Stephen Austin emprisonné par des Mexicains

Stephen Austin emprisonné par des Mexicains

Escaladant les tensions qui conduiraient à la rébellion et à la guerre, le gouvernement mexicain emprisonne le colonisateur texan Stephen Austin à Mexico.

Stephen Fuller Austin était un révolutionnaire réticent. Son père, Moses Austin, obtint du gouvernement mexicain en 1821 la permission d'installer 300 familles anglo-américaines au Texas. Lorsque Moïse est mort avant de réaliser ses plans, Stephen a pris le relais et a établi la communauté naissante du Texas sur le cours inférieur des rivières Colorado et Brazos. Des bouleversements périodiques au sein du gouvernement de la jeune République mexicaine forcèrent Austin à retourner constamment à Mexico où il défendit les droits des colons américains au Texas, représentant leurs intérêts en tant que fondateur colonial. Pourtant, Austin restait convaincu qu'un État anglo-américain pourrait réussir dans les limites de la nation mexicaine.

Les autorités mexicaines étaient moins certaines. Alarmé par le nombre croissant d'anciens Américains migrant au Texas (8 000 dans les seules colonies d'Austin en 1832) et par les rumeurs selon lesquelles les États-Unis avaient l'intention d'annexer la région, le gouvernement mexicain a commencé à limiter l'immigration en 1830. Bien qu'Austin ait trouvé des failles lui permettant de contourner la politique , la politique mexicaine a mis en colère de nombreux colons anglo-américains qui avaient déjà une longue liste de griefs contre leur gouvernement lointain. En 1833, un groupe de dirigeants coloniaux s'est réuni pour rédiger une constitution qui créerait un nouvel État mexicain du Texas à majorité anglo-saxonne en se séparant de la région de Coahuila, dominée par les Mexicains, à laquelle il était auparavant lié. Les colons espéraient qu'en diminuant l'influence des Mexicains indigènes, dont la culture et la loyauté étaient plus étroitement liées à Mexico, ils pourraient plaider plus efficacement pour des réformes à l'américaine.

Une fois qu'ils eurent élaboré une nouvelle constitution, les dirigeants coloniaux ordonnèrent à Austin de se rendre à Mexico pour la présenter au gouvernement ainsi qu'une liste d'autres demandes. Austin a cédé à la volonté du peuple, mais le président Santa Ana a refusé d'accorder au Texas le statut distinct de Coahuila et a jeté Austin en prison, soupçonné d'incitation à l'insurrection. Lorsqu'il fut finalement libéré huit mois plus tard en août 1835, Austin découvrit que les colons anglo-américains étaient au bord de la rébellion. Ils réclamaient maintenant une République du Texas qui se séparerait entièrement de la nation mexicaine. À contrecœur, Austin a abandonné son espoir que les Anglo-Texans pourraient d'une manière ou d'une autre rester une partie du Mexique, et il a commencé à se préparer à la guerre. L'année suivante, Austin a aidé à mener les rebelles texans à la victoire sur les Mexicains et a aidé à la création de la République indépendante du Texas. Battu par Sam Houston dans sa candidature à la présidence de la nouvelle nation, Austin a plutôt pris le poste de secrétaire d'État. Il est mort en fonction plus tard cette année-là.


Biographie de Stephen F. Austin, père fondateur de l'indépendance du Texan

Stephen F. Austin (3 novembre 1793 – 27 décembre 1836) était un avocat, un colon et un administrateur qui a joué un rôle clé dans la sécession du Texas du Mexique. Il a fait venir des centaines de familles américaines au Texas au nom du gouvernement mexicain, qui souhaitait peupler l'État isolé du nord.

Faits en bref : Stephen F. Austin

  • Connu pour: Rôle clé dans la colonisation américaine du Texas et sa sécession du Mexique
  • Née: 3 novembre 1793 en Virginie
  • Parents: Moïse Austin et Mary Brown Austin
  • Décédés: 27 décembre 1836 à Austin Texas
  • Éducation: Bacon Academy, Université de Transylvanie
  • Conjoint: Rien
  • Enfants: Rien

Au début, Austin était un agent diligent pour le Mexique, mais plus tard, il est devenu un combattant acharné pour l'indépendance du Texas et est aujourd'hui connu au Texas comme l'un des pères fondateurs les plus importants de l'État.


Lettre de J. Miguel Falcón à Miguel Arciniega, 1833

Après être devenu empresario en 1823, Stephen Austin a travaillé avec diligence avec le gouvernement mexicain pour protéger les droits de ses colons. Dix ans après son arrivée dans l'actuel Texas, et il y a 182 ans aujourd'hui, cette lettre ordonnant son arrestation marquait la fin de ses jours en tant que diplomate de confiance.

Pendant des mois, Austin avait négocié avec des responsables à Mexico pour les convaincre que le Texas devrait être son propre État. Le Texas faisait alors partie de l'État combiné de Coahuila y Tejas et ses intérêts étaient souvent l'emporte sur celui de Coahuila, plus grand et mieux représenté. La capitale de l'État, Saltillo, était à 500 miles de la colonie d'Austin, loin des besoins des colons. Finalement frustré, Austin écrivit au conseil municipal de San Antonio en octobre 1833 pour les encourager à se joindre à d'autres villes pour organiser un gouvernement local indépendant de Coahuila.

Le conseil municipal a remis la lettre d'Austin au gouvernement mexicain. Les autorités mexicaines considéraient les propos d'Austin comme un acte de trahison. Dans cette lettre à San Antonio alcalde José Miguel de Arciniega, J. Miguel Falcãocuten, secrétaire d'État pour Coahuila y Tejas, a ordonné l'arrestation d'Austin.

&ldquoJe joins à Votre Seigneurie une copie d'une lettre que Don Estevan F. Austin a envoyée le 2 octobre dernier de [Mexico] au [conseil municipal] de votre ville. Il contient certainement des idées subversives capables de promouvoir dans ce département une révolution scandaleuse, surtout si [Austin] parvient à comparaître à [San Felipe de Austin]. » Austin a été arrêté à Saltillo quelques jours plus tard et emprisonné à Mexico.

Austin était amer après son arrestation. Dans son journal de la prison du 22 février 1834, il écrit :

« Quelle horrible punition que l'isolement, enfermé dans un cachot avec à peine de lumière pour distinguer quoi que ce soit. Si j'étais un criminel, ce serait une chose, mais je n'en suis pas une. J'ai été pris au piège et précipité, mais mes intentions étaient pures et correctes.&rdquo


Répondre à cette question

Histoire

Quelle était la cause principale et le résultat de la révolution mexicaine ? l'incapacité du parti communiste à améliorer l'économie a conduit à une nouvelle réforme démocratique l'abus de pouvoir de la monarchie a conduit à l'abolition de l'hérédité

Études sociales

1. Quelle caractéristique rend le plateau mexicain important ? R. Il abrite la plupart des grandes villes du Mexique. B. C'est la région la moins peuplée du Mexique. -------- C. Elle a le plus long littoral du Mexique. D. C'est le plus aride

Études sociales

Lequel des énoncés suivants décrit avec précision la raison pour laquelle la Grande-Bretagne a établi une colonie en Australie ? A. pour établir des plantations de coton B. pour créer une base militaire dans le Pacifique C. pour commercer avec les Aborigènes ** D. pour établir

quelle déclaration décrit le mieux en quoi un portrait européen du XVIIe siècle (comme la mona lisa) diffère d'un ancien portail mexicain (comme un interprète de jeu de balle (?) ? a.Les anciens portraits mexicains étaient généralement des peintures à l'huile,

Études sociales

Laquelle des causes suivantes a été l'une des causes de la guerre américano-mexicaine ? A. Les États-Unis ont annexé le Texas. B. Les mormons se sont installés sur le territoire mexicain. C. Le président Polk a acheté le Texas. D. Le Mexique a proposé de vendre la Californie.

