Statue d'Auguste

Statue d'Auguste


La tête et la plus grande statue à laquelle elle était attachée étaient en bronze à l'aide d'un motif « moulage à la cire perdue » (10 Mattusch). Cela a été fait à l'aide d'un modèle original en cire. Sous cette forme, il pouvait être ajusté facilement avant d'être coulé. Le modèle a ensuite été brisé en morceaux et recouvert d'une couche d'argile. Ensuite, les pièces ont été placées dans une fosse avec un feu destiné à faire fondre la cire et à laisser un moule en argile creux. Le bronze fondu a ensuite été versé dans les moules creux et laissé refroidir. La dernière étape consistait à assembler les pièces par soudure, qui étaient ensuite lissées ou cachées derrière des œuvres d'art. Ce procédé était utilisé par les Grecs dans une faible mesure, mais était largement utilisé par les artisans romains. Sur la base de la taille plus grande que nature de la statue, elle a probablement été placée à l'extérieur et n'aurait pas de décorations ou de métaux incrustés excessivement coûteux, car elles auraient été exposées aux éléments et au vol. Les matériaux utilisés pour fabriquer le bronze provenaient de bronzes grecs recyclés, de matériaux de peuples conquis (en particulier les Phéniciens) et d'un important gisement de cuivre en Espagne. La tête elle-même a été trouvée sous un temple à Méroé en 1910 par le professeur John Garstang et elle réside actuellement au British History Museum de Londres, en Angleterre.

La tête et la statue ont été créées par les Romains, dans les années qui ont suivi la réunification de l'empire romain par le général romain Octave qui devint plus tard Auguste. À l'époque, les événements récents expliquent pourquoi la statue a été créée. Auguste a vaincu Marc Antoine et Cléopâtre à la bataille d'Actium (Everitt,185). Il a ensuite restauré la paix et la stabilité dans le nouvel empire romain. Cette statue particulière se trouvait dans une ville près d'Assouan en Égypte et a probablement été construite en commémoration de sa victoire et de son règne. Les artisans qui fabriquaient cette statue étaient définitivement rémunérés pour leur travail, car la fabrication de statues était une activité courante dans la Rome antique et était à cette époque principalement contrôlée par des entrepreneurs gouvernementaux conservateurs (Strong, 17).


Auguste de Prima Porta

Auguste de Prima Porta est une statue portrait d'Auguste César, le premier empereur de l'Empire romain. Sculptée par des sculpteurs grecs experts, la statue est supposée être une copie d'un original en bronze perdu qui a été exposé à Rome. Il est presque certain que cette statue de marbre a été initialement peinte.

Auguste est représenté pieds nus, une convention signifiant la divinité, ce qui indique que l'original a été créé après son élévation au statut divin en 14 après JC. L'imagerie sur la cuirasse en cuir (armure de poitrine) fait référence à la restitution parthe des aigles romains, ou insignes, dans 20 avant JC, l'une des réalisations diplomatiques les plus importantes d'Auguste.

La statue a été commandée par Tibère, le successeur d'Auguste. Tibère, qui a servi d'intermédiaire dans la récupération des aigles, et est également représenté sur le pectoral. Cette réalisation diplomatique était le service le plus important de Tibère pour Auguste, et cette imagerie reliait Tibère à l'empereur divinisé et symbolisait la continuité entre les deux règnes.

Auguste est représenté dans ce rôle d'Imperator ou commandant en chef de l'armée romaine. Il est représenté en tenue militaire, portant un bâton consulaire et levant la main droite, comme s'il s'adressait aux troupes.

Les images sur son plastron blindé ont un programme de propagande symbolique et politique complexe. Les figures font allusion à diverses divinités romaines, dont Mars, le dieu de la guerre, ainsi qu'aux personnifications des derniers territoires qu'il a conquis : Hispanie, Gaule, Germanie, Parthie, et au sommet, le char du Soleil illumine Auguste’s actes.

Les pieds nus d'Auguste et l'inclusion de Cupidon chevauchant un dauphin révèlent son lien mythique avec la déesse Vénus, la mère de Cupidon, par l'intermédiaire de son père adoptif, Jules César.

La statue est une image idéalisée montrant une pose standard d'un orateur romain et basée sur le modèle grec du 5ème siècle avant JC par Polykleitos. La position grecque contrapposto est également copiée, créant des diagonales entre les membres tendus et détendus, une caractéristique typique de la sculpture classique. Le style général est plus proche de l'idéalisation hellénistique que du réalisme du portrait romain.

La raison de ce changement de style était le vol de grandes quantités d'art grec. Ce flux d'artefacts grecs a changé et influencé les goûts romains. L'art grec était considéré comme un symbole de richesse et de statut pour la classe supérieure romaine. L'inspiration grecque claire dans le style et le symbole des portraits sculpturaux officiels sont devenus des instruments de propagande gouvernementale.

La statue de Prima Porta marque un renversement conscient de l'iconographie vers la période grecque classique et hellénistique, au cours de laquelle la jeunesse et la force étaient considérées comme des signes de leadership. La fonction politique de la statue était de montrer à Rome que l'empereur Auguste était comparable aux héros légendaires dignes d'être élevés au statut divin sur l'Olympe, et le meilleur homme pour gouverner Rome.

La statue a été découverte en 1863 à la « Villa de Livie ». L'Auguste de Prima Porta est exposé dans le Braccio Nuovo (nouveau bras) des musées du Vatican.

Villa de Livie

La Villa de Livie est une ancienne villa romaine à Prima Porta, à 12 kilomètres (7,5 mi) au nord de Rome. La villa appartenait à la troisième épouse d'Auguste, Livia Drusilla. La villa se trouvait à Prima Porta, près de Rome, où Livia se retira après la mort d'Auguste en 14 après JC.

Cela faisait probablement partie de la dot de Livia Drusilla qu'elle a apportée lorsqu'elle a épousé l'empereur Auguste, son second mari, en 39 av. C'était sa magnifique résidence de campagne complétant sa maison sur la colline du Palatin à Rome.

