Querétaro

Querétaro

Les Mexicains ont d'abord déclaré leur indépendance à Querétaro, l'un des plus petits États du Mexique. Aujourd'hui, les grandes villes de Querétaro abritent des complexes industriels qui produisent des produits métalliques, des machines, des produits chimiques et des aliments transformés.

Histoire

Entre le IIIe et le IXe siècle de notre ère, les Otomi ont établi des centres culturels, tels que Ranas et El Cerrito et ont construit une pyramide près de la ville actuelle de Corregidora. Pendant des siècles, les Otomí – et dans une moindre mesure, les Tarasques et les Chichimeca – ont été les tribus régnantes de la région. Au milieu du XIIIe siècle, la région est conquise par les Aztèques. Histoire du milieu En 1521, les Espagnols arrivèrent au Mexique et conquirent bientôt les populations indigènes dans tout le pays. Cristobal de Olid est entré dans la région de Querétaro l'année suivante. Bien que l'arrivée des Espagnols se soit généralement heurtée à la résistance des cultures indigènes, le peuple Otomí s'est aligné sur les Espagnols et a combattu à leurs côtés pour vaincre les Aztèques vivant dans la région de Querétaro. En signe de loyauté, un chef otomi nommé Conin s'est converti au catholicisme romain entre 1522 et 1526, a changé son nom en Fernando de Tapia et a fondé la ville de Santiago de Querétaro le 25 juillet 1531. Tout au long des XVIe et XVIIe siècles, la ville a grandi et mûri en tant que centre agricole et commercial. Sa population ethniquement diversifiée comprenait des résidents otomi, tarascan, chichimèque et espagnol. Tout au long du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, la ville a continué à se développer. En 1736, l'aqueduc de Santiago de Querétaro est achevé. À 23 mètres (75 pieds) de haut et 1280 mètres (4200 pieds) de long, il reste un exploit impressionnant de génie civil. L'aqueduc a été conçu pour transporter l'eau vers la ville depuis les sources voisines. Au début du XIXe siècle, les révolutionnaires de Querétaro ont commencé à planifier une rébellion contre l'Espagne, faisant de l'État le berceau de l'indépendance mexicaine. La ville espagnole considérait la ville de Querétaro comme un siège essentiel du pouvoir et la surnommait « troisième ville du royaume », après Mexico et Puebla, en raison de son importance stratégique. Le 13 septembre 1810, les agents espagnols apprirent les plans d'une rébellion, compromettant ainsi le succès du mouvement indépendantiste et compromettant la sécurité de nombreux membres clés. Une partisane du mouvement, Josefa Ortiz de Domínguez (connue sous le nom de La Corregidora), a informé les chefs rebelles de San Miguel el Grande (aujourd'hui San Miguel de Allende) avant que les Espagnols ne puissent attaquer leur quartier général. Les dirigeants du mouvement clandestin local s'en sont sortis indemnes et, trois jours plus tard, Miguel Hidalgo y Costilla, un prêtre local, a publié le célèbre Grito de Dolores (Le cri de Dolores) dans la ville de Dolores, dans l'État voisin de Guanajuato. La guerre d'indépendance du Mexique avait officiellement commencé. Bien qu'Hidalgo ait été capturé et abattu l'année suivante, son appel aux armes a été répondu par les forces rebelles dans tout le pays, et la lutte pour l'indépendance s'est poursuivie. Les forces fidèles à Madero, Francisco « Pancho » Villa et Venustiano Carranza, se sont battues pour le contrôle du gouvernement, soutenues par des milliers de paysans sans terre qui réclamaient plus de droits et une répartition équitable des terres. Pendant tout ce temps, Querétaro a servi de quartier général aux révolutionnaires. Onze années chaotiques plus tard, en 1821, le mouvement pour l'indépendance a réussi lorsque l'Espagne a signé le plan d'Iguala, qui a établi l'indépendance du Mexique, le catholicisme romain comme religion nationale et l'égalité pour tous les Mexicains. Au cours des 20 années suivantes, l'État, comme le reste du pays, a connu une instabilité politique et sociale. Histoire récente Le Mexique a obtenu son indépendance de l'Espagne en 1821 ; en 1824, Querétaro est devenu un État bien qu'il n'ait jamais été une province en raison de sa forte économie. Moins de trois décennies plus tard, la guerre américano-mexicaine éclate. En 1846, les troupes américaines envahissent Mexico. En conséquence, la ville de Santiago de Querétaro est devenue la capitale temporaire du Mexique. Le 30 mai 1848, le traité de Guadalupe Hidalgo, qui cédait une grande partie des territoires du nord du Mexique aux États-Unis, était signé à Querétaro. En 1863, les forces françaises dirigées par l'empereur Maximilien Ier d'Autriche sont arrivées au Mexique après que le pays eut refusé de payer ses dettes étrangères. La France a occupé et dirigé certaines parties du Mexique entre 1864 et 1866. Ils se sont finalement retirés en raison de l'intervention des États-Unis, qui ont aidé le gouvernement mexicain et ont finalement exigé que Napoléon III retire ses forces françaises. Maximilien Ier fut fait prisonnier par des ressortissants mexicains et exécuté à Querétaro le 19 juin 1867, sur le Cerro de las Campanas (mont Bells), mettant ainsi fin à l'occupation française. Dans tout le pays, la décennie suivante a été marquée par des troubles civils et politiques. Porifirio Diaz est arrivé au pouvoir en 1877 et a commencé une période de relative stabilité. En 1910, après que Díaz ait maintenu le pouvoir pendant 30 ans, l'agitation croissante parmi les minorités indigènes et ouvrières marginalisées ainsi que la colère et la frustration suscitées par les tactiques dures du régime de Díaz ont conduit à la révolution mexicaine. Querétaro a participé en envoyant des troupes d'État dans d'autres régions du pays pour lutter contre les forces gouvernementales. Une fois le régime de Díaz renversé, diverses factions révolutionnaires se sont battues pour le pouvoir. Enfin, en 1917, une convention constitutionnelle a été convoquée à Querétaro, et les dirigeants ont travaillé à mettre fin aux querelles internes des partis révolutionnaires. Peu de temps après la convention, Venustiano Carranza, l'un des leaders révolutionnaires, a été élu président. Le Partido Nacional Revolucionario (Parti révolutionnaire institutionnel) a été formé et une période de stabilité pour Querétaro et le reste du pays a commencé qui a duré jusqu'en 2000.