Quelle déclaration décrit le mieux en quoi un portrait européen du XVIIe siècle (comme la mona lisa) diffère d'un ancien portail mexicain (comme un interprète de jeu de balle (?) ? a.Les anciens portraits mexicains étaient généralement des peintures à l'huile,

Les études sociales plz répondent à n'importe quel plz

1. Pourquoi l'interaction entre les colons du Texas et le gouvernement mexicain s'est-elle développée et a-t-elle changé au fil du temps 2. Comment Manifest Destiny a-t-il eu un impact sur la position du gouvernement américain sur la demande d'annexion des Texans ? 3. Pourquoi

L'histoire

Les colonies du milieu étaient un territoire néerlandais composé de terres situées entre le nord et le sud. A.Les colonies mexicaines B.Les colonies anglaises C.Les colonies canadiennes ou D.Les colonies françaises .

Aide sur l'historique ?

Quel rôle Stephen Austin a-t-il joué dans la colonisation du Texas par les colons américains ? Il a vaincu l'armée de Santa Anna, la rendant sûre pour les colons de la région. Il a convaincu les colons américains du Texas de déclarer leur indépendance

Espanol

Quel plat mexicain populaire utilise des piments poblano farcis ? A. guacamole B. chiles rellenos C. chocolat chaud mexicain

Études sociales - Repost pour Ladybug

Quelle est la cause commune de la diaspora mexicaine et centraméricaine A. diffusion culturelle b. pauvreté c. la colonisation d. guerre Je crois que sa pauvreté B Quelle caractéristique rend le plateau mexicain important ? A. C'est une maison pour


3 janvier 1834 Stephen Austin emprisonné par les Mexicains

Espérant se remettre de la faillite avec un projet audacieux de colonisation, Moses Austin rencontre les autorités espagnoles à San Antonio pour demander la permission à 300 familles anglo-américaines de s'installer au Texas.

Originaire de Durham, Connecticut, Austin avait été un marchand prospère à Philadelphie et en Virginie. Après avoir entendu des rapports sur de riches mines de plomb dans les régions contrôlées par les Espagnols à l'ouest, Austin a obtenu en 1798 la permission des Espagnols d'exploiter des terres dans une zone qui se trouve dans ce qui est maintenant l'État du Missouri. Austin a rapidement construit une mine de plomb, une fonderie et une ville sur sa propriété, et sa mine a généré des bénéfices constants pendant plus d'une décennie. Malheureusement, l'effondrement économique qui a suivi la guerre de 1812 a détruit le marché du plomb et l'a laissé en faillite.

Déterminé à rebâtir sa fortune, Austin a décidé de s'appuyer sur son expérience avec les Espagnols et d'essayer d'établir une colonie américaine au Texas. En 1820, il se rend à San Antonio pour demander une concession de terre au gouverneur espagnol, qui l'a d'abord refusé. Austin a persisté et a finalement obtenu la permission d'installer 300 familles anglo-saxonnes sur 200 000 acres de terres texanes.

Fou de joie, Austin partit immédiatement pour les États-Unis pour commencer à recruter des colons, mais il tomba malade et mourut lors du long voyage de retour. La tâche de terminer les préparatifs de la colonie d'Austin au Texas est revenue à son fils, le vétéran Stephen Fuller Austin. Le jeune Austin choisit les cours inférieurs du fleuve Colorado et de la rivière Brazos comme site de la colonie, et les premiers colons commencèrent à arriver en décembre 1821. Au cours de la décennie suivante, Stephen Austin et d'autres colonisateurs amenèrent près de 25 000 personnes au Texas, la plupart d'entre eux Anglo-Américains.

Le président Santa Ana refusa d'accorder au Texas un statut distinct de celui de Coahuila et le 3 janvier 1834, il jeta Austin en prison, soupçonné d'incitation à l'insurrection. Il a finalement été libéré huit mois plus tard en août 1835. Toujours plus fidèles aux États-Unis qu'au Mexique, les colons ont finalement rompu avec le Mexique, Austin étant à la tête des troupes pour former la République indépendante du Texas en 1836. Neuf ans plus tard, ils ont dirigé le mouvement réussi pour faire du Texas un État américain.


L'emprisonnement de Stephen F. Austin

L'année 1834 s'ouvre avec l'arrestation de Stephen F. Austin pour trahison à la suite d'une lettre incendiaire qu'il a écrite en octobre 1833 alors qu'il se trouve à Mexico pour adresser une pétition au gouvernement fédéral au nom des colons texans. Arrêté à Saltillo, Austin a ensuite été ramené à Mexico où il a été emprisonné dans une ancienne prison de l'Inquisition espagnole. Bien qu'initialement placé en isolement cellulaire avec un accès limité au monde extérieur, la correspondance et les journaux de la prison de Stephen F. Austin révèlent beaucoup sur le climat politique au Mexique et dans l'État du Texas au cours de l'année qui a précédé la révolution. Au moment où Austin retourna au Texas en septembre 1835, la situation politique au Mexique avait radicalement changé et le Texas était au bord de la guerre.

Le voyage d'Austin à Mexico en 1833 a été marqué par les troubles politiques en cours au Mexique. Il avait exprimé à plusieurs reprises sa frustration face à la vitesse à laquelle le gouvernement avançait et le manque apparent d'intérêt pour la situation au Texas. Cette frustration, associée à la croyance que les troubles parmi la population du Texas, ont incité Austin à écrire une lettre le 2 octobre 1833 au ayuntamiento de Béxar exhortant le gouvernement de ce pays à entamer le processus d'organisation d'un gouvernement d'État séparé. C'est cette lettre qui a servi de base à l'arrestation d'Austin.

Les premiers mois de l'emprisonnement d'Austin ont été assez lugubres. Il a été placé à l'isolement dans une cellule qu'il a qualifiée de cachot. Il était parfois autorisé à marcher dans la prison pour faire de l'exercice, mais restait autrement isolé dans sa cellule. Austin a reçu une maigre nourriture et aucun accès à du matériel de lecture ou d'écriture. Initialement, ses seuls visiteurs étaient le père Michael Muldoon, un prêtre irlandais qui avait passé du temps au Texas entre 1831 et 1832, et son avocat nommé, qui changea trois fois en quelques semaines. Le père Muldoon a agi au nom d'Austin afin d'obtenir du matériel de lecture. L'état d'Austin s'est quelque peu amélioré en mai 1834 lorsque son isolement a été levé et qu'il a été autorisé à interagir avec ses codétenus. Austin a été libéré de prison le 25 décembre 1834 sous caution avec la promesse qu'il ne quitterait pas la ville.

Alors qu'Austin était emprisonné, le vice-président mexicain Valentín Gómez Farías envoya le colonel Juan Nepomuceno Almonte en tournée d'inspection au Texas. Les instructions publiques d'Almonte étaient de rassurer les colons sur la stabilité du gouvernement mexicain, d'entendre leurs plaintes et de les transmettre au gouvernement fédéral. En outre, Almonte avait également des instructions privées pour à la fois noter le nombre et la distribution des armes au Texas et cultiver des relations avec les loyalistes. Austin croyait que le rapport d'Almonte sur le Texas aurait un impact sur sa situation, et bien qu'Austin ait d'abord cru que le rapport ne serait pas positif, il a été agréablement surpris de découvrir que le rapport d'Almonte était en fait assez favorable à Austin et au Texas.[1] Même si son rapport officiel était encourageant, le 20 mai 1834, alors qu'il était encore au Texas, Almonte écrivit une lettre dans laquelle il conseillait de retenir Austin jusqu'à ce que 2 000 soldats puissent être déplacés au Texas pour y maintenir la paix.[2]

