Karl Hermann Brunck

Karl Hermann Brunck

Karl Hermann Brunck est né en Allemagne en 1900. Pendant ses études d'économie à l'université, il a développé des opinions politiques de gauche. Fervent opposant à Adolf Hitler, il s'installe aux États-Unis. Hope Hale Davis, qui travaillait pour le Conseil des consommateurs de l'Agricultural Adjustment Administration (AAA), a rencontré Brunck en 1933 : « Il (Karl Hermann Brunck) était robuste, mais pas grand... Il s'attendait à ce que les gens le prennent au sérieux, et J'ai répondu, bien que peut-être de manière subliminale, à la façon dont il se tenait dans son costume de lin gris, et même à la lueur brunie des lourdes chaussures brogues qu'il portait." (1)

Karl Hermann Brunck a été employé par la National Recovery Administration en tant qu'économiste. Il a fait valoir que le président Franklin Roosevelt était bien intentionné, mais pensait que son programme du New Deal manquait d'une philosophie politique distincte. Il a dit à Hope Hale Davis que Roosevelt était "comme un sculpteur aveugle". Brunck a finalement commencé à apprécier la différence que le président Roosevelt avait faite : « Laisser toute une industrie se réunir pour fixer les prix et limiter la production a eu pour effet d'annuler toutes les lois antitrust durement gagnées, mais en contrepartie, les industries ont dû laisser les syndicats De plus, pour la première fois dans l'histoire, le travail des enfants était interdit. Ceci et le salaire minimum de quinze dollars pour une semaine de quarante heures semblaient suffisamment élevés pour équilibrer presque tout. Les femmes dans les filatures de coton gagnaient quatre ou cinq dollars une semaine pendant de si longues heures qu'ils ont travaillé pendant des semaines d'hiver sans voir la lumière du jour. Les enfants ont passé leur enfance à se précipiter d'un métier à tisser à l'autre à nouer des fils avec leurs petits doigts agiles, jusqu'à ce qu'ils s'effondrent de tuberculose et que leurs petits frères et sœurs prennent leur place. (2)

En 1934, Hope Hale Davis divorça de Claud Cockburn et épousa Karl Hermann Brunck. La même année, ils ont tous deux rejoint le Parti communiste des États-Unis (CPUSA). Ils ont été invités chez Charles Kramer, pour leur première rencontre. Étaient également présents Mildred Kramer, Victor Perlo et Marion Bachrach. Kramer a expliqué que le CPUSA était organisé en unités. "Charles... a expliqué que... nous essaierions de limiter notre connaissance des autres membres, en cas d'interrogatoire, d'éventuelles tortures. Une telle idée, a-t-il admis, pourrait sembler assez lointaine dans le climat radical de Washington, mais les climats pourraient changer rapide. Dans la plupart des endroits, les membres des unités ne se connaissaient que par leurs pseudonymes du Parti, afin de ne pas pouvoir donner de vrais noms s'ils étaient interrogés. "

Kramer a expliqué qu'en tant que membres, on s'attendait à ce qu'ils contribuent de l'argent à la CPUSA : « En gros, ils représenteraient dix pour cent de notre salaire, plus des extras occasionnels. Nous avions été prévenus de cela... Charles expliquait qu'on attendait plus de nous. en tant que groupe privilégié. Nos salaires - même pendant la Dépression - étaient bien au-dessus de la moyenne des camarades. Nous étions autorisés - en fait, encouragés - à obtenir un avancement professionnel, généralement impossible pour les militants ouverts. Des évaluations supplémentaires de notre part aideraient à soutenir les camarades qui pourraient Alors que les rassemblements à Madison Square Garden pouvaient collecter de l'argent pour des causes telles que les Scottsboro Boys, il y avait des camarades inconnus dans le Sud vivant de presque rien - mangeant avec les métayers qu'ils essayaient d'organiser - seuls et toujours en danger d'être battus ou abattus. Nous pourrions penser que notre argent va les aider. "

Charles Kramer a également dit au groupe qu'à l'avenir ils devraient obtenir leurs copies du Travailleur de tous les jours et le Nouvelles messes de lui au lieu des kiosques à journaux. "Nous devons nous tenir à l'écart de tout endroit où les gauchistes pourraient se rassembler. Nous devons éviter, dans la mesure du possible, de nous associer à des radicaux, aussi difficile que ce soit à Washington." Même les libéraux au franc-parler tels que Jerome Frank et Gardner Jackson « étaient hors limites ». Kramer a ajouté "nous ne pouvions pas nous approcher de manifestations ou de rassemblements publics".

Hope Hale a été encouragée à publier des articles sur la politique dans un magazine national. Marion Bachrach a déclaré au groupe qu'elle avait récemment publié un article dans Mensuel de l'Atlantique. Bachrach travaillait actuellement sur un article sur l'éducation : « Marion a rapporté qu'elle écrivait le profil d'une enseignante américaine typique, assez chanceuse pour être encore employée. Un quart de million d'enseignants n'avaient pas de travail, et un grand nombre travaillait sans salaire. . Dans dix-huit États, ils ont été payés en bons de reconnaissance de dette appelés scrip, pour lesquels ils n'ont jamais pu obtenir la valeur déclarée. Aussi bas que soient les salaires, ils étaient constamment réduits. Même ainsi, Chicago a dû rembourser des salaires d'un montant de 28 millions de dollars. Les chiffres de Marion ont montré qu'au moins 200 000 enfants ne pouvaient pas aller à l'école faute de vêtements. Et il y en aurait beaucoup plus, a-t-elle dit, sans les enseignants eux-mêmes. Rien qu'à New York, ils ont donné plus de 3 millions de dollars pour acheter des repas chauds, des chaussures et ainsi de suite, pour les enfants qui, autrement, ne pourraient pas venir à l'école. chaussettes à un enfant froid je n le vestiaire. Si les enseignants n'avaient pas fait ces sacrifices, le système éducatif du pays se serait totalement effondré au cours des cinq dernières années. Scribner Magazine.

La réunion a rappelé à Hope Hale les paroles d'Arthur Koestler, qui dans ses mémoires, Flèche dans le bleu, décrit sa première rencontre avec un groupe de camarades comme "un de ces rares moments où la conviction intellectuelle est en parfaite harmonie avec le sentiment, où votre raison approuve votre euphorie, et votre émotion est aussi amoureuse de votre pensée". Elle a rappelé dans Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) : "C'était vrai pour moi cette nuit-là, même si je n'aurais pas pu l'analyser si j'avais essayé - même si j'aurais aimé l'avoir fait. Je viens de dire à Hermann que je n'avais jamais été aussi stimulé de ma vie. Nous nous sommes dépêchés de rentrer à la maison, ravis d'une autre nuit ensemble. " (3)

Karl Hermann Brunck et Hope Hale Davis ont assisté à une réunion adressée par Joszef Peter. Parmi les autres membres présents à la réunion figuraient Lee Pressman, Marion Bachrach et John Abt. "Steve (Joszef Peter) avait fait le voyage pour nous donner des réponses faisant autorité à nos plus grandes questions." Brunck a critiqué la façon dont les publications du parti avaient attaqué Sidney Hook. "Quand le tour d'Hermann est venu, il a mentionné des critiques dans les publications du Parti d'un livre récent du philosophe Sidney Hook. Les critiques du Parti n'auraient-ils pas un effet plus convaincant, a-t-il demandé, en analysant et en démolissant les arguments du livre sur des bases philosophiques plutôt pour invective ? Peter a répondu : « Ce genre de discours stupide auquel je ne m'attendais pas ce soir ! Appeler par le nom de philosophie la crasse que le renégat crache ! »

Hope a rappelé que « Hermann a poursuivi en disant que nous, les membres des rangs inférieurs, ne pouvions pas continuer à remettre en question les politiques. La force du Parti résidait dans son unité. Toute tentative de modifier la position convenue conduirait à une fragmentation, à des groupes dissidents inefficaces. J'aimais Hermann pour cette capacité à être objectif même sur ce qu'il aurait pu ressentir comme une insulte personnelle. Cela montrait une assurance intérieure qui m'attirait fortement. " Cependant, après l'explosion de Joszef Peter, "les camarades n'ont posé que des questions prudentes après cela". (4)

Karl Hermann Brunck a été présenté à Harold Ware qui était consultant auprès de l'Agricultural Adjustment Administration (AAA). Hope Hale Davis a décrit Ware comme ayant une voix qui « sonnait toujours facilement, contrairement au staccato de la plupart des hommes du Parti » et a été rassuré par le « visage maigre et bronzé de Ware, ses manches de chemise bleues retroussées montrant les muscles de ses avant-bras ». (5) Le "groupe de discussion" de Ware comprenait Charles Kramer, Alger Hiss, Nathaniel Weyl, John Abt, Laurence Duggan, Harry Dexter White, Abraham George Silverman, Nathan Witt, Marion Bachrach, Julian Wadleigh, Henry H. Collins, Lee Pressman, Charles Kramer et Victor Perlo. Ware travaillait en étroite collaboration avec Joszef Peter, le « chef de la section clandestine du Parti communiste américain ». Il a été affirmé que la conception de Peter pour le groupe d'agences gouvernementales, pour "influencer la politique à plusieurs niveaux" au fur et à mesure que leur carrière progressait". Weyl a rappelé plus tard que chaque membre du groupe Ware était également membre de la CPUSA : "Aucun étranger voyageur n'a jamais été admis... J'ai trouvé le secret inconfortable et inquiétant." (6)

Hope Hale a affirmé que Harold Ware « a dirigé le métro de Washington ». Il lui a dit ainsi qu'à Brunck que le "Parti voulait que nous nous élevions rapidement dans nos professions pour être prêts" pour ce qu'il appelait la "prochaine étape". On leur a demandé d'obtenir tous les documents gouvernementaux qui seraient utiles à l'Union soviétique. Bien qu'ils aient accepté de faire cela, Hope Hale a affirmé que le matériel avait peu d'importance. Elle a dit plus tard au Boston Globe: "La seule chose que j'ai jamais volée au ministère de l'Agriculture était la formule pour faire du lait de soja." (7)

En juillet 1935, Ware demanda à Brunck s'il s'était déjà rendu à l'ambassade d'Allemagne. Quand il a dit non, on lui a demandé : « Et si vous tentiez une invitation pour vous-même ? Selon Hope, Hale Davis Ware lui a dit : « C'est peut-être le bon moment pour y devenir persona grata. La tâche était essentielle et Hermann était particulièrement qualifié. Brunck se mit à la tâche et deux semaines plus tard, ils se rendirent à l'ambassade pour assister à une réception pour Leni Riefenstahl et réussirent à avoir plusieurs conversations avec les membres du personnel.

L'opération prit fin lorsque Ware fut tué dans un accident de voiture à Harrisburg le 14 août 1935. Hope se souvint plus tard : « Lors d'un des voyages de Hal parmi les mines de Pennsylvanie, sa voiture s'est écrasée contre un camion de charbon et il a été tué... Quelqu'un a dit que Hal avait essayé d'éviter un bus scolaire. Et nous savions tous qu'il aurait conduit trop vite. " Brunck a commenté qu'il conduisait toujours « comme si le diable était après lui ». (8) La mort a causé une grande confusion dans le réseau d'espionnage. Hope Hale a expliqué plus tard que les chefs d'unité suspendaient les réunions et qu'il ne devait y avoir « aucun contact inutile avec les autres membres... "

Il a été affirmé par Stephen Miller que les activités d'espionnage de Brunck lui ont causé une dépression nerveuse. (9) Brunck a été emmené à Chestnut Lodge à Rockville, Maryland, où il a été soigné par le Dr Frieda Fromm-Reichmann, l'ancienne épouse d'Erich Fromm. On a dit à la femme de Brunck : " Personne ne sait vraiment (pourquoi il souffrait de cette maladie mentale)... Tout ce que nous pouvons dire avec certitude à propos de son type de maladie, c'est qu'il a ses racines dans l'échec des parents - généralement la mère chiffre - pour fournir une sécurité émotionnelle dans la petite enfance. Cela provoque une organisation de l'ego faible, une incapacité à donner et à recevoir de l'amour à un niveau adulte. " (dix)

Brunck a fait plusieurs tentatives pour se suicider. À une occasion, il a essayé de le faire lorsque l'hôpital lui a permis de passer le week-end avec sa femme. Hope Hale Davis a rappelé ce qui s'est passé dans ses mémoires, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) : « Dans la cuisine, Mimi avait enfermé Hermann dans une prise par derrière, plaquant ses bras contre son corps. La main d'Hermann agrippait le couteau à découper... J'ai couru et j'ai attrapé le poignet d'Hermann, mais il était plus fort que je ne le pensais. Aussi mince que son poignet était dans mes deux mains, il a pu tordre le couteau d'un coup, d'abord vers lui, puis vers moi. J'ai dû reculer pour échapper à sa poussée. Incrédule, je criai son nom, protestant, mais il semblait ne pas entendre. Son visage était pâle et distrait, l'air absent, mais avec une expression de résolution impersonnelle. force de se détacher. Malgré toutes les forces de Mimi, les efforts spasmodiques de son corps devenaient presque trop pour nous. Alors que je m'accrochais à son poignet, j'ai été à moitié soulevé de mes pieds et j'ai basculé d'un côté puis de l'autre, le couteau secouant dans des directions auxquelles je n'étais jamais préparé. Hermann avait vraiment l'intention, J'ai vite compris, de pointer le couteau vers son propre cou. Je me concentrai pour empêcher cela, oubliant de me prémunir contre le rebond, quand pour desserrer mes mains il changea brusquement la position des siennes. Le couteau m'a effleuré la joue." (11)

A la vue du sang de Hope, il relâcha son étreinte. "A ce moment, Mimi lâcha un bras et abaissa sa main droite d'un coup qui fit claquer le couteau au sol. Je le rattrapai et l'emportai. Quand je l'eus caché, je revins pour entendre Mimi essayer de discuter ouvertement avec lui contre le suicide. Je l'ai supplié de promettre de ne pas réessayer, mais il a seulement cherché désespérément autour de lui comme s'il cherchait une autre méthode.

Karl Hermann Brunck retourna à Chestnut Lodge mais en 1937 « les précautions de routine les plus élémentaires avaient été négligées, et Hermann avait utilisé une ceinture pour se pendre ». (12) Hope Hale Davis a suggéré que son suicide était lié à sa désillusion vis-à-vis de l'Union soviétique. Davis a quitté le Parti communiste des États-Unis (CPUSA) après la signature du pacte nazi-soviétique. (13) "Hermann avait-il vu cela, cet automne de 1935, lorsqu'il découvrit des vérités contraires à son engagement envers le Parti ? Face à ce choix, il tomba dans la folie. Quand je repense à ma dernière visite à Stony Lodge, son froncement de sourcils de peur et d'appréhension semble tout à fait raisonnable ; ses paroles menaçantes expriment la crainte d'une terrible réalité. Je me demande même s'il a vu ce risque dès le début, alors que j'étais si fervente, si désireuse de franchir le pas dont sa nature le retenait . J'ai ri de sa prudence, de son besoin d'envisager les conséquences. Sa prévoyance n'aurait-elle pas ajouté de manière insupportable au conflit entre ses devoirs au sein du Parti et sa loyauté envers ceux qui lui faisaient confiance ? » (14)

Il était robuste, mais pas grand, comparé aux six pieds quatre pouces de Claud. Et même si Claude s'intéressait sincèrement aux autres, il pouvait à peine entrer dans une pièce avant de devenir le centre d'un groupe d'écoute et de rire. Ils entendraient une histoire comique comme son escroquerie à l'âge de dix-huit ans dans un château de Budapest par un comte louche lui apprenant le hongrois. Le genre d'humour autodérision de Claude exigeait une sorte d'assurance particulière - peut-être cultivée seulement en Angleterre.

La confiance de cet homme était différente, mais réelle. Il s'attendait à ce que les gens le prennent au sérieux, et j'ai répondu, bien que peut-être de manière subliminale, à la façon dont il se tenait dans son costume de lin gris, et même à la lueur brunie des lourdes chaussures richelieu qu'il portait. Mon intérêt conscient était sa connaissance du russe.

Un peu, dit-il : juste ce qu'il avait ramassé pendant trois semaines en Union soviétique l'été dernier. Il attendait avec la serviette que j'enveloppe le bébé.

Pendant que je poudrais les crevasses du corps rose uni du bébé, il parlait de Moscou, les parcs de la Culture et du Repos. Ils grouillent vraiment, a-t-il dit, de gens jouant à des jeux (football et échecs), écoutant des concerts ou simplement assis en train de lire. Tout le monde avait appris à lire, et ils lisaient tous !

Sa manière de parler - la flexion purement américaine mais avec une pointe de précision européenne - donnait un effet convaincant de justesse. Puisqu'il était venu à Washington pour un entretien à la National Recovery Administration, il pourrait dissiper une partie de ma confusion. « Est-ce que votre travail à la NRA, ai-je demandé, signifie-t-il que vous croyez aux grands projets de Roosevelt ? »

Il a dit qu'il doutait que même Roosevelt le fasse, ou qu'il savait ce qu'il ferait d'un jour à l'autre. "C'est comme un sculpteur aveugle."

Cette déclaration a attiré mon attention, comme elle le méritait. Plus tard, j'ai pu y voir plus d'un sens. Mais ce jour-là, je l'ai entendu car il avait l'intention simplement dédaigneux. Je lui ai dit que c'était la première conversation franche que j'entendais depuis que j'avais quitté New York. (20)

Au début, ses lettres m'avaient causé des problèmes. Claud était celui dont je voulais des lettres et l'écriture d'Hermann était presque illisible.

Mais j'ai vite commencé à les apprécier, même lorsqu'il ne s'agissait que de brefs comptes rendus de discussions entre les marxistes du John Reed Club. Il a rapporté leur ridicule de son futur chef, le général Hugh Johnson, et la campagne pour obtenir la conformité de l'industrie avec la National Recovery Administration. Le président aidait ; dans ses conversations au coin du feu, il a exhorté les consommateurs à n'acheter que là où ils pouvaient voir le panneau NRA avec son aigle bleu et les mots We Do Our Part.

"Ce qui est fou, c'est que ça marche", a déclaré Hermann, "même sur moi." Il avait accepté le poste à Washington, malgré ses réticences.

Laisser toute une industrie se regrouper pour fixer les prix et limiter la production a eu pour effet d'annuler toutes les lois antitrust durement gagnées, mais en retour, les industries ont dû laisser les syndicats se légaliser. Les enfants ont passé leur enfance à courir d'un métier à tisser à l'autre à nouer des fils avec leurs petits doigts agiles, jusqu'à ce qu'ils s'effondrent de tuberculose et que leurs petits frères et sœurs prennent leur place.

Peu à peu, j'ai commencé à attendre avec impatience ses lettres. Il me faisait voir les schémas et les schémas, les jeux de pouvoir derrière les événements dans les nouvelles. Ils m'ont aidé à me réveiller de mes jours d'attente sous l'effet de la chaleur, à exercer mon esprit (au moins dans une certaine mesure). J'ai commencé à transcrire certains de ses rapports et à les envoyer à Claude ; bientôt dans un numéro de La semaine J'ai reconnu un article de potins du New Deal que Hermann avait récupéré de son ami John Donovan.
John avait déjà commencé à la NRA, travaillant dans l'unité mise en place pour faire respecter l'article 7a garantissant le droit des travailleurs à s'organiser. L'ambivalence d'Hermann à propos de ce "rouge aux yeux fous" ressemblait un peu au mélange d'attirance et de résistance que j'avais ressenti au lycée pour le mauvais garçon de la classe. Mais Hermann était venu beaucoup plus loin de la huitième année que moi. Il a fallu beaucoup de temps avant que je comprenne vraiment cela, et à ce moment-là, il était trop tard.

En septembre, il a écrit qu'il avait regardé un énorme défilé de l'Aigle bleu sur la Cinquième Avenue, qui avait duré du matin à minuit, des gens marchant tout ce temps, des groupes jouant "Happy Days Are Here Again", l'atmosphère festive et exaltante. "Ils pensent que tout le monde aura un travail demain, à trente par semaine", a écrit Hermann. "Ils sont prêts pour une grosse descente." Et pourtant, leur excitation avait été contagieuse. "C'était juste une question de nombre, je suppose. Tous ces millions de personnes marchant ensemble. Rien n'a jamais été vu comme ça. Je n'arrêtais pas de penser à quel plaisir vous en tireriez"

Nous sommes partis pour notre première réunion du Parti par une douce soirée d'hiver. Pour les passants, nous avons dû apparaître comme nous étions censés le faire - juste un couple d'amants ambulant de plus. « Faites comme si vous nous rendiez visite en société », avait murmuré Charles en se penchant sur mon bureau avec son doigt sur une ligne de chiffres sur le prix du lait.

Alors que nous marchions, j'ai dû dire que c'était étrange d'aller à une réunion dans la même rue Euclid où, à dix-huit ans, j'avais vécu avec ma mère dans une pièce « de ménage clair ». Refusant d'aller à l'université de l'Iowa en tant que pauvre « fille de la ville », je voulais être « indépendante ». Mais maman était venue avec moi à Washington.

L'appartement Kramer n'était pas dans une de ces maisons en rangée, où tout le monde voit qui va et vient. Dans un immeuble moderne, avec une entrée inhabituelle à l'arrière, cela semblait presque trop manifestement adapté à des fins complotistes.

Il n'y avait pas de hall, juste un escalier nu et ouvert, où nous avons trouvé Charles penché sur la balustrade du quatrième étage. Alors que nous atteignions le sommet, il nous a accueillis avec un sourire chaleureux que je n'avais jamais vu auparavant.

Dans le bureau, je l'avais rencontré pour la première fois en tant qu'homme morose nommé Krevisky. Le changement de Kramer n'avait pas suscité beaucoup de commentaires, peut-être parce qu'il n'avait jamais participé à la camaraderie du personnel. Parmi tous ces New Dealers vocaux, son silence m'avait rendu curieux. Quand j'arriverai à mieux le connaître, je me rendrai compte qu'il devait garder les lèvres serrées pour retenir sa rage et son mépris.

À l'intérieur de l'appartement, sa femme Mildred attendait, une fille méridionale timide avec des cheveux blond cendré et la pâleur des enfants des Appalaches dont nous avions publié les photos dans nos articles sur la façon dont Subsistence Homesteads améliorerait leur sort.Au-delà d'elle, à la lumière d'une lampe de pont, un garçon s'agenouilla en essayant de dénouer un paquet enveloppé dans du papier brun. Il leva les yeux distraitement, se mordant la lèvre et repoussant ses cheveux, quand Charles prononça son nom, Victor Perlo. Prodige des mathématiques, il avait été au City College de New York avec Charles. Maintenant, à vingt et un ans, il était un statisticien à part entière. L'autre membre de l'unité, Marion Bachrach, avait l'air petite et voûtée dans un profond fauteuil en toile. Mais son visage était fin, avec des yeux bruns intelligents et des lèvres souriantes et réceptives.

Charles se mit à parler d'une voix assurée que je reconnus à peine comme la sienne. Il a expliqué que même s'il pouvait y avoir des changements - un camarade avait déjà été retiré pour diriger une autre unité - nous essaierions de limiter notre connaissance des autres membres, en cas d'interrogatoire, de torture possible. Dans la plupart des endroits, les membres des unités ne se connaissaient que par leurs pseudonymes du Parti, afin de ne pas pouvoir donner de vrais noms s'ils étaient interrogés. Mais ici à Washington, où les New Dealers se rencontraient toujours socialement, nous courrions le risque inverse, d'utiliser le nom du Parti au mauvais moment. Mais bien qu'ils ne soient utilisés que sur les documents officiels, nous devrions chacun en choisir un maintenant.

Je me suis inscrite sous le nom de Mary MacFarland, du nom de ma tante musicienne talentueuse et volontaire qui était morte dans les bras de ma mère à l'âge de vingt ans. Pour moi, elle était une figure romantique ; pour exactement les raisons opposées Hermann a choisi le nom banal, Walter Becker.

Continuant sur les précautions, Charles nous avertit que le mari de Marion, qui en tant que non-membre doit être tenu dans l'ignorance, cause des problèmes pratiques. Marion avait tout mis en œuvre pour le rapprocher suffisamment pour recruter, mais bien que sympathique, il avait la peur du libéral typique de s'engager. Charles se tourna vers Marion. « Est-ce une déclaration juste ? »

« Disons simplement, dit Marion, que c'est un vieil oiseau sage.

Charles sourit, mais d'un air tendu. Même moi, nouveau dans le Parti, j'ai ressenti un léger choc. Il faudrait un certain temps pour apprendre que, sous les méfaits de Marion, il y avait un dévouement plus profond que celui de nombreux camarades qui répétaient religieusement la ligne officielle.

Elle atteindrait l'avant-dernier rang national du Parti, serait inculpée en vertu de la loi Smith et n'échapperait au procès que par la mort. Charles a poursuivi en disant que Marion était un écrivain qui avait publié dans Mensuel de l'Atlantique. Nous entendrions plus tard parler de son projet.

Mais d'abord vint la perception des cotisations. Fondamentalement, ils représenteraient dix pour cent de notre salaire, plus des extras occasionnels. Nous en avions été prévenus. Cela avait inquiété Hermann, puisqu'il envoyait une allocation régulière à son ami Ernst, qui en était au dernier tour de son doctorat en chimie. Mais nous pouvions nous débrouiller, j'en étais sûr. Mary et moi avions proposé une rubrique consommateurs au magazine McCall qu'ils semblaient sur le point de prendre. Et en free-lance, j'étais passé de Snappy Stories à la New yorkais.

Charles expliquait qu'on attendait plus de nous en tant que groupe privilégié. Nous pourrions penser que notre argent va les aider.

Je n'avais guère plus besoin de sa persuasion, je suppose, que ma mère n'avait eu besoin de la persuasion du pasteur pour trouver d'une manière ou d'une autre un quart ou un demi-dollar de plus pour un missionnaire étranger. Et une cotisation de dix pour cent trente dollars sur mes trois cents dollars par mois semblait tout à fait normale à celui dont la mère donnait la dîme. Elle avait donné à l'œuvre du Seigneur dix pour cent d'un revenu qui était parfois aussi bas que quinze dollars par mois, y compris même ce que mon frère aîné gagnait en coupant du bois pour les voisins.

Hermann sortait son canif ; il coupa la corde que Victor Perlo avait eu du mal à dénouer. (Quand il m'a dit plus tard qu'il avait vu l'adresse - John Smith sur Third Street au nord-est, j'ai eu des visions d'une cave sombre au-delà du Capitole. Une silhouette sombre émergeait avec ce paquet, se précipitant sur le trottoir, jetant un coup d'œil par-dessus son épaule, jetant son fardeau dans un coupé noir minable et filant à toute allure. Un jour, je serais à mon tour cette silhouette sombre.)

Sur le sol se trouvaient des piles de Travailleur de tous les jours, le communiste rouge épais, l'Internationale communiste rouge et blanche, le noir et blanc violent Nouvelles messes, et le bulletin agitprop polycopié.

Hermann a refusé Nouvelles messes, disant qu'il l'avait acheté au kiosque à journaux sur Pennsylvania Avenue. Charles lui dit sèchement de ne plus jamais y retourner. Nous devons nous tenir à l'écart de tout endroit où les gauchistes pourraient se rassembler. Il faut éviter, dans la mesure du possible, de s'associer avec des radicaux, aussi difficile que cela serait à Washington. Même les libéraux, les plus francs comme Gardner Jackson, a déclaré Charles en regardant dans ma direction, étaient interdits. Cela m'a attristé. Pat avait été un ami si gentil.

De toute évidence, a ajouté Charles, nous ne pouvions pas nous approcher des manifestations publiques ou des rassemblements.

Cela m'a déçu, me souvenant de Trafalgar Square, me sentant faire partie d'une foule immense unie dans la même urgence édifiante. Mais ces directives portaient leur propre charge, distinguant notre groupe, nous préparant à faire face à nos propres défis difficiles.

La littérature que nous devions acheter coûtait près de dix dollars. Ceci, plus les cotisations, équivalait presque exactement au salaire que je versais à Mamie, la femme joyeuse qui ramenait maintenant Claudia à la maison pour le déjeuner et la mettait au lit. Hermann avait insisté pour l'engager après être allé une fois avec moi chercher Claudia après le travail. Assise sur les genoux de l'infirmière, elle avait semblé assez satisfaite, mais à sa première vue, de grosses larmes rondes avaient jailli de ses yeux, éclaboussant le sol. Mamie doit rester, quoi que nous ayons donné au Parti.

Lorsque Victor Perlo eut rassemblé les restes de la littérature, il fit un reportage sur l'actualité nationale, en commençant par la nomination par Roosevelt de Joseph P. Kennedy comme président de la nouvelle Commission de la Bourse. Il a appelé cela une capitulation devant les éléments politiques les plus vicieux. Un opérateur de Wall Street lui-même, Kennedy avait fait ses millions en contrebande. De tels faits étaient probablement une fraction de la vérité, a déclaré Vic; mais assez pour nous débarrasser de l'illusion que FDR était "pas mieux qu'un talonneur de salle glorifié."