Histoire ancienne Bien qu'il existe peu de preuves préhistoriques pour déterminer le développement social précoce de l'État, les historiens pensent que les premiers habitants de Querétaro étaient probablement les Otomí, une société sophistiquée qui a établi la ville de Tula dans la ville voisine d'Hidalgo vers 900 après JC Cette race indigène s'était, à cette époque, installée dans tout le centre du Mexique. Leur culture reposait sur l'agriculture et l'élevage, la filature, le tissage et la poterie. Les Otomi, qui étaient fermement établis dans le centre du Mexique avant l'apparition du mystérieux empire de Tenochtitlán vers 700 après JC, ont étendu leur influence sur les cultures voisines, y compris celles de la ville voisine de Querétaro.

Querétaro aujourd'hui

Le secteur manufacturier représente environ 32 pour cent de l'économie de Querétaro, suivi du commerce à 19 pour cent, des entreprises de services à 18 pour cent, des transports et communications à 11 pour cent, des finances et des assurances à 11 pour cent, l'agriculture et l'élevage à 4 pour cent, la construction à 4 pour cent. , et l'exploitation minière à 1 pour cent. La plupart des entreprises manufacturières de l'État sont situées dans ou autour de la ville de Querétaro. Carnation et Purina sont parmi les entreprises de transformation alimentaire les plus connues avec des installations dans l'État, et de nombreuses usines textiles fabriquent des vêtements en laine, en coton et en henequen (un type de plante tropicale). L'un des plus gros employeurs de Santiago de Querétaro est Tremac, un fabricant de pièces automobiles. L'un des principaux producteurs de lait du pays, les fermes Querétaro élèvent également du bétail et des vaches laitières. Les principales cultures de rente sont les haricots, le chou, la luzerne, les oignons, la laitue et le sorgho. De riches gisements minéraux traversent les montagnes et les vallées de l'État, produisant de l'argent, du fer, du cuivre et du mercure. L'extraction d'opale est une autre ressource d'État lucrative.

Faits et chiffres

  • Capitale: Santiago de Querétaro
  • Grandes villes (population) : Querétaro (734 139) San Juan del Río (208 462) Corregidora (104 218) El Marqués (79 743) Cadereyta de Montes (57 204)
  • Taille/Superficie : 4 544,03 milles carrés
  • Population: 1 598 139 (recensement de 2005)
  • Année d'état: 1824

Faits amusants

  • Les armoiries de Querétaro contiennent un bouclier à trois sections. Sur l'un est un cavalier représentant Santiago, le saint patron de l'Espagne ; sur un autre est une tonnelle de raisin qui commémore les établissements vinicoles de l'État. La troisième section représente un soleil portant une croix, qui est censé signifier l'église. Le drapeau du Mexique est drapé derrière le bouclier, qui est surmonté du symbole national mexicain, un aigle sur un cactus avec un serpent.
  • La capitale de Santiago de Querétaro est connue pour son aqueduc à 74 arches construit au début des années 1700. L'aqueduc s'élève à 23 mètres (75 pieds) au-dessus du niveau de la rue et acheminait l'eau potable vers la ville depuis les sources régionales jusqu'en 1970.
  • Des milliers de visiteurs et de participants affluent dans la ville de San Joaquin chaque année en avril pour l'un des concours de Huapango les plus importants du pays. Huapango est un style musical populaire de Huasteca, une région du nord-est du Mexique.
  • La ville de San Sebastián Bernal abrite le troisième plus grand monolithe du monde, La Peña de Bernal. Considérée comme sacrée par les Chichimeca, la formation géologique remonte à la période jurassique il y a plus de 100 millions d'années.
  • L'empereur Maximilien qui a été installé par le gouvernement français pour gouverner le Mexique au 19ème siècle, a été exécuté à Querétaro au Cerro de las Campanas en 1867.
  • Les rues étroites et les stations thermales de Tequisquiapan donnent à la ville une saveur coloniale distincte.
  • Le nom de l'État est dérivé de Queréndaro, un mot tarasque pour « lieu des rochers », qui fait probablement référence aux montagnes de la région. Les Otomíes appelaient la zone Mxei, ce qui signifie « endroit où se joue le jeu de balle », peut-être une allusion à une grande gorge à l'est de l'actuelle Querétaro dont les murs ressemblent aux terrains de balle des Indiens mésoaméricains.

Repères

Écotourisme
Querétaro abrite une partie du Central Highland Plateau (Mesa Central) et deux grandes chaînes de montagnes : la Sierra Madre Oriental et le Transversal Volcanic System. La Peña de Bernal est également située dans l'État, le troisième plus grand rocher du monde après le rocher de Gibraltar et le mont du Pain de Sucre à Río de Janeiro. Aqueduc La construction de l'aqueduc de Querétaro a commencé en 1726 par Juan Antonio de Urrutia y Arana et s'est achevée le 19 octobre 1738. L'aqueduc de 1 280 mètres (4 200 pieds) transportait l'eau recueillie de diverses sources vers les fontaines des couvents et des places de la ville. Bien que l'aqueduc ne soit plus utilisé pour amener l'eau à la ville, c'est maintenant une attraction touristique populaire dans la région.

