Paraguay Nouvelles - Histoire

Paraguay Nouvelles - Histoire

PARAGUAY

Dans les nouvelles

Le Paraguay détient la Bolivie


Le passé pèse lourd alors que le Paraguay lutte contre les fantômes de la dictature

Alfredo Stroessner, au centre, a été renversé par un coup d'État en 1989, mais le parti conservateur du Colorado a occupé la présidence pendant 25 des 30 années écoulées depuis le début des élections libres multipartites. Photographie : Frank Scherschel/The Life Picture Collection via Getty Images

Alfredo Stroessner, au centre, a été renversé par un coup d'État en 1989, mais le parti conservateur du Colorado a occupé la présidence pendant 25 des 30 années écoulées depuis le début des élections libres multipartites. Photographie : Frank Scherschel/The Life Picture Collection via Getty Images

Dernière modification le mar. 10 déc. 2019 20.35 GMT

Pendant des décennies, il était connu sous le nom de fecha feliz – la date heureuse – un nom gai pour la commémoration annuelle du dictateur militaire le plus ancien d'Amérique du Sud.

Le général paraguayen Alfredo Stroessner a utilisé la fête d'anniversaire nationale comme un élément de son culte de la personnalité soigneusement cultivé. Et la célébration a fait preuve d'une énorme résistance, survivant à la fois au coup d'État qui a renversé Stroessner en 1989 et à sa mort en exil au Brésil en 2006.

Mais ce 3 novembre, la polka générale Stroessner – la traditionnelle bande-son adulée de la fête – a été à peine entendue dans la capitale. Au lieu de cela, Asunción a sonné avec la musique des fêtes anti-Stroessner.

Comme José Caballero, qui a organisé l'un de ces événements, l'a dit : « Nous dansons sur la tombe de Stroessner, nous ripostons avec joie. »

Ces dernières années, les célébrations pro-Stroessner les plus connues ont pratiquement disparu alors qu'une génération de partisans des années de dictature s'éteint progressivement.

Mais le Paraguay n'a pas encore pleinement affronté les crimes et l'héritage du régime militaire.

Et comme l'ont montré les récents événements en Amérique du Sud, les passés autoritaires peuvent peser lourdement sur les pays des décennies après la transition démocratique, malgré les signes extérieurs de changement. Le Chili est maintenant bien entré dans son deuxième mois de troubles, alimentés en partie par la colère suscitée par les politiques néolibérales introduites par Augusto Pinochet.

Fernando Robles, un avocat paraguayen, soutient que son pays n'a toujours pas secoué la main morte de la dictature.

Il a passé trois ans en prison pour appartenance à un mouvement anti-Stroessner clandestin – « Nous avons tous été torturés. Terriblement torturé, comme c'était la coutume de Stroessner et de ses forces de police » – mais Robles craint que beaucoup dans son pays ne comprennent pas les leçons du passé.

« Aujourd'hui, un adolescent de 15 ou 18 ans ne sait même pas que Stroessner a existé. Le système éducatif ne mentionne pas la dictature. Il n'y a aucune intention d'enseigner le passé pour qu'il ne se répète pas.

La relation du Paraguay avec son passé troublé a été mise sous les projecteurs en septembre, par la découverte de restes humains dans une maison qui appartenait autrefois à Stroessner.

Les restes sont toujours en cours d'analyse pour déterminer s'ils proviennent de victimes de la dictature, a déclaré le Dr Rogelio Goiburú, chef du département de la mémoire historique et des réparations du ministère de la Justice.

Goiburú a toutes les raisons de vouloir découvrir la vérité sur les crimes de la dictature : son propre père a été assassiné par le régime de Stroessner.

« Tous les crimes imaginables ont été commis sous Stroessner », a-t-il déclaré.

Des opposants politiques ont disparu de force, des jeunes filles ont été réduites en esclavage sexuel par des hauts fonctionnaires, des membres de la communauté LGBT ont été pris pour cibles et les peuples autochtones ont été victimes de violences qualifiées de génocide.

Un rapport de 2008 de la Commission vérité et justice du Paraguay a révélé qu'au moins 423 personnes avaient été assassinées, 18 722 torturées et 3 470 contraintes à l'exil pendant la dictature.

Général Stroessner. Les restes de seulement 37 victimes de la dictature ont été retrouvés – et seulement quatre ont été identifiés. Photographie : Bettmann/Archives Bettmann

« En réalité, des milliers de personnes ont probablement été tuées », a déclaré Goiburú.

Pourtant, jusqu'à présent, les restes de seulement 37 victimes ont été retrouvés – et seulement quatre ont été identifiés. Bien que les noms de centaines d'auteurs aient été révélés à la commission, seule une poignée a été poursuivie.

Goiburú dit que le gouvernement ne donne pas les ressources à son département, pointant du doigt son petit bureau sujet aux inondations comme un indicateur de la valeur que les politiciens accordent à son travail.

La sénatrice de l'opposition Esperanza Martínez, qui s'est opposée à la dictature, a déclaré que les autorités refusaient de s'attaquer au passé parce que le régime est toujours bien vivant.

"La fin de la dictature n'était en réalité qu'un remaniement du même vieux système par les protagonistes du régime lui-même", a-t-elle déclaré. « Ils ont laissé intacts les mêmes modèles politiques et économiques. »

Contrairement au Chili, le Paraguay a réécrit sa constitution après la chute de la dictature, mais le parti conservateur du Colorado – un pilier clé du régime de Stroessner – a occupé la présidence pendant 25 des 30 années écoulées depuis le début des élections libres multipartites. L'actuel président, Mario Abdo Benítez, est le fils du secrétaire personnel de Stroessner.

En septembre, les législateurs du Colorado ont fait allégeance à leur ancien chef en bloquant une loi qui identifiait l'ère Stroessner comme une dictature.

Selon Luis Rojas, économiste, le Paraguay a la plus grande inégalité de propriété foncière au monde, fruit de l'héritage de Stroessner. Dans une nation agricole, où la terre est la principale source de richesse, au moins 85 % des terres agricoles sont détenues par seulement 2,5 % des propriétaires terriens.


1954 - Le général Alfredo Stroessner s'empare du pouvoir lors d'un coup d'État, inaugurant plus de 30 ans de dictature impitoyable.

1989 - Stroessner déposé dans un coup d'État dirigé par le général Andres Rodriguez, qui est alors élu président. Cependant, le centre-droit de Stroessner, soutenu par l'armée, l'Association républicaine nationale-Parti du Colorado remporte les élections législatives.

1992 - Nouvelle constitution démocratique promulguée.

1993 - Le Colorado Party remporte la majorité simple des sièges lors des premières élections multipartites libres, tandis que son candidat, Juan Carlos Wasmosy, remporte les premières élections présidentielles libres.

1998 - Le candidat du Colorado, Raul Cubas, élu président au milieu d'allégations de fraude.