Les lettres d'Austin au Texas ont averti les colons de se taire et d'abandonner tout discours révolutionnaire. Pour la plupart, les colons texans ont suivi les conseils d'Austin. À la suite des troubles d'Anahuac de 1832, les Texans avaient commencé à s'identifier politiquement à l'une des deux factions - le Parti de la guerre et le Parti de la paix.[3] Le Parti de la guerre était en faveur d'un conflit armé avec le Mexique et beaucoup ont également appelé à l'indépendance. Le Parti de la paix était en faveur d'une réponse plus modérée au conflit entre les Texans et le gouvernement mexicain de plus en plus centralisé et les colons qui s'identifiaient à cette faction voulaient généralement que le Texas reste une partie du Mexique. Stephen F. Austin était un ardent défenseur de la paix, ce qui avait rendu son arrestation à Saltillo d'autant plus remarquable. Craignant pour la sécurité d'Austin, les membres du Peace Party ont fortement plaidé tout au long de 1834 et 1835 pour que les colons texans restent calmes face à la centralisation du gouvernement mexicain par Santa Anna. Les membres des deux parties se sont réjouis du retour d'Austin au Texas, comme Gail Borden s'en souvint neuf ans plus tard : unir le peuple et produire un plan d'action quel qu'il soit - Ils ont dit 'si le colonel Austin est pour la paix, nous sommes pour la paix, s'il est pour la guerre, nous sommes pour la guerre.' »[4]

Les expériences d'Austin au Mexique ont eu un impact profond sur ses sentiments concernant le gouvernement mexicain et l'avenir du Texas. À son retour au Texas, il a prononcé un discours lors d'un dîner à Brazoria organisé pour célébrer son retour au pays. Dans ses remarques, Austin a détaillé le problème auquel sont confrontés les habitants du Texas :

« La révolution au Mexique touche à sa fin. Le but est de changer la forme du gouvernement, de détruire la constitution fédérale de 1824 et d'établir un gouvernement central ou consolidé. Les états doivent être convertis en provinces. Que le peuple du Texas doive ou non accepter ce changement, et renoncer à tout ou partie de ses droits constitutionnels et acquis en vertu de la constitution de 1824, est une question de la plus haute importance qui appelle la considération délibérée du peuple. ”[5]

En outre, Austin a exprimé sa conviction que la constitution de 1824 accordait au peuple du Texas des « droits spéciaux et définis » et que ces droits ne pouvaient pas être abandonnés « à moins que le peuple du Texas ne l'y autorise expressément ».[6] Austin a donc fait écho à l'appel lancé par d'autres pour que le peuple du Texas tienne une consultation générale pour déterminer s'il était d'accord ou non avec la restructuration du gouvernement mexicain d'une nation républicaine à une nation centralisée.

Des plans ont été élaborés pour une consultation générale qui se tiendrait à San Felipe de Austin le 15 octobre 1835. Avant que les délégués ne puissent se réunir, cependant, les hostilités ont atteint leur paroxysme le 2 octobre 1835 dans la ville de Gonzales lorsque les colons ont affronté les autorités fédérales. troupes envoyées pour récupérer un canon. La consultation s'est finalement réunie en novembre 1835 et a publié une déclaration de causes confirmant leur engagement envers la Constitution de 1824 et rejetant la centralisation du gouvernement mexicain. L'indépendance sera déclarée quatre mois plus tard.

[1] Stephen F. Austin. "Austin à Thomas F. McKinney." dans Les papiers d'Austin, Vol 3, édité par Eugene Barker (Austin : Université du Texas, 1927), p.11.

[2] Eugène Barker. La vie de Stephen F. Austin. (Austin : University of Texas Press, 1926), p. 384.

[3] Bien que les Texans aient commencé à s'identifier aux philosophies politiques des partis Guerre et Paix dès 1832, ces termes ne sont formellement utilisés qu'en 1835.

[4] Gail Borden, 6 février 1844. Dans Les papiers d'Austin, Vol 3, édité par Eugene Barker (Austin : Université du Texas, 1927), p.115.

[5] Stephen F. Austin. "Discours du colonel Austin prononcé le 8 septembre 1835, lors d'un dîner public à Brazoria, donné en l'honneur de son retour au Texas." dans Les papiers d'Austin, Vol 3, édité par Eugene Barker (Austin : Université du Texas, 1927), p.117.


Stephen Austin emprisonné par des Mexicains - HISTOIRE

Santa Anna (nom complet Antonio de Padua María Severino López de Santa Anna y Pérez de Lebrón) a remporté l'élection de 1833 en tant que libéral avec la plus grande majorité de l'histoire. La vice-présidence est allée à Valentin Gomez Farias, un homme politique libéral de distinction intellectuelle. Santa Anna a couru après la présidence pendant au moins une décennie, mais une fois qu'il l'a eue, il s'est vite las d'en laisser la gestion quotidienne du pays à son vice-président alors qu'il se retirait dans son domaine de Manga de Clavo à Vera Cruz. Il a été président du Mexique à onze reprises non consécutives (1833 fois, 1834, 1835, 1839, 1841 - 1842, 1843 - 1844 et 1847) sur une période de 22 ans.

Farias, a commencé par deux réformes majeures, celle de l'église et celle de l'armée. Pour freiner l'influence indue de l'armée, il réduisit sa taille et abolit les fueros militaires. On a dit à l'Église qu'elle devrait limiter ses sermons aux questions spirituelles. L'éducation devait être retirée des mains de l'église. L'Université de Mexico a été fermée parce que sa faculté était entièrement composée de prêtres. Les paiements obligatoires de la dîme ont été rendus illégaux. La richesse totale de l'église a été estimée à 180 millions de pesos. Les religieuses et les prêtres ont été autorisés à renoncer à leurs vœux.

L'église, l'armée et d'autres groupes conservateurs se sont regroupés contre ces réformes. Ils ont fait appel à Santa Anna qui a accepté de diriger le mouvement contre son vice-président et a annulé toutes les réformes de Farias et l'a démis de ses fonctions. Il a déclaré que le Mexique n'était pas prêt pour la démocratie et s'est mis à construire un état caudilliste. leaders populistes parmi le peuple). Afin d'assurer le pouvoir, Santa Anna a rejeté ses anciennes manières libérales et est devenu un centraliste conservateur.

S'appuyant sur des archives au Mexique, en Espagne, en Grande-Bretagne et au Texas ainsi que sur des sources publiées, Fowler fournit un correctif indispensable aux impressions existantes de Santa Anna avec ce travail équilibré et bien écrit.

Grand Théâtre de Santa Anna

L'ancienne constitution de 1824 a été supprimée et une nouvelle, la constitution de 1836 a été promulguée. Les Siete Leyes (ou sept lois) ont été promulguées, dans lesquelles seuls ceux qui avaient un certain niveau de revenu pouvaient voter ou occuper un poste. Le congrès a été dissous. Les anciens États fédéralistes ont été redessinés en de plus grands districts militaires gouvernés par des patrons politiques fidèles à Santa Anna. Les milices d'État ont été dissoutes. Le mandat présidentiel a été prolongé de quatre à huit ans. Santa Anna se déplaçait pour concentrer le pouvoir. La présidence changea de mains 36 fois entre 1833 et 1855 . L'armée s'agrandit à cette époque pour atteindre une armée permanente de 90 000 et même si le pays souffrait d'une fiscalité excessive, le trésor était toujours en faillite. La corruption était généralisée. Santa Anna est devenue millionnaire. Ses possessions foncières en 1845 totalisaient 483 000 acres. Il lança des bals de gala et fit construire des opéras et des théâtres, comme le Gran Teatro de Santa Anna. Son titre officiel était ' son altesse la plus sereine ' et il se faisait également appeler le " Napoléon de l'Ouest .' Ses bustes et ses statues se trouvaient dans tout le Mexique.