Attractions coloniales
Le Cerro de Las Campanas est la colline où, le 19 juin 1867, l'empereur Maximiliano de Habsburgo a été exécuté avec le général Miguel de Miramon et Thomas Mejia. La controverse entoure ses derniers mots et la signification des pièces d'or qu'il a données aux hommes qui devaient l'exécuter.

Zone viticole
Deux des villes de Querétaro, San Juan del Río et Ezequiel Montes, ont des vignobles florissants. Un vignoble remarquable de la région est Finca Freixenet, qui bénéficie de conditions météorologiques idéales pour la culture du raisin de cuve. Le vignoble de 45 hectares cultive quatre cépages : Saint Emilion, Macabeu, Sauvignon Blanc et Pinot Noir. Une grotte à 25 mètres (82 pieds) sous terre maintient un climat constant et idéal pour la garde du vin.

Centre historique
Le centre historique de Querétaro comprend de magnifiques bâtiments coloniaux, des places, des fontaines et des églises qui étaient autrefois la toile de fond de nombreux événements dramatiques du passé de l'État. Deux bâtiments, La Casa de la Zacatecana et La Casa de Don Bartolo, sont entourés de mystérieuses légendes. Le musée d'art de Querétaro, également dans le centre historique, expose des œuvres du XVIIe siècle aux temps modernes. Ancien couvent San Agustin, le musée abrite plusieurs chefs-d'œuvre reflétant divers mouvements artistiques nationaux et étrangers.

GALERIES DE PHOTOS









Querétaro : une ville moderne au passé colonial bien préservé

Les 74 arches de l'aqueduc du XVIIIe siècle de Querétaro traversent ses rues et autoroutes modernes.

Il était près de 15 heures et nous marchions depuis 9 heures du matin, mais ni ma mère ni moi n'étions fatigués. Nous étions à l'intérieur de la grande cour royale de ce qui avait été autrefois La Casa de la Corregidora - la maison du maire de Querétaro et de sa femme pendant les premiers jours de la guerre d'indépendance du Mexique contre l'Espagne - et nous étions fascinés.

Tout autour, des peintures murales complexes ont peint des histoires sur les actions courageuses de patriotes mexicains comme Miguel Hidalgo, José Maria Morelos et La Corregidora elle-même : Doña Josefa Ortíz de Dominguez, dont le regard sévère préside toujours l'une des places principales de sa ville historique sous forme de statue . Lorsque nous sommes arrivés au dernier panneau, notre guide affable, Aarón Trejo, a ri et nous a dit : « Vous connaissez la suite ». Dans ce cas, "le reste" est ce qui s'est passé après que le Texas a pris exemple sur le Mexique et a cherché sa propre indépendance du pays alors jeune.

C'était le point culminant d'une visite à pied qui a commencé par un lever de soleil brumeux sur le célèbre aqueduc du XVIIIe siècle de Querétaro du haut de la colline même sur laquelle la ville a été fondée en 1531. Les hautes et fines arches de l'aqueduc roman s'étendent du Mirador au sommet de la colline. de los Arcos qui offre une vue resplendissante de l'architecture séculaire ci-dessous, qui a valu à Querétaro une désignation au patrimoine mondial de l'UNESCO il y a 20 ans.

Le temple baroque de la Congregación de Nuestra Señora de Guadalupe a été construit en 1680.

L'histoire de Santiago de Querétaro remonte au IIIe siècle, lorsqu'elle a été colonisée pour la première fois par des personnes se déplaçant vers le nord depuis Teotihuacán. Aujourd'hui, c'est une métropole prospère à une altitude juste plus élevée que Denver, avec un climat ensoleillé toute l'année qui dépasse rarement 70 degrés. Ville à la croissance la plus rapide du Mexique et l'une des plus sûres, Querétaro abrite 2 millions d'habitants qui profitent de la vie dans une ville moderne au passé remarquablement bien préservé. Ses rues coloniales pavées de briques et ses maisons colorées du XVIIe siècle restent intactes, ses églises et cathédrales entretenues par une population florissante, ses parcs et places bordés d'arbres animés par les habitants et les touristes.

"C'est le Camino Real original", nous a dit Trejo alors que nous traversions une route de briques en pente douce qui passait devant le couvent franciscain du XVIIIe siècle du Templo de la Santa Cruz. Derrière le verre déformé d'une fenêtre ancienne, nous avons vu un moine faire la vague.

« Est-ce le même Camino Real que nous avons au Texas ? » ma mère a demandé. Ce n'est pas le exact même itinéraire, mais plutôt partie du réseau de routes espagnoles qui couvraient autrefois le territoire du Nouveau Monde de l'empire d'ici à Nacogdoches. D'autres liens encore entre Querétaro et le Texas se sont révélés lorsque Trejo nous a fait visiter le couvent : ces mêmes frères franciscains qui se sont autrefois entraînés ici ont effectué leurs propres longues promenades au Texas au cours des années 1700, pour fonder des missions dans des villes comme San Antonio.

Le Templo de San Francisco de la ville date de 1540.

Nous avons terminé notre visite dans la salle à manger confortable d'un autre trésor épargné par le temps, un café appelé La Mariposa dont le papier peint à motifs floraux, les sols en linoléum et les tables en formica étaient restés inchangés depuis l'ouverture du restaurant en 1940.