1999 - Le président Cubas démissionne à la suite de l'assassinat du vice-président Luis Maria Argana. Luis Gonzalez Macchi nommé président par intérim, forme le gouvernement d'union nationale.

2000 Octobre - Un major de l'armée et deux autres hommes sont condamnés à de longues peines de prison pour leur rôle dans le meurtre d'Argana.

2000 Mai - Tentative de coup d'État déjouée. Le gouvernement accuse les forces "anti-démocratiques" fidèles au général en exil Oviedo.

2001 Mai - Le chef de la banque centrale démissionne pour implication présumée dans un transfert frauduleux de 16 millions de dollars sur un compte bancaire américain.

2002 Juillet - État d'urgence déclaré après de violentes manifestations de rue. Les manifestants demandent la démission du président Gonzalez Macchi et l'abandon des politiques de libre-échange.

2002 Décembre - Le Congrès vote une procédure de destitution contre le président Gonzalez Macchi pour des accusations de corruption. M. Gonzalez Macchi survit à un vote pour le révoquer.

2003 Août - Nicanor Duarte Frutos, du parti Colorado au pouvoir, a prêté serment en tant que président après avoir remporté le scrutin d'avril. Le prédécesseur Luis Gonzalez Macchi s'est vu interdire de quitter le pays et a été jugé pour corruption.

2004 À partir d'avril - Les paysans organisent une série d'invasions de terres et d'autres manifestations, exigeant la redistribution des terres agricoles.

2004 Juin - L'ancien commandant militaire, le général Oviedo, revient d'exil au Brésil et est arrêté à l'aéroport.

2005 Février - Le président Nicanor Duarte promet une répression contre le crime organisé à la suite de l'enlèvement et du meurtre de la fille de l'ancien président Raul Cubas.

2005 Juin - La chambre basse rejette les propositions du gouvernement de privatiser les services publics.

2005 Août - Le Paraguay accueille la toute première conférence des nations sans littoral. Plus de 30 États participent et demandent un traitement préférentiel dans les négociations commerciales mondiales.

2006 Juin - Luis Gonzalez Macchi, président de 1999-2003, est condamné à six ans de prison pour virements bancaires illégaux.

2006 Août - L'ancien chef militaire Alfredo Stroessner meurt en exil au Brésil, à l'âge de 93 ans.

2007 Mars - Le gouvernement déclare l'état d'urgence en réponse à l'épidémie de dengue.

2007 Septembre - Le gouvernement déclare l'état d'urgence après que des incendies ont détruit plus de 100 000 hectares de forêts et de terres agricoles.


Faire l'histoire au Paraguay

Léa Giménez &lsquo12 Ph.D. est la première femme vice-ministre de l'économie du Paraguay.

Quatre ans après avoir obtenu son doctorat. du Lehigh's College of Business and Economics, Lea Giménez ཈ Ph.D. se trouve loin de South Mountain au service de son pays natal, le Paraguay, d'une manière critique et sans précédent&mdashas vice-ministre de l'Économie du prestigieux ministère des Finances du pays.

Dans un pays où les femmes n'occupent généralement pas de postes de décision publique et de leadership, Giménez, mariée et mère de deux enfants, est entrée dans l'histoire en tant que première femme au Paraguay à occuper ce poste important. "La plupart des décisions de l'exécutif impliquent, d'une manière ou d'une autre, le ministère des Finances", a déclaré le joueur de 35 ans.

Giménez est originaire d'Asunción, la capitale du Paraguay. Elle a dit qu'elle avait toujours su qu'elle reviendrait un jour des États-Unis au Paraguay.

"J'ai toujours voulu contribuer, mais je savais que pour ce faire, je devais bien me préparer et apprendre beaucoup", a-t-elle déclaré. "La décision de revenir l'année dernière était le résultat d'une combinaison de deux choses. D'une part, le fait que, comme jamais auparavant, des choses positives se produisent au Paraguay, des choses qui permettent à beaucoup de gens comme moi, armés uniquement d'éducation, d'expérience et d'un grand désir de travailler pour l'amélioration du Paraguay, d'avoir l'opportunité contribuer.

"D'un autre côté, le fait que j'ai deux jeunes enfants et que je voulais qu'ils aient la chance de vivre l'enfance avec la famille élargie à proximité a joué un rôle important dans ma décision."

Environ un an avant son retour au Paraguay, Giménez s'était présentée au ministre des Finances par courrier électronique et l'avait félicité pour sa nomination.

"C'était une décision audacieuse, car je ne le connaissais pas", a déclaré Giménez, "mais j'étais vraiment ravi de voir que le gouvernement a nommé une personne bien qualifiée qui avait étudié aux États-Unis, travaillé à Washington, DC, et était à au moment de sa nomination, comme 70 pour cent des Paraguayens, de moins de 35 ans. Il a répondu à mon e-mail et m'a dit que le Paraguay avait besoin de gens comme moi.

L'expérience que Giménez a apportée avec elle comprenait un passage de quatre ans à la Banque mondiale, d'abord en tant que consultante, puis en tant qu'économiste. Le professeur agrégé d'économie Chad Meyerhoefer, qui a co-dirigé la thèse de Giménez avec le professeur d'économie Shin-Yi Chou, a déclaré que la concurrence pour un emploi à la Banque mondiale est féroce et qu'il est rare qu'un consultant soit embauché dans un position du personnel. Que cela soit arrivé à Giminéz est un "testament de sa ténacité", a-t-il déclaré.

A Lehigh, la thèse de Giménez, Chocs et opportunités des enfants, a reçu le Elizabeth B. Stout Dissertation Award, qui est décerné aux thèses de doctorat jugées comme apportant des contributions exceptionnellement significatives et originales à leur domaine. Ses intérêts de recherche comprenaient le développement, la pauvreté, la santé et le capital humain.

À son retour au Paraguay, Giménez a commencé à travailler comme consultant international pour la Banque mondiale, aidant le ministère des Finances et le ministère de la Planification à entreprendre une analyse du système fiscal et de son impact sur la pauvreté et les inégalités.

"Après quelques mois, le vice-ministre de l'Économie de l'époque avait décidé de quitter le poste pour des raisons personnelles, et j'étais au bon endroit au bon moment", se souvient-elle.

Giménez a déclaré que son passage à Lehigh l'avait aidée à devenir une économiste complète et avait fourni une base solide pour tout ce qu'elle avait fait depuis l'obtention de son diplôme.


Président : Mario Abdo Benítez

L'ancien sénateur Mario Abdo Benítez, du parti Colorado au pouvoir, a pris ses fonctions en août 2018.

Il a triomphé de justesse lors d'une élection présidentielle tenue trois mois plus tôt, après avoir promis de maintenir des politiques fiscales faibles pour encourager les investissements étrangers.

Sa victoire signifiait que le parti de droite Colorado, qui a dominé la politique paraguayenne pendant des décennies, a maintenu son emprise sur le pouvoir.