Ces mots étaient douloureux à entendre. Je savais que Roosevelt était un politicien, mais rien de ce que j'ai appris sur ses compromis ne pouvait empêcher sa voix de me remuer physiquement. Parfois, je passais une nuit en contact érotique et idolâtre avec lui, m'éveillant à un sentiment de privilège qui pouvait rester avec moi pendant des jours. Quand j'ai raconté mon rêve à Hermann, il n'a pas ri. Il m'enviait d'une certaine manière ; lui-même ne se souvenait pas d'avoir jamais rêvé. Parce que j'étais un enfant posthume, a-t-il dit, j'étais encore plus vulnérable que la plupart, mais toute la population ressentait actuellement un besoin enfantin d'une figure paternelle. J'ai résisté à ça. Je n'avais aucune envie de partager cette intimité privée avec 120 millions de personnes.

Marion a indiqué qu'elle écrivait le profil d'un enseignant américain typique, assez chanceux pour être encore employé. Malgré cela, Chicago a dû rembourser des salaires s'élevant à 28 millions de dollars.

Les chiffres de Marion montraient qu'au moins 200 000 enfants ne pouvaient pas aller à l'école faute de vêtements. Rien qu'à New York, ils avaient donné plus de 3 millions de dollars pour acheter des repas chauds, des chaussures, etc., pour les enfants qui, autrement, ne pourraient pas venir à l'école.

Marion avait prévu de montrer l'enseignante dans sa vie de tous les jours, en distribuant son propre déjeuner aux enfants aux yeux affamés autour de son bureau, en glissant un pull ou une paire de chaussettes à un enfant froid dans le vestiaire.

Si les enseignants n'avaient pas fait ces sacrifices, le système éducatif du pays se serait complètement effondré au cours des cinq dernières années.

Charles a demandé d'un air dubitatif où elle prévoyait de publier cela. Dans le atlantique, espère Marion, ou Scribner. Vic agita la main avec urgence. Quand il a pris la parole, il a demandé pourquoi elle devrait glorifier un groupe de libéraux à l'esprit flou qui ne faisaient que retarder le moment où les ouvriers s'empareraient des moyens de l'éducation. Il proposa que le camarade le signale, montrant à quel point la charité au coup par coup était un réformisme réactionnaire ; que ces inégalités ne pouvaient pas être corrigées sous le capitalisme.

« Mais si elle mettait ça dedans », ai-je demandé avant de pouvoir m'arrêter, « où pourrait-elle publier son article ? »

"Exactement." Le regard reconnaissant de Marion a peut-être commencé la collaboration qui nous lierait si étroitement. Elle a dit que ce que Vic avait décrit s'intégrerait dans le Sunday Worker mais ne surprendrait pas ses lecteurs. Alors qu'elle pouvait toucher un public plus large, un moins politique. Et de tels lecteurs ne pourraient-ils pas un jour devenir importants pour nous ? Les avoir amicaux - ou du moins pas hostiles pourrait faire une différence cruciale lorsque les jetons étaient bas.

Charles pensait qu'elle avait raison. Le Parti avait besoin de « neutraliser » les ennemis de classe potentiels. Mais Vic a insisté sur le fait que tout matériel précieux dont nous disposions devait être utilisé pour renforcer la voix du Parti.

Hermann a dit d'un ton réfléchi qu'il était frappé par la fréquence à laquelle les Fois a cité des déclarations assez radicales de New Dealers. Cela ne suggérait-il pas que la classe moyenne en ce moment était plus prête à écouter qu'on ne pourrait le supposer ? Il proposa à notre camarade d'utiliser son matériel doublement. Elle pouvait d'abord suivre sa forte impulsion, puis mettre ses faits en forme pour la publication du Parti.

— C'est le deuxième nœud gordien qu'il coupe ce soir, s'écria Marion.

Le groupe s'est mis d'accord sur un plan pour que les éditoriaux soient prêts à être publiés dans les publications du Parti lorsque l'article de Marion serait publié, attirant l'attention sur celui-ci et faisant tous les points qui semblaient stratégiquement souhaitables.

C'est le genre de consensus qu'Hermann a souvent suscité au cours des mois suivants. Bientôt, il serait chargé d'une nouvelle unité d'économistes névrosés puissants...

Sur le chemin du retour, Hermann se tut d'abord. Je me demandais ce que Charles lui avait demandé de faire. Mais à partir de maintenant, nous devrions avoir des secrets l'un pour l'autre.

Je n'ai pas pu retenir mon soulagement face à la prédiction de la chute d'Hitler. Et je me souviens de la façon douteuse dont Hermann a dit qu'il espérait qu'ils avaient raison. Mais depuis 1924, il avait entendu la phrase : "Hitler ne peut pas durer".

J'ai suggéré que le Parti savait peut-être des choses que nous ne savions pas. Il y avait la dépêche de Claude dans La semaine sur les publications illégales qui n'arrêtaient pas de paraître, malgré Hitler. Parfois, un polycopié plié avait "Horoscope" à l'extérieur, et à l'intérieur se trouvaient des informations sur le monde qui avaient été supprimées dans les journaux.

Hermann a reconnu que ce genre d'opération de masse était encourageant et la grande raison de travailler dans le Parti. Mais c'est peut-être alors qu'il parla avec inquiétude de la lettre de l'ingénieur. Que se passerait-il s'il atterrissait entre les mains de quelqu'un avec un mauvais jugement ? Supposons que ce camarade rencontre l'ingénieur et pense à partir de quelque chose qu'il a dit qu'il était prêt à être recruté. Alors qu'en fait l'ingénieur était un trotskiste, disons, enragé contre le Parti. Ne trahirait-il pas le Conseil des consommateurs plutôt que de rater une occasion de nuire au Parti ? Notre bureau était déjà suspect à cause de libéraux vocaux comme Howe et Jackson. S'il s'avérait qu'une lettre au Conseil des consommateurs avait été remise au CP, la graisse serait dans le feu. Beaucoup de gens puissants cherchaient une telle excuse pour se débarrasser de tout le groupe et mettre leurs propres marionnettes.

C'était effrayant. Mais sûrement, dis-je, le Parti comprendrait le danger et serait prudent. Hermann espérait qu'ils le feraient, mais ils étaient humains, avec une faillibilité intégrée. J'ai refusé de laisser mes esprits s'affaiblir. "Nous avons rejoint," dis-je, "donc nous devons leur faire confiance." Et il a accepté.

Après un pas silencieux ou deux, je m'arrêtai brusquement sur le trottoir. La lettre ne nous avait même pas été adressée. Il avait été transmis par le Conseil des consommateurs de la NRA. Hermann a ri, disant que NRA pourrait aussi bien être pendu pour un agneau que pour un mouton. Il parlait de fatigue, dit-il. La réunion, comme toutes les réunions, avait été fatigante.
Fatigant? Dans mon humeur, le mot était impensable.

Mémoires d'Arthur Koestler, Flèche dans le bleu, décrit sa première rencontre avec un groupe de camarades comme "un de ces rares moments où la conviction intellectuelle est en parfaite harmonie avec le sentiment, où votre raison approuve votre euphorie, et votre émotion est aussi amoureuse de votre pensée". C'était vrai pour moi ce soir-là, même si je n'aurais pas pu l'analyser si j'avais essayé - même si j'aurais aimé l'avoir fait. Nous nous sommes dépêchés à la maison nouvellement exaltés vers une autre nuit ensemble.

"Steve" était J. Peters, responsable de la clandestinité communiste à l'échelle nationale. Lors d'une de ses visites à Washington, une quinzaine d'entre nous, une sorte d'élite choisie, principalement des chefs d'unité, certains avec leurs femmes s'étaient rassemblés dans la nouvelle maison de Lee Pressman en banlieue. Marion Bachrach était venue avec son frère, John Abt, un bel avocat aux yeux bruns, déjà important de façon discrète.

Steve avait fait le voyage pour nous donner des réponses faisant autorité à nos plus grandes questions. Lorsque vint le tour d'Hermann, il mentionna des critiques dans les publications du Parti d'un livre récent du philosophe Sidney Hook. Les critiques du Parti n'auraient-ils pas un effet plus convaincant, a-t-il demandé, en analysant et en démolissant les arguments du livre sur des bases philosophiques plutôt que d'utiliser l'espace pour des invectives ?

Les sourcils épais de Steve s'étaient noués furieusement. « Ce genre de discours stupide auquel je ne m'attendais pas ce soir ! il cria. "Appeler par le nom de philosophie la crasse que crache le renégat !"

Au bout d'un moment, John rappela avec hésitation à Steve qu'Hermann, bien qu'étant un nouveau camarade, avait fidèlement suivi les directives du Parti et s'occupait avec succès d'une unité difficile. Steve se calma, se souvenant probablement du matériel qu'Hermann avait emporté sur le front de mer de New York ; pourtant, les camarades n'ont posé que des questions prudentes après cela.

En rentrant chez moi, j'ai crié contre l'injustice de Steve. Hermann expliqua que Sydney Hook était un ancien communiste et que son opposition à la politique du Parti le faisait passer pour un traître. "Oublie juste ce qui s'est passé ce soir." (Je ne pouvais pas l'oublier, mais je n'ai pas réussi à saisir toute sa signification.)

Hermann a poursuivi en disant que nous, les membres des rangs inférieurs, ne pouvions pas continuer à remettre en question les politiques. Cela montrait une assurance intérieure qui m'attirait fortement. Et cette nuit-là, dans un état que le Parti aurait qualifié de « confus », j'avais besoin de son instruction. Ma mémoire était encore chaude avec le charme de Tresca, sa volonté de nous offrir un repas superlatif, son refus d'agir en prima donna. Pourquoi le Parti le haïssait-il ainsi ? Était-il trotskiste ? Je savais que le nom même du chef de l'Armée rouge que Staline avait exilé après la mort de Lénine était un anathème pour le Parti.

Tresca était une anarchiste, dit Hermann. Assez proche du Parti jusqu'à il y a quelques années, il s'était soudain retourné contre nous. Lorsque cela s'est produit, le Parti a dû l'exposer, montrer les conséquences de ce qu'il faisait.
Mais Jérôme Frank m'avait dit que Tresca avait fait un travail courageux contre Mussolini parmi les Italiens de ce pays, et avait une grande influence. Hermann a reconnu sa bravoure dans la lutte contre les fascistes.

En revenant, j'ai su que quelque chose n'allait pas presque avant d'entrer dans la maison. J'ai dit à Claudia de jouer dehors et je me suis précipité dans les escaliers. A la porte, j'entendais des souffles grognants, des bruits de lutte.

Dans la cuisine, Mimi avait enfermé Hermann dans une prise par derrière, plaquant ses bras contre son corps. La main d'Hermann agrippa le couteau à découper qu'il avait utilisé une heure auparavant. Puis, pendant un instant, la colère l'a contorsionné alors qu'il invoquait la force de se détacher.

Malgré toutes les forces de Mimi, les efforts spasmodiques de son corps devenaient presque trop pour nous. Le couteau m'a effleuré la joue.

Mimi lui a reproché. Hermann, le visage choqué en voyant l'égratignure, relâcha son étreinte. À ce moment, Mimi lâcha un bras et abaissa sa main droite d'un coup qui fit claquer le couteau au sol. Je l'ai supplié de promettre de ne pas réessayer, mais il a seulement regardé désespérément autour de lui comme s'il cherchait une autre méthode. Mimi m'a dit de téléphoner à Chestnut Lodge. Hermann gémit, me suppliant de ne pas téléphoner. Sa voix avait changé d'avant, avait perdu tout combat et toute détermination. Mais je devais passer l'appel, ce que j'avais accepté de faire si les choses tournaient mal.

Naturellement, je veux faire face aux faits honnêtement. Bien sûr. Mais il m'a fallu des années, hors de portée des pressions, pour libérer ma conscience de ses loyautés aveugles. Même lorsque, bien plus tard, on m'a donné des raisons de croire que l'assassinat de Trotsky avait été planifié dans ma chambre intérieure de la rue Bank, je ne pouvais qu'espérer que je n'aurais pas accepté son utilisation si j'avais su.

Quand les aveugles retrouvent soudain la vue, ils trouvent souvent pénible d'abord la dureté, la lumière criarde ; ça fait mal de regarder ce qu'ils ont à voir.

Nous qui étions aveuglés par nous-mêmes subissons la douleur supplémentaire de la honte. Pas honte que nous nous soyons engagés dans le combat, qui en effet doit être renouvelé et renouvelé, tant que les gens sont encore mal nourris, mal vêtus, mal logés, et brutalement torturés. Ma honte est dans les termes de mon adhésion : j'ai perdu ma liberté la plus essentielle, celle de penser par moi-même. Au lieu de garder mes esprits sur moi, je les ai donnés à d'autres, croyant de gros mensonges et rejetant des vérités aussi grandes que des millions de personnes affamées. Aucune excuse ne peut alléger la connaissance que j'ai utilisé mon cerveau et mes talents pour défendre Staline.

Hermann avait-il vu cela, cet automne 1935, lorsqu'il découvrit des vérités contraires à son engagement dans le Parti ? Face à ce choix, il s'est retiré dans la folie. Sa prévoyance n'aurait-elle pas ajouté de manière insupportable au conflit entre ses devoirs au sein du Parti et sa loyauté envers ceux qui lui faisaient confiance ?

Nous ne pouvons jamais être sûrs d'une réponse définitive. Mais en écrivant cette histoire, j'ai suffisamment appris pour poser la question. Et la question est importante, pas seulement dans ses implications pour la vie d'un homme. L'histoire d'Hermann devient une tragédie majeure lorsque nous le voyons comme le sacrifice précoce de toute une génération de jeunes croyants dont la vie a été endommagée par la désillusion face à la fausse promesse de l'Union soviétique. Leur perte est allée bien au-delà de la perte de leurs années d'efforts pour aider à tenir cette promesse. C'était une perte irréparable, une perte de confiance en leur propre intégrité.

Hope Hale est née dans l'Iowa, fille d'un instituteur et d'un directeur d'école. Elle a quitté la maison tôt et s'est installée dans une pension à Washington, DC, vivant près d'une sœur aînée. Là, elle a rencontré son premier mari, un charpentier de décors pour une compagnie de théâtre. "Je décorais un sapin de Noël", a-t-elle déclaré au Boston Globe, "et il est entré dans le salon et m'a jeté un coup d'œil - j'étais, voyez-vous, en haut de l'échelle - et une demi-heure plus tard, il a proposé." Elle a fait des tournées avec la compagnie de théâtre et a aidé à peindre des décors. "À Cleveland, il a éliminé le charpentier de scène, une personne qu'il respectait en fait, avec une hache. Il était assez violent."

Mariage non. 1 ayant échoué, elle arrive à New York au milieu des années 1920 et s'installe rapidement dans la société bohème de Greenwich Village. Bien qu'elle n'ait pas fait d'études collégiales, elle a trouvé du travail en écrivant des jingles publicitaires pour les céréales (elle a écrit que son patron s'attribuait le mérite de son travail), puis en tant que responsable des promotions de La vie, un hebdomadaire humoristique qui portait le même titre que Tempsplus tard frère photogénique. Elle a ensuite fondé un magazine appelé Miroir d'amour qui était vendu dans les grands magasins.

En 1930, elle gagnait le salaire princier de 4 000 $ par an, organisait des dîners officiels pour l'ensemble chic dans son appartement au sous-sol et contribuait à la section Talk of the Town de Le new yorker. Déjà dotée d'une conscience sociale aiguë, elle était fière de publier des histoires romantiques qui comprenaient des tableaux de la misère rurale, y compris la grève du charbon du comté de Harlan et le sort des métayers.

En 1932, elle épousa Claud Cockburn, le correspondant new-yorkais junior du Fois de Londres. Cockburn était une stalinienne ardente, et bien que Davis n'ait pas adhéré au Parti communiste, elle partageait pleinement sa vision de « la révolution à venir ». Cockburn allait bientôt retourner en Angleterre et a trouvé La semaine, le journal radical notoire qui a été supprimé par le gouvernement pendant la Seconde Guerre mondiale. Orwell a condamné Cockburn dans Hommage à la Catalogne pour avoir diffusé de la propagande communiste pendant la guerre civile espagnole...

Coincée avec un bébé et peu de moyens de subsistance, Davis s'est rendue à Washington, où elle a emménagé dans une petite cabane près de la maison de sa sœur et a divorcé de Cockburn.Bientôt, Davis a trouvé du travail en rédigeant des guides de consommation pour l'Agence d'ajustement agricole. Elle y rencontre un brillant jeune économiste allemand immigré, Hermann Brunck, et ensemble, ils se lancent dans une histoire d'amour qui tourne autour de leur appartenance au Parti communiste. Ils se sont mariés en peu de temps devant un ministre désapprobateur qui mâchait des fèves à la gelée pendant qu'il effectuait la cérémonie.

Davis a versé la dîme à la fête et a même admis avoir fait un peu d'espionnage : "La seule chose que j'ai jamais volée au ministère de l'Agriculture était la formule pour faire du lait de soja", a-t-elle déclaré au Boston Globe. Plus tard, elle a parlé avec dégoût du refus d'Alger Hiss d'admettre ses affiliations communistes. "Le spectre de Washington n'allait que du rose au rouge à cette époque", a-t-elle écrit à un ami.

Brunck était moins à l'aise de recevoir les ordres de la hiérarchie du parti, qui voulait apparemment qu'il se rapproche des nazis à l'ambassade d'Allemagne. Il était enclin à la dépression, que le parti semblait considérer comme quelque peu contre-révolutionnaire. Brunck a été institutionnalisé et s'est pendu avec sa ceinture à l'hôpital.

Toujours résilient, Davis a finalement épousé son mari no. 4, Robert Gorham Davis, un autre communiste, qu'elle a rencontré lors d'un atelier pour écrivains radicaux en 1939. Les deux ont démissionné du parti à la veille du pacte Molotov-Ribbentrop. Ils en avaient fini avec la politique radicale, même s'ils conservaient une profonde sensibilité à l'injustice sociale. Dans ses mémoires, Davis a écrit à propos du combat que « en effet doit être renouvelé et renouvelé tant que les gens sont mal nourris, mal vêtus, mal logés et brutalement torturés. Ma honte est dans les termes de mon adhésion (les communistes) : J'ai perdu ma liberté la plus essentielle, celle de penser par moi-même."

Après avoir pris leur retraite dans le Connecticut dans les années 1970, les Davis ont déménagé à Boston lorsque Davis a reçu une bourse de Radcliffe pour commencer à travailler sur ses mémoires, en 1983. Elle a fini par occuper un poste d'enseignant permanent. Parmi ses sujets figurait la façon de tenir un journal, quelque chose qu'elle avait fait religieusement toute sa vie.

En tant que féministe et communiste de la première heure, l'auteur et professeur Hope Hale Davis, décédée à l'âge de 100 ans, a toujours attendu le non conventionnel.

Elle a certainement répondu à de telles attentes avec son Project Revolutionary Baby. C'est le nom qu'elle a donné à l'enfant prévu de son bref mariage en février 1932 avec le célèbre journaliste britannique, auteur et communiste, Claud Cockburn, alors correspondant à New York pour le Fois de Londres. Il a ensuite rejoint le Travailleur de tous les jours, rapporté de la guerre civile espagnole, et est devenu un commentateur radical et Détective privé journaliste. Il est mort en 1981.

Le mariage Davis-Cockburn à New York, célébré lors d'une fête donnée par le cousin de Claud, Alec Waugh, n'était destiné, a affirmé Davis, qu'à « le certificat de mariage de Claud comme nécessaire pour le bien de l'enfant ».

Bien qu'être une épouse légalement mariée soit peut-être moins révolutionnaire que le projet ne l'indiquait, le couple ne vivait pas ensemble. En juillet de la même année, le poste de Cockburn pour le Times était terminé et il s'embarqua pour l'Angleterre, laissant Hope enceinte. Bien qu'il soit resté en contact, le mariage, son premier de trois, était terminé.

L'enfant, Claudia, a épousé l'artiste et écrivain Michael Flanders, qui avec le compositeur Donald Swann a écrit À la baisse d'un chapeau, dans laquelle son mari et Swann sont apparus dans le West End de Londres en 1956. La Flandre, qui était confinée dans un fauteuil roulant par la polio, est décédée en 1975 et Claudia est décédée en 1998.

C'était le deuxième mariage de Davis. Son premier mari était un peintre de paysages de vaudeville, et son troisième était l'économiste allemand Hermann Brunck. Ils vivaient à Washington où elle écrivait des histoires romantiques avec un message pour les femmes, et tous deux rejoignirent le Parti communiste en 1934.

Mais Brunck a reçu l'ordre d'espionner les nazis à l'ambassade d'Allemagne et la contrainte de devoir socialiser avec les fascistes, ainsi que de garder le secret sur son adhésion au parti, lui a pesé lourdement, et il s'est suicidé en 1937.

Davis a épousé son quatrième mari Robert Gorham Davis, critique littéraire et professeur d'anglais à l'université de Columbia, en 1939. Gorham est décédé en 1998.

La carrière d'écrivain de Davis comprenait des histoires pour le New Yorker et d'autres magazines, et elles ont été publiées sous forme de collection, La voie sombre vers la place, en 1968. Ses mémoires des années 30, Grand jour à venir, paru en 1995.

Elle a écrit à propos de Cockburn : "Je voulais ce qu'une femme a traditionnellement demandé à un amant qui part à la guerre - ses qualités et son héritage." Elle était attirée par lui pour son « charme, sa gaieté, sa malice et son esprit » et la façon dont il faisait rire les gens. Mais en privé avec elle, a-t-elle ajouté, il parlerait sérieusement de la façon dont "nous pourrions balayer toutes ces disgrâces à la fois et construire une nouvelle société qui les exclurait à jamais".

Le père enseignant de Davis est décédé avant sa naissance dans une petite ville de l'Iowa. Sa mère, également enseignante, l'a élevée mais Davis n'a pas fréquenté l'université. Au lieu de cela, elle s'est dirigée vers New York et a écrit de la fiction. Elle a quitté le parti communiste suite au pacte soviétique de 1939 avec l'Allemagne hitlérienne, mais est restée une gauchiste engagée.

(1) Hope Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) page 20

(2) Hope Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) page 29

(3) Hope Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) pages 68-76

(4) Espoir Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) pages 98-99

(5) Hope Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) page 102

(6) Nathaniel Weyl, entretien avec Nouvelles américaines et rapport mondial (9 janvier 1953)

(7) Stephen Miller, Soleil de New York (8 octobre 2004)

(8) Espoir Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) page 108

(9) Stephen Miller, Soleil de New York (8 octobre 2004)

(10) Espoir Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) pages 165

(11) Hope Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) pages 263-64

(12) Espoir Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) page 315

(13) Dinitia Smith, New York Times (17 juillet 1998)

(14) Espoir Hale Davis, Great Day Coming: Un mémoire des années 1930 (1994) page 337


Souvenirs de la fille de Karl Hermann Frank

Publier par Helge » 06 oct. 2020, 07:43

Elle était belle et instruite. Son père était l'un des industriels les plus riches de Tchécoslovaquie à l'époque. Elle était admirée par de nombreux hommes. Néanmoins, le bourreau de la nation tchèque, Karl Hermann Frank, est devenu son élu. Elle en a payé un prix terrible. Et leurs enfants en ont aussi payé un prix terrible. Pour la première fois de sa vie, la fille de KH Frank nous a livré un témoignage tout à fait unique et unique.

Personne
--------------------
Ce matin, j'ai remplacé Frank au nom de notre gouvernement. Je remets Karel Hermann Frank à la justice tchécoslovaque.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Nous sommes le mardi 7 août 1945. Il rentre à Prague, cette fois en tant que prisonnier, jadis l'homme le plus puissant du protectorat de Bohême et Moravie, Karl Hermann Frank. Douze jours plus tard, il écrit une lettre dans sa cellule, adressée à sa femme. L'homme, qui jusqu'à récemment avait codécidé sur les exécutions de masse, a regardé la déportation des Juifs avec un visage froid et le sort des habitants de Lidice ou Ležáky, est maintenant rempli d'une incertitude atroce. Il a peur pour sa femme, il a peur pour ses enfants.

Éditeur
--------------------
"Après des heures, des jours et des semaines interminables d'insécurité totale et le sort de chacun d'entre vous, après une auto-accusation torturée, j'étais complètement à bout de nerfs, et j'avais des compulsions perpétuellement laides que je pensais ne pas pouvoir supporter cet état pendant un seul jour."

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
La lettre de Frank écrite au crayon sur papier ordinaire ne sera jamais remise, et il ne saura pas ce qui est arrivé à ses enfants et à sa belle épouse Carola jusqu'à son exécution le 22 mai 1946. Leurs autres destins ne sont pas non plus connus dans notre pays. Essayons de révéler ce secret. Notre recherche commence en Allemagne. Quelque part ici dans ce quartier résidentiel, l'une des filles mariées de Karel Hermann Frank et du Dr Carola Frank devrait vivre. Comment se souvient-il de ses parents après des années ? Après la première et certainement surprenante rencontre pour elle, la fille de KH Frank lui propose une rencontre dans un café à moitié vide. Je l'attends et selon l'accord précédent, je ne photographierai pas son visage avec un appareil photo. J'ai promis de ne pas révéler son identité. Il veut autoriser tout ce qu'il me dit plus tard. Elle a également admis qu'elle était encore choquée que je l'aie découverte. Cependant, elle est plus intéressée par la photo que je lui ai apportée.

Fille de KH Frank
--------------------
Je vois cette photo pour la première fois. C'est peut-être ma mère, mais elle a une expression complètement différente que je n'ai jamais vue en elle. Ma mère nous a parlé du tapage du tapis. Elle a rappelé qu'elle avait été traduite en justice avec un ancien membre du gouvernement du protectorat tchèque et avait reçu l'ordre de frapper sur des tapis. Et les deux ont accepté de faire semblant de jouer au tennis. Alors ils ont frappé sur les tapis, mais en esprit ils ont joué au tennis les uns contre les autres.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Avant la guerre, le tennis faisait partie du divertissement de la crème d'alors et Carola Franková, alors encore Blašková, fille du président de la Most Coal Company, parmi la crème de l'époque Il appartenait sans aucun doute à la ville de trente mille, que nous peut vérifier, par exemple, dans les archives régionales de l'État local.

Mgr. Martin MYŠIČKA, Archives du district d'État Most
---------------------
Il provient du recensement de 1921.

Stanislav MOTL, éditeur
---------- ----------
Et c'est là qu'ils sentaient, non ?

Mgr. Martin MYŠIČKA, Archives du district d'État Most
---------------------
Oui donc .

Stanislav MOTL, éditeur
------------- -------
Docteur Blašek.

Mgr. Martin MYŠIČKA, Archives du district d'État Most
--------------------
Docteur Blašek, numéro descriptif .

Stanislav MOTL, éditeur
----------- ---------
Goren Strae.
l'ancienne Goren Strasse, autrefois le quartier résidentiel le plus luxueux du vieux pont. Et ici se trouvait également la villa du docteur en droit et ingénieur Karel Blašek. Il a vécu ici avec sa femme Anne-Louisa, et leurs deux enfants sont également nés ici. Hans plus âgé et Carola plus jeune. Lorsque Carole Blašková avait dix-sept ans, son père mourut. A cette époque, elle étudiait dans un lycée professionnel allemand à Most. Et comme le révèlent les rapports de classe, elle était une prime.
Elle n'en a presque que partout.

Mgr. Martin MYŠIČKA, Archives du district d'État Most
--------------------
Pour l'ensemble, pour l'ensemble des quatre années, non. Donc juste de la chimie, de la chimie elle en avait deux, mais différemment, sinon il semble que .

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Et ce sont des diplômes ? Qu'est-ce que c'est?

Mgr. Martin MYŠIČKA, Archives du district d'État Most
---------------------
Oui, c'est un examen oral, donc elle avait, de l'allemand elle avait, elle avait Schüller, du français elle était diplômée, Voltaira elle avait une question et aussi en fait très bien, très bien, très bien.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Ancienne faculté de médecine de l'Université allemande de Prague. Ce bâtiment se souvient également de la jeune étudiante Carola Blašková. Elle y étudie de 1932 à 1939. Elle en passe trois avec succès (incompréhensible) et obtient son diplôme le 10 juin 1939. A cette époque, elle vit déjà une histoire d'amour passionnée. Son élu était un certain Karl Hermann Frank. Médecin de l'Hôpital général universitaire de la place Charles à Prague, où elle est considérée comme une interniste très professionnelle et une femme agréable, plutôt apolitique, Carola Blašková épouse Karel Hermann Frank, son aîné de quinze ans et une fois divorcé, le 14 avril 1940. A cette époque Frank était secrétaire d'État du protectorat de Bohême et Moravie et / incompréhensible / SS. A cette époque, en tant que chef du protectorat des Jeunesses hitlériennes Siegfried Zoglman (incompréhensible) a également rencontré, comme il l'a admis en 2000,

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
C'est M. Frank. Eh bien, c'est Frank.