« À bien des égards », a expliqué Trejo alors que nous nous asseyions pour manger, « Querétaro a été sauvé de la pauvreté. » À une époque où le reste du Mexique se modernisait, la ville était piégée dans une récession une fois l'industrie revenue, ses dirigeants étaient déterminés à maintenir ce que des années de pénurie avaient préservé : de petites cafétérias comme La Mariposa et de grandes cathédrales comme le Templo de San Francisco à travers la rue l'élégant Teatro de La República où la déclaration d'indépendance du Mexique a été signée et notre somptueux hôtel, La Casa de la Marquesa, autrefois la maison d'un riche marquis espagnol et le premier à Querétaro à avoir l'eau courante lors de sa construction en 1756 .

Une statue en bronze du patriote le plus célèbre de Querétaro, La Corregidora, surplombe le Jardín Zenea.

"Notre hôtel est plus vieux que l'Amérique", pensai-je chaque jour en regardant la scène de rue sous notre balcon. À l'aube, les habitants venaient encore puiser de l'eau à la Fuente de Neptuno de l'autre côté de la rue au crépuscule, les touristes se rassemblaient pour des visites nocturnes fantômes colportées par des hommes portant des masques macabres et des vêtements historiques. "On dirait San Antonio près du Riverwalk", a ri ma mère.

À notre quatrième et dernier jour dans la ville, nos sentiments à propos de l'ambiance du Vieux Monde de la ville pourraient être décrits comme une admiration agrémentée d'envie. De retour à la maison, nous pouvions commander des enchiladas, mais nous ne pouvions pas les déguster sur la place Plaza de Armas entourée de palais richement sculptés et de groupes de mariachis émouvants. Nous pourrions visiter des musées, mais pas dans des maisons de l'époque coloniale avec des cours pleines de jasmin odorant. Nous pourrions allumer des bougies dans les églises, mais pas là où des vieilles femmes vous ont raconté les histoires de chaque saint antique sculpté à la main à l'intérieur avant de vous offrir quelques biscuits faits maison et un câlin lorsque vous avez expliqué que vous veniez du Texas et que votre espagnol n'est pas très bien, mais vous avez quand même apprécié la visite.

Heureusement, ce que nous pourrait faire était de retour-Querétaro est, après tout, seulement un voyage d'avion de deux heures et demie de Houston.


Hitachi Cable Querétaro Histoire

Namihei Odaira est née le 15 janvier 1874 à Shimotsuga, dans la préfecture de Tochigi, au Japon. Il était le fondateur d'Hitachi&rsquos en 1910.

Premier produit - 1910

Namihei Odaira et ses collègues ont commencé à fabriquer un moteur électrique de 5 CV. Premier produit Hitachi&rsquos, assemblé en 1910.

Câbles électriques - 1956

Hitachi Cable a été fondée en 1956 dans la fabrication de câbles électriques pour le secteur de l'énergie et, en 1971, a commencé à produire des tuyaux en caoutchouc.

Débuts HCQ - 1994

HCQ a démarré ses activités le 3 mai 1994, étant notre ligne d'affaires l'assemblage de tuyaux haute pression pour la direction hydraulique.

Nouvel emplacement - 2000

Au cours de l'année 2000, nous avons réalisé notre première expansion en ajoutant à notre gamme de produits, des connexions métalliques pour tuyaux haute pression ainsi que les premières lignes d'assemblage de tuyaux cassés.

Attestation - 2006

En 2006, nous avons obtenu les certifications ISO/TS et ISO 14001.

Agrandissement de l'usine - 2009

Nous nous sommes agrandis et avons déménagé à El Marques en 2009, ajoutant de l'espace supplémentaire pour l'assemblage et les connexions des flexibles de rupture.

Capteurs ABS - 2013

En juin 2013, la production de l'ABS antiblocage a commencé, y compris l'assemblage des fils.

Métaux Hitachi - 2013

En 2013, le groupe Hitachi Cable fait partie de la division du groupe Hitachi Metals offrant une grande variété de produits et de services, notamment des câbles électriques, des produits en cuivre pour les composants électriques et les pièces automobiles.

Capteurs de couple et harnais EPB - 2015

En 2015, nous avons commencé l'expansion de nos produits en ajoutant la production de capteurs de couple (direction électrique) ainsi que l'assemblage de câbles pour frein à main électrique (EPB).

Philosophie - Raison d'être

Chez HCQ, nous travaillons sur la base de la philosophie d'Hitachi et de nos valeurs, avec lesquelles nous définissons notre raison d'être.


Vous n'avez fait qu'effleurer la surface de Querétaro histoire de famille.

Entre 1944 et 1975, aux États-Unis, l'espérance de vie à Querétaro était à son point le plus bas en 1944 et à son maximum en 1975. L'espérance de vie moyenne à Querétaro en 1944 était de 37 ans et de 65 ans en 1975.

Une durée de vie inhabituellement courte peut indiquer que vos ancêtres Querétaros vivaient dans des conditions difficiles. Une courte durée de vie peut également indiquer des problèmes de santé qui étaient autrefois répandus dans votre famille. Le SSDI est une base de données consultable de plus de 70 millions de noms. Vous pouvez trouver des dates de naissance, des dates de décès, des adresses et plus encore.


Querétaro, Mexique : vivre, respirer l'histoire

Une fontaine à Santiago de Querétaro. Photos de Sarah Hartshorne.

Tout d'abord, il se prononce kerr-EH-ta-row, en mettant l'accent sur la deuxième syllabe. Et c'est un état au centre du Mexique, dont la capitale est Santiago de Querétaro, bien que tout le monde l'appelle simplement Querétaro.

Cette ville animée n'est qu'à deux heures de route de Mexico, ce qui en fait une destination touristique populaire pour les Mexicains.

Il n'a pas encore capté l'attention du touriste américain moyen, mais j'espère que son nouvel aéroport international contribuera à changer cela.