Le site a été redécouvert et exploré dès 1596, mais il n'a été reconnu comme la « Villa de Livie » qu'au XIXe siècle. Des fresques remarquables représentant des vues sur le jardin ont été trouvées, qui ont depuis été transférées au musée Palazzo Massimo à Rome.

Auguste

Auguste (63 avant JC - 14) est devenu le premier empereur de l'Empire romain, régnant de 27 avant JC jusqu'à sa mort en 14 après JC. Le règne d'Auguste a lancé une ère de paix relative connue sous le nom de Pax Romana. Le monde romain était en grande partie exempt de conflits à grande échelle pendant plus de deux siècles, malgré les guerres continues d'expansion impériale et la guerre civile d'un an connue sous le nom de « Année des quatre empereurs » sur la succession impériale.

Auguste est né Gaius Octavius, et lorsque son grand-oncle Jules César a été assassiné en 44 avant JC, et Octavius ​​a été nommé dans le testament de César comme son fils adoptif et héritier.

Auguste a restauré la façade extérieure de la République libre cependant, il a mis en place un pouvoir autocratique sur la République. Il a fallu plusieurs années à Auguste pour développer le cadre dans lequel un État officiellement républicain pourrait être dirigé sous son seul règne. Il a rejeté les titres monarchiques et s'est appelé à la place Princeps Civitatis (“First Citizen”).

Auguste agrandit considérablement l'Empire et, au-delà des frontières, il sécurisa l'Empire avec une région tampon d'États clients et fit la paix avec l'Empire parthe par la diplomatie. Il a réformé la fiscalité romaine, développé des réseaux de routes, établi une armée permanente, créé la garde prétorienne, créé des services officiels de police et de lutte contre les incendies pour Rome et reconstruit une grande partie de la ville pendant son règne.

Auguste est mort en 14 après JC à l'âge de 75 ans. Il y avait des rumeurs non confirmées selon lesquelles sa femme Livia l'avait empoisonné. Il a été remplacé comme empereur par le fils de Livie, Tibère.


L'Auguste de Prima Porta

La statue a été trouvée dans la villa de l'épouse d'Auguste Livia à Prima Porta, à quelques kilomètres au nord de Rome. Il dépeint Auguste d'une manière inhabituelle : habillé en général, pieds nus, et une main tendue dans une pose familière des portraits d'orateurs.

/> L'Auguste de Prima Porta, une statue en marbre probablement réalisée peu de temps après la mort d'Auguste. La statue comporte des références à la descendance d'Auguste et à ses réalisations politiques.

La statue de marbre a été réalisée peu de temps après la mort d'Auguste. Certains pensent qu'il s'agissait peut-être d'une copie d'une statue de bronze qui célébrait sa victoire sur les Parthes en 20 av. Mon ancien professeur d'archéologie méditerranéenne n'était pas d'accord avec cette affirmation, car Auguste avait pris grand soin de ne pas se faire représenter comme un chef militaire – du moins pas en public. Il y avait plusieurs raisons à cela.

Tout d'abord, Auguste a soigneusement présenté une image de lui-même comme sobre et sobre, ainsi que pieux. En effet, son nom – Auguste – a une consonance nettement religieuse, et de nombreux portraits destinés à la consommation publique tendaient à le présenter comme un civil ou habillé comme un prêtre (puisqu'il officiait également). Deuxièmement, Auguste avait « sauvé la République de décennies de conflits internes et avait inauguré une nouvelle ère de paix, la Pax Romana, et il est probable qu'il n'aurait pas souhaité mettre l'accent sur ses réalisations militaires.

Il y a aussi une autre raison : Auguste était un politicien avisé, mais un pauvre général. Heureusement, il pouvait compter sur des hommes qui étaient de meilleurs guerriers que lui. En conséquence, cela n'aurait pas eu beaucoup de sens de se présenter comme un général conquérant, car cela saperait ses alliés militaires, dont il dépendait de la loyauté pour assurer son règne.


Une tête en marbre de l'empereur Auguste a été déterrée à Isernia, une ville du Molise, dans le centre-sud de l'Italie.

La découverte archéologique a été faite par hasard lors de travaux de réparation d'un mur effondré de la Via Occidentale, rapporte l'agence de presse italienne ANSA.

La découverte fortuite a été annoncée le 29 avril par la surintendance archéologique du Molise avec un post, accompagné de photographies, sur sa page Facebook.

La découverte est considérée comme d'une grande importance car, en attendant de futures fouilles, elle pourrait ajouter une nouvelle couche à l'histoire d'Isernia, rapporte l'ANSA.

Photo Soprintendenza Archeologia, Belle Arti et Paesaggio del Molise.


Statue d'Auguste - Histoire

Visage d'Auguste (empereur de Rome)


Comment César a-t-il accompli la prophétie selon laquelle le Messie naîtrait à Bethléem ?

Cette esquisse peinte du Musée du Vatican révèle le visage d'Auguste César à partir d'une photo à moitié du corps d'Auguste le représentant comme le souverain le plus puissant de Rome selon son geste de la main droite. C'est la statue Prima Porta de Rome. Son visage rend également le regard jeune de l'empereur malgré son âge de 40 ans lorsque cette statue a été construite.

Le visage de César Auguste de la statue de Prima Porta au Musée du Vatican. Cette statue de marbre a été découverte en 1863 à environ 15 km de Rome, à Prima Porta, une villa de Livia Drisilla (l'épouse d'Auguste). Prima Porta était la porte d'entrée des visiteurs à Rome, une fois qu'un voyageur l'a vue, il savait qu'il avait atteint Rome.

Auguste n'était pas seulement le premier empereur, il était aussi le plus grand. Il méritait définitivement le titre de "père de son pays". Il exerçait son autorité sur Rome et sur les provinces avec une grande sagesse. Il se vantait d'avoir transformé Rome d'une ville de briques en une ville de marbre. Le visage sur la statue d'Auguste est important dans l'étude de l'archéologie biblique, il révèle l'image et la réalité d'une personne mentionnée dans la Bible au moment de la naissance du Christ.

