No.100 Squadron, RAAF : Seconde Guerre mondiale

No.100 Squadron, RAAF : Seconde Guerre mondiale

No.100 Squadron (RAAF) pendant la Seconde Guerre mondiale

Aéronefs - Lieux - Groupe et devoir - Livres

Le 100e Escadron de la RAAF a été le premier escadron australien à être équipé de bombardiers-torpilleurs Beaufort de construction australienne et a combattu pour la défense de l'Australie et pendant les campagnes alliées en Nouvelle-Guinée.

L'escadron était numéroté en l'honneur de l'escadron 100 de la RAF, qui avait joué un rôle dans la défense de Singapour. Alors que la majeure partie de cet escadron avait lutté avec le Vickers Vildebeest, un détachement avait été formé à Bankstown, près de Sydney, où il devait recevoir des bombardiers lance-torpilles Beaufort de construction australienne. Lorsque les Japonais sont entrés en guerre, ce détachement a été laissé isolé et il est devenu le noyau du nouveau No.100 Squadron, RAAF. Celui-ci a été formé en février 1942 à Richmond, le même mois qui a vu le No.100 Squadron RAF forcé de fusionner avec le No.36 Squadron.

En mai 1942, le nouvel escadron s'est déplacé à Mareeba près de Cairns, où il a combiné un entraînement supplémentaire avec des patrouilles anti-sous-marines autour de la côte du Queensland. Des détachements sont également envoyés à Port Moresby pour familiariser les équipages avec les difficultés de travailler en milieu tropical.

La première opération de combat de l'escadron a eu lieu le 25 juin 1942 lorsqu'un navire japonais a été découvert se dirigeant vers Lae, sur la côte nord de la Nouvelle-Guinée. Deux avions à Port Moresby ont été envoyés sur un raid de diversion tandis que cinq autres avions ont attaqué le navire japonais avec des bombes normales. Le navire japonais a été touché et endommagé, mais l'un des avions de diversion a été perdu.

La première attaque à la torpille a eu lieu le 7 septembre, date à laquelle l'escadron opérait depuis Milne Bay, à l'extrémité orientale de la Nouvelle-Guinée. L'escadron, soutenu par trois Beaufighters du No.30 Squadron, RAAF, a attaqué un croiseur et un destroyer japonais approchant de la baie. L'attaque a échoué et le croiseur a bombardé la baie de Milne, mais la menace d'une attaque à la torpille les a éloignés à l'avenir. La prochaine attaque à la torpille, contre des cibles au large des îles Shortland, le 4 octobre, n'a pas non plus réussi à atteindre des objectifs. Une attaque mixte à la bombe et à la torpille le 24 novembre a été plus réussie, avec un coup enregistré

Le premier naufrage réussi a eu lieu le 6 janvier 1943 lorsque six avions de l'escadron ont attaqué de nuit un convoi japonais près de Gasmata. Deux avions ont été perdus par mauvais temps au retour de l'attaque, mais deux transports ont été coulés et un croiseur léger a été endommagé. Les bombardements à la torpille ont été rapidement supprimés - la dernière mission de torpille de l'escadron a vu huit avions participer à la bataille de la mer de Bismarck (mars 1943), mais avec peu de succès.

Après cela, l'escadron a utilisé ses Beaufort comme bombardiers de niveau. Les bases japonaises en Nouvelle-Bretagne, et en particulier à Rabaul, devinrent un rôle clé pour l'escadron. En mai 1943, l'escadron a commencé à opérer un détachement de l'île Goodenough, ce qui leur a permis d'atteindre plus facilement Rabaul. Le village de Gasmata, sur la côte sud de la Nouvelle-Bretagne, était également une cible de choix.

Le 22 octobre, les trois escadrons australiens de Beaufort (nos 6, 8 et 100) ont opéré ensemble pour la première fois, lors d'une attaque contre un convoi japonais. Certains succès ont été revendiqués à l'époque, mais ne peuvent être liés à aucun naufrage.

En 1944, l'escadron fut principalement utilisé pour soutenir les troupes australiennes opérant en Nouvelle-Bretagne et en Nouvelle-Irlande, et pour attaquer la garnison japonaise isolée de la région de Wewak.

En juin, l'escadron s'est déplacé à Aitape, prêt à soutenir les débarquements alliés à environ 100 milles de Wewak. Les escadrons nos 8 et 100 ont utilisé leurs Beaufort contre la contre-attaque japonaise qui a suivi les débarquements et pour empêcher l'aérodrome de Wewak d'être utilisé.

Les efforts de l'escadron sont alors divisés, en partie pour maintenir la pression à Wewak et en partie pour soutenir un débarquement sur la Nouvelle-Bretagne. Le 11 septembre 1944, l'escadron a participé à l'opération Wewak Welter, larguant 78 000 livres de bombes sur l'aérodrome de Wewak.

En octobre 1944, l'escadron n°7 rejoint les escadrons n°8 et 100 de la RAAF à Aitape (Nouvelle-Guinée) où ils forment une escadre Beaufort.

En 1945, l'escadron a passé une grande partie de son temps à attaquer des cibles japonaises dans la région de Wewak.

La période la plus intense d'attaques de Beaufort contre Wewak a eu lieu au cours des deux dernières semaines de la guerre, se terminant par une attaque sur la région de l'île Muschu, juste à l'ouest de la ville de Wewak, le 15 août.

Après la fin des combats, l'escadron a été utilisé pour larguer des tracts sur les positions japonaises les informant de la reddition ainsi que pour escorter des avions monomoteurs faisant le voyage de retour en Australie. L'escadron est dissous le 19 août 1946.

Avion
Février 1942- : Bristol Beaufort (construction australienne)
Printemps 1943-août 1946 : Bristol Beaufort VIII

Emplacement
1942-1943 : Bombardement à la torpille et bombardement à niveau, Nouvelle-Guinée
1943-1945 : Bombardement de niveau, Nouvelle-Guinée et région

Codes d'escadron: code Beaufort : QH

Devoir
1942-1943 : Bombardement à la torpille et bombardement à niveau, Nouvelle-Guinée
1943-1945 : Bombardement de niveau, Nouvelle-Guinée et région

Livres

Marquer cette page: Délicieux Facebook Trébucher


Le 100 Squadron était un escadron de bombardiers et de patrouilles maritimes de la Royal Australian Air Force (RAAF) qui a opéré pendant la Seconde Guerre mondiale. Levé au début de 1942 à partir des restes d'une unité britannique qui avait été détruite en Malaisie, l'escadron a piloté des Bristol Beaufort depuis des bases du Queensland et de la Nouvelle-Guinée, entreprenant des sorties de torpilles et de bombardements à niveau contre des cibles japonaises dans le théâtre du Pacifique. Après la fin des hostilités, l'escadron est dissous en août 1946.

Nous souhaitons particulièrement encourager les historiens-chercheurs individuels ou les membres d'associations d'unités à contribuer à l'élaboration d'une histoire et de photographies plus détaillées concernant cette unité et ses membres.

Veuillez contacter [email protected] (mailto:[email protected]) pour plus de détails sur la façon de contribuer.