Au cours de notre voyage, nous avons fait une visite à pied de Santiago de Querétaro, visité une zone archéologique nouvellement découverte appelée El Cerrito, visité une cave Freixenet et campé à El Jabalí, un terrain de camping écotouristique.

Après une nuit à la montagne, nous avons été emmenés dans un magnifique hôtel à Bernal, qui est connue comme une ville magique et qui apparaît dans de nombreux films classiques de Dolores Del Rio.

En voyageant à travers cet état, j'ai ressenti un fort attachement au passé lié à un désir encore plus fort de changer et de grandir constamment.

Le passé et le futur

Santiago de Querétaro peut, à première vue, sembler arrêté dans le temps. La partie historique de la ville est parfaitement préservée, et il y a plus de cathédrales et de couvents que vous ne pouvez en trouver.

Leur histoire est très importante pour les habitants de cette ville. Elle a été le théâtre de nombreuses batailles historiques, abritait de célèbres dignitaires mexicains, et a été la capitale du pays à trois reprises.

Mais l'histoire de cette ville est tumultueuse, pleine de changements et d'innovations. Et c'est une partie importante de sa personnalité : elle est toujours tournée vers l'avenir et donne vie à son histoire vivante.

L'Institut de la culture et des arts de Querétaro est un excellent exemple de la rencontre entre le passé et le présent de Santiago de Querétaro. Cette organisation est logée dans une cathédrale entièrement restaurée.

Il y a beaucoup de cathédrales, de couvents et de temples dans cette ville. Mais ce bâtiment particulier se démarque, car il s'agissait de la dernière étape d'une figure locale bien connue, l'empereur Maximilien Ier avant d'être exécuté par les forces républicaines dirigées par Benito Juárez.

Bells dans une mission abandonnée à l'extérieur de Querétero

Aujourd'hui, l'Instituto Querétaro de la Cultura y las Artes l'utilise comme un espace d'art multimédia. Il y a des productions théâtrales, des concerts et des projections de films étrangers.

Ils ont également des installations tous les mois, et l'art est moderne, innovant et vaut vraiment le détour si vous êtes en ville. C'est un excellent moyen d'en apprendre davantage sur le Mexique d'aujourd'hui dans un lieu de son passé.

Artistes locaux

La fierté locale de Querétero est profonde : la plupart des magasins proposent des œuvres d'artistes locaux. Nous avons eu la chance de visiter l'atelier d'un artiste local. Suenos de Carton est une usine qui fabrique des statues utilisées dans les fêtes et cérémonies traditionnelles.

Les statues sont faites d'un matériau qui ressemble à un papier mâché plus chaleureux et elles sont devenues incroyablement populaires. L'artiste expédie partout dans le monde et va de simples petites figurines à des statues ornées de taille réelle. Leur plus grand mesurait plus de 12 pieds de haut.

Le studio a une sensation merveilleuse : de la peinture et des paillettes partout, des squelettes et des sirènes se réunissant lentement. Leurs figurines sont disponibles à la vente dans tout Querétero et constituent un excellent souvenir.

El Cerrito

Antiquité Précieuse

El Cerrito est une pyramide récemment découverte qui se trouvait, invisible depuis des centaines d'années, sous le domaine d'une famille mexicaine respectée.

Maintenant, la maison elle-même est une antiquité précieuse, et les archéologues font de leur mieux pour la préserver alors qu'ils déterrent cette ruine fascinante, qui remonte à plus de 2 000 ans.

On ne sait pas grand-chose sur les habitants, mais ils ont trouvé des preuves qu'ils pratiquaient la dentisterie, des sacrifices élaborés et une agriculture sophistiquée.

Les visites sont disponibles tous les jours de la semaine sauf le mardi, gratuitement. Personnellement, je n'ai pas pu m'empêcher de participer à la fin. Les gens là-bas font du bon travail.

Vignobles Freixenet

Les vignobles Freixenet sont à moins d'une heure de route de Santiago de Querétero et cela vaut le détour. Freixenet est connu aux États-Unis pour son vin mousseux à prix raisonnable, mais ils produisent également une variété de vins blancs et rouges. Ils proposent également des visites de la cave sept jours par semaine.

El Jabali

Je me suis retrouvé à oublier où j'étais pendant une grande partie de la tournée : les vastes champs avec la montagne brumeuse en arrière-plan et les employés rieurs transportant des bouteilles créent tous une scène très européenne. Mais les vins que nous avons dégustés étaient typiquement mexicains : terreux, frais et un peu épicés.

Terre des perdus

S'aventurer en dehors de la ville mène à d'autres surprises. El Jabalí (le camp écotouristique) est si éloigné de la civilisation qu'il ne peut être atteint que par un quatre-roues ou un camion.

On se croirait au Pays des Perdus avec le brouillard jouant sur les montagnes et la jungle inhabitées, et leurs paons résidents chantant.

Mais à d'autres égards, cet endroit est incroyablement moderne et avant-gardiste. Il est entièrement alimenté à l'énergie solaire et dispose d'un système d'eau courante innovant qui conserve la chaleur et l'eau. La nourriture est biologique et cultivée de manière responsable dans les villes voisines. Et c'est délicieux : des plats mexicains authentiques faits maison.

El Jabalí : plus qu'un camp

« Camp » est un terme impropre pour El Jabalí, tout comme « tente » n'est pas le bon mot pour désigner leur logement. Oui, les murs sont en toile, mais c'est sur un solide cadre en bois avec une salle de bain que tout architecte d'intérieur de Manhattan convoiterait.

L'auteur en tenue de quad

Chaque tente a de hauts plafonds et peut accueillir confortablement plusieurs lits. Les repas sont servis dans la salle principale rustique, qui surplombe les montagnes et la rivière.

La vue est intacte, les routes se fondent dans la montagne et les villes sont construites autour de la nature.