M. Benitez est le fils d'un proche collaborateur de l'ancien dictateur militaire Alfredo Stroessner, dont il a été critiqué pour avoir défendu le bilan.


75 membres d'un cartel de la drogue sortent de la prison du Paraguay

Le gouvernement savait depuis des semaines qu'un cartel de la drogue brésilien préparait une évasion de prison, mais il n'a pas pu l'arrêter.

ASUNCIÓN, Paraguay – Au moins 75 membres d'un puissant cartel de la drogue brésilien se sont évadés d'une prison du nord du Paraguay par un tunnel dimanche, mettant en œuvre un plan d'évasion que les autorités connaissaient depuis plus d'un mois mais n'ont pas pu arrêter.

La violation est le signe le plus récent et le plus grave que les cartels brésiliens, qui utilisent le Paraguay comme point de transit pour faire entrer en contrebande des armes et de la drogue au Brésil, ont pénétré les agences de sécurité.

"C'est une évasion sans précédent", a déclaré dimanche la ministre paraguayenne de la Justice, Cecilia Pérez. "C'est la plus grande évasion de prison de nos installations."

Les membres du cartel, le First Capital Command, avaient passé des semaines à creuser le tunnel de leur aile de la prison Pedro Juan Caballero, empilant des dizaines de sacs de terre dans une cellule, selon des responsables paraguayens.

Dimanche vers 4 heures du matin, aidés par des gardiens de la prison, les membres du cartel se sont faufilés, ont déclaré des responsables.

La prison se trouve près de la frontière brésilienne, et « maintenant, ils sont probablement passés de l'autre côté », a déclaré Mme Pérez. "C'est très grave."

Pedro Juan Caballero a longtemps été considéré comme une prison particulièrement troublée, a déclaré Dante Leguizamón, président du Mécanisme national de prévention de la torture, une agence gouvernementale indépendante qui surveille les conditions dans les prisons au Paraguay.

"Nous la considérons comme la prison avec les problèmes de corruption les plus graves", a déclaré M. Leguizamón dimanche dans une interview. "Compte tenu de la fragilité du système dans son ensemble et des conditions de surpeuplement, ce n'est pas une situation très surprenante."

Selon les statistiques compilées par l'organisation, la prison comptait jusqu'à récemment 1 005 détenus, soit un peu plus du double de la capacité d'accueil d'un établissement de cette taille.

Il y a un mois, Mme Pérez a annoncé que le gouvernement paraguayen avait eu connaissance d'un complot du cartel – connu sous le nom de P.C.C., ses initiales en portugais – visant à payer 80 000 $ aux gardes pour faciliter l'évasion d'un chef de cartel.

Mme Pérez a déclaré dimanche qu'il était clair que les responsables des services correctionnels avaient permis la mise en œuvre du plan. Au moins cinq gardiens de prison ont été suspendus et font l'objet d'une enquête, a-t-elle déclaré.

"Nous sommes certains qu'il y a eu un complot scandaleux avec des agents de sécurité", a déclaré Mme Pérez. « Ils travaillaient là-dessus depuis plusieurs jours. »

Le ministre de l'Intérieur du Paraguay, Euclides Acevedo, a déclaré que le gouvernement était dans un état d'"alerte maximale" et avait envoyé ses "meilleurs enquêteurs" dans la région afin de récupérer les prisonniers.

Le gouvernement a également alerté des responsables au Brésil, où des responsables de l'application des lois fédérales et étatiques ont été déployés dans la zone frontalière pour rechercher les évadés.

"Nous travaillons avec des représentants de l'État pour empêcher les criminels qui se sont évadés de prison au Paraguay de retourner au Brésil", a déclaré dimanche après-midi le ministre brésilien de la Justice, Sérgio Moro, dans un communiqué sur Twitter. « S'ils reviennent au Brésil, ils obtiendront un aller simple pour une prison fédérale. »

Le cartel brésilien de la drogue, qui compte des dizaines de milliers de membres, domine l'industrie de la cocaïne à São Paulo. Mme Pérez a déclaré que le plus haut dirigeant du cartel qui a fui était David Timoteo Ferreira, un P.C.C. brésilien. leader détenu au Paraguay depuis 2017.

Le système pénitentiaire du Paraguay a longtemps été sous-financé, en sous-effectif et sujet à la corruption. Dans une grande partie du pays, les chefs de cartels gèrent effectivement des prisons, qui sont devenues des plaques tournantes où le P.C.C. et d'autres groupes de trafiquants de drogue planifient leurs opérations et recrutent de nouveaux membres.

Après une mutinerie dans une prison en juin dernier au cours de laquelle 10 détenus ont été tués - et certains décapités - lors d'un affrontement entre gangs rivaux, le Paraguay a adopté une nouvelle loi donnant à l'État des pouvoirs supplémentaires pour remédier aux lacunes du système. Il prévoyait le financement de 500 gardiens de prison supplémentaires et donnait à la police nationale et à l'armée le pouvoir de renforcer la sécurité des prisons.

Les mesures de la loi d'urgence "n'étaient clairement pas suffisantes", a déclaré dimanche Mme Pérez.

M. Acevedo a déclaré que dans le cas de dimanche, le tunnel avait peut-être été construit pour couvrir les gardiens de prison complices. "Il y a de la complicité des gens à l'intérieur, et c'est un phénomène qui affecte tous les établissements pénitentiaires", a-t-il déclaré.

Le Paraguay a longtemps lutté pour détenir et poursuivre les puissants trafiquants de drogue alors que les cartels brésiliens se sont profondément enracinés dans la petite nation sud-américaine.

En novembre 2018, un éminent trafiquant de drogue brésilien, Marcelo Pinheiro Veiga, a tué une adolescente prostituée qui avait été emmenée dans une cellule spéciale conçue pour lui dans un poste de police hautement sécurisé.

Les autorités pensent que M. Veiga l'a tuée dans le but d'empêcher son extradition vers le Brésil, où il fait face à de nombreuses accusations.

Pourtant, peu de temps après, il a été expulsé vers le Brésil – une mesure largement considérée comme un aveu par le gouvernement du Paraguay qu'il se sentait incapable de le garder en détention et de le traduire en justice pour ce meurtre et plusieurs autres crimes.

Santi Carneri a rapporté d'Asunción et Ernesto Londoño de Rio de Janeiro.