Siegfried ZOGLMAN
--------------------
Et c'est moi. C'est clair sans équivoque. Ce devait être lors d'une compétition sportive ou similaire, probablement à Strahov. C'est intéressant, c'est intéressant. Mais laissez-moi vous dire que c'était un policier très brutal.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Karl Hermann Frank vit avec sa femme dans une villa à Prague-Bubeneč. Ils ont une fille, puis un fils et une autre fille. Frank est au sommet de sa puissance et liquide brutalement toute tentative de résistance. Il approuve toujours les condamnations à mort à la fin de la guerre. L'agonie approche. Alors que les dirigeants nazis envoient maintenant leurs familles en sécurité, la femme de Frank, qui ne s'est jamais montrée comme une nazi zélée, reste avec ses enfants jusqu'au dernier moment. Pourquoi? Carola Frank a ensuite justifié cela auprès de sa fille.

La fille de KH Frank
--------------------
C'est une question d'amour et d'honneur. Elle a décidé de rester avec lui jusqu'au dernier moment et peut-être jusqu'à sa mort. Elle n'a jamais pensé qu'elle devrait le quitter. Elle voulait être avec son mari jusqu'à la dernière minute et l'aider.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Karl Hermann Frank a quitté Prague aux petites heures du matin du 9 mai 1945. Il conduisait une Mercedes blindée avec des vitres pare-balles. Sa femme, ses trois enfants et une nounou ont conduit dans une autre voiture. Un convoi de voitures a traversé Beroun et Holoubkov jusqu'à Rokycany.

Ing. Ladislav MAYER, témoin
--------------------
A ces endroits, un peu plus loin derrière vous, le véhicule du KH Frank était arrêté et les routes ici étaient de ce côté. Les Américains l'ont emmené sur la place. Il a dû sortir de la place, sortir de la place, aller à la mairie et de là les Américains l'ont emmené selon les informations que j'ai, à la caserne et de la caserne à Ejpovice, où ils devaient l'interroger en l'auberge U Nitků et il y avait un protocole écrit. dans laquelle ils parlent là-bas.

Jiří VONÁSEK, témoin
--------------------
Ici, j'en ai encore un, ce que j'ai découvert .

Stanislav MOTL, éditeur
-------- ------------
C'est sa chronique, non ?

Jiří VONÁSEK, témoin
--------------------
C'est sa chronique. Eh bien, c'est l'arrivée sur la place quand il y a été amené.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Cette famille était ici avec lui ?

Ing. Ladislav MAYER, témoin
--------------------
Malheureusement . Eh bien, on prétend qu'elle est venue ici avec lui à Rokycany. Qu'est-il arrivé à cette famille.

personne
--------------------
Mais dans une autre voiture comme c'était dans l'autre voiture juste derrière lui.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Alors ils les ont laissés partir, donc je pense à la famille.

Personne
--------------------
Oui, mais ensuite ils les ont mis dans un camp quelque part.

fille de KH Frank
--------------------
Nous étions séparés dans la ville de Stod. C'est quelque part près de Pilsen. J'étais malade et ma mère a dû aller dans une école voisine pour me procurer du lait. Ils l'ont arrêtée là-bas et nous ont séparés d'elle là aussi. Elle a été emmenée en prison et d'autres réfugiés et je suis ensuite allé séparément en Allemagne. J'étais séparé non seulement de ma mère, mais aussi de mes deux frères et sœurs.

Lubomír JUNGBAUER, adjoint au maire de Stod
--------------------
Je peux donc ici vous montrer l'original, que j'ai trouvé ici dans les archives d'Ondřej Jindřich, où sont décrits les événements du 45 mai dans notre ville. Il dit que les soldats américains ont amené environ soixante-dix femmes avec des enfants, qui ont été placées ici derrière la mairie, et là lors de l'inspection des documents, ils ont découvert qu'il y avait une dame qui ne voulait pas s'inscrire pour ce qui était écrit dans sa . alors je ne sais pas si c'était une carte d'identité ou ce que c'était.

Věra KYDLIČKOVÁ, fille de O. Jindřich
--------------------
L'homme qui y travaillait comme administrateur est venu le dire à son père.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Mais c'était de l'allemand, non ?

Věra KYDLIČKOVÁ, fille de O. Jindřich
--------------------
Il était allemand, mais tellement solide. Comme il l'a dit, écoute, j'ai promis de tout te dire, de tout te dire. Il y a une personne qui ne veut pas être trahie. C'est comme ça qu'ils ont découvert, et il s'est avéré que c'était Frank.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Ancien hospice et c'est ici que le Dr Carola Frank a été arrêtée. Ondřej Jindřich a écrit à ce sujet : « La personne était cruellement impolie. Elle a nié être l'épouse de KH Frank. Les messieurs l'ont également emmenée avec eux à Pilsen. Ils m'ont informé oralement qu'après leur arrivée à Pilsen, ils ont affronté un chauffeur, qui "Il a été conçu ici qu'elle était la femme de KH Frank. Elle a eu trois jeunes enfants qui sont restés au Stoda dans cette maison de repos à l'époque. Je ne sais rien de plus sur les relations avec cette personne. » Des nouvelles tchèques ont fait état de l'arrestation de Carola Franková, que les Américains ont remise aux autorités tchèques. Dans le livre des détenus de la Préfecture de police de Prague, nous découvrons que Carola Franková a été amenée à Bartolomějská n°4 le 17 mai 1945, à une heure après minuit. La photo mentionnée a été prise un jour plus tard dans la cour locale. Cependant, après seulement deux jours, Carola Frank est transférée de sa détention provisoire ailleurs. Où En 1945, des officiers supérieurs de l'armée soviétique étaient logés dans cette maison à Kampa, à Prague. D'éminents prisonniers de l'époque y travaillaient comme femmes de ménage. Par exemple, Carola Franková, mais aussi l'actrice tchèque Lída Baarová. Lída Baarová, l'ancienne maîtresse de Joseph Goebbels, a déclaré que Carola Frank a ensuite été emmenée en Union soviétique sur ordre d'un général russe. Elle a appris l'exécution de son mari dans la prison du KGB à Ljubljana. Elle a passé les neuf années suivantes au milieu de th La steppe dans un camp de prisonniers au Kazakhstan. Pendant tout ce temps, elle ne savait pas du tout le sort de ses enfants, puis il l'a découvert, comme nous l'a dit le député du Bundestag et l'ami, comme il nous l'a dit, de certains politiciens soviétiques influents, Siegfried Zoglman en 2000. Il puis arrangé son retour. Après son arrivée en République fédérale d'Allemagne, Carola Frank s'est mise à la recherche de ses trois enfants. Elle a finalement réussi. Elle a découvert sa fille aînée dans ce qui était alors la République démocratique allemande - Leipzig, elle a trouvé sa deuxième fille à Francfort-sur-le-Main et a finalement trouvé son fils à Göttingen.

Fille de KH Frank
--------------------
C'est difficile à décrire. Soudain, elle était là pour moi et j'ai été surpris et heureux d'avoir soudainement une mère si parfaite, belle, gentille et douce. Elle avait quarante ans à son retour, mais elle avait l'air d'au moins dix ans de plus, comme on le voit sur la photo.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Ce film raconte ce que la prison a fait à sa mère. Carola Frank de 1940 et la même femme après son retour d'Union soviétique en 1954.La Dre Carola Frank a commencé sa nouvelle carrière médicale dans l'une des plus grandes cliniques universitaires d'Allemagne. Elle a ensuite créé un cabinet privé. Elle ne s'est jamais mariée. Quand un homme l'a invitée à danser, elle a refusé. On dit qu'elle se souvenait encore de son mari, l'homme qui est entré dans notre subconscient en tant que bourreau de la nation tchèque. Elle a également vécu jusqu'en novembre 1989. Elle s'est également tournée vers sa Bohême natale.

Fille de KH Frank
--------------------
Elle était fondamentalement contre. Elle a refusé. Et quand je suis allé là-bas au début des années 90, elle m'a donné l'adresse et une description de comment se rendre chez nous. C'est une villa dans une ruelle de châtaigniers, elle se dresse encore aujourd'hui et devant elle se trouve une maison de garde tellement plus petite.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Comme l'a dit la fille de KH Frank lors de notre rencontre au café, sa mère n'a jamais parlé de Prague d'après-guerre. Comme si c'était une période sombre pour elle. Étonnamment, elle se souvenait avec émotion des Russes ordinaires et de la vie au Kazakhstan. Soit dit en passant, en 2004, les autorités russes se sont officiellement excusées pour son emprisonnement.

Fille de KH Frank
--------------------
Fait intéressant, elle n'a jamais été amère. Elle a pris son destin comme une chose fatidique. Il y avait aussi de la fierté là-dedans. D'une certaine manière, elle considérait ce qu'elle avait vécu comme un honneur. Ce qu'elle a vécu dans le camp l'a en fait élevée et enrichie. Elle était une femme jeune et gâtée qui appréciait sa position, mais ensuite elle s'est retrouvée dans une situation où elle était au fond, mais elle a tout géré.

Stanislav MOTL, éditeur
--------------------
Le Dr Carola Frank repose dans cette tombe. Il repose ici avec sa mère Anna-Louisa, et le fait que leurs enfants soient toujours vénérés par leur père est également attesté par cette inscription Zum gedenkem et Karl Hermann Frank - nous nous souvenons de Karel Hermann Frank. Plus tard, la fille de KH Frank m'a écrit une explication : « L'inscription sur la tombe était la dernière volonté de ma mère et j'ai dû m'y conformer.


Davis est né Frances Hope Hale le 2 novembre 1903 à Iowa City, Iowa, le cinquième et plus jeune enfant de Hal Hale, un directeur d'école, et de Frances McFarland, une enseignante. Son père est mort jeune et sa mère s'est remariée avec John Overholt. Lorsque son beau-père est également décédé, Davis et sa mère ont déménagé à Washington, D.C. [ citation requise ]

En 1924, Davis devient l'assistante du directeur artistique de la Stuart Walker Repertory Company, pour qui elle peint des décors et conçoit des costumes. [1] [4] En 1926, elle a déménagé à New York, où elle a travaillé dans la publicité en tant que secrétaire à l'Agence Frank Presbrey. Là, elle écrit des copies et vend des dessins. Elle est partie pour devenir écrivain indépendante, publiant des histoires dans des magazines tels que Collier's, Le new yorker, et Bookman. En 1929, elle devient directrice de la promotion de La vie magazine. En 1931, elle fonde et édite Miroir d'amour, un magazine pulp féminin. [1] [4]

En février 1933, elle s'installe à Washington, D.C., où elle travaille au Conseil des consommateurs de l'Agricultural Adjustment Administration (AAA) sous Frederic C. Howe. Son troisième mari, l'économiste allemand Karl Brunck, travaillait pour la National Recovery Administration. [1] [6] [7]

Après la mort de Brunck, Davis est retournée à New York, où elle a travaillé comme rédactrice indépendante, créant des nouvelles avec des thèmes communistes sous-jacents. Au cours de ses années de mariage avec Robert Gorham Davis, elle a édité son travail tout en écrivant elle-même pour Livre rouge et Ville et pays, et Nouveau chef les magazines. [1] [6]

En 1954, elle a identifié son mari Robert Gorham Davis au FBI comme un communiste, avec Len De Caux et sa femme, Herman Brunce, John et Elizabeth Donovan, Harold Ware, Charles Kramer et sa femme, John Abt et sa femme Jessica Smith Ware Abt et sa sœur Marion Bachrach, Donald Hiss, Jacob Golos, Joseph Freeman et Joe Currant, ainsi que Pressman, Perlo, Silverman, Collins, Witt et Alger Hiss. [8]

En 1983-84, elle a été boursière au Bunting Institute du Radcliffe College. En 1985, elle a reçu une invitation à rester en tant que chercheur invité. Elle a donné un cours d'écriture de 1985 jusqu'à un mois avant sa mort. Les titres des séminaires comprenaient « Comment tenir un journal » et « L'autobiographie comme histoire policière ». [1] [3] [5] [7]

Davis a brièvement épousé son premier mari, le décorateur de vaudeville George Patrick Wood. En 1932, Davis épousa son deuxième mari, le journaliste britannique Claud Cockburn. [9] Ils n'ont pas vécu ensemble et ont divorcé en 1934 lorsque Cockburn aurait abandonné Davis alors qu'elle était enceinte. [9] Leur fille était Claudia Cockburn (morte en 1998), qui a épousé l'artiste britannique Michael Flanders (mort en 1975) et a eu deux filles, les journalistes Stephanie et Laura Flanders. [1] [2] [3] [4] [5]

En 1934, elle a épousé l'économiste et communiste allemand Karl Hermann Brunck, qui a fait une dépression et est entré dans un établissement psychiatrique pour être soigné par la psychologue Frieda Fromm-Reichmann. Il s'est suicidé en 1937. [1] [2] [3] [4] [5]

En 1939, elle a quitté le Parti communiste à cause du pacte Hitler-Staline, bien qu'elle soit restée une « gauchiste engagée ». Au cours du même incident international, Whittaker Chambers a rencontré le nouveau concessionnaire Adolf A. Berle et a nommé Davis comme membre du groupe Ware, bien qu'il n'ait pas cité son nom lors de son témoignage devant la HUAC le 3 août 1948. [3] [7 ] [dix]

La même année, elle a épousé son compatriote communiste, professeur et critique littéraire Robert Gorham Davis (mort en 1998), qu'elle a rencontré lors d'un congrès de la Ligue des écrivains américains. Le couple a eu deux enfants, Stephen et Lydia. [1] [2] [3] [5] Dans les années 1950 et 1960, les Davis vivaient dans l'Upper West Side de New York et étaient amis avec Bernard Malamud, Lionel Trilling et Diana Trilling. Dans les années 1970, ils ont déménagé dans le Connecticut. En 1983, ils ont déménagé à Boston après qu'elle ait reçu une bourse de Radcliffe. [4]

Hope Hale Davis est décédée d'une pneumonie à Boston le 2 octobre 2004, à l'âge de 100 ans. [1] [2] [3] [4] [5] [7]

A sa mort, la Gardien l'a qualifiée d'« auteure américaine qui a défié les conventions sociales avec ses croyances féministes et de gauche ». [3] Le Soleil de New York l'a qualifiée d'"ex-communiste à demi-regrettée". [4]

Les mémoires de Davis de 1994 racontent son appartenance et les détails de l'appareil d'infiltration soviétique appelé le « Ware Group », contrôlé par J. Peters, fondé par Harold Ware et dirigé successivement par Ware, Whittaker Chambers et Victor Perlo. Son livre a servi de source majeure pour une biographie de J. Peters par l'érudit Thomas L. Sakmyster. [11] [5]

Ses papiers incluent une correspondance avec de nombreux communistes, des intellectuels de New York et même des membres du groupe Ware, dont Malcolm Cowley, Alfred Kazin, Philip Roth, Arthur M. Schlesinger, Jr., Diana Trilling, Sylvia Townsend Warner et Nathaniel Weyl. (Cependant, la référence en ligne omet la référence à la plupart des membres du groupe Ware, y compris J. Peters, Harold Ware, Whittaker Chambers et ceux nommés par Chambers avant le HUAC en août 1948.) [1]

De ses mémoires de 1994, Kirkus a écrit : « Le récit de Davis de cette expérience est magistral, elle capture l'intrigue de la culture clandestine et la logique séduisante, voire irrésistible, des solutions communistes, ainsi que le refus effrayant des agents du Parti de voir les contradictions ou d'entendre la dissidence. " [12]


Catégories :

  • Peuples
  • Allemands
  • arts visuels
  • L'artisanat
  • Peinture
  • La photographie

Ce qui suit, adapté de la Manuel de style de Chicago, 15e édition, est la citation préférée pour cette entrée.

James Patrick McGuire, &ldquoLungkwitz, Karl Friedrich Hermann,&rdquo Manuel du Texas en ligne, consulté le 29 juin 2021, https://www.tshaonline.org/handbook/entries/lungkwitz-karl-friedrich-hermann.

Publié par la Texas State Historical Association.

Tous les documents protégés par le droit d'auteur inclus dans le Manuel du Texas en ligne sont conformes au titre 17 U.S.C. L'article 107 relatif au droit d'auteur et à l'utilisation équitable pour les établissements d'enseignement à but non lucratif, qui permet à la Texas State Historical Association (TSHA) d'utiliser des documents protégés par le droit d'auteur pour faire avancer l'érudition, l'éducation et informer le public. La TSHA s'efforce de se conformer aux principes d'utilisation équitable et de se conformer à la loi sur le droit d'auteur.

Si vous souhaitez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur de ce site à des fins personnelles qui vont au-delà de l'utilisation équitable, vous devez obtenir l'autorisation du propriétaire du droit d'auteur.


Karl Hermann Brunck - Histoire

Aaron, Rabbi Israël, D.D. & Emma Falk Aaron:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 66
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 118

Adam, Carl:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 119, 122, 164 , 169, 172

Adlersberg, W.G.:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 147

Allgewähr (Allgewaehr), Louis:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 144, 149, 150, 152, 156, 163
Buffalo Volksfreund : 14 janvier 1891, 22 janvier 1891
Buffalo Frei Presse : 19 août 1901 - Nécrologie

Armbrüster, Rudolph & Maria Schiffer Armbrüster, Meta Armbrüster, Erna Armbrüster, Ralph Armbrüster, Julius Armbrüster:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 311

Auel, Dr Carl H. W. & Sophie Sonnemann Auel, Elsa Auel:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 124

Bachman, révérend E. F.:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 289

Bächer, Célestin & Louisa Gerber Bächer
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : 170

Baetzhold (Bätzhold), August Sr., August Bätzhold Jr. & Natalie Kuster Bätzhold, Eugenie Bätzhold, Jenny Bätzhold , August C. Bätzhold , Howard Bätzhold, Theodor Bäzthold & Bäzthold & Jenny Hitschhold Bä:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 265
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 64
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 261

Baer, ​​Conrad & Ulrike Pielmann Baer :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 50

Baer [Bär], Rudolph, Marie Baer Foster :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 33, page 39
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 51

Baethig, Heinrich & Adelaide Ziekursch, Dr H. Bäthig, Louise Baethig :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 98, 100, 103
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 78
 Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger : 30 juin 1855, 25 septembre 1855

Chauve, Nikolaus et Katharine Reinheimer Chauve :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 13

Baldauf, Caspar & Marie Jaeckle Baldauf, Jacob Albert Baldauf, Philip Baldauf, Howard Baldauf:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 187

Bapst, Frank L.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 297

Bauer, Franz Anton & Elisabeth Schaumlfer Bauer, Elisabeth Ascher Bauer, Franz Anton Bauer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 276

Bauer, Henri:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 237

Baum, C.F. :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : pages 4, 5
Buffalo Freie Presse: Nécrologie

Becker, Charles et Margaretha Stephanski Becker:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 331

Becker, Edward Gottfried et Bertha Hettrich Becker, Arthur Eugene Becker, Ralph Edward Becker, Clara Bertha Becker, Henry Becker et Susanne Nauert Becker :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 100

Becker, Philip & Sarah Götz (Goetz) Becker :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 109 , 155, 164 , 258 , 265 , 325 , 327 ,
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 55, page 108 , page 110
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 70
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 80
 Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger : 25 septembre 1855

Behnke, Emil & Wilhelmine Hornburg Behnke-Dankert, Pauline Behnke :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 61

Beier, Jacob & Katherine Jung Beier, Jacob Beier Jr., Wilhelm Beier, Mme Leo Scheu, Katharine Beier van Tine :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 96

Bender, Franz & Barbara Karolina Schäfer Bender, Franz Bender, Hermann Jos. Bender, Emma Bender, Anna Bender, August Heinrich Bender, Anna Barbara Bender, Franziska Wagner Bender:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 322

Bender Warren Prescott & Maria Hessler Bender, Catherine Elisabeth Bender:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 326

Bentz, Carl August & Olive Smith Bentz:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 134

Bentz, Dr Henry George & Louis Amalia Reiser Bentz, Florence Louise Bentz, Mildred Lorrain Bentz, Russell Richard Bentz:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 133

Besser, Johann Gottlieb, Otto Besser, Ernst Besser, Gustav Besser:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 145, 159, 161, 164

Beyer, Frank A. & Elisabeth Georgiana Rolls Beyer, Florence Amy Beyer, Marguerite A. Beyer, Lillian B. Beyer, Frank A. Beyer, Jr. :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 157

Beyer, Georges:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 92

Beyer, Heinrich Ernst & Catharine Kuntgunde Trägve Beyer :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 11

Beyer, Jacob & Caroline Rinck Beyer:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 92, 104, page 156, 189
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 8

Bierosch, chrétien:
Chronique de la première église évangélique-luthérienne de la Trinité: Note de bas de page 3, Note de bas de page 22, Note de bas de page 25, Note de bas de page 30, Note de bas de page 37

Bindig, Samuel:
Chronique de la première église évangélique-luthérienne de la Trinité: Note de bas de page 25
Liste d'émigration de La vieille émigration luthérienne au milieu du XIXe siècle: page 256

Bishop, Charles F. & Kate Moran Bishop:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 47
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 76
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 83

Bissing, Frank J. et Gertrude C. Terhaar Bissing :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 7

Bleistein, George et Elizabeth W. McCune Bleistein :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 26

Boehme (Böhme) Friedrich & Maria Miller Beohme:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 167

Boetsch, William & Clara Blessing Boetsch, Edward Boetsch, Charlotte Boetsch, William Boetsch, Frederick Boetsch, Anna Boetsch, Henriette Boetsch, Wilhelm Boetsch & Anna Boetsch:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie IIIB : page 14

Bohneberg, Friedrich & Maria Müller Bohneberg, Theodor Bohneberg, Sarah Bohneberg, Lillie Bohneberg:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 246

Boller, Charles (Karl) & Caroline Hofheins Boller, Henry C. Boller, Albert Boller, Juge Werner :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 84
La vie et les expériences d'un profane

Bollin, Eugen S. & Fredericke Stoll Bollin:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 322

Bollmann, Pasteur Wilhelm & Emilie Dieckmann Bollman, Frieda Bollmann, Wilhelm Bollmann, Clara Bollmann, Marie Bollman:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 171

Bolton, John W. & Emma Burrows Bolton, Helen T. Bolton, John F. Bolton:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 269

Bosse, pasteur George von:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 282, 283

Brand, Pasteur Peter:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 89
Précisions sur l'Assemblée générale tenue par le Synode de Buffalo: pages 19, 26 & 28, 29, 43
Chronique de la première église évangélique-luthérienne de la Trinité: page 55

Braun, C. Wm.:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 158, 159, 163, 164

Breitwieser, Heinrich & Maria L. Schänlin Breitwieser, Louise Stroh Neubauer Breitwieser :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 259 , 267
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 7

Brendel, Henri:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : 337
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 52
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 92

Breuer, Dr. Max & (aucun prénom donné) Preusser Breuer, Annie Breuer, Camilla Breuer, Carl Breuer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : pages 115 - 116

Brezing, Pasteur Herman, Pasteur Jacob Brezing & Elisabeth Hauff Brezing:
Niagara Falls et sa communauté allemande: page 12

Brick, Nicholas C. & Rosa W. Dickmann Brick, Margaret Brick, Theresa Brick, Gerald A. Brick:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 212

Broezel, John & Elizabeth Roskopf Broezel, S.F. Broezel Eagan, John Broezel, Jr. :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 18

Bruck, John Peter, Louise Bruck, Peter Bruck et Catherine Schappard Bruck:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 224

Bruiknern, Gustav & Catherine Granacher Bruiknern, Florence Bruiknern, Mathilda Bruiknern, Gustav Bruiknern, Howard Bruiknern, Esther Bruiknern, Lorinda Bruiknern, Julius Bruiknern & Emilie Baetzhold Bruiknern:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 212

Brunck, Dr Francis Charles & Catherine Hecox Brunck :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 57 , pages 71 , 95 , 103, 150, 183 , 258 ,265
Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger, 25 septembre 1855
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 2

Brunner, Friedrich & Marie Edelmann Brunner, Johann Brunner, Catherine E. Brunner, Anna Brunner :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 79

Burger, Ernst Moritz:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 227, 272
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 62

Burger, Dr Otto:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 79 , 183 , 296, 297

Burkard, Joseph & Anna Düthorn Burkard, Raymond George Burkard, Ruth Elisabeth Burkard:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 279

Burkhardt, Karl Hermann & Leila A. Powelson Burkhardt, Ruth A. Burkhardt:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 174

Büttner (Buettner), Erwin :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 217

Carl, Andreas & Pauline Rupprecht Carl :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 55

Chemnitz, Matthew J. et Emilie Eggers Chemnitz, Matthew E. Chemnitz, Emily Chemnitz, Heinrich Chemnitz :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 81, 325 , 329 ,
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 93
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 121

Christmann, Philip & Caroline Wenz Christmann ,Philip Christmann Jr., Peter Christmann , George Christmann , William Christmann , Caroline Christmann , Elisabeth Christmann, Tillie Christmann, Lotte Christman :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 266

Clément, John & Anna Keen Clément:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : pages 233

Cohauss, Rév. Bernard Clarence:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 109

Cornelius, Adam & Caroline Huber Cornelius, Caroline Scheu Cornelius :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 267
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 23

Curtiss, Harlow C.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 163

Daniels, William H. & Grace E. Ness Daniels:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 102
Buffalo Frei Presse : 4 février 1902

Dauterman, Henry & Catherine Krämer Dauterman, John Dauterman, Albert Dauterman, Mary Dauterman Pékin, Elisabeth Dauterman Wahl:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 244

de Haas, Dr Carl:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 103, 104, 146
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 53
Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger, 25 septembre 1855

Dellenbaugh [Dellenbach], Dr Friedrich:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 78, 92, pages 103
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 70
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 53
La démocratie
 Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger : 25 septembre 1855
Buffalo Volksfreund : 16 janvier 1891 - Nécrologie

Dellenbaugh, Dr Samuel:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 70
 Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger : 25 septembre 1855

de Nyiri, John (Johann Nyiri von Szekely) & Helene Markos de Nyiri:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 109

Devening, Dr Daniel:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 36 , page 39
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 53

Dieckmann, Ewald & Magdalena Kirdorf Dieckmann, Ewald Dieckmann, Adolph Dieckmann:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 241

Diehl, Dr Conrad & Caroline Trautman Diehl, Loi M. Martin Diehl:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 78, 330 ,
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 43
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 82
Revue panaméricaine

Diehl, Henry & Salomé Kabel Diehl:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 43

Diehl, Jacob W. & Louisa D. Dickman Diehl:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 265
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 43

Diehl, John P. & Louisa A. Smith Diehl
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : 259 , 265
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 43

Dietz, Paul et Mary Goetz Dietz:
Niagara Falls et sa communauté allemande:">page 21

Dingens, Jos.:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 78

Dold, Jacob:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 258 , 259, 265

Poupée, Poupée Henry William & Jennie Theim, Poupée Karl & Poupée Theresia Kaiser:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 336

Dörfler, Frank, John Dörfler, Frank Dörfler, Elisabeth Dörfler:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 301

Dorn, Fred. F. & Hattie Clelland Dorn, veuve Bormuth Dorn:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 53

Dorn, Fred Joseph:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 146

Dorrer, Michael et Katharina Dorrer:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 36

Dorsheimer, Guillaume :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 24
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 52

Dreher, Eugen & Louise Schneider Dreher, Harold Dreher, Eugen Dreher:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 285

Dreyer, Ludwig & Dorothea Harders Dreyer, Emma H. ​​Dreyer, Charles H. Dreyer, Louis Dreyer, Alma D. Dreyer :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 300

Duchmann, Charles:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 69

Dudley, Wesley C.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 163

Dufner, Bernhard et Anna Freiner Dufner, Anton Dufner :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 25

Dunbar, Harris & Minnie C. Hardison Dunbar, Doris Dunbar, Lucilla Dunbar, Margaretha Dunbar:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 257

Eckhert, Peter & Anna Barbara Herbst Eckhert:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 210

Eggert, O.J.:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 258 , 259

Ehler, Edward & Louise Malsch Ehler, Clara Ehler Wagner, Cathryn Ehler:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 141

Ehlers, Otto C. J. (Otto Claus Johann) & Katherine Molt Ehlers:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 285

Ehms, Alwin (Wilhelm Albert Alwin):
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 253

Eichel, Robert:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 176

Eichel, Dr Otto R.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 281

Einsfeld, John Philipp & Barbara Weaver Einsfeld, Mme Adolph Frankenstein (Maria) :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 260
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 25

Eisele, Eduard Johann & Margaretha Hilfinger Eisele, Edward Albert Eisele, Christine Eisele, Anna Eisele, Margarethe Eisele, Emma Eisele :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 44
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 76
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 143

Elbers, Heinrich H. & Julia Louise Frommel Elbers, Leonora Bertha Elbers:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 196

Emerson, le Dr Henry P.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 120

Enders, Joseph & Catherina Reimann Enders, Stephan Enders, Louise Enders:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 253

Erb, Pasteur John & Anna Mahnken Erb, Lydead A. Erb, Martha J. Erb:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 179

Erb, Titus & Maria Rosina Seilheimer Erb :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 30

Erfling, Fred & Maria Magdalena Filsinger Erfling, Anna Erfling Sahla, Fritz Erfling, Emma Erfling, Gertrud Erfling:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 218

Erion, Friedrich & Marthe Schlänker Erion, Edward P. Erion, Fred J. Erion, Arthur W. Erion, Walter C. Erion, Lydia Erion, Ella Erion:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 149

Esenwein, août C.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 293
Revue panaméricaine