Pas pour les âmes sensibles

Alors que les logements sont parfaits pour les princesses les plus choyées, la descente de la montagne ne l'est certainement pas. Considérez ceci comme un avertissement : ce n'est pas pour les faibles de cœur ou les faibles d'estomac.

Il doit être fait en camionnette ou en VTT, et la route est rocheuse, étroite, escarpée et se tord et tourne constamment. Même les voyageurs les plus aguerris peuvent se sentir un peu nauséeux.

Pour aggraver les choses (ou, comme je le pensais, plus excitant), la route est prise en sandwich entre un mur de la paroi rocheuse de la montagne et une chute verticale à pic. L'un de nos conducteurs de VTT a renversé son véhicule à quatre roues et s'est gravement éraflé et contusionné la hanche. Pas de dégâts permanents, mais une sacrée frayeur. Une autre femme était tellement écoeurée et secouée par le voyage qu'elle avait besoin de whisky pour arrêter de trembler.

Mission abandonnée près d'El Jabalí

Sale Difficile et Dangereux : Parfait

Pour être honnête, j'ai trouvé ça génial. C'était sale, difficile et dangereux, mais combien de personnes peuvent dire qu'elles ont descendu une montagne et traversé une rivière en quad ? Vers un Eden écotouristique, rien de moins ?

Le trajet est long (deux heures et demie) et peut être effrayant, mais si vous êtes préparé, n'avez pas de problèmes de mal des transports et avez le sens de l'aventure, cela peut être une expérience formidable. De plus, les chauffeurs sont des pros absolus, et ils jurent qu'ils n'ont pas encore perdu de camion ou de quad.

Une fois que vous êtes arrivé au camp, il y a beaucoup à faire pour vous changer les idées. Les kayakistes de tous niveaux peuvent profiter de la rivière (assurez-vous de leur faire savoir que vous êtes intéressé par le kayak lors de votre réservation), et il y a de beaux sentiers dans la région. Le soir, les feux de camp et les guimauves géantes clôturent parfaitement la journée.

Activités plus calmes à Querétaro

Si vous recherchez des activités plus calmes, il y a une mission abandonnée à 15 minutes en voiture d'El Jabalí. Il est abandonné depuis la guerre des Cristero en 1926, lorsque le gouvernement a saccagé le bâtiment et assassiné tous les prêtres qui refusaient de se rendre.

Le bâtiment est toujours intact et une organisation locale propose des visites pendant la semaine pour un petit don, qui finance les efforts de préservation et de restauration. Le bâtiment est magnifique et offre une histoire unique de la région.

Le château de Bernal a été construit au 17ème siècle comme prison

La plupart des gens au camp et dans les villes environnantes ne parlent pas anglais, bien que beaucoup d'entre eux suivent actuellement des cours pour changer cela. Néanmoins, apporter un dictionnaire, réviser votre espagnol au préalable et apprendre un vocabulaire pertinent ne ferait certainement pas de mal.

Nous avons eu la chance d'avoir un locuteur natif dans notre groupe qui était capable de traduire, mais je m'entendais bien tout seul avec l'espagnol du lycée. C'est un endroit idéal pour les voyageurs en solo, les jeunes couples et les familles aventureuses à explorer.

Un rocher magique

Un autre avantage de ce camp est sa proximité avec Bernal. C'est à environ une heure de route, et Bernal est le répit parfait de l'excitation à El Jabalí, et il a sa propre excitation.

Bernal est connu pour ses propriétés magiques : un pourcentage énorme de leur population vit bien au-delà de 100 ans, et les habitants attribuent cela à l'homonyme de la ville, le bernal ou un rocher visible dans toute la ville. C'est en fait le troisième plus gros rocher du monde.

Malgré cette prétention à la gloire moins que passionnante, Bernal est un endroit merveilleux à explorer et à séjourner. Il y a des randonnées et des visites en voiture des merveilles naturelles à proximité pour les personnes de tous niveaux et de tous niveaux, ainsi que de merveilleux magasins et restaurants.

Les logements sont limités à quelques hôtels, mais celui dans lequel nous avons séjourné était de classe mondiale, avec le genre de service que je ne vois que dans les petites villes.

Le célèbre aqueduc de Querétaro

Laine et Gorditas

Bernal est connu des locaux pour sa laine et ses gorditas. Une gordita se caractérise par sa tortilla plus épaisse que d'habitude, qui est cuite à la poêle, puis farcie d'une sorte de ragoût de poulet et de poivrons. Il est délicieux et se distingue des plats mexicains typiques.

La laine ressort aussi : elle est plus épaisse et la finition est superbe. Assurez-vous de laisser de la place dans votre valise, car les magasins regorgent de pulls faits à la main, de ponchos et de belles couvertures, et ils ne sont pas chers !

Notre groupe a découvert de première main que la meilleure chose après une longue journée de shopping est une gordita.

Nous n'avons vu qu'une fraction de Querétaro, mais j'en ai vu assez pour voir à quel point c'est un état diversifié et excitant. Une grande partie du tourisme mexicain se concentre sur le littoral, mais il y a beaucoup de plaisir à s'amuser loin de la plage.

La capitale est riche d'une belle architecture, d'une histoire fascinante, d'une cuisine internationale et d'hôtels cinq étoiles. Et le reste de l'État a beaucoup à offrir à tous les types de voyageurs, en particulier ceux qui s'intéressent à l'aventure et aux voyages socialement responsables.

Sarah Hartshorne

Sarah Hartshorne contribue régulièrement à GoNOMAD. C'est une actrice et comédienne avec Lady Parts Justice qui vit à New York.