Contenu

Le début (1900-1930) Modifier

Peu de temps après l'introduction du football au Paraguay par Williams Paats, le Liga Paraguaya de Futbol (aujourd'hui Asociación Paraguaya de Fútbol) a été créée en 1906. La première équipe nationale de football a été organisée en 1910 lorsqu'une invitation du club argentin Hércules de Corrientes a été reçue pour jouer un match amical. Les membres de cette première équipe nationale où F. Melián, G. Almeida, A. Rodríguez, M. Barrios, P. Samaniego, J. Morín, Z. Gadea, D. Andreani, C. Mena Porta, B. Villamayor, M. Rojas et E. Erico. Le match s'est soldé par un nul 0-0. [3]

En raison du nombre croissant d'invitations à jouer des matchs et des tournois internationaux, l'Asociación Paraguaya de Fútbol a décidé de créer officiellement l'équipe nationale et de sélectionner les maillots rayés rouges et blancs qui restent jusqu'à cette date les couleurs officielles (tirées du drapeau paraguayen) . À la fin de 1919, le Paraguay a accepté l'invitation de jouer la Copa América de 1921 et afin de se préparer à cette occasion, un certain nombre de matches amicaux ont été joués entre 1919 et le début du tournoi en 1921. Le premier de ces matches amicaux était un 5- 1 défaite contre l'Argentine, et il s'agissait du premier match international de l'équipe nationale de football paraguayenne. Lorsque la Copa América de 1921 est finalement arrivée, le Paraguay a surpris tout le monde en battant l'Uruguay, alors triple champion d'Amérique du Sud, par 2-1, étant le premier match d'une compétition officielle pour l'équipe de football paraguayenne. Le Paraguay a finalement terminé quatrième du tournoi et est devenu un participant régulier du tournoi pour les éditions suivantes.

En 1930, le Paraguay a participé à la première Coupe du monde, organisée par l'Uruguay. Au premier tour, le Paraguay a fait ses débuts et a perdu contre les États-Unis (0-3), pour ensuite vaincre la Belgique (1-0) avec un but de Luis Vargas Peña. Une seule équipe devait passer de la phase de groupes et les États-Unis ont laissé le Paraguay derrière.

Premier avant-goût du succès (1930-1970) Modifier

Après de fortes participations aux tournois de la Copa América de 1929, 1947 et 1949 (où le Paraguay a terminé à la deuxième place), le Paraguay était prêt pour sa prochaine compétition de Coupe du monde.

Le retour à la Coupe du monde a eu lieu en 1950, où le Paraguay a affronté la Suède et l'Italie dans le groupe 3. Le Paraguay n'a pas réussi à se qualifier pour le tour suivant après un match nul 2-2 contre la Suède et une défaite 2-0 contre l'Italie.

Le premier grand succès est venu en 1953 lorsque le Paraguay a remporté la Copa América disputée au Pérou. Sur la route du championnat, le Paraguay a battu le Chili (3-0), la Bolivie (2-1) et le Brésil (2-1) et a fait match nul contre l'Équateur (0-0), le Pérou (2-2) et l'Uruguay (2- 2). Étant donné que le Paraguay et le Brésil étaient à égalité de points à la fin du tournoi, un dernier match éliminatoire a été joué entre eux, le Paraguay remportant la finale par 3-2. Les principaux acteurs de la campagne étaient Ángel Berni, Heriberto Herrera et Rubén Fernández. L'entraîneur était Manuel Fleitas Solich. [4]

Pour la Coupe du monde 1958, le Paraguay s'est étonnamment qualifié devant l'Uruguay (les battant 5-0 dans le match décisif) avec une équipe qui contenait une formidable formation offensive avec des stars telles que Juan Bautista Agüero, José Parodi, Jorge Lino Romero, Cayetano Ré et Florencio Amarilla. Lors de leur premier match en Suède, le Paraguay menait 3-2 contre la France dans un match perdu 7-3. Une victoire 3-2 contre l'Ecosse et un match nul 3-3 contre la Yougoslavie ont permis au Paraguay de terminer troisième de son groupe.

Le départ de plusieurs de leurs stars pour le football européen (principalement l'Espagne) a quelque peu affaibli la fortune du football paraguayen, mais ils n'ont été devancés par le Mexique que lors des éliminatoires de 1962.

Plus de succès continental (1970-1990) Modifier

Le Paraguay a échoué lors des campagnes de qualification suivantes pour la Coupe du monde, mais le succès de la Copa América (et celui de l'un de ses meilleurs clubs Olimpia dans la Copa Libertadores) en 1979 a consolidé le Paraguay en tant que joueur solide sur le continent.

La Copa América 1979 a été remportée par le Paraguay après avoir terminé premier du groupe C (qui comptait également l'Uruguay et l'Équateur) avec deux victoires et deux nuls. En demi-finale, le Paraguay a battu le Brésil par un score total de 4-3. En finale, le Paraguay a battu le Chili par un score total de 3 à 1 pour remporter sa deuxième couronne continentale. Des joueurs tels que Romerito, Carlos Alberto Kiese, Alicio Solalinde, Roberto Paredes, Hugo Ricardo Talavera et Eugenio Morel étaient une partie importante de l'équipe, entraînée par Ranulfo Miranda. [5]

Le Paraguay a mis fin à une absence de 28 ans de la Coupe du monde en 1986 avec une équipe mettant en vedette Roberto Fernández dans le but Cesar Zabala, Rogelio Delgado et Juan Bautista Torales en défense Jorge Amado Nunes et Vladimiro Schettina dans le milieu de terrain le meneur de jeu Romerito et les attaquants Roberto Cabañas, Ramón Ángel María Hicks et Rolando Chilavert (le frère aîné de José Luis Chilavert). Dans les matchs du premier tour, le Paraguay a battu l'Irak (1-0, but marqué par Romerito) puis égalé le Mexique (1-1, but marqué par Romerito) et la Belgique (2-2, les deux buts marqués par Roberto Cabañas). Ils ont atteint le deuxième tour où ils ont été battus 3-0 par l'Angleterre. [6]

La génération dorée (1998-2011) Modifier

Une sécheresse a de nouveau suivi, le Paraguay n'ayant pas atteint les Coupes du monde 1990 et 1994.

En 1992, le Paraguay a remporté le tournoi pré-olympique d'Amérique du Sud, ce qui lui a garanti une place dans la compétition de football des Jeux olympiques d'été de 1992. Aux Jeux olympiques, le Paraguay a terminé deuxième de son groupe et a été éliminé par le Ghana en quart de finale. [7] L'aspect le plus important de cette équipe paraguayenne a été l'émergence de nouveaux jeunes joueurs comme Carlos Gamarra, Celso Ayala, José Luis Chilavert, Francisco Arce et José Cardozo, qui sont devenus une partie de la « génération dorée » qui a conduit le Paraguay à trois- Coupes du monde consécutives et de bonnes performances dans les compétitions continentales, faisant du Paraguay l'une des meilleures équipes d'Amérique du Sud aux côtés du Brésil, de l'Argentine et de l'Uruguay.

Coupe du monde de football 1998 Modifier

Le Paraguay a terminé les éliminatoires de la Coupe du monde 1998 en deuxième position, un point derrière l'Argentine.