Contenu

Première Guerre mondiale

Le No. 100 a été créé le 23 février 1917 à Hingham dans le Norfolk en tant que premier escadron du Royal Flying Corps formé spécifiquement comme unité de bombardement de nuit et comprenait des éléments de la Home Defense Wing. L'unité fut mobilisée et traversée de Portsmouth le 21 mars 1917 vers la France et fut d'abord basée à St André-aux-Bois, où elle reçut douze avions FE2bs en complément. Ces avions avaient été retirés d'autres unités où ils avaient opéré de jour, des modifications ont donc été nécessaires pour les adapter au rôle opérationnel du 100e Escadron. [2] Le 1er avril 1917, l'unité s'est déplacée à Izel-le-Hameau et a pris quatre autres avions en complément, sous la forme de BE2es. L'escadron a commencé ses opérations dans la nuit du 5 au 6 avril 1917, lorsque onze avions FE2b ont attaqué l'aérodrome de Douai, où était basé le "Cirque volant" de Manfred von Richthofen. Richthofen a fait référence à ce raid dans son livre "Der Rote Kampfflieger". Cent vingt-huit bombes de 20 lb (9 kg) et quatre bombes de 40 lb (18 kg) ont été larguées, quatre hangars d'avions ont été incendiés et l'un des avions attaquants a été perdu. [2] Le 17 novembre 1918, le 100 Squadron a déménagé à RAF Saint Inglevert. [3] Le 4 mars 1918, [3] l'escadron a été envoyé à Ochey, près de Nancy, pour former le noyau de la Force Aérienne Indépendante sous le Major Général Hugh Trenchard. En août de la même année, l'unité s'est convertie en bombardiers lourds Handley Page 0/400 et, par conséquent, des sorties à plus longue portée au-dessus de sites industriels en Allemagne sont devenues possibles. L'escadron a mené ces raids pendant le reste de la guerre, un avion de l'unité a été le dernier en temps de guerre à revenir à la base (la nuit précédant l'armistice) après un raid. [2]

Période de l'entre-deux-guerres

Après la fin de la guerre, l'escadron est resté sur le continent jusqu'en septembre 1919 en tant que cadre avant d'être transféré à la RAF Baldonnel, près de Dublin et de se reformer au maximum, en se rééquipant de Bristol F.2 Fighters pour la coopération avec l'armée. Des opérations de soutien aérien rapproché ont été menées pendant la guerre d'indépendance irlandaise. Après la fin des hostilités, l'escadron a été transféré à Spitalgate, Lincs. en février 1922 et converti au bombardement, cette fois avec des Vickers Vimys et des DH9A. [4]

En mai 1924, l'unité est rééquipée du Fairey Fawn. Avec ces avions, l'escadron a effectué des services de transport de courrier aérien brisant la grève générale de 1926. En septembre de cette année, l'escadron a pris des avions Hawker Horsley en complément et en novembre 1930 s'est déplacé à Donibristle, Fife, se convertissant au bombardement à la torpille. Sa désignation officielle révisée en tant que « No. 100 (Torpedo-Bomber) Squadron' est venu plus tard, en 1933. [4]

Un autre rééquipement a eu lieu en novembre 1932, lorsque le Vickers Vildebeest est venu en renfort et avec cet avion, l'escadron a été déployé dans le cadre de l'opération de défense de Singapour, arrivant à Seletar en janvier 1934. [4]

Deuxième Guerre mondiale

L'escadron a été mis en état de préparation peu de temps après la déclaration de guerre mais, pour la période allant jusqu'en décembre 1941, il y a eu peu d'implication opérationnelle alors qu'il était toujours basé à Seletar. En novembre et décembre 1941, des détachements ont été envoyés à Fisherman's Bend, à Victoria, en Australie. Les avions de remplacement prévus (Bristol Beauforts) pour l'escadron restant n'étaient pas disponibles et, dans le cadre des opérations contre l'avancée des forces japonaises, les avions Vildebeest obsolètes de l'unité ont été utilisés dans des frappes contre les navires ennemis. À cause de cela, en janvier 1942, l'escadron a perdu la plupart de ses avions lors d'engagements avec des chasseurs japonais. Malgré plusieurs tentatives pour rester opérationnel en tant qu'unité combinée avec le 36e Escadron de la RAF, alors que le Japon progressait sur le théâtre d'opérations d'Extrême-Orient, la plupart des membres du personnel sont finalement devenus des prisonniers de guerre. [5] D'autres ont été évacués vers l'Australie. (En février 1942, le 100 Squadron de la Royal Australian Air Force a été formé à la RAAF Richmond, près de Sydney, à partir d'un noyau de 100 Squadron RAF. Malgré ce lien, l'escadron était un escadron de la RAAF tout au long de son existence.)

Le 15 décembre 1942, le No. 100 Squadron RAF proprement dit a été reformé au Royaume-Uni, à RAF Grimsby, près de Waltham, en tant qu'escadron de bombardiers lourds de nuit et faisait partie du No. 1 Group, RAF Bomber Command. En janvier 1943, l'escadron reçut le premier de son nouvel effectif d'Avro Lancaster. La première opération de l'escadron eut lieu le 4 mars 1943 contre une base de U-Boat à St Nazaire. Quelques jours plus tard, l'escadron a été impliqué dans un raid contre Nuremberg en Allemagne et à partir de ce moment, en soutien au rôle stratégique du Bomber Command contre l'Allemagne, a participé à chaque raid majeur. [6]

À la fin de 1943, l'escadron avait terminé le deuxième plus grand nombre d'opérations réussies d'unités au sein du No. 1 Group Bomber Command et avait le taux de « pertes » le plus bas. Dans la nuit du 5 juin 1944, l'escadron bombarde des batteries de canons lourds en soutien à l'invasion du jour J. [6]

Pour le dernier mois de la guerre, l'escadron a déménagé à Elsham Wolds dans le Lincolnshire. Dans les dernières étapes de la guerre et de l'après-guerre, l'escadron a été impliqué dans les opérations humanitaires Manna and Exodus.

Après-guerre à ce jour

Entre 1946 et 1950, l'escadron était basé à RAF Hemswell et opérait des Avro Lancaster et plus tard des Avro Lincoln. L'escadron a quitté Hemswell en 1950, s'installant en Malaisie où il a participé aux opérations Firedog et Musgrave. En janvier 1954, l'unité s'est déployée à Eastleigh au Kenya pendant le soulèvement Mau Mau. De retour deux mois plus tard, l'escadron a été rééquipé d'English Electric Canberras, se déplaçant à Wittering dans le Cambridgeshire. Il a été dissous le 1er septembre 1959 mais reformé à Wittering le 1er mai 1962, équipé de Handley Page Victor B.2s, qui, à partir du début de 1964, portait l'arme nucléaire du missile Blue Steel. Démantelé à nouveau le 30 septembre 1968, l'escadron a été reconstitué en tant qu'unité d'installations cibles en 1972, utilisant des avions Canberra à West Raynham, dans le Norfolk. 100 Sqn combiné avec 85 et 98 escadrons et exploité 26 avions Canberra de RAF Marham (Norfolk) avant de passer en 1982 à RAF Wyton dans le Cambridgeshire. En 1991, l'escadron s'est converti aux HS Hawk T.1, qui sont maintenant utilisés pour l'entraînement et les rôles de soutien de première ligne. En 1994, l'escadron a déménagé à RAF Finningley. Après l'annonce de la fermeture de la RAF Finningley, le 100 Sqn s'est déplacé sans son équipe au sol vers la RAF Leeming.


Annonces

  • Le projet Wartime Memories existe depuis 21 ans. Si vous souhaitez nous soutenir, un don, aussi petit soit-il, serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web et notre administration, sinon ce site disparaîtra du Web.
  • Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale? Veuillez lire notre FAQ sur l'histoire familiale
  • Le projet Wartime Memories est géré par des bénévoles et ce site Web est financé par les dons de nos visiteurs. Si les informations ici vous ont été utiles ou si vous avez aimé accéder aux histoires, veuillez envisager de faire un don, même petit, ce serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web, sinon ce site disparaîtra du la toile.

Si vous aimez ce site

S'il vous plaît envisager de faire un don.

16 juin 2021 - Veuillez noter que nous avons actuellement un important arriéré de matériel soumis, nos bénévoles y travaillent le plus rapidement possible et tous les noms, histoires et photos seront ajoutés au site. Si vous avez déjà soumis une histoire sur le site et que votre numéro de référence UID est supérieur à 255865, vos informations sont toujours dans la file d'attente, veuillez ne pas soumettre à nouveau sans nous contacter au préalable.

Nous sommes maintenant sur facebook. Aimez cette page pour recevoir nos mises à jour.

Si vous avez une question générale, veuillez la poster sur notre page Facebook.


TEMORA REJOINT LE NO. 100 ESCADRON

Temora jouera un rôle unique dans les célébrations du centenaire de la Royal Australian Air Force (RAAF) cette année.

Le célèbre musée de l'aviation de la ville abritera bientôt le Temora Historic Flight, qui fait partie du rétablissement par la RAAF de l'escadron n° 100 de l'époque de la Seconde Guerre mondiale.

Le vice-premier ministre et député de Riverina Michael McCormack a déclaré que le 100e Escadron était en train d'être réformé en un escadron du patrimoine de la RAAF et serait l'unité mère du vol historique de Temora et du vol du patrimoine du musée de la RAAF à Point Cook à Victoria.