Faude, Carl Gottlieb:
Chronique de la première église évangélique-luthérienne de la Trinité: page 3

Federlein, Frederick (Friedrich) Anna, Minna, Julie, Adam et Carl :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 160, 161 , 162 - 166 , 167, 168 , 183
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : pages 4, 17 (biographie)

Fedders, Theodor C. & Mathilde Peterson Fedders:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 145

Feine, August & Barbara Weber Feine, August C. Feine, George R. Feine, Charles F. Feine, Ernst B. Feine, Mme Anna Feine Jung et Mme Katherine Feine Bernhard :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 27
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 151

Fink, Heinrich & Anna Koch Fink, Amanda Fink:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 256

Fischer, Francis Charles et Joséphine Walkam Fischer :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : pages 2a & 3

Fiscus, Julius & Amelia Rochevot Fiscus :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 17

Fisher (Fischer), Frederick W. & Ella C. Snedaker Fisher, Harold S. Fischer, Evelyn S. Fisher, Friedrich Fischer & Katharine Speith Fischer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 226

Fitscher, Nikolaus, Henry Fitscher, Fred Fitscher, Lillie Fitscher, Hans Fitscher, Mamie Fitscher:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 319

Fix, Charles J. & Adaline F. Georger Fix, William C. Fix, Arthur F. Fix, Mme Alfred Lang:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 141

Forbach, Christoph & Margarethe Weller Forbach, Elisabeth Forbach, Wilhelm C.Forbach, Klara Forbach, Richard Forbach, Walter Forbach, Barbara Forbach, Edwin Forbach, Maria Forbach:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 190

Forbach, Conrad & Louise Kakuschke Forbach, Herbert Elmer Forbach, Lydia Amanda Forbach:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 185

Frank, Edward J. & Agnes Brautigam Frank, Marie Frank, Georg Frank Elisabeth Gebhard Frank:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 262

Frank, John G. (Johannes Gottlieb) & Karoline Frabel Frank, Wilhelm Frank, Walter Frank, Edwin Frank, Helene Frank, Margarethe Frank:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 277

Frankenstein, Adolph & Maria Einsfeld Frankenstein, Oscar Frankenstein (J. O.), Philip Frankenstein, Herbert Frankenstein, Alma Frankenstein , Helen Frankenstein , Dorothea Frankenstein:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 180

Frankenstein, Friedrich:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 115

Frankenstein, Dr J. O. & Jane S. Mann Frankenstein, Jeannette Frankenstein:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 180

Frey, Rudolf:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 277

Frisch, Dr Friedrich:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 182

Frisch, Gustav A.W.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 182

Fritz, C. Louis et Elizabeth M. Witte Fritz :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 82

Fritz, Louis J. & Anna M. Eitelmann Fritz, Edward C. Fritz, Fred E. Fritz, Clara L. Fritz, Clarence L. Fritz, Margaret A. Fritz:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 191

Frohe, Leo P. & Magdalena Weyland Frohe, Gertrude Frohe, Mme Albert Stager, Louise A Frohe, Mme Edwin Hettig, Edward M. Frohe, Fernando A. Frohe, Laurina C. Frohe:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 146

Fronczak, Dr Francis E.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 160

Fuhrmann, Gustav E. :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 109

Fuhrmann, Louis P. & Carolina Meahl Fuhrmann, Fred Fuhrmann, Dorothea Fuhrmann et David Fuhrmann :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 85

Gärtner, William & Emilie Fuchs Gärtner, Edward Karl Gärtner, William Alfred Frederick Gärtner :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 90

Gebauer, Georg H. & Louise M. Walther Gebauer, Bertha L. Gebauer, August P.Gebauer, Carolina Gebauer, Walther F. Gebauer, Fridericka Gebauer, Carl J. Gebauer, Otto Gebauer, Edward Gebauer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 192

Geiershofer, Isaac et Mary Maxon Geiershofer :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 33

Geiger, Friedrich & Caroline Hochstein Geiger, Regina Brunn Geoger, Charles Geiger, Max Geiger :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 38

Gelb, Friedrich & Elisabeth Klein Gelb, Laura C. Gelb:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 72
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 49

Gelbke, Johannes & Mathilde Margarethe Hütter Gelbke:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 159, 160 , 167 , 171
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 66
Buffalo Freie Presse: Nécrologie

Gentsch, Bernhard F. & Catharin May Gentsch :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 68 , 164
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 78
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 52

Georger, Johann Martin & Marianna Heyl Georger, F.A. Georger, Karl Georger, Julie Georger Günther, Frank Georger, Rosa Georger Harries, Fannie Georger Adam:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 36

Georger, Karl et Dorothea Schuh Georger:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 84 , 259
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 36

Gerking, Friedrich Wilhelm (Fred) & Anna Reinde Gerking, Anna Gerking, Laura Gerking:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 312

Gerst, Philippe, Jacob Gerst & Eva Dormire Gerst:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 43

Geyler, Fritz Otto:
Niagara Falls et sa communauté allemande:"page 17

Gillig, Lorenz:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 144
 Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger : 25 septembre 1855

Glawatz, Adolph & Meta Addicks Glawatz, Anna Eckmann Glawatz, Hertha Glawatz, Kurt Glawatz, Hilda Glawatz, Kathie Glawatz:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 230

Glawatz, Peter Heinrich Gustav & Louise Wilhelm Glawatz, Anna Delitsch Glawatz, Cecilie Glawatz, Bernhard Glawatz, Anna Glawatz, Herman Glawatz, Emma Glawatz :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 74

Goehle, Carl August & Auguste Dette Goehle, Alfred Goehle (Göhle)& Helene Posselt Göhle, Helene Göhle, Linda Göhle, Hulda M. Goehle Maul:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 79, 164
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : pages 88, 131, 236

Gomph, William J. & Mary L. Williams Gomph, Martha Gomph:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 307

Gosar, John & Antonia Medic Gosar, Cyrill Gosar, Vida Gosar:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 335

Göttelmann, Julius Jr. & Rosa S. Hall Göttelmann:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 283

Grabau, le pasteur John A.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 287

Grabau, Pasteur Johannes Andreas August (J. A. A.) & Christina Sophie Burggraf Grabau, Wilhelm Grabau, Johannes (John) A. Grabau, Beata Grabau Gram:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 268
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 62
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : pages 89, 286
Lettre pastorale et correspondance entre J. A. A. Grabau et le Synode du Missouri
La vie du révérend J. An. A. Grabau
Liste d'émigration de La vieille émigration luthérienne au milieu du XIXe siècle: page 253

Grabau, Pasteur Johannes Nathaniel, John A. Grabau:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 271, 277
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 287

Grabau, John F. & Minna Mason Grabau, Dorothy Grabau, Wilhelm M. Grabau, Grace Grabau, Francis Grabau, Adele Grabau:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 286

Grabau, Pastor Wilhelm (Wilhelm) & Maria von Rohr Grabau, Minna Tobschall Grabau, H.R. Grabau, Prof. Dr. A.W. Grabau & Mary Antin Grabau, Adele Grabau Ziemer & Pastor Robert Ziemer à Altamont, Illinois, Philip Grabau, John F. Grabau, Grace Grabau Bruss & Pastor Otto Bruss, Lucy Grabau, Rose Grabau:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 270, 277
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 62
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 286

Graäfe, Carl :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 146, 149

Greiner, Fred:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 52

Greiner, John:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 110 , 164
 Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger : 25 septembre 1855

Greinert, Herman & Maria Bender Greinert, Heinrich Greinert, Margaretha Greinert, Maria Greinert, Hermann Greinert:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 320

Gruber, Charles:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 150
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : pages 4, 5

Gruener, Carl :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 49, 98

Gunther, Francis H. (Révérend):
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 280
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 62

Haas, Pasteur Christian Georg & Rosa Nolte Haas, Olga Haas, Evelyn, Helene Haas, Rossina Haas, Doris Haas, Christian Haas, Oliver Haas:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 114

Hager, Georg L. & Carrie R. Baker Hager, Lyman B. Hager, Clara Barbara Hager:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 181

Hager, Otto Philip, Bernhard Hager & Margaret Bickel Hager:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 242

Hart, Louis Bret:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 159

Hartmayer, Frederick L. & Anna E. Keating Hartmayer, Herbert Hartmayer, Frederick Hartmayer Jr., Raymund Hartmayer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 150

Haupt, Friedrich & Emma Schenkelberger Haupt, Charles Ferd. Haupt, Ellis Haupt, Charlotte Haupt:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 166

Haupt, Dr Friedrich & Auguste, baronne de Busack :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 108 , 258 , 259
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 64

Heiser, Gottfried :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 35

Détenu, Friedrich & Caroline L. Beyer Détenu, Frank C. B. Détenu:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 71
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 53
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 55
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 222
Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger, 25 septembre 1855
Das Buch der Deutschen en Amérique: pages 524

Hellriegel, Conrad :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 77, 258
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 6

Hellriegel, Wilhelm & Louisa Rinck Hellriegel:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 259 ,
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 45

Hempel, Henry A. :
Tägliche Buffalo Volksfreund: Nécrologie

Hengerer, William et Louisa Duerr :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 284, 325 , 337
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 57
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 70

Herbold, Philip M., Martin Herbold et Emilie Wetter Herbold:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : pages 234

Hering, Leodegar & Emma Kirchner Hering, Irma Hering:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 217

Heussler, Robert Henry & Ida M. Hornung Heussler, Arthur F. Heussler, Robert A. Heussler, Walter G. Heussler, Herman K. Heussler :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 106

Hilburger, Johann & Maria Rudolph Hilburger, Anna Hilburger:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 252

Garde, Otto:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie IIIB : page 10

Hintz, Carl & Auguste Gatzweiler, Dr. Felix Hintz & Catharina Theurer Hintz, Arthur Paul Hintz, Florence Auguste Hintz :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 87

Hipélius, Joseph:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 151

Hitzel, Dr Gustav A. & Roberta Cook Hitzel, Romell Hitzel, Beulah Hitzel:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 129

Hochstetter (Hochstaetter), pasteur Christian:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 270

Hoddick, Frederick Sr. & Henrietta Magnus Hoddick, Frederick Hoddick Jr., Henry C. Hoddick, Arthur E. Hoddick, Otto Hoddick, William Hoddick, Charles Hoddick, August Hoddick, Julia Hoddick :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 119, 124, 125
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 74

Hoesler, Alexander G. & Francis [sic] E. Tallman Hoelser, Maria Elisabeth Hoesler, Frances Ella Hoesler, Antonette Louise Hoesler, Alexander Gottfried Hoesler Jr.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 138

Hof, Peter & Anna Engelhardt Hof, Anna Hof, Josef Hof, Frieda Jung Hof:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 251

Hoffmann, A.O. Hermann & Ernestine Reinhardt Hoffmann :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 77
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 31 , page 83

Hoffmann, Julius et Anna Holierith Hoffmann :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 124
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 65

Hoffmann, Valentin :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 34, 189

Hofheins, George Henry & Harriet G. Miller Hofheins, Lillian E. Hofheins Seeber, George R. Hofheins, Harriet L. Hofheins:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 139
La vie et les expériences d'un profane: page 49

Hofmayr, John (Johann) & Maria A. Hauser Hofmayr, Joseph Hofmayr, Maria Hofmayr, Franziska Hofmayr, Klara Hofmayr (Mme Nikolaus Schwab), John Hofmayr, Bernhard Hofmayr:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 197

Holz, Andrew & Helena Neukirchen Holz, Catharine Holz Zubler, Philomena Holz, Loretta Holz:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 196

Holzhausen, August & Susanna Schmidt Holzhausen :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 32

Honecker, John & Sphie Becker Honecker, John Honecker, Charles Honecker, Sophie Honecker Kegler :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 167

Houck, Philippe & Marie Rodenbach Houck, Eva Ernst Houck :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 258 , 265
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 194
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : pages 13 (biographie), 23

Hoyler, August H. & Emma K. Klippel Hoyler, August Hoyler, Margaret Hoyler, Elsa Hoyler:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 187

Hutter, Albert & Julia Zesch Hutter, Harold G. Hutter , Ethel E. Hutter, Marguerite M. Hutter:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 144

Irlbacker, Johann & Katharine Clear Irlbacker, Mary Irlbacker Brunner, Louise Irlbacker Kleber, John Irlbacker, George Irlbacker, Anthony Irlbacker, Katie Irlbacker Chrétien, Carrie Irlbacker Schirra, Jacob C. Irlbacker, Edward F. Irlbacker :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 51

Jacobs, Wilhelm Friedrich & Ellen M. Dean Jacobs, Karl Jacobs & Auguste Krüger Jacobs:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 227

Jansen, August F.D., M.D. & Caroline Young Jansen, Louis F. Jansen & Anna Dank Jansen :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 56

Jacobsen, Henri:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 167 , 337

Jokl, Léopold & Léopoldine Grätzer Jokl. Alexandre Jokl, Nikolaus Jokl, Erwin Jokl:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 299

Juge, George E.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 164

Juengling, Henri :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 120

Jung, Dr Albert Hugo:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 329

Jung, Edward Leopold & Katharine Marie Riesberg Jung, Katharine Louise Jung, Karl Edward Jung, Pasteur Edward Jung, Karl Jung & Katharina Klein Jung:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : pages 297, 329

Kaffenberger, Prof. Wilhelm Georg & Mary E. Phelps Kaffenberger, Karl Gustav Kaffenberger :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 113

Kahabka, Baptist & Josephina Oestereicher Kahabka, John Kahabka , Peter Kahabka, Baptist Kahabka, Anna-Maria Kahabka, Karolina Kahabka, Appolona Kahabka:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 311

Kaltenbach, Andreas, Mme Gräbe, Mme Leo Wolf:
Niagara Falls et sa communauté allemande: page 14

Kam, John Sr. & Magdalena Beck Kam, Anna Zintl Kam, Henry Kam, Rosa Scharf Kam, Joseph Kam, Ottille Regina Hager Kam, John Kam, Jr., Louise Victoria Simon Kam :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 267
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 10a

Kamphausen, Henry & Minna Amis Kamphausen, John Kamphausen, Louise Kamphausen, Laura Kamphausen, Karl Kamphausen, Julia Kamphausen, Elmer Kamphausen , Florence Kamphausen, Daniel Kamphausen:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 316

Kamprath, William B., George G. Kamprath et Maria Muntz Kamprath:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 305

Kasting, W. F. & Laura LaTour Kasting, Laura Louise Kasting, William Lafay Kasting et John Roland Kasting:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 62
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 96

Kauf, Jacob & Sophie Klüting Kauf, Robert Kauf, Jacob Kauf, Carl Kauf, Fina Kauf, George Kauf, Mamie Kauf, Katie Kauf, Gustav Kauf, Friedrich Kauf, Lottie Kauf:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 321

Kayser, Gustav Adolph & Bena Barth Kayser, Robert E.L. Kayser, Esther M. Kayser, Ralph W. Kayser, Lydia C. Kayser:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 209

Kelch, Otto (Gustav Adolph Otto) & Mila Jacob Kelch, Gertrud Kelch:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 273

Keller, F. Charles et Minnie Musal Keller:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 314

Keller, John J. & Marie Juan Keller, John O. Keller, Margarethe Keller, Augusta Keller, Wilhelmine Keller, Emilie Keller, Elisabeth Keller, Konrad Keller, Martha Keller:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 275

Keller, Philip J. & Lizzie Flay Keller, Lillie Keller, William M. Keller, Charles Keller
Niagara Falls et sa communauté allemande: page 9

Kieffer, P.J., Edward Kieffer, Isabella Kieffer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 247

Kiekebusch, Otto Albert & Bertha Wenke Kiekebusch, Emil Kiekebusch, Paul Kiekebusch, Mme Martha Kiekebusch Burke :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : 164
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 33
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 201

Kinkel, Louis & Amalia Leusenhuber Kinkel, Ruben Kinkel:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 200

Kirsch, Pasteur Johannes Albert Wilhelm & Martha Louise Charlotte Leddin Kirsch, Wilhelmine Gertrude Hammersmith Kirsch, Pasteur Paul A. Kirsch, Alvin O.J. Kirsch, Friedrich W. Kirsch, Charlotte W. Kirsch, Julia L. Kirsch, Ruth K.K. Kirsch, Johanna Kirsch, Johannes A.W. Kirsch, Gustav Adolf Kirsch et Margarethe A. Kirsch. :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 281
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 71
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 94

Kirchner, Hugo et Katharina Bauer Kirchner, Henry P Kirchner, Hugo Kirchner, Paul Kirchner:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 128

Kleinschmit, Theodor & Sarah Schall Kleinschmit & Barbara Rosa Happ Kleinschmit :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 3

Klépé, Guillaume :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 3

Klinck, Christian :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 267, 284
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 54

Klocke, Charles A. & Mary Hauss Klocke, Frederick W. Klocke, Harriet C. Klocke, Le Roy Klocke, Henry C. Klocke & Caroline Muhlenkampf Klocke:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 296

Knepper, Harry J.:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 142

Kobler, Heinrich & Luise Miller Kobler, Ada Kobler:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 202

Kraetz, John G. (Johann) & Kath. Vetter Kraetz, Maria Kraetz, Anna Kraetz, John Kraetz, William Kraetz, Carl Kraetz, Georg Kraetz, Emma Kraetz:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 164

Kramer, Georg & Lina Meyer Kramer, George Kramer, Bertha Kramer, Jenny Kramer, Louise Kramer, Ella Kramer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 201

Krämer (Kraemer), Rév. Heinrich A. & Margaretha Wannewetsch Krämer, Dr Edward Kraemer, Charlotte Kraemer, Ida Kraemer:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 217

Krause, L. F. E. (Révérend) (Lebrecht Friedrich Ehregott):
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 62
Chronique de la première église évangélique-luthérienne de la Trinité: pages 3, 7ff.
Lettre pastorale et correspondance entre J. A. A. Grabau et le Synode du Missouri - pages 35 & 36, 56 & 57, 88 - 91
Liste d'émigration de La vieille émigration luthérienne au milieu du XIXe siècle: page 242

Kreinheder, Henry J. & Ida E. Poedding Kreinheder:
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 16

Kreiss, Charles & Emilie H. Meyer Kreiss, Edward J Kreiss., Jesse F. W. Kreiss, Charles F. Kreiss, Jennie M. Kreiss, Margaretha Emilie Kreiss:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 203

Krug, George B. & Jane M. Vorman Krug:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 328

Kuecherer [Kutcherson], John & Christina Bronner Kuecherer, Catharina Kuecherer Kuster, Louise Kuecherer Croisier, Sophie Kuecherer Keller, Johann Kuecherer, Louis Kuecherer, Carl Kuecherer, Friedrich Kuecherer :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 32, page 39
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 82
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 51

Kuhn, Anton F. & Louise Neu Kuhn, Anton J. Kuhn, Louise Kuhn, Rosa Kuhn, Flora Kuhn, Karl Kuhn, Harold Kuhn, Walter Kuhn, Maria W. Kuhn, Roland Kuhn:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 304

Kuhn, Franz Anton & Maria Katharina Gramm Kuhn, Joseph Anton Kuhn, Frank Kuhn, Mathilde A. Fuchs Kuhn, Karl Kuhn, Caroline Riegelmann Kuhn, Mme Louis Haller (née Knell), Heinrich, Wilhelm Kuhn, Emma Huber Kuhn, Josephine Kuhn Schultes et Babette Gramm Rudolph :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 260
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : pages 4, 4a, 5

Kumpf, Henry W. & Loretta M. Gravius ​​Kumpf, Henry Kumpf, Carl Kumpf, Harold Kumpf:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 175

Kusterer, Christian & Friedericke Westerfelder, Louis Kusterer, Christ Kusterer, John Kusterer, Regina Kusterer, Catharine Kusterer, Cora Kusterer :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 56

Lamy, Charles & Magdalena Urban Lamy, Clara B. Demeyer Lamy :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 48

Lang, révérend Edouard:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 237

Lang, Gerhardt:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie II : page 69
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 96

Lange, Julius & Emma Siebel Lange, Hanna Lange, Irmgard Lange:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 111

Langner, Ferdinand:
Chronique de la première église évangélique-luthérienne de la Trinité: page83

Lauser, Martin Jr. et Joséphine Huber Lauser :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 96

Lautz, Friederich Christopher Martin & Amelia K. Trageser, Auguste J. Lautz, Emma M. Lautz, Elsa C. Lautz :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 110 , 164 , 169, 337
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 113
Revue panaméricaine

Lautz, J. Adam & Kate Bardol Lautz, Carl A. Lautz, Otto J. Lautz :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : 164 , 169
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 113
Buffalo Volksfreund : 14 janvier 1891, 22 janvier 1891

Lautz, Wilhelm Sr. & Elisabeth Hiemenz Lautz, Wilhelm Lautz Jr. & Amalie Bank Lautz, J. Adam Lautz & Kate Bardol Lautz, Karl Lautz, Elizabeth Lautz, Friedrich C.M. Lautz, Anna Lautz, Gretchen Lautz, Katharine Lautz Georger, Martin Lautz & Susanna Bensler Lautz, Susanna Lautz :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : pages 146, 149, 170, 337
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie II : page 113
Revue panaméricaine
Buffle Volksfreund : 22 janvier 1891

Lehr, Henry, John Lehr :
L'histoire des Allemands à Buffalo et dans le comté d'Erie, Partie I : page 203

Leininger, Philipp, Burt Leininger, Philip Leininger, Lucy Leininger, Howard Leininger, Margareta Leininger :
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 202

Leo-Wolf, Karl Georg & Clara Gräbe Leo-Wolf, Anita Ottilie Leo-Wolf, Helene Louise Leo-Wolf, Albert Louis Leo-Wolf:
Niagara Falls et sa communauté allemande:page 16

Lieder, Henry (Heinrich) & Margaret Fisch Lieder, Marie Wegerer Lieder, Henry Lieder, John Lieder, Therese Lieder, Bertha Lieder, Mathilde Lieder:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 219

Lochmann, Fritz:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 146

Lubelski, Max & Miriam Böttscher Lubelski:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 207

Lüdecke (Luedecke) William Paul & Anna M. Kuster Lüdecke, Ellen Lüdecke, William Lüdecke:
Buffalo et sa communauté allemande, Partie III : page 106


Bekenntnis der deutschen Professoren zu Adolf Hitler

Les Bekenntniss der Professoren an den deutschen Hochschulen und Universit&# x00e4ten zu Adolf Hitler und dem nationalsozialistischen Staat (aveux des professeurs des universités et collèges allemands à Adolf Hitler et à l'État national-socialiste) a été présenté le 11. novembre 1933 'pour célébrer le "Révolution nationale-socialiste" lors d'une cérémonie dans le Albert Hall à Leipzig. Mais n'étaient pas tous des professeurs signataires, il y a aussi des conférenciers, conférenciers, conférenciers jusqu'aux étudiants individuels y compris. Le titre était &# x201eMit Adolf Hitler f&# x00fcr des deutschen Volkes Ehre, Freiheit und Recht !&# x201c (Avec Adolf Hitler pour l'honneur, la liberté et la justice du peuple allemand !).

Cette subalterne projet tente de combler les lacunes Geni-World-Tree

Pour ajouter des profils pour ce projet, veuillez vous baser sur les publications au Wikipédia allemand côté.

Si vous avez des questions, veuillez contacter le chef de projet Tobias Rachor.

Signataires

Karl von der Aa (Leipziger Wirtschaftsp&# x00e4dagoge), Narzi&# x00df Ach (G&# x00f6ttinger Psychologe), Eberhard Ackerknecht (Leipziger Veterin&# x00e4r), Gustav Aeckerlein (Freiberger Physiker&#), Friedrich Ahlfeld (Marburger AlbrechteP) x00e4dagoge) (Hambourg), Karl Alnor (Kieler Geschichtsdidaktiker), Hermann Altrock (Leipziger Sportp&# x00e4dagoge), Friedrich Alverdes (Marburger Zoologe), Georg Ansch&# x00fctz (Hamburger Psychologe), Christian Aretz (Bonner Naturwissenschaftler1960), 1887&# xil2013 Artin (Hamburger Mathematiker, 1937 entlassen), Richard Augst (Dresdner Geschichtsp&# x00e4dagoge, 1884&# x2013 )

Burkhardt (Leipziger Statistiker), Otto Burmeister (Rostocker P&# x00e4dagoge), Werner Burmeister (Hamburger Kunsthistoriker), Ernst Baars (Marburger Chemiker), Adolf Bach (Bonner Germanist), Heinrich Barkhausen (Dresdner Physiker), Sophie Barrelet (Hamendoburger Frem), Julius Bartels (Eberswalder Geophysiker), Karl Hugo Friedrich Bauer (Leipziger Chemiker), Lorenz Bauer (Dillinger Theologe), Friedrich Baumann (Marburger Chirurg), Karl Baumann (Bonner Physikdidaktiker), Max Baur (Marburger Pharmazeut), Werner Bavendamm (Dresdner Botaniker) , Fritz Beckert (Maler) (Dresde), Hermann Beenken (Leipziger Kunsthistoriker), Paul Johannes Beger (Hannoveraner Mineraloge), Johannes Behm (Göttinger Theologe), Carl Julius Peter Behr (Hamburger Augenmediziner), Hans Hermann Bennhold (Hamburger Internist) , Ewald Berge (Leipziger Veterin&# x00e4r), Walther Bergt (Dresdner Mineraloge), Erhard Berndt (Leipziger Agrar&# x00f6konom, SA-Mitglied), Georg Berndt (Dresdner Physiker), Luise Be rthold (Marburger Germanistin), Helmut Berve (Leipziger Althistoriker), Theodor Beste (Dresdner Betriebswirt), Erich Bethe (Leipziger Altphilologe), Kurt Beyer (Dresdner Bauingenieur), Robert Bierich (Hamburger Mediziner), Wilhelm Biltz (Hannoveraner Chemiker), Ludwig (Dresdner Physiker), Lothar Birckenbach (Clausthaler Chemiker), Herbert Birtner (Marburger Musikwissenschaftler), Fritz Bl&# x00e4ttner (Hamburger P&# x00e4dagoge), Max Le Blanc (Leipziger Chemiker), Edwin Blanck (G&# x00f6ttinger (Wilhelm Blakuschke) &# x00f6sterreichischer Mathematiker, Hambourg), Hermann Block (Hamburger P&# x00e4dagoge), Otto Blum (Bauingenieur TH Hannover), Werner Blume (G&# x00f6ttinger Anatom und NS-Dozentenf&# x00fchrer), Paul B&# x00f6ckmann (Hamburger Germanist), Boehm (Leipziger P&# x00e4dagoge), Gerrit Bol (niederl&# x00e4ndischer Mathematiker, Hambourg), Otto Friedrich Bollnow (G&# x00f6ttinger Philosoph), Conrad Borchling (Hamburger Germanist), Bruno Borowski (Leipziger Anglist), Wilhelm B&# x00f6ttger (Leipziger Chemiker), Kurt Brand (Marburger Pharmazeut), Erich Brandenburg[4] (Leipziger Historiker), Wilhelm Braeucker (Hamburger Chirurg), Gustav Brandes (Dresdner Zoologe), Ludolph Brauer (Hamburger Luftfahrtmediziner), Friedrich Braun ( Leipziger Germanist), Hermann Braune (Hannoveraner Chemiker), Erich Br&# x00e4unlich (Leipziger Orientalist), Gustav Bredemann (Hamburger Agrarwissenschaftler), Hellmut Bredereck (Leipziger Chemiker), Franz Brenthel (Freiberger H&# x00fcttenkundler), Roland Brinkmann, sp& #x00e4ter NS-Gegner), Georg Brion (1873&# x20131950, Freiberg), Joachim Brock (Marburger Kinderarzt), Johannes Brodersen (Hamburger Anatom), Ernst Broermann (Bonner Psychologe und Sportp&# x00e4dagoge), Paul Broher (Kieler Biologiedidaktiker), Le Bruhns (Leipziger Kunsthistoriker), Otto Brunck (Freiberger Chemiker), Curt Brunst (Dresde), Eberhard Buchwald (Danziger Physiker), G&# x00fcnther Budelmann (Hamburger Interniste), Alfred Burgardsmeier (Bonner Kirchenhistoriker), Félix

Hans Freiherr von Campenhausen (G&# x00f6ttinger Theologe), Ernst Carlsohn (Leipziger Chemiker), Wilhelm Cauer (G&# x00f6ttinger Mathematiker), Peter Claussen (Marburger Botaniker), Paul Cohrs (Leipziger Veterin&# x00e4r), Hermann Cranz (Mechaniker un Hanovre), Nikolaus Creutzburg (Geograf an der TH Danzig), Rudolf Criegee (Marburger Chemiker), Adolf Dabelow (Marburger Mediziner), Hans Dachs (Historiker) (Ratisbonne), Petrus Dausch (Dillinger kath. Theologe), Rudolf Degkwitz (senior) (Hamburger Mediziner), Friedrich Delekat (Dresdner Theologe und Religionsp&# x00e4dagoge), Alfred Dengler (Eberswalder Forstwirt), Georg Dettmar (Hannoveraner E-Techniker), Gustaf Deuchler (Hamburger P&# x00e4dagoge), Paul Deutsch (Özignom) (Le ), Max Deutschbein (Marburger Anglist), Hans Diller (Hamburger Altphilologe), Rudolf Dittler (Marburger Augenmediziner), Ottmar Dittrich (Leipziger Sprachwissenschaftler), Walter D&# x00f6pp (Marburger Botaniker), Hans D&# x00f6rries (G&# x00f6ttinger Geogr af, sp&# x00e4ter à M&# x00fcnster), Carl Dolezalek (Bauingenieur an der TH Hannover), Heinz Dotterweich (Dresdner Zoologe), Friedrich Drenckhahn (Rostocker P&# x00e4dagoge), Johannes von den Driesch (fried P&# x00e4Dagoge), D&# x00fcrckheim (Kieler Psychologe), Herbert W. Duda (Leipziger orientaliste), Gerhard Duters