« Et il arriva en ces jours, qu'il sortit un décret de César Auguste que tout le monde devrait être taxé. (Et cette taxation a été faite pour la première fois lorsque Cyrénius était gouverneur de Syrie.) Et Joseph monta aussi de Galilée, de la ville de Nazareth, en Judée, jusqu'à la ville de David, qui est appelée Bethléhem (parce qu'il était de la maison et de la lignée de David). avec Marie sa femme fiancée, étant grande avec un enfant." Luc 2:1-5

La Bible dit que César Auguste a fait un décret que le monde entier devrait être taxé et cela incluait les Juifs. Cela s'est produit lorsque Jésus était sur le point de naître. Joseph et Marie devaient se rendre dans leurs villes ancestrales qui auraient été Bethléem pour eux deux. Puisqu'ils vivaient à Nazareth, le voyage aurait été extrêmement long et difficile, environ 80 à 90 milles selon l'itinéraire qu'ils avaient emprunté. C'était aussi principalement un voyage en montée vu que Bethléem est à environ 2500 pieds au-dessus du niveau de la mer, dans les collines de Judée. Quand ils arrivèrent à Bethléem, il n'y avait pas de place pour eux à l'Inn à cause de la grande foule qui venait à Jérusalem pour la Pâque, et cette nuit-là Marie mit au monde Jésus, dans une étable à Bethléem.

L'Auguste de Prima Porta, qui aurait été commandé en 15 après JC par le fils adoptif d'Auguste, Tibère, est un exemple majestueux de la statuaire impériale romaine. Il est actuellement en cours de restauration, généreusement financé par les mécènes du chapitre de Floride.

Il a été découvert à Prima Porta à neuf miles à l'extérieur de Rome dans la villa appartenant à la femme d'Auguste Livia. Bien qu'il s'agisse peut-être d'une copie d'un original en bronze, daté du 20 av. Ces scènes ont été utilisées par Tibère comme une forme de propagande afin que le spectateur se souvienne du rôle important que son père a joué dans la sécurisation de l'empire romain.

L'Auguste de Prima Porta est basé sur le Doryphore, une célèbre statue antique de Polykleitos représentant les proportions humaines idéales d'un athlète athénien. La représentation d'Auguste le dépeint comme un général victorieux prononçant un discours. Il est posé à la manière traditionnelle du controposto : sa jambe droite est placée fermement en avant tandis que sa jambe gauche est pliée et le talon légèrement relevé. Le bras droit d'Auguste est tendu dans un geste romain noble et maîtrisé et est contrebalancé par la jambe gauche légèrement fléchie. Combinés à ces traits idéalisés de force et de beauté, il y a aussi des traits personnels d'Auguste : un large crâne, des yeux enfoncés, des arêtes pointues dans son front, une bouche bien formée et un petit menton. De plus, son visage représenté à la manière d'Apollon était censé associer les capacités d'Auguste à celles du dieu puissant. Ainsi, Auguste a voulu se présenter comme un leader parfait aux traits impeccables, personnifiant le pouvoir et l'autorité de l'empereur qui avait la capacité de stabiliser une société et un empire.

Michée 5:2 - Mais toi, Bethléem Ephrata, [bien que] tu sois petite parmi les milliers de Juda, [mais] de toi il sortira vers moi [c'est-à-dire] pour être le chef d'Israël dont les sorties [ont été] depuis les temps anciens, depuis l'éternité.

Luc 2:1 - Et il arriva en ces jours, qu'il sortit un décret de César Auguste, que tout le monde devrait être taxé.

Daniel 2:40 - « Et le quatrième royaume sera fort comme le fer : comme le fer brise en morceaux et soumet toutes [choses] : et comme le fer qui brise tout cela, il brisera en morceaux et écrasera. »

Actes 23 :11 - Et la nuit suivante, le Seigneur se tint près de lui, et dit : Repose-toi, Paul, car comme tu as témoigné de moi à Jérusalem, tu dois aussi rendre témoignage à Rome.


Croquis d'Auguste. L'esquisse est tirée de l'Histoire du monde, H.F. Helmolt (éd.),
New York, 1901 et copié de l'Université du Texas. C'est Auguste qui porte
sa cuirasse dans laquelle le symbole indique toutes ses réalisations pour la prospérité et
paix pour l'empire romain.


Statue d'Auguste de 6 1/2 pieds de haut


Tête en bronze d'Auguste trouvée à Méroé, Nubie (27-25 av. J.-C.)


Portrait d'Auguste, 20 30 av.


Buste en marbre de l'empereur Auguste.

Règne 16 janvier 27 avant JC - 19 août 14 après JC (40 ans, 215 jours)

Nom et prénom
De la naissance à l'adoption :
Caius Octavius ​​Thurinus
Adoption à l'adhésion : Caius Jules César
En tant qu'empereur : Caïus Jules César Auguste

Née 23 septembre 63 av.

Lieu de naissance Rome, République romaine

Décédés 19 août 14 ap. J.-C. (75 ans)

Lieu du décès Nola, Italie, Empire romain

Enterré Mausolée d'Auguste, Rome

Prédécesseur Aucun (Empire fondé)

Consort à Clodia Pulchra, Scribonia, Livia Drusilla

Progéniture Julia l'Ancien, Gaius Caesar (adoptif), Lucius Caesar (adoptif), Agrippa Postumus (adoptif), Tiberius (adoptif)

Père Caius Octave

Mère Atia Balba Caesonia

L'empire qu'Auguste a construit

L'empire impressionnant qu'Auguste avait façonné était immense. Ses frontières étaient : l'Atlantique à l'ouest, l'Euphrate à l'est, la mer Noire, le Danube et la Manche britannique au nord et les déserts d'Afrique et d'Arabie, et les cataractes du Nil, au sud. Seules les tribus allemandes dans l'extrême nord, et les Parthes à l'est, sont restées indépendantes. La population de l'Empire romain à l'époque d'Auguste était probablement comprise entre 85 000 et 120 000. Son armée professionnelle permanente se composait de plus de 170 000 soldats, en plus des troupes stationnées dans la capitale, et ce sont eux qui gardaient les frontières des nombreuses tribus barbares. Auguste administrait tout l'Empire à travers les Provinces, qui étaient gouvernées par des officiers qui recevaient leur commission de Rome. Les gens ont grandi sans connaître aucune autre forme de gouvernement que le Principat. Auguste a apporté la paix et la prospérité dans tout l'empire, mais c'est Jésus-Christ, le prince de la paix, qui utilisera finalement ce jeune empire et apportera la vraie paix à l'humanité. Il est étonnant de voir à quel point le Seigneur a préparé le monde pour la diffusion de son évangile. Edward Arthur Litton a bien dit :