M. McCormack s'est félicité de la digne implication de Temora dans la célébration du centenaire de la RAAF.

« Temora a une longue histoire de l'aviation qui remonte à la Seconde Guerre mondiale, où les pilotes se sont entraînés à l'école de pilotage élémentaire n ° 10 de la RAAF », a déclaré M. McCormack.

« L'école de formation a fermé après la Seconde Guerre mondiale le 12 mars 1946, mais depuis lors, Temora a maintenu une forte concentration sur l'aviation, qui inclura désormais de faire partie de l'escadron n ° 100 rajeuni.

« Le Temora Historic Flight s'appuiera sur la longue contribution du Riverina à la RAAF, qui comprend la base de la RAAF Wagga et l'ancienne 5e école de pilotage de service à Uranquinty.

“Le musée de l'aviation de Temora, bien sûr, a joué un rôle particulier dans la préservation de l'histoire de la RAAF depuis 2000 en pilotant et en exposant des avions de guerre emblématiques, tels que le Spitfire.”

Le ministre du Personnel de la Défense, Darren Chester, a déclaré que le 100e Escadron avait une fière histoire et qu'après une absence de 75 ans, il était normal que la RAAF le réactive la même année alors qu'elle commémorait ses 100 premières années.

"Établi pour la première fois pendant la Seconde Guerre mondiale le 15 février 1942 à la base de la RAAF à Richmond, le 100 escadron était un escadron de bombardiers et de patrouille maritime de l'armée de l'air, entraîné sur des Bristol Beaufort de construction australienne", a déclaré M. Chester.

« L'escadron a mené plusieurs missions réussies tout au long de la guerre, prenant part à la célèbre bataille de la mer de Bismarck en mars 1943 et finalement dissous en Nouvelle-Guinée le 19 août 1946.

« La flotte patrimoniale du 100e Escadron continuera de reconnaître le service des générations précédentes et d'inspirer la prochaine génération de pilotes.

Le 100e Escadron pilotera 21 aéronefs patrimoniaux à partir de Point Cook et de Temora.

Le nouveau quartier général de l'Air Force Heritage Squadron à la base de la RAAF de Point Cook offrira un lien historique avec la communauté.

Le rétablissement du 100 Squadron coïncide avec le centenaire de la RAAF, qui a été formée le 31 mars 1921.


La RAAF rétablit le 100e Escadron

Avant les commémorations du centenaire de la Royal Australian Air Force (RAAF), l'escadron n° 100 sera reconstitué sous le nom d'Air Force Heritage Squadron, opérant à partir de deux emplacements RAAF Base Point Cook et Temora. Le 100 e Escadron pilotera un certain nombre d'avions de la flotte patrimoniale actuelle de Point Cook, Victoria, et Temora, Nouvelle-Galles du Sud.

Le ministre du Personnel de la Défense, Darren Chester, a déclaré que le 100e Escadron avait une fière histoire et qu'après une absence de 75 ans, il était normal que la RAAF le réactive la même année alors qu'elle commémore ses 100 premières années. "Établi pour la première fois pendant la Seconde Guerre mondiale en février 1942 à la base de la RAAF à Richmond, le 100 Squadron était un escadron de bombardiers et de patrouille maritime de l'Air Force, entraîné sur des Bristol Beaufort de construction australienne", a déclaré Chester. « L'escadron a mené plusieurs missions réussies tout au long de la guerre, prenant part à la célèbre bataille de la mer de Bismarck en mars 1943 et s'est finalement dissous en Nouvelle-Guinée le 19 août 1946. La flotte patrimoniale de l'escadron 100 continuera de reconnaître le service des précédents générations et inspirant la prochaine génération de pilotes.

Le vice-premier ministre et député de Riverina Michael McCormack s'est félicité de la digne implication de Temora dans la célébration du centenaire de la RAAF. « Temora a une longue histoire de l'aviation qui remonte à la Seconde Guerre mondiale, où les pilotes se sont entraînés à l'école de pilotage élémentaire n ° 10 de la RAAF », a déclaré McCormack. « L'école de formation a fermé après la Seconde Guerre mondiale le 12 mars 1946, mais depuis lors, Temora a maintenu une forte concentration sur l'aviation, qui inclura désormais de faire partie de l'escadron n ° 100 rajeuni. Temora Historic Flight s'appuiera sur la longue contribution du Riverina à la RAAF, qui comprend la base de la RAAF Wagga et l'ancienne 5e école de formation au pilotage militaire à Uranquinty. Le musée de l'aviation de Temora, bien sûr, a joué un rôle particulier dans la préservation de l'histoire de la RAAF depuis 2000 en pilotant et en exposant des avions de guerre emblématiques, tels que le Spitfire.


Histoire 100 Sqn RAAF & Beaufort Bomber Operations Pacific WW2

Ce livre relate les exploits des aviateurs du premier escadron australien de Beaufort en action pendant la Seconde Guerre mondiale.
Développé comme bombardier torpilleur et de reconnaissance générale, le Beaufort était l'avion le plus lourd, le plus puissant et le plus complexe jamais construit en Australie (à cette époque). Il est entré en service dans la Royal Australian Air Force à un moment où l'invasion japonaise semblait imminente. Une variante ultérieure du Beaufort était bien sûr le Beaufighter.

Alors que le cours de la guerre dans le sud-ouest du Pacifique passait d'une bataille principalement océanique à une opération terrestre, l'escadron d'origine a été rejoint par d'autres unités de Beaufort pour former la 71e escadre de la RAAF.

Utilisant de nouvelles méthodes de guerre, les équipages de Beaufort ont soutenu étroitement les forces terrestres américaines et australiennes. Utilisant les propres mots des participants pour décrire les événements, des dangers de l'entraînement à la fureur des opérations offensives, l'auteur donne vie à la bravoure des aviateurs ainsi qu'au dévouement et à l'habileté des équipes au sol qui ont exploité les Beaufort pendant la campagne prolongée à travers le Pacifique sud-ouest.


Contact avec Mike G0WKH et Louis Stanley ‘Doc’ Watson de la RAAF

Le 30 avril 2021, alors que j'utilisais l'indicatif spécial de la Royal Australian Air Force (RAAF) de VI100AF, j'ai pris contact avec Mike G0WKH sur la bande 20m.

Mike m'a envoyé un e-mail très intéressant qui se lit comme suit : -

J'ai eu le plaisir de prendre contact avec vous aujourd'hui. J'ai pensé que vous pourriez être intéressé de savoir que ma famille a accueilli un certain nombre de militaires pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous avions une grande maison car nous étions 13 dans la famille de 3 générations. Il y avait une population supplémentaire mobile d'hommes de service de tous les services et ceux qui avaient de grandes maisons ont été contraints par le ministère de la Guerre de leur faire de la place. Dans certains cas, l'ensemble de la propriété a été réquisitionné. Parmi les 3 hommes qui étaient cantonnés avec nous lorsque le 461e Escadron australien de Sunderland Flying Boats est venu à Poole, il y avait un certain Louis (Doc) Watson. Il volait comme mitrailleur dans des patrouilles anti-sous-marines en Manche et dans le golfe de Gascogne. Il était très apprécié de ma famille. J'avais 11 ans à l'époque et je pense qu'il était content de parler et de jouer avec moi. L'escadron a finalement déménagé à Pembroke sur la côte du Pays de Galles et nous avons perdu contact avec lui comme, en effet, nous l'avons fait avec pratiquement tous nos « Invités ». Il y a quelques années, des gens entreprenants de Poole ont créé un club appelé Friends of the Poole Flying Boats. Ils disposent de vastes archives sur l'activité couvrant ces aéronefs tant civils que militaires. Lors d'une réunion il y a quelques années, j'ai donné à leur secrétaire beaucoup d'informations. De mémoire sur nos contacts dont Doc. Elle est ensuite revenue vers moi avec la triste nouvelle qu'il avait été abattu et tué lors d'une patrouille dans le golfe de Gascogne. Son avion a été attaqué par 6 Junkers88 et il n'y a eu aucun survivant. Parmi les documents qu'elle m'a donnés figurait le fait que sa maison se trouvait dans le quartier Mile End d'Adélaïde. Je crois qu'il pourrait y avoir une sorte de mémorial aux Australiens à Thebarton. Une longue histoire mais elle semblait appropriée !