August Eber (Leipziger Veterin&# x00e4r), Margarete Eberhardt (Hamburger P&# x00e4dagogin), Adolf Eberle (Dillinger Moraltheologe), Georg von Ebert (N&# x00fcrnberg), Friedrich August Ebrard (Hamburger Rechtshistoriker, Schweizer), Heinrich Eddelb&# x00fcrnberg Biologe und P&# x00e4dagoge), Richard Egenter (Passauer kath. Theologe), Rudolf Ehrenberg (G&# x00f6ttinger Biologe, sp&# x00e4ter selbst Opfer des NS), Walter Ehrenstein (Danziger Psychologe), Hermann August Eidmann (Hannoversch M&# x00fcndener) , Karl Eimer (Marburger Mediziner), Otto Eiselin (Danziger Bauingenieur), Ludwig Eisenhofer (Eichst&# x00e4tter Liturgiewiss.), Curt Eisfeld (Hamburger Betriebswirt), Ernst Elster (Marburger Germanist), Otto Emicke (Freiberger Mineraloge (Regensf Enger), Dogmatiker), Willi Enke (Marburger Psychiater), Wilhelm Ernst (Geologe) (Hambourg), Ben Esser (Bonner Musikerzieher, 1875&# x20131950), Erich Everth (Leipziger Publizist und NS-Gegner)

Theodor Fahr (Hamburger Pathologe), Rudolf Fahrner (Marburger Germanist, sp&# x00e4ter Kontakt zum Widerstand), Ferdinand Fehling (L&# x00fcbeck-Hamburger Historiker), Karl Feist (G&# x00f6ttinger Pharmazeut), Friedrich Feld (Wirtschaftsp&# x00e4erlinagoge ), Rainer Fetscher (Dresdner Erbhygieniker), Fritz Fichtner (Dresdner Kunsthistoriker), Paul Ficker (Dresdner P&# x00e4dagoge), Otto Fiederling (Hannoveraner Architekt), Carl August Fischer (Volkswirt) (Hambourg), Eugen Fischer (Mediziner) , Friedrich Fischer (Architekt) (TH Hannover), Otto Flachsbart (Maschinenbauer TU Hannover), Ulrich Fleck (G&# x00f6ttinger Neurologe), Hans Fliege (Marburger Zahnmediziner), Wilhelm Flitner (Hamburger P&# x00e4dagoge), Karl Florenz (Hamburger Japanologe) , Gustav Fl&# x00fcgel (Ingenieur) (Danzig), Johann Ulrich Folkers (Rostocker Historiker und Volkskundler), Alfred Forke (Hamburger Sinologe), G&# x00fcnther Franz (Marburger Historiker), Otto Franzius (Bauingenieur und Rektor TH Hannover), Ha ns Freese (Dresdner Architekt), Julius Fressel (Hamburger Gyn&# x00e4kologe), Joseph Freundorfer (Passauer kath. Theologe, sp&# x00e4ter Bischof von Augsburg), Hans Freyer (Leipziger Soziologe), Walter Freytag (Hamburger Missionsdirektor), Ernst Friedrich (Leipziger Geograf), Johannes Friedrich (Altorientalist) (sp&# x00e4ter Leipziger Rektor), Theodor Frings (Leipziger Germanist) , Otto Emil Fritzsche (Freiberger Ingenieur), Gotthold Frotscher (Danziger Musikwissenschaftler), Hugo Fuchs (Göttinger Anatom), Vinzenz Fuchs (Dillinger Theologe), Erwin Fues (Hannoveraner Physiker)

Hans-Georg Gadamer (Marburger Philosoph), Kurt Gaede (Hannoveraner Bauingenieur), Paul Gast (Hannoveraner Geod&# x00e4t), Julius Gebhard (Hamburger P&# x00e4dagoge), Arnold Gehlen (Leipziger Philosoph, Soziologe), Willy Gehing (Dresdner), Hans Gehrig (Dresdner Volkswirt), Oscar Gehrig (Rostocker Kunsthistoriker), Karl August Geiger (Dillinger Kirchenrechtler), Otto Gei&# x00dfler (Hannoveraner Bauingenieur), Wilhelm Gei&# x00dfler (Ingénieur) (Dresdner Tiefbauingenieur) (Marsenschaftlersburg) ), Herbert Gerdessen (1892&# x2013 , Rostocker Geograf), Ernst Gehrhardt (Forstwissenschaftler à Hannoversch M&# x00fcnden), Hans Geyr von Schweppenburg (Forstwissenschaftler à Hannoversch M&# x00fcnden), Gustav Giemsa (Hamburger Giese Chemiker) (Roman), Hambourg), Josef Giesen (Bonner Kunsthistoriker, sp&# x00e4ter Vechta), Otto Glauning (Leiter der Universit&# x00e4tsbibliothek Leipzig), Engelhardt Glimm (Danziger Agrochemiker), Hermann Gmelin (Danziger R omaniste, sp&# x00e4ter Kiel), Otto Goebel (Hannoveraner Volkswirt), Curt G&# x00f6cke (1884-, Dresdner Orthop&# x00e4de), August G&# x00f6tte (1901&# x201383, Clausthaler Mineraloge), Arthur Golf (Leipziger Rektor), Fritz Goos (Hamburger Physiker), Hugo Grau (Leipziger Veterin&# x00e4r), Georg Grimpe (Leipziger Zoologe), Waldemar Grix (Danziger E-Techniker), Franz Groebbels (Hamburger Mediziner), Walter Gro&# x00dfe (Leipziger National&# x00f6konom), H Großmann (Göttinger Hygieniker), Hermann Großmann (Ökonom) (Leipziger Handelshochschule), Rudolf Grossmann (Romanist) (Hambourg), Eduard Grüneisen (Marburger Physiker), Georg Wilhelm Grü Augenmediziner), Herbert Grundmann (Leipziger Historiker), Georg Grunwald (Regensburger Religionsp&# x00e4dagoge), Adolf G&# x00fcntherschulze (Dresdner Physiker)

Rudolf Habermann (1884&# x20131941, Hamburger Dermatologe), Fedor Haenisch (Hamburger Radiologe), Reinhard Haferkorn (Danziger Anglist), Konstantin von Haffner (Hamburger Zoologe), J&# x00f6rgen Hansen (Kieler Geograf), Karl Hansen (P&# x00e4dagoge) ( Hamburger Sprachheilp&# x00e4dagoge), Richard Hanssen (Hamburger Augenarzt), Richard Harder (Biologe) (G&# x00f6ttingen), Helmut Hasse (Marburger Mathematiker), Kurt Hassert (Dresdner Geograf), Edwin Hauberrisser (G&# x00f6ttinger Zahnarzt (Herbert Hauparzt), Leipziger Veterin&# x00e4r), Johann Nepomuk Hebensperger (Dillinger Historiker), Erich Hecke (Hamburger Mathematiker), Otto Heckmann (G&# x00f6ttinger Astronom), Enno Heidebroek (Dresdner Maschinenbauer und Rektor 1946), Martin Heidegger (Philosoph), Robert Heidzenich Arch&# x00e4ologe), Georg Heidingsfelder (Eichst&# x00e4tter Theologe), Alfred Heiduschka (Dresdner Lebensmittelchemiker), Willi Heike (1880&# x20131944, Freiberger Metallurg), Franz Hein (Chemiker) (Leipzig), Wilhelm Hein itz (Hamburger Musikwissenschaftler), Rudolf Heinz (Geologe) (Hambourg), Heinrich Heiser (Dresdner Wasserbauer), Emil Heitz (Botaniker) (Hambourg), Sven Helander (Schwede und N&# x00fcrnberger Ökonom), Gustav Heller (Chemiker) Leipziger Chemiker), Karl Helm (Marburger Germanist und Dekan), Eberhard Hempel (Dresdner Kunsthistoriker), Johannes Hempel (G&# x00f6ttinger Theologe), Friedrich Hempelmann (Leipziger Zoologe), Ernst Hentschel (Hamburger Zoologe), Eduard Hermann (G&# x00f6 ), Ernst Hertel (Leipziger Augenmediziner), Johannes Hertel (Leipziger Indologe), Julius Herweg (Hannoveraner Physiker), Alois Herzog (Dresdner Textiltechnologe), Franz Heske (Dresdner Forstwirt), Herbert Hesmer (Eberswalder Forstwirt (Eberswalder Forstwirt), Paul Agrarwissenschaftler), Theodor Hetzer (Leipziger Kunsthistoriker), Max Heuwieser (Passauer Kirchenhistoriker), Johannes Erich Heyde (Rostocker Philosoph), Theodor Heynemann (Hamburger Gyn&# x00e4kologe), Emil Hilarius (Dresdner P&# x00 e4dagoge), Heinrich Hildebrand (Rechtsmediziner) (Marburg), Leo von Hibler (Anglist à Leipzig und Dresde, sp&# x00e4ter Wien), Emanuel Hirsch (G&# x00f6ttinger Theologe), Alexander H&# x00f6fer (Dresdner Bildhauer), Emil H&# x00f6 (Dresdner Architekt), Otto H&# x00f6lder (Leipziger Mathematiker), Cornelius H&# x00f6lk (Marburger Schulleiter und Didaktiker), Robert H&# x00f6ltje (Danziger Chemiker), Alexander Hoffmann (Leipziger Betriebswirt), Hans Hoffmann (Hammann), Walter Hoffmann (Hammann), Wirtschaftswissenschaftler) (Freiberg), Albert von Hofmann (Marburger Historiker), Erich Hofmann (G&# x00f6ttinger Linguist), Johannes Hofmann (Bibliothekar) (Leiter der Stadtbibliothek Leipzig), Paul Hofmann (Hygieniker) (Dresden), Gustav Dresden, Gustav Hopf , Carl Horst (Marburger Kunsthistoriker), Joseph Anton Huber (Dillingen) Alfred H&# x00fcbner (G&# x00f6ttinger Germanist, sp&# x00e4ter Leipzig), Valerius H&# x00fcttig (Dresdner Ingenieur f&# x00fcr L&# x00fcftung), Reinhard Hugershoff (Dresdres Hugershoff) #X 00f6d&# x00e4t), Karl Humburg (Hanovraner E-Techniker)

Edgar Irmscher (Hamburger Botaniker), Otto Israel-Oesterhelt (Dresdner Geod&# x00e4t),Bernhard Iversen (Kieler Musikp&# x00e4dagoge), Arnold Jacobi (Dresdner Zoologe), Eduard Jacobshagen (Marburger Anatom), Peter Jaeck (Marburger Sportwitzenschaftler), #x00e4ger (Hamburger Sinologe), Erich Jaensch (Marburger Psychologe), Walther Jaensch (Berliner Sportmediziner), Eduard Jahn (Hannoversch M&# x00fcnder Botaniker), Maximilian Jahrm&# x00e4rker (Marburger Psychiater, Direktor der Romanistheilanstalt), ( ), Christian Janentzky (Dresdner Germanist), Heinz Janert (Leipziger Bodenkundler), Harro de Wet Jensen (Marburger Anglist, à Heidelberg 1936&# x20131945), Christian Jensen (Meteorologe) (Hamburger Physiker), Peter Jensen (Marburger Hethitologe),[5 ] Gerhard de Jonge (Danziger Ingenieur), Wilhelm Hermann Jost (Dresdner Architekt), Erich Jung (Marburger Rechtsphilosoph), Heinrich Junker (Leipziger Sprachwissenschaftler), Hubert Junker (Passauer kath. Theolog e)

Felix K&# x00e4mpf (Leipziger Physiker, 1877- ), Alfred Kaestner (Dresdner Zoologe), Alfred Kal&# x00e4hne (Danziger Physiker), Paul Kanold (Hannoveraner Architekt), Helmuth Kanter (Hamburger Geograf), Oskar Fritz Karg (Leipziger Germanist, 1934 Wegen Diebstahl entlassen), August Karolus (Leipziger Physiker), Walter Kayser (Berliner Sportwissenschaftler), Eduard Keeser (Hamburger Pharmakologe, Rektor 1941&# x20131945), Karl Kegel (Freiberger Bergbauer), Erwin Kehrer (1874&# x2013195900, Marburgerekologe&# x x2013) , Egon Keining (Hamburger Dermatologe), Gustav Keppeler (Hannoveraner Chemiker), Otto Kestner (Hamburger Mediziner und Physiologe), Karl Kiefer (Eichst&# x00e4tter Theologe), Hans Kienle (G&# x00f6ttinger Astronom), Sebastian Killermann (PTH Regensburg, Theologe Naturwissenschaftler), Heinz Kindermann (Theaterforscher) (Dantzig), Karl Kindler (Hamburger Pharmakologe), Paul Kirn (Leipziger Historiker), Walter Rudolf Kirschbaum (Hamburger Neurologe), Otto Kirschmer (Dresdner Physiker ), Julius Kister (Hamburger Bakteriologe, 1870&# x20131942), Rudolf Klapp (Marburger Chirurg), Heinrich Klebahn (Hamburger Mykologe), Johannes Klein (germaniste) (Marburg), Ludwig Klein (Hannoveraner Maschinenbauer und Rektor der TH), Otto Klemm ( Leipziger Psychologe), Wilhelm Klemm (Chemiker) (Danzig), Felix Klewitz (Marburger Mediziner), Martin Klimmer (Leipziger Veterin&# x00e4r), Erich Klinge (Sportwissenschaftler) (Berlin-Charlottenburg), August Klingenheben (Hamburger Afrikanist), Friedrich Klingner ( Leipziger Altphilologe), Otto Kloeppel (Danziger Architekt), August Klughardt (Dresdner Optiker), Friedrich Knauer (Physikochemiker) (Hambourg), Alfred Kneschke (Dresdner Mathematiker), Hans Otto Kneser (Marburger Physiker), Werner Kniehahn (Dresdner Bauer), Hugo Maschinen Wilhelm Knipping (Interniste hamburger), Wilhelm Knoll (Mediziner) (Hamburger Sportmediziner), Emil Koch (Hamburger Geograph), Peter Paul Koch (Hamburger Physiker), Carl Walter Kockel (Leipziger Geologe), Paul Koebe (Lei pziger Mathematiker und Dekan), Franz Kögler (Freiberger Bauingenieur), Walter König (Chemiker) (Dresde), Max Koernicke (Bonner Agrarwiss.), Alfred Körte (Leipziger Altphilologe), Rudolf Kzschke ), Friedrich Kolbeck (Freiberger Mineraloge), Willy Kolz (Rostocker P&# x00e4dagoge), Harald Koschmieder (Danziger Meteorologe), Walter Kossel (Danziger Physiker), Franz Kossmat (Leipziger Geologe), Gerhard Kowalewski (Dresdner Mathematiffker), Maximilian Mathematiker), Werner Krauss (Romanist) (Marburg, sp&# x00e4ter im Widerstand), Erich Krenkel (Leipziger Geologe), Ernst Kretschmer (Marburger Psychiater), Julius Krieg (Regensburger Kirchenrechtler), Martin Kr&# x00f6ger (Leipziger Chemiker), Felix Krueger Chemiker (Leipziger Psychologe), Fritz Krüger (Romaniste) (Hambourg), Gerhard Krüger (Philosoph) (Marbourg), Friedrich K࿌h (Marburger Archivar), Karl Küpfmüler (Danziger Elektrotechniker), Hermann K& #x00fcmmell (Hamburger Chirurg), Josef Kürzinger (Eichstätter Theologe), Hans Kuhn (Marburger Germanist), Friedrich Kutscher (Physiologe) (Marburg), Karl Kutzbach (Dresdner Maschinenbauer)

Max Otto Lagally (Dresdner Mathematiker), Albrecht Langel&# x00fcddeke (Hamburger Psychiater), Otto Lauffer (Hamburger Volkskundler), Fritz Laves (G&# x00f6ttinger Mineraloge), Joseph Lechner (Eichst&# x00e4tter Kirchenrechtler), Kurt Leese (Hamburger Philosoph) Lehmann (Dresde), Max Rudolf Lehmann (N&# x00fcrnberger &# x00d6konom), Rudolf Lehmann (Leipziger Ethnologe), Walther Lehmann (Hamburger Hygieniker), Erich Lehmensick (Kieler P&# x00e4dagoge), Hans Lemmel (Eberswaldeam (H), Wilhelm Lehmensick (Kieler P&# x00e4dagoge), Hans Lemmel (Eberswaldeam) Physiker), Philipp Lersch (Leipziger Psychologe), EH Lieber, Otto Lienau (Danziger Schiffbauer), Paul Lindemann (Journaliste) (Hambourg), Joseph Lippl (Regensburger Alttestamentler), Hans Lipps (Marburger Philosoph), Friedrich Lipsius (Philosoph), Theodor Litt (Philosoph) [Unterschrift zweifelhaft],[6] Helmut Loebell (Marburger Mediziner), Ernst Lommatzsch (Marburger Altphilologe), Hans Lorenz (Maschinenbauingenieur) (Dantzig), Alexander Lorey (Hamburger Radiologe), Alfred Lottermoser (D resdner Chemiker), Heinrich Lottig (Hamburger Luftfahrtmediziner), Rudolf L&# x00fctgens (Hamburger Wirtschaftsgeograf), Robert Luther (Chemiker) (Dresde)

Gerhard Mackenroth (Juriste Marburger), Johannes Madel (Freiberger Geologe), Dietrich Mahnke (Marburger Philosoph), Erich Manegold (G&# x00f6ttinger Chemiker), Johann Wilhelm Mannhardt (Volkswissenschaftler), Otto Mattes (Marburger Zoologe und F&# x00fchrer der Dozentenschaft), Eduard Maurer (Freiberger Metallurg), Friedrich Mauz (Marburger Psychiater, sp&# x00e4ter T4-Gutachter der Aktion T4), Kurt May (G&# x00f6ttinger Germanist), Martin Mayer (Hamburger Tropenmediziner, 1934 entlassen), Franz Xaver Mayr (Naturwissenschaftler) ( Eichst&# x00e4tt), Hans Mayer-Wegelin (Hannoversch M&# x00fcnder Forstwirt), Harry Maync (Marburger Germanist), Rudolf Meerwarth (Leipziger Statistiker), Hans Meerwein (Marburger Chemiker), Carl Meinhof (Hamburger Afrikanist), Edwin Meister (Dresdner) Textiltechnologe ), Konrad Mellerowicz (Berliner &# x00d6konom), Gerhard Menz (Leipziger &# x00d6konom), Heinrich Menzel (Dresdner Chemiker), Eugen von Mercklin (Hamburger Arch&# x00e4ologe), Walther Merk (Marburger Jurist u nd Rektor), Adolf Meyer (Hamburger Biologe), Hans Meyer (Hambourg), Heinrich Meyer-Benfey (Hamburger Germanist), Adolf Meyn (Leipziger Veterin&# x00e4r), Fritz Micheel (G&# x00f6ttinger Chemiker), Eugen Michel (Hannoveraner Architekt) , Heinrich von Minnigerode (Juriste Marburger), Hermann Mirbt (Juriste G&# x00f6ttinger), Waldemar Mitscherlich (G&# x00f6ttinger Staatswissenschaftler), Max Mitterer (Passauer Kirchenrechtler), Walther Mitzka (Marburger Sprachwissenschaftler), 6 Willy Physsenschaftler (Le) Hans M&# x00f6ller (Physiker) (Hambourg), Eugen Mogk (Leipziger Nordist), Bruno Moll (Leipziger Ökonom)

Lorenz Morsbach (G&# x00f6ttinger Anglist), Adolf Muesmann (Dresdner Architekt), Peter M&# x00fchlens (Hamburger Hygienemediziner), Conrad M&# x00fcller (Hannoveraner Mathematiker), Erich M&# x00fcller (Chemiker, Rektor de Friedrich TU&# Dresden), x00fcller (Chemiker) (Dresde), Kurt Müller (Archäologe) (Göttingen), Wilhelm Müller-Lenhartz (Leipziger Agrarwissenschaftler), Paul Mulzer (Hamburger Dermatologe), Karl Mylius (Haugenarzt)

Alwin Nachtweh (Hannoveraner Maschinenbauer), Adolf N&# x00e4gel (Dresdner Maschinenbauer), Emil Naetsch (Dresdner Mathematiker), Ernst Georg Nauck (Hamburger Tropenmediziner), Hans Naujoks (Marburger Gyn&# x00e4igerkologe), Friedrich Ne1945, Bahening&# x2013 , Walter Nehm (Clausthaler Markscheider), Harald Nehrkorn (Hamburger Mathematiker, sp. Schulleiter), Friedrich Wilhelm Neuffer (Dresdner Bauingenieur), Willy Neuling (Hamburger Volkswirt), Ernst Richard Neumann (Marburger Mathematiker), Friedrich Neumann (germaniste) (G x00f6ttingen), Johannes Neumann (Hamburger Veterin&# x00e4r), Kurt Neumann (Motorenbauer) (Hanovre), Rudolf Otto Neumann (Hamburger Bakteriologe), Karl Nieberle (Leipziger Veterin&# x00e4r), Arthur Philipp Nikisch (Dresdner Jurist), Hermann Noack (Philos ) (Hambourg), Johannes Nobel (Marburger Indologe), Bernhard Nocht (Hamburger Tropenmediziner), Max Nordhausen (Marburger Botaniker)

Karl Justus Obenauer (germaniste de Leipzig, sp&# x00e4ter à Bonn Lehrer von Hans R&# x00f6&# x00dfner), Erich Obst (Hannoveraner Geograph), Franz Oehlecker (Hamburger H&# x00e4matologe), Julius Oelkers (Hannoversch M&# x00fcnder), Fritz Ostwiderlen (Hannoveraner Ingenieur), Wolfgang Ostwald (Leipziger Chemiker), Max Pagenstecher (Hamburger Juriste), Georg Pallaske (Leipziger Veterin&# x00e4r), Giulio Panconcelli-Calzia (Hamburger Phonetiker), Erwin Papperitz (Freiberger Mathematiker), Erich Parnitzke (Kielerpunstke x00e4dagoge), Enrique Paschen (Hamburger Tropenarzt), Siegfried Passarge (Hamburger Geograf und Völkerkundler), Walther Pauer (Dresdner Energiewiss.), Gustav Pauli (Hamburger Kunsthistoriker), Friedrich Peemölkerziner (Hamburger Mediziner), #x00d6konom), Hans Pesta (Hamburger Pgoge), Rudolf Peter (Hamburger Pgoge), Ulrich Peters (Pgoge) (Kieler Rektor der LBA), Richard Petersen (Danziger Ingenieur), Hans Peters fils (Hamburger Mathematiker), Robert Petsch (Hamburger Germanist), Heinrich Pette (Hamburger Neurologe), Wilhelm Pfannenstiel (Marburger Rassenhygieniker), Georg Pfeilschifter (M&# x00fcnchner Kirchenhistoriker), Kurt Pietzsch (Leipziger Geologe), Wilhelm Pinder (M&# x00fcnchner ), Hans Plischke (G&# x00f6ttinger Ethnologe), Ernst Pohlhausen (Danziger Mathematiker), Hermann Potthoff (Hannoveraner Maschinenbauer), Georg Prange (Hannoveraner Mathematiker), Julius Precht (Hannoveraner Physiker), Heinrich Prell (Dresdner Forstwimer), Marburger Althistoriker), Edgar Pr&# x00f6bster (Orientaliste de Leipzig), Arthur Pr&# x00f6ll (Hannoveraner Flugtechniker), Arthur Pr&# x00fcfer (Leipziger Musikwissenschaftler)

Paul Rabe (Chemiker) (Hambourg), Michael Rackl (Eichst&# x00e4tter Theologe), Georg Raederscheidt (Direktor der P&# x00e4dagogischen Akademie Bonn), Berthold Rassow (Leipziger Chemiker), Fritz Rauda (Dresdner Architekt), Hans Rebel (G&# x00f00f Zahnmediziner), Otto Reche (rassistischer Leipziger Anthropologe), Joachim von Reckow (Marburger Zahnmediziner), Konstantin Reichardt (Leipziger Nordist, 1937 emigriert), Eduard Reichenow (Hamburger Biologe), Ferdinand Reiff (Marburger Chemiker), Adolf Rein (Hamburger), Hermann Rein (G&# x00f6ttinger Mediziner und Rektor), Richard Reinhardt (Tierarzt) (Leipziger Veterin&# x00e4r), Richard Rei&# x00dfig (Leipziger Deutschp&# x00e4dagoge), Viktor Rembold (Danziger Schiffsburger Remy), Heamrich Chemik Remy (H) (Bonner Forstwirt), Oscar Reuther (Dresdner Arch&# x00e4ologe), Johannes Richter (Tierarzt) (Leipzig), Paul Riebesell (Hamburger Versicherungsmathematiker), Wilhelm Rieder (Hamburger Chirurg), August Rippel (G&# x00f6t tinger Mikrobiologe), Curt Risch (Hannoveraner Eisenbahningenieur), Eberhard Rimann (Dresdner Geologe), Curt Risch (Hannoveraner Bauingenieur), Joachim Ritter (Hamburger Philosoph), Erich Rix (Marburger Pathologe), Ernst Roedelius (Hamburger Chirurg), Karl Rix (Ingénieur) (Hannoveraner Maschinenbauer), Fritz R&# x00f6ssel (Hamburger Heilp&# x00e4dagoge), Georg Rohde (Marburger Altphilologe), Hermann Rose (Mineraloge) (Hambourg), Heinrich Roth (Elektrotechniker) (Danzig, 1880&# x20131945), Kon (Dresdner Forstwirt), Hans Rudolphi (Leipziger Geograf), Georg R&# x00fcth (Dresdner Hochbauer), Alfred Ruete (Marburger Hautarzt), Wilhelm Ruhland (Leipziger Botaniker), Max Rumpf (N&# x00fcrnberger Soziologe), Hermann Gustav Runge (Hamburger HNO -Mediziner, 1887&# x20131942)

Ewald Sachsenberg (Dresdner Betriebswissenschaftler), Horst von Sanden (Hannoveraner Mathematiker), Curt Sandig (Leipziger Betriebswirt), Heinrich Sauer (Philosoph) (Hambourg), Ferdinand Sauerbruch (Berliner Chirberger&# x00e00e4fer), Karl Theodor Sch&# x00e4fer (Regensburger Neutestamentler), Wilhelm Sch&# x00e4perclaus (Eberswalder Zoologe), Carl Schall (Leipziger Chemiker), Georg Schaltenbrand (Hamburger Neurologe, sp&# x00e4ter Leiter von Versuchen an Menschen), Johannes Scheffler () ()Dresdennom ), Johannes Scheiber (Leipziger Chemiker), Walter Scheidt (Hamburger Rassenbiologe), Georg Scheller (Betriebswirtschaftler) (N&# x00fcrnberg), Martin Schenck (Leipziger Chemiker), Harald Schering (Hannoveraner E-Techniker), Siegmund Schermer&ttinger Veter00fin # x00e4r und Rektor 1932/33), Karl-Hermann Scheumann (Leipziger Mineraloge), Carl Arthur Scheunert (Leipziger Veterin&# x00e4r), Eberhard Freiherr von Scheurl (N&# x00fcrnberger Juriste), Marti n Schieblich (Leipziger Veterin&# x00e4r), Ernst Schiebold (Leipziger Mineraloge), Carl Schiffner (Freiberger H&# x00fcttenkundler), Ludwig Schiller (Leipziger Physiker), Bernhard Schilling (Dresdner Mathematiker), Friedrich SchillingTH (Mathematiker) (Mathematiker) Schingnitz (Leipziger Philosoph), Arthur Schleede (Leipziger Chemiker), Carl Schlieper (Marburger Zoologe), Josef Schmid (Theologe) (Dillingen), Ernst Schmidt (Thermodynamiker) (TH Danzig), Harry Schmidt (Leipziger Chemiker), Johannes Schmidt (Tierarzt ) (Leipzig), Jonas Schmidt (Zoologe) (G&# x00f6ttinger Veterin&# x00e4r), Werner Schmidt (Forstwissenschaftler) (Eberswalde), Wolfgang Schmid(t) (Marburger Anglist), G. Schmitthenner, Eugen Schmitz (Dresdner Musikwissenscha), Schm&# x00f6ller (Passauer Theologe), Friedrich Schneider (P&# x00e4dagoge) (Bonn), Hermann Schneider (Philosoph) (Leipzig),[7] Paul Schneider (Hambourg), Wilhelm Schneider-Windm&# x00fcller (Bonn), Franz Schob ( Dresdner psychopathologue), Roland Scholl (Schweizer Chemiker à Dresde), Richard Scholz (Leipziger Mittelalterhistoriker), Richard Schorr (Hamburger Astronom), Gerhard Schott (Ozeanograf)[8] (Hambourg), Hugo Schottm&# x00fcller (Hamburger Bakteriologe), Friedrich Schreiber (Dresde), Alfred Schr&# x00f6der (Dillinger Theologe), Bruno Schr&# x00f6der (Arch&# x00e4ologe) (Dresde), Edward Schr&# x00f6der (G&# x00f6ttinger Germanist), Joseph Schr&# x00f6ffer (Eichst&# x00e4tter Theologe), Paul Schubring (Hannthistorikeraner K Walther Schubring (Hamburger Indologe), Levin Ludwig Sch࿌king (Leipziger Anglist und NS-Gegner), Alfred Schüz (Hamburger Wehrwissenschaftler und Historiker), Hans Schulten (Hamburger Internist), Bruno Schultz (Dresdner Wirtschaftssenszsenszsenszft) ) (Leipzig), Ernst Schultze (Soziologe) (Leipzig), Walter Schultze (Hamburger P&# x00e4dagoge), Leonhard Schultze-Jena (Marburger Zoologe), Otto Theodor Schulz (Leipziger Althistoriker), Alfred Schulze (Marbu rger Romanist), Franz Arthur Schulze (Marburger Physiker), Otto Schulze (Wasserbauer) (Dantzig), Gerhard Schulze-Pillot (Danziger Maschinenbauer), Paul Schulz-Kiesow (Hamburger Verkehrswissenschaftler), Rudolf Schulz-Schaeffer (1885 Marx 20121966, ), Friedrich Schumacher (Geologe und Rektor in Freiberg), Otto Schumm (Hamburger Chemiker), Kurt Schwabe (Dresdner Chemiker), Carl Leopold Schwarz (Hamburger Hygieniker), Paul Schwarz (Orientaliste) (Leipzig), Bernhard Schweitzer (Leipziger Arch&# x00e4ologe ), Alfred Schwenkenbecher (Marburger Internist und Rektor), Friedrich Schwerd (Hannoveraner Maschinenbauer), Wilhelm Schwinning (Dresdner Metallurg)