Entraîné par le Brésilien Paulo César Carpegiani, le Albirroja est revenu en finale de la Coupe du monde pour la première fois depuis 1986. L'équipe était composée de joueurs expérimentés. Le Paraguay a été attiré dans le groupe D, aux côtés de la Bulgarie, du Nigeria et de l'Espagne.

Le Paraguay a fait match nul 0-0 contre la Bulgarie et l'Espagne. [8] Ils ont ensuite affronté le Nigeria, déjà qualifié pour le deuxième tour après avoir remporté ses deux premiers matches. Le Paraguay a gagné 3-1 et a terminé en deuxième position du groupe.

Le Paraguay a rencontré la France au deuxième tour le 28 juin. La France était sans Zinedine Zidane et a été tenue 0-0 par le Paraguay pendant 90 minutes. A la 114e minute de prolongation, Laurent Blanc a marqué pour éliminer le Paraguay sur la règle du but en or. [9] Le défenseur Carlos Gamarra et le gardien et capitaine José Luís Chilavert ont été sélectionnés dans l'équipe d'étoiles de 1998.

1999 et 2001 Copa América Modifier

Le Paraguay a accueilli la Copa América 1999, disputée dans quatre villes du pays. L'entraîneur-chef Ever Hugo Almeida a sélectionné une équipe expérimentée, la majorité des joueurs ayant été présents à la Coupe du monde 1998. Regroupées avec la Bolivie, le Japon et le Pérou, les Albirroja ont disputé leur premier match de la compétition, faisant match nul 0-0 contre la Bolivie. Le 2 juillet, le Paraguay affronte le Japon et scelle une victoire 4-0. Lors du troisième et dernier match de la phase de groupes du Paraguay contre le Pérou, le Paraguay a gagné 1-0. Les Albirroja a dominé le groupe avec sept points. Le Paraguay a été tiré contre l'Uruguay en quart de finale. Le match a été décidé via une séance de tirs au but, qui a vu le Paraguay battu 5-3. À la fin de la compétition, l'attaquant Roque Santa Cruz a reçu le prix du footballeur paraguayen de l'année 1999. [dix]

Lors de la Copa America 2001, l'entraîneur-chef Sergio Markarián a sélectionné une équipe composée principalement de joueurs nationaux. Le Paraguay a été tiré contre le Pérou, le Mexique et le Brésil. Lors de leur match d'ouverture le 12 juillet, le match s'est terminé 3-3. Le 15 juillet, le Paraguay a fait match nul 0-0 contre le Mexique lors de leur deuxième match de phase de groupes. Le Paraguay a ensuite affronté le Brésil le 18 juillet lors de son dernier match de la phase de groupes. Le Brésil a gagné 3-1 et éliminé le Paraguay, qui n'avait obtenu que deux points lors de la compétition.

Coupe du Monde de la FIFA 2002 Modifier

Le Paraguay a commencé sa campagne de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA 2002 en mars 2000, s'inclinant 2-0 à l'extérieur contre le Pérou. Un mois plus tard, ils ont battu l'Uruguay 1-0. Le 3 juin 2000, le Paraguay a remporté une victoire 3-1 à domicile contre l'Équateur, avant que le Paraguay ne soit battu 3-1 à l'extérieur contre le Chili. Le 18 juillet 2000, le Paraguay a remporté une victoire à domicile 2-1 contre le Brésil. Le Paraguay a ensuite fait match nul lors des deux prochains matches. Le Paraguay a ensuite remporté quatre victoires consécutives - contre le Venezuela, la Colombie (2-0), le Pérou (5-1) et l'Uruguay (1-0) - pour passer en deuxième position des qualifications.

Le Paraguay est tombé 2-1 à l'extérieur contre l'Équateur. Le Paraguay a battu le Chili 1-0. Le Paraguay a été battu 2-0 à l'extérieur contre le Brésil. Le Paraguay a battu la Bolivie 5-1 à domicile. Un mois plus tard, le Paraguay a fait match nul 2-2 contre l'Argentine. Le Paraguay a conservé la deuxième place du classement. Le Paraguay a ensuite été battu 3-1 à l'extérieur contre le Venezuela et 4-0 contre la Colombie. Le Paraguay a terminé en quatrième position après la ronde 18, avec 30 points, se qualifiant pour la Coupe du Monde de la FIFA 2002. José Saturnino Cardozo et Carlos Humberto Paredes figuraient dans le top 10 des meilleurs buteurs des éliminatoires. [ citation requise ] Cardozo se classe cinquième, avec six buts en quatorze matches, et Paredes se classe dixième, après avoir marqué cinq buts en seize matches. [ citation requise ]

Le Paraguay est entré dans le tournoi de la Coupe du Monde de la FIFA 2002 avec la plupart de ses joueurs de France 98, alors que José Luís Chilavert serait le capitaine de l'Albirroja lors du tournoi. La nomination de Cesare Maldini au poste d'entraîneur en janvier 2002 avait suscité une controverse, les managers nationaux ayant été négligés (ce qui a incité le syndicat des managers à tenter de l'expulser sans succès pour manquement à l'immigration). [11] [12]

Le Paraguay a été tiré dans le groupe B avec l'Espagne, l'Afrique du Sud et la Slovénie. L'Albirroja affrontera l'Afrique du Sud lors de son match d'ouverture de la phase de groupes le 2 juin, avec un match à égalité 2-2. Le Paraguay a affronté l'Espagne lors de son prochain match le 7 juin. L'Espagne a battu le Paraguay 3-1. Lors du troisième match de la phase de groupes du Paraguay contre la Slovénie, le Paraguay a remporté le match 3-1. Bien que le Paraguay et l'Afrique du Sud aient terminé avec quatre points chacun, l'Albirroja a progressé grâce à la différence de buts. [13] Le Paraguay a ensuite été tiré contre l'Allemagne lors des huitièmes de finale. L'Allemagne, qui avait été l'équipe la plus dominante tout au long du match, a marqué à la 88e minute pour remporter le match, mettant ainsi fin au tournoi du Paraguay. [14]

2004 Copa América Modifier

L'entraîneur Carlos Jara Saguier a emmené une équipe relativement jeune à la Copa América 2004, avec la majorité des joueurs liés aux clubs de la Primera División Paraguaya. Le Paraguay avait été attiré dans le groupe C, avec le Brésil, le Costa Rica et le Chili. Un penalty a scellé la victoire 1-0 du Paraguay lors de son premier match de la phase de groupes contre le Costa Rica. Le Paraguay a obtenu un match nul 1-1 contre le Chili lors du match suivant. Lors du match du Paraguay contre le Brésil, le Paraguay a remporté une victoire 2-1, ce qui a permis au Paraguay de dominer le groupe sans défaite, avec sept points. Le Paraguay a été tiré contre l'Uruguay en quarts de finale. Une victoire 3-1 de l'Uruguay a éliminé le Paraguay de la compétition.