À la suite de l'e-mail de Mike, j'ai décidé de faire une petite recherche sur Louis ‘Doc’ Watson.

Mon premier arrêt était le site Web des Amis des bateaux volants de Poole.

Louis Stanley Watson est né le 12 février 1918 à Adélaïde, en Australie-Méridionale. Ses parents sont William Henry Watson (1881-1954) et Mabel Wilhelmina Watson née Rogers (1880-1964).

À l'âge de 22 ans, il s'est enrôlé dans la Royal Australian Air Force à Adélaïde le 21 mai 1940. Sa localité d'enrôlement a été enregistrée comme Mile End, Australie du Sud. Son plus proche parent a été enregistré comme son père William Watson.

Louis a atteint le grade de sergent dans la RAAF, son numéro de service étant le 26588. Il a servi avec le 461e Escadron.

Le 461e Escadron de la Royal Australian Air Force (RAAF) était un escadron de patrouille maritime pendant la Seconde Guerre mondiale, qui opérait sous le contrôle de la Royal Air Force. L'escadron a été formé le 25 avril 1942 et a été dissous le 20 juin 1945, après la fin de la guerre en Europe. Le rôle du 461e Escadron était de protéger les convois et de dissuader les attaques de sous-marins. Ils ont survolé des kilomètres de l'Atlantique pour chasser et détruire les U-boats, les sous-marins allemands. Le personnel provenait de nombreux pays de l'Empire britannique, bien que la majorité soient des Australiens.

L'escadron était à l'origine basé à Mount Batten, puis à Hamworthy. En 1943, l'escadron a été transféré à Pembroke Dock au Pays de Galles.

L'escadron était composé d'hydravions Sunderland. Le Sunderland était un avion à vol lent et était souvent attaqué par des chasseurs allemands ennemis. En conséquence, l'équipe au sol a modifié le Sunderlands avec des tourelles de nez à deux canons et des mitrailleuses montées sur l'office. En conséquence, l'avion est devenu connu sous le nom de ‘Flying Hedgehogs’.

Tout au long de la guerre, l'escadron a détruit un total de six sous-marins allemands et a opéré principalement dans le golfe de Gascogne et l'Atlantique. Le 461e Escadron de la RAAF a perdu un total de vingt (20) Sunderlands à cause de l'action de l'ennemi et d'accidents. Au total, 86 membres de l'escadron ont été tués lors d'opérations, dont 64 Australiens.

Vers 12h55, le mercredi 2 juin 1943, un Short Sunderland GR3, numéro de série EJ134, avec son célèbre indicatif de “N pour Nuts” décollait de la Royal Air Force Base Pembroke Dock, sous le commandement du Capitaine de l'avion Flight Lt. Colin Braidwood Walker. Le vol a été décrit comme une patrouille A/S (anti-sous-marine) normale dans le golfe de Gascogne. Le sergent Louis Stanley Watson était le gréeur à bord de l'avion.

Leur mission ce jour-là consistait à rechercher un avion civil, un DC-3 Dakota qui n'était pas arrivé à Bristol et qui était soupçonné d'avoir été abattu par la Luftwaffe. À bord de l'avion se trouvait l'acteur britannique Leslie Howard.

L'équipage n'a trouvé aucun signe de la disparition du Dakota. Vers 18h45. EJ134 patrouillait au-dessus du golfe de Gascogne à une hauteur de 2 000 pieds dans une zone connue sous le nom de "pays des tigres". Il a gagné ce nom en raison du nombre d'avions isolés qui avaient été abattus par des combattants allemands dans la région. C'est à ce moment-là que huit avions allemands JU 88 se sont rapidement rapprochés de l'avion et que le Sunderland a été attaqué.

Les Junkers Ju 88 était un avion de combat multirôle bimoteur allemand de la Luftwaffe de la Seconde Guerre mondiale.

Dans ce qui a suivi, l'équipage de l'EJ134 a gagné sa place dans l'histoire de l'aviation. Lors d'une attaque prolongée de la Luftwaffe, le Sunderland a perdu un moteur et sa tourelle de queue. Malgré cela, EJ134 a réussi à abattre trois des huit chasseurs allemands. Sur les cinq JU 88&8217 restants qui ont été endommagés par l'EJ134, seuls deux sont revenus à Bordeaux en France. Les trois JU 88&8217 restants sont présumés s'être écrasés dans la mer.

Pendant l'échange de tirs, le sergent Louis Stanley Watson se trouvait dans la tourelle avant de l'avion.

Un certain nombre de membres d'équipage ont été blessés, tandis qu'Edward Charles Ernest ‘Ted’ Miles, le premier mécanicien de bord, âgé de seulement 27 ans, a été tué.

Le Sunderland EJ134 gravement endommagé, avec environ 500 trous, la plupart du pont détruit avec toutes les radios et certains instruments de vol détruits, a fait le voyage de 350 milles jusqu'à Cornwall. Il n'a pas atteint le quai de Pembroke et a fait un atterrissage forcé dans les bas-fonds des côtes de Cornouailles, à Praa Sands.

Sir Charles Portal, chef d'état-major de la Force aérienne, a envoyé ce qui suit à l'équipage :

“Je viens de lire le récit du vol de Sunderland N/461 contre 8 JU88 le 2 juin. Je voudrais que le capitaine d'aviation Walker et les membres survivants de son vaillant équipage soient informés de l'admiration et de la fierté que j'ai ressenties en lisant les détails de cette bataille épique qui restera dans l'histoire comme l'un des plus beaux exemples de cette guerre, de la triomphe du sang-froid, de l'habileté et de la détermination contre vents et marées. Je suis sûr que non seulement les lourdes pertes infligées aux chasseurs allemands mais surtout l'entrain et le tir droit de l'équipage auront profondément marqué le moral de l'ennemi dans le golfe de Gascogne et contribueront ainsi grandement à la guerre sur les bateaux U. De Sir Charles Portal, chef d'état-major de la Force aérienne.”

Quatre membres de l'équipe d'EJ134 (et un membre du personnel de la BBC) enregistrant l'histoire de la rencontre avec les JU88 dans un studio de la BBC. Le sergent Watson est au milieu. Image c/o awm.gov.au

De nombreux membres de l'équipage de l'EJ134 ont tous repris le vol opérationnel à partir du 8 juillet 1943 et ont effectué ensemble 4 vols opérationnels supplémentaires. En août 1943, ils ont participé au naufrage du U-106 avec un 228 Squadron Sunderland. Cependant, le sergent Watson ne sera pas aussi chanceux en août 1943.

À 7 h 08, le vendredi 13 août 1943, un Short Sunderland Mk III, numéro de série DV968, a décollé de la Royal Air Force Base Pembroke Dock pour une patrouille anti-sous-marine au-dessus du golfe de Gascogne dans l'océan Atlantique.

Rien n'a été entendu de l'avion jusqu'à 14 h 47. quand un signal a été reçu qui a déclaré que l'avion était attaqué par six JU 88’s.

On soupçonne que le Sunderland a été abattu par l'un des JU 88 et s'est écrasé dans le golfe de Gascogne. L'avion de Louis a ensuite été revendiqué par le lieutenant Artur Schroeder du 13/KG 40. Le Kampfgeschwader 40 (KG40) était une aile de bombardier moyen et lourd de la Luftwaffe et la principale patrouille maritime.

Le jour suivant, le Sunderland JM683 a patrouillé la zone où l'on soupçonnait que l'avion avait été abattu, mais aucun canot ni aucun survivant n'ont été localisés.

Un extrait du livre de Herrington J (John) intitulé "Guerre aérienne contre l'Allemagne et l'Italie 1939-1943", se lit comme suit :

Le Flying Officer Dowling du n°461, à la tête du vaillant équipage qui, sous le commandement du Flight Lieutenant Colin Braidwood Walker (404610) avait remporté la lutte héroïque contre huit Ju-88 le 2 juin, n'est pas revenu de patrouille le 13 août après avoir signalé des combattants ennemis approchant de son Sunderland.”