Présidence de Santa Anna et intervention étrangère

Plusieurs États sont entrés en rébellion ouverte après ces actes de Santa Anna : Coahuila y Tejas, San Luis Potosí, Querétaro, Durango, Guanajuato, Michoacán, Yucatán, Jalisco, Nuevo León, Tamaulipas et Zacatecas. Plusieurs de ces États ont formé leurs propres gouvernements, la République du Rio Grande, la République du Yucatan et la République du Texas. La milice Zacatecan, la plus grande et la mieux approvisionnée des États mexicains, dirigée par Francisco Garcia, était bien armée avec Fusils britanniques de calibre .753 'Brown Bess' et carabines Baker .61. Après deux heures de combat, le 12 mai 1835, l'"armée d'opérations" de Santa Anna battit la milice zacatecane et fit près de 3 000 prisonniers. Santa Anna a permis à son armée de saccager Zacatecas pendant quarante-huit heures. Après avoir vaincu Zacatecas, il prévoyait de passer à Coahuila y Tejas

Révolte du Texas 2 octobre 1835 au 21 avril 1836

Tout au long de la période coloniale, le vaste territoire du Texas (268 584 miles carrés) était l'une des provinces coloniales du nord de la Nouvelle-Espagne. Les premiers Européens de la région, les missionnaires franciscains et les premiers colons espagnols du début au milieu des années 1700 ont été attaqués par les Apaches, les Comanches et d'autres tribus indiennes. Le territoire était loin de Mexico. Quelques colons sont arrivés. Il y avait de petites villes à l'intérieur , San Antonio, Nacogdoches, Goliad, et d'autres, qui dataient de l'époque de la première colonisation espagnole, ou qui s'étaient développées autour des Missions établies par les frères franciscains pour la conversion et la civilisation des Indiens .

Une histoire bien écrite de la révolution du Texas et des événements qui l'ont précédée.

Au début des années 1800, il n'y avait que 7 000 colons. L'Espagne souhaitait coloniser le territoire et, en 1821, accorda à Moses Austin la permission de s'installer comme empresario avec environ 300 familles catholiques au Texas.

En 1820, il partit pour le Texas. Il fut d'abord froidement reçu par le gouverneur Martinez de San Antonio, mais avec l'aide du baron de Bastrop, un officier prussien, qui avait servi sous Frédéric le Grand, et était alors au service du Mexique, il obtint une audition favorable le sa proposition d'installer une colonie d'émigrants des États-Unis au Texas. La pétition d'Austin a été transmise au gouvernement central et il est rentré chez lui. Sur la route, il a été volé et dépouillé par ses compagnons de voyage, et, après une grande exposition et des privations, subsistant pendant douze jours sur des glands et des noix de pécan, il a atteint la cabane d'un colon près de la rivière Sabine. Il rentra chez lui en toute sécurité et commença ses préparatifs pour son transfert au Texas, mais son exposition et ses privations l'avaient affaibli, et il mourut des effets d'un rhume dans sa cinquante-septième année, laissant son injonction mourante à son fils, Stephen, de réaliser son projet.

Le Mexique est devenu indépendant et le fils de Moses, Steven Austin a obtenu le même droit et après avoir fait de la publicité pour les colons à la Nouvelle-Orléans, 300 familles (appelées plus tard les « anciens 300 ») familles à régler une subvention sur la rivière Brazos. suivi d'un afflux important d'Américains au Texas attirés par les terres bon marché (dix cents l'acre) contre 1,25 $ l'acre aux États-Unis. Les colons ont également été exemptés d'impôts pendant 7 ans.

La vie dans le nouveau pays était rude. Pendant qu'ils travaillaient, ils montaient la garde contre les Indiens, qui rôdaient pour voler le bétail, attaquant parfois de nuit une cabane, ou assassinant et scalpant quelque berger ou voyageur solitaire. Les Mexicains n'ont rien fait pour protéger ou gouverner la colonie. Les colons ont créé un code de lois pour l'administration de la justice et le règlement des différends civils. Les titres fonciers ont été dûment enregistrés et une milice locale a été organisée. Austin était l'autorité suprême, le juge et le commandant. En 1827, la Nouvelle-Orléans était en effervescence à propos des lieues de terre que le Mexique donnait à ceux qui coloniseraient le Texas. En 1827, 12 000 Américains vivaient au Texas. En 1835, il y avait 30 000 Américains et seulement environ 8 000 Mexicains.

De nombreux criminels du Mexique et des États-Unis ont fui vers l'est du Texas pour échapper à la justice. Débiteurs frauduleux qui avaient écrit à la craie sur leurs volets les lettres cabalistiques " G. T. T. " Gone to Texas . Les hors-la-loi de la terre neutre se sont organisés en bandes, et se sont battus pour les titres fonciers et pour la domination politique, et en 1826 a commencé une guerre contre les autorités mexicaines sous la direction de Hayden Edwards, un empresario, dont le contrat avait été annulé en raison de la les conflits qui avaient surgi entre les revendications de ses colons et les premiers habitants et squatters mexicains. Cela s'appelait « La guerre frédonienne », a été facilement réprimée, Austin et ses colons prenant part aux autorités mexicaines.

Le gouvernement mexicain croyait que les Américains pouvaient être intégrés dans la société mexicaine, mais les sociétés étaient trop différentes et les tensions augmentaient. La plupart des Américains restaient protestants, même s'ils pouvaient passer par les mouvements d'être catholiques s'ils étaient interrogés par des responsables mexicains et que peu se souciaient d'apprendre l'espagnol. .

L'un des principaux griefs contre le Mexique par les Texans était qu'il était un appendice de l'État de Coahuila. On a finalement donné 3 représentants à la législature de l'État (sur 12) mais les Coahuilans ont été facilement mis en minorité par les Coahuilans sur des questions importantes. Les cours d'appel étaient situées dans la lointaine Saltillo. Les Américains voulaient que le Texas soit un État distinct de Coahuila, mais pas indépendant du Mexique et qu'il ait sa propre capitale. Ils pensaient qu'un emplacement plus proche de la capitale aiderait à endiguer la corruption et faciliterait d'autres questions de gouvernement.

Steven Austin s'est rendu à Mexico avec une pétition demandant un État séparé de Coahuila. cela n'a pas été approuvé et il a écrit une lettre en colère à un ami, qui semblait suggérer que le Texas devrait succéder au Mexique. La lettre a été interceptée et il a passé 18 mois en prison.

Les Américains étaient également de plus en plus déçus par le gouvernement mexicain. Bon nombre des soldats mexicains en garnison au Texas étaient des criminels condamnés qui avaient le choix entre la prison ou servir dans l'armée au Texas. Le Mexique n'a pas protégé la liberté de religion, exigeant plutôt que les colons s'engagent à accepter le catholicisme romain. La loi mexicaine exigeait une « dîme » versée à l'Église catholique. Les colons américains ne pouvaient pas cultiver les cultures qu'ils souhaitaient, mais comme les autres citoyens mexicains étaient tenus de le faire, cultiver les cultures dictées par les autorités mexicaines, qui devaient être redistribuées au Mexique. La culture du coton était lucrative à l'époque, mais la plupart des colons n'étaient pas autorisés à le cultiver et ceux qui le faisaient étaient parfois emprisonnés.

Le gouvernement mexicain avait des raisons de s'inquiéter de la croissance de la population américaine au Texas. Le président Adams et le président Jackson avaient proposé d'acheter le territoire. dont celui de John Long du Tennessee qui a envahi le Texas avec une armée privée et s'est emparé de Nacogdoches et s'est déclaré président de la République du Texas. L'armée de Long a ensuite été vaincue par les Mexicains, mais elle a attiré plus de soutien aux États-Unis pour acquisition du Texas.

L'immigration de contrôle au Texas en provenance d'Amérique, qui était principalement effectuée par des Américains du sud avec des esclaves, le président Guerrero a promulgué la proclamation d'émancipation en 1829. La plupart des Américains ont converti leurs esclaves en serviteurs sous contrat à vie pour contourner ce problème. En 1836, il y avait environ 5 000 esclaves au Texas.

En 1830, toute future immigration en provenance d'Amérique fut interdite par le président Anastasio Bustamente, bien que des milliers de personnes continuèrent à affluer à travers les frontières poreuses. Bustamente a également commencé les préparatifs en faisant du Texas une colonie pénitentiaire, en envoyant un millier de soldats, pour la plupart des criminels et des condamnés, dans les gares du pays.