Wilhelm Seedorf (Göttinger Agrarökonom und späterer NS-Gegner), Walter Seiz (Danziger E-Techniker), Emil Sieg (Göttinger Indogermanist), Arthur Simon (Dresdner Chemiker), Aladar Skita (Hannoveraner Chemiker), Alexander Snyckers (belgischer Wirtschaftslinguist à Leipzig), Emil S&# x00f6rensen (Dresdner Maschinenbauer), Max Graf zu Solms (Marburger Soziologe und NS-Gegner), Julius Sommer (Danziger Mathematiker), Curt Sonnenschein (Hamburgers Tropenmediziner) ), Curt Sprehn (Leipziger Veterin&# x00e4r), Paul Ssymank (G&# x00f6ttinger Historiker), Franz Stadtm&# x00fcller (G&# x00f6ttinger Anatom), Martin Stammer (Rostocker Theologe), Otto Hermann Steche (Leipziger Zoologe), Kurt Steinbart (Marburger Kunsthistoriker), Martha Steinert (Kieler Deutschp&# x00e4dagogin), Wilhelm Steinkopf (Dresdner Chemiker, Giftgasforscher), Edmund E. Stengel (Marburger Historiker), Hermann Stephani (Marburger Musikwissenschaftler), Johannes Evangelist Stigle r (Eichst&# x00e4tter Mathematiker), Hans Stobbe (Leipziger Chemiker), Karl St&# x00f6ckl (Regensburger Physiker), Rose Stoppel (Hamburger Botanikerin), Werner Straub (Dresdener Psychologe), Reinhard Strecker (Eberswalde, sp&# x00e4ter im Widerstand), Wilhelm Strecker (Marburger Chemiker), Rudolf Streller (Leipziger National&# x00f6konom), Hermann Stremme (Danziger Bodenforscher, sp&# x00e4ter Ost-Berlin), Bernhard Struck (Dresdner V&# x00f6lkerkundler), Fritz St&# x00fcckrath (Ham4dago&#x), Otto Stutzer (Freiberger Geologe), Paul Sudeck (Hamburger Chirurg), Heinrich S&# x00fcchting (Hannoversch M&# x00fcnder Bodenkundler), Karl S&# x00fcpfle (Dresdner Hygieniker), Heinrich Sulze (Dresdner Bauingenieur ab), Karl Friedrich Suter (Leipztoriker) 1946 Rostock)

Ernst Tams (Hamburger Geophysiker), Jehangir Tavadia (Hamburger Indologe), Horst Teichmann (Dresdner Physiker), Fritz Terhalle (Hamburger Finanzwissenschaftler), Adolf Teuscher (Dresdner P&# x00e4dagoge), Karl Thalheim (Leipziger Westlin&# x00f), National Alfred Thiel (Marburger Chemiker), Hermann Thiersch (G&# x00f6ttinger Arch&# x00e4ologe), Georg Thilenius (Hamburger V&# x00f6lkerkundler), Arthur Thost (Hamburger HNO-Mediziner), William Threlfall (britischer Mathematiker à Dresde), Friedrich Tobler (Dresdner Botaniker ), Maximilian Toepler (Dresdner Physiker), Rudolf Tomaschek (Marburger Anh&# x00e4nger der Deutschen Physik), Reinhold Trautmann (Leipziger Slawist), Erich Trefftz (Dresdner Mathematiker), Emil Treptow (Freiberger Bergbauer), Karl Tripp), (Marburger Walter Biologe) Ehrenreich Tr&# x00f6ger (Dresdner Mineraloge), Carl von Tyszka (Hamburger Finanzwissenschaftler), Hans Ueberschaar (Leipziger Japanologe), Jakob Johann von Uexk&# x00fcll (Hamburger Umweltforsch er), Walther Uffenorde (Marburger HNO-Mediziner), Wolfgang Heinz Uhlitzsch (Freiberg), Egon Ullrich (Marburger Mathematiker), Hermann Ullrich (Leipziger Botaniker), Adalbert von Unruh (Göttinger Juriste)

Siegfried Valentiner (Clausthaler Physiker und Rektor), Max Vers&# x00e9 (Marburger Mediziner und Rektor), Wilhelm Vershofen (Ökonom und Lehrer Ludwig Erhards), Wilhelm Ernst Vetter (1883- Dresdner Religionsp&# x00e4dagoge), Ernst Vetterlein , Hermann Vogel (Agrarwissenschaftler) (G&# x00f6ttingen), Paul Vogel (1877- Leipziger P&# x00e4dagoge), Richard Vogel (1881&# x20131955, Dresdner P&# x00e4dagoge/Zoologe), Rudolf Vogel (Materialforscher) (G&# x00f6ttingen), Sebastian Vogl (Passauer Wissenschaftshistoriker), Eckhardt Vogt (Marburger Physiker), Walter Voigtl&# x00e4nder (Dresdner P&# x00e4dagoge), Hans Volkelt (Leipziger Psychologe und P&# x00e4dagoge), Wilhelm Volz (Leipziger Geograf) ( G&# x00f6ttingen), Otto Voss (Hamburger Neurochirurg)

Friedrich Wachtsmuth (Marburger Kunsthistoriker, 1945 entlassen), Kurt Wagner (germaniste) (Marburg), Friedrich August Wahl (Marburger Gyn&# x00e4kologe), Gustav Wahl (Hamburger Bibliotheksdirektor), Bernhard Walde (Dillinger Alttestamentler), Michael Waldmann (Regensburger Moraltheologe), Andreas Walther (Soziologe) (Hambourg), Paul Erich Wandhoff (Freiberger Geod&# x00e4t), Otto Wawrziniok (Dresdner Metallurg), Anton Weber (Dillingen), Constantin Weber (Dresdner Mechaniker), Ewald Weber (Leipziger Veterin&# x00e4r), Hermann Weber (Zoologe) (TH Danzig), Werner Weber (Mathematiker) (G&# x00f6ttingen), Edgar Wedekind (Hannoversch M&# x00fcnder Chemiker), Rudolf Wedekind (Pal&# x00e4ontologe) (Marburg), Emil Wehrle (Marburger Juriste), Ludwig Weickmann ( Leipziger Geophysiker), Walther Weigelt (Freiberger Bergrechtler), Walter Weigmann (Leipziger &# x00d6konom), Karl Friedrich Weimann (Leipziger Historiker), Paul Weinrowsky (Kieler Physikdidaktiker), Franz Heinrich Wei&# x00dfbach (Leipziger Orienta) list), Friedrich Weller (Leipziger Indologe), Hermann Wendorf (Leipziger Historiker), Ferdinand von Werden (Eichst&# x00e4tter Kunsthistoriker), Paul Werkmeister (Dresdner Vermessungsingenieur), Otto Westphal (Historiker) (Hambourg), Wilhelm Weygandter (H), Georg Wiarda (Dresdner Mathematiker), Paul Wichmann (Hamburger Dermatologe), Walter Wickop (Hannoveraner Architekt), Eilhard Wiedemann (Eberswalde), Kurt Wiedenfeld (Leipziger National&# x00f6konom), Gebhardt Wiedmann (Dresdner Physiker6), (Gttinger& Wieden Physiker6), ), Friedrich Adolf Willers (Freiberger Mathematiker), Hans Winkler (Botaniker) (Hambourg), Hugo Wippler (Leipziger Kunstp&# x00e4dagoge), Wilhelm Wirth (Leipziger Philosoph und Psychologe), Hans Adolf Wislicenus (Dresdner Forstwirt), Karl Wittmaack (HNO -Mediziner), Michael Wittmann (Ethiker) (Eichst&# x00e4tt), Georg Wobbermin (G&# x00f6ttinger Theologe), Gerhard W&# x00f6rner (Leipziger Jurist und Rektor der Handelshochschule), Georg Wo hlmuth (Eichst&# x00e4tter Philosoph), Walther Wolf (Leipziger &# x00c4gyptologe), Ludwig Wolff (germaniste) (G&# x00f6ttingen), Max Wolff (Eberswalder Zoologe), Richard Woltereck (Leipziger Zoologe), Ferdinand Wrede (Marburger Linguist), He -Georg W&# x00fcnscher (Leipziger Student der Tiermedizin), Feodor W&# x00fcnschmann (Steuerrechtler an der Handelshochschule Leipzig), Heinz Wulf (Hamburger Mediziner, 1908&# x20131957), Wunniger, Franz Wutzski (Eichst&# x00e) Géologue)

Eduard Zarncke (Leipziger Altphilologe), Rudolph Zaunick (Dresdner Bibliothekar), Oskar Zdralek (Dresdner Maschinenbauer), Egmont Zechlin (Marburger Historiker), Paul Zenetti (Dillinger Geologe), Peter Zepp (Bonner Geograph), Erich Ziebarth (Hamburger Althistoriker), -Willi Ziegler (Rostocker Psychologe), Ludwig Zimmermann (Marburger Historiker, später Erlangen), Waldemar Zimmermann (Hamburger Volkswirt), Friedrich Zoepfl (Dillinger Kirchenhistoriker), Ernst Zyhlarz (Hamburger Afrikanist)

Au total, environ 900 personnes ont signé.

Das Bekenntnis der Professoren an den deutschen Universit&# x00e4ten und Hochschulen zu Adolf Hitler und dem nationalsozialistischen Staat wurde suis 11. novembre 1933 zur Feier der Révolution „nationalsozialistischen“ des Jahres auf einer Festveranstaltung in der Alberthalle à Leipzig als Gelཫnis deutscher Gelehrter &# x2013 meist im Beamtenverh&# x00e4ltnis &# x2013 vorgetragen. Doch waren nicht alle Unterzeichner Professoren, es finden sich auch Privatdozenten, Lehrbeauftragte, Dozenten bis zu einzelnen Studierenden darunter. Der Titel lautete &# x201eMit Adolf Hitler f&# x00fcr des deutschen Volkes Ehre, Freiheit und Recht !&# x201c. Weitere Bezeichnungen in der Publizistik der Zeit, in offiziellen Dokumenten und damit in der Historiographie lauten „Kundgebung der deutschen Wissenschaft“ oder kurz Bekenntnis der Professoren sowie Ruf an die Gebildeten der Welt.

Ausrichter der Kundgebung und Herausgeber der Schrift war der Nationalsozialistische Lehrerbund Sachsen. Die Veranstaltung fand am Vortag der „Volksabstimmung“ ﲾr den bereits am 14. Oktober vollzogenen Völkerbundaustritt statt, die mit der Reichstagswahl vom novembre 1933 gekoppelt und eine, we Scheinwaes statt Das Bekenntnis war somit auch ein Wahlaufruf. In mehreren Reden wurde der angebliche Wille Deutschlands zum Frieden hervorgehoben, der neben Freiheit und Ehre anzustreben sei. Der Austritt aus dem V&# x00f6lkerbund wurde mit dem Streben nach Gleichberechtigung Deutschlands auf internationaler B&# x00fchne begr&# x00fcndet, die ohne die diskriminierenden Bestimmungen des Völkerbundes nur durch den Austritt zu. Es war den unterschreibenden Wissenschaftlern gleichg & # x00fcltig, dass der Nationalsozialistische Staat zuvor durch das Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums massiv in die wissenschaftliche Lehrfreiheit der Hochschule eingegriffen hatte, indem er Wissenschaftler j & # x00fcdischen Glaubens oder Herkunft oder einfach nur Wissenschaftler demokratischer Gesinnung aus dem Amt vertrieben chapeau. Ebenso gleichgültig war den Wissenschaftlern, dass die Selbstbestimmung der Universitäten durch die Einführung des Führerprinzips beseitigt worden war und die NSDAP&# einen bestimmenden de Einflussitten.

Der s&# x00e4chsische NSLB-Gauobmann Arthur Hugo G&# x00f6pfert hatte im Zusammenwirken mit der Landesuniversit&# x00e4t Leipzig dazu aufgerufen, ein &# x201eBekenntnis freier und politisch nicht gebundener deutffentscher Gelehrufen Welt“. Dieser „Ruf“ versprach eine „volksgebundene Wissenschaftspflege“, aus der allein die völkerverbindende Macht der Wissenschaft erwachsen könne. Weiter hieß es: 𠇪us dieser �rzeugung heraus richtet die deutsche Wissenschaft an die Gebildeten der ganzen Welt den Appell, dem Ringen des durch Adolf Hitler geeinten deutschen Volkes um, Freiheentunt, Ehglerenis df , welches sie f&# x00fcr ihr eigenes Volk erwarten&# x201c. Die begleitenden Ansprachen hielten nacheinander der Rektor der Leipziger Universit&# x00e4t, der Veterin&# x00e4r und Tierz&# x00fcchter Richard Arthur Golf, schon vor der Machtergreifung Vertrauensdozent des NS-Studentenbundes NS-Studentenbundes, Ferner Eugène Eugeninder, ferner , Eberhard Schmidt, le théologien Friedrich Karl Schumann et le germaniste Friedrich Neumann.

G&# x00f6pfert, ein Lehrer, geb. 1902, wurde 1933 Ministerialrat, ab M&# x00e4rz 1935 der Zust&# x00e4ndige f&# x00fcr Bildung in der Reichsstatthalterschaft Sachsen, die das fr&# x00fchere Land Sachsen nach der NS-Zentralisierung ersetzte.

Mit diesem untergeordneten Projet versuchen wir L&# x00fccken im Geni-Welt-Stammbaum zu schlie෾n.

Um Profile zu diesem Projekt hinzuzuf&# x00fcgen orientieren Sie sich bitte an den Ver&# x00f6ffentlichungen bei Wikipédia.

Bei Fragen wenden Sie sich bitte an den Profilverwalter Tobias Rachor

Unterzeichner

Unter anderem unterzeichneten :

Karl von der Aa (Leipziger Wirtschaftsp&# x00e4dagoge), Narzi&# x00df Ach (G&# x00f6ttinger Psychologe), Eberhard Ackerknecht (Leipziger Veterin&# x00e4r), Gustav Aeckerlein (Freiberger Physiker&#), Friedrich Ahlfeld (Marburger AlbrechteP) x00e4dagoge) (Hambourg), Karl Alnor (Kieler Geschichtsdidaktiker), Hermann Altrock (Leipziger Sportp&# x00e4dagoge), Friedrich Alverdes (Marburger Zoologe), Georg Ansch&# x00fctz (Hamburger Psychologe), Christian Aretz (Bonner Naturwissenschaftler1960), 1887&# xil2013 Artin (Hamburger Mathematiker, 1937 entlassen), Richard Augst (Dresdner Geschichtsp&# x00e4dagoge, 1884&# x2013 )

Burkhardt (Leipziger Statistiker), Otto Burmeister (Rostocker P&# x00e4dagoge), Werner Burmeister (Hamburger Kunsthistoriker), Ernst Baars (Marburger Chemiker), Adolf Bach (Bonner Germanist), Heinrich Barkhausen (Dresdner Physiker), Sophie Barrelet (Hamendoburger Frem), Julius Bartels (Eberswalder Geophysiker), Karl Hugo Friedrich Bauer (Leipziger Chemiker), Lorenz Bauer (Dillinger Theologe), Friedrich Baumann (Marburger Chirurg), Karl Baumann (Bonner Physikdidaktiker), Max Baur (Marburger Pharmazeut), Werner Bavendamm (Dresdner Botaniker) , Fritz Beckert (Maler) (Dresde), Hermann Beenken (Leipziger Kunsthistoriker), Paul Johannes Beger (Hannoveraner Mineraloge), Johannes Behm (Göttinger Theologe), Carl Julius Peter Behr (Hamburger Augenmediziner), Hans Hermann Bennhold (Hamburger Internist) , Ewald Berge (Leipziger Veterin&# x00e4r), Walther Bergt (Dresdner Mineraloge), Erhard Berndt (Leipziger Agrar&# x00f6konom, SA-Mitglied), Georg Berndt (Dresdner Physiker), Luise Be rthold (Marburger Germanistin), Helmut Berve (Leipziger Althistoriker), Theodor Beste (Dresdner Betriebswirt), Erich Bethe (Leipziger Altphilologe), Kurt Beyer (Dresdner Bauingenieur), Robert Bierich (Hamburger Mediziner), Wilhelm Biltz (Hannoveraner Chemiker), Ludwig (Dresdner Physiker), Lothar Birckenbach (Clausthaler Chemiker), Herbert Birtner (Marburger Musikwissenschaftler), Fritz Bl&# x00e4ttner (Hamburger P&# x00e4dagoge), Max Le Blanc (Leipziger Chemiker), Edwin Blanck (G&# x00f6ttinger (Wilhelm Blakuschke) &# x00f6sterreichischer Mathematiker, Hambourg), Hermann Block (Hamburger P&# x00e4dagoge), Otto Blum (Bauingenieur TH Hannover), Werner Blume (G&# x00f6ttinger Anatom und NS-Dozentenf&# x00fchrer), Paul B&# x00f6ckmann (Hamburger Germanist), Boehm (Leipziger P&# x00e4dagoge), Gerrit Bol (niederl&# x00e4ndischer Mathematiker, Hambourg), Otto Friedrich Bollnow (G&# x00f6ttinger Philosoph), Conrad Borchling (Hamburger Germanist), Bruno Borowski (Leipziger Anglist), Wilhelm B&# x00f6ttger (Leipziger Chemiker), Kurt Brand (Marburger Pharmazeut), Erich Brandenburg[4] (Leipziger Historiker), Wilhelm Braeucker (Hamburger Chirurg), Gustav Brandes (Dresdner Zoologe), Ludolph Brauer (Hamburger Luftfahrtmediziner), Friedrich Braun ( Leipziger Germanist), Hermann Braune (Hannoveraner Chemiker), Erich Br&# x00e4unlich (Leipziger Orientalist), Gustav Bredemann (Hamburger Agrarwissenschaftler), Hellmut Bredereck (Leipziger Chemiker), Franz Brenthel (Freiberger H&# x00fcttenkundler), Roland Brinkmann, sp& #x00e4ter NS-Gegner), Georg Brion (1873&# x20131950, Freiberg), Joachim Brock (Marburger Kinderarzt), Johannes Brodersen (Hamburger Anatom), Ernst Broermann (Bonner Psychologe und Sportp&# x00e4dagoge), Paul Broher (Kieler Biologiedidaktiker), Le Bruhns (Leipziger Kunsthistoriker), Otto Brunck (Freiberger Chemiker), Curt Brunst (Dresde), Eberhard Buchwald (Danziger Physiker), G&# x00fcnther Budelmann (Hamburger Interniste), Alfred Burgardsmeier (Bonner Kirchenhistoriker), Félix

Hans Freiherr von Campenhausen (G&# x00f6ttinger Theologe), Ernst Carlsohn (Leipziger Chemiker), Wilhelm Cauer (G&# x00f6ttinger Mathematiker), Peter Claussen (Marburger Botaniker), Paul Cohrs (Leipziger Veterin&# x00e4r), Hermann Cranz (Mechaniker un Hanovre), Nikolaus Creutzburg (Geograf an der TH Danzig), Rudolf Criegee (Marburger Chemiker), Adolf Dabelow (Marburger Mediziner), Hans Dachs (Historiker) (Ratisbonne), Petrus Dausch (Dillinger kath. Theologe), Rudolf Degkwitz (senior) (Hamburger Mediziner), Friedrich Delekat (Dresdner Theologe und Religionsp&# x00e4dagoge), Alfred Dengler (Eberswalder Forstwirt), Georg Dettmar (Hannoveraner E-Techniker), Gustaf Deuchler (Hamburger P&# x00e4dagoge), Paul Deutsch (Özignom) (Le ), Max Deutschbein (Marburger Anglist), Hans Diller (Hamburger Altphilologe), Rudolf Dittler (Marburger Augenmediziner), Ottmar Dittrich (Leipziger Sprachwissenschaftler), Walter D&# x00f6pp (Marburger Botaniker), Hans D&# x00f6rries (G&# x00f6ttinger Geogr af, sp&# x00e4ter à M&# x00fcnster), Carl Dolezalek (Bauingenieur an der TH Hannover), Heinz Dotterweich (Dresdner Zoologe), Friedrich Drenckhahn (Rostocker P&# x00e4dagoge), Johannes von den Driesch (fried P&# x00e4Dagoge), D&# x00fcrckheim (Kieler Psychologe), Herbert W. Duda (Leipziger orientaliste), Gerhard Duters

August Eber (Leipziger Veterin&# x00e4r), Margarete Eberhardt (Hamburger P&# x00e4dagogin), Adolf Eberle (Dillinger Moraltheologe), Georg von Ebert (N&# x00fcrnberg), Friedrich August Ebrard (Hamburger Rechtshistoriker, Schweizer), Heinrich Eddelb&# x00fcrnberg Biologe und P&# x00e4dagoge), Richard Egenter (Passauer kath. Theologe), Rudolf Ehrenberg (G&# x00f6ttinger Biologe, sp&# x00e4ter selbst Opfer des NS), Walter Ehrenstein (Danziger Psychologe), Hermann August Eidmann (Hannoversch M&# x00fcndener) , Karl Eimer (Marburger Mediziner), Otto Eiselin (Danziger Bauingenieur), Ludwig Eisenhofer (Eichst&# x00e4tter Liturgiewiss.), Curt Eisfeld (Hamburger Betriebswirt), Ernst Elster (Marburger Germanist), Otto Emicke (Freiberger Mineraloge (Regensf Enger), Dogmatiker), Willi Enke (Marburger Psychiater), Wilhelm Ernst (Geologe) (Hambourg), Ben Esser (Bonner Musikerzieher, 1875&# x20131950), Erich Everth (Leipziger Publizist und NS-Gegner)

Theodor Fahr (Hamburger Pathologe), Rudolf Fahrner (Marburger Germanist, sp&# x00e4ter Kontakt zum Widerstand), Ferdinand Fehling (L&# x00fcbeck-Hamburger Historiker), Karl Feist (G&# x00f6ttinger Pharmazeut), Friedrich Feld (Wirtschaftsp&# x00e4erlinagoge ), Rainer Fetscher (Dresdner Erbhygieniker), Fritz Fichtner (Dresdner Kunsthistoriker), Paul Ficker (Dresdner P&# x00e4dagoge), Otto Fiederling (Hannoveraner Architekt), Carl August Fischer (Volkswirt) (Hambourg), Eugen Fischer (Mediziner) , Friedrich Fischer (Architekt) (TH Hannover), Otto Flachsbart (Maschinenbauer TU Hannover), Ulrich Fleck (G&# x00f6ttinger Neurologe), Hans Fliege (Marburger Zahnmediziner), Wilhelm Flitner (Hamburger P&# x00e4dagoge), Karl Florenz (Hamburger Japanologe) , Gustav Fl&# x00fcgel (Ingenieur) (Danzig), Johann Ulrich Folkers (Rostocker Historiker und Volkskundler), Alfred Forke (Hamburger Sinologe), G&# x00fcnther Franz (Marburger Historiker), Otto Franzius (Bauingenieur und Rektor TH Hannover), Ha ns Freese (Dresdner Architekt), Julius Fressel (Hamburger Gyn&# x00e4kologe), Joseph Freundorfer (Passauer kath. Theologe, sp&# x00e4ter Bischof von Augsburg), Hans Freyer (Leipziger Soziologe), Walter Freytag (Hamburger Missionsdirektor), Ernst Friedrich (Leipziger Geograf), Johannes Friedrich (Altorientalist) (sp&# x00e4ter Leipziger Rektor), Theodor Frings (Leipziger Germanist) , Otto Emil Fritzsche (Freiberger Ingenieur), Gotthold Frotscher (Danziger Musikwissenschaftler), Hugo Fuchs (Göttinger Anatom), Vinzenz Fuchs (Dillinger Theologe), Erwin Fues (Hannoveraner Physiker)

Hans-Georg Gadamer (Marburger Philosoph), Kurt Gaede (Hannoveraner Bauingenieur), Paul Gast (Hannoveraner Geod&# x00e4t), Julius Gebhard (Hamburger P&# x00e4dagoge), Arnold Gehlen (Leipziger Philosoph, Soziologe), Willy Gehing (Dresdner), Hans Gehrig (Dresdner Volkswirt), Oscar Gehrig (Rostocker Kunsthistoriker), Karl August Geiger (Dillinger Kirchenrechtler), Otto Gei&# x00dfler (Hannoveraner Bauingenieur), Wilhelm Gei&# x00dfler (Ingénieur) (Dresdner Tiefbauingenieur) (Marsenschaftlersburg) ), Herbert Gerdessen (1892&# x2013 , Rostocker Geograf), Ernst Gehrhardt (Forstwissenschaftler à Hannoversch M&# x00fcnden), Hans Geyr von Schweppenburg (Forstwissenschaftler à Hannoversch M&# x00fcnden), Gustav Giemsa (Hamburger Giese Chemiker) (Roman), Hambourg), Josef Giesen (Bonner Kunsthistoriker, sp&# x00e4ter Vechta), Otto Glauning (Leiter der Universit&# x00e4tsbibliothek Leipzig), Engelhardt Glimm (Danziger Agrochemiker), Hermann Gmelin (Danziger R omaniste, sp&# x00e4ter Kiel), Otto Goebel (Hannoveraner Volkswirt), Curt G&# x00f6cke (1884-, Dresdner Orthop&# x00e4de), August G&# x00f6tte (1901&# x201383, Clausthaler Mineraloge), Arthur Golf (Leipziger Rektor), Fritz Goos (Hamburger Physiker), Hugo Grau (Leipziger Veterin&# x00e4r), Georg Grimpe (Leipziger Zoologe), Waldemar Grix (Danziger E-Techniker), Franz Groebbels (Hamburger Mediziner), Walter Gro&# x00dfe (Leipziger National&# x00f6konom), H Großmann (Göttinger Hygieniker), Hermann Großmann (Ökonom) (Leipziger Handelshochschule), Rudolf Grossmann (Romanist) (Hambourg), Eduard Grüneisen (Marburger Physiker), Georg Wilhelm Grü Augenmediziner), Herbert Grundmann (Leipziger Historiker), Georg Grunwald (Regensburger Religionsp&# x00e4dagoge), Adolf G&# x00fcntherschulze (Dresdner Physiker)