Les membres d'équipage du DV968 étaient :

  • Lieutenant d'aviation Wilbur James Dowling (400788) (Pilote)
  • Sergent de section Alfred Eric Fuller (576061) (RAF) (mitrailleur sans fil)
  • Lieutenant d'aviation David Taylor Galt DFC (400976) (premier pilote)
  • Adjudant Ray Marston Goode DFM (407499) (mitrailleur aérien)
  • Lieutenant d'aviation James Charles Grainger (400411) (deuxième pilote)
  • Sergent de section Albert Lane (414701) (mitrailleur sans fil)
  • Sergent de section Charles Douglas Les Longson (415338) (mitrailleur sans fil)
  • Adjudant Harold Arthur Miller (405083) (Artilleur à air sans fil)
  • Lieutenant d'aviation Kenneth McDonald Simpson DFC (403778) (Observateur)
  • Sergent de section Phillip Kelvin Turner (26697) (mécanicien navigant)
  • Sergent Louis Stanley Watson (26588) (mécanicien de bord / mitrailleur)

James Collier Amiss et Colin Braidwood Walker ne volaient pas ce jour-là à bord de l'EJ134 lors de l'incident du 2 juin.

Louis n'avait que 25 ans. Son corps n'a jamais été retrouvé.

On se souvient de Louis au Runnymede Memorial, Surrey, Angleterre. On se souvient également de lui à divers autres endroits, notamment le Mémorial australien de la guerre à Canberra et le Mémorial national de la guerre d'Australie-Méridionale à North Terrace, Adélaïde.


Quelques notes des pages du passé :

Corps d'aviation australien. ÉCOLE D'AVIATION À FONDER.

Le ministre de la Défense (M. Pearce) il y a peu de temps, sur avis de l'Air Office, a commandé des monoplans et deux biplans. Ceux-ci devraient arriver le mois prochain. Une école d'aviation militaire sera implantée à Duntroon, à proximité du lycée militaire. Deux aviateurs ont déjà été nommés. L'un est australien, tandis que l'autre a une expérience australienne. Deux autres aviateurs doivent encore être nommés. Dès que tout sera prêt, des volontaires seront appelés de l'établissement militaire pour suivre un cours d'instruction à Duntroon, qui durera environ quatre mois. De cette école, les membres qui réussissent obtiendront leur diplôme de l'Australian Flying Corps. Trois écoles auront lieu chaque année et des règlements sont actuellement à l'étude pour régir la nouvelle branche de service et fixer des allocations spéciales. Des dispositions seront également prises pour les hommes qui pourraient être victimes d'accidents. Ces quatre avions doivent former le noyau d'un nouvel établissement qui sera agrandi selon les besoins. Corps d'aviation australien. (1912, 13 juillet). Le Beverly Times(WA : 1905 - 1977), p. 7. Extrait de http://nla.gov.au/nla.news-article206507176

ESCADRON D'AVIONS. AUSTRALIEN. FORMATION DE CORPS VOLANTS.

Lieut. Harrison, un aviateur né en Australie, a été nommé au Australian Flying Corps, à 400 £ par an, au poste rendu vacant par la démission du lieutenant. Buste. Lieut. Harrison a 26 ans, c'est un homme célibataire, et il est décrit en Angleterre comme un "homme-oiseau" intrépide. Lieut. Petre., qui a été nommé à l'autre poste, est avocat de profession, âgé de 27 ans et a une expérience dans la conception, la construction et l'exploitation d'avions. Il est prévu que les quatre avions récemment achetés par les autorités de défense à 800 £ seront expédiés d'Angleterre au cours des prochaines semaines, et les aviateurs les accompagneront probablement.

La sanction officielle de la formation de l'Australian Flying Corps a été donnée aujourd'hui. L'unité se compose d'un "escadron d'avions" dont le personnel complet comprendra quatre officiers, sept adjudants et sergents, et 32 ​​mécaniciens, soit un total de 43 hommes. Le corps fera partie des forces citoyennes et l'enrôlement, qui sera volontaire, commencera à partir du 1er janvier prochain. ESCADRON D'AVIONS. (1912, 24 octobre). Le journal(Adélaïde, SA : 1912 - 1923), p. 4. Extrait de http://nla.gov.au/nla.news-article199899855

CORPS AÉRIEN AUSTRALIEN. ARRIVÉE DE L'INSTRUCTEUR. MANTEAU LIBRE. Mardi

Parmi les passagers du RMS Omrah, arrivé aujourd'hui ", figurait MH Petre, récemment nommé par le gouvernement du Commonwealth comme instructeur du corps des avions militaires. Interrogé, il a déclaré que la France était encore loin des autres. nations en matière d'aviation, mais alors que l'Angleterre était lente, elle avait produit de très belles machines, l'avion du War Office étant considéré comme le meilleur au monde. Ce sont ces machines qui ont été commandées par le Commonwealth. Lui a demandé s'il pensait que les aviateurs réussiraient in crossing the Atlantic, he said that he thought it very probable, and that the next few years would see it accomplished. Mr Eric Harrison, a colleague of Mr Petre, remained in England to superintend the shipment of the four flying machines which are now on the way out here. AUSTRALIAN FLYING CORPS. ( 1913, January 8 ). Mount Alexander Mail (Vic. : 1854 - 1917), p. 2. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article200464490

AUSTRALIAN FLYING CORPS. MEN AND MACHINES

Information has been received by the defence authorities to the effect that Lieutenant Eric Harrison took his departure from England for Australia on April 26. In his charge are three of the aeroplanes which were recently purchased by the Commonwealth Government at an average cost of £800 apiece. These will be delivered in Melbourne.

The fourth machine has already been landed in Sydney, but has not been unpacked from the cases, in view of the fact that no definite decision has yet been come to with regard to the site for the aerodrome.

Originally, it was intended that this should be situated within the Federal capital territory, but owing to its altitude the experts have reported unfavourably with regard to that locality. Investigations are now being made in other quarters, and the level lands in the vicinity of Werribee and Altona Bay are being inspected by Lieutenant Petre, the other Commonwealth military airman, who has been in Australia for about two months. AUSTRALIAN FLYING CORPS. ( 1913, May 10 ). The Argus(Melbourne, Vic. : 1848 - 1957), p. 18. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article10782835

AN AUSTRALIAN AVIATOR.

Lieutenant. Eric Harrison , the Commonwealth aviator, who arrived from England by the Otway recently, is a native of Castlemaine, Victoria, and his career is an example of the success attending grit and enterprise. After spending six years in the cycle and motor business he entered the engineering works of the Tarrant Motor Co.. Melbourne, where he speedily took a good position. During the visit to Australia of Mr. Hammond. Lieut. Harrison and others assisted that aviator in his flights. This experience gave him an impetus towards aviation, and decided to visit England, and learn all about the art, hoping that when the Defence authorities of the Commonwealth established the aviation corps he would have a chance to be "in it" so to speak.

Arriving in England, Lieut. Harrison went at once into the Aeroplane Construction Works of the British and Colonial Aeroplane works at Bristol, where he was appointed foreman of the engine-fitter, and was engaged in the manufacture of the celebrated "Gnome" engines. He had access to all the plans regard to aviation, and spent his spare time in studying them. Subsequently he entered upon his practical flying course, and after a fort-night's practice (on September 1, 1911) he obtained his pilot's certificate and became a member of the Royal Aero Club.

Since then Lieut. Harrison has followed aviation and was one of the instructors at the flying school on Salisbury Plain. He was sent to the Bristol Company to both Spain and Germany to instruct a number of officers in both countries to fly the Bristol machines, and afterwards went through the War office trials. He has also given demonstration with His machines before the various Continental military authorities, during which he made a record flight of 60 miles in 40 minutes at 4,000ft.

During the past five months Lieut. Harrison has been engaged in superintending the construction of the aeroplanes for the Commonwealth, and brings with him three machines and two expert mechanics. Lieut. Harrison is 27 years of age. AN AUSTRALIAN AVIATOR. ( 1913, June 13 ). Western Mail(Perth, WA : 1885 - 1954), p. 24. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article44872731

Point Cook in Victoria was the place finally settled on for our first military aviation base:

FIRST OFFICIAL FLIGHTS.B Y OUR SPECIAL REPORTER. POINT COOK, Thursday.

