L'avènement de la souveraineté nationale

L'avènement de la souveraineté nationale

Fermer

Titre : Mirabeau devant Dreux-Brézé (23 juin 1789).

Auteur : DELACROIX Eugène (1798 - 1863)

Date de création : 1831

Date représentée : 23 juin 1789

Dimensions : Hauteur 68 - Largeur 82

Technique et autres indications : esquisse pour le tableau du concours de 1831 pour la décoration de la salle des séances au palais BourbonHuile sur toile

Lieu de Conservation : musée du Louvre (Paris) site web

Contact copyright : © Photo RMN-Grand Palais - F. Raux

Référence de l'image : 99DE12256 / RF 1953-41

Mirabeau devant Dreux-Brézé (23 juin 1789).

© Photo RMN-Grand Palais - F. Raux

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

Le 17 juin 1789, six semaines après l’ouverture des états généraux, le tiers état, rejoint par une partie du clergé, se proclame Assemblée nationale. Le 9 juillet l’Assemblée nationale devient constituante.

Analyse des images

Cette œuvre est l’esquisse préliminaire du tableau présenté au concours d'Etat de 1831 (NyCarlsberg Glyptotek de Copenhague), en vue de la décoration de la salle des Séances au Palais-Bourbon. La scène est organisée en deux plans. Dans un angle de la salle, en perspective, le premier plan, d'un ton sombre. Une colonnade sobre mais éclairée, sous un entablement plutôt baroque et un coin de plafond à peine suggéré, sert de fond ; les notes noires figurent les soldats. Debout, au centre, le chapeau à la main, le geste impétueux, se tient Mirabeau. On le voit devant une masse de députés, habillés uniformément d'une robe sombre et stricte. Ils sont impressionnants de force et de détermination.

Dreux-Brézé, en face de lui, à droite, élégant et mince, est suivi des massiers du roi, habillés de chatoyantes dalmatiques à fleurs de lis. Devant eux, on distingue des dossiers de chaises esquissés. Derrière, le trône vide surmonté d'un baldaquin n'est plus qu'un spectre.

Esquisse rapide, à la touche spontanée et énergique des romantiques, cette œuvre est considérée par le critique Astruc comme « un chef-d'œuvre de couleur, de simplicité, de vie dramatique ». Ayant privilégié l’esthétique sur la réalité historique, la liberté de création sur le programme officiel, Delacroix n’a pas vu son projet retenu, d’autant qu’il n’a traité pour le concours que deux des trois sujets proposés : Mirabeau et Boissy d’Anglas.

Interprétation

Aux yeux de Guizot, le choix de cet épisode clé de la Révolution française devait consolider l'attachement du peuple à la monarchie constitutionnelle. Mirabeau repoussant Dreux-Brézé incarne en effet les représentants de la nation contre la menace du pouvoir exécutif. Delacroix cependant n’obéit pas ici au programme narratif comme les gagnants Hesse et Vinchon. Il ne célèbre pas l’événement, il tend, au seul moyen de la peinture, à l'idéal. La touche fougueuse, la lumière, les rehauts de couleur, traduisent le sens profond de l'histoire. Le rouge agissant des tapis et des sièges n'en réfère-t-il pas à la période sanglante de la Révolution ? Et le clair-obscur ne fait-il pas de la scène un face à face au delà des personnes : l'Ancien Régime et la Révolution, la cour et la nation, la noblesse et le peuple, les privilèges et l'égalité, la fin du despotisme et le début d'une nouvelle époque ?

  • Assemblée nationale
  • démocratie
  • députés
  • Etats Généraux
  • figures révolutionnaires
  • Mirabeau (Honoré Gabriel Riqueti de)
  • Tiers état

Bibliographie

François FURET et Mona OZOUF Dictionnaire critique de la Révolution française Paris, Flammarion, 1988, rééd.coll.« Champs », 1992.Collectif Orateurs de la Révolution française , tome IParis, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1989.Barthélemy JOBERT Delacroix Paris, Gallimard, 1997.

Pour citer cet article

Malika DORBANI-BOUABDELLAH, « L'avènement de la souveraineté nationale »


Video: ÉTAT: DÉFINITION ET ORIGINES - Demos 06