Santa Anna croyait que l'afflux d'immigrants américains au Texas faisait partie d'un complot des États-Unis pour s'emparer de la région. et les garnisons mexicaines ont été renforcées. Le Mexique a augmenté les droits de douane sur les exportations, augmentant le coût du commerce avec les États-Unis. La colonisation mexicaine du Texas a été encouragée.

La goutte d'eau pour les Américains au Texas a été l'annulation par Santa Anna de la Constitution fédérale de 1824 et craignait de vivre sous un tyran sans aucune représentation. De nombreux Américains ont commencé à faire valoir qu'ils devraient se séparer du Mexique, ils ont également été soutenus par de nombreux libéraux mexicains. Le plus actif d'entre eux fut Lorenzo de Zavala, chef du Congrès mexicain en 1823. Les Texans choisissent l'indépendance et choisissent David Burnet comme président et Zavala comme vice-président.

Une grande partie du Mexique, dirigée par les États du Yucatan, de Zacatecas et de Coahuila, s'est rapidement révoltée contre les actions de Santa Anna. Santa Anna a passé deux ans à réprimer les révoltes. Sous la bannière libérale, l'État mexicain de Zacatecas se révolte contre Santa Anna. La révolte fut brutalement écrasée en mai 1835. En récompense, Santa Anna accorda à ses soldats deux jours de viols et de pillages dans la capitale Zacatecas, les civils furent massacrés par milliers. Santa Anna a également pillé les riches mines d'argent de Zacatecan à Fresnillo.

Il ordonna alors à son beau-frère, le général Martin Perfecto de Cos, de marcher sur le Texas et de mettre fin aux troubles contre l'État. le parti indépendantiste. Mais après l'annulation de la Constitution de 1824, l'emprisonnement d'Austin et la nouvelle de ce qui s'était passé à Zacatecas, une majorité soutint le mouvement indépendantiste.

On September 20, General Cos landed at Copano with an advance force of about 300 soldiers bound for Goliad, San Antonio and San Felipe de Austin.

Austin was released in July, having never been formally charged with sedition, and was in Texas by August. Austin saw little choice but revolution. A consultation was scheduled for October to discuss possible formal plans to revolt, and Austin sanctioned it.

Colonel Domingo Ugartechea, who was stationed in San Antonio, ordered the Texians to return a cannon given to them by Mexico that was stationed in Gonzales. The Texians refused. Ugartechea sent Lieutenant Francisco Castañeda and 100 dragoons to retrieve it. When he arrived at the rain-swollen banks of the Guadalupe River near Gonzales, there were just eighteen Texians to oppose him. Unable to cross, Castañeda established a camp, and the Texians buried the cannon and called for volunteers. Two Texian militias answered the call. Colonel John Henry Moore was elected head of the combined revolutionary militias, and they dug up the cannon and mounted it on a pair of cartwheels. A Coushatta Native American entered Castañeda&rsquos camp and informed him that the Texians had 140 men.

Come and Take It Cannon - The Birth of Texas

On October 1, 1835, at 7 p.m., the Texians headed out slowly and quietly to attack Castañeda&rsquos dragoons. At 3 a.m. they reached the camp, and gunfire was exchanged. There were no casualties except for a Texian who had bloodied his nose when he fell off his horse during the skirmish. The next morning, negotiations were held, and the Texians urged Castañeda to join them in their revolt. Despite claiming sympathy for the Texian cause, he was shocked by the invitation to mutiny, and negotiations fell through. The Texians created a banner with a crude drawing of the disputed cannon and the words "Come and take it" written on it. Since they had no cannon balls, they filled it with scrap metal and fired it at the dragoons. They charged and fired their muskets and rifles, but Castañeda decided not to engage them and led the dragoons back to San Antonio. Thus the war had begun

Next, the Texans captured Bexar, under the defence of General Cos. When General Austin gave his army of volunteers the boring task of waiting for General Cos&rsquo army to starve, many of the volunteers simply left. Throughout November 1835, the Texian army dwindled from 800 to 600 men, and the officers began to bicker about strategy and why they were fighting against the Mexicans. Several officers resigned, including Jim Bowie , who went to Gonzales. The siege of Bexar, which began on October 12, 1835, would demonstrate how little leadership the Texan "Army" had. Austin had been appointed Commander of all the Texan forces, but his talents were not well suited for military life.

The siege ended on December 11 with the capture of General Cos and his starving army, despite Austin's leadership. The Mexican prisoners were paroled and sent back to Mexico after being made to promise not to fight again.

The early victories of the Texans were greatly attributed to their effective hunting rifles, which could fire at distant targets and with more accuracy than the smooth bore muskets of the Mexican infantry.

The remaining Texan army, poorly led, and with no collective motivation, prepared to advance towards Matamoros, hoping to sack the town. Although the Matamoros Expedition , as it came to be known, was but one of many schemes to bring the war to Mexico, nothing came of it. On November 6, 1835, the Tampico Expedition under José Antonio Mexía left New Orleans , intending to capture the town from the Centralists. The expedition failed. These independent missions drained the Texan movement of supplies and men, bringing only disaster for months to come.

Santa Anna decided to take the counter-offensive. General Cos informed Santa Anna of the situation in Texas, and the general proceeded to advance north with his Army of Operations , a force of about 6,000. The army had gathered in San Luis Potosí and soon marched across the deserts of Mexico during the worst winter recorded in that region. The army suffered hundreds of casualties, but it marched forward, arriving in Texas months before it was expected. Taking Bexar (San Antonio ), the political and military center of Texas, was Santa Anna's initial objective

The defenders inside the Alamo awaited reinforcement. "At dawn on the first of March, Capt. Albert Martin, with 32 men (himself included) from Gonzales and DeWitt's Colony, passed the lines of Santa Anna and entered the walls of the Alamo, never more to leave them. These men, chiefly husbands and fathers, owning their own homes, voluntarily organized and passed through the lines of an enemy four to six thousand strong, to join 150 of their countrymen and neighbors, in a fortress doomed to destruction." No further reinforcement arrived.

On March 6, 1836 the 13-day siege of the Alamo ended. Among the dead were three men destined to become martyrs and heroes: David Crockett, James Bowie and William B. Travis. Cries of Remember the Alamo! would eventually fuel an American victory over Mexico. The Alamo and its defenders grew into enduring symbols of courage and sacrifice in the face of overwhelming odds. Controversy has always been part of the history and legend of the Alamo. Whether they hold traditional or revisionist views, people are passionate about their opinions.

Were Crockett, Travis and Bowie a "Holy Trinity" or less than perfect human beings?

Why were Tejanos like Juan Seguin, who fought for Texas liberty alongside the Anglos, virtually ignored in history books until recently?

Did Travis draw a line in the sand?

How many defenders were really there, and how many attackers?

Did everyone die, or were there survivors?

The Alamo was defended by about 183-189 men under the command of William Barret Travis and Jim Bowie. Most of the Alamo defenders were white men of Spanish ancestry. Numerous sick and wounded from the siege of Bexar, perhaps raising the Texan military total to around 250, as well as non-combatants were also reported present afterwards. The Battle of the Alamo ended on March 6 after a 13 day siege in which all Texan combatants were killed. The alcalde of San Antonio reported cremation of 182 defenders' bodies one defender's burial by a Mexican army relative was allowed. Santa Anna's army casualties have been estimated as about 600 - 1000 troops&mdashthe quoted number of Mexican soldiers killed varies greatly. The defense of the Alamo proved to be of no military consequence for the Texan cause, but its martyrs were soon hailed as heroes. The most important result during this time was the 1836 Convention signing of the Texas Declaration of Independence from Mexico, on March 2.

Soon, Santa Anna divided his army and sent flying columns across Texas. The objective was to force a decisive battle over the Texan Army, now led by General Sam Houston.

General José Urrea marched into Texas from Matamoros, making his way north following the coast of Texas, thus preventing any foreign aid by sea and opening up an opportunity for the Mexican Navy to land much needed provisions. Urrea's forces were engaged at the Battle of Agua Dulce on March 2, 1836, which would soon lead to the Goliad Campaign. General Urrea was never defeated in any engagement his forces conducted in Texas.