« Le fervent étudiant en histoire doit reconnaître dans l'état politique du monde à cette époque une remarquable préparation à la promulgation du christianisme. La paix dont jouissait l'empire, les excellentes routes que les Romains construisaient partout où ils s'établissaient, la présence des légions impériales dans tous les lieux importants réprimant les explosions de fanatisme religieux et protégeant ainsi l'église naissante de l'augmentation du commerce et de la tendance au nivellement. d'un despotisme impérial, tout contribua manifestement au succès de l'Évangile. Il n'aurait pas pu y avoir de moment plus favorable pour que les hérauts de l'Évangile commencent leur mission. »

César Auguste sur Wikipédia Gaius Julius Caesar Augustus (23 septembre 63 avant JC - 19 août 14 après JC) fut le premier empereur de l'Empire romain, qu'il régna seul de 27 avant JC jusqu'à sa mort en 14 après JC.[note 1] Né Gaius Octavius ​​Thurinus, il fut adopté à titre posthume par son grand-oncle Gaius Julius Caesar en 44 av. En 27 av. 63 et 44 av. J.-C., Octavian (ou Octavianus) en se référant à des événements entre 44 et 27 av. Dans les sources grecques, Auguste est connu comme Ὀκτάβιος (Octavius), Καῖσαρ (César), Α&# 8020γουστος (Auguste), ou Σεβαστός (Sebastos), selon le contexte. Le jeune Octave est entré dans son héritage après l'assassinat de César en 44 av. En 43 avant JC, Octavian a uni ses forces avec Mark Antony et Marcus Aemilius Lepidus dans une dictature militaire connue sous le nom de deuxième triumvirat. En tant que triumvir, Octavian a gouverné Rome et plusieurs de ses provinces[note 3] Le triumvirat a finalement été déchiré sous les ambitions concurrentes de ses dirigeants : Lépide a été contraint à l'exil, et Antoine s'est suicidé après sa défaite à la bataille d'Actium par le flotte d'Octave commandée par Agrippa en 31 av. Après la disparition du deuxième triumvirat, Octavian a restauré la façade extérieure de la République romaine, avec le pouvoir gouvernemental dévolu au Sénat romain, mais en pratique a conservé son pouvoir autocratique. Il a fallu plusieurs années pour déterminer le cadre exact par lequel un État officiellement républicain pourrait être dirigé par un seul dirigeant, le résultat est devenu connu sous le nom d'Empire romain. L'empereur n'a jamais été une fonction comme la dictature romaine que César et Sylla avaient occupée avant lui, en effet, il l'a déclinée lorsque la population romaine "l'a supplié d'assumer la dictature"[1]. Selon la loi, Auguste détenait un ensemble de pouvoirs qui lui étaient accordés à vie par le Sénat, dont ceux de tribun de la plèbe et de censeur. Il fut consul jusqu'en 23 av. Son pouvoir substantiel découlait du succès financier et des ressources acquises lors de la conquête, de l'établissement de relations de patronage dans tout l'Empire, de la loyauté de nombreux soldats et vétérans, de l'autorité des nombreux honneurs accordés par le Sénat[3] et du respect des personnes. Le contrôle d'Auguste sur la majorité des légions de Rome a établi une menace armée qui pourrait être utilisée contre le Sénat, lui permettant de contraindre les décisions du Sénat. Grâce à sa capacité à éliminer l'opposition sénatoriale par les armes, le Sénat est devenu docile à son égard. Son règne par le favoritisme, le pouvoir militaire et l'accumulation des bureaux de la défunte République est devenu le modèle de tous les gouvernements impériaux ultérieurs. Le règne d'Auguste a initié une ère de paix relative connue sous le nom de Pax Romana, ou paix romaine. Malgré des guerres incessantes aux frontières et une guerre civile d'un an pour la succession impériale, le monde méditerranéen est resté en paix pendant plus de deux siècles. Auguste agrandit considérablement l'empire, annexant l'Égypte, la Dalmatie, la Pannonie et la Raetia, étendit ses possessions en Afrique et acheva la conquête de l'Hispanie. Au-delà des frontières, il sécurise l'empire avec des États clients et fait la paix avec la Parthie par la diplomatie. Il réforma le système fiscal romain, développa des réseaux de routes avec un système de messagerie officiel, établit une armée permanente, établit la garde prétorienne et créa des services officiels de police et de lutte contre les incendies pour Rome. Une grande partie de la ville a été reconstruite sous Auguste et il a écrit un compte rendu de ses propres réalisations, connu sous le nom de Res Gestae Divi Augusti, qui a survécu. À sa mort en 14 après JC, Auguste a été déclaré dieu par le Sénat - pour être adoré par les Romains.[4] Ses noms Auguste et César ont été adoptés par tous les empereurs suivants, et le mois de Sextilis a été officiellement rebaptisé août en son honneur. Il a été remplacé par son beau-fils, ancien gendre et fils adoptif, Tibère.
https://en.wikipedia.org/wiki/Augustus_Caesar