Today the first official flight by the Royal Flying Corps took place. The conditions which prevailed all the afternoon at the Commonwealth aviation ground could not be considered suitable, even though it was the occasion of the first official demonstration before military authorities of what the aeroplane corps is setting out to accomplish. -A thick haze, mostly of dust, enveloped, the aviation fields, and the wind, which was blowing at more than 30 miles an hour, was gusty and choppy. Two flights were successfully made, one by Lieutenant Petre and the other by Lieutenant Harrison, the former using his monoplane, and the latter a Bristol biplane. The machines rose only a few hundred feet, and each of the flights was short.

Mr. Harrison carried Brigadier-General Gordon as a passenger for a short distance, and then, fearing to turn with low-speed engines in such a wind, he alighted, and dropped the Chief of the General Staff, then returned to the hangar alone. A motor car rescued Brigadier-General Gordon from the midst of a field of thistles.

Point Cook is a minor point on the western shore of Port Phillip, about four miles from Werribee. Except for a few isolated farm houses the locality is a deserted one. Plains stretch for miles on either hand. From the point of view of the aviator- the spot is suitable enough, even if a little isolated- and remote. A huge tent is the temporary hangar which has been erected for stabling the two aeroplanes. The other two and later machines have not yet been brought to the aviation ground, as there is no place to house them. The delay in providing this is due to the Home Affairs department holding back the work of erecting permanent hangars for the five aeroplanes that are now owned by the Defence department.

Lieutenants Harrison (left) and Petre (right) in a B.E.2 at Central Flying School, Point Cook, 1914. Courtesy Australian War Memorial, photo Number: A03916

For four or five days the instructors have been testing the machines and getting accustomed to Australian air conditions. They have made a number of flights. Yesterday Lieutenant Harrison, in the Bristol biplane, flew across country towards Sunshine at an altitude of 1000 feet, and Lieutenant Petre flew up the coast to Williamstown in his monoplane. But today has marked the official opening of military flying in the Commonwealth. Both aviators have been anxious that the actual instruction of officers should commence as soon as possible, and are taking every opportunity to make .themselves quite at their ease in their machines. Brigadier-General Gordon, chief of the General Staff, and Major White, director of military operations, arrived from the barracks shortly after 4 o'clock. They had been delayed by the state of the roads, and did not witness the first flight that was made by Lieutenant Petre in his monoplane. This machine is of the Duperdessin type, and the wings are some feet longer than those of the Sopwith biplane that was used by Mr. Hawker. The engine, too, is of a make not familiar to the Australian public, being a three-cylinder Anzani, of 35 horse power, and capable of driving the monoplane at 48 miles an hour, whereas Mr. Hawker's machine has-a speed of 90 miles an hour, and is driven by an 80 horse power engine.

The flight was short, and what aviators describe as "'bumpy," for the strong southerly wind that was blowing at the rate, of over 30 miles an hour did not let the machine make much headway when travelling against it. When turning, the gusts, which came up fiercely, rocked the air craft, and it took all the pilot's skill to keep it steady. After circling round several hundred feet from the ground Lieutenant Petre descended.

Brigadier-General Gordon had now arrived, and was anxious to make the first official flight. He climbed into the seat behind Lieutenant Harrison when the Bristol biplane was wheeled out of the shed.

This type of aeroplane was seen in Australia some years ago, when Mr. Hammond made a series of splendid flights in what is now regarded as an old-fashioned type of machine. The speed of this aeroplane is only 45 miles an hour. It is fitted with a Gnome seven-cylinder engine, of 50 horse-power. These machines in England today on Salisbury plains are used for teaching beginners to fly. They are regarded as fairly safe, though, of course, not "fool proof." There is accommodation for a passenger behind the pilot.

Lieutenant Harrison's biplane was started with the usual twist of the propeller(the aeroplane being driven in this case), and,' rising' as if with difficulty, flew slowly across the ploughed field. It seemed as if in the wind, which was nearly "dead ahead," the weight of two people was too much. When about half a mile distant from the starting point the pilot was seen to be descending, and the machine travelled along the ground amongst high thistles. Brigadier-General Cordon then alighted, and the propeller having been set spinning again by the mechanics, who arrived by motor car, the biplane soared into the air, this time ascending to the height of several hundred feet. Then it flew on steadily, but just as it was crossing a road prior to entering the field where it was to alight, the pilot dived his machine towards earth, but righted it again, and flying within a few feet of the ground, alighted a hundred yards from the hangar. Lieutenant Harrison, speaking of the flight, said the wind was exceedingly choppy. -He had hesitated to tun in the wind with a passenger aboard with so little power available. "It was a rough passage," he went on "'one of the worst that I have experienced, and when I was crossing the road I was thrown out of my seat and, I tell you, it took me all my time to scramble back and get control. That was why the machine dipped like it did. When we get the Bristol B.E.- machines out we will have the power, and will be able to do anything in a wind like this."

Further flights had to be postponed, as the wind was increasing in violence. The machines were returned to the hangar, and the military party boarded the motor car and returned to Melbourne. THE AVIATION CORPS. ( 1914, March 7 ). Leader (Melbourne, Vic. : 1862 - 1918), p. 39. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article89314958

Flying Like a Bird.

Mr. Frank Hedges Butler(founder of the Aero Club of the United Kingdom) describing his impressions of his flight last month with Mr. Wilbur Wright, at Le Mans, France, said : — ' I have just flown the same as the birds. It is like gliding on beautiful water where you can seethe bottom — in perfect security.

Wright feels his levers and looks at his planes like a skipper looks at his sails. In 120 free balloon ascents that I have made, including twice crossing the Channel in the widest and narrowest parts, and once in a dirigible airship, the ' Ville de Paris,' nothing is !more charming than flying.

The first six Englishmen to fly in an aeroplane heavier than air are : —

Mr- Henry Farman, who resides in Paris Mr. Fordyce, who resides in Paris' Hon. C. S. Rolls, son of Lord Llangattock Mr Frank Hedges Butler, director of the well-known firm of wine merchants, Regent-street, London, W. Major Baden-Powell, brother of General Baden-Powell Mr. Griffith Brewer, a member of the Aero Club.' Flying Like a Bird. ( 1908, November 26 ). The Macleay Chronicle (Kempsey, NSW : 1899 - 1952), p. 8. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article174463809

Right: Caricature of Butler by Leslie Ward from Vanity Fair, December 11, 1907 - Caption reads: "The Air"

Mr. Wilbur Wright, at Le Mans, France, yesterday, in his aeroplane, flew 66 kilometres (31 miles 672. yards) in one hour 31 minutes 25 seconds, being a record both as to distance and time. Mr. Wright's motor worked without a hitch.

The aeroplane rose over too feet, and when it descended the crowds frantically cheered the aeronaut.

Mr. H. White, the American Ambassador, in congratulating Mr. Wright, remarked, "The American nation may well be proud of you."

WRIGHT AEROPLANE. ( 1908, September 24 ). Goulburn Evening Penny Post (NSW : 1881 - 1940), p. 1. Retrieved fromhttp://nla.gov.au/nla.news-article98782649

Mr. Frank Hedges Butler, the aeronaut, recalls that nine years ago--on October-13, 1908-describing in a London newspaper his impression of an aeroplane flight with Mr. Wilbur Wright at Le Mans, he made a forecast which, optimistic though it may have seemed then, falls short of the achievements of to-day:

" Lighthouses on land," he said in October, 1908, " will be erected by the Trinity Board to mark the way at night. Lamps on aeroplanes or fliers will be used.

The speed of the smaller planes will be terrific-200miles an hour. Twenty-one miles across the Channel means a very few minutes. Aeroplanes can be made to float on the water and raise themselves. No reason why, if now they can carry equal to three passengers, an aeroplane should not carry more with larger planes and engines." PROPHET OF THE AIR. ( 1918, January 25 ). Seymour Express and Goulburn Valley, Avenel, Graytown, Nagambie, Tallarook and Yea Advertiser (Vic. : 1882 - 1891 1914 - 1918), p. 5. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article92149291

1908 -- People came from all over Europe to watch Wilbur fly. He demonstrates the Flyer for thousands of people that include heads of state, royalty, and the commanders of armies - photo courtesy Wright Brothers Aeroplane Company website

AUSTRALIAN AERO CLUB. INAUGURAL MEETING.