General José Urrea was never defeated in battle during the Texas revolution

At Goliad, Urrea's flying column caught Colonel James Fannin's force of about 300 men on the open prairie at a slight depression near Coleto Creek and made three charges at a heavy cost in Mexican casualties. Overnight, Urrea's forces surrounded the Texans, brought up cannon and reinforcements, and induced Fannin's surrender under terms the next day, March 20. About 342 of the Texan troops captured during the Goliad Campaign were executed a week later on Palm Sunday, March 27, 1836, under Santa Anna's direct orders, widely known as the Goliad Massacre .

"The impact of the Goliad Massacre was crucial. Until this episode Santa Anna's reputation had been that of a cunning and crafty man, rather than a cruel one. together with the fall of the Alamo, branded both Santa Anna and the Mexican people with a reputation for cruelty and aroused the fury of the people of Texas, the United States, and even Great Britain and France, thus considerably promoting the success of the Texas Revolution .

This 360-degree video is the full film by the Texas Historical Commission (THC) about the Goliad Massacre, which took place in March 1836. It is an important, yet often-overlooked, moment in the pursuit of Texas independence.

Houston immediately understood that his small army was not prepared to fight Santa Anna out in the open. The Mexican cavalry, experienced and feared, was something the Texans could not easily defeat. Seeing that his only choice was to keep the army together enough to be able to fight on favorable grounds, Houston ordered a retreat towards the U.S. border, and many settlers also fled in the same direction. A scorched earth policy was implemented, denying much-needed food for the Mexican army. Soon, the rains made the roads impassable, and the cold season made the list of casualties grow in both armies.

Santa Anna's army, always on the heels of Houston, gave unrelenting chase. The town of Gonzales could not be defended by the Revolutionaries, so it was put to the torch. The same fate awaited Austin's colony of San Felipe. Despair grew among the ranks of Houston's men, and much animosity was aimed towards him. All that impeded Santa Anna's advance were the swollen rivers, which gave Houston a chance to rest and drill his army.

Events moved at a quick pace after Santa Anna decided to divide his own flying column and race quickly towards Galveston , where members of the Provisional Government had fled. Santa Anna hoped to capture the Revolutionary leaders, and put an end to the war, which had proven costly and prolonged. Santa Anna, as dictator of Mexico, felt the need to return to Mexico City as soon as possible. Houston was informed of Santa Anna's unexpected move. Numbering about 700, Santa Anna's column marched east from Harrisburg, Texas . Without Houston's consent, and tired of running away, the Texan army of 900 moved to meet the enemy. Houston could do nothing but follow. Accounts of Houston's thinking during these moves is subject to speculation as Houston held no councils of war.

On April 20, both armies met at the San Jacinto River. Separating them was a large sloping ground with tall grass, which the Texans used as cover. Santa Anna, elated at finally having the Texas Army in front of him, waited for reinforcements, which were led by General Cos. On that same day, a skirmish was fought between the enemies, mostly cavalry, but nothing came of it.

To the dismay of the Texans, Cos arrived sooner than expected with 540 more troops, swelling Santa Anna's army to over 1,200 men. Angered by the loss of opportunity and by Houston's indecisiveness, the Texas Army demanded to make an attack. About 3:30 in the afternoon on April 21, after burning Vince's Bridge, the Texans surged forward, catching the Mexican army by surprise. Hours before the attack, Santa Anna had ordered his men to stand down, noting that the Texans would not attack his superior force. Also, his army had been stretched to the limit of endurance by the ongoing forced marches. His force was overwhelmed by Texians pushing into the Mexican camp. An 18-minute-long battle ensued, but soon the defenses crumbled and a massacre ensued.

On April 21, 1836, Texas won its independence when an outnumbered Texas Army defeated Mexican forces on the plains of San Jacinto. The monument built in remembrance of the battle stands on the flat Texas wetlands along the Houston ship channel. It is one of the most recognizable symbols of the history of Texas, a soaring monument to commemorate a small battle with huge consequences

Popular folk songs and legends hold that during the battle, Santa Anna was busy with and was distracted by a comely mixed race indentured servant, immortalized as 'The Yellow Rose of Texas.'

Santa Anna's entire force of men was killed or captured by Sam Houston's heavily outnumbered army of Texans only nine Texans died. This decisive battle resulted in Texas's independence from Mexico.

Santa Anna was captured when he could not cross the burned Vince's Bridge, and he was brought before Houston, who had been wounded in the ankle. Santa Anna agreed to end the campaign. General Vicente Filisola, noting the state of his tired and hungry army, marched back to Mexico, but not without protests from Urrea. Only Santa Anna had been defeated, not the Army of Operations, and Urrea felt that the campaign should continue, but Filisola disagreed.

Santa Anna surrenders at San Jucinto

With Santa Anna a prisoner, his captors forced him to sign the Treaties of Velasco ( one public, one private ) on May 14. The public treaty was that he would not take up arms against the republic of Texas .The private treaty was to recognize Texas's independence . The initial plan was to send him back to Mexico to help smooth relations between the two states. His departure was delayed by a mob who wanted him dead. Declaring himself as the only person who could bring about peace, Santa Anna was sent to Washington, D.C., by the Texan government to meet President Jackson in order to guarantee independence of the new republic. But unknown to Santa Anna, the Mexican government deposed him in absentia thus, he no longer had any authority to represent Mexico.

After some time in exile in the United States, and after meeting with U.S. president Andrew Jackson in 1837, he was allowed to return to Mexico aboard the USS Pioneer to retire to his magnificent hacienda in Veracruz, called Manga de Clavo .

When Santa Anna returned to Mexico, the Mexican legislature declared the treaties null and void since they were signed while the president was prisoner . Mexico was too disturbed by its own internal troubles to mount a serious invasion of Texas .

Texas became a republic after a long and bloody fight, but it was never recognized as such by Mexico. The war continued as a standoff.

Santa Anna re-emerged as a hero during the Pastry War in 1838. He was re-elected President, and soon after, he ordered an expedition led by General Adrian Woll , a French soldier of fortune, into Texas, occupying San Antonio, but briefly. There were small clashes between the two states for several years afterward. The war with Texas did not truly come to an end until the Mexican-American War of 1846.

In 1838, Santa Anna discovered a chance to redeem himself from his Texan loss, when French forces landed in Veracruz, Mexico

Republic of Yucatán and the Republic of Rio Grande

After Santa Anna annulled the Federalist constitution of 1824, they were many revolts against the centralisation of power, two actually formed republic besides Texas, the Yucatan and the Mexican states of Coahuila, Nuevo León, and Tamaulipas formed the Republic of Rio Grande .

Flag of the Republic of Yucatán

In 1840, the local Yucatan Congress approved a declaration of independence. Santa Anna refused to recognize Yucatán's independence, and he barred Yucatán ships and commerce in Mexico and ordered Yucatán's ports blockaded. He sent an army to invade Yucatán in 1843. The Yucatecans defeated the Mexican force, but the loss of economic ties to Mexico deeply hurt Yucatán commerce. Yucatan became part of Mexico again in 1843 .the central government rescinded earlier concessions and in 1845 Yucatán again renounced the Mexican government, declaring independence effective 1 January 1846.

Cult of the speaking Cross

When the Mexican-American War broke out, Yucatán declared its neutrality.In 1847 the so-called " Caste War " ( Guerra de Castas ) broke out, a major revolt of the Maya people against the misrule of the Hispanic population in political and economic control. When Mexico was preoccupied with the war with America, many Maya united under the Mayan-Christian cult of the Speaking Cross to reclaim there land from the whites (dzul ) .This was a cult of a cross carved in a tree in the Yucatan that bore a resemblance to the Maya tree of life, La Ceiba .The Mayans took over the peninsula and almost took the last white stronghold of Merida, when the Mayans abandoned the fight to plant .By 1855, the whites had retaken most of the Yucatán, but some parts remained in control of the cult of the Speaking Cross until the early 20th century .