Coupe du monde de football 2006 Modifier

Le Paraguay a commencé la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006 avec trois victoires lors de ses quatre premiers matches en 2003. Après avoir perdu 4-1 contre le Pérou, le Paraguay a remporté des victoires consécutives contre l'Uruguay (4-1), le Chili (1-0) pour atteindre la première position de la table. En 2004, le Paraguay a fait match nul 0-0 contre le Brésil et perdu 2-1 contre la Bolivie. Le Paraguay a obtenu sa seule victoire de 2004 contre le Venezuela un 1-0. Le Paraguay a terminé l'année avec une défaite 1-0 contre l'Uruguay. En 2005, le Paraguay a perdu contre l'Équateur, puis a battu le Chili 2-1. Lors de leur prochain match, le Brésil a battu le Paraguay 4-1. Le Paraguay a battu la Bolivie 4-1 et l'Argentine 1-0 pour la première victoire officielle du Paraguay sur l'Argentine. [ citation requise ] Ils ont battu le Venezuela 1-0. Au tour 18, le Paraguay a été battu 1-0 à domicile contre la Colombie. Le Paraguay a terminé les éliminatoires en quatrième position, se qualifiant pour sa troisième Coupe du monde consécutive. José Cardozo a terminé deuxième pour les buts marqués avec sept. [ citation requise ]

L'entraîneur-chef Aníbal Ruiz a emmené avec lui 8 joueurs basés en Europe et 11 joueurs basés en Amérique du Sud, dont le capitaine Carlos Gamarra, en Allemagne pour le tournoi 2006. Il s'agissait de la troisième Coupe du Monde de la FIFA consécutive du Paraguay, et l'équipe avait des joueurs expérimentés au sein de l'équipe.

Le Paraguay a été entraîné dans le groupe B aux côtés de l'Angleterre, de la Suède et de Trinité-et-Tobago. Le Paraguay a affronté l'Angleterre lors de son match d'ouverture de la phase de groupes le 10 juin. L'Angleterre a réussi à conserver une avance de 1-0 pour remporter une victoire. Ils ont affronté la Suède le 15 juin dans un match où la Suède a éliminé le Paraguay après seulement deux matches de phase de groupes sans que l'Albirroja ait marqué un seul but. La seule compensation du Paraguay est survenue lors de son troisième et dernier match de la phase de groupes contre Trinité-et-Tobago le 20 juin, la victoire 2-0 du Paraguay. Le Paraguay a terminé troisième de son groupe. L'élimination du Paraguay en phase de groupes en a fait la seule équipe nationale sud-américaine à ne pas avoir dépassé le premier tour. [ citation requise ] À la fin de la campagne du Paraguay pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006, Aníbal Ruiz a démissionné de son poste d'entraîneur-chef et Raúl Vicente Amarilla a été nommé entraîneur par intérim.

Paraguay's national squad underwent a major transition after Germany 2006 because of the retirement of key players including José Luis Chilavert. In 2007, Argentine Gerardo "Tata" Martino was designated as head-coach.

2007 Copa América Edit

Gerardo Martino took with him a relatively experienced squad to Venezuela, with Darío Verón, Claudio Morel Rodríguez, Carlos Bonet, Julio Manzur, Paulo da Silva, Aureliano Torres, Roque Santa Cruz and captain Julio César Cáceres all re-appearing for the national team, and newcomers Enrique Vera, Óscar Cardozo and the Argentine-born Jonathan Santana were appearing for Paraguay in their first major tournaments. The competition also proved to be one of the last national team involvements from veteran Nelson Cuevas. Paraguay were drawn into Group C, alongside Argentina, Colombia, and the USA. In Paraguay's first fixture, they would defeat Colombia 5–0 after a hat-trick from Roque Santa Cruz and a double from Salvador Cabañas. [16] In Paraguay's second fixture against the USA, Édgar Barreto opened the scoring in the 29th minute just before the USA's Ricardo Clark would level the scores in the 35th minute. Paraguay would win the match 3–1 after a goal from Óscar Cardozo and a 92nd minute free kick from Salvador Cabañas would seal the game for the Albirroja. [17] With both Paraguay and Argentina having obtained six points and qualifying from beyond their Group C, the two teams faced in their last group stage fixture with a less strengthened side, Roque Santa Cruz, Édgar Barreto, Cristian Riveros and Paolo da Silva all commencing on the bench as Nelson Cuevas would gain his first appearance of the competition and Aldo Bobadilla would play a full 90-minutes of the fixture, replacing Justo Villar for the second time in the tournament. A 79th minute Javier Mascherano goal was enough to seal a 1–0 victory for Argentina, [18] as Paraguay advanced to the knock-out stages to face Mexico. Mexico had already beaten Brazil in the group stage and had finished in first place of their respective Group B with seven points. After Paraguayan goal keeper Aldo Bobadilla had earned a straight red card in the 3rd minute, Paraguay conceded a penalty in the 5th minute and eventually found themselves down 3–0 at half-time. Mexico would score another three more goals, thrashing Paraguay 6–0 and ending their Copa América campaign. [19]

2010 FIFA World Cup Edit

Paraguay commenced their 2010 World Cup qualifying campaign with a 0–0 away draw against Peru. [23] Paraguay followed this draw with four consecutive wins — against Urugauay (1–0), Ecuador (5–1), Chile (3–0), and Brazil (2–0). These victories placed Paraguay in first position of the CONMEBOL table in four matches, [24] [25] and Paraguay remained in first position of the CONMEBOL table for nine consecutive rounds (from round 4 to round 12). Paraguay lost for the first time in qualifying in a 4–2 away defeat against Bolivia. [26]

Paraguay travelled to Argentina. [27] 1–1 was how it finished. Days later, a 2–0 home victory against Venezuela as Paraguay remained in first position of the CONMEBOL table. [28] Paraguay then earned two 1–0 victories against Colombia and Peru. [29] [30] The results keeping Paraguay in first place of the CONMEBOL table as 2008 concluded. Paraguay's qualification campaign in 2009 commenced with a 2–0 away loss against Uruguay [31] and a 1–1 away draw against Ecuador, [32] By June, Paraguay suffered a 2–0 home defeat at the hands of Chile, [33] Paraguay were defeated 2–1 away against Brazil. [34] In the last four matches of the qualification campaign, where which three of the four fixtures would be played at home, Paraguay earned a 1–0 home victory against Bolivia. [35] Qualification was secured in the next fixture against Argentina on 9 September, when Paraguay won 1–0. [36] Paraguay concluded the qualification campaign with a 2–1 away victory against Venezuela and a 2–0 home loss against Colombia. [37] [38] Paraguay concluded the qualification campaign with 33 points, as Salvador Cabañas finished in sixth position of the leading goal scorers, having scored six goals. [ citation requise ]