Le Grito de Dolores

Le 15 septembre 1810, les conjurés reçoivent la mauvaise nouvelle : leur complot est découvert. Allende était à Dolores à l'époque et voulait se cacher : Hidalgo l'a convaincu que la bonne option était de faire avancer la rébellion. Le matin du 16, Hidalgo sonna les cloches de l'église, appelant les ouvriers des champs voisins.

Du haut de la chaire, il annonça la révolution : « Sachez, mes enfants, que connaissant votre patriotisme, je me suis mis à la tête d'un mouvement commencé il y a quelques heures, pour arracher le pouvoir aux Européens et vous le donner. Les gens ont répondu avec enthousiasme.


10 choses à faire à Querétaro, Mexique

©iStock/Gerardo Aguilar Ortiz

Des ruines antiques à l'étonnante architecture baroque en passant par les vignobles et les cascades, l'État de Querétaro a tout ce qu'une personne peut souhaiter. The capital city of Santiago de Querétaro (Querétaro City) is a UNESCO World Heritage Site full of modern conveniences, international restaurants, and an exuberant history.

Whether you are visiting Querétaro or considering it for your next home, here are the top 10 things to do in Querétaro:

Jardin Zenea

Recognized by UNESCO for its unique city layout representing two cultures, the heart of the city is Jardin Zenea. On weekdays, it’s a great spot for people watching and relaxing with ice cream. On weekends and holidays, it’s decorated with balloons and food vendors. From Jardin Zenea, you can catch a tram to the furthest points of the historic center (Centro), relax at many restaurants, or wander up the pedestrianized streets lined with shops, fountains, and eateries to other plazas within Centro.

Museums

Start at the Querétaro Regional Museum, the former convent next to the Templo de San Francisco de Asis for an in-depth look at Querétaro from ancient civilizations to the Mexican Revolution. The Museo Arte Sacro was also a former convent and exhibits art from different periods. Haciendas from the 16th to the 18th centuries have been transformed into museums like the Museo Casa de la Zacatecana and Museo de la Conspiradores showing the life and times of those eras.

For something a little bit different, visit the Museo del Calendario (MUCAL) and explore its extensive collection of calendars. You will see everything from Aztec and Mayan calendars to the propaganda-filled calendars of the 1940s. They also have a lovely courtyard restaurant and bar.

Baroque Churches

Lovers of Baroque architecture will enjoy the many churches of Querétaro. Sit in a pew and marvel at the intricate details and sparkling chandeliers of the Templo de San Francisco de Asis and the opulent Baroque frescos of Templo de Santa Clara de Viterbo. The magnificent Templo y Convento de la Santa Cruz was erected on the battle site where a burning cross was seen in the sky between the Spaniards and the indigenous Indians. The monastery is still being used today.

Mirador de los Arcos and Pantheon of Illustrious Queretanos

Walk 500 meters behind the Templo y Convento de la Santa Cruz and you can look out on the past and present of Querétaro at the Mirador de los Arcos. The pink-stoned aqueduct cuts through the city with its 74 arches and makes a great backdrop for selfies. A marker just to the left of the viewing area commemorates the Camino Real de Tierra Adentro, an important trade route for silver that ran between Mexico City and San Juan Pueblo, New Mexico from 1598 to 1882.

Across the street is the Pantheon of Illustrious Queretanos featuring statues of important benefactors for the arts and politics. Josefa Ortiz de Domínguez known as La Corregidora, was a prominent figure and patriot during the revolution. She sent the message to Father Hidalgo that the Spanish had discovered they were planning to revolt. This led to Hidalgo’s Cry for Independence and the beginning of the Mexican War of Independence. Her burial crypt stands in the middle of the property, and inside the chapel, you can view pictures and letters from her life.

Cultural Activities

Plazas are the center of activity in Querétaro. During holidays and festivals, bands and dance troupes set up stages around the fountains and there’s no shortage of fantastic street food. Visit during Holy Week for the Festival of Santiago de Querétaro, one of the largest cultural events in the city. Day of the Dead and Christmas are also big celebrations in Querétaro with decorations and candies for the kids.

If you enjoy theater, check out the 500-seat Neoclassical Teatro de la República in Centro with performances from ballet to movie documentaries. Smaller venues are known for comedy, improv, and college productions.

For an entertaining historical overview of Querétaro, join the Legends and Myths tour. This nightly walking tour will highlight the prominent people of the city that made it what it is today. You will visit Casa de la Marquesa, one of the most beautiful haciendas built by Marques de la Villa del Villar del Aguila. Marques fell in love with a nun, who happened to be his wife’s cousin, and she did not return his feelings. Instead, she used his affection to bring clean water and many other spectacular architectural features to the great city and people of Queretaro without compromising her integrity.

Queretano Regional Cuisine

From street food to fine dining, Queretanos know how to eat! Querétaro is known for its Enchiladas Queretanas and gorditas, a thick tortilla stuffed with various fillings. Twenty minutes north of Centro is Santa Rosa Jauregui, the carnitas capital of Queretaro. Prickly pear, red-battered tamales, atole, and cajeta (goat’s milk caramel) are also popular in this region.

Mercado de la Cruz is a good place to start for local cuisine and fresh produce. Chow down on tacos or pozole before buying the best produce in season and a variety of meats. You can find every type of regional Mexican cuisine in Queretaro from Michoacan ice cream to Yucatan Conchinita Pibil.

Cerro de la Campanas

Hop on the trolley to visit the outskirts of the historic district like the Hill of the Bells. This beautiful park is where Emperor Maximilian I of Austria (brother to the Emperor of Austria) was executed after his short three-year reign over the Second Mexican Empire.

Hike for the Views

If you need a break from the history of the city, head to el Cimatario, a national park that rises south of the city and provides easy hiking and spectacular views of Querétaro.