Dates dans la vie d'Auguste César


36
31, 2 septembre
30 août
29, 13-15 août
27, 13 janvier et 16

22
19, 12 octobre
18
17
17
17, 31 mai
16-13

27 ans avant la naissance de Jésus-Christ, le Sénat de Rome a accordé à Octave le titre d'Auguste. Auguste est devenu le premier "Empereur", qui vient du titre militaire imperator. En réalité, il n'était plus que premier sénateur, mais il combinait habilement en lui tous les pouvoirs de consul, de tribun et d'autres fonctions, et il n'avait vraiment aucun rival. Auguste était également astucieux en ce qu'il contrôlait directement les provinces militaires les plus puissantes. Il a été assez intelligent pour éviter l'erreur de Jules César qui était de s'opposer aux sénateurs. Auguste a apporté une grande paix romaine (Pox Romana) qui s'est étendue jusqu'au Danube et à la mer Noire. Auguste était clairement le plus grand empereur de toute l'histoire romaine, et le titre de « père de son pays » était bien mérité. Il a pris de nombreuses décisions sages et claires dans toutes les provinces, se vantant d'avoir transformé Rome " d'une ville de briques en une ville de marbre ". Auguste était très religieux, comme célébré dans le célèbre autel de la paix dans la ville de Rome. Il a restauré jusqu'à 80 temples, il a tenté de réguler les mœurs et il a même banni sa propre fille Julia pour son immoralité. Il a encouragé le mariage et la maternité et il a même utilisé la législation pour le faire. En fait, selon ses registres de recensement, le nombre de citoyens romains est passé de 4 000 000 en huit av. J.-C. à 5 000 000 en 14 après J. Il serait né à Nazareth, la maison de ses parents Joseph et Marie, sans le recensement ordonné par Auguste, exigeant que tous les adultes s'enregistrent dans leur ville natale ancestrale. romanemperors.com

César Auguste (63 av. J.-C. - 14 av. J.-C.), le premier empereur romain né Gaius Octavius ​​aussi appelé (jusqu'en 27 av. J.-C.) Octave. Il a été adopté par la volonté de son grand-oncle Jules César et a acquis le pouvoir suprême par sa défaite d'Antoine en 31 av. En 27 avant JC, il reçut le titre d'Auguste (« vénérable ») et devint de fait le premier empereur romain. [Dictionnaire d'Oxford]

César Auguste (Latin : IMPERATOR CAESAR DIVI FILIVS AVGVSTVS) (23 septembre 63 AEC - 14 CE), connu sous le nom de Gaius Julius Caesar Octavianus (en anglais, Octavian), pour la période de sa vie avant 27 AEC, a été le premier le plus important des empereurs romains. Bien qu'il ait préservé la forme extérieure de la République romaine, il a régné en autocrate pendant plus de 40 ans et son règne est la ligne de démarcation entre la République et l'Empire romain. Il a mis fin à un siècle de guerres civiles et a donné à Rome une ère de paix, de prospérité et de grandeur impériale, connue sous le nom de Pax Romana, "la paix romaine". construire des routes, des bâtiments publics et construire l'infrastructure de gouvernance qui constitue toujours la base des systèmes politiques modernes. Auguste s'occupait de la moralité publique et promulguait des lois. Il croyait fermement en ce qu'il considérait comme des « valeurs républicaines », telles que le travail acharné, la discipline, l'obéissance, la piété et l'appréciation de l'art et de la culture. Il encourageait le mariage, accordait des allégements fiscaux aux couples avec enfants, faisait de l'adultère un crime et il limitait également le luxe et l'extravagance. Il croyait que la paix dépendait des citoyens accomplissant fidèlement leurs devoirs religieux. Il devint le chef du culte d'État (pontifex maximus) ainsi que le souverain temporel. Il a augmenté la durée du mandat des gouverneurs de province parce que cela s'est avéré apporter plus de stabilité. Dans toute l'Europe, de nombreuses personnes différentes ont acquis un sentiment d'appartenance au même monde, régi par le même code moral et le même droit romain. Ce sentiment d'une maison européenne commune a continué à informer la pensée européenne même à l'âge des ténèbres et contribue encore à l'identité européenne aujourd'hui. Lorsque les fondateurs des États-Unis décidèrent d'établir la fonction de président, ils parlèrent d'inaugurer un "âge augustéen". le patriotisme, le monde de la nature et l'histoire lui étaient dédiés. [Nouveau Monde Ency]

Auguste - (Caius Julius César Octavianus) - Le premier empereur romain qui portait le titre honorifique d'"Auguste" né le 23 septembre 63 av. décédé à Nola, Campanie, le 19 août 14 de notre ère. Il était le fils de Caius Octavius. Dans son attitude envers les Juifs, il continua la politique amicale de son oncle, Jules César, qui en avait fait son seul héritier. Avec un grand souci d'éveiller et d'approfondir à Rome l'intérêt pour la religion nationale, il combinait une large tolérance pour les autres confessions. S'il sanctionna le parcours de son neveu Claude qui, lors d'une tournée en Orient, avait négligé de sacrifier au Temple de Jérusalem, il montra clairement sa sympathie à d'autres occasions, à la fois en envoyant des cadeaux au sanctuaire juif et en provoquant le sacrifice quotidien être offert en son nom. Judée - Sous Auguste, d'ailleurs, la Judée a perdu l'indépendance réelle ou nominale qu'elle possédait depuis un siècle et demi, et est devenue une province romaine. Après la mort d'Hérode (3 EC), une ambassade de cinquante hommes éminents de Jérusalem se rendit à Rome pour protester contre le maintien du règne tyrannique de la dynastie hérodienne, et pour plaider auprès d'Auguste pour l'annexion de la Judée à la Syrie, et la nomination d'une magistrature douce qui laisserait à la Judée une autonomie interne. Environ 8 000 Juifs romains ont rejoint la délégation, qui a été reçue par l'empereur au temple d'Apollon. Le résultat préliminaire de ce mouvement fut qu'Auguste divisa le royaume d'Hérode entre Archélaos, qu'il nomma ethnarque, lui promettant le titre royal si une bonne conduite devait justifier une telle récompense, et Philippe et Antipas faisant des provisions libérales, également, pour Salomé, la sœur d'Hérode, et pour ses deux filles (ib. xvii. 11, 5). A ce moment, Auguste rendit un autre bon service à la Judée en démasquant et en punissant un prétendant au trône d'Hérode, qui, sortant de Sidon, s'était fait passer pour Alexandre, l'un des fils tués de Mariamne, et qui, lors de son voyage triomphal de Puteoli à Rome, avait gagné beaucoup d'adeptes parmi les Juifs crédules (ib. XVII. 12). - [Encyclopédie juive]



Portrait de l'empereur romain Auguste, Musée archéologique d'Istanbul.