The Mayan Cult of the Talking Cross: Mexico Unexplained

The government in Mérida appealed for foreign help in suppressing the revolt, with Governor Méndez taking the extraordinary step of sending identical letters to Britain, Spain, and the United States, offering sovereignty over Yucatán to whatever nation first provided sufficient aid to quash the Maya revolt. The proposal received serious attention in Washington, D.C.: the Yucatecan ambassador was received by US President James K. Polk and the matter was debated in the Congress ultimately, however, no action was taken other than an invocation of the Monroe Doctrine to warn off any European power from interfering in the peninsula.

In 1848 Mexico's Yucatán Peninsula almost became part of the United States.

After the end of the Mexican-American War, Governor Barbachano appealed to Mexican President José Joaquín de Herrera for help in suppressing the revolt, and in exchange Yucatán again recognized the central government's authority. Yucatán was again reunited with Mexico on 17 August 1848.

The Republic of Rio Grande flag

On January 17, 1840 a constitutional convention was held at the Oreveña Ranch near Laredo. Here it was decided that the Mexican states of Coahuila, Nuevo León, and Tamaulipas would withdraw themselves from Mexico and would form their own federal republic with Laredo as the capital. After the loss the Battle of Morales the republic moved its capital to Victoria, Texas . There was support from the new Republic of Texas for the Republic of the Rio Grande and 140 Texans joined the republics army .In November, representatives of Generals Canales and Arista met to discuss the war. During this meeting, the Mexican government offered General Canales the position of brigadier general in the Mexican army in exchange for his abandoning the cause of the Republic of the Rio Grande. General Canales accepted the offer on November 6. Upon this event, the Republic of the Rio Grande failed.

The Republic of the Rio Grande: Mexico Unexplained

In 1838, France demanded compensation for a French pastry chef whose stock was eaten by Mexican troops in 1828. For years Mexico failed to resolve the matter and France demanded 600,000 pesos in payment and when payment. Mexico had also defaulted on millions of dollars worth of loans from France. Diplomat Baron Deffaudis gave Mexico an ultimatum to pay, or the French would demand satisfaction. When the payment was not forthcoming from president Anastasio Bustamante (1780&ndash1853), the king sent a fleet under Rear Admiral Charles Baudin to declare a blockade of all Mexican ports from Yucatán to the Rio Grande, to bombard the Mexican fortress of San Juan de Ulúa, and to seize the port of Veracruz. Virtually the entire Mexican Navy was captured at Veracruz by December 1838. Mexico declared war on France. France blockaded Vera Cruz with 26 ships and 4,000 troops . Mexico agreed to pay, but France upped the ante to 800,000 pesos for the cost of the blockading fleet. This was too much for the Mexicans, who sent a few thousand troops to the old fortress of San Juan de Ulua . Thus began the Pastry War .Santa Anna arrived on December 4 . The French landed 3,000 troops and Santa Anna personally led the troops in the street fighting that followed .Santa Anna was wounded in the left leg and had his leg amputated below the knee .The French were driven back to their ships and agreed to their earlier demand of 600,000 pesos.Santa Anna was able to use his wound to re-enter Mexican politics as a hero.

A French pastry chef known only as Monsieur Remontel complained to King Louis-Philippe of France that his pastry shop had been looted, and the Mexican government had refused to pay for the damages. The stolen pastry was used as a casus belli for a French intervention that would have a lasting impact of the history of Mexico.

The Pastry War: Every 5 Days

Soon after, Santa Anna was once again asked to take control of the provisional government as Bustamante's presidency turned chaotic. Santa Anna accepted and became president for the fifth time. Santa Anna took over a nation with an empty treasury. The war with France had weakened Mexico, and the people were discontented. Also, a rebel army led by Generals Jose Urrea and José Antonio Mexía was marching towards the Capital, at war against Santa Anna. The rebellion was crushed at the Battle of Mazatlán, by an army commanded by the president himself.

Santa Anna's rule was even more dictatorial than his first administration. Anti-Santanista newspapers were banned and dissidents jailed. In 1842, a military expedition into Texas was renewed, with no gain but to further persuade the Texans of the benefits of American annexation.

His demands for ever greater taxes aroused ire, and several Mexican states simply stopped dealing with the central government, Yucatán and Laredo going so far as to declare themselves independent republics. With resentment ever growing against the president, Santa Anna once again stepped down from power. Fearing for his life, Santa Anna tried to elude capture, but in January 1845 he was apprehended by a group of Indians near Xico, Veracruz, turned over to authorities, and imprisoned. His life was spared, but the dictator was exiled to Cuba.

In 1846, the United States declared war on Mexico. Santa Anna wrote to Mexico City saying he no longer had aspirations to the presidency, but would eagerly use his military experience to fight off the foreign invasion of Mexico as he had in the past. President Valentín Gómez Farías was desperate enough to accept the offer and allowed Santa Anna to return. Meanwhile, Santa Anna had secretly been dealing with representatives of the United States, pledging that if he were allowed back in Mexico through the U.S. naval blockades, he would work to sell all contested territory to the United States at a reasonable price. Once back in Mexico at the head of an army, Santa Anna reneged on both of these agreements. Santa Anna declared himself president again and unsuccessfully tried to fight off the United States invasion.

In 1851, Santa Anna went into exile in Kingston, Jamaica, and two years later, moved to Turbaco, Colombia. In April 1853, he was invited back by rebellious conservatives, with whom he succeeded in retaking the government. This reign was no better than his earlier ones. He funneled government funds to his own pockets, sold more territory to the United States (see Gadsden Purchase), and declared himself dictator for life with the title "Most Serene Highness". The Ayutla Rebellion of 1854 once again removed Santa Anna from power.

Despite his generous payoffs to the military for loyalty, by 1855 even his conservative allies had enough of Santa Anna. That year a group of liberals led by Benito Juárez and Ignacio Comonfort overthrew Santa Anna, and he fled back to Cuba. As the extent of his corruption became known he was tried in absentia for treason and all his estates confiscated. He then lived in exile in Cuba, the United States, Colombia, and St. Thomas. During his time in New York City he is credited as bringing the first shipments of chicle, the base of chewing gum, to the United States, but he failed to profit from this, since his plan was to use the chicle to replace rubber in carriage tires, which was tried without success. The American assigned to aid Santa Anna while he was in the United States, Thomas Adams, conducted experiments with the chicle and called it "Chiclets," which helped found the chewing gum industry. Santa Anna was a passionate fan of the sport of cockfighting. He would invite breeders from all over the world for matches and is known to have spent tens of thousands of dollars on prize roosters.

In 1874 he took advantage of a general amnesty and returned to Mexico. Crippled and almost blind from cataracts, he was ignored by the Mexican government when the anniversary of the Battle of Churubusco occurred. Santa Anna died in Mexico City two years later, on June 21, 1876, penniless and heartbroken.


Stephen Austin imprisoned by Mexicans - HISTORY

American settlement in Texas began with the encouragement of first the Spanish, and then Mexican, governments. In the summer of 1820 Moses Austin, a bankrupt 59-year old Missourian, asked Spanish authorities for a large Texas land tract which he would promote and sell to American pioneers.

The request by Austin seemed preposterous. His background was that of a Philadelphia dry goods merchant, a Virginia mine operator, a Louisiana judge, and a Missouri banker. But early in 1821, the Spanish government gave him permission to settle 300 families in Texas. Spain welcomed the Americans for two reasons--to provide a buffer against illegal U.S. settlers, who were creating problems in east Texas even before the grant was made to Austin, and to help develop the land, since only 3,500 native Mexicans had settled in Texas (which was part of the Mexican state of Coahuila y Tejas).

Moses Austin did not live to see his dream realized. On a return trip from Mexico City, he died of exhaustion and exposure. Before he died, his son Stephen promised to carry out the dream of colonizing Texas. By the end of 1824, young Austin had attracted 272 colonists to Texas, and had persuaded the newly independent Mexican government that the best way to attract Americans was to give land agents (called empresarios) 67,000 acres of land for every 200 families they brought to Texas.