Paraguay had an experienced side with Roque Santa Cruz, Édgar Barreto, Carlos Bonet, Enrique Vera, Cristian Riveros, Nelson Valdez and Paulo da Silva. Paraguay had qualified for their fourth consecutive FIFA World Cup, and the 2010 edition proved to be a record fourth consecutive World Cup for Denis Caniza. [ citation requise ] The final squad consisted of 9 European based players. [39] Paraguay were drawn into Group F alongside Italy, Slovakia and New Zealand. Paraguay faced Italy in their opening match and drew 1–1, after taking the lead in the 39th minute. [40] They then beat Slovakia 2–0 [41] and played out a 0–0 draw with New Zealand, to finish first in the group. [42]

Paraguay were drawn against Japan in the second round, and won a penalty shoot-out 5–3 after a 0–0 draw. [43] The win meant that Paraguay advanced to the last eight for the first time. [ citation requise ] The Albirroja were drawn against Spain at the quarter-final stage. Paraguayan goalkeeper Justo Villar saved a penalty kick, but Spain scored in the 83rd minute to win 1–0, and went on to win the tournament. [44] After the match, Gerardo Martino stated that he would be leaving his position at the end of his contract.

2011 Copa América Edit

At the 2011 Copa America, Paraguay were drawn into Group B with Brazil, Venezuela and Ecuador. Paraguay drew their opening group stage match 0–0 with Ecuador. Paraguay leveled with Brazil 2–2, as Paraguay would settle for their second draw of the tournament. Paraguay played out a 3–3 draw with Venezuela. Paraguay concluded the group stage phase with three points from three matches, as the group's third-place finisher and the competition's second-best third-place finisher in the group stage. Paraguay were drawn against Brazil at the quarter final stages. The match was decided via a penalty shoot out. Paraguay won the penalty shoot out 2–0. Paraguay then faced Venezuela in the semi-final. Paraguay won 5–3 via their second consecutive penalty shoot out, to send Paraguay to the final. Paraguay faced Uruguay in the final, the first time that Paraguay reached the final since the 1979 Copa América. Paraguay lost 3–0. Paraguayan goalkeeper Justo Villar was awarded as the Best goalkeeper of the tournament. Gerardo Martino resigned soon afterwards as coach of the Albirroja.

2014 FIFA World Cup qualification Edit

Francisco Arce took charge of the national team for the qualifiers. In Rounds 1 and 2 in October 2011, Paraguay were defeated 2–0 away. [45] Four days later, Paraguay drew with Uruguay 1–1. Paraguay earned their first win of the qualifiers when they defeated Ecuador 2–1. [46] Fourth position was the highest ranking that Paraguay achieved throughout the qualifiers, as the national team faced a series of losses.

Paraguay were defeated 2–0 against Chile and 3–1 to Bolivia. [47] Francisco Arce departed as coach in 2012 after Paraguay's loss against Bolivia, and was replaced by Gerardo Pelusso. Paraguay were defeated 3–1 against Argentina, 2–0 against Venezuela, and 2–0 against Colombia. [48] This string of losses placed Paraguay at the bottom of the table.

Paraguay ended their losing streak when they defeated Peru 1–0, only their second win of the qualifiers. [49] Paraguay's then tied Uruguay 1–1. [50] Paraguay were defeated 4–1 against Ecuador. [51] In Round 13, Paraguay lost 2–1 to Chile in a match where Roque Santa Cruz's goal brought his tally to 26 which made him the all-time leading goal scorer of the Paraguayan national team's history. [52] By this time, Gerardo Pelusso had departed and coach Víctor Genes would ultimately be in charge until the qualifiers were concluded. Paraguay next defeated Bolivia 4–0. [53] However, a 5–2 defeat against Argentina officially eliminated Paraguay from qualifying.

Paraguay's last two matches in October 2013 saw then face Venezuela and Colombia. The match concluded 1–1. In Paraguay's last fixture of the qualifiers in Round 18, they lost to Colombia 2–1. Paraguay finished in ninth position of the table, having gained just 12 points from three wins and having been defeated ten times. [54] The 2014 FIFA World Cup qualification campaign proved to be unsuccessful. Throughout the duration of the qualifiers, Paraguay changed coaches three times.

2015 Copa América Edit

Paraguay's campaign in the 2015 Copa América was much more successful than their qualifying campaign to Brazil. In this competition, Paraguay made it to the semi-finals, defeating Brazil in quarter-finals via penalty shootouts, after the score being 1–1, although they were eliminated by Argentina, by a score of 6–1. [55]

2016 Copa América Centenario Edit

Prior to the competition, the Paraguayan press had labeled Roque Santa Cruz, Nelson Haedo, Paulo da Silva and Justo Villar as histórics, being the only four experienced and veteran players in the squad selected for the competition. [56] [57] Santa Cruz suffered an injured and was later replaced by Antonio Sanabria. [58]

Following an unsuccessful campaign, Ramón Díaz announced his resignation as coach of the Albirroja in a press conference at the Estadio Defensores del Chaco after returning to the country. [59] [60] He had already received criticism from former Albirroja great José Luís Chilavert, who stated that the team was managed based on "friendship" in the federation due to corruption and opined that Díaz is more of an office person. [61] [62] [63] José Cardozo, former Albirroja leading goal scorer and current coach of Chiapas in Mexico, also expressed his dissatisfaction with the Albirroja. He stated that: "There are players that do not even know our national anthem" and "We used to play until we would suffer severe injuries, and we performed because we loved the Albirroja. Today, someone has pain in their stomach and does not want to train". "Carlos Gamarra and Francisco Arce played many times with busted ankles, and I once played with a damaged knee" remembered Cardozo. [64] Former Albirroja World Cup veteran Celso Ayala spoke to HOY.com and mentioned that "Any team beats us. In the Albirroja, we've stopped kicking, blocking and heading. Uruguay, for instance, never forgets about its roots, and we have to be like them". [65]

Paraguay traditionally wears red and white shirts and blue shorts and socks and away colours are originally blue but they wear all white since they wear manufactured by German brand Puma after their termination from the Adidas brand. They never used their away colours when they were playing in the 2010 FIFA World Cup in South Africa.


President: Mario Abdo Benítez

Former senator Mario Abdo Benítez, of the ruling Colorado Party, assumed office in August 2018.

He narrowly triumphed in a presidential election held three months earlier, having promised to maintain low tax policies to encourage foreign investment.

His victory meant that the right-wing Colorado Party, which has dominated Paraguayan politics for decades, maintained its hold on power.

Mr Benitez is the son of a close aide to former military dictator Alfredo Stroessner, whose record he has faced criticism for defending.


1954 - General Alfredo Stroessner seizes power in coup, ushering in more than 30 years of ruthless dictatorship.

1989 - Stroessner deposed in coup led by Gen Andres Rodriguez, who is then elected president. However, Stroessner's centre-right, military-backed National Republican Association-Colorado Party wins parliamentary elections.

1992 - New democratic constitution promulgated.