An important step has been made in the advancement of aviation in Australia. In November of last year an Aero Club was formed at Point Cook by the instructors of the Central Flying School, Captain Petre and Lieutenant Harrison and the first officer aviators who had obtained their pilot certificates at the school - Captain T. W. White, Lieutenants R. Williams, D. T. Manwell and G. P. Merz. It was then decided to form an Australian Aero Club to advance the cause of aviation, and to be a controlling body and social club. It was resolved that efforts should be made to conduct the club on lines similar to those of the Royal Aero Club of Great Britain. This club, with the Federation Aeronautiqe Internationale of France and its affiliated bodies controls aviation and grants pilots' certificates throughout the World.

As a result of the decision arrived at the inaugural meeting of the Australian Aero Club was held on Friday night last at the Cafe Francais, when military and civilian aviators and others directly interested met to elect office bearers, and lay down the work to be carried out. Captain H. Petre, who will he leaving shortly in command of the Central Flying Corps, which will proceed to the front with the Indian Army, presided.

On Friday night Lieutenant W. Sheldon of the Royal Australian Field Artillery was elected secretary in place of Captain White, who is leaving, shortly for the front with the Flying Corps. A committee was elected to draw up rules to be placed before the next meeting, which will be held shortly, qualifications for membership fixed, and some new members elected. The members of the committee are as follows - Major E. Harrison, Lieut. E. Harrison, Captain T. W. White Lieuts. Rolfe (R.A.G.A.) G. P Merz and Mr. Reynolds.

It is recognised by the founders or the club that the membership will not be large, but it is expected that the popularity of aviation, as its possibilities become more wide!y known, will tend to awaken greater interest in the science in Australia. At the conclusion of the meeting, Lieut. Eric Harrison proposed the health of Captains Petre and White and wished them a safe return. The toast was duly honoured, and appropriately responded to. AUSTRALIAN AERO CLUB. ( 1915, April 13 ). The Argus (Melbourne, Vic. : 1848 - 1957), p. 11. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article1509465

AVIATION. Some years ago a number of enthusiasts inaugurated an aviation club, with the object of encouraging the science of aeronautics in Australia. Interest flagged, and want of support and public enthusiasm the association died down. It was on 6th November, 1914, when aviation began to hold the interest even of the ordinary man in the street, that the Australian Aero was established by the instructors of the Central Flying School, Captain Petre and his colleague, Lieutenant E. Harrison. At a meeting held at Point Cook, it was decided to form this club , including among its members, the first officer aviators to obtain their pilot certificates at the flying school. These officers included Captain T.W. White, Lieutenant A. G. P. Merz, Lieutenant R. Williams and Lieutenant D. T. Maxwell. At this little meeting it was agreed that the objects of the Australian Aero Club would be to advance the cause of aviation, and to be a controlling body and social club - run on similar lines as far is possible, as the Royal Aero Club of the United Kingdom.

The inaugural meeting of the Australian Aero Club was held at the Café Francais on Friday evening, -9th April, when a strong attendance of military and civilian aviators, defence representatives and others, met to elect office bearers, and lay out plans of work to be proceeded with by the club. Lieutenant D. Sheldon., of the R.A.F.A., was elected secretary in place of Captain White, who is leaving shortly for the front with the flying corps. Captain H. Petre, who is also leaving very soon in command of the flying corps which will proceed to the front with the Indian army, presided. A committee, including the following, was elected: Major E. Harrison, Mr. Tom Reynolds, Lieutenant E. Harrison, Captain T. D. White, Lieutenant Ralfe and Lieutenant Merz. The committee agreed to draw up rules to be placed before the next meeting, which will be held at an early date. Qualifications for membership were fixed and some new members were elected. At the conclusion of the meeting, Lieutenant Eric Harrison proposed the healths of Captains Petre and White, wishing them both a safe return. AVIATION. ( 1915, April 17 ). Leader (Melbourne, Vic. : 1862 - 1918), p. 22 Edition: WEEKLY. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article91374796

On August 4th, 1914 Britain declared war on Germany and many young Australians who had gone to England to also become 'airmen' were quickly in amongst the action in France. Aero Clubs, and the great ideas they would aim to take forward were placed on hold.

Mr. Glynn (Minister of External Affairs) received a telegram from the Prime Minister (Mr. Joseph Cook)at about 1 o'clock on Wednesday afternoon stating that official information has been received that war has broken out with Germany. Mr. Cook also stated:— "Australia is now at war."

The Governor-General has received a cable stating that war has broken out between Great Britain and Germany, and also messages expressing appreciation of Australia's offer of an expeditionary force.

The German cargo steamer Pfalz left her berth at Melbourne on Wednesday morning to proceed to sea, but inconsequence of official intervention she had to return to her berth.

Great Britain is now definitely at war with Germany. In the House of Commons yesterday, Mr. Asquith explained that Great Britain had asked Germany for an explanation of her intentions regarding the neutrality of Belgium, and had given the Berlin Government up to midnight to reply. Apparently the rejoinder was unsatisfactory, for later advices stated that a state of war existed between the two countries, and this was followed by an official declaration of war by Germany. It is stated that the German High Sea Fleet has left Kiel, and is steaming westward. If this be so, an engagement with the British Fleet now patrolling the North Sea, may be momentarily expected. Reports from Stockholm give details of a naval engagement between the Russians and Germans in the Baltic Sea. The Germans engaged the Russian Fleet near the Aland Islands, and the Russians, probably overwhelmed by numbers, were driven back, and have taken refuge in the Gulf of Finland. On land the Czar's forces are reported to have been more successful. Germany has been entered at several points on the eastern frontier, but no big engagements have yet been reported. Severe fighting has occurred between the Austrians and Servians near Belgrade, but Austria is believed to have abandoned her aggressive campaign against the little Kingdom in order to prepare in Galicia for the oncoming of the Russian Armies. There does not appear to have been any really serious fighting so far between the French and Germans, but it is now definitely announced that a German Army has crossed the north-east frontier . WAR BETWEEN ENGLAND AND GERMANY. ( 1914, August 6 - Thursday ).The Advertiser (Adelaide, SA : 1889 - 1931), p. 8. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article6428546

A small insight into just one of these early Australian pilots experience in France, a man in his early 20's when this conflict began and who had gained his pilot's licence in 1912:

Australian Aviator. LIEUTENANT CONRAN'S WORK.

A couple of weeks ago …. it was intimated that Lieutenant Eric Conran, who is at the front with the Royal Flying Corps, had been mentioned in despatches which, of course, is a very high distinction. Many of the Australian papers printed the officer's name as "Conway," but he is the son of Mr. H. L. Conran, so well known from Queensland to Adelaide, where he resided for many years. Lieutenant Conran visited his native land on furlough a few months prior to the war, and gave an interesting interview on military aviation and flying generally.

Shortly after his return to London, hostilities broke out, and he was sent with his corps to the Allies' lines in France. Now we have received copies of a couple of letters from Lieutenant Conran, which have this peculiar interest, that they are intimate notes struck off hurriedly without the slightest idea of ever seeing print, They give an excellent idea of what our men at the front are doing and thinking about, and this gives them, a value that does not attach to more dramatic-* accounts of various phases of the operations.

"Very many' thanks for the parcel of socks' and cigarettes and woollen caps— they are topping.- - The weather has been very wet the last week, ruining everyday, but we are all merry and bright, and living very well. We-cook our own dinner which is nearly always the same—roast chicken . potatoes, onions, and anything we can pick up. The rain is sometimes rather, unkind, when it puts the fire out just at the time we want to cook. Rice is our strong point. There is a big battle going on to-day, and we can hear the guns having a great time.

"Have seen a great many German prisoners passing through, looking rat .cr' pleased to get away, from war, ic., or anything to do with it. Have seen quite a few lot of country houses. Some are lovely, with beautiful gardens, but they are all empty and everybody has gone away There is nothing I should like so much as for you to send a woollen waist coat and some cigarettes. Your. Papers arrived all right. Give my love to the family. Am very well indeed. Hope to hear from you soon."

