disappears. Some witnesses believe the woman is the specter of a mourner who came looking for her family. Whereas, others sense that she’s drowning victim.

Also, the staff claims to hearing whispers, sobbing, moaning, children laughing, as well as phantom footsteps.

The footsteps sound like a large group of people climbing up the lobby staircase when none are to be seen. Furthermore, doors located nearby, open and close by themselves–some slamming. Other times, loud shouting is heard with no apparent outside noise going on.

Disasters of such magnitude often leave a paranormal energy signature in the area where the event happened. Undoubtedly, the site of the former armory hosts residual replays of the 1915 disaster.

TV Show Uncovers Ghosts at a Nightclub

In 1997, Observations, a paranormal the television show, filmed an episode at the Excalibur Night Club located on Dearborn Street. The night club happens to be incredibly close to where the disaster took place.

The segment features host, Tim White. During the filming, White hears a child’s voice say, “Stop and watch me.” In fact, Excalibur’s employees claim to frequently hear children’s voices.

A little girl in old-fashioned dress, is sometimes seen peering over the railing in the club’s Dome Room. Additionally, a bluish-colored shape is occasionally spotted floating up the stairs. (Whether these incidents are related to the Eastland disaster, or belong to a part of Chicago’s violent criminal past is undetermined.)

*An interesting side note: The armory location would later become the home of Harpo Studios (Oprah Winfrey’s multimedia production company).

**The author couldn’t locate additional accounts of shipboard haunting after the Navy took over the Eastland (renamed U.S.S Wilmette). However, numerous books on the S.S. Eastland disaster exist. Perhaps one of them reveals stories of subsequent haunting.

We’ve just added comments capability to our posts. If you have something to say about what you’ve just read, do so below. I’d love to hear from you.


Voir la vidéo: Meurtre à Marcinelle une femme décédée étrangement dans un immeuble et 1 blessé vers 20h # paris