Rudolf Habermann (1884&# x20131941, Hamburger Dermatologe), Fedor Haenisch (Hamburger Radiologe), Reinhard Haferkorn (Danziger Anglist), Konstantin von Haffner (Hamburger Zoologe), J&# x00f6rgen Hansen (Kieler Geograf), Karl Hansen (P&# x00e4dagoge) ( Hamburger Sprachheilp&# x00e4dagoge), Richard Hanssen (Hamburger Augenarzt), Richard Harder (Biologe) (G&# x00f6ttingen), Helmut Hasse (Marburger Mathematiker), Kurt Hassert (Dresdner Geograf), Edwin Hauberrisser (G&# x00f6ttinger Zahnarzt (Herbert Hauparzt), Leipziger Veterin&# x00e4r), Johann Nepomuk Hebensperger (Dillinger Historiker), Erich Hecke (Hamburger Mathematiker), Otto Heckmann (G&# x00f6ttinger Astronom), Enno Heidebroek (Dresdner Maschinenbauer und Rektor 1946), Martin Heidegger (Philosoph), Robert Heidzenich Arch&# x00e4ologe), Georg Heidingsfelder (Eichst&# x00e4tter Theologe), Alfred Heiduschka (Dresdner Lebensmittelchemiker), Willi Heike (1880&# x20131944, Freiberger Metallurg), Franz Hein (Chemiker) (Leipzig), Wilhelm Hein itz (Hamburger Musikwissenschaftler), Rudolf Heinz (Geologe) (Hambourg), Heinrich Heiser (Dresdner Wasserbauer), Emil Heitz (Botaniker) (Hambourg), Sven Helander (Schwede und N&# x00fcrnberger Ökonom), Gustav Heller (Chemiker) Leipziger Chemiker), Karl Helm (Marburger Germanist und Dekan), Eberhard Hempel (Dresdner Kunsthistoriker), Johannes Hempel (G&# x00f6ttinger Theologe), Friedrich Hempelmann (Leipziger Zoologe), Ernst Hentschel (Hamburger Zoologe), Eduard Hermann (G&# x00f6 ), Ernst Hertel (Leipziger Augenmediziner), Johannes Hertel (Leipziger Indologe), Julius Herweg (Hannoveraner Physiker), Alois Herzog (Dresdner Textiltechnologe), Franz Heske (Dresdner Forstwirt), Herbert Hesmer (Eberswalder Forstwirt (Eberswalder Forstwirt), Paul Agrarwissenschaftler), Theodor Hetzer (Leipziger Kunsthistoriker), Max Heuwieser (Passauer Kirchenhistoriker), Johannes Erich Heyde (Rostocker Philosoph), Theodor Heynemann (Hamburger Gyn&# x00e4kologe), Emil Hilarius (Dresdner P&# x00 e4dagoge), Heinrich Hildebrand (Rechtsmediziner) (Marburg), Leo von Hibler (Anglist à Leipzig und Dresde, sp&# x00e4ter Wien), Emanuel Hirsch (G&# x00f6ttinger Theologe), Alexander H&# x00f6fer (Dresdner Bildhauer), Emil H&# x00f6 (Dresdner Architekt), Otto H&# x00f6lder (Leipziger Mathematiker), Cornelius H&# x00f6lk (Marburger Schulleiter und Didaktiker), Robert H&# x00f6ltje (Danziger Chemiker), Alexander Hoffmann (Leipziger Betriebswirt), Hans Hoffmann (Hammann), Walter Hoffmann (Hammann), Wirtschaftswissenschaftler) (Freiberg), Albert von Hofmann (Marburger Historiker), Erich Hofmann (G&# x00f6ttinger Linguist), Johannes Hofmann (Bibliothekar) (Leiter der Stadtbibliothek Leipzig), Paul Hofmann (Hygieniker) (Dresden), Gustav Dresden, Gustav Hopf , Carl Horst (Marburger Kunsthistoriker), Joseph Anton Huber (Dillingen) Alfred H&# x00fcbner (G&# x00f6ttinger Germanist, sp&# x00e4ter Leipzig), Valerius H&# x00fcttig (Dresdner Ingenieur f&# x00fcr L&# x00fcftung), Reinhard Hugershoff (Dresdres Hugershoff) #X 00f6d&# x00e4t), Karl Humburg (Hanovraner E-Techniker)

Edgar Irmscher (Hamburger Botaniker), Otto Israel-Oesterhelt (Dresdner Geod&# x00e4t),Bernhard Iversen (Kieler Musikp&# x00e4dagoge), Arnold Jacobi (Dresdner Zoologe), Eduard Jacobshagen (Marburger Anatom), Peter Jaeck (Marburger Sportwitzenschaftler), #x00e4ger (Hamburger Sinologe), Erich Jaensch (Marburger Psychologe), Walther Jaensch (Berliner Sportmediziner), Eduard Jahn (Hannoversch M&# x00fcnder Botaniker), Maximilian Jahrm&# x00e4rker (Marburger Psychiater, Direktor der Romanistheilanstalt), ( ), Christian Janentzky (Dresdner Germanist), Heinz Janert (Leipziger Bodenkundler), Harro de Wet Jensen (Marburger Anglist, à Heidelberg 1936&# x20131945), Christian Jensen (Meteorologe) (Hamburger Physiker), Peter Jensen (Marburger Hethitologe),[5 ] Gerhard de Jonge (Danziger Ingenieur), Wilhelm Hermann Jost (Dresdner Architekt), Erich Jung (Marburger Rechtsphilosoph), Heinrich Junker (Leipziger Sprachwissenschaftler), Hubert Junker (Passauer kath. Theolog e)

Felix K&# x00e4mpf (Leipziger Physiker, 1877- ), Alfred Kaestner (Dresdner Zoologe), Alfred Kal&# x00e4hne (Danziger Physiker), Paul Kanold (Hannoveraner Architekt), Helmuth Kanter (Hamburger Geograf), Oskar Fritz Karg (Leipziger Germanist, 1934 Wegen Diebstahl entlassen), August Karolus (Leipziger Physiker), Walter Kayser (Berliner Sportwissenschaftler), Eduard Keeser (Hamburger Pharmakologe, Rektor 1941&# x20131945), Karl Kegel (Freiberger Bergbauer), Erwin Kehrer (1874&# x2013195900, Marburgerekologe&# x x2013) , Egon Keining (Hamburger Dermatologe), Gustav Keppeler (Hannoveraner Chemiker), Otto Kestner (Hamburger Mediziner und Physiologe), Karl Kiefer (Eichst&# x00e4tter Theologe), Hans Kienle (G&# x00f6ttinger Astronom), Sebastian Killermann (PTH Regensburg, Theologe Naturwissenschaftler), Heinz Kindermann (Theaterforscher) (Dantzig), Karl Kindler (Hamburger Pharmakologe), Paul Kirn (Leipziger Historiker), Walter Rudolf Kirschbaum (Hamburger Neurologe), Otto Kirschmer (Dresdner Physiker ), Julius Kister (Hamburger Bakteriologe, 1870&# x20131942), Rudolf Klapp (Marburger Chirurg), Heinrich Klebahn (Hamburger Mykologe), Johannes Klein (germaniste) (Marburg), Ludwig Klein (Hannoveraner Maschinenbauer und Rektor der TH), Otto Klemm ( Leipziger Psychologe), Wilhelm Klemm (Chemiker) (Danzig), Felix Klewitz (Marburger Mediziner), Martin Klimmer (Leipziger Veterin&# x00e4r), Erich Klinge (Sportwissenschaftler) (Berlin-Charlottenburg), August Klingenheben (Hamburger Afrikanist), Friedrich Klingner ( Leipziger Altphilologe), Otto Kloeppel (Danziger Architekt), August Klughardt (Dresdner Optiker), Friedrich Knauer (Physikochemiker) (Hambourg), Alfred Kneschke (Dresdner Mathematiker), Hans Otto Kneser (Marburger Physiker), Werner Kniehahn (Dresdner Bauer), Hugo Maschinen Wilhelm Knipping (Interniste hamburger), Wilhelm Knoll (Mediziner) (Hamburger Sportmediziner), Emil Koch (Hamburger Geograph), Peter Paul Koch (Hamburger Physiker), Carl Walter Kockel (Leipziger Geologe), Paul Koebe (Lei pziger Mathematiker und Dekan), Franz Kögler (Freiberger Bauingenieur), Walter König (Chemiker) (Dresde), Max Koernicke (Bonner Agrarwiss.), Alfred Körte (Leipziger Altphilologe), Rudolf Kzschke ), Friedrich Kolbeck (Freiberger Mineraloge), Willy Kolz (Rostocker P&# x00e4dagoge), Harald Koschmieder (Danziger Meteorologe), Walter Kossel (Danziger Physiker), Franz Kossmat (Leipziger Geologe), Gerhard Kowalewski (Dresdner Mathematiffker), Maximilian Mathematiker), Werner Krauss (Romanist) (Marburg, sp&# x00e4ter im Widerstand), Erich Krenkel (Leipziger Geologe), Ernst Kretschmer (Marburger Psychiater), Julius Krieg (Regensburger Kirchenrechtler), Martin Kr&# x00f6ger (Leipziger Chemiker), Felix Krueger Chemiker (Leipziger Psychologe), Fritz Krüger (Romaniste) (Hambourg), Gerhard Krüger (Philosoph) (Marbourg), Friedrich K࿌h (Marburger Archivar), Karl Küpfmüler (Danziger Elektrotechniker), Hermann K& #x00fcmmell (Hamburger Chirurg), Josef Kürzinger (Eichstätter Theologe), Hans Kuhn (Marburger Germanist), Friedrich Kutscher (Physiologe) (Marburg), Karl Kutzbach (Dresdner Maschinenbauer)

Max Otto Lagally (Dresdner Mathematiker), Albrecht Langel&# x00fcddeke (Hamburger Psychiater), Otto Lauffer (Hamburger Volkskundler), Fritz Laves (G&# x00f6ttinger Mineraloge), Joseph Lechner (Eichst&# x00e4tter Kirchenrechtler), Kurt Leese (Hamburger Philosoph) Lehmann (Dresde), Max Rudolf Lehmann (N&# x00fcrnberger &# x00d6konom), Rudolf Lehmann (Leipziger Ethnologe), Walther Lehmann (Hamburger Hygieniker), Erich Lehmensick (Kieler P&# x00e4dagoge), Hans Lemmel (Eberswaldeam (H), Wilhelm Lehmensick (Kieler P&# x00e4dagoge), Hans Lemmel (Eberswaldeam) Physiker), Philipp Lersch (Leipziger Psychologe), EH Lieber, Otto Lienau (Danziger Schiffbauer), Paul Lindemann (Journaliste) (Hambourg), Joseph Lippl (Regensburger Alttestamentler), Hans Lipps (Marburger Philosoph), Friedrich Lipsius (Philosoph), Theodor Litt (Philosoph) [Unterschrift zweifelhaft],[6] Helmut Loebell (Marburger Mediziner), Ernst Lommatzsch (Marburger Altphilologe), Hans Lorenz (Maschinenbauingenieur) (Dantzig), Alexander Lorey (Hamburger Radiologe), Alfred Lottermoser (D resdner Chemiker), Heinrich Lottig (Hamburger Luftfahrtmediziner), Rudolf L&# x00fctgens (Hamburger Wirtschaftsgeograf), Robert Luther (Chemiker) (Dresde)

Gerhard Mackenroth (Juriste Marburger), Johannes Madel (Freiberger Geologe), Dietrich Mahnke (Marburger Philosoph), Erich Manegold (G&# x00f6ttinger Chemiker), Johann Wilhelm Mannhardt (Volkswissenschaftler), Otto Mattes (Marburger Zoologe und F&# x00fchrer der Dozentenschaft), Eduard Maurer (Freiberger Metallurg), Friedrich Mauz (Marburger Psychiater, sp&# x00e4ter T4-Gutachter der Aktion T4), Kurt May (G&# x00f6ttinger Germanist), Martin Mayer (Hamburger Tropenmediziner, 1934 entlassen), Franz Xaver Mayr (Naturwissenschaftler) ( Eichst&# x00e4tt), Hans Mayer-Wegelin (Hannoversch M&# x00fcnder Forstwirt), Harry Maync (Marburger Germanist), Rudolf Meerwarth (Leipziger Statistiker), Hans Meerwein (Marburger Chemiker), Carl Meinhof (Hamburger Afrikanist), Edwin Meister (Dresdner) Textiltechnologe ), Konrad Mellerowicz (Berliner &# x00d6konom), Gerhard Menz (Leipziger &# x00d6konom), Heinrich Menzel (Dresdner Chemiker), Eugen von Mercklin (Hamburger Arch&# x00e4ologe), Walther Merk (Marburger Jurist u nd Rektor), Adolf Meyer (Hamburger Biologe), Hans Meyer (Hambourg), Heinrich Meyer-Benfey (Hamburger Germanist), Adolf Meyn (Leipziger Veterin&# x00e4r), Fritz Micheel (G&# x00f6ttinger Chemiker), Eugen Michel (Hannoveraner Architekt) , Heinrich von Minnigerode (Juriste Marburger), Hermann Mirbt (Juriste G&# x00f6ttinger), Waldemar Mitscherlich (G&# x00f6ttinger Staatswissenschaftler), Max Mitterer (Passauer Kirchenrechtler), Walther Mitzka (Marburger Sprachwissenschaftler), 6 Willy Phissenschaftler (Le) Hans M&# x00f6ller (Physiker) (Hambourg), Eugen Mogk (Leipziger Nordist), Bruno Moll (Leipziger &# x00d6konom),

Lorenz Morsbach (G&# x00f6ttinger Anglist), Adolf Muesmann (Dresdner Architekt), Peter M&# x00fchlens (Hamburger Hygienemediziner), Conrad M&# x00fcller (Hannoveraner Mathematiker), Erich M&# x00fcller (Chemiker, Rektor de Friedrich TU&# Dresden), x00fcller (Chemiker) (Dresde), Kurt Müller (Archäologe) (Göttingen), Wilhelm Müller-Lenhartz (Leipziger Agrarwissenschaftler), Paul Mulzer (Hamburger Dermatologe), Karl Mylius (Haugenarzt)

Alwin Nachtweh (Hannoveraner Maschinenbauer), Adolf N&# x00e4gel (Dresdner Maschinenbauer), Emil Naetsch (Dresdner Mathematiker), Ernst Georg Nauck (Hamburger Tropenmediziner), Hans Naujoks (Marburger Gyn&# x00e4igerkologe), Friedrich Ne1945, Bahening&# x2013 , Walter Nehm (Clausthaler Markscheider), Harald Nehrkorn (Hamburger Mathematiker, sp. Schulleiter), Friedrich Wilhelm Neuffer (Dresdner Bauingenieur), Willy Neuling (Hamburger Volkswirt), Ernst Richard Neumann (Marburger Mathematiker), Friedrich Neumann (germaniste) (G x00f6ttingen), Johannes Neumann (Hamburger Veterin&# x00e4r), Kurt Neumann (Motorenbauer) (Hanovre), Rudolf Otto Neumann (Hamburger Bakteriologe), Karl Nieberle (Leipziger Veterin&# x00e4r), Arthur Philipp Nikisch (Dresdner Jurist), Hermann Noack (Philos ) (Hambourg), Johannes Nobel (Marburger Indologe), Bernhard Nocht (Hamburger Tropenmediziner), Max Nordhausen (Marburger Botaniker)

Karl Justus Obenauer (germaniste de Leipzig, sp&# x00e4ter à Bonn Lehrer von Hans R&# x00f6&# x00dfner), Erich Obst (Hannoveraner Geograph), Franz Oehlecker (Hamburger H&# x00e4matologe), Julius Oelkers (Hannoversch M&# x00fcnder), Fritz Ostwiderlen (Hannoveraner Ingenieur), Wolfgang Ostwald (Leipziger Chemiker), Max Pagenstecher (Hamburger Juriste), Georg Pallaske (Leipziger Veterin&# x00e4r), Giulio Panconcelli-Calzia (Hamburger Phonetiker), Erwin Papperitz (Freiberger Mathematiker), Erich Parnitzke (Kielerpunstke x00e4dagoge), Enrique Paschen (Hamburger Tropenarzt), Siegfried Passarge (Hamburger Geograf und Völkerkundler), Walther Pauer (Dresdner Energiewiss.), Gustav Pauli (Hamburger Kunsthistoriker), Friedrich Peemölkerziner (Hamburger Mediziner), #x00d6konom), Hans Pesta (Hamburger Pgoge), Rudolf Peter (Hamburger Pgoge), Ulrich Peters (Pgoge) (Kieler Rektor der LBA), Richard Petersen (Danziger Ingenieur), Hans Peters fils (Hamburger Mathematiker), Robert Petsch (Hamburger Germanist), Heinrich Pette (Hamburger Neurologe), Wilhelm Pfannenstiel (Marburger Rassenhygieniker), Georg Pfeilschifter (M&# x00fcnchner Kirchenhistoriker), Kurt Pietzsch (Leipziger Geologe), Wilhelm Pinder (M&# x00fcnchner ), Hans Plischke (G&# x00f6ttinger Ethnologe), Ernst Pohlhausen (Danziger Mathematiker), Hermann Potthoff (Hannoveraner Maschinenbauer), Georg Prange (Hannoveraner Mathematiker), Julius Precht (Hannoveraner Physiker), Heinrich Prell (Dresdner Forstwimer), Marburger Althistoriker), Edgar Pr&# x00f6bster (Orientaliste de Leipzig), Arthur Pr&# x00f6ll (Hannoveraner Flugtechniker), Arthur Pr&# x00fcfer (Leipziger Musikwissenschaftler)

Paul Rabe (Chemiker) (Hambourg), Michael Rackl (Eichst&# x00e4tter Theologe), Georg Raederscheidt (Direktor der P&# x00e4dagogischen Akademie Bonn), Berthold Rassow (Leipziger Chemiker), Fritz Rauda (Dresdner Architekt), Hans Rebel (G&# x00f00f Zahnmediziner), Otto Reche (rassistischer Leipziger Anthropologe), Joachim von Reckow (Marburger Zahnmediziner), Konstantin Reichardt (Leipziger Nordist, 1937 emigriert), Eduard Reichenow (Hamburger Biologe), Ferdinand Reiff (Marburger Chemiker), Adolf Rein (Hamburger), Hermann Rein (G&# x00f6ttinger Mediziner und Rektor), Richard Reinhardt (Tierarzt) (Leipziger Veterin&# x00e4r), Richard Rei&# x00dfig (Leipziger Deutschp&# x00e4dagoge), Viktor Rembold (Danziger Schiffsburger Remy), Heamrich Chemik Remy (H) (Bonner Forstwirt), Oscar Reuther (Dresdner Arch&# x00e4ologe), Johannes Richter (Tierarzt) (Leipzig), Paul Riebesell (Hamburger Versicherungsmathematiker), Wilhelm Rieder (Hamburger Chirurg), August Rippel (G&# x00f6t tinger Mikrobiologe), Curt Risch (Hannoveraner Eisenbahningenieur), Eberhard Rimann (Dresdner Geologe), Curt Risch (Hannoveraner Bauingenieur), Joachim Ritter (Hamburger Philosoph), Erich Rix (Marburger Pathologe), Ernst Roedelius (Hamburger Chirurg), Karl Rix (Ingénieur) (Hannoveraner Maschinenbauer), Fritz R&# x00f6ssel (Hamburger Heilp&# x00e4dagoge), Georg Rohde (Marburger Altphilologe), Hermann Rose (Mineraloge) (Hambourg), Heinrich Roth (Elektrotechniker) (Danzig, 1880&# x20131945), Kon (Dresdner Forstwirt), Hans Rudolphi (Leipziger Geograf), Georg R&# x00fcth (Dresdner Hochbauer), Alfred Ruete (Marburger Hautarzt), Wilhelm Ruhland (Leipziger Botaniker), Max Rumpf (N&# x00fcrnberger Soziologe), Hermann Gustav Runge (Hamburger HNO -Mediziner, 1887&# x20131942)

Ewald Sachsenberg (Dresdner Betriebswissenschaftler), Horst von Sanden (Hannoveraner Mathematiker), Curt Sandig (Leipziger Betriebswirt), Heinrich Sauer (Philosoph) (Hambourg), Ferdinand Sauerbruch (Berliner Chirberger&# x00e00e4fer), Karl Theodor Sch&# x00e4fer (Regensburger Neutestamentler), Wilhelm Sch&# x00e4perclaus (Eberswalder Zoologe), Carl Schall (Leipziger Chemiker), Georg Schaltenbrand (Hamburger Neurologe, sp&# x00e4ter Leiter von Versuchen an Menschen), Johannes Scheffler () ()Dresdennom ), Johannes Scheiber (Leipziger Chemiker), Walter Scheidt (Hamburger Rassenbiologe), Georg Scheller (Betriebswirtschaftler) (N&# x00fcrnberg), Martin Schenck (Leipziger Chemiker), Harald Schering (Hannoveraner E-Techniker), Siegmund Schermer&ttinger Veter00fin # x00e4r und Rektor 1932/33), Karl-Hermann Scheumann (Leipziger Mineraloge), Carl Arthur Scheunert (Leipziger Veterin&# x00e4r), Eberhard Freiherr von Scheurl (N&# x00fcrnberger Juriste), Marti n Schieblich (Leipziger Veterin&# x00e4r), Ernst Schiebold (Leipziger Mineraloge), Carl Schiffner (Freiberger H&# x00fcttenkundler), Ludwig Schiller (Leipziger Physiker), Bernhard Schilling (Dresdner Mathematiker), Friedrich SchillingTH (Mathematiker) (Mathematiker) Schingnitz (Leipziger Philosoph), Arthur Schleede (Leipziger Chemiker), Carl Schlieper (Marburger Zoologe), Josef Schmid (Theologe) (Dillingen), Ernst Schmidt (Thermodynamiker) (TH Danzig), Harry Schmidt (Leipziger Chemiker), Johannes Schmidt (Tierarzt ) (Leipzig), Jonas Schmidt (Zoologe) (G&# x00f6ttinger Veterin&# x00e4r), Werner Schmidt (Forstwissenschaftler) (Eberswalde), Wolfgang Schmid(t) (Marburger Anglist), G. Schmitthenner, Eugen Schmitz (Dresdner Musikwissenscha), Schm&# x00f6ller (Passauer Theologe), Friedrich Schneider (P&# x00e4dagoge) (Bonn), Hermann Schneider (Philosoph) (Leipzig),[7] Paul Schneider (Hambourg), Wilhelm Schneider-Windm&# x00fcller (Bonn), Franz Schob ( Dresdner psychopathologue), Roland Scholl (Schweizer Chemiker à Dresde), Richard Scholz (Leipziger Mittelalterhistoriker), Richard Schorr (Hamburger Astronom), Gerhard Schott (Ozeanograf)[8] (Hambourg), Hugo Schottm&# x00fcller (Hamburger Bakteriologe), Friedrich Schreiber (Dresde), Alfred Schr&# x00f6der (Dillinger Theologe), Bruno Schr&# x00f6der (Arch&# x00e4ologe) (Dresde), Edward Schr&# x00f6der (G&# x00f6ttinger Germanist), Joseph Schr&# x00f6ffer (Eichst&# x00e4tter Theologe), Paul Schubring (Hannthistorikeraner K Walther Schubring (Hamburger Indologe), Levin Ludwig Sch࿌king (Leipziger Anglist und NS-Gegner), Alfred Schüz (Hamburger Wehrwissenschaftler und Historiker), Hans Schulten (Hamburger Internist), Bruno Schultz (Dresdner Wirtschaftssenszsenszsenszft) ) (Leipzig), Ernst Schultze (Soziologe) (Leipzig), Walter Schultze (Hamburger P&# x00e4dagoge), Leonhard Schultze-Jena (Marburger Zoologe), Otto Theodor Schulz (Leipziger Althistoriker), Alfred Schulze (Marbu rger Romanist), Franz Arthur Schulze (Marburger Physiker), Otto Schulze (Wasserbauer) (Dantzig), Gerhard Schulze-Pillot (Danziger Maschinenbauer), Paul Schulz-Kiesow (Hamburger Verkehrswissenschaftler), Rudolf Schulz-Schaeffer (1885 Marx 20121966, ), Friedrich Schumacher (Geologe und Rektor in Freiberg), Otto Schumm (Hamburger Chemiker), Kurt Schwabe (Dresdner Chemiker), Carl Leopold Schwarz (Hamburger Hygieniker), Paul Schwarz (Orientaliste) (Leipzig), Bernhard Schweitzer (Leipziger Arch&# x00e4ologe ), Alfred Schwenkenbecher (Marburger Internist und Rektor), Friedrich Schwerd (Hannoveraner Maschinenbauer), Wilhelm Schwinning (Dresdner Metallurg)

Wilhelm Seedorf (Göttinger Agrarökonom und späterer NS-Gegner), Walter Seiz (Danziger E-Techniker), Emil Sieg (Göttinger Indogermanist), Arthur Simon (Dresdner Chemiker), Aladar Skita (Hannoveraner Chemiker), Alexander Snyckers (belgischer Wirtschaftslinguist à Leipzig), Emil S&# x00f6rensen (Dresdner Maschinenbauer), Max Graf zu Solms (Marburger Soziologe und NS-Gegner), Julius Sommer (Danziger Mathematiker), Curt Sonnenschein (Hamburgers Tropenmediziner) ), Curt Sprehn (Leipziger Veterin&# x00e4r), Paul Ssymank (G&# x00f6ttinger Historiker), Franz Stadtm&# x00fcller (G&# x00f6ttinger Anatom), Martin Stammer (Rostocker Theologe), Otto Hermann Steche (Leipziger Zoologe), Kurt Steinbart (Marburger Kunsthistoriker), Martha Steinert (Kieler Deutschp&# x00e4dagogin), Wilhelm Steinkopf (Dresdner Chemiker, Giftgasforscher), Edmund E. Stengel (Marburger Historiker), Hermann Stephani (Marburger Musikwissenschaftler), Johannes Evangelist Stigle r (Eichst&# x00e4tter Mathematiker), Hans Stobbe (Leipziger Chemiker), Karl St&# x00f6ckl (Regensburger Physiker), Rose Stoppel (Hamburger Botanikerin), Werner Straub (Dresdener Psychologe), Reinhard Strecker (Eberswalde, sp&# x00e4ter im Widerstand), Wilhelm Strecker (Marburger Chemiker), Rudolf Streller (Leipziger National&# x00f6konom), Hermann Stremme (Danziger Bodenforscher, sp&# x00e4ter Ost-Berlin), Bernhard Struck (Dresdner V&# x00f6lkerkundler), Fritz St&# x00fcckrath (Ham4dago&#x), Otto Stutzer (Freiberger Geologe), Paul Sudeck (Hamburger Chirurg), Heinrich S&# x00fcchting (Hannoversch M&# x00fcnder Bodenkundler), Karl S&# x00fcpfle (Dresdner Hygieniker), Heinrich Sulze (Dresdner Bauingenieur ab), Karl Friedrich Suter (Leipztoriker) 1946 Rostock)

Ernst Tams (Hamburger Geophysiker), Jehangir Tavadia (Hamburger Indologe), Horst Teichmann (Dresdner Physiker), Fritz Terhalle (Hamburger Finanzwissenschaftler), Adolf Teuscher (Dresdner P&# x00e4dagoge), Karl Thalheim (Leipziger Westlin&# x00f), National Alfred Thiel (Marburger Chemiker), Hermann Thiersch (G&# x00f6ttinger Arch&# x00e4ologe), Georg Thilenius (Hamburger V&# x00f6lkerkundler), Arthur Thost (Hamburger HNO-Mediziner), William Threlfall (britischer Mathematiker à Dresde), Friedrich Tobler (Dresdner Botaniker ), Maximilian Toepler (Dresdner Physiker), Rudolf Tomaschek (Marburger Anh&# x00e4nger der Deutschen Physik), Reinhold Trautmann (Leipziger Slawist), Erich Trefftz (Dresdner Mathematiker), Emil Treptow (Freiberger Bergbauer), Karl Tripp), (Marburger Walter Biologe) Ehrenreich Tr&# x00f6ger (Dresdner Mineraloge), Carl von Tyszka (Hamburger Finanzwissenschaftler), Hans Ueberschaar (Leipziger Japanologe), Jakob Johann von Uexk&# x00fcll (Hamburger Umweltforsch er), Walther Uffenorde (Marburger HNO-Mediziner), Wolfgang Heinz Uhlitzsch (Freiberg), Egon Ullrich (Marburger Mathematiker), Hermann Ullrich (Leipziger Botaniker), Adalbert von Unruh (Göttinger Juriste)

Siegfried Valentiner (Clausthaler Physiker und Rektor), Max Vers&# x00e9 (Marburger Mediziner und Rektor), Wilhelm Vershofen (Ökonom und Lehrer Ludwig Erhards), Wilhelm Ernst Vetter (1883- Dresdner Religionsp&# x00e4dagoge), Ernst Vetterlein , Hermann Vogel (Agrarwissenschaftler) (G&# x00f6ttingen), Paul Vogel (1877- Leipziger P&# x00e4dagoge), Richard Vogel (1881&# x20131955, Dresdner P&# x00e4dagoge/Zoologe), Rudolf Vogel (Materialforscher) (G&# x00f6ttingen), Sebastian Vogl (Passauer Wissenschaftshistoriker), Eckhardt Vogt (Marburger Physiker), Walter Voigtl&# x00e4nder (Dresdner P&# x00e4dagoge), Hans Volkelt (Leipziger Psychologe und P&# x00e4dagoge), Wilhelm Volz (Leipziger Geograf) ( G&# x00f6ttingen), Otto Voss (Hamburger Neurochirurg)

Friedrich Wachtsmuth (Marburger Kunsthistoriker, 1945 entlassen), Kurt Wagner (germaniste) (Marburg), Friedrich August Wahl (Marburger Gyn&# x00e4kologe), Gustav Wahl (Hamburger Bibliotheksdirektor), Bernhard Walde (Dillinger Alttestamentler), Michael Waldmann (Regensburger Moraltheologe), Andreas Walther (Soziologe) (Hambourg), Paul Erich Wandhoff (Freiberger Geod&# x00e4t), Otto Wawrziniok (Dresdner Metallurg), Anton Weber (Dillingen), Constantin Weber (Dresdner Mechaniker), Ewald Weber (Leipziger Veterin&# x00e4r), Hermann Weber (Zoologe) (TH Danzig), Werner Weber (Mathematiker) (G&# x00f6ttingen), Edgar Wedekind (Hannoversch M&# x00fcnder Chemiker), Rudolf Wedekind (Pal&# x00e4ontologe) (Marburg), Emil Wehrle (Marburger Juriste), Ludwig Weickmann ( Leipziger Geophysiker), Walther Weigelt (Freiberger Bergrechtler), Walter Weigmann (Leipziger &# x00d6konom), Karl Friedrich Weimann (Leipziger Historiker), Paul Weinrowsky (Kieler Physikdidaktiker), Franz Heinrich Wei&# x00dfbach (Leipziger Orienta) list), Friedrich Weller (Leipziger Indologe), Hermann Wendorf (Leipziger Historiker), Ferdinand von Werden (Eichst&# x00e4tter Kunsthistoriker), Paul Werkmeister (Dresdner Vermessungsingenieur), Otto Westphal (Historiker) (Hambourg), Wilhelm Weygandter (H), Georg Wiarda (Dresdner Mathematiker), Paul Wichmann (Hamburger Dermatologe), Walter Wickop (Hannoveraner Architekt), Eilhard Wiedemann (Eberswalde), Kurt Wiedenfeld (Leipziger National&# x00f6konom), Gebhardt Wiedmann (Dresdner Physiker6), (Gttinger& Wieden Physiker6), ), Friedrich Adolf Willers (Freiberger Mathematiker), Hans Winkler (Botaniker) (Hambourg), Hugo Wippler (Leipziger Kunstp&# x00e4dagoge), Wilhelm Wirth (Leipziger Philosoph und Psychologe), Hans Adolf Wislicenus (Dresdner Forstwirt), Karl Wittmaack (HNO -Mediziner), Michael Wittmann (Ethiker) (Eichst&# x00e4tt), Georg Wobbermin (G&# x00f6ttinger Theologe), Gerhard W&# x00f6rner (Leipziger Jurist und Rektor der Handelshochschule), Georg Wo hlmuth (Eichst&# x00e4tter Philosoph), Walther Wolf (Leipziger &# x00c4gyptologe), Ludwig Wolff (germaniste) (G&# x00f6ttingen), Max Wolff (Eberswalder Zoologe), Richard Woltereck (Leipziger Zoologe), Ferdinand Wrede (Marburger Linguist), He -Georg W&# x00fcnscher (Leipziger Student der Tiermedizin), Feodor W&# x00fcnschmann (Steuerrechtler an der Handelshochschule Leipzig), Heinz Wulf (Hamburger Mediziner, 1908&# x20131957), Wunniger, Franz Wutzski (Eichst&# x00e) Géologue)

Eduard Zarncke (Leipziger Altphilologe), Rudolph Zaunick (Dresdner Bibliothekar), Oskar Zdralek (Dresdner Maschinenbauer), Egmont Zechlin (Marburger Historiker), Paul Zenetti (Dillinger Geologe), Peter Zepp (Bonner Geograph), Erich Ziebarth (Hamburger Althistoriker), -Willi Ziegler (Rostocker Psychologe), Ludwig Zimmermann (Marburger Historiker, später Erlangen), Waldemar Zimmermann (Hamburger Volkswirt), Friedrich Zoepfl (Dillinger Kirchenhistoriker), Ernst Zyhlarz (Hamburger Afrikanist)


Champion des blessés

Le président américain Lyndon B. Johnson remet au commissaire aux assurances de l'État de Washington, Karl Herrmann, le stylo utilisé pour signer une loi pro-consommateur préconisée par Herrmann. Le sénateur de Washington Warren Magnuson se tient à côté de Herrmann.