Mexico imposed two conditions on land ownership: settlers had to become Mexican citizens, and they had to convert to Roman Catholicism. By 1830 there were 16,000 Americans in Texas. At that time, Americans formed a 4-to-1 majority in the northern section of Coahuila y Tejas, but people of Hispanic heritage formed a majority in the state as a whole.

As the Anglo population swelled, Mexican authorities grew increasingly suspicious of the growing American presence. Mexico feared that the United States planned to use the Texas colonists to acquire the province by revolution. Differences in language and culture had produced bitter enmity between the colonists and native Mexicans. The colonists refused to learn the Spanish language, maintained their own separate schools, and conducted most of their trade with the United States.

To reassert its authority over Texas, the Mexican government reaffirmed its Constitutional prohibition against slavery, established a chain of military posts occupied by convict soldiers, restricted trade with the United States, and decreed an end to further American immigration.

These actions might have provoked Texans to revolution. But in 1832, General Antonio Lopez de Santa Anna, a Mexican politician and soldier, became the president of Mexico. Colonists hoped that he would make Texas a self-governing state within the Mexican republic. But once in power, Santa Anna proved to be less liberal than many Texans had believed. In 1834, he overthrew the constitutional government of Mexico, abolished state governments, and made himself dictator. When Stephen Austin went to Mexico City to try to settle the grievances of the Texans, Santa Anna imprisoned him in a Mexican jail for a year.

On November 3, 1835, American colonists adopted a constitution and organized a temporary government, but voted overwhelmingly against declaring independence. A majority of colonists hoped to attract the support of Mexican liberals in a joint effort to depose Santa Anna and to restore power to the state governments, hopefully including a separate state of Texas.

While holding out the possibility of compromise, the Texans prepared for war by electing Sam Houston commander of whatever military forces he could muster. Houston, one of the larger-than-life figures who helped win Texas independence, Houston had run away from home at the age of 15 and lived for three years with the Cherokee Indians in eastern Tennessee. During the War of 1812, he had fought in the Creek War under Andrew Jackson. At 30 he was elected to the House of Representatives and at 34 he was elected governor of Tennessee. Many Americans regarded him as the heir apparent to Andrew Jackson.

Then, suddenly, in 1829, scandal struck. Houston married a woman 17 years younger than himself. Within three months, the marriage was mysteriously annulled. Depressed and humiliated, Houston resigned as governor. After wandering about the country as a near derelict, he returned to live with the Cherokee in present day Arkansas and Oklahoma.

During his stay with the tribe, Houston was instrumental in forging peace treaties among several warring Indian nations. In 1832, Houston traveled to Washington to demand that President Jackson live up to the terms of the removal treaty. Jackson did not meet his demands, but instead sent Houston unofficially to Texas to keep an eye on the American settlers and the growing anti-Mexican sentiment.

In the middle of 1835, scattered local outbursts erupted against Mexican rule. Then, a band of 300-500 Texas riflemen, who comprised the entire Texas army, captured the Mexican military headquarters in San Antonio. Revolution was underway.

Soon, the ominous news reached Texas that Santa Anna himself was marching north with 7,000 soldiers to crush the revolt. In actuality, the army of Santa Anna was not particularly impressive it was filled with raw recruits, and included many Indian troops who spoke and understood little Spanish. When Houston learned that the initial goal of Santa Anna was to recapture San Antonio, he ordered San Antonio abandoned. But, 150 Texas rebels decided to defend the city and made their stand at an abandoned Spanish mission, the Alamo. The Texans were led by William Travis and Jim Bowie, and included the frontier hero David Crockett.

For twelve days, Mexican forces lay siege to the Alamo. Travis issued an appeal for reinforcements, but only 32 men were able to cross Mexican lines. Legend has it that on the evening of March 5, 1836, Travis, realizing that defense of the Alamo was futile, drew a line in the dirt with his sword. Only those willing to die for Texas independence, Travis announced to the garrison, should step across the line and defend the Alamo. All but two men did. One refused to cross the line, and another, Jim Bowie, too sick to move from his cot, called over some friends and had them carry him across the line.

At 5 a.m., March 6, Mexican troops scaled the walls of the mission. By 8 a.m., the fighting was over. 183 defenders lay dead--including several Mexican defenders who had fought for Texas independence. (Seven defenders surrendered and were immediately executed, and approximately 15 persons survived, including an American woman and her child). Mexican forces soaked the bodies of the defenders in oil, stacked them like cordwood outside the mission, and set them ablaze.

If the Alamo was a military defeat, it was a psychological victory. The Mexican troops of Santa Anna suffered l,550 casualties--eight Mexican soldiers died for every defender. "Remember the Alamo" became the battle cry of the Texas War of Independence.

Two weeks after the defeat at the Alamo, a group of Texas surrendered to Mexican forces outside of Goliad with the understanding that they would be treated as prisoners of war. But Santa Anna set aside the agreement. Instead, he ordered more than 350 Texans shot.

The defeats gave Sam Houston time to raise and train an army. Volunteers from the American South flocked to his banner. On April 21, his army of less than 800 men surprised Santa Anna and his army as it camped out on the San Jacinto River, east of present-day Houston. The next day, the army led by Houston captured Santa Anna himself and forced him to sign a treaty granting Texas its independence--a treaty that was never ratified by the Mexican government because it was acquired under duress.

For most Mexican settlers in Texas, defeat meant that they would be relegated to second-class social, political, and economic positions. The new Texas Constitution denied citizenship and property rights to those who failed to support the revolution. All persons of Hispanic ancestry were considered in the "denial" category unless they could prove otherwise. Consequently, many Mexican landowners fled the region.


Stephen Austin imprisoned by Mexicans - HISTORY

Military Desk
Santa Anna dies in Mexico City
MEXICO CITY (1876) On this date in 1876, former General and President of Mexico, Santa Anna, dies of old age in Mexico City. It was Santa Anna who brought the Mexican Army into Texas to put down the Texas Revolution, defeating Wm Travis at the Alamo, Fannin at Goliad, and showed no mercy in his advance against the Texas. After his defeat at San Jacinto, Santa Anna was sent to Washington to assist Texas in petitioning for American Statehood for Texas. He was eventually given safe passage back to Mexico, where he died at the ripe old age of 80.

National Desk
Soviet Spy held at McAllen facility
MCALLEN (1957) On this date in 1957, Rudolf Ivanovich Abel was flown from New York to Brownsville, then driven to McAllen, TX. He was detained and questioned by the FBI as a soviet spy. In August, 1957, Abel is flown to New York to stand trial for espionage. Four years later in Berlin, he was part of a prisoner swap with the Soviet Union, for U-2 pilot Francis Gary Powers, whose plane was shot down over Soviet air space in May 1960.


Périodes de temps :

The following, adapted from the Chicago Manual of Style, 15th edition, is the preferred citation for this entry.

Eugene C. Barker and James W. Pohl, Revised by Mary L. Scheer, &ldquoTexas Revolution,&rdquo Manuel du Texas en ligne, accessed June 25, 2021, https://www.tshaonline.org/handbook/entries/texas-revolution.

Publié par la Texas State Historical Association.

Tous les documents protégés par le droit d'auteur inclus dans le Manuel du Texas en ligne sont conformes au titre 17 U.S.C. L'article 107 relatif au droit d'auteur et à l'utilisation équitable pour les établissements d'enseignement à but non lucratif, qui permet à la Texas State Historical Association (TSHA) d'utiliser des documents protégés par le droit d'auteur pour faire avancer l'érudition, l'éducation et informer le public. La TSHA s'efforce de se conformer aux principes d'utilisation équitable et de se conformer à la loi sur le droit d'auteur.

Si vous souhaitez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur de ce site à des fins personnelles qui vont au-delà de l'utilisation équitable, vous devez obtenir l'autorisation du propriétaire du droit d'auteur.


Voir la vidéo: NCAAF 2020 Week 08 Abilene Christian vs Stephen F. Austin