October 1, 1914. . One of our officers is going home, so this is another chance for you to get a letter-quicker than' if I were to post it here. I get your letters all. right, and thank you so much for writing so often. It" is the greatest joy getting your letters, especially after one has been out all day under fire of the Germans All the parcels have arrived, and the parcel of foodstuff 'was excellent," and will be most useful.' Thank you so much for thinking of it. There is one thing we should love you to: send—that is a tin of curry powder. Now for a little news of myself, as you have asked so often..' It is really only in these letters I can say much, and then not so much ns I should like. Your letters are not opened, so you can say what, you like.

"Everything is going on all right, and it is only a matter of time before the Germans are smashed to bits. This battle has been a very long one, and the biggest tattle in the history of the world. Both sides have very strong positions, and it is really an artillery duel. Our men are doing awfully well. - The R.F.C. has made a name for itself, and especially No. ___squadron. The general has sent our colonel a wonderful chit about us. The work is interesting, by seeing everything that is going on, but it is not so nice, as now the whole time you are over the enemy, they are shelling you hard. The day before yesterday, my machine was under fire for an hour and a-half,. and at one time we counted 35 shells that burst quite close to us,- and when -we came down we found a large piece, of shell had gone through one of the wings, - and' that four bullets-had gone through the other wing. This happens every day, so am getting used to it by now.

"Yesterday I was told to go up behind the enemy's lines, and drop bombs on a railway station. The clouds were very low, so sneaked up to the place where I wanted, to get without getting shot at, but when I came up to the station, to drop 'the bombs, the beasts gave, me a terrible shock with their anti aircraft guns (which we call Archibald).

They frightened ten years out of my life, as I could heat the bursts but could not see the shells.' As I returned I dived into a cloud and then they fairly shelled the poor cloud, but anyhow I managed to sum up enough courage to come out of the cloud and drop the bombs, with what success I am not too sure, but the bombs

I use for that work are a 25-lb. shell.

"Something must have happened. Then I went off, dropping more bombs on troops and bivouac,' altogether dropping, so must have bagged something. – We know for certain that one of my – bombs killed a lot of men and horses at one place. 'It is a very cruel and terrible thing, but it must be done. -The general told me last night, that I was the only one who had gone over the enemy yesterday, and-that I was a very fine performer, so that cheered me up a bit. Today is my day off, so am lying in the sun, enjoying life. I have three days on duty and one off.

"The work is very hard on one really, although one does, not feel it at the time, so one earns a day off. 'As I am writing this, I can see one of our machine's getting a lovely time from “Archibald." Russia is the chief source of the petrol supply. Australian Aviator. ( 1914, December 11 ). La semaine (Brisbane, Qld. : 1876 - 1934), p. 20. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article190530147

Conran was a member of Squadron 3 of the newly formed RAF. Although he was one of the lucky ones to survive WWI he died a few years afterwards from an operation performed:

BIOGRAPHICAL PARTICULARS. MAJOR E. CONRAN.

On May 23rd, 1919 a New South Wales division of the Aero Club was formed:

A N.S.W. AERO CLUB. The Future of Aviation.

A New South Wales Aero Club has been formed in Sydney by returned members of the Australian Flying Corps and Royal Air Force , and others interested in the future of aviation, commercial and otherwise. The idea is to link up with the Australian Aero Club which was founded in Melbourne in 1915, and which has issued a number of pilot certificates, on the authority of the Royal Aero Club of the United Kingdom, with which it is affiliated.

The following were elected provisional officers of the NSW club:—Chairman, Mr. H. C. Macfie chairman of the recently formed Aerial Company hon secretary and treasurer Mr. Edward J. Hart, managing director of 'Sea, Land, and Air' committee, Lieut. W. Stutt. A.I.F., chief instructor, aviation school Richmond, Lieut,S. H. Harper, A.F.C., Capt. H. G. Watson, D.F.C. Lieut. S. H. Deamer. A.F.C., Lt. Col. P. W. Wood. D.S.O. and bar. M.C.. and Messrs. W. E. Hart and F. Bignold. A N.S.W. AERO CLUB. ( 1919, May 27 ). The Farmer and Settler(Sydney, NSW : 1906 - 1957), p. 4. Retrieved from http://nla.gov.au/nla.news-article123326737

1916. GROUP PORTRAIT OF OFFICERS OF NO. 1 SQUADRON AUSTRALIAN FLYING CORPS (AFC). IDENTIFIED PERSONNEL ARE (BACK ROW) LIEUTENANTS A. L. MACNAUGHTON C. J. BROOKES A. D. BADGERY C. A. KELLY S. WOODROW A. E. GEERE. (CENTRE ROW): LIEUTENANT R. ROSS CAPTAIN W. SHELDON MAJOR A. A. BROWN LT. COLONEL E. H. REYNOLDS CAPTAIN R. WILLIAMS LIEUTENANT E. G. ROBERTS R. S. BROWN S. J. L. TRELOAR. (FRONT ROW) LIEUTENANTS P. H. MEWLAND W. E. HART L. J. WACKETT CAPTAIN D. V. J. BLAKE CAPTAIN W. H. ANDERSON LIEUTENANTS F. H. MCNAMARA and A. MURRAY JONES. Image No.: A04544 courtesy Australian War Memorial


RAAF’s 100 SQN reborn

An historic World War II squadron has been reformed to keep Air Force history alive, and heritage aircraft flying.

The new No. 100 Squadron is the Air Force Heritage Squadron and was reformed on January 1, 2021.

Commanding Officer No. 100 Squadron Wing Commander Philip Beanland was formerly Executive Officer of Headquarters Air Academy.

“I feel extremely privileged to be the inaugural commander of a professional team working with these precious national artefacts,” Wing Commander Beanland said.

“I will draw on my range of operational and training experience to lead 100 Squadron by applying contemporary airworthiness practices, safely and effectively.

“Reactivating No. 100 Squadron in the same year as Air Force commemorates its first 100 years is especially fitting.

“No. 100 Squadron looks forward to safely displaying a well-preserved fleet to the Australian public over a wide range of settings and venues.

“The heritage fleet of No. 100 Squadron will continue to recognise previous generations and their service to our country and inspire the next generation to follow in their footsteps.”

The squadron was first formed on February 15, 1942, at RAAF Base Richmond with the personnel remaining in the Royal Air Force (RAF) No. 100 Torpedo Bomber Squadron, which had withdrawn from Malaya after RAF No. 100 Squadron was disbanded.

RAAF No. 100 Squadron was an Air Force bomber and maritime patrol squadron flying Australian-built Bristol Beauforts from bases in Queensland and New Guinea under the control of RAAF Southern Area Command.

During the war, No. 100 Squadron flew combat missions in the Pacific theatre before conducting further torpedo bomber training and anti-submarine patrols in Queensland.

It also flew reconnaissance and bombing missions against coastal shipping in Milne Bay and took part in the famous Battle of the Bismarck Sea in March 1943.

The squadron was disbanded in August 1946.

The new No. 100 Squadron is the parent unit for the Air Force’s Museum Heritage Flight and Temora Historic Flight.

The non-flying elements of the RAAF Museum will be transferred to History and Heritage Branch.

The new Air Force Heritage Squadron will be part of Air Academy within Air Force Training Group.

With its headquarters at RAAF Base Point Cook, the squadron will fly heritage aircraft from Point Cook, Victoria, and Temora, NSW.

There is a historical link with the Point Cook area as the original No. 100 Squadron was based at Laverton in July 1942.

Commander Air Force Training Group Air Commodore Greg Frisina said No. 100 Squadron was formed in a contemporary flying squadron structure to support the complex operation of flying and operating heritage aircraft from Point Cook and Temora.

“The commanding officer has a significant role to play in a disparate command and will be ably supported by an executive team and engineering staff,” Air Commodore Frisina said.

“The link with History and Heritage will still be maintained, so visitors to the RAAF Museum of old will not be disappointed.

“The museum will house an updated history and heritage ground display and professional flying displays from the aviators of No. 100 Squadron.

The squadron will develop its own unit badge to reflect its new role. The badge will have the motto ‘then, now, always’, drawn from the Air Force centenary motto.


Voir la vidéo: General activities of No 2 Squadron RAAF in Vietnam