Notre fondateur, Karl Herrmann, a été élu pour la première fois au Sénat de l'État de Washington en 1956. Il a rapidement été nommé président du Comité sénatorial permanent des banques, des institutions financières et des assurances.

Il a ensuite présidé un comité mixte spécial intérimaire sur les assurances qui l'a propulsé à l'élection au poste de commissaire aux assurances de l'État de Washington en 1968. En tant que commissaire aux assurances, il a pris une position ferme en faveur des consommateurs contre les compagnies d'assurance. Il a été réélu en 1972. Il a établi le record en tant que premier candidat à Washington à obtenir plus d'un million de voix.

Parmi ses nombreuses réalisations, il a développé la protection contre les blessures personnelles (PIP), qui est vitale pour les personnes qui ont été blessées dans des accidents de voiture. Il a également conduit Washington à devenir le premier État du pays à créer un fonds de garantie qui paie les assurés lorsqu'une compagnie d'assurance fait faillite.

Il a acquis une reconnaissance nationale pour ses efforts lorsque le président Lyndon B. Johnson lui a décerné le premier stylo qu'il a utilisé pour signer une législation nationale sur la consommation basée sur le modèle de Herrmann dans l'État de Washington.

Herrmann a également été un chef de file pour mettre fin à la pratique d'assurance de « redlining ». Comme le Spokesman Review l'a écrit dans un article après sa mort, « les compagnies d'assurance avaient auparavant refusé de rédiger des polices dans ce qu'elles considéraient comme des ghettos ethniques. Cela, à son tour, a empêché les habitants de ces quartiers d'obtenir des prêts immobiliers. Le terme vient des lignes rouges tracées sur les cartes pour définir les quartiers.

L'engagement de Karl Herrmann en faveur d'une justice égale a été transmis à son fils Charles Herrmann, président de Herrmann Law Group, un avocat renommé dans le domaine de l'aviation et des blessures. Lara Herrmann, PDG de HLG, perpétue la fière tradition de son père et de son grand-père, en luttant pour les droits des victimes contre les compagnies d'assurance et autres grandes entreprises.

Les valeurs de Karl survivent chez HLG où toute notre équipe d'avocats, de représentants de la communauté et de personnel de soutien est fière de poursuivre son engagement à défendre les droits des personnes blessées.


Karl Hermann Brunck - Histoire

Biographies du Dr Francis Charles Brunck, de M. et Mme Francis Charles Fischer, Theodor Kleinschmit, Franz Anton Kuhn, Maria Katharina Kuhn, Joseph Anton Kuhn, Frank Kuhn, Karl Kuhn, Heinrich Kuhn, Wilhelm Kuhn, Josephine Kuhn et Carl Andreas Peters

De façon décontractée, dictée par les contraintes de conception du livre et par le désir de produire le plus grand attrait esthétique, nous présentons cette série de croquis et ouvrons par un sur
Dr Francis Chas. Brunck

Peu d'anciens colons du comté d'Erie ont réussi à laisser une influence aussi forte, prolongée et durable sur les habitants allemands que le Dr Francis Chas. Brunck. Nous avons raison de commencer ces biographies avec l'un des immigrants les plus solides, diligents et avant-gardistes de l'ouest de New York.
Il est né le 11 janvier 1810 en Rhénanie près de Winterturn. Au printemps de 1834, le Dr Brunck est venu en Amérique après avoir obtenu son diplôme de médecine, après avoir étudié dans les universités de Wüumlrzburg, Munich et Heidelberg. Le Dr Brunck s'est installé à Lyon, New York.
Après une brève période, il se rendit à Lafayette, Indiana, puis s'installa dans les environs de Logansport, Indiana. En 1839, il vint à Buffalo, où il commença sa pratique médicale. Pendant ce temps, il a vécu sur la rue Mohawk près d'Ellicott et plus tard sur West Chippewa près de Main.
En 1841, il se procura une résidence privée au 319, rue Niagara, qui resta la maison familiale pendant 50 ans. Le Dr Brunck est décédé le 10 mars 1887.
Il était très impliqué dans la politique et était considéré comme un bon orateur. Son parti politique, les Démocrates, a fait bon usage de son talent. Brunck était autrefois trésorier du comté. Il occupait une place particulièrement importante dans la communauté allemande en tant que propriétaire et rédacteur en chef de l'hebdomadaire le Weltbürger (The World Citizen), puis un an plus tard en tant que propriétaire et éditeur des éditions quotidiennes et hebdomadaires du Täglicher Buffalo Demokrat und Weltbürger (The Daily Buffalo Democrat and World Citizen), un journal du Parti démocrate. Ainsi, le Dr Brunck a assuré son avenir jusqu'à une époque récente.
Grâce à son activité multiforme et persistante, le Dr Brunck est également devenu l'un des administrateurs de la Buffalo Savings Bank. Il a aidé à établir la Compagnie allemande d'assurance contre les incendies et a été membre fondateur de la Banque allemande. Le 18 février 1835, le Dr Brunck épousa Mlle Catherine Hecox de Lyon, New York. Six enfants sont issus de l'union, dont trois survivent. La résidence familiale actuelle est au 38, rue Hodge.

La légende sous les images lit "Mme Francis Charles Fischer" et "Francis Charles Fischer"

M. Fischer, un homme d'affaires très estimé, a également pris part à la politique et a représenté l'ancien 4e quartier de 1862 à 1863 à l'Assemblée législative du comté d'Erie. Le 9 octobre 1856, il épousa Mlle Joséphine Walkam. L'union a produit 7 enfants, dont 4 sont encore vivants. La famille habite au 224 Connecticut Street.

Joséphine Fischer, née Walkam

est né le 27 septembre 1837 à Germersheim en Rhénanie-Palatinat. Elle est venue en septembre 1846 avec ses parents, John et Barbara Walkam, à Buffalo. Elle a fréquenté l'école publique 15 et, après sa scolarité, a assidûment aidé sa mère à faire le ménage jusqu'à son mariage avec Francis Charles Fischer le 6 octobre 1859. De cet heureux mariage sont nés sept enfants, dont 4 vivent encore. Mme Fischer habite au 224 Connecticut Street.

est né le 27 juillet 1828 à Sachsenhausen dans la Principauté de Waldeck. Il a fréquenté l'école de la région et est ensuite allé dans une école confessionnelle privée. Après ses années d'école, il a étudié l'économie et la brasserie. En 1857, il immigra en Amérique et s'installa dans l'une des nombreuses résidences allemandes à Hamilton, en Ontario, où il ouvrit une épicerie et une brasserie. Il abandonna cette entreprise en 1860 et vint à Buffalo à l'automne de la même année.
Pendant les onze années suivantes, il a travaillé dans diverses brasseries et malteries. M. Kleinschmit a d'abord vécu dans un immeuble de la rue Main à Paul Place, dans lequel il a fondé la première brasserie de Buffalo. Cette brasserie est décrite dans l'autre partie de ce livre en mots et en images.
Avec diligence et économie, il réussit à construire, en partenariat avec William Klepe en 1871, une malterie. Cette entreprise a duré 4 ans et Kleinschmit a repris l'exploitation unique au départ de son associé. Grâce à son énergie inlassable, sa prudence et son sens des affaires ainsi que son sens pratique, il réussit à porter son entreprise à un état florissant et il trouva d'autres débouchés pour les produits de sa malterie.
Lorsqu'il prit sa retraite en 1892, il avait poussé son entreprise si loin qu'il pouvait être compté parmi les Allemands les plus distingués de la ville.
Un an après son arrivée en Amérique, M. Kleinschmit a épousé Mlle Sarah Schall de Hamilton, en Ontario. Elle est née à Wüumlrttemberg et est décédée à Buffalo en mai 1876. L'année suivante, M. Kleinschmit épousa la veuve Barbara Happ, née Rosa. Elle est née à Karlstadt à Baden. Les deux mariages sont restés sans enfant. M. Kleinschmit, qui appartient à de nombreuses sociétés allemandes, vit au 183 Pratt Street.

est l'un des nombreux Allemands qui, soit par eux-mêmes, soit par leur descendance, ont réussi à influencer le développement de la communauté allemande et se sont imprimés sur le caractère de Buffalo.
Il est né le 2 septembre 1823 à Schneeberg, Unterfranken dans le royaume de Bavière. Il fréquente l'école régionale puis apprend le métier de tailleur. Comme d'habitude à l'époque, après cette formation, il a parcouru le monde en tant que compagnon. Il a travaillé quelque temps à Munich et à Bamberg. En 1847, il arriva à New York et prit ensuite le bateau à vapeur jusqu'à Albany et le train jusqu'à Buffalo. C'était un voyage de deux jours depuis New York. Il est arrivé, sain et sauf, à sa destination finale le 26 juin.

Le 4 juillet de la même année, il épouse Maria Catharina Gramm. Les jeunes mariés ont construit leur nid sur Goodell Street, près du Michigan. Au cours des années, ils ont eu 9 enfants, dont 6 vivent encore. Peu de temps après, M. Kuhn a retiré son aiguille et a poursuivi une carrière dans la gestion de restaurant. Il a frappé la saleté avec la création du premier "Jardin d'été" que Buffalo ait jamais vu. En sa qualité de propriétaire et de gérant de restaurant, il a fourni à ses invités le meilleur de la nourriture et des boissons. L'endroit ne pouvait s'empêcher d'être un succès. Kuhn exerça son métier de 1849 à 1868. Au cours de la dernière année, il s'installa dans un endroit de choix au coin des rues Huron et Ellicott et construisit un grand et magnifique bâtiment qu'il appela Apollo Hall. La salle a été très aimée et fréquentée presque dès son ouverture. Kuhn, avec ses enfants, a eu l'idée de présenter des concerts le dimanche. Ses enfants avaient reçu une formation musicale. Les concerts étaient extrêmement populaires. Mentionnons ici que les fils de M. Kuhn furent les premiers musiciens à sortir de Buffalo et qu'ils donnèrent leurs propres concerts.

Le vieux monsieur lui-même aurait considéré qu'environ la moitié de Buffalo faisait partie de ses amis et connaissances. Il est à la retraite depuis longtemps et vit au sein de sa famille dans la maison qu'il a construite au 353-355 Ellicott Street au coin de Huron.

est né le 25 décembre 1824 à Amorback dans la région d'Unterfranken en Bavière. Elle est arrivée en Amérique à l'âge de 23 ans. Son nom de jeune fille était Maria Katharina Gramm. Immédiatement après son arrivée à New York, elle a continué jusqu'à Buffalo. La même année où elle est arrivée à Buffalo, elle a épousé M. Franz A. Kuhn. C'était le 4 juillet 1847. Le mariage a produit 9 enfants, dont 6 vivent encore. Il s'agit de Joseph, Frank, Karl, Heinrich, Wilhelm Kuhn et Mme Joséphine Schultes.

Après une vie longue, productive et utile, Mme Kuhn décède le 31 juillet 1895 à l'âge de 70 ans après un séjour relativement court à l'hôpital pour une maladie rénale.
Nous pensons qu'il n'y a pas de meilleur moyen de dépeindre le caractère agréable et heureux de cette femme bien et de meilleur moyen de commémorer son existence que de se référer aux paroles sincères du regretté rédacteur en chef du Buffalo Sunday Post, M. Hermann Hoffman. Il était un ami précieux de Mme Kuhn et il a écrit un long nécrologue au moment de sa mort - "Oui, en effet. La défunte était une bonne femme. Quiconque la connaissait, la respectait. Sa disposition amicale, ouverte et chaleureuse était si accessible et gagnante qu'il fallait l'aimer et l'honorer. Elle a toujours eu un mot gentil pour tout le monde et elle a toujours fait preuve d'un intérêt sincère pour tous et d'une amitié vraie et sans faille!"

La sœur jumelle de Mme Kuhn, Mme Babetta Rudolph, lui survit. Elle vit dans cette ville.

le fils aîné vivant de M. Franz A. Kuhn, a vu la lumière du monde pour la première fois le 1er septembre 1850. Il a fait ses études à la St. Louis Church School et plus tard à la Public School 15. La poursuite et l'amour de Lady Music l'obligea à passer sa vie à son service. Il étudia le violon avec Carl Graumlfe, suivit des cours théoriques avec le P. Federlein et C.F. Baum. Il devint un clarinettiste compétent sous la direction de A. Schwiedop. Avec seulement une courte pause en raison de l'incendie, de 1870 à 1895, il fut le chef d'orchestre de l'Académie de musique de la rue Main. Dans les années 70, il dirigeait un orchestre symphonique de 40 musiciens. Pendant la saison des concerts, ils ont joué au St. James Hall. Depuis l'ouverture de l'hôtel Iroquois en 1890, il dirige un orchestre qui joue lors des dîners, banquets, etc. de l'hôtel. M. Kuhn a enrichi davantage la vie musicale de la ville de Buffalo en organisant le premier quatuor à cordes. Cela s'appelle le Quatuor Beethoven et il a une très bonne réputation. Dans les années 80, M. Kuhn a été directeur de la musique du 74e régiment pendant 6 ans.

M. Kuhn jouit d'une excellente réputation auprès des musiciens et se sent satisfait de son métier et de ses activités régulières et lucratives. Sa résidence privée est au 71 Prospect Avenue.

est le frère de Joseph Kuhn. Il est né le 18 juin 1862 à Buffalo. Il a fréquenté l'école de l'église St Louis pendant un certain temps, puis l'école publique 15. Son talent musical précoce le préconditionnait pour une profession dans la musique. Il ne manquait jamais une occasion d'étudier les fondamentaux. A cette fin, il étudia le violon avec Carl Graumlfe, la flûte avec A. Schwiedop, la théorie avec C.F. Baum et piano avec Theodor Moelling.

Photographies de gauche à droite et de haut en bas : Wilhelm Joseph, Mme Franz Anton Kuhn, Karl Frank, Franz Anton Kuhn, Heinrich Joséphine

Lorsque MA Poppenberg fit un long voyage de retour en Allemagne, il emmena le jeune homme avec sa compagnie. Le jeune homme se comporta avec prudence et perspicacité.

En 1881, M. Kuhn épousa Mlle Matilde A. Fuchs, fille de M. August Fuchs. A ce jour, le couple a 4 enfants, 3 garçons et une fille. Le musicien assidu et bien-aimé est le directeur du célèbre Kuhn's Orchestra, qui joue dans des bals, des concerts, des réceptions, des mariages, etc. M. Kuhn est un professeur de violon, de piano et de flûte hautement estimé. Outre son travail personnel, il est depuis 1892 un membre actif de l'Orchestre symphonique et en est le directeur commercial. Il habite avec sa famille au 582 Ellicott Street.

est le fils de M. Franz A. et Mme Katharine Kuhn. Il est né le 25 octobre 1854 à Buffalo, New York. Il a fréquenté l'école publique 15 après une courte période à l'école de l'église St. Louis. L'amour du jeune homme pour la musique l'a poussé à rechercher l'excellent Carl Graumlfe comme professeur et à étudier le violon. Il n'était pas en reste lorsqu'il s'agissait d'étudier l'harmonie et le contrepoint. Pour cela il se rendit chez M. C.F. Baum.

Au cours des années 60, M. Kuhn a poursuivi ses études musicales au Canisius College et était un membre estimé du Quatuor à cordes de Beethoven, avec lequel il a mené une carrière heureuse.

M. Kuhn est actuellement membre du Buffalo Symphony Orchestra. Il est leur bibliothécaire. Il est également le directeur des représentations musicales du Star Theatre de cette ville. Les principaux instruments de M. Kuhn sont le violoncelle et la contrebasse.

Le 26 juillet 1877, il épousa Mademoiselle Caroline Riegelmann, qui lui donna 6 enfants, dont 2 vivent encore. Après le décès de sa femme le 31 décembre 1895, il se remaria le 24 novembre 1897 avec Mme Louis Haller, née Knell, de Berlin, Ontario.

est né à Buffalo le 29 août 1856 et fait partie de la célèbre famille musicale du même nom. Comme ses frères, il a fréquenté l'école St. Louis et, après l'obtention de son diplôme, a étudié la fabrication de cigares. Parallèlement, il a reçu une formation musicale en violon sous la direction de Carl Graumlfe et en clarinette sous la direction de A. Schweidop. À l'époque, il était tellement occupé par ses engagements musicaux qu'il a dû abandonner la fabrication de cigares. Il est toujours employé dans la musique. Il est célibataire et vit au 355, rue Ellicott.

est un autre membre de la famille musicale bien-aimée et célèbre du même nom.Il est né à Buffalo le 14 juillet 1860. Il a fréquenté l'école paroissiale St. Michael's. Après avoir obtenu une éducation de base, il a étudié la musique, dans laquelle il a atteint un haut niveau de compétence. Il est actuellement membre du Star Theatre et un musicien accompli. Il épousa Emma, ​​née Huber, le 14 juin 1889. Il habite au 353, rue Ellicott.

est la fille de Franz A. et Katharine Kuhn. Elle est née le 24 juillet 1864 à Buffalo et elle a fréquenté l'école St. Michael's, où elle a excellé. Depuis le 8 juillet 1889, elle est mariée à Louis Schultes. Leur mariage a été béni par 3 enfants. Elle habite avec sa famille au 355, rue Ellicott.

est né le 5 février 1828 à Rostock, dans le Mecklembourg, en Allemagne. Il a fréquenté l'école locale et a reçu une bonne éducation. Après avoir quitté l'école, il apprend le métier de sellier. Il travailla dans diverses villes de la patrie et vint en Amérique en 1853. Il arriva au mois de mai et se rendit immédiatement à Buffalo. Ne trouvant pas d'emploi dans sa profession, il s'est lancé dans le commerce de la tapisserie et de la tapisserie. En 1855, il devint soldat dans le 10th Regular Infantry, avec lequel il se rendit en Utah. Au début de la guerre, il démissionne pour cause de maladie et retourne à Buffalo. Depuis ce temps, il a été dans le commerce de la sellerie, ce qui lui a bien servi. Ses manières honnêtes et simples ont fait de lui un individu très estimé et aimé de tous ceux qui le connaissent. Depuis 1851, il est marié à Sophie Peters. Ils ont eu la chance d'avoir 11 enfants - 8 garçons et 3 filles. Quatre des garçons et une fille sont décédés. Il est à noter qu'en 1848 Peters a servi avec le Tann Free Corps dans le Schleswig-Holstein et en 1849-50, il a servi sur le navire de guerre "Lübeck". M. Peters habite au 678 Washington Street. Tout en faisant des affaires, il se trouve au 393, rue Ellicott.


Karl Otto Koch

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Karl Otto Koch, (né le 2 août 1897 à Darmstadt, Allemagne - décédé le 5 avril 1945 à Weimar), commandant allemand de plusieurs camps de concentration nazis et époux de la tristement célèbre Ilse Koch.

Koch était un vétéran décoré de la Première Guerre mondiale qui avait été blessé et capturé par les Britanniques et détenu comme prisonnier de guerre. Il échoue dans plusieurs emplois civils avant de rejoindre la SS, le corps paramilitaire nazi, en mars 1931. En septembre de la même année, il divorce de sa première femme, avec qui il a eu un fils, Manfred. Il a travaillé dans des emplois de bureau et dans l'appareil de police SS avant de commencer une carrière d'administrateur au sein du système des camps de concentration nazis, où il a acquis une réputation de cruauté et de cruauté. Après avoir dirigé un certain nombre de petits camps, il fut promu en 1936 pour devenir commandant d'un nouveau grand camp, Sachsenhausen, construit à Oranienburg, dans la banlieue de Berlin.

En 1937, pendant son mandat à Sachsenhausen, il épousa Ilse Köhler, une femme de près de 10 ans sa cadette qu'il avait rencontrée alors qu'il était en poste à Darmstadt. Il a si bien rempli ses fonctions à Sachsenhausen qu'il a été récompensé par le commandement d'un autre nouveau camp, Buchenwald, en construction sur une colline près de Weimar, en Allemagne.

Sous le règne de Koch à Buchenwald (1937-1941), les prisonniers ont été maltraités à un degré inhabituellement sévère, même selon les normes nazies. Diverses punitions – travail dangereux dans la carrière du camp, passages à tabac, torture, famine, flagellation, mort par pendaison – étaient infligées par les gardes SS. Les conditions de vie étaient abominables : le camp était surpeuplé, les prisonniers vivaient à peine avec des rations de famine, l'hygiène était primitive, la maladie sévissait et les soins médicaux étaient pratiquement inexistants. (Sous le commandant suivant, Hermann Pister, Buchenwald serait utilisé comme laboratoire où des expériences médicales étaient effectuées sur des prisonniers vivants.) La femme de Koch aurait également abusé des prisonniers. Les détenus estimaient qu'elle était autant responsable de leur terrible situation que lui, et ils l'appelaient la « commandeuse » ou la « dame commandante ».

Les Koch, qui ont eu trois enfants (bien que l'un soit mort en bas âge), vivaient extrêmement bien à Buchenwald et se sont enrichis grâce à divers projets. Même une grande partie de l'or extrait de la bouche des détenus morts avant qu'ils ne soient envoyés au crématorium du camp s'est retrouvé en la possession des Koch. Le couple a fait l'objet d'une enquête et d'un procès par les SS, mais les charges n'ont pas été prouvées.

Fin 1941, Karl reçut l'ordre de se présenter à Lublin, en Pologne, pour prendre en charge le camp de Majdanek, qui, s'il avait été terminé, aurait été le plus grand camp de concentration, de travail forcé et d'extermination du système nazi. Laissant sa femme et leurs enfants à Buchenwald, Koch a dirigé Majdanek pendant quelques mois seulement avant que d'autres preuves de sa corruption ne fassent surface. Il a été relevé de son commandement et finalement emprisonné dans la prison SS de Weimar. Le 5 avril 1945, alors que les Alliés se rapprochaient de plus en plus de Weimar, Koch fut retiré de sa cellule, conduit jusqu'à Buchenwald et exécuté par un peloton d'exécution SS. Son corps a été jeté dans le crématorium du camp.


Karl Hermann Frank

Publier par lohengrin » 16 nov. 2019, 11:53

Re: Karl-Hermann Frank

Publier par Andreï » 16 nov. 2019, 12:41

SS-Ostubaf. sur votre photo est le futur SS-Staf. Dr Robert Gies.

Re: Karl-Hermann Frank

Publier par Michal78 » 16 nov. 2019, 21:36

Re: Karl Hermann Frank

Publier par DameHerta » 18 nov. 2019, 05:37

Le monsieur Ordnungspolizei sur la première photographie est l'adjudant de Frank de Frank. Je n'ai pas encore trouvé de nom de famille pour lui.

Re: Karl Hermann Frank

Publier par Georges JEROME » 19 nov. 2019, 01:34

Re: Karl Hermann Frank

Publier par DameHerta » 24 nov. 2019, 08:03

J'ai consulté un de mes amis qui étudie Karl Hermann Frank. Ils ont identifié le monsieur sur les photographies comme étant le suivant :

Ordnungspolizei adjudant de Frank : Major der Schutzpolizei Hans Hoffman

Monsieur du NSDAP : Konstantin Hoß - Gauleiter de Prague

Responsable SD : Robert Giles - l'associé SD de Frank

Un autre gentleman du NSDAP pourrait être Hitler Jugend. En outre, la femme commandant BDM pour Prague était mariée à Horst Böhme - chef SD pour Prague.

Le Gauleiter de Prague est sur cette photo derrière Heydrich et Frank.

C'était aussi l'adjudant de Frank Hans Hoffman (d'après la photo qu'ils m'ont donnée)

Re: Karl Hermann Frank

Publier par von thoma » 24 nov. 2019, 08:27

Re: Karl Hermann Frank

Publier par albert smetanine » 24 nov. 2019, 09:42

Re: Karl Hermann Frank

Publier par Michal78 » 24 nov. 2019, 11:56

Juste derrière Heydrich et Frank se tenait à droite Konstantin Hoß (en fait, il était un Kreisleiter à Prague), un officier de police que je pensais être Kurt Pomme. Curt von Burgsdorff (caché derrière Heydrich), Hans Schwedler (derrière Frank), Horst Böhme, Paul Riege et le général OKW.

Robert Gies, adjudant de Frank était au deuxième rang et n'est pas sur cette photo.
Michal

Re: Karl-Hermann Frank

Publier par Michal78 » 24 nov. 2019, 12:47

Re: Karl-Hermann Frank

Publier par Max Williams » 24 nov. 2019, 20:32

Re: Karl-Hermann Frank

Publier par von thoma » 25 nov. 2019, 08:48

Re: Karl-Hermann Frank

Publier par Linny » 25 nov. 2019, 22:24

Bien qu'il n'y ait peut-être pas de photos connues de Kurt Pomme, il existe une description relativement détaillée de ce à quoi il ressemblait dans un livre de Hanjürgen Koehler intitulé "Inside the Gestapo":

Le capitaine Pomme a environ quarante ans, un grand homme aux épaules larges, aux cheveux noirs coupés ras, avec une raie sur le côté. Son visage est rond, ses yeux sombres, son maintien est celui d'un officier prussien à l'ancienne mode. Il a une manière de parler dure et autoritaire, il se comporte très poliment, voire aimablement, envers les étrangers. Il est marié et vit très simplement, presque modestement. Je l'ai connu comme un homme humain, honnête, très modéré.

Donc, vous devez rechercher quelqu'un qui est proche de la taille à Heydrich et qui a les cheveux foncés.


Voir la vidéo: The JUSTIFIED Execution Of Karl Hermann Frank - Heydrichs Right Hand Man