For an easier and shorter hike, visit the ancient Pyramid of El Cerrito Archeological Zone. You can’t climb the pyramid, but it is a fascinating display of Toltec pyramid architecture. Dating back to 300 CE it was an important political and religious center of the region for the Chupicuaro, Toltecs, Otomis, and other tribes. Artifacts from El Cerrito can also be seen at the Querétaro Regional Museum.

Queretaro Wineries

The state of Querétaro boasts its own wine region within an hour’s drive from Centro. Known for exceptional sparkling wines and red blends, winery tours are available, and some have added wine bars, hotels, and high-end restaurants.

Pueblos Magicos of the state of Querétaro

Take a day or two and explore the pueblos magicos of the state of Querétaro. Start in Santiago de Bernal and hike the third largest granite monolith in the world. Afterward, grab a gordita in town or at the base of the mountain and some cajeta candies before visiting the botanical gardens in Cadereyta de Montes. For relaxation, head to Tequisquiapan with its pink church, spas, and wine bars. Almealco, home to waterfalls and the Maria doll museum, is a nice 90-minute drive south through sheep country. Jalpan de Serra in the Sierra Gorda Mountains is the perfect base camp for a few days of hiking, waterfalls, and visiting the Franciscan Missions.

Ressources

Get Your Free Mexico Report Today!

Learn more about Mexique and other countries in our daily postcard e-letter. Simply enter your email address below and we’ll send you a free special report – Mexico: The Perfect Close-to-Home Retirement Haven.


Queretaro Climate

Credit: Sweet Lana | Shutterstock

If Santiago de Querétaro is your destination, you can expect mild temperatures year-round. The city’s cool weather, relative to other parts of the country, can be attributed to itselevation, which is 6,100 feet above sea level.

The warmest months of the year are April and May, but the second half of March can be quite warm as well, depending on the year. During this time, daily temperatures are in themid-80’s and can surpass 90 F. The weather starts to cool down in June with the start of the rainy season. Average lows are usually in the 50s most of the year, but drop into the 40s during the winter.

Like much of Mexico, Querétaro receives most of its rainfall during the months of June through September. Since Querétaro has a semi-arid climate, the rainy season is very mild compared to other parts of the country. However, the city is prone to flooding when sudden rains fall hard and fast. During the rainy period, rainfall is about 15 inches, or about 75 percent of the city’s annual precipitation.

Querétaro’s elevation and fresh, dry climate will usually protect you from feeling damp andsticky, even in hot weather. Instead, you will enjoy pleasantly cool evenings and nights.

Natural disasters are rare in the city. Occasional flooding, due to land subsidence and construction on the hills surrounding the city-center, can be dangerous, however


The Aqueduct

There is a snake crawling out of the centro histórico of Querétaro, Mexico. It makes its way 1.78 kms along what is now the avenue Zaragoza and finally hiding its head into one of the hills surrounding the center of the city. This snake is over 30 meters tall, and is made of stone, its blood was the life’s blood of Santiago de Querétaro for centuries. This snake is the aqueduct of Querétaro.

Whether you see it in the day or night, it is an impressive site. The Pan-American Highway makes its way beneath its arches. It has stood for hundreds of years and is still used today to bring water to the dozens of fountains that are found in the UNESCO world heritage city of Querétaro, Mexico. It is immaculately maintained, and is a fixture in the Querétaro landscape. Along it’s base it is now surrounded by trendy restaurants and coffee houses, but it was not always so.

When it was built, these streets were nothing more than fields of corn, and the legend of why the aqueduct was built is one of love that could never be. The aqueduct was built in the beginning of the 17th century by the Marquis del Villa del Aguila. At the time he was the richest man in Querétaro. He had more money than he could ever use, but he was old and alone. One day, while strolling through one of the many public plazas in Querétaro he came across a nun from the local convent of Santa Clara reading on a bench.

The beauty of the nun, made the Marquis fall instantly in love with her. Unable to resist he went over to talk to her. To his surprise and dismay, he found that her beauty was only matched by her intelligence and grace. What made matters worse was that this nun, Clarissa, also fell in love with him. But both the Marquis and Clarissa were pious people and they knew that Clarissa was already wed to the lord and could not be with another.

So, Clarissa asked the Marquis to show his love for her by building a home where they could both live together in spirit. Taking that to heart, the Marquis built the most beautiful house in the city, what is now the Hotel Casa de la Marquesa. The house was made of the most expensive material from around Mexico and the world. Its beauty rivaled the palace of the emporer in the Marquis homeland of Spain. But the crown jewel of the house was that it was the only one in Querétaro to have running water.

To make this possible he built the aqueduct of Querétaro, to bring water from 20 km’s away. He also shared this water with the public by placing 12 fountains around the city where the local population of Querétaro could have access to clean drinking water. To this day, the aqueduct, his house and the fountains stand as testament to this unrequited love.

Today the best place to view the Aqueduct is from atop the lookout point behind the Convent of the cross on top of the hill of Sangremal. Do not miss the opportunity to see it at night, when it is lit up and rises above the city.


Do Some Museum Hopping

Photo courtesy of Museo del Calendario

If you’re craving some culture, there are numerous museums to visit in Querétaro. One of the most unique is MUCAL, or the Museo del Calendario (Calendar Museum), the first museum of its kind in the world. There are 19 exhibition rooms displaying original artworks that have been featured in Mexico’s calendars through the decades, along with hundreds of original retro-style calendars. Stick around following your musem visit to relax in the picturesque courtyard.

Museo de Arte de Querétaro, Querétaro's art museum, showcases European paintings and sculptures from the seventeenth through twentieth centuries, as well as 19th- and 20th-century Mexican paintings.

Museo Regional de Querétaro is where you’ll find interesting exhibits that tell the story of the city and its rich history, all housed in an ornate 16 th century building.