La campagne de Russie, 1812

La campagne de Russie, 1812

  • Episode de la Retraite de Russie.

    RAFFET Denis-Auguste-Marie (1804 - 1860)

  • Le Maréchal Ney à la redoute de Kovno.

    RAFFET Denis-Auguste-Marie (1804 - 1860)

Fermer

Titre : Episode de la Retraite de Russie.

Auteur : RAFFET Denis-Auguste-Marie (1804 - 1860)

Date de création : 1856

Date représentée : 1812

Dimensions : Hauteur 65 - Largeur 81

Technique et autres indications : Huile sur toile

Lieu de Conservation : musée du Louvre (Paris) site web

Contact copyright : © Photo RMN-Grand Palais

Référence de l'image : 74-000934 / RF 2329

Episode de la Retraite de Russie.

© Photo RMN-Grand Palais

Fermer

Titre : Le Maréchal Ney à la redoute de Kovno.

Auteur : RAFFET Denis-Auguste-Marie (1804 - 1860)

Date représentée : 1812

Dimensions : Hauteur 33,8 - Largeur 42,5

Technique et autres indications : Huile sur bois

Lieu de Conservation : musée du Louvre (Paris) site web

Contact copyright : © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

Référence de l'image : 12-544354 / RF 2823

Le Maréchal Ney à la redoute de Kovno.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

Au printemps 1812 Napoléon rassemble une armée de 600 000 hommes, dont la moitié provient des pays vassaux, appelée l’armée des vingt nations par les Russes. Les soldats arrivent à forcer le passage de la Bérézina fin novembre, mais 100 000 hommes seulement parviennent à rentrer.

Analyse des images

L’Episode de la retraite de Russie représente une campagne hivernale sinistre ; une trouée de lumière y met en valeur un groupe d’hommes à cheval.
L’Empereur, vêtu d’une pelisse blanche, suivi de quelques officiers, chevauche sous la neige. Au premier plan, à droite, chargés de lancer des projectiles, les grenadiers. A gauche, des soldats de cavalerie, les cuirassiers. Hommes et bêtes sont courbés dans leur effort pour avancer dans les neiges boueuses. Les visages sont quasiment masqués, indiscernables. L’atmosphère est fantomatique. Dans le coin gauche du tableau un vol d’oiseaux noirs reprend le symbole classique de la désolation.
Au moment de la retraite, le maréchal Ney commande l’arrière-garde. On le voit dans le second tableau, Le Maréchal Ney à la redoute de Kovno, s’adresser à des soldats visiblement épuisés et frigorifiés. Il a la posture du chef qui indique le combat et s’expose en avant de ses troupes. Son geste du bras indique l’ennemi qui apparaît à droite en contrebas. Fusils à baïonnette à la main, ses hommes s’apprêtent à réagir. L’un d’entre eux s’est déjà agenouillé, fusil à l’épaule, il vise. Le maréchal tient à la main gauche non pas un bâton de commandement, mais un fusil, tel un simple fantassin, prêt pour l’assaut. Dans cette attitude il illustre une fois de plus son surnom de « Brave des braves ». Aussi son exécution en 1815, suite à son ralliement à l’Empereur durant les Cent-Jours, suscitera-t-elle une vive émotion. On peut aujourd’hui encore admirer sa statue exécutée par Rude (1853), place de l’Observatoire à Paris. Raffet reprenait parfois en peinture des illustrations exécutées pour des livres. C’est le cas de ce tableau dont l’illustration est tirée de l’Histoire de Napoléon de Norvins, publiée en 1839.

Interprétation

Ces œuvres retracent une campagne catastrophique et illustrent la fin d’un rêve. Peintre-illustrateur, Raffet s’attache à retranscrire le drame de la débâcle dans un contexte réaliste. Il sait exprimer la souffrance des hommes avec sincérité. Tout en préservant l’exactitude matérielle, ses tableaux en forme de leçon d’histoire captent deux fois l’attention, une première fois par l’élan du drame, une seconde fois par la retranscription. Cette association entre le lyrisme des situations guerrières et le réalisme des scènes le rapproche d’un écrivain comme Balzac. Son goût de l’exploration et de l’histoire le fera voyager dans toute l’Europe continentale. Ainsi, Raffet collectionnera de véritables annales en images qui témoignent de sa proximité avec le peuple et ses souffrances.

  • batailles
  • chute de l'Empire
  • Grande Armée
  • maréchaux
  • Bonaparte (Napoléon)
  • Moscou

Bibliographie

Juan-Carlos CARMIGNANI et Jean TRANIÉ Napoléon, 1812 : la campagne de Russie Paris, Pygmalion-G.Watelet, 1997.Gunther ROTHENBERG Atlas des guerres napoléoniennes 1796-1815 Paris, Autrement, 2000.Collectif Raffet 1804-1860 Cat expo.bibliothèque Marmottan/ musée de Grenoble, Paris-Grenoble, Herscher-musée de Grenoble, 1999.

Pour citer cet article

Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN, « La campagne de Russie, 1812 »


Video: Comment Napoléon a perdu la bataille de Waterloo