1993 - Colorado Party wins simple majority of seats in first free multiparty elections, while its candidate, Juan Carlos Wasmosy, wins first free presidential elections.

1998 - Colorado Party candidate Raul Cubas elected president amid allegations of fraud.

1999 - President Cubas resigns in wake of assassination of Vice-President Luis Maria Argana. Luis Gonzalez Macchi appointed caretaker president, forms government of national unity.

2000 October - An army major and two other men are sentenced to long prison terms for their roles in Argana's murder.

2000 May - Coup attempt foiled. Government blames "anti-democratic" forces loyal to exiled General Oviedo.

2001 May - Head of central bank resigns over alleged involvement in fraudulent transfer of $16m to US bank account.

2002 July - State of emergency declared after violent street protests. Protesters demand resignation of President Gonzalez Macchi and scrapping of free-market policies.

2002 December - Congress votes for impeachment proceedings against President Gonzalez Macchi over charges which include corruption. Mr Gonzalez Macchi survives a vote to remove him from office.

2003 August - Nicanor Duarte Frutos, from ruling Colorado Party, sworn in as president after winning April poll. Predecessor Luis Gonzalez Macchi barred from leaving country and put on trial on corruption charges.

2004 April onwards - Peasants stage series of land invasions and other protests, demanding redistribution of agricultural land.

2004 June - Former military commander General Oviedo returns from exile in Brazil and is arrested at airport.

2005 February - President Nicanor Duarte promises a crackdown on organised crime following the kidnapping and murder of the daughter of former president Raul Cubas.

2005 June - Lower house rejects government proposals to privatise public utilities.

2005 August - Paraguay hosts the first-ever conference of landlocked nations. More than 30 states take part and demand preferential treatment in world trade talks.

2006 June - Luis Gonzalez Macchi, president from 1999-2003, is sentenced to six years in jail over illegal bank transfers.

2006 August - Former military ruler Alfredo Stroessner dies in exile in Brazil, aged 93.

2007 March - Government declares state of emergency in response to outbreak of dengue fever.

2007 September - The government declares a state of emergency after fires destroy more than 100,000 hectares of forest and agricultural land.


Timeline: Paraguay

1525 - Portuguese explorer Alejo Garcia visits Paraguay.

1526 - Italian navigator Sebastian Cabot explores the rivers of Paraguay.

1537 - Spanish begin colonising the interior plains of Paraguay.

1609 - Spanish Jesuits begin converting the local population to Roman Catholicism.

1776 - Paraguay transferred from the Vice-royalty of Peru to the Vice-royalty of La Plata, which has its capital at Buenos Aires in Argentina.

1808 - Vice-royalty of La Plata becomes autonomous following the overthrow of the Spanish monarchy by Napoleon Bonaparte, but Paraguayans revolt against Buenos Aires.

1811 - Paraguay becomes independent.

1865-70 - Paraguay loses over half of its population and large tracts of land in war with Argentina, Brazil and Uruguay over sea access.

1932-35 - Paraguay wins territory in the west from Bolivia during Chaco war.

From Stroessner to democracy

1954 - General Alfredo Stroessner seizes power in coup, ushering in more than 30 years of ruthless dictatorship.

1989 - Stroessner deposed in coup led by Gen Andres Rodriguez, who is then elected president. However, Stroessner's centre-right, military-backed National Republican Association-Colorado Party wins parliamentary elections.

1992 - New democratic constitution promulgated.

1993 - Colorado Party wins simple majority of seats in first free multiparty elections, while its candidate, Juan Carlos Wasmosy, wins first free presidential elections.

1998 - Colorado Party candidate Raul Cubas elected president amid allegations of fraud.

1999 - President Cubas resigns in wake of assassination of Vice-President Luis Maria Argana. Luis Gonzalez Macchi appointed caretaker president, forms government of national unity.

2000 October - An army major and two other men are sentenced to long prison terms for their roles in Argana's murder.

2000 May - Coup attempt foiled. Government blames "anti-democratic" forces loyal to exiled General Oviedo.

2001 May - Head of central bank resigns over alleged involvement in fraudulent transfer of $16m to US bank account.

2002 July - State of emergency declared after violent street protests. Protesters demand resignation of President Gonzalez Macchi and scrapping of free-market policies.

2002 December - Congress votes for impeachment proceedings against President Gonzalez Macchi over charges which include corruption. Mr Gonzalez Macchi survives a vote to remove him from office.

2003 August - Nicanor Duarte Frutos, from ruling Colorado Party, sworn in as president after winning April poll. Predecessor Luis Gonzalez Macchi barred from leaving country and put on trial on corruption charges.

2004 April onwards - Peasants stage series of land invasions and other protests, demanding redistribution of agricultural land.

2004 June - Former military commander General Oviedo returns from exile in Brazil and is arrested at airport.

2004 August - More than 420 people are killed in a blaze at a shopping centre in Asuncion. Three days of national mourning are declared.

2005 February - President Nicanor Duarte promises a crackdown on organised crime following the kidnapping and murder of the daughter of former president Raul Cubas.

2005 June - Lower house rejects government proposals to privatise public utilities.

2005 August - Paraguay hosts the first-ever conference of landlocked nations. More than 30 states take part and demand preferential treatment in world trade talks.

2006 June - Luis Gonzalez Macchi, president from 1999-2003, is sentenced to six years in jail over illegal bank transfers.

2006 August - Former military ruler Alfredo Stroessner dies in exile in Brazil, aged 93.

2007 March - Government declares state of emergency in response to outbreak of dengue fever.

2007 September - The government declares a state of emergency after fires destroy more than 100,000 hectares of forest and agricultural land.

2008 April - Leftist former bishop Fernando Lugo achieves historic victory in presidential election, defeating the ruling party candidate and ending 61 years of conservative rule.

2008 September - President Lugo accuses his predecessor, Nicanor Duarte, and former military commander General Lino Oviedo of masterminding a conspiracy against his government.

2009 April - President Lugo refuses to resign over claims by several women that he fathered children with them while he was a Catholic bishop

2009 July - Brazil and Paraguay reach a deal to end their long-running dispute over the cost of energy from the giant Itaipu hydro-electric plant on their border.

2010 April - Security forces launch operation against left-wing rebel group blamed for spate of violent incidents in northern Paraguay.

2010 December - US diplomatic cables revealed by WikiLeaks show that Paraguay asked US Drug Enforcement Administration to spy on Paraguayan People's Army.

2011 October - Paraguayans approve a constitutional change giving the vote to the large number of citizens living abroad.

2012 June - President Lugo is ousted over his handling of a land eviction in which 17 people are killed. Federico Franco, his vice president, is sworn in to complete the remainder of Mr Lugo's term.

2012 July - The South American Mercosur trading bloc suspends Paraguay until next year's presidential election in protest at President Lugo's ouster, but stops short of imposing sanctions.


Voir la vidéo: History of Paraguay