Sculpture du premier empereur romain en tant que jeune Octave.

Recensement du peuple romain Monumentum Ancyranum, paragraphe 8 . Dans mon sixième consulat, avec Marcus Agrippa comme collègue, j'ai fait un recensement de la population. J'ai effectué la lustration après quarante et un ans. Dans cette lustration, le nombre des citoyens romains était de quatre millions soixante-trois mille. Reprenant le pouvoir consulaire dans le consulat de Gaius Censorinus et de Gaius Asinius, j'ai effectué seul la lustration. A ce recensement, le nombre de citoyens romains était de quatre millions deux cent trente mille. Une troisième fois, assumant le pouvoir consulaire dans le consulat de Sextus Pompeius et Sextus Appuleius, avec Tiberius Cresar comme collègue, j'ai exécuté la lustration. A cette lustration, le nombre des citoyens romains était de quatre millions neuf cent trente-sept mille. . . .[LIVRE SOURCE D'HISTOIRE ROMAINE]

Certaines Écritures mentionnant le mot "Rome"

Actes 23 :11 - Et la nuit suivante, le Seigneur se tint près de lui, et dit : Repose-toi, Paul, car comme tu as témoigné de moi à Jérusalem, tu dois aussi rendre témoignage à Rome.

2 Timothée 4:22 - Le Seigneur Jésus-Christ [être] avec ton esprit. Grace [être] avec vous. Amen. <[La seconde [épître] à Timothée, ordonné le premier évêque de l'église des Ephésiens, a été écrite de Rome, quand Paul fut amené devant Néron pour la deuxième fois.]>

Actes 18 :2 - Et trouva un certain Juif nommé Aquila, né à Pontus, récemment venu d'Italie, avec sa femme Priscilla (parce que Claude avait ordonné à tous les Juifs de partir de Rome:) et est venu vers eux.

Colossiens 4:18 - Le salut par la main de moi Paul. Souviens-toi de mes liens. Grace [être] avec vous. Amen. <[Écrit de Rome aux Colossiens par Tychique et Onésime.]>

Ephésiens 6:24 - Grâce [être] avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ en toute sincérité. Amen. <[Aux] Ephésiens écrits de Rome, par Tychique.]>

Philémon 1:25 - La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ [être] avec votre esprit. Amen. <[Écrit de Rome à Philémon, par Onésime un serviteur.]>

Actes 2:10 - Phrygie et Pamphylie, en Egypte, et dans les parties de la Libye autour de Cyrène, et étrangers de Rome, Juifs et prosélytes,

Actes 19:21 - After these things were ended, Paul purposed in the spirit, when he had passed through Macedonia and Achaia, to go to Jerusalem, saying, After I have been there, I must also see Rome.

Acts 28:16 - And when we came to Rome, the centurion delivered the prisoners to the captain of the guard: but Paul was suffered to dwell by himself with a soldier that kept him.

Romans 1:7 - To all that be in Rome, beloved of God, called [to be] saints: Grace to you and peace from God our Father, and the Lord Jesus Christ.

Galatians 6:18 - Brethren, the grace of our Lord Jesus Christ [be] with your spirit. Amen. <[To [the] Galatians written from Rome.]>

Philippians 4:23 - The grace of our Lord Jesus Christ [be] with you all. Amen. <[To [the] Philippians written from Rome, by Epaphroditus.]>

Acts 28:14 - Where we found brethren, and were desired to tarry with them seven days: and so we went toward Rome.

Romans 1:15 - So, as much as in me is, I am ready to preach the gospel to you that are at Rome aussi.

2 Timothy 1:17 - But, when he was in Rome, he sought me out very diligently, and found [me].

Some Scriptures mentioning the word "Augustus"

Luke 2:1 - And it came to pass in those days, that there went out a decree from Caesar Auguste, that all the world should be taxed.


Acts 27:1 - And when it was determined that we should sail into Italy, they delivered Paul and certain other prisoners unto [one] named Julius, a centurion of Auguste' band.

Acts 25:21 - But when Paul had appealed to be reserved unto the hearing of Auguste, I commanded him to be kept till I might send him to Caesar.

Acts 25:25 - But when I found that he had committed nothing worthy of death, and that he himself hath appealed to Auguste, I have determined to send him.


Mausoleum of Augustus Resurrected in Rome: Set to Open Early 2021

The final resting place of Rome’s first Emperor is opening to the public after 14 years. Built a couple of thousand years ago, the circular Mausoleum of Augustus stands in the centre of the city, close to the River Tiber.

Surprisingly unloved till now, it’s been restored thanks to local investment. Telecoms company TIM have provided the bulk of the money. 137 feet high and 295 ft wide, this concentric structure took 3 years and $17.5 million to bring up to scratch. A sum fit for a ruler indeed!

Emperor Caesar Augustus was a long way off dying when he commissioned the Mausoleum aged 35. Yet he had much to crow about, having won the Battle of Actium. The conflict paved a path to power for Augustus, who headed up the Roman Empire as people know it today.

What look like ruins in the 21st century were spectacularly different back then. Atlas Obscura writes the Mausoleum was “originally topped by a conical roof and possibly a statue of Augustus.” Its Hellenistic style is thought to have been influenced by Alexander The Great’s tomb.

A visitor takes photos of the Mausoleum of Augustus, the biggest mausoleum ever built by the ancient Romans, in central Rome on May 2, 2017 during a press access within the second phase of its archaeological restoration. ANDREAS SOLARO/AFP via Getty Images

Smithsonian Magazine covered the announcement of the project in 2017. Referring to various sources, it states: “The walls were made of brick covered in shining white travertine (limestone).”

Outside stood the “Res Gestae Divi Augusti”. An inscribed chronicle of the Emperor’s achievements, it’s the mightiest boast in town and set in stone to boot.

Contained within the Mausoleum are chambers, featuring urns from an illustrious dynasty. Joining Augustus’ nearest and dearest are other figures, such as Emperors Vespasian, Nero and Tiberius.

A grand monument to Augustus indeed. However, it wasn’t always sombre and respectful inside the tomb during that period. Parties were apparently held there, according to the Daily Mail.

The Emperor finally got to use his creation when he passed away in 14 CE. Augustus’s Mausoleum went on to be used by the military. At one point a fort was built over it, as reported by Atlas Obscura. It also suffered the slings and arrows of outrageous fortune… quite literally, when Visigoths assaulted the structure in 410 CE. On a more sedate note, the Mausoleum once hosted a hanging garden.

Going into the 20th century it became an unlikely concert venue. Rome’s bloody past was never far away – bullfights are known to have been held at the location.

One similarly powerful figure who wanted to resurrect the Emperor’s Mausoleum was Mussolini. The Piazza around the building exists because of the dictator, though the medieval architecture around it was swept aside according to website Wanted In Rome.

Access has been restricted for almost a century. The public were completely shut out in 2007, owing to safety concerns. Wanted In Rome mentions a previous and failed attempt to restore the building, in time for the 2,000th anniversary of the Emperor’s death (2014).

2021 is also a special year, with authorities celebrating the founding of Rome itself. Visitors will be able to pop into the Mausoleum for free until April 21st. It was on this date in 753 BC that twins Romulus and Remus are said to have established the legendary location.

Ethan Doyle White – CC BY-SA 4.0

Smithsonian Magazine reported in 2017 that a major part of the operation was removing a vast amount of plant life and general littering. Some archaeological work is referred to, together with the installation of tourist-friendly resources. The Mail writes that a virtual reality tour is in the offing.

Wanted In Rome talks about the knock on effect the Mausoleum restoration should have on central Rome. From this will come “the gradual pedestrianisation of the surrounding area and the relocation of the existing bus terminus.”

Quoted by the Mail, Mayor of Rome Virginia Raggi says: “To reopen a monument like this is a signal of hope”.

By celebrating its rich past, the city is looking to a pandemic-free future…


2,000-year-old marble head of Rome’s first emperor discovered

(CNN) — A 2,000-year-old marble head of Augustus, Rome’s first emperor, has been discovered in Isernia, an Italian town in the south central region of Molise.

Archaeologist Francesco Giancola made the exceptional discovery during restoration works to repair a medieval wall that collapsed due to strong rains in 2013.

Giancola was following the works on behalf of the municipality of Isernia, but told CNN Thursday he didn’t expect such a major find.

“While we were digging behind the wall, I saw that the earth changed color,” he said.

“So we continued digging with precision trowels and a block of marble has come out. I immediately saw that it was a head that I recognized as belonging to a statue of Augustus due to the hair and the shape and cut of the eyes.”

Giancola said he immediately called the authorities, the mayor, and the cultural heritage ministry.

The 35-centimeter (13.78-inch) high head can be dated to between 20 BC and 10 AD, according to Maria Diletta Colombo, an archaeologist at the regional department of the ministry.

“It was an important statue, but we do not know why it was here,” she told CNN. “It could have been placed in a temple dedicated to the cult of the imperial family, or in the forum. But these are just hypotheses, since we don’t know where the forum was.”

Some of her colleagues cried with joy when they made the discovery, Colombo added, and it was a moment she said she will remember forever.

The head is likely to have been detached from a statue that was more than 2 meters (6 feet 7 inches), Colombo said. It is made from the same Lunigiana marble used by the Italian Renaissance artist Michelangelo, and it depicts a young Augustus Octavian, who became Rome’s first emperor in 27 BC.

Isernia, known as Aesernia in the ancient world, was the home of an Italic people named the Samnites. It later became a Roman colony. The town was partially destroyed during World War II but was rebuilt.

“Isernia has a very ancient history… there are archaeological remains underneath the whole city,” the town’s mayor Giacomo D’Apollonio told CNN. “It is a very important find for Isernia because it demonstrates the presence of buildings of a certain importance.”

The excavation also revealed empty medieval tombs and terracotta artifacts, said the mayor.

The head is currently being studied and both D’Apollonio and Colombo would like to see it stay in the town’s Santa Maria delle Monache museum, where they believe it would attract more tourists.

“Even Isernia, although it is not among the main tourist destinations, is an area rich in history since the Palaeolithic [era],” said D’Apollonio.

Augustus built an empire that would eventually stretch from the UK to Egypt, and boasted on his death bed that he “found Rome built of bricks and left it marble.”

The-CNN-Wire™ & © 2021 Cable News Network, Inc., a Time Warner Company. Tous les droits sont réservés.


Catherine Teitz 󈧒: Classical Statues of Brown University

Two classical statues – often misidentified, confused, and abused – have watched over campus life since they were dedicated more than 100 years ago. Marcus Aurelius and Caesar Augustus guard their greens, providing a block for studying students to lean against and an elevated platform to advertise everything from events to holidays. These statues, modeled on Roman originals, were gifts of Moses Brown Ives Goddard, class of 1854.

Marcus Aurelius statue in the snow (Photo by Catherine Teitz)

Marcus Aurelius

The equestrian statue of Marcus Aurelius sits at the western end of Simmons Quadrangle (formerly known as Lincoln Field), looking east across the green, through the gate of Soldier’s Arch. Moses I. B. Goddard commissioned and funded the statue but he died before it was completed. His brother, Col. Robert Hale Ives Goddard 1858, continued the project and dedicated the statue on June 1 st , 1908[1].

The statue at Brown is a copy of one now housed in the Capitoline Museum at Rome, and one of only two replicas in the world. The original statue, likely cast during Marcus Aurelius’ reign in the second century CE, is the only bronze equestrian statue from antiquity extant today. Not only did it survive multiple sacks of the city, it also remained standing in front of the Lateran palace, in the area of the city where Aurelius was born and educated, until it was moved in 1538 to the Capitoline Hill[2]. There it sat on a new base made of stone from the Temple of Castor and Pollux in the Forum which was carved by Michelangelo[3]. It remained in public until 1981 when it was moved to the Capitoline Museum after suffering pollution damage, and a replica, the second one made, took its place[4].

Marcus Aurelius at Brown has had a shorter and comparatively less exciting history than his Roman counterpart, but it has not been entirely without trials and tribulations. In the 1980s a plan was proposed to develop Lincoln Field into Olin Lecture Hall, which would destroy the green space, the view of Sayles, and the domain of Marcus Aurelius[5]. An opinion piece on the front page of the Brown Daily Herald describes the threat and the student response, a petition with over 1,000 signatures, as well as how the faculty of entire departments opposed the development and spoke out in the Corporation meetings. As the author H. Meyer III enumerates what would be lost if Lincoln were developed, he also asks,

The base of Marcus Aurelius statue, under repair (Brown Daily Herald, 8 March, 1991)

Under whose shade will future generations of Brunonians rest? The familiar statue of Marcus Aurelius will no longer be there to watch over us. By the way, do we know to where he will be transplanted? The Campus Planning Committee’s idea of the perfect new location will probably be near Ladd Observatory, on the far outreaches of campus, several miles down Hope Street. I go there all the time, how about you?[6]

The regular sight of Marcus Aurelius is part of the daily life of Brown students, as a landmark walking to class or as a backrest while sitting in the grass. His disappearance, even if brief, is enough to stir student response, again in the Brown Daily Herald. When the statue was taken down in March of 1991 for maintenance to the base, the front-page headline ran “Marcus Aurelius Gone from Lincoln Field” accompanied by a dramatic picture of his empty plinth[7]. Due to water damage, the cement structure and marble panels were weakening, risking the statue toppling to the ground, and needed to be removed and replaced. Now repaired, Marcus Aurelius continues his watch, which he has been standing for 105 years. He is a key figure on Brown’s Campus, even if students cannot always remember which Roman his statue represents, regularly confusing him with another connection to the classical past.

Statue of Caesar Augustus, Wriston Quad (Wikimedia Commons)

Caesar Augustus

The bronze statue of Caesar Augustus was first dedicated in front of Rhode Island Hall on the Main Green by Moses B. I. Goddard on September 19, 1906[8]. It was modeled on the marble Augustus of Prima Porta statue, now in the Vatican Museum, replicating exactly its size and fine details[9]. The Prima Porta statue is one of the most iconic pieces of classical art, embodying Greek sculptural traditions – Augustus’ posed is based on that of the Doryphoros – and Roman iconography – the cuirass depicts Augustus’ establishment of the Pax Romana and the return of Roman standards from the Parthians[10]. The presence of a copy of this statue at Brown reflects classical influence on education at the time of its donation, although the students have not always seen Augustus’ presence as a purely educational one.

Although Augustus began his Brown life on the Main Green, and suffered the trauma of arm-removal there during the hurricane of 1938, his presence is associated mostly strongly with his post in Hughes Court, better known as Wriston Quad. He was moved there in 1952 when the Wriston complex of dorms was first opened[11]. His move was not without controversy, as an editorial piece, and its follow-up, in the Brown Daily Herald illustrate. The editors feel strongly that his presence with a walkway and the Sharpe Refectory to his back is a tactical move that Augustus would not approve, and his presence among Georgian Colonial architecture is one that “Caesar, the aesthete, would abhor.”[12] More pressing than the tactical and artistic problems of Augustus’ move is that his new location made him a target for practical jokers who left beer cans on his head as the editors observed, “we missed the rise, but still detect the fall of the Roman Empire.”[13] Their concerns were met with scorn from the administration, but as a follow-up editorial published a month later observed, they were not far from the mark. Caesar continued to be abused, this time not only with a beer can, but also a dead red-shouldered hawk in his outstretched hand. The editors commented that “despite the greenish color of the rest of [Augustus’] body, his face was distinctly red.”[14] Perhaps due to a change in location, from the academic to social heart of campus, Augustus’ role changed from one of exemplar of classical aesthetic to advertiser of fraternity parties.

Marcus Aurelius with festive Hallowe’en pumpkins (Photo by Catherine Teitz)

Despite the hubbub of campus swirling around them, Marcus Aurelius and Caesar Augustus remain stalwart on their plinths. Since their dedications they have become consistent campus landmarks, points to discuss on tours, and useful places to make a statement. Marcus Aurelius has held a jack-o-lantern in preparation for Halloween, Augustus has been wrapped as a mummy, and both hold banners advertising concerts on a regular basis (Fig. 5). These are fine ways of incorporating university landmarks into student life, methods of advertising that utilize some of the highest traffic and most glanced at areas of campus. However, it is concerning that this seems to be the extent of student (and university) interaction with these statues. Brown’s physical campus has a rich history that connects with many different academic disciplines, and education about these – and other monuments on campus – could easily be incorporated in the curriculum.

More troubling is the neglect and lack of respect for our two classical guardians. This summer, the side of Marcus Aurelius’ plinth had “stay human” written across the side in black spray paint (Fig. 6). Facilities did they best they could to remove it, but the text is still visible. For anyone knowledgeable of Aurelius’ philosophy and deeds, they would find him one of the more human Roman emperors. Instead, he has become an object to tag, a symbol of a space dominated, rather than dominance. Augustus has suffered a similar fate, neglected by the university his bronze has become so corroded and covered with bird droppings that he is no longer recognizable as the cast of the Prima Porta. Without cleaning and perhaps restoration, he will wear into nothingness as a dress-form for fraternity t-shirts. These statues, having served generations of Brown students in so many different ways, deserve more than our passing glance.

Graffito on the base of the statue of Marcus Aurelius encouraging us to ‘Stay Human’ (Photo by Catherine Teitz)


File:Egyptianized statue of Augustus. Période romaine. State Museum of Egyptian Art, Munich.jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant17:06, 13 July 20183,768 × 2,686 (5.84 MB) Neuroforever (discussion | contributions) Page créée par l'utilisateur avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Voir la vidéo: The true colors of Augustus of Prima Porta